Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 18:19

Des "indignés" paralysent la circulation dans Rome

AFP

 

lalibre.be

Mis en ligne le 15/01/2012

 

Le mouvement parti d'Espagne pourrait reprendre de l'ampleur en Italie à la faveur de l'aggravation de la crise et des mesures d'austérité adoptées par le gouvernement de Rome.

Après avoir protesté samedi au Vatican, des "indignés" d'Italie et d'autres pays d'Europe ont paralysé dimanche la circulation dans le centre de Rome, réussissant à pénétrer dans le Colisée et moquant allègrement des dirigeants européens face à la crise financière.

La plupart des quelque 200 manifestants étaient partis en début d'après-midi de la place San Giovanni, dansant, tapant sur des tambourins et certains portant des masques. Ils avaient appelé leur manifestation "carnaval du système". Certains passants les accompagnaient, dansant et battant des mains avec eux. "Prends ta liberté, personne ne te la donnera", affirmait une affiche accrochée sur le chemin par les manifestants.

"Banque mondiale, nous ne payons pas votre crise", "chaque révolution naît de la désobéissance! Révolution pacifique!", proclamaient des pancartes brandies. Plusieurs d'entre eux ont réussi à entrer dans le Colisée, le monument le plus célèbre de la Rome antique, se mêlant aux touristes brièvement, avant d'en ressortir.

Sur la place de Venise, des "indignés" portant les masques aux effigies du président du Conseil Mario Monti, de la chancelière Angela Merkel et du président Nicolas Sarkozy, mimaient une scène d'échanges de baisers entre eux, à quelques jours du sommet des trois dirigeants, prévu vendredi à Rome. Le maire de Rome, l'ancien post-fasciste Gianni Alemmano, a demandé aux forces de l'ordre de mettre fin à l'agitation de quelque 200 "indignés", qui, dans le cadre d'une "manifestation non autorisée", "créent des difficultés pour les citoyens romains".

"Il ne suffit pas de se définir soi-même indigné pour bloquer impunément des rues et faire des incursions dans le Colisée", a-t-il dit. Samedi, la police romaine était intervenue de manière musclée contre une cinquantaine d'"indignés", notamment d'Espagne et de France, qui manifestaient sur la place Saint-Pierre pour contester le "pouvoir" du pape et la richesse du Vatican.

Le mouvement parti d'Espagne pourrait reprendre de l'ampleur en Italie à la faveur de l'aggravation de la crise et des mesures d'austérité adoptées par le gouvernement de Rome.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 18:18

dimanche 15 janvier 2012


Journée Mondiale de l'indignation.

017-1

Journée Mondiale de l'indignation. Les Indignés de Saint-Brieuc soutenait ce mouvement. Nous avons participé à notre manière par un assemblée populairedevant l'entrée principale du centre commercial "Les Champs" en clôturant cette journée par une action symbolique de réappropriation du lieu "la maison du Peuple" à Saint-Brieuc que nous souhaiterions voir réhabilitée pour de nouveau pouvoir accueillir "le Peuple"

019-1

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 18:13

14.01.2012

Une heure avec les indignés de Genève!

 


IMG_7781-ssssss1111.jpg14h00 devant le mur des réformateurs au Parc des Bastions début de l’assemblée générale. Pas de faire part ni d’invitation. Séance publique en marge de la Journée mondiale des assemblées populaires pour faire l’état des lieux, cueillir de nouvelles propositions et faire le suivi des recommandations et des projets à venir. Décontractée comme chez les scouts, une douzaine d’indignés dont le gérant de ce blog a formé un cercle et a pris place à même le sol. Que cela  ne déplaise au Maire de Genève, Pierre Maudet et à tous les empêcheurs de tourner en rond, le mouvement des indignés a encore de beaux jours devant lui. Certes, il y a eu des moments de flottement et un peu d’essoufflement mais la résistance continue. L’ordre du jour est de débattre du dernier article de la Tribune de Genève consacré aux indignés suite à leur lettre adressée au Conseil administratif de la Ville de Genève le 8 janvier dernier. Pendant une heure ce sujet n’a été que très peu évoqué. Il y a d’autres urgences comme par exemple organiser la riposte médiatique contre l’exagération des dégâts occasionnés dans le Parc des Bastions ou encore s’occuper comme il se doit de l’accueil des indignés vaudois qui feront le déplacement demain à Genève. Ce que j’ai retenu de ce rassemblement c’est la détermination de ce groupe d’hommes et de femmes qui veut donner à ce mouvement un nouvel élan. Après la résistance et l’indignation place aux propositions, il y va de la survie des indignés de Genève!

