Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:55

Marianne - Laurent Pinsolle - Blogueur associé | Lundi 21 Novembre 2011 à 12:01


La victoire de la droite espagnole ne doit pas faire illusion. « Il ne s’agit que d’un mouvement de balancier classique où le parti au pouvoir en est éjecté du fait de la crise économique », souligne Laurent Pinsolle, soutien de Nicolas Dupont-Aignan. Notre blogueur associé relève notamment que la remise en cause de la monnaie unique, qui fait pourtant mal au pays, n’existe pratiquement pas en Espagne.



Hier, les Espagnols ont décidé de congédier le PSOE pour confier le pouvoir au Parti Populaire de Mariano Rajoy, pour qui la troisième candidature aura été la bonne. L’orthodoxie européenne signe une troisième victoire après celles déjà gagnées en Grèce et en Italie.

Relecture de l’histoire économique espagnole récente

Si le parti de Zapatero, qui avait renoncé à se représenter, a été balayé, c’est à cause de la très grave crise économique que traverse le pays. Le taux de chômage dépasse 22% et pire, les 40% pour les jeunes. Après des années de croissance et de rattrapage, l’Espagne va mal, même si elle n’est pas dans la situation de la Grèce. Mais cette campagne a malheureusement été extrêmement mal couverte en France, où les responsabilités de la crise sont très mal établies.

Une partie des médias attribue la crise espagnole à des dépenses inconsidérées de l’Etat et des collectivités locales. Bien sûr, on constate aujourd’hui que cela est en partie vrai : il suffit de prendre l’exemple d’aéroports ou de gares de TGV désertes. Mais cette interprétation est partielle et partiale. On oublie un peu vite que l’Espagne avait un excédent budgétaire solide avant la crise (pendant trois années consécutives) et la dette la plus faible de la zone euro (moins de 40% du PIB).

Bref, il est totalement abusif de dire que c’est l’excès de dépenses publiques qui a plongé l’Espagne dans la crise. La bulle ibérique ne vient pas de l’Etat mais beaucoup plus de l’euro, qui a imposé des taux d’intérêt beaucoup trop bas pour l’économie espagnole, ce qui a permis de financer des projets qui n’auraient du être rentables. Si l’Espagne avait conservé une politique monétaire nationale indépendante, alors, elle aurait pu monter ses taux d’intérêt et éviter le désastre actuel.

Une défaite du PSOE plus qu’une victoire du PP

Espagne : l’alternance, pas l’alternative
La victoire de la droite espagnole ne doit pas faire illusion. Il ne s’agit que d’un mouvement de balancier classique où le parti au pouvoir en est éjecté du fait de la crise économique. Mariano Rajoy a été extrêmement peu disert pendant la campagne, n’ayant pas besoin de révéler les détails de son programme pour gagner. Malheureusement, la vraie responsabilité de la crise (le passage à la monnaie unique) a été totalement absente des débats en Espagne.

Malgré tout, cela est assez logique : pour l’Espagne, tout ce qui vient d’Europe est forcément bon. L’adhésion à la CEE a suivi de près le processus de démocratisation. Et pendant vingt ans, les subsides européennes ont permis à l’économie ibérique de rattraper une partie de son retard et de se développer à marche forcée. L’accession à la monnaie unique a également une dimension statutaire, à savoir que les absents font un peu partie d’une seconde division européenne.

Bref, il est malheureusement logique que la remise en cause de la monnaie unique n’existe pratiquement pas en Espagne. Même en Grèce, une grande partie des élites et de la population ne veulent pas encore sacrifier ce symbole qui leur fait pourtant tant de mal. Pourtant, il est assez paradoxal que le pays qui a lancé le mouvement des indignés finisse par élire une majorité de droite au pouvoir, qui ne va pas vraiment répondre au malaise de la jeunesse espagnole…

Les espagnols n’avaient pas forcément envie de remettre la droite au pouvoir, mais ils ont surtout sanctionné la gauche qui les a menés vers une crise terrible. Cela ne changera pas grand chose pour eux et l’Europe car Rajoy devrait suivre une ligne économique proche de Zapatero.

