Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 19:30

 

 midi-pyrenees.france3.fr - Publié le 14/01/2012 | 19:39 Par SC  

 


200 "indignés" place du Vigan à Albi

200 "indignés" place du Vigan à Albi

 

Ils étaient environ 200 indignés rassemblés ce samedi à Albi place du Vigan. Un premier rassemblement, prévu depuis une semaine. Une ambiance festive pour dénoncer la main mise de la finance sur le monde. Des indignés peu ébranlé par la dégradation de la france de AAA en AA+.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 19:23

 

Romandie News - (©AFP / 14 janvier 2012 19h53)

 

CITE DU VATICAN - La police italienne est intervenue samedi de manière musclée contre une cinquantaine d'indignés en provenance de plusieurs pays, notamment d'Espagne et de France, qui manifestaient sur la place Saint-Pierre pour contester le pouvoir du pape et la richesse du Vatican.

Après avoir passé près de trois heures devant la crèche géante installée sur la place en criant des slogans hostiles au pape ou au Vatican, les manifestants ont été évacués manu militari par les forces de l'ordre, a constaté l'agence d'informations religieuses I.Media.

Ces dizaines de jeunes, en majorité Espagnols, Français, Italiens, Belges ou Grecs, s'étaient installés au pied du sapin de Noël dressé à côté de la crèche géante, devant la basilique.

Ils criaient de nombreux slogans, parmi lesquels : Eglise corrompue, pape criminel ou encore Vatican paie les impôts comme tout le monde.

Alors qu'ils avaient planté quelques tentes derrière les barrières entourant la crèche et le sapin, ils ont été, dans un premier temps, évacués des lieux par la police italienne et par des hommes de la Gendarmerie vaticane.

Trois manifestants ont été arrêtés par les forces italiennes, en charge de la sécurité de la place, dont l'un qui avait grimpé dans le sapin de Noël. Ils ont été conduits dans un commissariat.

La police a donné quelques coups de matraque et attrapé plusieurs jeunes par les pieds et les épaules. De nombreux indignés ont résisté, les mains levées en l'air, au cri de Non à la violence. Francisco, un jeune Espagnol, a été blessé, frappé au visage par un policier.

En quelques minutes, le groupe s'est retrouvé en dehors du territoire du Vatican, sur la place Pie XII, au milieu d'une bonne centaine d'hommes des forces de l'ordre.

Le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège a jugé juste et opportune cette évacuation. Interrogé par l'agence italienne Ansa, le père Federico Lombardi a expliqué que les manifestants avaient voulu utiliser la place Saint-Pierre de manière impropre, regrettant leurs expressions et leurs actes.

Selon Gigi, un des responsables du mouvement, le Vatican fait partie des riches et nous contestons sa suprématie. Cette militante belge précise que le mouvement, qui comptait de nombreux croyants, ne conteste pas l'aspect spirituel ou l'engagement de l'Eglise.

Sur un site Internet (http://indignado.org), un autre mouvement annonce que les indignés entendent occuper en mai prochain durant trois jours la place Saint-Pierre, au centre moral du capitalisme mondial.

Selon le manifestant espagnol Julian Gardia, personne n'a été blessé gravement mais ce qui s'est passé est très grave, parce que nous manifestions aussi pour eux, pour les policiers, en ce moment de crise pour tous.

Cette manifestation a eu lieu quelques heures après que le président du Conseil Mario Monti se fut entretenu de la crise économique en Italie avec le pape Benoît XVI.

Le mouvement parti d'Espagne pourrait reprendre de l'ampleur en Italie à la faveur de l'aggravation de la crise et des mesures d'austérité adoptées par le gouvernement de Rome.


