Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 17:02

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

La loi sur le travail validée sans clore la bataille juridique

5 août 2016 | Par Mathilde Goanec

 

 

 

À trois semaines de la rentrée, le Conseil constitutionnel rend grâce au gouvernement sur la loi Travail. L'institution a retoqué seulement cinq articles mineurs, et renvoyé au placard les parlementaires qui contestaient la procédure et l’usage à trois reprises du 49-3. La bataille n'est pas terminée, disent pourtant les opposants au texte.

Jeudi soir, le conseil constitutionnel a fait un beau cadeau de vacances au gouvernement, en validant l'essentiel de la loi sur le travail. Première bataille perdue pour ses opposants, celle du 49-3. Ulcérés par le passage en force de l’exécutif, des députés “frondeurs” ont alerté le Conseil constitutionnel sur la validité de l’adoption de la loi sur le travail, dès la fin du mois de juillet. Son usage répété aurait « violé la Constitution à deux égards », selon la saisine déposée par 61 parlementaires de gauche, « puisque cette procédure d’engagement de la responsabilité du gouvernement a été mise en œuvre à trois reprises, mais que le Conseil des ministres n’a pu en délibérer qu’une seule fois ».

Son utilisation aurait ainsi dévoyée « l’usage historique et les objectifs qui ont fondé la mise en place d’une telle procédure ». Sans surprise, le Conseil constitutionnel a jugé qu'une seule délibération du Conseil des ministres suffisait pour engager, lors des lectures successives d'un même texte, « la responsabilité du gouvernement qui en a délibéré », peut-on lire dans un communiqué publié sur le site du Conseil.

Les députés de droite, comme de gauche, se sont également plaints, lors des navettes entre l’Assemblée nationale et le Sénat, de voir remis en cause leur droit d’amendement. La loi n’a, de fait, presque jamais fait l’objet d’un réel examen en séance plénière pour cause de 49-3. « Le droit d’amendement, prévu par l’article 44 de notre loi fondamentale et enrichi par votre jurisprudence, a été essentiellement méconnu par les délais très ramassés dans lesquels a été contraint le débat parlementaire, soulignait alors le texte de la saisine (le détail de leur argumentation ici). Or, ce droit est fondamental pour que toute expression démocratique existe. » Mais là encore, le Conseil constitutionnel a jugé qu'il n'avait pas été « porté atteinte » à l'« exercice effectif » du droit d'amendement. « Plus de 1 000 amendements ont en effet été intégrés au projet de loi initial du gouvernement, lors de son examen par l’Assemblée nationale, parmi les 7 400 amendements déposés sur le projet par les députés, a d’ailleurs précisé Manuel Valls à la lecture de la décision du Conseil constitutionnel. La loi est donc le produit d’un travail très étroit du gouvernement et du parlement. » Fermez le ban.

Trois articles seulement ont fait tiquer les « sages », juges du Conseil constitutionnel. Comme l’article 27, prévoyant que les collectivités territoriales auraient la faculté de mettre des locaux à la disposition d'organisations syndicales, à titre gratuit ou onéreux. Une manière de répondre à la crise qui touche de nombreux syndicats, privés de local ou confrontés à la fermeture des bourses du travail (lire cet article du Parisien, ou encore la crise qui couve depuis longtemps à Châteauroux ou Chartres, résumée ici). L’article instituait également un droit à indemnisation de l'organisation syndicale, si la collectivité territoriale lui retirait la disposition de locaux. Le conseil a ainsi émis une réserve sur cette partie, et censuré son caractère rétroactif. Ce qui a fait vivement réagir la CGT, qui note que le texte se trompe tout simplement d’objet : « La CGT ne réclame pas d’indemnisation pour les maisons du peuple, elle rappelle qu’elles servent à accueillir et défendre les intérêts des salariés. Elles sont donc d’utilité publique et, bien souvent, nous ont été octroyées au regard de notre participation active à la libération et à la reconstruction du pays. Il est inadmissible qu’aujourd’hui cet intérêt collectif soit remis en cause. »...

 

*Suite de l'article sur mediapart

 

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 16:47

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Californie : le coût écologique des data centers inquiète les investisseurs

6 août 2016 | Par La rédaction de Mediapart
 
 

L'Etat héberge plus de 800 sites qui consomment pour certains plusieurs centaines de millions de litres d'eau chaque année.

Le coût écologique des data centers en Californie inquiète fortement les investisseurs américains, rapporte vendredi 5 août Bloomberg.

Berceau de la révolution numérique, l’Etat américain héberge en effet aujourd’hui sur son sol certains des plus grands data centers du monde et compte plus de 800 sites. Le principal impact écologique de ces gigantesques centres de stockage de données, composés de rangées de serveurs, vient de l’énorme quantité de chaleur qu'ils dégagent.

Selon un rapport de 2010, les data centers représenteraient déjà 0,2 % des émissions de dioxyde de carbone dans le monde entier. De plus, pour refroidir leurs installations, les entreprises utilisent d’énormes quantités d’eau, souvent plusieurs centaines de millions de litres par an pour un seul data center.

Alors que la Californie est confrontée à un épuisement de ses ressources naturelles et à des périodes de sécheresse récurrentes, de plus en plus d’investisseurs envisagent donc de réorienter leurs placements vers des entreprises plus respectueuses de l’environnement.

A lire sur le site de Bloomberg.

 

Lire aussi

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

                                                                               ************************

 

Source : http://www.bloomberg.com

 

Data Centers' Water Use Has Investors on High Alert

Can companies keep using hundreds of millions of gallons a year as California dries up?

 

Data centers, used by governments and large corporations to house their computer systems, have one big environmental problem: They get hot.

To keep them from overheating, large data centers can pump hundreds of millions of gallons of water a year through the facilities, according to company reports. That high demand for water has some investors concerned, especially in places where natural water resources are becoming ever more precious, like tech-heavy California.

"We definitely want our portfolio companies to be cognizant of their water use and take the appropriate steps to minimize their water use and recycle water," said Brian Rice, portfolio manager at the California State Teachers' Retirement System, which manages about $189 billion in assets as of June 30. He cited water usage as a concern at data centers as well as at other portfolio companies, such as those in agriculture.

 

Golden State

California—home to companies running some of the world's biggest data centers—houses more than 800 of the facilities, the most of any U.S. state, according to Dan Harrington, research director of 451 Research LLC, a technology consulting firm.

Water usage there is especially a concern as the state's drought pushes into its fifth year. California Governor Jerry Brown issued an executive order in May to extend statewide emergency water restrictions, establishing long-term measures to conserve water.

 

Sources: Graphic: Shaolei Ren, Department of Electrical and Computer Engineering, University of California, Riverside; Data compiled by Bloomberg: McKinsey & Co, IBM, Companies
 

The water risk to investors of California-based companies operating data centers will not affect them gradually, said Julie Gorte, senior vice president of sustainable investing at Pax World Management LLC. "It will probably come in one big splashy moment," she said....

 

 

Suite de l'article sur bloomberg

 

 

Source : http://www.bloomberg.com

 

 

Repost 0
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 21:14

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

 

Le plan miracle de Pôle Emploi pour inverser la courbe du chômage

 

 

 

Le plan miracle de Pôle Emploi pour inverser la courbe du chômage

Un Pôle Emploi à Gravelines, dans le nord de la France, lors d'un forum. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

 

Les cadres de Pôle emploi ont reçu un document détaillant le plan pour inverser la courbe du chômage. Objectif : formation.

 

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans activité) a augmenté de 5.400 en juin. Mais le gouvernement ne se laisse pas abattre : François Hollande a posé une inversion de la courbe comme condition à une candidature pour 2017. Et Pôle Emploi a un plan pour y parvenir.

Il est détaillé dans un document distribué aux cadres de Pôle emploi que "Le Canard enchaîné" s'est procuré. Le projet, annoncé en janvier 2016 par le gouvernement, consiste à orienter 500.000 chômeurs supplémentaires vers des formations professionnelles. Ils glisseront ainsi de la catégorie A à la catégorie D, qui n'est pas comptabilisée dans les chiffres du chômage diffusés chaque mois par le gouvernement. L'objectif est d'atteindre le chiffre de 1 million de chômeurs en formation (500.000 de plus que les années précédentes donc).

Chômage : "Il y a une reprise mais elle reste molle"

 

2,2 millions de personnes à mobiliser

Le document obtenu par l'hebdomadaire détaille un savant calcul.

 

  • On part du principe que 19% des demandeurs d'emplois "[portent] leur propre projet", c'est à dire qu'ils trouvent eux-mêmes leur formation ;
  • Pôle Emploi doit encore parvenir à 705.000 "attestations d’entrée en stage nécessitant une intervention de type conseil en formation attestations d’entrée en stage nécessitant une intervention de type conseil en formation" ; 
  • Problème : si l'on propose une formation à trois chômeurs, un seul ira jusqu'au bout. Il faut donc solliciter trois fois plus de personnes que le nombre que l'on veut envoyer en formation ;
  • Ce qui fait donc "2,2 millions de demandeurs d'emploi à mobiliser".

Concrètement, indique "Le Canard enchaîné", chaque conseiller référent de Pôle emploi doit solliciter 15 demandeurs chaque mois pour les orienter vers des formations.

Formation pour tous

Pour mettre en place ce grand projet "inversion de la courbe", 1 milliard d'euros ont été débloqués en janvier pour les formations, ainsi qu'une rallonge de 80 millions de la part des partenaires sociaux qui gèrent le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels, détaillait alors "Le Monde".