Retrouvez Laurent Pinsolle sur son blog.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Espagne
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:51

| Par Ludovic Lamant

 

De notre envoyé spécial à Valence

Eux, au moins, ont été consultés. A l'inverse de leurs voisins italiens et grecs, les Espagnols se sont prononcés, dimanche, sur la gestion de la crise, lors d'élections législatives suivies de très près par Bruxelles. Et leur message est sans appel: ils ont massivement sanctionné le Parti socialiste (PSOE) de José Luis Rodriguez Zapatero, au pouvoir depuis 2004. La formation, créditée de 28% des voix, a perdu près de 4,5 millions d'électeurs par rapport au scrutin de 2008.

Le candidat de la droite, Mariano Rajoy, 56 ans, a profité de la débâcle socialiste. Il obtient 44% des voix, soit une majorité absolue en sièges, à l'Assemblée (186 sur 350). Après deux échecs consécutifs, en 2004 et 2008, celui que la presse espagnole nomme le «survivant» est appelé à diriger une Espagne exsangue et inquiète, qui compte près de cinq millions de chômeurs. Rajoy réalise la meilleure performance de l'histoire du Parti populaire (PP), puisqu'il améliore encore le score de José María Aznar, qui avait obtenu, lors de sa réélection en 2000, 185 sièges. 

Le scrutin de dimanche (lire l'intégralité des résultats ici) confirme cette règle en vigueur en Europe, selon laquelle les exécutifs sortants, de droite comme de gauche, se trouvent systématiquement sanctionnés dans les urnes depuis l'éclatement de la crise. Il marque aussi un nouveau revers de taille, pour le camp social-démocrate sur le continent, après les défaites de Gordon Brown en Grande-Bretagne (en mai 2010), de José Socrates au Portugal (en juin 2011) et la démission de Georges Papandréou en Grèce. Décryptage.

 

Le discours de Mariano Rajoy dimanche soir, au siège du PP.


1. Un PP hégémonique

Depuis son confortable succès aux élections locales de mai, le PP contrôlait déjà la moitié des mairies du pays, et 11 des 17 communautés autonomes. Il vient de s'assurer la mainmise sur le parlement national, et de prendre les rênes du gouvernement. La droite domine désormais l'ensemble des institutions politiques du pays.

Deux communautés autonomes, et pas des moindres, illustrent l'effondrement du PSOE. L'Andalousie, d'abord, l'un de ses bastions historiques, où le PP règne désormais partout, sauf dans la province de Séville (où le «sage» Alfonso Guerra continue à faire de la résistance). La région pourrait donc basculer à droite, elle aussi, lors de ses prochaines élections locales, l'an prochain.

La Catalogne, ensuite, où les socialistes, emmenés par la ministre de la défense de Zapatero, Carme Chacón, qui lorgne la direction du PSOE, se sont fait dépasser par les nationalistes de CiU (16 sièges), mais restent devant le Parti populaire. 

2. Vers la fin du bipartisme en Espagne?

La tendance s'était confirmée à chaque scrutin depuis 1989: les voix des Espagnols ne cessaient de se reporter, tous les quatre ans plus massivement, sur les deux principaux partis du paysage politique, PSOE et PP. En 2008, ces formations ont totalisé plus de 83% des voix, s'assurant ainsi 323 des 350 sièges de l'Assemblée. Mais le scrutin de dimanche marque un tournant. Les «indignés», qui appellent, depuis le printemps, à en finir avec le bipartisme, semblent avoir été entendus par une partie de l'électorat. Cette fois, PSOE et PP ne rassemblent «plus que» 72% des voix, soit un total de 296 sièges. Du jamais vu depuis 1989.

Le nouveau Parlement s'annonce donc moins homogène. La dispersion des voix a surtout joué à gauche, contre le PSOE. Izquierda Unida («IU», pour gauche unie), qui rassemble communistes et écologistes, est l'autre grand gagnant de la journée. Le parti de Cayo Lara double quasiment son score, à 6,8%, et gagne neuf sièges par rapport à 2008 (11 contre 2 auparavant). Il formera un groupe parlementaire indépendant. L'ex-socialiste Rosa Diez, et son parti UPyD (centre), ont également progressé (cinq sièges contre un). A chaque fois, les transferts de voix socialistes ont joué à fond.