IMG_7830-ssssss1111.jpg
IMG_7825-ssssss1111.jpg
IMG_7826-ssssss1111.jpg
IMG_7829-ssssss1111.jpg
IMG_7831-ssssss1111.jpg
IMG_7832-ssssss1111.jpg
IMG_7833-ssssss1111.jpg
Et demain est un autre jour!

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 18:07

Le Chant Des Indignés par les atelier chant "CROQUE-NOTE" 19 décembre 2011 Neuilly en Thelle


 

 

Ajoutée par philippeRICHEUX le 13 janv. 2012

Le chant des indignés (Catherine et Philippe Richeux)

Des voix qui disent
Des voix qui osent
Des voix qui grondent
Plus fort que les bombes,
Des voix sans honte
En chœur affrontent
Le fracas du monde
Entends le chant des peuples indignés
Clameur muette
Ferveur secrète
Cent mille murmures
Plus haut que les murs
L'espoir qui marche
Dans le vacarme
Plus fort que les larmes
C'est un cri une clameur muette
Le calme précède la tempête
Entend, entend monter le murmure
Plus haut que les murs, que les murs
Un espoir plus fort que le mépris
C'est un chant d'espoir pour aujourd'hui
Plus fort que les larmes
Entends le chant des peuples indignés
Cent mille étoiles
Tissent une toile
Cent mille lueurs
Plus fort que la peur
Le chant des hommes
Le chant des femmes
Plus fort que les armes
S'étend sur la toile un chant choral
A l'unisson des hommes et des femmes
Cent mille voix qui chantent en chœur
Plus fort que la peur, que la peur
Un espoir plus fort que le mépris
C'est un chant d'espoir pour aujourd'hui
Plus fort que les armes
Entends le chant des peuples indignés
Des voix qui disent
Des voix qui osent
Des voix qui grondent
Plus fort que les bombes,
Chanter encore
Chanter toujours
Et se lever pour... ...Retrouver la fierté de s'indigner

 

http://www.youtube.com/watch?v=kUmAcw0jW10&feature=player_embedded#!

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 18:01
Marianne - Pierre Chantelot et Francis Daspe - Tribune | Dimanche 15 Janvier 2012 à 12:01 | Lu 2476 fois

 

La libéralisation de l'enseignement renforcée pendant le mandat de Sarkozy porterait atteinte à la qualité de l'enseignement et de l'éducation. C'est ce qu'expliquent Pierre Chantelot et Francis Daspe, qui craignent l'émergence d'une « école à plusieurs vitesses ».



(Urgence école en solde - Wikimédia - TwoWings - cc)
(Urgence école en solde - Wikimédia - TwoWings - cc)
Depuis plus de quinze ans, un changement sans précédent du métier d’enseignant est à l’œuvre. Il résulte des préconisations libérales qui n’ont de cesse de démanteler le système public d’éducation pour le livrer sans vergogne aux appétits privés. Les vœux du président-candidat Sarkozy à la communauté éducative le 5 janvier 2012 à Poitiers témoignent d’une accélération fulgurante. Le triptyque autorité, autonomie et flexibilité est convié à cet effet.
Comme pour l’université avec la LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités), l’autonomie serait donc la solution idéale permettant de résoudre les problèmes pour tous et partout. Si le système éducatif fonctionne mal, c’est qu’il n’est pas assez autonome. L’autonomie ne doit pas être réduite à sa seule dimension budgétaire. C’est un processus permettant la mise sous coupe non seulement financière mais aussi intellectuelle de la sphère éducative et l’accroissement des inégalités avec une école à plusieurs vitesses. Après l’université, au tour des autres cycles de l’éducation nationale d’être pris comme cible.

La restauration de l’autorité des maîtres dans l’école publique passe pour Nicolas Sarkozy par la copie du modèle de l’école privée où ce sont les équipes dirigeantes qui choisissent leurs enseignants. Cette autonomie n’est ni plus ni moins qu’un chantage pervers envers la communauté éducative : elle doit obéir, sinon c’est la porte. C’est là clairement l’utilisation pernicieuse d’un mode managérial ouvrant la voie au règne des petits chefs.

+ d'autonomie = + d'inégalités

Plusieurs universités sont passées sous la tutelle du rectorat après avoir vu leurs budgets en déficit. C’est la réalité de la LRU et de l’autonomie. Pour les collèges et les lycées, l’autonomie se traduira par des changements destructeurs sans précédent.