(©AFP / 14 janvier 2012 19h53)

 

http://www.romandie.com/news/n/_Intervention_musclee_de_la_police_contre_les_indignes_au_Vatican140120121901.asp

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 18:58

ledevoir.com - il y a 9 heures -  

 

Les photos de Jacques Nadeau

Les Indignés de Montréal
    Les Indignés ont dû sortir les pelles ce matin au square Victoria.
Photo : - Le Devoir Jacques Nadeau
Les Indignés ont dû sortir les pelles ce matin au square Victoria.
    Le camp des Indignés de Montréal était couvert de neige ce matin.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 18:50
lindependant.fr
 Le 14/01/2012 à 06h00

 

 

AGIR Le Collectif narbonnais des Indigné(e) s et des Révolté(e) s sera une nouvelle fois dans la rue ce dimanche 15 janvier, et plus précisément devant les Halles. Le rendez-vous est fixé à 10 h 30, et les membres du collectif échangeront avec les passants.

Un repas pourra même être partagé sur le parvis Mirabeau avec ce que chacun et chacune aura pu apporter.

A 14 h, une assemblée populaire sera organisée, AG à laquelle tout un chacun pourra participer.

"Un temps de réelle démocratie ensemble pour envisager les actions futures. Nos revendications sont multiples et touchent à l'économie, au social, au politique", souligne le Collectif narbonnais des Indignés.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 18:46

 

 

sudouest.fr

06h00 -Par Emmanuelle Chiron


Au-delà des actions menées, comme celle qui se prépare aujourd'hui, le mouvement saintais des Indignés s'est structuré.

 

 

Pour les Indignés, se réunir correspond à « partager un grand pique-nique avec les idées des autres ».

Pour les Indignés, se réunir correspond à « partager un grand pique-nique avec les idées des autres ». (photos dr)

Nicolas et Jean-François sont « des Indignés ». Mais aujourd'hui, ça veut dire quoi être un « Indigné » ? Les passants les aperçoivent bien ces gens qui brandissent des pancartes, discutent dans la rue et écrivent des slogans à même le sol. Mais savent-ils vraiment que ces Indignés se réunissent tous les lundis soirs, chez un particulier ? Peut-être pas. Et savent-ils aussi qu'ils parlent pendant des heures, se confrontent car ils n'ont pas tous la même opinion, et qu'ils essayent, au final, de faire ressortir quelque chose de bon de tout ça ?

« Tous désobéissants »

Ils sont pourtant une centaine d'Indignés à se réunir le lundi soir à Saintes. « Nous ne sommes pas une centaine chaque soir, ça tourne. C'est un temps de discours et d'échanges, raconte Nicolas. Ça me fait penser au film " Tous au Larzac " quand ils disent qu'il y a une porosité des idées à être tous collés les uns aux autres, là c'est pareil, nos idées finissent par se mêler même si nous n'avons pas les mêmes. »

Échanger, sans oublier de se faire remarquer, reste leur credo. « D'où les actions comme celle d'aujourd'hui, pour essayer de dire aux autres " qu'est-ce que c'est d'être indigné " », explique Jean-François.

Une manifestation qui rendra hommage aux désobéissants avec la distribution de faux billets. « Nous sommes tous des désobéissants », rappelle Jean-François. « Aujourd'hui, des lois européennes sont pondues mais elles sont inapplicables, du coup de plus en plus de gens sont dans l'illégalité même s'ils ne le savent pas vraiment », renchérit Nicolas.

Les deux Indignés ne pensent pas être les plus grands intellectuels de la planète, mais pour eux, « il suffit de lire ce qui fait réfléchir aujourd'hui, ce n'est pas compliqué ». Engagés et lucides sur l'état de la société et de la démocratie, ces Saintais souhaitent faire passer ce message aujourd'hui, à 14 heures, devant le palais de justice. « Prévoyez vos après-ski et doudoune, il va faire froid », prévient Nicolas. Un vent frais ne les empêchera pas de discuter et d'entreprendre une de leur assemblée populaire. Ils « occuperont la place » comme leurs homonymes à Cognac, à Angoulême et à La Rochelle.