Un conseiller Pôle emploi interrogé par "Le Canard enchaîné", raconte : 

 
"L'an dernier, [...] on disait non à presque tout le monde, il n'y avait plus un rond pour financer les formations. Maintenant, c'est tapis rouge, on dit oui à tout et sans trop de précautions, la scrupuleuse procédure de validation des stages est abandonnée."

 

Pour mobiliser les demandeurs d'emplois, Pôle Emploi met à contribution depuis mai des centres d'appel privé, et n'hésite pas à couper sur les appels d'offres auprès des centres  de formation, "trop long, trop fastidieux", précise même l'hebdomadaire.

 

"Rien de caché"

"Ce basculement en catégorie D est transparent, il n'y a rien de caché", assurait la ministre du Travail Myriam El Khomri lors de la présentation du plan en janvier :

"Si nous avions voulu faire un traitement statistique comme nos prédécesseurs, nous aurions convoqué les demandeurs d'emplois pour les radier. Or les radiations sont à un niveau très bas."

En revanche, l'effet du plan sur la catégorie D lui se voit déjà : en juin, ses effectifs ont atteint le niveau record de plus de 300.000 inscrits, soit une augmentation de 11,3% sur le trimestre. Ainsi, près de 90.000 sont sorties des catégories A, B, et C pour entrer en formation, contre 40.000 à 50.000 avant l'entrée en vigueur du plan.

Permettent-elles au moins de trouver du travail, ces formations ? Pôle emploi assure que 57% des demandeurs d'emploi qui y ont accès trouvent un emploi dans les six mois qui suivent.

Agathe Ranc

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 17:08

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

2015 a été la pire année pour le climat

 

 

Gaz à effet de serre, température, montée des eaux : le rapport annuel de l'agence américaine NOAA met en avant une nouvelle pluie de records pour l'année 2015.

 
 

Le 21 juillet, il a fait 54 degrés à Mitribah, au Koweït. Une température si irréelle qu'on se sent obligé de préciser "Celsius"... Probablement un plus haut absolu, selon l'Organisation météorologique mondiale. En tout, ce sont près de 25 pays, dont l'Inde, la Chine, le Ghana, la Colombie ou l'Allemagne, qui ont battu leur record absolu de chaleur au cours des 18 derniers mois. 

 

chaleur historique ce 21/07 au Koweit, 54°C à Mitribah, record absolu national et record pr le continent asiatique !

 

Et 8 mois après la clôture de la COP21 à Paris, le rapport annuel de la NOAA dépeint de nouveau un portrait bien sombre de la situation climatique sur Terre. Les températures, la montée des eaux et les émissions de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux records l'an dernier, faisant de 2015 la pire année de l'histoire moderne.

Le phénomène météorologique El Niño, particulièrement vigoureux en 2015, a "exacerbé" la tendance au réchauffement l'an dernier, ajoutent les experts. Une évolution qui devrait se confirmer cette année, puisque les six premiers mois de 2016 ont été de loin les plus chauds jamais recensés sur le globe. Juin 2016 a été le 14e mois consécutif lors duquel le record mensuel a été battu sur la planète, et le 40e mois consécutif avec des températures au-dessus de la moyenne du XXe siècle.

 

 

Voici les principales conclusions du rapport "State of the Climate" 2015 (voir en bas d'article), document de 300 pages auquel ont participé 450 scientifiques du monde entier.

Gaz à effet de serre : record

Les concentrations de trois des principaux gaz à effet de serre - dioxyde de carbone (CO2), méthane et protoxyde d'azote - ont "atteint de nouveaux sommets en 2015", indique le rapport, qui s'appuie sur des dizaines de milliers de relevés tirés de nombreuses bases de données indépendantes.

 

A Hawaï, sur le volcan de Mauna Loa, la concentration de dioxyde de carbone a enregistré en moyenne annuelle "la plus forte augmentation depuis le début des relevés il y a 58 ans".

Sur l'ensemble de la planète, le CO2 a frôlé la limite symbolique de 400 parties par million (ppm) en 2015, atteignant 399,4 parties par million (ppm), soit une hausse de 2,2 ppm par rapport à 2014. Et "2016 va facilement surpasser cette marque", anticipe Jessica Blunden, de la NOAA.

Température : record

La température mondiale en 2015 était supérieure d'environ 0,45°C à la moyenne enregistrée entre 1980 et 2010, battant de 0,15°C le record de l'année précédente. Jamais un tel "saut" n'avait été observé entre deux années records.

14 des 15 années les plus chaudes jamais enregistrées ont eu lieu depuis... l'an 2000, rappelle la NOAA.

La carte ci-dessus montre la température moyenne en 2015, comparée à la moyenne des 3 dernières décennies. La Russie et le Pacifique nord ont connu une année exceptionnelle. Seules certaines zones, dont l'Atlantique Nord, ont connu des températures plus froides que la moyenne.

Niveau des mers : record

Le niveau des eaux a atteint son plus haut point, avec quelque 70 millimètres de plus que la moyenne enregistrée en 1993, au début des mesures par satellite.

Ce niveau monte graduellement autour de la Terre, avec une poussée d'environ 3,3 millimètres par an, selon le rapport, mais la hausse est plus rapide en certains points du Pacifique et de l'océan Indien.

La fonte de l’Arctique et des glaciers se poursuit

Zone particulièrement sensible au changement climatique, l'Arctique a continué de se réchauffer. "La température à la surface des terres de l'Arctique a retrouvé les niveaux enregistrés en 2007 et 2011, soit des records depuis le début des relevés au début du XXe siècle, avec une augmentation de 2,8°C depuis cette époque", selon les scientifiques.

Depuis le début de l'année, selon les climatologues de la Nasa, le phénomène El Niño ne contribue plus qu'à environ 40% de la hausse des températures" : les 60% restant sont essentiellement "dus au très fort réchauffement de l'Arctique", expliquait le Centre Goddard le mois dernier. En septembre 2015, l'étendue minimale de la banquise était 29% inférieure à la moyenne des 3 dernières décennies, écrit la NOAA, forçant notamment les populations de morses à migrer vers la terre ferme.

A l'inverse, les températures ont été plus froides dans l'Antarctique, seule exception. Mais partout dans le monde, le recul des glaciers dans les massifs de type alpin s'est poursuivi pour la 36e année de suite - et semble s'accélérer depuis 2000.

 

Sur ce graphique, la ligne rouge représente la déperdition de neige cumulée depuis 1980 pour 41 glaciers de référence : près de 20 mètres, à la fin 2015. A travers le monde, des millions de personnes comptent sur l'eau douce des glaciers pour leur consommation personnelle, l'irrigation des cultures et le fonctionnement des barrages hydroélectriques.

 

Phénomènes météorologiques extrêmes au-dessus des moyennes

La saison des ouragans dans l'Atlantique Nord a été particulièrement modérée pour la deuxième année de suite, là encore en grande partie affectée par El Niño. En revanche, le nombre global de cyclones tropicaux "a été bien au-dessus de la moyenne" : 101 au cours de l'année, contre une moyenne de 82 par an au cours des 3 dernières décennies (1981-2010).

 

Capricotta, Italy just got slammed with 100" of snow in 18 hours: http://www.cnn.com/2015/03/10/europe/italy-possible-snow-record/index.html 

 

Le 5 mars 2015, il est tombé 2,56 mètres de neige à Capracotta, au centre de l'Italie : un probable record mondial. L'année a aussi été marquée par une saison des pluies plus abondante que la moyenne, qui a provoqué de graves inondations comme au Mexique en mars.

 

San Diego, Californie, 8 avril 2015. (Sandy Huffaker/Getty Images/AFP)

 

Des sécheresses sévères ont également frappé, notamment en Californie, dans l'ouest du Canada et en Chine, affectant des superficies presque deux fois plus importantes en 2015 que l'année précédente (14%, contre 8% en 2014). L'Europe et l'Inde ont également connu des canicules, mortelles à grande échelle.

 

 PHOTOS. Inde : la vague de chaleur fait 1.800 morts

PHOTOS. Inde : une vague de chaleur fait 1.800 mortsPHOTOS. Inde : la vague de chaleur fait 1.800 morts

Lien ici

 

Propagation d'algues

Les océans absorbent environ 90% du surplus de chaleur engendré par le réchauffement climatique, rappelle le rapport. Et la température moyenne à la surface des mers au niveau mondial a encore augmenté en 2015, battant le record de 2014, ce qui a contribué à perturber gravement la faune et la flore marine.

Les eaux plus chaudes ont ainsi aggravé la propagation d'algues, qui a affecté l'été dernier une importante zone du Pacifique nord, allant de la Californie jusqu'en Colombie-Britannique (Canada), avec des "effets significatifs sur la vie marine, les ressources côtières et les habitants qui dépendent de ces ressources".

Fanny Lesbros et Timothée Vilars

 

Le rapport 2015 de la NOAA :

 

 

 

 

L'Obs

Journaliste

Voir son profil

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 16:46

 

Source : http://www.cadtm.org

 

 

Eléphants blancs et GPNIS : Nous ne paierons pas pour leur folie !

2 août par Jérémie Cravatte

 
 

 

Au Nord comme au Sud, la mise en place de ces mégaprojets entraîne – presque systématiquement – des conséquences écologiques |1| catastrophiques, ce qui souligne leur caractère arriéré et teinté de folie au vu des enjeux climatiques et environnementaux actuels.

L’expression « éléphant blanc » désigne un mégaprojet, souvent d’infrastructure, qui amène plus de coûts que de bénéfices à la collectivité. Pour la petite histoire, la métaphore de l’éléphant blanc provient de la tradition des princes indiens qui s’offraient ce cadeau somptueux. Cadeau empoisonné, puisqu’il entraînait de nombreux coûts et qu’il était proscrit de le faire travailler. Ce terme est généralement utilisé pour désigner des mégaprojets développés dans les pays du Sud.