Les plus riches établissements des centres-villes seront les gagnants de la mise en concurrence. Ils se développeront en attirant des enseignants qui accepteront toutes les conditions de travail : mise sous tutelle des pratiques et des contenus pédagogiques, modulations du service,  changement de la matière enseignée, etc. Dans le même temps, lycées et collèges des secteurs populaires verront partir leurs enseignants et leur budget, prélude pour certains d’entre eux à leur fermeture.

L’autonomie budgétaire va de pair avec le désengagement de l'État ; elle constitue une entreprise de destruction des libertés pédagogiques et de démantèlement des cadres réglementaires, en terme de recrutement ou de diplômes. Le but est clair : casser tous les cadres nationaux qui garantissent le maintien de l’ambition d’égalité et démanteler par la même occasion les statuts des personnels.

Les enseignants exercent un métier d’intellectuel se situant au cœur de la construction des processus d’apprentissage. L’exigence d’un master 2 pour enseigner aurait pu signifier une volonté d’élévation du niveau disciplinaire et de qualification. Or ce fut un marché de dupe. La casse de la formation d’enseignants jetés, sans expérience, sur le terrain a mis un coup d’arrêt brutal aux rêves de nombreuses vocations.

La dévalorisation du métier d'enseignant

Le développement de l’émancipation intellectuelle doit être le garant de la conception de cours en toute liberté pédagogique. C’est pourquoi les contenus des masters d’enseignement doivent être en prise directe avec la recherche universitaire, posséder un contenu disciplinaire fort et une formation contextualisée indispensable à la mise en pratique de savoirs théoriques.

Mais c’est le contraire qui est visé : l’enseignant est progressivement amené, contre sa volonté, au rang de prestataire de service devant utiliser des mallettes pédagogiques toutes faites et vendues à prix d’or par des entreprises privées. L’avalanche des réformes au lycée conduit au final à déstabiliser les équipes pédagogiques et à casser le moral des enseignants. C’est un véritable travail de sape pour dévaloriser le métier d’enseignant.

A travers ce bouleversement radical du métier d’enseignant et des missions dévolues à l’école de la République, c’est une nouvelle vision de la société que la droite veut promouvoir. Une société fondée sur le renoncement, la concurrence et la marchandisation, aux antipodes de notre volonté de mettre au plan de nos préoccupations l’égalité, l’émancipation et « l’humain d’abord ».
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 17:54
Marianne - Sylvie Archambault | Dimanche 15 Janvier 2012 à 18:01

Un récent sondage publié par le Figaro n'a pas suscité l'intérêt qu'il aurait mérité : plus de quatre Français sur cinq (83%) pensent que les responsables politiques ne se préoccupent pas d'eux, et une majorité réclame une réforme «en profondeur» du capitalisme.



(capture d'écran Youtube - seeprogress - CC
(capture d'écran Youtube - seeprogress - CC

Il eut été fort instructif d'analyser cette défiance envers le pouvoir politique (et son  augmentation : 60% des sondés  pensent que le fonctionnement de la démocratie n'est pas satisfaisant contre 48 % en 2009)  et cette remise en question de la légitimité de l'ordre capitaliste.
Or les partis proposant un programme collant véritablement à ces aspirations, qui  proposent une réforme de nos institutions pour plus de démocratie et un remaniement profond de la réglementation de l'environnement économique  ne décollent pas dans les intentions de vote des français. Pourquoi ? La question mériterait d'être posée. Pourquoi une analyse si clairvoyante des dérives du système politique et économique côtoie une telle résistance au changement ?

Une réponse en terme de système pourrait nous apporter un certain éclairage.
Le système dans lequel nous évoluons est devenu total, une totalité géographique, les analyses ne manquent pas sur la toute puissance du capitalisme depuis la chute du communisme, mais une totalité fonctionnelle aussi : jamais aucun système n'a atteint cette perfection dans l'unification des besoins et des désirs.  Il régente notre vie professionnelle, notre vie politique, notre vie sociale  mais  aussi privée à travers sa boîte à images. 

C'est la première fois dans l'histoire que la personne humaine a si peu d'autonomie, est ainsi soumise à jets continu aux pressions et impératifs émanant d'une seule et même source, car sous des apparences de séparation ce sont bien les mêmes groupes d'intérêt qui coordonnent tout cela : autrefois la société était structurée  des conflits entre groupes sociaux à intérêts divergents : par exemple sous l'ancien régime entre la noblesse qui avait le pouvoir politique et la bourgeoisie qui avait le pouvoir économique, au XIX° siècle entre capitalistes et prolétariat. De plus, quantité de personnes gravitaient autrefois autour du système sans en faire véritablement partie : le milieu paysan par exemple qui évoluait  en quasi autarcie et assurait sa vie sur le mode familial beaucoup plus que sociétal.