La porte est ouverte

« Nous nous sommes rencontrés et nous essayons de partir sur des actions communes », détaille Jean-François. La porte n'est pas fermée chez les membres du mouvement, bien au contraire, il suffit de la pousser pour prendre place. « Nous sommes surtout dans un mouvement pacifique, ajoute Nicolas. Nous sommes dans le vrai après tout, il n'y a qu'à voir ce qui se passe, le système va éclater, personne ne peut plus rien faire, nous allons vers l'inversement de la tendance actuelle. »

Pour rejoindre les Indignés saintais ou se renseigner sur eux, un compte sur le site communautaire Facebook a été ouvert ou, par mail, indignessaintais@gmail.com

Saintes · La Rochelle · Charente-Maritime

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 18:43

 

http://les-indignes-stephanois.forcinfo.com/?p=422

 

Posted: 14th janvier 2012 by Admin 2 in Actualités, Vidéos des Indignés Stéphanois

 

 

Ce Mardi 10 janvier 2012, le squat La Plage, 86 rue de la sablière, Saint-Etienne, a été évacué.

La dizaine de per­son­nes qui y logeait, a été mis à la rue par nos forces de polices. Pourtant la jus­tice avait estimé que, compte tenu de l’absence de voies de faits ou d’arrêté de péril, on pouvait accorder la trêve hivernale aux habitants du squat … La préfecture, donc l’État, en a apparemment juger différemment.

« En effet, un squat ne bénéficie pas de la trêve hivernale s’il est l’objet d’un « arrêté de péril » ou si la « voie de fait » est reconnue par le tribunal… Or ce n’était pas notre cas. » source

« La Plage » proposait des ateliers et stages de coutures, des projections de films avec discussions et bouffes, bien sûr tout ceci à Prix Libre sans obligation.

 

La vidéo courte:

 

 

 

La vidéo longue

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 18:36

varmatin.com

Publié le samedi 14 janvier 2012 à 11h44 - 1
   

Le mouvement des Indignés gagne-t-il Toulon ? Peut-être bien. Le mouvement des indignés du Var se mobilise durant tout le week-end.


Des affiches ont fleuri partout en ville pour annoncer cette mobilisation. Cela commence dès aujourd’hui, à 14 h, avec un rassemblement sur la place de la Liberté. L’objectif ? Que les indignés se rencontrent, discutent et partagent.

Les échanges se poursuivront demain à partir de 11 h aux Lices avec un pique-nique citoyen. Au menu : débats démocratiques, animations, groupes musicaux, ateliers créatifs...

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 18:33
AFP Publié le 14/01/2012 à 16:32  Figaro.fr

Des dizaines d'"indignés" en provenance de plusieurs pays, notamment d'Espagne et de France, ont manifesté à l'improviste aujourd'hui sur la place Saint-Pierre, aux cris de "liberté" et de "non à la violence" mais aussi d'"Eglise corrompue" et de "pape criminel".

Quelques dizaines de personnes au total, venues avec leurs tentes colorées, se sont rassemblés par beau temps sur la place devant les fenêtres des appartements du pape. L'une est même brièvement montée sur l'arbre de Noël géant encore installé après les festivités de Noël et de l'Epiphanie.

Une autre levait une pancarte avec la phrase "lève-toi et marche", une allusion à la guérison miraculeuse d'un paralytique par Jésus dans les Evangiles. Les protestataires criaient aussi: "le Vatican doit payer les impôts comme tout le monde", en allusion aux exemptions fiscales immobilières dont bénéficient les palais pontificaux situés en dehors du Vatican, en vertu des accords de Latran de 1929.

Les agents de police contrôlaient la situation sur la place et ont fait reculer les manifestants derrière des barrières métalliques qui entourent l'arbre de Noël.
Trois jeunes ont été interpellés pour des contrôles d'identité. Pendant ce temps d'autres protestataires criaient "libérez notre compagnon", en français.