L’expression « grands projets nuisibles et imposés », qui fait suite à l’expression plus connue de « grands projets inutiles et imposés », désigne également des mégaprojets qui parfois n’ont même pas été terminés ou se sont avérés par la suite inutiles et coûteux. « Inutiles »... vraiment ? Ces projets servent en fait des intérêts bien particuliers, ceux des firmes grassement payées pour leur construction et / ou par l’usage qui en sera fait. Ils sont donc bien utiles pour une poignée de privilégiéEs, même s’ils sont nuisibles pour la majorité de la population et l’environnement. Cette expression est généralement utilisée pour désigner des mégaprojets développés dans les pays du Nord.

 

Dette écologique

Le cas d’Assouan en Égypte montre bien les désastres écologiques provoqués par les grands barrages. Inondations, inégalité d’accès à l’eau, élévation du niveau de la nappe phréatique, salinisation et érosion des sols, évaporation de l’eau (douze milliards de mètres cubes, soit 14 % du débit du Nil), destruction des fertilisants naturels et recours aux engrais chimiques, apparition d’espèces invasives et de nouvelles maladies. Et c’est sans parler de la catastrophe humanitaire qu’ont vécu les Nubiens dont les terres ont été noyées et qui ont été forcés à un exil catastrophique |2|.

Ces mégaprojets onéreux se multiplient dans les pays qui connaissent une crise financière et économique.

Plus proches de nous dans le temps et l’espace, les projets d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et de la LGV (TAV) Lyon-Turin en Italie entraîneraient également des destructions à grande échelle (voir encadré). Dans le premier cas, il est facile de penser à l’impact climatique qu’auraient les activités de ce nouvel aéroport. Mais c’est également la destruction de 2000 hectares d’une zone bocagère à la biodiversité et à la participation au cycle de l’eau exceptionnelles, et de terres cultivables – à l’heure où l’insécurité alimentaire en Europe atteint des sommets – qui mobilise les foules. Et le fait que le projet soit certifié « Haute Qualité Environnementale » n’y changera rien...

C’est souvent cette attaque contre les écosystèmes (au sens large, dans lequel vit la population) que ces projets impliquent qui provoque l’indignation et la résistance des habitants et des mouvements sociaux. Peut-être plus que leur impact financier, et pourtant…


Dette financière

Paradoxe (apparent du moins) : ces mégaprojets onéreux se multiplient dans les pays qui connaissent une crise financière et économique. Ces situations constituent en fait une occasion pour les multinationales de développer encore plus de tels projets. Il a fallu attendre 2010 et les plans d’ajustement structurel, incluant la destruction des codes environnementaux et du travail, pour voir apparaître en Grèce des projets tels que les grands complexes touristiques (aéroport d’Elliniko), le « Programme Soleil » (centrales solaires industrielles), les parcs éoliens d’EDF en Crète, les centrales hydroélectriques, la mine d’or dans la forêt de Skouries, etc |3|.

Au-delà de tous les coûts environnementaux et sociaux (impayables) qu’ils provoquent, ces mégaprojets grèvent les finances publiques et coûtent toujours beaucoup plus cher que prévu (et ce, bien sûr sans compter les coûts de la répression utilisée pour tenter de les imposer).

Les coûts pour la collectivité, et les bénéfices pour les multinationales, voilà pourquoi des projets nuisibles sont imposés un peu partout sur le globe.

Un des projets les plus tristement célèbres est celui des barrages INGA, lancés par l’ex-colonisateur belge, repris par le dictateur Mobutu et financés par la Banque mondiale. Les coûts des travaux ont été largement sous-estimés et ont plus que doublé. La moitié de l’augmentation de la dette de la RDC entre 1970 et 1982 lui est attribuable. Au final, INGA ne fournit que 11 % de la population en électricité et a surtout été utilisé pour l’extraction de minerais au Katanga, à 1 900 kilomètres de distance.

Aux Philippines, la centrale nucléaire de Bataan, construite sous le règne de Marcos, a coûté 2,3 Mds $. En 1986, le stock de la dette publique était principalement dû à ce projet (dont le paiement n’a pris fin qu’en 2007...).

Concernant la LGV (TAV) Lyon-Turin, les coûts annoncés de 26 Mds € (à se partager entre l’Italie et la France) seraient sous-estimés de 400 % selon l’association Habitat. Le coût de la seule partie française serait supérieur à 11 Mds €, soit l’équivalent du « trou » annuel de la sécurité sociale |4|. rappeler la logique derrière les sauvetages bancaires ou des mécanismes tels que l’ISDS prévu dans le traité transatlantique en cours de négociation et l’indemnisation pour perte de « bénéfices escomptés »). En Russie, pour un chantier évalué à 1,8 milliard d’euros (l’autoroute Khimki), le groupe Vinci prévoyait une rente annuelle de 700 millions d’euros |5|. Les coûts pour la collectivité, et les bénéfices pour les multinationales, voilà pourquoi des projets nuisibles sont imposés un peu partout sur le globe.

Tout ceci avec la complicité active des États qui s’empresseront d’utiliser le gonflement de la dette publique comme argument pour imposer une austérité et des réformes drastiques à la population. La même excuse est utilisée par ces États pour brader les biens communs et faciliter la privatisation de tout ce qui peut rapporter à la classe capitaliste. Comme cette forêt remplie d’or au Nord de la Grèce vendue à la société canadienne Eldorado Gold. Vendue, ou plutôt donnée, pour 1€ symbolique. Ce qui prouve que le but de la privatisation n’est pas de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État mais de faire des cadeaux aux petits amis |6|. Les pays de la « périphérie » sont évidemment les plus touchés, et spécifiquement les plus endettés. Vinci est là pour en profiter, il a racheté 10 aéroports portugais depuis le début de la crise, rien de moins.


Nous ne paierons pas pour leur folie

Ces folies ne sont donc pas inutiles pour tout le monde. Et si parfois ces projets ne sont que le fruit de mégalomanies, ils sont souvent présentés comme répondant à l’intérêt général. Pourtant, ils se moquent généralement de l’opinion publique. Le prétendu « développement » et la « croissance », au Sud comme au Nord, nous sont resservis sans cesse, ainsi que le respect de « l’État de droit » et de la « démocratie ». Mais cette fable convainc de moins en moins...

« Nous n’avons rien à négocier avec ceux qui nous construisent ce monde de merde » - Camille, zadiste

Les résistances face à ces méga-projets ont toujours existé mais, nous sommes aujourd’hui dans une autre échelle, autant du côté des projets que des résistances. Et une coordination de ces luttes devient nécessaire. Un des espaces où cette coordination s’organise en Europe est le Forum annuel contre les grands projets inutiles et imposés. Mais c’est bien sûr dans la lutte elle-même, sur le terrain, que les meilleures coordinations et renforcements mutuels se sont développés et se développent encore aujourd’hui.

Soulignons d’ailleurs qu’un nombre non négligeable de tous ces méga-projets ont été annulés, sabotés, suspendus ou abandonnés. Au-delà de la résistance, il faut poser la question de la lutte pour le contrôle des investissements faits avec l’argent de la collectivité et de l’audit des dettes liées à ces mégaprojets. Que leur folie soit illégale ou illégitime, nous n’allons pas payer pour elle. Il faut les faire revenir sur terre.

Les éléphants blancs et autres GPNIs doivent continuer à avoir la vie dure. Comme dirait Camille |7| : « Nous n’avons rien à négocier avec ceux qui nous construisent ce monde de merde ». Toutes ces luttes amènent précisément à d’autres possibles, à d’autres projets situés aux antipodes de l’accumulation d’une dette écologique et financière illégitimes. Ces luttes de territoires, qui concernent des infrastructures, s’attaquent au cœur même du pouvoir et de la démocratie.


Liste (minuscule) d’éléphants blancs et autres GPNIS :
- Le barrage de Belo Monte au Brésil : déplacement de populations / destruction de la nature et des écosystèmes
- Les parcs éoliens industriels de Tehuantepec au Mexique : accaparement de terres
- La centrale nucléaire de Bataan aux Philippines : n’a jamais produit d’électricité
- La ville fantôme de Kangbashi en Mongolie : construite pour ... booster la croissance
- Les barrages INGA I, II et III en RDC : fonctionnent à 20 % de leur capacité alors qu’ils étaient censés fournir de l’électricité à tout le pays
- Le monument de la renaissance africaine au Sénégal : gouffre financier
- La cathédrale de Yamoussoukro en Côte d’Ivoire : plus grand édifice religieux du monde
- Les centraux téléphoniques en Ouganda : alors qu’il n’y avait pas de réseau électrique pour les faire fonctionner
- Le barrage d’Assouan en Egypte : désastre écologique
- La ligne ferroviaire TGV Tanger-Casablanca au Maroc : ligne de luxe pour une poignée de privilégiés : remplir les carnets de commande d’Alstom
- L’autoroute de Khimki en Russie : destruction du poumon vert de Moscou (1000ha de forêts à haut taux de biodiversité)
- Coupe d’Europe de 2012 en Pologne : a coûté 20 fois plus que le service de la dette du pays
- La centrale nucléaire de Zwentendorf en Autriche : n’a jamais été utilisée
- Les JO de 1976 à Montréal au Canada : ont terminé d’être remboursés en... 2006
- Les JO de 2004 en Grèce : ont coûté autour de 20 milliards d’euros
au lieu des 1,3 Mds € prévus initialement
- Les aéroports fantômes de Ciudad Real et de Castellon (Valence) en Espagne : corruption
- La ligne ferroviaire LGV Lyon-Turin en Italie : détruirait l’équivalent de 12 pyramides de Khéops pour creuser, à travers uranium et amiante, un tunnel de 52 km sous les Alpes
- La gare de Stuttgart 21 en Allemagne : ampleur disproportionnée
- L’aéroport du grand Ouest de Notre-Dame des Landes en France : projet totalement irrationnel qui patine depuis 1974 (et c’est tant mieux)
- La ferme des milles vaches en France : destruction de la paysannerie et maltraitance animale
- La mégaprison de Haren en Belgique : bétonnage de terres cultivables pour enfermer plus


Liste (non-exhaustive) de multinationales profitant de ces mégaprojets
- Alcatel (centrales téléphoniques d’Ouganda)
- Alstom (TGV Tanger-Casablanca, LGV Lyon-Turin)
- Bouygues (bâtiments somptuaires à Yamoussoukro)
- BHP Billiton (barrages INGA)
- Deutsche Bank (Desertec)
- EDF (parcs éoliens de Tehuantepec au Mexique et de Crète en Grèce)
- Eskom (barrages INGA)
- Vinci (autoroute de Khimki, aéroport de NDDL, LGV Lyon-Turin, spatioport de Kourou)
- Westinghouse Electric Company (centrale nucléaire de Bataan)
- Calatrava (architecte des JO de 2004 en Grèce, du TAV en Italie, de la Cité des Arts et des Sciences de Valence en Espagne, de la gare des Guillemins à Liège en Belgique, etc.)