Plus personne n'échappe aujourd'hui au système. 
Il est devenu monstrueux, tentaculaire et a acquis son autonomie par rapport à l'être humain : il n'a quasiment plus besoin de lui ( la valeur travail diminue constamment dans le processus de production) et quand il ne peut s'en passer ( le consommateur ou le maintien de l'ordre social) il a à sa disposition les techniques les plus perfectionnées et abouties de formatage cérébral : abrutissement par le désir de possession et la propagande, agitation des peurs pour justifier la répression de la puissance publique.

Notre civilisation est bien plus proche de ce qu'a décrit Orwell dans son "1984" ou encore d' "un bonheur insoutenable" de Levin que de l'aliénation marxienne : c'est  la soumission à un ordre total et totalitaire.

Tout système a pour but et fonctions premières d'assurer sa pérennité : il va donc utiliser tous ces moyens pour convaincre qu'aucune alternative n'est possible ou même plus qu'il n'y a pas d'alternative. Il va isoler socialement chaque individu et le persuader que ses penchants naturels pour la compassion ou la solidarité sont utopiques et naïfs et que les valeurs de compétition et de domination prônées par le système sont les seules portes du bonheur et de l'accomplissement de soi. 

L'homme est écrasé, réduit à néant, devenu dépendant (et accessoire) du système, incapable de penser hors du cadre. Voici pourquoi, même s'il peut être attiré par le discours des plus révolutionnaires, par les analyses les plus clairvoyantes des injustices du système, il ne croit plus en sa propre capacité à changer l'ordre des choses et le cours des événements. 

J'ai vu récemment une intervention de J. Généreux qui retraçait l'historique de la pensée néo-libérale et de la façon dont peu à peu elle avait envahi tous domaines et pays. Il disait que depuis les 30 années où la propagande contre l'état providence sévissait, nous étions en ce moment en train d'en vivre seulement les premiers effets, car la génération qui avait connu un système économique plus solidaire offrait encore des résistances idéologiques. Par contre, disait-il, la jeune génération qui arrivait en ce moment sur le marché du travail elle, avait tété au biberon ces dogmes néo-libéraux, avait parfaitement acquis par exemple que la retraite à 60 ans n'était pas "réaliste" ou qu'il est normal qu'il y ait des chômeurs.. Il n'était pas très optimiste pour les années à venir...


Ceci dit, on peut changer de lorgnette et voir tout ce qui est en train de bouger partout... une contestation du système est en train d'émerger, les signes en sont évidents. Ils correspondent à une prise de conscience, à la conquête idéologique préalable à toute révolution, chère à Gramsci mais aussi, on peut très bien le voir, à un ralliement d'une partie de "l'élite" à sa contestation, qui est une étape déterminante du processus de changement. 

Mais, deuxième caractéristique, ils n'émergent plus selon les mêmes processus qu'autrefois : ils refusent toute structuration politique ou syndicale, toute idée même de structuration verticale car ils ont bien compris que ces structures font partie du système qu'ils dénoncent. (ce qui permet d'ailleurs aux défenseurs du système de dénigrer et donc de nier la réalité de ces manifestations : cela ne sert à rien, ils ne sont pas organisés, ils n'ont pas de programme....) 
Cette étape préparatoire pourra être très rapide ou prendre des années,cela dépend des conditions extérieures (la criiiiise ! ) et donc du ralliement du plus grand nombre à sa cause . 
Cela dépend aussi de la capacité, qu'il ne faut pas minimiser,  du capitalisme à récupérer et à intégrer cette contestation, comme il le fit de la contestation de 68.


Ces expériences marginales sont encore épisodiques, isolées, sans liens organisés les unes avec les autres... mais ce temps viendra car elles marquent de plus en plus l'opinion publique, parce qu'elle sont le fait de jeunes qui savent parfaitement utiliser au profit de leur action les techniques et les sciences de communication actuelles : we are the 99 % est un slogan qui n'a pas fini sa carrière .

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 17:48

LEMONDE.FR | 15.01.12 | 07h53   •  Mis à jour le 15.01.12 | 11h47

 
 

 

Jean-Luc Melenchon à Nantes, le 13 janvier 2012.