EQUO, un nouveau parti vert, dirigé par un ancien de Greenpeace, a profité d'une coalition, à Valence, pour arracher un siège. Par contre, le parti anticapitaliste peine à décoller, même à Barcelone, où il paraît être le mieux implanté. Quant à la gauche indépendantiste basque, autorisée à se présenter pour la première fois depuis 2003, alors que l'ETA a renoncé à l'usage de la violence, elle totalise pas moins de six députés. Un succès qui fait de l'ombre au Parti nationaliste basque, comme aux socialistes.

3. Les inconnues du programme de Rajoy

 

Mariano Rajoy vote le 20 novembre. © PP. Mariano Rajoy vote le 20 novembre. © PP.

L'intensité de la crise de la dette en Europe pourrait bousculer le calendrier officiel. En l'état, le nouveau parlement doit se réunir pour une séance inaugurale le 13 décembre. Rajoy devrait être investi le 20 décembre, et nommer son gouvernement le lendemain. Soit dans un mois: une éternité à l'échelle des marchés. Le nouvel homme fort de l'Espagne pourrait donc décider d'accélérer les choses, surtout si le taux auquel Madrid emprunte de l'argent sur les marchés continue de grimper, comme ce fut le cas ces derniers jours.

Rajoy prépare en fait la transition depuis l'été, lors de discussions régulières avec Zapatero. Il devrait désigner dès cette semaine un comité pour piloter la transition. Objectif principal: effectuer au plus vite de nouvelles coupes dans le budget 2012. Comment s'y prendra-t-il? C'est la grande question, à laquelle Rajoy, aussi prudent que peu charismatique, a soigneusement refusé de répondre pendant toute la campagne électorale. Pas question de prendre des risques inutiles. Dimanche soir, après les résultats, Rajoy a parlé d'un «effort commun (et) solidaire», sans en dire davantage (lire l'intégralité de son discours ici).

Pourtant, la tâche s'annonce démesurée. Madrid s'est engagé auprès de Bruxelles à ramener son déficit à 4,4% à la fin de l'année 2012. Rubalcaba (PSOE) avait prévenu qu'il comptait renégocier ce calendrier auprès des partenaires européens. Pour Rajoy, il en est hors de question, et l'Espagne, promet-il, s'y tiendra.

Pour y parvenir, il faudra économiser environ 20 milliards d'euros supplémentaires, par rapport au budget actuel. Dans le meilleur des cas. Car, si les prévisions de croissance pour l'an prochain s'annonçaient trop optimistes (un scénario probable vu la récession qui s'annonce en Europe), ou s'il fallait voler au secours d'une banque mal en point, il faudrait encore réviser à la hausse le volume des coupes.

Saut dans l'inconnu

A titre de comparaison, le premier plan de rigueur de Zapatero, annoncé en mai 2010, se chiffrait à 15 milliards d'euros d'économies... Seules certitudes: Rajoy s'est engagé à ne pas toucher aux retraites, et prévoit de baisser la fiscalité pesant sur les entreprises qui se mettent à embaucher. Pour le reste, c'est le saut dans l'inconnu. La numéro deux du PP, Maria Dolores de Cospedal, a déjà prévenu qu'il fallait s'attendre à des mouvements sociaux dans les semaines à venir.

Les doutes pèsent également sur l'avenir des grandes réformes de société, conclues durant le premier mandat de Zapatero. A commencer par la légalisation de l'avortement et la reconnaissance du mariage homosexuel. Interrogé sur ses intentions pendant la campagne, Rajoy a toujours esquivé, estimant qu'il ne s'agissait pas là de priorités, en pleine crise économique. Il n'a donc jamais exclu de revenir sur ces textes, et les conservateurs les plus durs au sein du PP l'attendent au tournant. Dimanche soir à Madrid, une grande banderole d'opposants à l'avortement flottait dans la foule, réunie devant le siège du parti populaire, pour fêter la victoire.

4. L'Espagne, en terrain glissant

La fin de campagne espagnole a été occultée par une actualité économique chargée – le pays a révisé en baisse sa prévision de croissance pour l'année en cours, tandis que ses taux pour emprunter sur les marchés touchaient de nouveaux sommets, sur fond de crise de l'euro. A tout moment, le «spread» espagnol peut atteindre les plafonds qui avaient déclenché, pour l'Irlande ou le Portugal, une intervention conjointe du FMI et de Bruxelles. A la télévision ou à la radio, les journalistes ne parlent plus que de cela, des bonds et des retraits de la «prime de risque». Comme s'il s'agissait du principal enjeu de la campagne.  