Cet article est extrait du magazine du CADTM : Les Autres Voix de la Planète

 

Notes

|1| Au sens large, catastrophes humaines comprises.

|2| Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Haut_...’Assouan

|3| Voir : « Austérité et destruction de la nature : l’exemple grec » de Roxanne Mitralias, avril 2013.

|4| Voir : « Lyon-Turin : comment Hollande s’apprête à gaspiller 11 milliards d’euros » de Sophie Chapelle, janvier 2013.

|5| Voir : « Ces projets coûteux et polémiques qui bétonnent la France et l’Europe » de Rachel Knaebel, juillet 2012.

|6| Les cas de corruption sont d’ailleurs légion dans le développement d’éléphants blancs et autres GPNIs. Pour ne citer qu’un exemple : concernant le projet de Bataan, l’entrepreneur britannique Westinghouse a admis avoir payé 17 mds $ de commissions à un ami de Marcos. Voir : « Manuel pour des audits de la dette du tiers monde », page 15.

|7| Camille est un nom générique que tous les zadistes se donnent

Auteur.e

Jérémie Cravatte

Permanent au CADTM Belgique

Autres articles en français de Jérémie Cravatte (33)

 

 

Source : http://www.cadtm.org

 

 

Repost 0
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 16:30

 

Source : http://www.cadtm.org

 

 

La tourmente grecque II - Chronique d’un coup d’Etat

3 août par Philippe Menut

 

 

Un gros plan à la fois humain et financier sur les causes et les conséquences de la crise grecque. Une enquête précise et claire sur les mécanismes de l’austérité et de la dette publique, sur la capitulation du gouvernement Syriza vis à vis des institutions européennes. La Grèce est un laboratoire en Europe. Un film pour débattre sur les perspectives politiques et les alternatives démocratiques en France et en Europe. Un documentaire lanceur d’alerte.

« Je n’ai pas fait un film pour dire ce que je savais ; ce que j’explique, je l’ai compris en tournant le documentaire » (Philippe Menut).

Documentaire de Philippe Menut (75’), mise à jour juillet 2016 (HD). Copie de visionnage.

« Je n’ai pas fait un film pour dire ce que je savais ; ce que j’explique, je l’ai compris en tournant le documentaire » (Philippe Menut).
www.latourmentegrecque.fr

 

La tourmente grecque II - Chronique d’un coup d’Etat :

 

 

Auteur

Philippe Menut

Après 30 ans de carrière en tant que journaliste grand reporter à France 2 Paris et France 3 Montpellier, Philippe Menut se lance en toute liberté et indépendance dans le tournage du film La tourmente grecque avec l’appui de nombreux amis grecs.

 

Autres articles en français de Philippe Menut (1)

Grèce : pourquoi la capitulation ? Une autre voie est possible

23 août 2015, par Eric Toussaint , Philippe Menut

 

 

Repost 0
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 16:14

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/bruno-delannay/blog

 

 

"Le FMI avoue avoir immolé la Grèce pour le compte de l‘Eurogroupe" Yanis Varoufakis

 

 
 
Justice ou impunité déplorable? Corruption & toujours plus de corruption. Ici se joue l'avenir de nos démocraties, pouvons-nous influencer et empêcher cette corruption qui consume le monde? Seul point important pour la prochaine présidentielle en France...

Le texte tel que Yanis vient de le publier, il parle seul, il est édifiant et criant de vérité:

 

"Chers amis,


Cette semaine a débuté avec un débat au parlement grec, lancé par l’Opposition Officielle (le principal – mais pas le seul – supporter de la troïka à l‘intérieur de la Grèce), avec pour objectif final de me faire inculper pour avoir osé contrer la troïka lorsque je fus ministre des finances durant les six premiers mois de 2015. La troïka, qui avait organisé une panique bancaire avant même que je prenne pied dans mon ministère, qui m‘avait menacé de fermeture des banques trois jours après que j‘aie assumé ma charge ministérielle, et qui avait mis en œuvre la fermeture de nos banques, avait à présent décidé de m’accuser d’avoir...fermé les banques et imposé le contrôle des capitaux. Comme tout bon harceleur, la troïka s’est montrée plus que prompte à blâmer ses victimes, et à bafouer et vilipender tout qui oserait résister à ses violences.

Ma réaction aux accusations de la troïka et à la menace d’être entraîné dans une enquête judiciaire fut simple : « Allez-y ! » « Je vous affronterai, » les ai-je défiés, « dans l’arène que vous choisirez : dans un amphithéâtre, sur un plateau de télévision, même devant une cour de justice ! » Au final, ils se sont dégonflés, et la motion parlementaire a été rejetée lorsque quelques-uns d’entre eux (un petit parti qui est habituellement totalement inféodé à la troïka) ont fait le choix stratégique de voter contre elle.

Ensuite, pour parfaire la raclée essuyée par la troïka cette semaine, le rapport du Bureau d’Évaluation Indépendante du FMI (IEO en anglais) a été publié. C’est une évaluation brutale qui ne laisse aucune place au doute quant à la théorie économique triviale et à la diplomatie à la canonnière utilisée par la troïka. Ce rapport met en difficulté le FMI, la BCE et la Commission : soit ils restaurent un minimum de leur légitimité en admettant leurs erreurs et en se séparant de ceux qui portent le plus de responsabilité dans cette affaire, ou ils ne font rien, par la même décuplant le mécontentement des citoyens européens envers l’UE, accélérant ainsi la déconstruction de cette dernière.

Lorsque j’étais ministre, occupé à négocier avec ce genre d’individus, la presse pro-troïka (ou plutôt, la presse dépendant de la troïka) affirmait que j’étais indigne de conduire ces négociations parce que j’avais osé insinuer que, de 2010 à 2014, le FMI, la BCE et la Commission avaient soumis la Grèce à des simulations de noyade fiscale, provoquant une Grande Dépression inutile en raison de leur imposition violente de politiques macroéconomiques incompétentes. Les médias de l’establishment affirmaient que le ministre des finances d’une petite nation en faillite, soumise à des simulations de noyade fiscale par les fonctionnaires de la toute-puissante troïka, ne pouvait pas se permettre de dire, que ce soit en public ou même en privé, que l’on était en train de soumettre cette petite nation en faillite à des simulations de noyade fiscale.

Ma réponse fut que nous avions tenté le silence et l’obéissance de 2010 à 2014. Le résultat ? Une perte de 28 % du revenu national, et les raisins de la colère qui « ...s’étoffaient et se faisaient de plus en plus lourd pour la récolte. » Il était donc temps de donner à la troïka des contre-propositions modérées, rationnelles, tout en refusant de continuer à hocher la tête devant leur tactique visant à « faire comme si. » Jamais on ne m’a pardonné d’avoir adopté cette position.

Un an après que la troïka ait réussi à me faire éjecter du gouvernement grec, en convaincant Alexis Tsipras à capituler devant eux contre les souhaits de 62 % des électeurs grecs, le « bureau des affaires internes » du FMI confirme maintenant que ma position était totalement justifiée, et non erronée ou peu diplomate. Dans son article du 29 juillet au sein du Daily Telegraph, Ambrose Evans-Pritcher a dit ceci à propos du rapport du Bureau d’Évaluation Indépendante du FMI :

Un sous-rapport sur la saga grecque révèle que le pays a été forcé de se soumettre à un resserrement écrasant, équivalent à 11 % du PIB sur les trois premières années. Ceci a déclenché une spirale négative auto-alimentée. Plus la situation se dégradait, plus la Grèce était forcée de sabrer – ce que l’ex-ministre des finances Yanis Varoufakis a appelé « simulation de noyade fiscale. » (Voir plus bas pour des citations pertinentes du texte d’Evans-Pritchard).

À présent, la question est : que va-t-il se passer ensuite ?

  • Quel intérêt y a-t-il à recevoir un mea culpa, si les politiques imposées au gouvernement grec sont les mêmes que celles pour lesquelles un mea culpa a été publié ?
  • Quel intérêt y a-t-il à avoir un mea culpa, si les officiels qui ont imposé des politiques aussi désastreuses et inhumaines restent en place et sont, en fait, promus en récompense de leur incompétence crasse ?