Jean-Luc Melenchon à Nantes, le 13 janvier 2012.AFP/JEAN-SEBASTIEN EVRARD


Envoyée spéciale, Saint-Herblain (Loire-Atlantique) - Même si la nouvelle était attendue, Jean-Luc Mélenchon n'imaginait sûrement pas que son premier meeting de 2012, samedi 14 janvier au Zenith de Nantes Métroplole à Saint-Herblain (Loire-Atlantique), serait placé sous le signe de la perte du triple A français.

L'information est tombée vendredi, au lendemain de son passage dans l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2 qui a réuni près de 3,2 millions de personnes. "Heureusement que c'est tombé le lendemain, sinon on aurait parlé que de ça pendant toute l'émission", a souligné un membre de son équipe.

Mais pour le candidat du Front de gauche (Parti de gauche, Parti communiste et Gauche unitaire), pas question de laisser passer cette occasion de marquer sa différence. "Je suis le candidat de la résistance face aux agences de la notation", a-t-il martelé, aux côtés de Patrick Le Hyaric, député européen (PCF), et de Martine Billard, député PG. "La présidentielle devient un référendum entre résistance et soumission ", avait-il estimé quelques heures plus tôt lors d'une conférence de presse.

"J'avais prévu de dire un certain nombre de choses concernant notre programme, a commencé M. Mélenchon, qui oscille dans les sondages entre 6 et 8 % des intentions de vote. Bien sûr, je le ferai, mais il se trouve que nous sommes dans une circonstance totalement nouvelle." "Ah ah ah", lui a répondu le public, plus de 5 500 personnes, en parodiant la note maximale accordée par les agences de notation. " Qu'est-ce qu'il y a ? Vous faites les andouillettes ?", leur a lancé Jean-Luc Mélenchon, qui a reçu le soutien de l'actrice Anémone dans une vidéo enregistrée il y a quelques jours et diffusée samedi.

Maniant l'humour comme une nouvelle arme dans sa conquête de l'Elysée - "l'humour et le rire marquent davantage les esprits que de peindre noir sur noir", a-t-il expliqué -, le candidat de la gauche radicale s'est emporté contre les agences de notation, notamment "Standard's and Pooooors" comme il a appelé l'agence américaine toute la soirée, qui "ont déclaré la guerre au peuple français".

"LES QUATRE DALTON DE L'AUSTÉRITÉ"

Dénonçant le "concours du sang et des larmes" des autres candidats à la présidentielle qui souhaitent mettre en oeuvre selon lui des politiques d'austérité, l'eurodéputé a fustigé leur "capitulation sans condition". "Et voilà les quatre Dalton de l'austérité", s'est-il moqué, visant Marine Le Pen (Front national), Nicolas Sarkozy (UMP), François Bayrou (MoDem) et François Hollande (Parti socialiste). "Et vous savez que chez les Dalton, c'est le petit le plus méchant et la plus grande, la plus bête !", a-t-il poursuivi sous les applaudissements du public. Particulièrement ciblée, la candidate du FN, qualifiée "d'hallucinogène, d'opium du peuple qui fait croire que l'ennemi c'est l'immigré alors que c'est le financier". "Camarade, regarde où est ton intérêt, a-t-il lancé. Ton intérêt de classe, c'est de voter avec ta classe !"

Dans un discours d'une heure et demie, M. Mélenchon, qui appelle à une relance de l'économie par l'activité, a réclamé plusieurs mesures : une augmentation du smic horaire "de deux euros" pour le porter à 1 700 euros brut, un "audit citoyen" sur la dette, un "emprunt forcé" sur les banques ou encore que la Banque centrale européenne puisse prêter directement aux Etats "au même taux qu'elle prête aux banques, c'est-à-dire à 1 %". "Ce n'est pas nous qui fossoyons la gauche, nous la construisons, a-t-il estimé. Il faut donc partager, de gré ou de force." "Dans ce pays, c'est le peuple qui commande, pas les banques", a-t-il enfin jugé, appelant le public à "résister" et à "prendre le pouvoir". Conscient que la position du Front de gauche peut aussi les isoler, il a appelé ses "camarades socialistes" "à la rescousse". "Aidez nous, faites comprendre à François Hollande qu'il se trompe quand il dit 'ce qui est doit être changé, ce n'est pas le rapport au agences et aux marchés mais le rapport des Français à leurs dirigeants'. Tu as tort, François (...) il faut rendre les coups, il faut frapper le système !"