C'est toute la stratégie de Rajoy: provoquer, grâce à son élection à une majorité écrasante, un choc de confiance sur les marchés. Il se dit persuadé que, dès lundi, les taux espagnols baisseront. Pourtant, les marchés ont intégré depuis des semaines déjà qu'il allait gagner l'élection, et rien n'a changé. Surtout, les grands journaux financiers, du Wall Street Journal au Financial Times, ont critiqué, eux aussi, le manque de précisions du programme de Rajoy. L'alternance politique, en soi, ne garantit rien.

D'autant que Rajoy, à l'inverse du «technocrate» Mario Monti en Italie, est un inconnu en Europe. Il dit avoir suivi cet été des cours d'anglais, pour combler ses lacunes... Alors que l'Espagne de Zapatero a profité de la comparaison avec l'Italie d'un Berlusconi totalement discrédité, pour apparaître comme le pays le plus «sérieux» des deux, le match entre Rajoy et Monti s'annonce nettement plus délicat pour Madrid. Encore une fois, ce seront les marchés financiers qui l'arbitreront.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:48

LEMONDE.FR avec AFP | 21.11.11 | 11h21   •  Mis à jour le 21.11.11 | 11h22

 
 

 

Manifestation lors de l'enterrement d'une victime des forces de sécurité syriennes à Kafr Zetan, non loin de Hama, le 20 novembre 2011.

Manifestation lors de l'enterrement d'une victime des forces de sécurité syriennes à Kafr Zetan, non loin de Hama, le 20 novembre 2011.AFP/-


Quatre personnes ont été tuées, lundi 21 novembre au matin, par des tirs des forces de sécurité syriennes lors de perquisitions menées dans la province de Homs, indique l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Deux personnes ont été tuées et sept autres ont été blessées à Homs alors que deux autres ont péri à Qousseir et huit ont été blessées par balle lors de perquisitions menées lundi matin par l'armée et les forces de sécurité", indiqué l'OSDH.

Par ailleurs, dans la province de Hama, l'armée a investi les localités de Karnaz, Lataminah et Kafar Naboudé où elle s'est déployée massivement. Dans la province d'Idleb, dans le Nord-Ouest, des dizaines de véhicules militaires sont présents et des tirs de mitrailleuses lourdes étaient entendus dans le village d'Ehseen, où le courant et les lignes téléphoniques ont été coupés.

DES PÈLERINS TURCS BLESSÉS PAR DES TIRS

Deux passagers d'un autocar transportant des pèlerins turcs revenant de La Mecque ont été blessés, tard dimanche, par des tirs de soldats, rapportent des chaînes de télévisions turques. Le bus, qui se serait égaré et aurait pris une mauvaise route près de la ville de Homs, aurait été arrêté par des soldats qui ont tiré des coups de feu contre le véhicule, selon la chaîne d'information CNN-Türk.

Le conducteur ainsi qu'un pèlerin turc ont été blessés, selon cette chaîne, qui a précisé qu'ils avaient été hospitalisés en Turquie, dans la ville d'Antakya, située à la frontière syrienne. De nombreux pèlerins turcs empruntent la voie routière via la Syrie pour rentrer en Turquie après avoir effectué le rituel du hadj en Arabie saoudite.

La Turquie a coupé les ponts avec Damas, son ancien allié, pour protester contre la répression opérée par le régime et qui a fait depuis mars plus de 3 500 morts, selon l'ONU. Des missions diplomatiques turques en Syrie ont été la cible récemment d'attaques de la part de manifestants favorables  au gouvernement, provoquant la colère d'Ankara, qui a déconseillé aux ressortissants turcs tout voyage non essentiel en Syrie.