Pour résumer, il est urgent que des excuses soient adressées au peuple grec, pas seulement de la part du FMI, mais aussi de la part de la BCE et de la Commission, dont les officiels ont encouragé le FMI à procéder à la simulation de noyade fiscale de la Grèce. Mais des excuses et un mea culpa collectif de la part de la troïka seraient terriblement insuffisants. Cela doit être suivi du licenciement immédiat d’au moins trois fonctionnaires.

Le premier sur la liste est M. Poul Thomsen – le chef de la première mission du FMI en Grèce, dont l’échec retentissant (selon les propres rapport du FMI, jamais auparavant un chef de mission n’avait présidé à pire désastre macro-économique) a résulté en une promotion au poste de Responsable pour l’Europe au sein du FMI. Le second, fort proche du premier sur cette liste, est M. Thomas Wieser, le président de l’EuroWorkingGroup, qui a trempé dans toutes les politiques et tous les coups qui ont conduit à l’immolation de la Grèce et l’ignominie de l’Europe, qui sera, il faut l’espérer, rejoint dans sa retraite par M. Declan Costello, dont les empreintes se retrouvent partout au sein des instruments utilisés pour la simulation de noyade fiscale. Et, enfin, un gentleman que mes amis irlandais ne connaissent que trop bien : M. Klaus Masuch de la BCE.

Enfin, et c’est le plus important, ces excuses et ces licenciements ne serviront à rien s’ils ne sont pas suivi d’un revirement complet sur les politiques macro-économiques, fiscales et de réformes appliquées en Grèce et au-delà.

Est-ce que l’un au moins de ces éléments se produira ? Ou le rapport du Bureau d’Évaluation Indépendante du FMI ne fera qu’illuminer le ciel un instant, avant d’être vite oublié ? Les signes penchent pour la seconde voie. Dans ce cas, les chances de l’UE de regagner la confiance de ses citoyens, chances qui sont déjà trop minces, s’échapperont des mains de nos dirigeants comme du fin sable blanc.

Carpe DiEM!
Yanis Varoufakis

Citations supplémentaires du texte d’Evans-Pritchard
« Le rapport du Bureau d’Évaluation Indépendante du FMI (IEO en anglais) passe au-dessus de la tête de sa directrice, Christine Lagarde. Il ne répond qu’au conseil d’administration, et les administrateurs d’Asie et d’Amérique Latine sont clairement révoltés devant la manière avec laquelle des initiés de l’UE ont utilisé le Fonds pour sauver leur propre, riche union monétaire et leur système bancaire. »
« Si les actions du Fonds étaient compréhensibles au centre de la crise, la dure vérité est que le programme de sauvetage a sacrifié la Grèce au cours d’une            « mise en attente » destinée à sauver l’euro et les banques de l’Europe du nord. La Grèce a enduré le traditionnel choc d’austérité amené par le FMI, sans les remèdes de compensation du FMI que sont la réduction de la dette et la dévaluation monétaire pour rétablir la viabilité du pays. »
« Les plus hauts fonctionnaires du FMI ont trompé leur propre conseil d’administration, commis une série d’erreurs de jugement calamiteuses en Grèce, sont devenus des défenseurs enthousiastes du projet de l’euro, ont ignoré les signaux avertissant du déclenchement imminent d’une crise et, collectivement, ils ont échoué à maîtriser un concept élémentaire de la théorie monétaire. »
« De nombreux documents ont été préparés en dehors des canaux officiels connus ; la documentation écrite sur certains sujets sensibles n’a pas pu être localisée. »

« Le rapport de l’IEO décrit une ‘culture de la complaisance’, encline a produire des analyses ‘superficielles et mécaniques’, et retrace un effondrement de gouvernance choquant au sein du FMI, dressant un tableau trouble dans lequel on ne sait pas qui,..."

 

2016 DiEM25

You are receiving this email because you opted in at DiEM25.org

Social media pages:
Facebook | Twitter

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/bruno-delannay/blog

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Grèce
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 16:00

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Chez Air France, une semaine de grève salue l’arrivée du nouveau PDG

1 août 2016 | Par Dan Israel
 
 
 

La semaine de grève qui s'achève ce mardi a touché plus de 200 000 passagers, et les syndicats menacent de recommencer. Les hôtesses et les stewards n’acceptent pas que la direction s’engage sur leurs conditions de travail pour 17 mois seulement. C’est le baptême du feu pour Jean-Marc Janaillac, le nouveau patron arrivé le 4 juillet.

La grève qui s’achèvera chez Air France ce mardi 2 août au soir montre une fois de plus que le terrain social est brûlant dans la compagnie aérienne française. Lundi, plus de 150 vols ont encore été annulés à Roissy et à Orly suite au mouvement lancé le 27 juillet par deux des trois syndicats regroupant les stewards et les hôtesses, le SNPNC-FO et l'Unsa-PNC, qui représentent à eux deux 45 % du personnel. Selon la direction, environ 10 % des vols devraient être annulés dans la journée de mardi, dernier jour du préavis, où encore au moins un quart des PNC (personnels navigants commerciaux) devraient être en grève.

Le SNPNC estime que durant la semaine de mouvement, un pic de 70 % des personnels concernés en grève a été atteint dans les premiers jours, avant de se stabiliser à environ 50 % pendant le week-end, puis de descendre doucement. En tout, selon le syndicat, entre 210 000 et 280 000 passagers auront été touchés par la grève, en pleine période de départs et de retours de vacances. Pour la compagnie, le coût devrait être de l’ordre de 100  millions d’euros (contre 400 millions environ pour la grève de 14 jours menée par les pilotes à l’automne 2014).

 

Jean-Marc Janaillac et Frédéric Gagey, respectivement dirigeant d'Air France-KLM et d'Air France, en juillet 2016. © Reuters - John Schults Jean-Marc Janaillac et Frédéric Gagey, respectivement dirigeant d'Air France-KLM et d'Air France, en juillet 2016. © Reuters - John Schults

 

Au cœur du conflit, un sujet brûlant pour les quelque 13 600 hôtesses et stewards d’Air France : l’accord collectif fixant leurs conditions de travail. Celui qui est actuellement en vigueur arrive à son terme le 31 octobre prochain. Suite à des négociations tendues, où la direction a proposé des modifications des règles contestées par les syndicats, l’entreprise avait finalement proposé de reconduire l’accord existant, avec quelques modifications mineures, mais seulement pour 17 mois. Inadmissible pour les syndicats, qui rappellent que leurs deux précédents accords avaient été conclus pour cinq ans (en 2008), puis pour trois ans et demi. Ils craignent qu’Air France cherche simplement à gagner du temps, et à repousser les décisions douloureuses après l’élection présidentielle de mai 2017. Ils demandent que l’accord soit valable pour cinq ans, mais seraient prêts à descendre à trois ans.

« Nous rappelons que les PNC sont la seule catégorie de personnel chez Air France où les accords d’entreprise sont négociés pour une durée déterminée. Pour les personnels au sol et pour les pilotes, les conditions sont fixées par accord une fois pour toutes », explique à Mediapart Christelle Auster, secrétaire générale adjointe du SNPNC-FO. « Les salariés, et les PNC en particulier, sont devenus la seule variable d’ajustement chez Air France », se plaint la syndicaliste, qui rappelle que suite aux divers plans de réduction des coûts de la compagnie, 2 000 postes de PNC ont été supprimés en trois ans, et qui dénonce « une entreprise où la casse sociale est constante ». Un quatrième plan de départs volontaires vient d’être ouvert par la direction.

Dans ce contexte, les navigants veulent conserver, « sur le long terme », les garanties autour de leur métier, « un boulot très fatigant, qui désociabilise, où il faut travailler de nuit, accepter le décalage horaire et trouver des solutions pour faire garder ses enfants, ce qui coûte très cher », énumère Christelle Auster. Les PNC refusent aussi les projets de réduction du nombre d’hôtesses et de stewards sur certaines lignes, prévu sur quelques vols moyen-courriers.

Une grève d’une semaine en plein cœur de l’été, jamais l’entreprise n’avait connu cela. Et pourtant, durant ces journées sous forte tension, la direction n’a pas contacté les syndicats à l’origine du mouvement. « C’est malheureusement le reflet des négociations telles qu’elles se déroulent chez nous », regrette la syndicaliste. En fait, cinq jours avant le début de la grève, les discussions entre direction et syndicats ont capoté, et chacun campe depuis sur ses positions.

Samedi sur France Info, le directeur des ressources humaines Gilles Gateau a estimé que « ce mouvement n'a pas lieu d'être, à cette période en particulier ». Quelques jours auparavant, Frédéric Gagey, le dirigeant d’Air France (branche française du groupe Air France-KLM), assurait dans Le Parisien qu’il n’y avait aucune raison « de nous soupçonner de vouloir prendre nos salariés en traître ». « On ne se met pas en grève dans une telle période, au risque de compromettre le redressement d'Air France », avertissait-il alors. Mais ce lundi dans Les Échos, le directeur général adjoint, Pierre-Olivier Bandet, donnait pourtant du grain à moudre aux syndicats, en sous-entendant qu’il souhaitait réduire les avantages accordés aux PNC : « L'enjeu est la santé du transport aérien français, donc l'emploi de navigants français. Les passagers veulent des prix à la baisse. On ne peut se décaler par rapport à d'autres compagnies qui ont fait de gros efforts de compétitivité. »

 

En interne, des salariés plutôt compréhensifs

Dans ce bras de fer, les PNC ont plutôt pu compter sur le soutien des autres salariés de l’entreprise. Le troisième syndicat représentatif, l’Unac (environ 22 % des hôtesses et stewards), a certes décidé début juillet de repousser son préavis de grève à la mi-octobre, les grévistes ont tout de même reçu le soutien de trois syndicats de pilotes d'Air France (SNPL, SPAF et Alter).