Entre le succès d'audience de l'émission de France 2 et ce meeting, les proches de M. Mélenchon, comme Alexis Corbière (PG), veulent croire qu'"il se passe quelque chose". "La situation économique ne nous casse pas les jambes, ajoute François Delapierre, directeur de campagne de M. Mélenchon. Au contraire, ça nous pousse à agir."

Raphaëlle Besse Desmoulières


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 17:42

 

LEMONDE.FR avec AFP | 15.01.12 | 12h02

 
 

 

Gouvernement et syndicats au Nigeria ont échoué samedi à trouver un accord sur le prix du carburant, au risque d'une extension de la grève générale au secteur pétrolier dans le premier pays producteur de brut d'Afrique, déjà en proie à la violence inter-confessionnelle.

Gouvernement et syndicats au Nigeria ont échoué samedi à trouver un accord sur le prix du carburant, au risque d'une extension de la grève générale au secteur pétrolier dans le premier pays producteur de brut d'Afrique, déjà en proie à la violence inter-confessionnelle.AFP/PIUS UTOMI EKPEI


Les syndicats nigérians ont rejeté, dimanche 15 janvier, sur le gouvernement la responsabilité de l'échec des négociations de la veille pour mettre fin à la grève générale qui paralyse le pays depuis une semaine.

Gouvernement et syndicats n'ont pas réussi samedi à parvenir à un accord sur le conflit déclenché lundi dernier pour protester contre la suppression des subventions qui a entrainé un brutal doublement du prix de l'essence à la pompe depuis le 1er janvier. Les discussions "ont été bloquées par des divergences sur la méthode à employer pour trouver une solution à la crise", ont déclaré les deux grandes fédérations, le Nigeria Labour Congress (NLC) et le Trade Union Congress (TUC), dans un communiqué commun.

Les syndicats réclament un retour aux prix d'avant l'augmentation pour suspendre leur mouvement, tandis que le gouvernement refuse de revenir sur sa décision. "Nous avons promis qu'une fois annoncée la suspension de l'augmentation des prix, les syndicats et leurs alliés suspendront immédiatement les grèves, rassemblements et manifestations", indique le communiqué syndical.

Les centrales ont suspendu la grève pendant le weekend pour faciliter une issue mais elles ont averti qu'en cas d'échec le mouvement reprendrait lundi. Le principal syndicat du pétrole, le Pengasan, avait menacé d'étendre à partir de dimanche la grève au secteur pétrolier, essentiel pour l'économie du Nigeria, premier producteur de brut d'Afrique. Mais il n'a pas mis sa menace à exécution dans l'immédiat et a dit vouloir attendre l'évolution des négociations. Un porte-parole du Pengasan, Babatunde Oke, a déclaré qu'il s'attendait à une reprise des discussions dimanche.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 17:37

LEMONDE.FR | 15.01.12 | 14h59

 
 

 

Depuis le renversement de M. Ben Ali, les médias tunisiens se livrent à un mea culpa collectif.

Depuis le renversement de M. Ben Ali, les médias tunisiens se livrent à un mea culpa collectif. AFP/FETHI BELAID


Tunis, Envoyé spécial - Un an après la révolution de jasmin et le départ précipité du dictateur Ben Ali le 14 janvier 2011, les acteurs des anciens et nouveaux médias se sont réunis les 12 et 13 janvier à Tunis pour un colloque intitulé "Tunisie : révolution, transition et mutation" organisé par Canal France International (CFI), l'Association tunisienne des libertés numériques (ATLN), l'Association du multimédia et de l'audiovisuel et Tunisie Live, premier site tunisien d'information en langue anglaise.

Pendant deux jours, entre conférences et ateliers pratiques, quelques cinq cents blogueurs, journalistes, juristes, universitaires, étudiants, hackers ou simplement "citoyens curieux" venus de plusieurs pays de la Méditerranée (dont la France), ont débattu sur la mutation des médias tunisiens malmenés entre la révolution politique et la révolution numérique, qui, avec des armes comme Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux, ne veut pas se contenter d'une période de transition. "Ils sont très impatients", reconnaît Riadh Medhi Lamloum, chercheur en sciences de l'information à l'université de Manouba de Tunis.