PRESSION CONJOINTES AVEC LA LIGUE ARABE

William Hague, chef de la diplomatie britannique, a exhorté, lundi 21 novembre, la communauté internationale à faire le nécessaire pour faire plier le président Bachar Al-Assad. "J'en ai parlé hier avec le secrétaire général de la Ligue arabe et je pense qu'ils [les Etats membres] vont souhaiter le faire lors de leur prochaine rencontre", a-t-il déclaré au micro de la BBC. William Hague devait rencontrer dans la journée les représentants de divers groupes d'opposition, intensifiant ainsi les contacts avec eux. "Nous ne sommes pas sur le point de les reconnaître formellement (...) notamment parce qu'il existe différents groupes", a toutefois indiqué M. Hague. "Il n'y a pas un conseil national unique comme en Libye (...) et la communauté internationale n'en est pas encore arrivée à ce stade." "Nous prévoyons de travailler cette semaine sur un nouveau train de sanctions et j'espère que nous pourrons conclure un accord", a-t-il ajouté.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:43
| Par La rédaction de Mediapart

Plusieurs milliers d'Egyptiens occupent la place Tahrir au Caire pour exiger la fin de la tutelle militaire sur le pouvoir, à une semaine des premières législatives depuis le départ de Moubarak. L'AFP rapporte qu'ils scandent notamment «Le peuple veut l'exécution du maréchal» Hussein Tantaoui, qui dirige l'Egypte dans les faits sinon sur le papier. Les violences entre la police et les manifestants – tirs de fusil contre cocktails Molotov – ont fait vingt-deux morts à Tahrir et dans d'autres provinces, a annoncé ce lundi 21 novembre le ministère de la Santé, cité par l'agence officielle Mena. Les affrontements se poursuivent autour de la place.

L'agence officielle Mena évoque également des défilés de protestation à El-Arich, dans le Sinaï et à Ismaïlia près d'Alexandrie. D'autres ont eu lieu à Qena, dans le centre du pays, à Assiout ainsi qu'à Suez, près de la mer Rouge où les militaires ont dispersé le cortège en tirant en l'air. Dimanche, plus de cinquante personnes ont été arrêtées.

Le site du Nouvel Observateur diffuse des vidéos transmises par le journaliste Amr Moussa:

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Egypte
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:39

 

Des dispensaires de fortune ont accueilli de nombreux manifestants en proie à des malaises ou suffocants en raison des tirs intensifs de grenades lacrymogènes par la police anti-émeutes.

 La place Tahrir, encore et toujours

Si le cinéaste Youssef Chahine était encore de ce monde et qu'il avait filmé son pays depuis le 25 janvier, date du début de la révolution égyptienne, peut être aurait-il appelé son film "La place Tahrir, encore et toujours", en guise de clin d'oeil à l'un de ces précédents long métrages "Iskanderya, kamen wa kamen" traduit en français par "Alexandrie, encore et toujours".

Car l'immense esplanade du centre du Caire, vitrine du soulèvement de janvier dernier, est redevenu le coeur battant de la révolte. Samedi et dimanche, au prix de combats acharnés contre les unités anti-émeutes de la police, les sans-culottes égyptiens ont récupéré leur quartier général.

 

 

A vrai dire, ils ne s'en étaient jamais beaucoup éloignés. A plusieurs reprises, ils avaient réinvesti Tahrir, pour donner un coup d'accélérateur à leur revendications. Mais depuis vendredi, date d'une manifestation de masse contre le CSFA (conseil suprême des forces armeés), l'assemblée de hauts gradés qui pilotent la transition et qui est accusée de trahir la révolution, un parfum de déjà-vu flotte sur la place.

Il y a le service d'ordre qui filtre les entrées, les rues dépavées pour alimenter les shebabs (jeunes)  en projectiles, les effluves de gaz lacrymogène qui irritent la gorge en permanence, les tentes des irréductibles qui passent la nuit sur le bitume. Il y a les tribuns d'un jour qui haranguent la place, juchés sur une estrade de fortune et qui transforment la place en une gigantesque agora, et puis aussi la mosquée du coin transformée en hôpital de campagne, les petites mains dévouées qui balaient les trottoirs et d'autres qui distribuent des bouteilles d'eau... Autant d'images emblématiques du soulèvement de janvier-février, qui repassent devant les yeux, avec une force d'incarnation intacte. On ré-entend même le slogan fondateur de la fronde anti-Moubarak ("le peuple veut la chute du régime"), comme si après l'avoir décliné de multiples manières ("le peuple veut la fin des procès militaires"/"le peuple veut la fin des privatisations"...), les manifestants étaient parvenus à la conclusion que la version originale reste la meilleure et la plus pertinente. Tant il est vrai que le régime d'avant le 25 janvier - ses hommes, ses pratiques et son état d'esprit - est loin d'avoir disparu. Frappés par cette sensation de remake, certains manifestants parlent désormais des journées de samedi et de dimanche comme des 19ème et 20ème jours de la révolution, qui en comptait jusque là 18...