Cette manifestation a eu lieu quelques heures après que le président du Conseil Mario Monti se fut entretenu de la crise économique en Italie avec le pape Benoît XVI au Vatican.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 18:29
| Par François Bonnet

La dégradation de la note de la France n’est pas une surprise. Dès novembre, nous l’annoncions comme imminente (lire ici l'article de Martine Orange), tant l’évolution de la crise des dettes publiques en Europe et l’incapacité du couple franco-allemand à l’endiguer la rendaient inéluctable. Elle peut même apparaître comme logique, voire bienvenue si l’on veut bien considérer qu’enfin, le vrai débat va pouvoir commencer. Combien de gesticulations politiques, de compromis médiocres et de confiscations démocratiques (lire ici) ont-ils été effectués ces derniers mois au seul prétexte de ne pas « agacer » les marchés et ces chères agences de notation ?

Au moins le paysage est-il éclairci. L’ampleur de la crise, comme nous n’avons cessé de le répéter dans nos éditoriaux et analyses, ne peut se satisfaire d’une gestion désordonnée faite sur fond de calendrier électoral en France, mais aussi en Allemagne. Cette perte du triple A de la France vient à point nous rappeler comment l’Europe, faute de volonté et d’ambition politique depuis deux ans, a été incapable de forger des accords qui auraient permis d’imposer aux banques, aux marchés et par conséquence aux agences de notation une politique basée sur la régulation, la solidarité et l’ambition sociale.

 

Nicolas Sarkozy, le 9 décembre, conférence de presse. 
Nicolas Sarkozy, le 9 décembre, conférence de presse.© (Elysée.fr)

 

Puisque ce même vendredi les représentants des banques ont en plus suspendu les négociations sur la restructuration de la dette grecque, c’est donc tout le village Potemkine construit à coup de « sommet européen de la dernière chance » qui s’écroule. Nous en étions restés au faramineux conseil européen du 9 décembre, et à son accord censé sauver l'euro et éteindre la crise des dettes souveraines. Comme prévu (lire ici notre article : Sarkozy et l’« accord européen », les dessous d’une supercherie), il n’en reste rien.  

Avant cette nouvelle initiative de Standard and Poor’s, l’Europe elle-même s’employait à détricoter habilement ce que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel avaient imposé en décembre : un nouveau traité européen définissant une nouvelle gouvernance européenne. A Bruxelles, notre collègue Ludovic Lamant (lire ici son confidentiel) a justement constaté que le processus de ratification de ce texte par les Etats membres pourrait être bien plus long que prévu : même s’il était formellement adopté par les chefs d’Etat et de gouvernement avant mars – voire dès la fin janvier –, la ratification s’échelonnerait jusqu’en… 2013.

Bip-Bip vs Coyote

Cette perte du Triple A – « ce trésor national », selon l’oracle Alain Minc  n'est donc pas une surprise. Mais elle est un événement et il concerne en tout premier lieu Nicolas Sarkozy. Depuis le 31 décembre et ses vœux télévisés aux Français, le président est engagé dans une ébouriffante tentative de storytelling, visant à force d’agitations, d’annonces tous azimuts, de « cellule riposte », de cérémonies de vœux (la dernière aura lieu après le 25 janvier), à nous construire une France virtuelle dotée d’un président-candidat autre, lui-même armé d’un tout nouveau programme !  

Vous pensiez assister à une campagne électorale ? Pas du tout. Nous sommes en début de mandat et le président engage de vastes réformes structurelles : la TVA sociale ; la taxe Tobin ; la réforme de la justice (généralisation des jurés populaires dans les tribunaux correctionnels) ; l’intégration progressive des salariés précaires dans la fonction publique. Sans oublier un vaste sommet pour l’emploi, une reprise des négociations avec les syndicats, un projet de formation des chômeurs, une réforme de l’éducation. Vous avez dit crise de la zone euro ?  