Une impatience exprimée par de nombreux intervenants qui ont regretté que le paysage médiatique tunisien soit quasiment resté en état malgré la révolution. Tous, s'inquiétent de la main mise politique du nouveau pouvoir sur les principaux médias publics dont les nouveaux dirigeants ont été nommés en début d'année. Le 9 janvier, à l'appel du Syndicat national des journalistes Tunisiens (SNJT) un rassemblement a été organisé pour protester "contre les pratiques du nouveau gouvernement" qui "rappellent celles du régime déchu". Les nominations contestées concernent principalement l'Agence Tunis-Afrique Presse (TAP), les journaux La Presse et Essahafa ainsi que la direction de la télévision publique tunisienne.

"DÉCLOISONNER LES UNIVERS, SORTIR DU GHETTO"

Manque de reportages, absence de recul, mauvaise hiérarchie de l'information, vieux réflexes idéologiques : durant ces deux jours, le journalisme "traditionnel" a été sérieusement remis en cause par les acteurs du journalisme "citoyen". Même si certains souhaitent "décloisonner les univers, sortir du ghetto" et apporter leur nouveau savoir-faire technologique, ils s'affirment, aujourd'hui, comme l'avant-garde de la transformation de la société tunisienne et veulent "la transparence".

Leur bataille est d'imposer, petit à petit, le logiciel libre, l'accès aux sources pour tous et "l'opengov" (initiée par Barack Obama aux Etats-Unis) qui permet aux citoyens d'intervenir directement sur la préparation des lois ou de lancer des initiatives politiques. Selon eux, ce "mouvement de libération des données" changerait radicalement le traitement de l'information et offrirait, de plus, un champ nouveau pour les entreprises de presse anciennes et nouvelles.

"IL NE FAUT PAS ACCABLER TOUT LE MONDE"

Pour autant, il est difficile en une année de passer d'une dictature féroce à une liberté totale, quasi autogestionnaire. "Il ne faut pas accabler tout le monde", nuance ainsi Emna Menif qui vient de créer Koulouna Tounes, un nouveau mouvement centriste démocratique et qui n'a pas été tendre avec les médias après la révolution. "Tout le monde a été pris de court et nous devons avoir de la compréhension vis-à-vis des rédactions. La libération de la parole est très difficile à gérer et les médias sont en phase de déculpabilisation", dit-elle.

"Il est vrai que nous avons tous gagné en maturité", concède le "militant de l'info" Malek Khadhraoui, 35 ans, un des quatre fondateurs administrateurs du site Nawaat, blog collectif indépendant, qui fut le premier à dénoncer la propagande de Ben Ali. "Les rédactions ont certes franchi des pas importants en se structurant et en affichant une ligne éditoriale plus claire mais, le nouveau gouvernement ne montre pas une volonté démocratique. La meilleure parade à ces ingérences reste la mobilisation de la société civile", poursuit-il.

Est-ce un signe que le temps se couvre dans la nouvelle Tunisie démocratique ? Dans un message solennel, l'association Reporters sans frontières (RSF) qui a ouvert un bureau à Tunis en octobre 2011, a tenu à dénoncer la menace de filtrage d'Internet par le nouveau gouvernement.

Daniel Psenny

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Tunisie
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 17:33

LE MONDE CULTURE ET IDEES | 15.01.12 | 15h05

 
 

 

Photomontage mettant en scène l'opposant Alexei Navalny.

Photomontage mettant en scène l'opposant Alexei Navalny.Alexey Yushenkov


La photographie était censée discréditer Alexeï Navalny, une figure de l'opposition à Vladimir Poutine : parue dans une édition régionale de l'hebdomadaire Arguments et faits, elle montre l'opposant au côté de Boris Berezovski, le célèbre hommes d'affaires honni par les autorités russes. Les deux hommes rient de bon coeur, comme des amis de trente ans saisis dans un moment de complicité. Le journal a été distribué le 7 janvier dans la ville d'Ekaterinbourg, en Oural, par des jeunes revêtus d'un tablier bleu à la gloire de Vladimir Poutine. La légende de l'image précisait : "Alexeï Navalny n'a jamais caché que l'oligarque Boris Berezovski finance sa lutte contre Poutine."

Voilà qui aurait sans doute embarrassé Alexeï Navalny, un avocat de 35 ans qui dénonce sans relâche les mensonges et l'impunité des oligarques russes sur le site anticorruption qu'il a créé en 2010, Rospil. A ceci près que cette photo est un grossier montage, qu'Alexeï Navalny s'est fait un plaisir de démonter sur son blog : "Ces pratiques finissent par élargir le cercle de ceux qui savent que Poutine et son équipe sont des escrocs et des arnaqueurs."