La dynamique révolutionnaire va-t-elle repartir de plus belle et forcer le CSFA à reporter la tenue de la première phase des élections, prévue lundi prochain ? On le saura dans les prochains jours. Une chose est sûre : si le volcan égyptien se réveille, Tahrir sera son cratère.

Benjamin Barthe

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Egypte
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:36

LEMONDE.FR avec AFP | 21.11.11 | 07h36

 
 

 

Aung San Suu Kyi, chef de file de l'opposition birmane.

Aung San Suu Kyi, chef de file de l'opposition birmane.REUTERS/Soe Zeya Tun

Ce serait une première pour elle. Aung San Suu Kyi, la chef de file de l'opposition birmane "a l'intention" de briguer personnellement un siège au Parlement lors d'une prochaine élection législative partielle. C'est un porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) qui l'a indiqué lundi 21 novembre à l'AFP, confirmant ainsi des déclarations faites vendredi par la lauréate du prix Nobel de la paix en 1991.

La Ligue nationale pour la démocratie (LND) avait décidé vendredi de revenir dans la légalité et de présenter des candidats dans quarante-huit élections partielles, un an et demi après sa dissolution à la suite de l'annonce du boycott du scrutin de novembre 2010. La dissidente, véritable icône de la lutte pour la démocratie dans son pays et dans le monde, avait alors appelé ses camarades à disputer les sièges dans "toutes les circonscriptions". "Si je pense que je dois participer aux élections, je le ferai", avait-elle déclaré. "Certaines personnes s'inquiètent du fait que participer pourrait faire du tort à ma dignité. Franchement, si vous faites de la politique, vous ne devez pas penser à votre dignité."

Aung San Suu Kyi, qui a fait toute sa carrière politique sous la bannière de la LND, s'est lancée en 1988 lors d'un discours prononcé à Rangoun, avant de fonder la LND. Mais elle ne s'est jamais présentée elle-même dans une élection. Elle était déjà en résidence surveillée en 1990, lorsque le parti avait remporté haut la main le scrutin sans jamais être autorisé à exercer le pouvoir. Et elle était toujours privée de liberté lors des élections de l'an passé, qu'elle et ses compagnons de route avaient boycottées.

 ROMPRE L'ISOLEMENT INTERNATIONAL

Depuis, le paysage politique s'est transformé. La junte a cédé la place à un régime dit "civil", certes contrôlé par l'armée mais à la tête duquel le président Thein Sein a multiplié les réformes, espérant sortir de l'isolement international qui épuise le pays. Le président a salué ce week-end le retour d'Aung San Suu Kyi sur l'échiquier politique national. "Nous travaillerons ensemble pour le développement futur de notre pays et l'intérêt du peuple, c'est ce que j'ai dit à Aung San Suu Kyi", a-t-il déclaré, selon l'hebdomadaire anglophone Myanmar Times, en précisant que les dates des élections partielles n'avaient pas encore été fixées.

Le week-end a été fructueux pour le régime birman, qui souhaitait rompre son isolement international et a pu constater que les réformes commençaient à porter leurs fruits.
Vendredi, le président américain, Barack Obama, a indiqué que la secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, se rendrait en Birmanie le 1er décembre, pour la première visite d'un chef de la diplomatie américaine en cinquante ans. Il a précisé s'y être engagé après avoir parlé au téléphone avec l'opposante elle-même.
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a annoncé le lendemain qu'il se rendrait "le plus tôt possible" en Birmanie, exhortant le pays à poursuivre les réformes "sans attendre".

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 16:12

20/11/11


IMG_0322

IMG_0334


Rejoignez les indignés sur le parvis de la Défense!

  
Censure totale des Indignés!  Et pourtant...
  
  
 
 
L'état français et ses serviteurs , les médias , opèrent désormais une censure totale scandaleuse sur les indignés Français ...

On parle de Wall Street tout le temps , alors que les indignés de France occupent également un endroit symbolique du libéralisme sauvage , la Défense ...