C’est cet activisme hypnoptique que François Fillon a relayé ces derniers jours, en rencontrant les parlementaires de la majorité. Pour leur annoncer une session exceptionnelle du Parlement, sans doute jusqu’à début mars ! Et pour présenter une batterie de projets de lois à examiner en urgence ! Pour tous ceux qui se souvenaient de l’humble interview présidentielle au Figaro Magazine, en mars 2010, ce tournis d’annonce a semblé aberrant : « Au second semestre 2011, le gouvernement marquera une pause pour que le Parlement puisse, s'il le souhaite, délégiférer et compléter toutes les réformes pour les améliorer », disait alors Nicolas Sarkozy.

L’Elysée, toujours fier de délivrer quelques formules guerrières, a défini la stratégie. Après la « cellule riposte », voici la campagne dite « cible mouvante » : vous le croyez ici, il est déjà là-bas. C’est le feu follet version derviche tourneur. Ou plus simplement le remake du vieux comics de la Warner, Bip-Bip/Sarkozy contre Coyote/Hollande :

 

 

 

Bip-Bip Sarko pensait ainsi dicter l’agenda, créer l’actualité, redevenir ce qu’il fut en 2007-2008 : le grand rédacteur en chef de la France et des médias, contraints de soupeser le moindre soupir présidentiel et de demander aux concurrents leurs réactions.  

Standard and Poor’s a au moins le mérite de mettre fin au dessin animé. La réalité est de retour ! Etats en faillite, égoïsmes nationaux, peuples écrasés par l’austérité, chômage de masse, échecs européens. Et pour comprendre ce qui est en train de survenir, anticiper les prochaines crises, cela signifie regarder en arrière, faire le diagnostic des actions conduites depuis deux ans, de cette avalanche d’annonces non suivies d’effet, de plans mirifiques devenus mesurettes.


Un florilège Baroin

Nul doute que gouvernement et UMP vont maintenant se livrer à une pédagogie active du « Ce n’est rien ». François Baroin a commencé dès vendredi soir au journal de France-2, estimant que ce n'était "pas une catastrophe" (lire ici notre article). Tant pis pour le bavard Alain Minc qui déclarait le 28 octobre dernier, sur Europe1 : « Nicolas Sarkozy est accroché au AAA de la France de manière totale, il joue sa peau d'une certaine façon. C'est un choix profond. Il ne peut pas se permettre une dégradation. »

Il est vrai que l’essayiste ne faisait alors que relayer la parole gouvernementale. Le 17 octobre, François Fillon assure que ce triple A « est un acquis extrêmement précieux qu'il ne faut en aucun cas fragiliser et c'est un acquis […] qui n'est pas intangible ». En écho, le ministre des finances, François Baroin, s’emploie à rassurer les Français : « Nous serons là pour conserver ce triple A. C'est une condition nécessaire pour protéger notre modèle social, ose-t-il alors. Nous prendrons toutes les mesures, donc il n'y a pas d'inquiétude. Tout est mis en œuvre depuis trois ans pour ne pas être dégradés. »

Rassurant et assuré, François Baroin ose même presque tout : puisqu’il s’agit de décrédibiliser le candidat Hollande, voilà le ministre qui, deux jours plus tard, s’emballe. Si le programme du PS était mis en œuvre, dit-il, cela « vaudrait à la France de voir sa note dégradée en deux minutes ».

Début décembre, il a fallu faire oublier ce bêtisier, tant il devenait évident que l’évolution de la crise de la zone euro et les échéances d’emprunt de la France provoqueraient la dégradation de sa note. François Fillon et François Baroin se sont donc livrés à l’exercice inverse : non à l’émotion des marchés, aux humeurs des agences, à « l’immédiateté ». Seule compte « la direction », « la trajectoire politiquement structurée et budgétairement rigoureuse que l'Europe, que la France ont décidé d'adopter », croit savoir le premier ministre.