Quant aux salariés du « sol », ils ne semblent pas trop hostiles au mouvement si l’on en croit Marc Saladin, secrétaire général de l’Unsa pour cette catégorie de personnel ...

 

*Suite de l'article sur mediapart

 

 

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 13:10

Source : https://www.quechoisir.org/comparatif-ingredients-indesirables-n941/

 

 

Comparatif

Substances toxiques dans les cosmétiques

Publié le : 04/05/2016 

 

Substances toxiques dans les cosmétiques
 

Test portant sur 237 produits

Retrouvez dans notre tableau la liste des produits cosmétiques dans lesquels nous avons repéré un ou plusieurs ingrédients indésirables. Irritants, allergènes, perturbateurs endocriniens… les substances toxiques ne sont pas rares dans les produits d’hygiène et de beauté, qu’il s’agisse de gels douche, dentifrices, shampoings ou déodorants. Cette liste est amenée à évoluer car les fabricants reformulent leurs produits, les retirant régulièrement des rayons pour en mettre d’autres sur le marché.
 
 
 
 
 
Produit Ingrédients indésirables Présence d'allergènes
A-derma - Gel lavant douceur Bébé Primalba, bébé
A-derma
Gel lavant douceur Bébé Primalba, bébé
Toilette tout-petit - Produit acheté en mars 2016
 
Phenoxyethanol  Non
Arthrodont - Protect, gel dentifrice fluoré, acide glycyrrhétinique, fluorinol
Arthrodont
Protect, gel dentifrice fluoré, acide glycyrrhétinique, fluorinol
Dentifrice - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate, Sodium Propylparaben  Oui
Avène  - TriXéra+ selectiose, baume émollient visage et corps
Avène
TriXéra+ selectiose, baume émollient visage et corps
Hydratant corporel - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane, Phenoxyethanol  Non
Axe - Dry Provocation, 48h anti-transpirant spray
Axe
Dry Provocation, 48h anti-transpirant spray
Déodorant ou anti-transpirant - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Oui
Bioderma - Atoderm Crème
Bioderma
Atoderm Crème
Hydratant corporel - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane, Phenoxyethanol  Non
Biolane - Shampooing douceur, usage fréquent pour toute la famille
Biolane
Shampooing douceur, usage fréquent pour toute la famille
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Methylchloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone  Non
Carrefour - Lingettes intimes x 20, fraîcheur au quotidien
Carrefour
Lingettes intimes x 20, fraîcheur au quotidien
Toilette intime - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate, Butylparaben, Propylparaben, Sodium Propylparaben  Non
Colgate - Défi zéro Carie avec neutraliseur d'acides de sucre
Colgate
Défi zéro Carie avec neutraliseur d'acides de sucre
Dentifrice - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate  Oui
Colgate - Max white for men menthe explosive
Colgate
Max white for men menthe explosive
Dentifrice - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate  Non
Colgate - Max White one, menthe sensation
Colgate
Max White one, menthe sensation
Dentifrice - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate  Oui
Corine de Farme - Lingettes fraîcheur, nettoient, rafraîchissent, tous types de peaux
Corine de Farme
Lingettes fraîcheur, nettoient, rafraîchissent, tous types de peaux
Toilette intime - Produit acheté en mars 2016
 
Methylisothiazolinone  Non
Dove - Go fresh 48H format compressé parfum grenade et verveine citronnée
Dove
Go fresh 48H format compressé parfum grenade et verveine citronnée
Déodorant ou anti-transpirant - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Oui
Ducray - Argéal, shampooing traitant sébo-absorbant, usage fréquent pour cheveux gras
Ducray
Argéal, shampooing traitant sébo-absorbant, usage fréquent pour cheveux gras
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Methylisothiazolinone, Sodium Lauryl Sulfate  Non
Emoform - Dents sensibles, au fluor
Emoform
Dents sensibles, au fluor
Dentifrice - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate  Non
Femfresh - Déodorant fraîcheur intime
Femfresh
Déodorant fraîcheur intime
Soin hygiène intime - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Non
Femfresh - Soin d'intimité, 10 lingettes intimes, rafraîchissantes et hydratantes
Femfresh
Soin d'intimité, 10 lingettes intimes, rafraîchissantes et hydratantes
Toilette intime - Produit acheté en mars 2016
 
Butylparaben, Propylparaben  Non
Garancia - Abracadabaume Perfect Illusion
Garancia
Abracadabaume Perfect Illusion
Crème anti rides - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Non
Garnier Ultra Doux - Shampooing purifiant sans silicone à l'argile douce et cédrat
Garnier Ultra Doux
Shampooing purifiant sans silicone à l'argile douce et cédrat
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Ammonium Lauryl Sulfate  Oui
Head&Shoulders - Shampooing antipelliculaire, classic
Head&Shoulders
Shampooing antipelliculaire, classic
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate, Methylchloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone  Oui
Intima - Gel apaisant de toilette intime, confort extrême
Intima
Gel apaisant de toilette intime, confort extrême
Toilette intime - Produit acheté en mars 2016
 
Methylisothiazolinone  Non
Klorane - Bébé, nutrition crème au cold cream, peaux sèches, très sèches (sans paraben, sans alcool)
Klorane
Bébé, nutrition crème au cold cream, peaux sèches, très sèches (sans paraben, sans alcool)
Hydratant corporel tout-petit - Produit acheté en mars 2016
 
Phenoxyethanol  Non
Klorane - Cible Homme baume après-rasage
Klorane
Cible Homme baume après-rasage
Après-rasage - Produit acheté en mars 2016
 
Propylparaben  Non
Klorane - Lait corporel hydratant, peaux sèches et sensibles
Klorane
Lait corporel hydratant, peaux sèches et sensibles
Hydratant corporel - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Non
Klorane - Shampooing à la pivoine apaisant et anti irritant, cuirs chevelus irrités, démangeaisons
Klorane
Shampooing à la pivoine apaisant et anti irritant, cuirs chevelus irrités, démangeaisons
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Methylisothiazolinone  Non
Klorane - Shampooing à la quinine et aux vitamines B
Klorane
Shampooing à la quinine et aux vitamines B
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Methylisothiazolinone, Propylparaben  Non
L'Oréal - BB anti-cernes universel Nude magique BB concealer
L'Oréal
BB anti-cernes universel Nude magique BB concealer
BB crème - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane, Ethylhexyl Methoxycinnamate  Non
L'Oréal - Crayon confort longue durée, Color riche Le Khôl
L'Oréal
Crayon confort longue durée, Color riche Le Khôl
Eye-liner - Produit acheté en mars 2016
 
Propylparaben  Non
L'Oréal - Elsève Color-Vive, shampooing soin
L'Oréal
Elsève Color-Vive, shampooing soin
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Ethylhexyl Methoxycinnamate  Oui
L'Oréal - Elsève Fibralogy, shampooing créateur de matière
L'Oréal
Elsève Fibralogy, shampooing créateur de matière
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate, Methylchloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone  Oui
L'Oréal - Men Expert, pure power, gel nettoyant au charbon multi-purifiant
L'Oréal
Men Expert, pure power, gel nettoyant au charbon multi-purifiant
Nettoyant visage - Produit acheté en mars 2016
 
Methylisothiazolinone  Oui
La Roche-Posay - Anthelios dermo-pediatrics 50+, lait, peau sensible de l'enfant
La Roche-Posay
Anthelios dermo-pediatrics 50+, lait, peau sensible de l'enfant
Crème solaire enfant - Produit acheté en mars 2016
 
Phenoxyethanol  Non
Laino - Crème pour les mains sèches à gercées cire d'abeille
Laino
Crème pour les mains sèches à gercées cire d'abeille
Crème mains - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane, Methylisothiazolinone  Non
Le Petit Marseillais - Douceur & réparation au lait d'amande douce & graine de lin, cheveux longs, pointes fragiles
Le Petit Marseillais
Douceur & réparation au lait d'amande douce & graine de lin, cheveux longs, pointes fragiles
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Ammonium Lauryl Sulfate  Non
Le Petit Marseillais - Shampooing force et éclat cheveux normaux, aux extraits de pomme & feuilles d'olivier
Le Petit Marseillais
Shampooing force et éclat cheveux normaux, aux extraits de pomme & feuilles d'olivier
Shampooing - Produit acheté en mars 2016
 
Ammonium Lauryl Sulfate  Non
Le Petit Olivier - Crème corps hydratante, huile d'olive, peaux sèches et sensibles
Le Petit Olivier
Crème corps hydratante, huile d'olive, peaux sèches et sensibles
Hydratant corporel - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Non
Le Petit Olivier - Démêlant soin sans rinçage aux huiles d'olive karité argan
Le Petit Olivier
Démêlant soin sans rinçage aux huiles d'olive karité argan
Soin capillaire - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane, Methylisothiazolinone  Oui
Lovea (Laboratoires Biocos) - Nature, Lait corps tonifiant papaye
Lovea (Laboratoires Biocos)
Nature, Lait corps tonifiant papaye
Hydratant corporel - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Oui
Mixa - Intensif peaux sèches, lait corps antidessèchement
Mixa
Intensif peaux sèches, lait corps antidessèchement
Hydratant corporel - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane, Propylparaben  Oui
Monoprix - Lait démaquillant douceur, hydrate et adoucit
Monoprix
Lait démaquillant douceur, hydrate et adoucit
Démaquillant - Produit acheté en mars 2016
 
Methylisothiazolinone  Non
Narta  - Anti-transpirant Homme nord extrême
Narta
Anti-transpirant Homme nord extrême
Déodorant ou anti-transpirant - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Oui
Nuxe - Rêve de miel Baume lèvres ultra-nourrissant
Nuxe
Rêve de miel Baume lèvres ultra-nourrissant
Soin des lèvres - Produit acheté en mars 2016
 