Les Indignés sont toujours à la Défense ce we du 19 Novembre 2011 et n'ont aucune intention de quitter le parvis , qu'on se le dise ... Rejoignez les . N'écoutez pas la propagande médiatique qui vise à "tuer" le mouvement . Le médias Français sont honteusement complices et acteurs de cette censure.

Venir les soutenir ce we et toute la semaine ... et diffusez l'info ... Le bruit court que les indignés parisiens auraient lâché , c'est totalement faux , c'est de la propagande .
 
Un Mouvement planétaire qui fait très peur aux dirigeants mondiaux

Par moments , les indignés sont chassés momentanément par les charges de Crs , mais ils reviennent et réinstallent courageusement ensuite leur campement . ( Les Crs viennent généralement "nettoyer" le campement deux fois par jour , discrètement en soirée à 21h et au petit matin . Entre midi et 20 heures , quand il y a beaucoup de passants , les Crs se calment et le campement reste en place et bien visible )

Depuis quelques jours , de nombreux médias complices de l'état font croire que les indignés sont partis de la défense .Ceci est totalement faux . Les indignés occupent toujours le parvis ( j'y étais encore hier soir mercredi 16 Novembre à 21h )

Les Indignés font très peur au pouvoir et certains médias mentent pour tuer la mobilisation et le mouvement . Ceci est de la pure censure digne de vichy . Pauvre et triste France résignée et soumise qui semble encore capable de voter une deuxième fois pour Sarkosy. Le masochisme n'a plus de limites...

Les indignés ne sont contrôlés ni par les partis politiques , ni par les syndicats , ceci explique la peur qu'ils inspirent ... L'état , les politiciens , et les médias tentent à tout prix d'étouffer le mouvement qui s'installe partout dans le monde .

Même à wall street , ce jeudi 17 Novembre ,voir le lien
"Occupy WallStreet" . La révolution se poursuit dans le monde entier ! Thursday November 17th International Day of Action .

C'est un mouvement citoyen incontrôlable, ce que redoutent le plus les états. Ne croyez plus ce que vous entendez dans les médias , allez vérifier sur place ... Faites passer

Les indignés ont tout contre eux ... L'état , les partis politiques , les syndicats et ... le froid . Allez les soutenir , ils symbolisent l'indignation citoyenne .
 
 
Ils nous attendent jours et nuits pour renforcer un mouvement légitime

> Ils sont encore peu nombreux mais résolus et courageux depuis des mois

> Venez les soutenir , les nourrir , les réconforter , les encourager , les financer

> L'union des citoyens fait la force , ils ont déjà compris çà dans d'autres pays européens

> N'attendez pas que les syndicats ( "soupapes" complices ) vous mobilisent inutilement

> Prenons nous en main , puisque nos dirigeants ne gouvernent plus pour le peuple

C'est actuellement au parvis de la défense devant l'arche , Métro La Défense
Tlj , sans interruption , jours et nuits ( Ligne 1 & RER C )

Couvrez vous bien et venez à n'importe quelle heure , même une demi heure. Parfois y'a du monde , parfois peu , parfois les Crs sont aimables , parfois pas du tout et cherchent à effacer toutes traces du mouvement .Mais l'essentiel est que çà tienne ...La motivation est là , mais plus il y aura de monde , moins le pouvoir essayera d'interdire complètement l'occupation du parvis ... Cela continuera , quoi qu'il arrive quelque part , même l'hiver , car le mouvement ne doit pas s'arrêter.

En tout cas

Elections ( 2012 ) = Piège à cons ? (Si on vote Ump ou Ps , c'est sûr ...)
 

17:33 Écrit par L'homme Africain dans politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Trackbacks (0) |

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:58

Samedi 19 novembre…

Une bonne vingtaine d’indignés d’Quimper.cornouaille se sont installés à nouveau sur les pavés quimpérois place Terre au Duc – c’est vrai que l’endroit est idéal – samedi matin, jour de marché, 11h…

Les passants nombreux regardent les panneaux proposant au peuple de « se lever » pour « prendre son destin en main », de « prendre l’argent là où il est ».