Voilà donc l’agenda de campagne de Nicolas Sarkozy bouleversé. Le président l’acceptera-t-il ? Ce n’est pas certain tant le dernier trimestre 2011 a montré combien son action européenne était d’abord déterminée par les enjeux de politique intérieure. Mais l’accélération probable de la crise, le réveil des institutions européennes (Parlement et commission) jusqu’alors marginalisées et les actions demandées par d’autres pays obligeront sans doute l’Elysée à dévier de son programme. La vraie campagne présidentielle débute enfin. Tant mieux.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 17:16

 

finance.blog.lemonde.fr

13 janvier 2012

 

 

L’échec des négociations avec le secteur privé, dans un contexte où les notations des pays de l’Eurozone vont être abaissées, ne peuvent qu’enflammer les pires craintes liées de la dette souveraine. Comme la Grèce doit refinancer 14,4 milliards d’euros en mars, cette situation pourrait confronter le pays à une échéance infernale.

L’enjeu est considérable en effet : cette négociation est la première de ce type qui ait été tentée sans que le pays émetteur soit en défaut de paiement. Dans la plupart des crises, les restructurations interviennent après l’interruption des paiements.

L’accord arraché par  Herman van Rompuy, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au milieu de la nuit du 15 au 16 octobre n’a toujours pas été exécuté, notamment parce que l’idée d’augmenter le Fonds Européen de Stabilité Financière est très vite apparue comme irréalisable.

A l’issue de ce sommet, le chiffre utopique d’une réduction de la dette grecque de 100 milliards d’euros grâce à une concession majeure des détenteurs privés des obligations grecques avait même été cité alors qu’aucune analyse ne permettait de « trouver » plus de 50 milliards d’euros.

Le mécanisme prévu dans cet accord est un échange  volontaire des dettes à échéance courte contre des obligations à trente ans dont le montant nominal serait le même. Il ne s’agit donc pas de renoncer à la créance ce qui évite aux banques de prendre leur perte immédiate.

Le taux d’intérêt étant à un niveau beaucoup plus bas que le taux de marché, la Grèce gagne sur deux fronts : d’une part, elle ne doit pas rembourser le principal de la dette pendant dix ans. D’autre part, la charge d’intérêt est substantiellement plus basse que n’importe quel financement. C’est donc une réduction des charges d’intérêt et des montants de remboursement du principal. Le premier réduit le déficit budgétaire tandis que le second réduit le recours a l’endettement.

Pourquoi les discussions sont-elles rompues ?

Officiellement, selon le communiqué de l’International Institute of Finance, parce que l’offre n’a pas recueilli la repose constructive attendue de toutes les parties. Ce que cela cache est simple : La Banque Centrale Européenne a refusé de prendre sa part dans l’effort collectif du secteur privé pour permettre d’atteindre le montant de 100 milliards qui ne pouvait, comme prévu, provenir du seul secteur privé. Dans ce contexte, le nombre d’institutions financières privées qui ont accepté cette proposition n’a pas recueilli le minimum requis pour que le résultat soit significatif et reparti de manière équitable.

Ma prévision est que cette rupture va amener les participants à comprendre quelle sera la situation de la Grèce sans cette participation du secteur privé et peut être permettre de trouver des solutions adéquates avant mars. Elle n’est bonne pour personne : même la BCE en souffrirait. Dans un contexte tres tendu sur les marches des obligations souveraines, il est peut être utile de constater que l’inaction de l’Europe a permis aux obligations grecques a dix ans de perdre tellement de valeur que le rendement que l’on peut obtenir est passé de 10 a 35%. Je rappelle que la crise grecque dure depuis plus de deux ans.

 

 

Ce graphique est une condamnation de tout le processus de gestion de la dette grecque par les dirigeants politiques de l’Eurozone.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22