Ethylhexyl Methoxycinnamate  Oui
Oral-B - 3D White luxe perfection
Oral-B
3D White luxe perfection
Dentifrice - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate  Oui
Oral-B - Pro-expert, premium, protection des gencives
Oral-B
Pro-expert, premium, protection des gencives
Dentifrice - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate  Non
Parogencyl - Sensibilité gencives
Parogencyl
Sensibilité gencives
Dentifrice - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate, Propylparaben  Oui
Saforelle - Bébé gel lavant doux, hypoallergénique, sans savon, à la bardane
Saforelle
Bébé gel lavant doux, hypoallergénique, sans savon, à la bardane
Toilette intime enfant - Produit acheté en mars 2016
 
Methylisothiazolinone  Non
Saforelle - Crème apaisante, soin intime et corporel, usage quotidien
Saforelle
Crème apaisante, soin intime et corporel, usage quotidien
Soin hygiène intime - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane, Propylparaben  Oui
Saforelle - Lingettes intimes fraîcheur & douceur à tout moment, à la bardane
Saforelle
Lingettes intimes fraîcheur & douceur à tout moment, à la bardane
Toilette intime - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Oui
Saugella - Girl, émulsion lavante douce pour l'hygiène intime
Saugella
Girl, émulsion lavante douce pour l'hygiène intime
Toilette intime enfant - Produit acheté en mars 2016
 
Phenoxyethanol  Non
Schwarzkopf - Got2b coup de tête gel fibre décoiffant
Schwarzkopf
Got2b coup de tête gel fibre décoiffant
Gel coiffant - Produit acheté en mars 2016
 
Methylisothiazolinone  Oui
Signal - Interdentaire, Intégral 8 actions
Signal
Interdentaire, Intégral 8 actions
Dentifrice - Produit acheté en mars 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate  Oui
SVR - Chronolys crème, besoin d'hydratation et d'énergie
SVR
Chronolys crème, besoin d'hydratation et d'énergie
Crème visage - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Non
SVR - Xérial 10, lait corps
SVR
Xérial 10, lait corps
Hydratant corporel - Produit acheté en mars 2016
 
Cyclopentasiloxane  Non
Activilong - Junior, spray magique ultra-lissant, amande douce
Activilong
Junior, spray magique ultra-lissant, amande douce
Lissant capillaire - Produit acheté en janvier 2016
 
Cyclopentasiloxane, Ethylhexyl Methoxycinnamate  Oui
Activilong - Junior, système défrisant conditionneur sans soude
Activilong
Junior, système défrisant conditionneur sans soude
Lissant capillaire - Produit acheté en janvier 2016
 
Propylparaben, Methylchloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone  Oui
Adidas - Anti-transpirant 48h, Climacool
Adidas
Anti-transpirant 48h, Climacool
Déodorant ou anti-transpirant - Produit acheté en janvier 2016
 
Cyclopentasiloxane  Oui
Adidas - Fresh Cool & Dry 48h anti-transpirant spray
Adidas
Fresh Cool & Dry 48h anti-transpirant spray
Déodorant ou anti-transpirant - Produit acheté en janvier 2016
 
Cyclopentasiloxane  Oui
Axe - Dry Dark Temptation, 48h anti-transpirant spray
Axe
Dry Dark Temptation, 48h anti-transpirant spray
Déodorant ou anti-transpirant - Produit acheté en janvier 2016
 
Cyclopentasiloxane  Oui
Baumes de Provence - Lait corps nourissant, miel & jasmin
Baumes de Provence
Lait corps nourissant, miel & jasmin
Hydratant corporel - Produit acheté en janvier 2016
 
Methylchloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone  Oui
Bébé Cadum - Baume hydratant apaisant, bonne nuit
Bébé Cadum
Baume hydratant apaisant, bonne nuit
Hydratant corporel tout-petits - Produit acheté en janvier 2016
 
Phenoxyethanol  Non
Biancoril - Dentifrice protection caries
Biancoril
Dentifrice protection caries
Dentifrice - Produit acheté en janvier 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate, Sodium Propylparaben  Oui
bien-être - Eau de lavande naturelle 70°
bien-être
Eau de lavande naturelle 70°
Eau de Cologne - Produit acheté en janvier 2016
 
Ethylhexyl Methoxycinnamate  Oui
Biolane - Biolane, lait de toilette douceur
Biolane
Biolane, lait de toilette douceur
Lait de toilette - Produit acheté en janvier 2016 mais reformulé en septembre 2015 : suppression de l’ingrédient pointé ici. Les deux versions sont encore en vente. Scrutez les étiquettes.
 
Methylisothiazolinone  Oui
Biolane - Lingettes pocket visage et mains
Biolane
Lingettes pocket visage et mains
Lingettes tout-petits - Produit acheté en janvier 2016. Le fabricant nous a signalé la suppression de l’ingrédient indésirable. Vérification en cours par nos soins.
 
Methylisothiazolinone  Non
Biolane - Solution micellaire, nettoyant sans rinçage, peaux sèches et sensibles
 
Biolane
Solution micellaire, nettoyant sans rinçage, peaux sèches et sensibles
Lotion de toilette - Produit acheté en janvier 2016. Le fabricant nous a signalé la suppression de l’ingrédient indésirable. Vérification en cours par nos soins.
 
Methylisothiazolinone  Non
Biotherm - Aquasource BB cream
Biotherm
Aquasource BB cream
BB crème - Produit acheté en janvier 2016
 
Ethylhexyl Methoxycinnamate  Non
Biotherm - Eau pure, eau de toilette vaporisateur
Biotherm
Eau pure, eau de toilette vaporisateur
Eau de toilette ou de parfum - Produit acheté en janvier 2016
 
Ethylhexyl Methoxycinnamate  Oui
Bourjois - BB bronzing cream 8 en 1
Bourjois
BB bronzing cream 8 en 1
BB crème - Produit acheté en janvier 2016
 
Ethylhexyl Methoxycinnamate  Oui
Bourjois - Beauty' full volume mascara
Bourjois
Beauty' full volume mascara
Mascara - Produit acheté en janvier 2016
 
Cyclopentasiloxane  Non
Bourjois - Déshabillez moi!, gel douche aphrodisiaque, extrait de gingembre
Bourjois
Déshabillez moi!, gel douche aphrodisiaque, extrait de gingembre
Gel douche - Produit acheté en janvier 2016
 
Methylisothiazolinone  Oui
Bourjois - Glamour Lovely, eau de parfum
Bourjois
Glamour Lovely, eau de parfum
Eau de toilette ou de parfum - Produit acheté en janvier 2016
 
Ethylhexyl Methoxycinnamate  Oui
Brut - Après-rasage Original
Brut
Après-rasage Original
Après-rasage - Produit acheté en janvier 2016
 
Ethylhexyl Methoxycinnamate  Oui
Caramel et huile d'argan - Cheveux secs, L'ensoleiilé, masque nutrition sans rinçage
Caramel et huile d'argan
Cheveux secs, L'ensoleiilé, masque nutrition sans rinçage
Soin capillaire - Produit acheté en janvier 2016
 
Cyclopentasiloxane  Oui
Carré homme (marque repère, Leclerc) - Baume après-rasage hydratant
Carré homme (marque repère, Leclerc)
Baume après-rasage hydratant
Après-rasage - Produit acheté en janvier 2016
 
Cyclopentasiloxane, Propylparaben, Methylisothiazolinone  Non
Carrefour - Dentifrice 4 en 1
Carrefour
Dentifrice 4 en 1
Dentifrice - Produit acheté en janvier 2016
 
Sodium Lauryl Sulfate, Sodium Propylparaben  Non
Carrefour kids - Bubble gum, 3-6 ans, dentifrice Tom & Jerry
Carrefour kids
Bubble gum, 3-6 ans, dentifrice Tom & Jerry
Dentifrice - Produ

 

Source : http://www.linternaute.com/actualite/societe/1281954-cosmetiques-dangereux-185-produits-pointes-la-liste-complete-de-l-ufc-que-choisir/

 

 

Cosmétiques dangereux : la liste complète des 185 produits pointés par UFC-Que Choisir

UFC-Que Choisir vient de publier une liste de 185 produits cosmétiques courants qu'elle juge préoccupants du fait de substances potentiellement dangereuses...

 

 

[Mis à jour le 3 mars 2016 à 9h25] La liste a de quoi faire peur. Par son ampleur d'abord, mais aussi par le type de produits, extrêmement courants quelle contient. L'association UFC-Que Choisir vient a publié le 23 février 2016 une liste de 185 produits cosmétiques qu'elle juge "préoccupants" du fait de la présence dans leur composition de substances potentiellement dangereuses... Après que les produits cosmétiques destinés aux nourrissons ont été pointés, c'est donc désormais le monde des adultes qui est concerné. Mais la liste des substances dangereuses reste sensiblement la même : on parle ici d'allergènes, de composés toxiques ou de perturbateurs endocriniens qui peuvent jouer sur la santé des consommateurs.

Dans le détail, l'association de défense des consommateurs a ainsi listé 62 allergènes. 55 d'entre eux comportent une substance suffisamment inquiétante pour que la ministre de l'Environnement Ségolène Royal demande son interdiction auprès de l'UE : la methylisothiazolinone (MIT), un conservateur. Ce dernier est particulièrement utilisé dans les produits de toilette sans rinçage. Dans la liste d'UFC-Que Choisir, on trouve par ailleurs 101 produits contenant des perturbateurs endocriniens ou encore 26 contenant des "parabènes à longue chaîne".