Certains sont ici pour connaîtr…e ce mouvement qui inonde la planète et dont on parle de plus en plus. Autour de la fontaine les discussions vont bon train.
Le Nucléaire, la répression du mouvement des Indignés en France et aux Etats-Unis , la dette, la Grèce et son peuple « debout » face au FMI, l’Europe, et la Finance……
Il est prévu de se retrouver tous les samedis à 11 heures.
Il est prévu de proposer à toutes les personnes qui aspirent à une alternative pour le bien et le progrès de tous, de s’associer pour des actions communes.
Les Indignés d’Quimper/cornouaille

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:51

Subject: la presse du jour - Conseil Municipal du 19/11 -







Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Articles de presse
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:44
 
Pour nous contacter : roadtobrussels@gmail.com


Le Monde avec nous ! Le mouvement Occupy survit ! [Occupy WS]

Aujourd’hui 17 novembre, plus de 30,000 New-Yorkais sont descendus dans les rues en résistance contre l’austérité, pour reconstruire notre économie et reprendre notre démocratie. Il s’agit de notre action la plus importante à ce jour.

Le tentative grossière du maire de New-York de déloger Occupy Wall Street n’a fait qu’affermir notre volonté ; notre éviction brutale de nos foyers à Liberty Square a renforcé à la fois notre volonté et notre légitimité. Ensemble, nous avons élevé la voix pour déclarer : « Non aux évictions ! Non à l’appauvrissement collectif qui enrichit les 1 %. » Nous avons révélé au monde que nous ne sommes pas un groupe de marginaux ou d’idéalistes naïfs – nous sommes réellement un soulèvement populaire qui incarne l’esprit révolutionnaire de justice économique, d’entraide mutuelle, et de démocratie consensuelle. Nous sommes les 99 %.

Et le monde a répondu à l’appel.

Des manifestants aux États-Unis, de l’Atlantique au Pacifique, ont occupé les symboles les plus visibles du laisser-aller oligarchique : les ponts – infrastructure essentielle que le 1 % laisse allègrement tomber en ruine :

* Los Angeles, CA : Les manifestants ferment par l’action pacifique un pont dans le quartier financier. 16 arrestations.

* Portland, OR : Occupation du pont Steel Bridge

* Detroit, MI : dans une des villes les plus touchées par les saisies et évictions, des milliers de personnes traversent ensemble le 2nd Avenue Bridge

* Washington, DC : manifestation pour soutenir des projets d’infrastructure pour le Key Bridge

* Philadelphie, PA : 1,500 personne dans un marche sur le pont de Market Street où au moins 25 personnes se sont faites arrêter au cours d’une occupation paisible.

* Miami, FL : plus de 2,000 personnes se sont réunies sous le pont routier au parc José Martí.

* Hartford, CT : 200 personnes ont bloqué la rampe d’accès de l’autoroute I-84 ; 10 arrestations

* Houston, TX : 500 manifestants bloquent le pont de Travis Street avec au moins 12 arrestations.

* Pittsburgh, PA : Les manifestants ont interdit l’accès au Greenfield Bridge

* Baltimore, MD : Occupation du pont Howard Street Bridge.

* Seattle, WA : Occupation du University Bridge. Nous avons conduit une marche librement à travers les rues de la ville, sans violence policière.

* D’autres ponts bloqués à : St-Louis, Milwaukee, Great Falls, Minneapolis, Kalamazoo, Augusta, Saginaw, Cleveland, Richmond, Iowa City, and dans de nombreuses villes à travers les USA !

Et à travers le monde, les peuples du Canada, Japon, Grande-Bretagne, Espagne, Allemagne, Grèce, et ailleurs ont organisé des actions de solidarité sans précédent – preuve irréfutable que le mouvement Occupy / Indignés est déjà et devient davantage chaque jour, une révolution réellement planétaire.

Dans les mots d’une pancarte des manifestants : « Le monde n’est plus le même. »

Le Maire de New-York, M. Bloomberg, et sa police new-yorkaise ont peut-être pris possession de Liberty Square pour l’instant, tout comme les banques ont pris les maisons et les emplois de milliers de personnes à travers le monde. Mais aujourd’hui, nous avons prouvé que l’esprit d’Occupy Wall Street et la volonté des 99 % sont plus forts que jamais. Et les 1 % ne pourront pas déloger une idée dont l’heure est venue !

Oui, le monde entier nous regarde. Mais plus important encore : Le monde entier se réveille.
0 commentaires
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22