Alexeï Navalny est la "sensation politique des deux dernières années" en Russie, affirme son biographe, Konstantin Voronkov. Orthodoxe pratiquant, ce nationaliste s'est fait connaître en dénonçant, sur son site, les détournements financiers de la banque VTB, détenue à 85 % par l'Etat, ou de Trasneft, le détenteur du monopole des oléoducs. En décembre 2011, il était au premier rang des défilés contre la fraude électorale aux législatives. "Je suis un hamster du Net et je vais ronger les gorges de ces salauds !" clamait-il. Cette audace lui a valu de passer quinze jours en prison. A sa sortie, il s'est empressé de rejoindre à nouveau les manifestants. "Je suis un petit moustique dont les piqûres font mal", aime-t-il dire.

Sur la vraie photo, Alexeï Navalny ne côtoie pas Boris Berezovski mais Mikhaïl Prokhorov, troisième fortune de Russie et candidat à la présidentielle de mars 2012. Le document a été pris le 25 mai 2011 à la radio Echo de Moscou : Prokhorov et Navalny s'étaient croisés dans un couloir, et un photographe qui passait par là leur avait proposé un portrait. Alexeï Navalny avait accepté à condition, avait-il plaisanté, que la photo donne l'impression qu'il était plus grand que Prokhorov, un gaillard de plus de deux mètres de haut. Plusieurs prises de vue ont été faites, le photographe les a envoyées par mail à Navalny, mais aucune n'a finalement été publiée.

Comment les auteurs du photomontage ont-ils pu retrouver cette image ? En janvier 2011, la boîte mail de l'avocat a été piratée, et sa correspondance privée ainsi que celle de sa femme ont été publiées sur le Net. Quelques mois plus tard, la photo a donc sans doute été volée dans la boîte mail d'Alexeï Navalny. Des pratiques de piratage informatique qui semblent monnaie courante en Russie : lorsque Alexeï Navalny avait lancé un appel aux dons afin de financer son site anticorruption, le FSB (les services de sécurité russes) avait demandé à Yandex Diengui, société qui gère une application de paiement en ligne, de lui fournir les noms et les adresses IP de tous les contributeurs.

Dès que le montage avec Berezovski a été diffusé, Alexeï Iouchtchenko, l'auteur du cliché original, a dénoncé sur son blog la falsification en publiant la vraie photo ainsi que plusieurs autres prises au même moment. Les internautes s'en sont alors donné à coeur joie, inventant des images détournées où Alexeï Navalny figure aux côtés de Staline, Arnold Schwarzenegger, un alien ou Voldemort, le seigneur des ténèbres qui poursuit Harry Potter de sa vindicte. Le tout agrémenté de légendes précisant que M. Navalny "n'a jamais caché que les aliens finançaient sa lutte contre Poutine".

Ces pratiques de photomontage rappellent les heures les plus sombres du stalinisme, une période analysée en profondeur par David King dans son livre  The Commissar Vanishes (Canongate Books, Londres, 1997). A l'époque, les retouches permettaient de réécrire l'histoire en magnifiant le rôle de Staline lors des premières années de la révolution. Grâce à ces photomontages, le "Petit Père des peuples" devenait le premier compagnon de Lénine : il s'invitait dans tous les épisodes de la révolution de 1917, y compris le retour d'exil de Lénine à Petrograd.

Le photomontage permettait également de supprimer de l'imagerie officielle du régime les responsables politiques tombés en disgrâce. Les "ennemis du peuple" - Trotski, Boukharine ou Zinoviev - disparaissaient ainsi mystérieusement des photos prises lors du défilé du 1er Mai ou de l'anniversaire de la révolution d'Octobre. Une célèbre photo réalisée en mars 1919, au 8e congrès du Parti communiste, montre Staline seul avec Lénine et Kalinine. Sur le cliché d'origine, vingt personnes les entouraient : onze ont été fusillées, trois se sont suicidées.

L'affaire Navalny illustre une autre pratique du trucage photo, fort répandue : non plus éliminer mais discréditer. Si les montages sont monnaie courante, les supercheries sont cependant vite dévoilées sur le Web, créant un effet boomerang. Ce qu'a bien compris Alexeï Navalny : "Les nouvelles technologies et la société de l'information contemporaine constituent des barrières pour ces approches primitives (de photomontage), a-t-il déclaré au New York Times. Vous publiez quelque chose dans un journal régional, et en une heure c'est sur Internet. Très rapidement, la vraie photo est retrouvée."

Anne Chemin et Marie Jégo (à Moscou)

 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Russie
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22