 

Voici la liste complète publiée sur le site de l'Association UFC-Que Choisir :

 

Dans son communiqué, UFC-Que Choisir pointe la responsabilité des grandes marques et des distributeurs dans cette situation, assurant que ces derniers continuent à utiliser des produits préoccupants malgré les "alertes répétées" des médecins et des dermatologues. L'association frappe donc un grands coup en recommandant de ne plus acheter les produits contenant ces composés. Les professionnels du secteur ont rapidement réagi, la fédération des entreprises de la beauté (Febea) tentant de nuancer le constat de l'association : selon Anne Dux, directrice des affaires scientifiques et réglementaires, "il n'y a aucune inquiétude à avoir concernant l'usage des produits cosmétiques présents sur le marché français". Et la Febea de rappeler le cadre réglementaire auquel ces produits sont soumis. La réglementation européenne en la matière est "la plus exigeante" au monde selon le communiqué.

Des universitaires ont aussi pris la défense de ces cosmétiques, à l'instar de Céline Couteau, maître de conférences en pharmacie industrielle et cosmétologie et Laurence Coiffard, professeur en galénique et cosmétologie à l'Université de Nantes, qui ont signé le 25 février une tribune sur le site The Conversation. Pour elles, "les cosmétiques ne sont pas si dangereux !" "Si nous aimons, toutes deux, épingler les petits et gros travers de l'industrie cosmétique et tirer certaines sonnettes d'alarme à bon escient, il n'est pas raisonnable de créer une psychose vis-à-vis des produits dont nous avons tous le plus grand besoin", indiquent les deux scientifiques qui dénoncent "une information beaucoup trop alarmiste". Sur le fond, elles répondent point par point à l'enquête de l'UFC-Que Choisir : la méthylisothiazolinone reconnu comme étant allergisant ? Il faut certes le faire savoir, mais elle remplace le paraben. Les perturbateurs endocriniens ? Des molécules "des millions de fois moins oestrogéniques" que certains éléments de notre organisme et qui seront filtrés par notre "barrière cutanée". Le phénoxyéthanol ? Il a fait l'objet d'une recommandation des autorités françaises et non d'une interdiction... Le tout agrémenté d'une salve contre les produits bio, qui seraient eux aussi bourrés d'allergènes ou d'alcool.

 

 

Source : http://www.linternaute.com/actualite/societe/1281954-cosmetiques-dangereux-185-produits-pointes-la-liste-complete-de-l-ufc-que-choisir/

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 21:18

 

Source : http://www.courrierinternational.com

 

 

économie. Ces 147 sociétés qui dominent le monde

Publié le

 

 

Les 1 318 entreprises transnationales qui forment le noyau de l'économie.
Les compagnies en superconnection sont rouge,
les compagnies très reliées sont jaunes.
La taille du point représente le revenu. - PloS One Image: PLoS One

 

L’économie mondiale est hyperconcentrée, selon une équipe de chercheurs de Zurich. Leur étude souligne la fragilité d’un système financier contrôlé par un petit groupe de multinationales, liées entre elles par des participations croisées.

La science a peut-être bien confirmé les pires craintes des indignés qui ont manifesté contre le pouvoir financier. L’étude des relations entre 43 000 multinationales a en effet mis en évidence l’existence d’un groupe relativement restreint de sociétés – pour la plupart des banques – jouissant d’une influence disproportionnée sur l’économie mondiale.

Selon les spécialistes des systèmes complexes que nous avons interrogés, ces travaux, qui
fournissent une remarquable tentative d’analyse du pouvoir économique mondial,
pourraient servir de base de travail pour définir les moyens de renforcer la stabilité du capitalisme.

L’idée qu’une poignée de banquiers contrôle de vastes secteurs de l’économie mondiale n’est
pas nouvelle pour les militants d’Occupy Wall Street. Mais cette étude, menée par trois théoriciens des systèmes complexes de l’Institut fédéral suisse de technologie de Zurich, est la première à dépasser le cadre idéologique pour démontrer de manière empirique l’existence d’un tel réseau de pouvoir. Pour ce faire, Stefania Vitali, James Glattfelder et Stefano Battiston ont combiné les formules mathématiques utilisées depuis longtemps pour modéliser les systèmes
naturels avec des données relatives aux entreprises afin de cartographier les liens capitalistiques entre multinationales. “ La réalité est tellementcomplexe qu’il faut s’éloigner des dogmes, que ce soient ceux du libéralisme ou ceux des tenants de la théorie du complot, explique James Glattfelder. Notre analyse est fondée sur la réalité.”

Exploitant la base de données Orbis 2007, qui enregistre 37 millions d’entreprises et d’investisseurs à travers le monde, les chercheurs en ont extrait les multinationales (43 060 au total) ainsi que les participations en capital qui les relient. Ils ont ensuite observé quelles sociétés en contrôlaient d’autres par l’intermédiaire des réseaux d’actionnariat et ont associé ces données au chiffre d’affaires de chacune d’entre elles afin de définir la structure du pouvoir économique.

Ces travaux, publiés par la revue scientifique en ligne PloS One, mettent en évidence un noyau
de 1 318 entreprises liées par des participations croisées. Chacune a des liens avec deux autres ou plus, avec une moyenne de 20 connections. De surcroît, ces 1 318 sociétés, qui représentent 20 % du chiffre d’affaires mondial, possèdent collectivement la majorité des plus grandes entreprises et sociétés ,de production du monde – celles qui constituent “l’économie réelle” – , soit 60 % du chiffre d’affaires mondial.

En poussant plus loin ses recherches, le trio a fait apparaître l’existence d’une “superentité” de 147 sociétés encore plus interconnectées (la totalité du capital de chacune d’elles est détenue par d’autres membres de l’entité) qui contrôle 40 % de la richesse totale du réseau. “Dans les faits, moins de 1 % des sociétés contrôlent 40 % du réseau”, résume Glattfelder. La plupart sont des institutions financières. Parmi les vingt premières figurent Barclays, JPMorgan Chase et Goldman Sachs.

La concentration du pouvoir n’est ni bonne ni mauvaise en elle-même, explique l’équipe de Zurich. Ce qui peut poser problème, ce sont les interconnexions. Ainsi que le monde l’a appris en 2008, ce genre de réseaux est en effet instable. “ Quand une [société] a des problèmes, il y a un risque de contagion ”, explique Glattfelder.

Yaneer Bar-Yam, responsable du New England Complex Systems Institute (Necsi) à Cambridge, dans le Massachusetts, fait toutefois observer que les chercheurs de Zurich présument que la propriété signifie le contrôle, ce qui n’est pas toujours vrai. La plupart des actions sont entre les mains de gestionnaires de fonds qui ne contrôlent pas forcément ce que font réellement les entreprises qu’ils possèdent partiellement. Savoir quel effet cela peut avoir sur le comportement du système nécessiterait des analyses supplémentaires.

En mettant ainsi à jour l’architecture du pouvoir économique mondial, cette étude pourrait contribuer à le rendre plus stable. Une fois les vulnérabilités du système identifiées, les économistes pourraient imaginer des mesures visant à éviter des effondrements en cascade. Pour Glattfelder, il faudrait peut-être étendre les règles nationales antitrust au niveau international afin de limiter les interconnexions excessives. George Sugihara, un spécialiste des systèmes complexes à la Scripps Institution of Oceanography à La Jolla, en Californie,
qui a conseillé la Deutsche Bank, propose une autre solution : taxer les sociétés trop interconnectées afin de les inciter à limiter le risque.

Reste un point qui ne fera pas l’unanimité auprès des indignés : il est peu probable que ce noyau d’entreprises soit le résultat d’un complot. “Ce genre de structure est très répandu dans la nature”, assure Sugihara. Dans n’importe quel réseau, les nouveaux arrivants cherchent de préférence à créer des liens avec les membres les mieux connectés. Les multinationales entrent au capital des autres multinationales pour des raisons commerciales, pas pour devenir les maîtres du monde. Et les participants les plus connectés attirent également le plus de capitaux, explique Dan Braha, chercheur au Necsi. “Le fait, dénoncé par les militants d’Occupy Wall Street, que 1 % de la population possède l’essentiel des richesses est le résultat logique de l’économie auto-organisée.”

Pour l’équipe de Zurich, la véritable question est de savoir si la superentité peut exercer un
pouvoir politique. Selon John Driffill, spécialiste en macroéconomie à l’université de Londres, ces 147 entreprises sont trop nombreuses pour former une collusion. Braha, lui, estime qu’elles se concurrencent sur le marché mais agissent ensemble pour protéger des intérêts communs. Résister à tout changement dans la structure du réseau fait peut-être partie de ces intérêts.

Andy Coghlan et Debora Mackenzie
 

Le top 10 des sociétés superconnectées

Parmi la “superentité” de 147 sociétés identifiée par Stefania Vitali,
James B. Glattfelder et Stefano Battiston,
voici les dix qui comptent le plus de participations croisées :

■ 1 - Barclays PLC (banque, Royaume-Uni)
■ 2 - Capital Group Companies Inc. (fonds de pension, Etats-Unis)
■ 3 - FMR Corporation (services financiers, Etats-Unis)
■ 4 - AXA (banque et assurance, France)
■ 5 - State Street Corporation (services financiers, Etats-Unis)
■ 6 - JPMorgan Chase & Co (banque, Etats-Unis)
■ 7 - Legal & General Group PLC (gestion d’épargne, Royaume-Uni)
■ 8 - Vanguard Group Inc (gestionnaire de placements, Etats-Unis)
■ 9 - UBS AG (banque, Suisse)
■ 10 - Merrill Lynch & Co Inc (banque, Etats-Unis)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22