Yánis Varoufákis, l’ancien ministre grec des Finances, avait-il préparé un plan de sortie de la zone euro grâce au piratage de la plateforme fiscale de la Grèce ? C’est ainsi qu’ont été inteprétées, dimanche, des révélations du quotidien grec Ekathimerini, obligeant Varoufákis à s’expliquer. Tout en assumant avoir effectivement travaillé à la mise en place d’un système bancaire parallèle pour le cas où la BCE couperait l’accès aux liquidités du pays.

 

Le feu vert temporaire de Tsípras

Ce dimanche 26 juillet au matin, le quotidien de centre droit Ekathimerini, qui a couvert l’ensemble de la crise des dernières semaines entre la Grèce et ses créanciers, publie un article explosif : «Varoufákis affirme qu’il avait obtenu l’autorisation de préparer un système bancaire parallèle.» Sa source ? Des propos qu’a tenus l’ancien ministre des Finances grec, le 16 juillet (soit dix jours après sa démission), dans une réunion téléphonique avec les responsables d’un fonds d’investissement dirigé par l’ancien ministre britannique des Finances Norman Lamont.

Au cours de cet échange, Varoufákis explique qu’en décembre, un mois avant la victoire de Syriza aux élections législatives, le futur Premier ministre Aléxis Tsípras lui a donné le feu vert pour la conception d’un système de paiement parallèle qui permettrait au pays, si d’aventure la BCE devait lui couper les vivres, de continuer à créer de l’argent sans planche à billets. «J’avais réuni une équipe très compétente, une équipe réduite qui devait rester secrète pour des raisons évidentes», explique Varoufákis, qui s'est donc mis au travail dès l'arrivée de Syriza au pouvoir. Concrètement, il se serait agi d'utiliser le site de l’administration fiscale grecque (leur impots.gouv.fr), où tous les particuliers et toutes les entreprises ont renseigné leurs coordonnées bancaires, pour le transformer en une banque virtuelle où chacun aurait vu son compte crédité d’un certain montant. Les échanges monétaires auraient eu lieu via cette plateforme.

Problème : pour mettre en place ce système, il fallait récupérer les données du site des impôts grecs. Or, celui-ci était placé sous l’œil de la troïka – autre information non négligeable issue de ces révélations. Varoufákis a donc autorisé un de ses proches amis, spécialiste en technologies de l’université de Columbia, à «hacker le système informatique de [son] propre ministère afin de pouvoir copier le code du site des impôts sur un ordinateur dans son bureau». Mais ce geste pourrait lui valoir des poursuites pour «trahison». Le sachant, il demande à ses interlocuteurs, lors de la conversation téléphonique, de ne le répéter à personne – c’est raté.

Quoi qu’il en soit, «le travail était plus ou moins achevé», explique Varoufákis, évoquant même la possibilité de lancer des applications pour smartphones. Mais «la difficulté était de partir des cinq personnes qui l’avaient planifié pour arriver aux 1 000 personnes nécessaires pour le faire fonctionner. Je n’ai jamais reçu l’autorisation le permettant».

 

Plan B

Le premier ministre grec Alexis Tsipras, le 24 juillet 2015 à Athènes

Le Premier ministre grec, Aléxis Tsípras. Photo Louis Gouliamaki. AFP

 

Dans cette conversation, largement retranscrite par Ekathimerini, Varoufákis n’évoque qu’une seule fois une possible sortie de la zone euro, expliquant qu’à ses yeux, le mandat donné à Syriza par les Grecs était de «poursuivre énergiquement et vigoureusement les négociations, jusqu’au point de dire que si nous ne pouvions pas avoir un accord viable, nous réfléchirions à en sortir». Mais le journal, dans son article, ajoute que selon ce qu’il a «compris», le plan B de Varoufákis aurait permis de revenir à la drachme, l’ancienne monnaie grecque, en quelques heures.

Accusé par une partie de la presse grecque d’avoir voulu «détourner» les données fiscales des citoyens et entreprises grecs, et d’avoir tenté de précipiter une sortie de la zone euro, Yanis Varoufákis a répliqué, dimanche après-midi, auprès du quotidien britannique The Telegraph. Oui, admet-il, les propos rapportés par Ekathimerini sont exacts. Mais non, il n’a jamais voulu une sortie de la zone euro : «J’ai toujours été totalement opposé à un démantèlement de l’euro, car nous ne savons pas quelles forces sombres cela pourrait libérer en Europe.»

Concernant le détournement des données fiscales, il explique, dans un communiqué publié sur son blog ce lundi après-midi, que l’accusation est «erronée», dans la mesure où il avait lui-même évoqué son projet, le 6 juillet, lors de son discours de démission.

Quant à l’absence de mise en œuvre de son plan, l’ex-ministre explique au Telegraph qu’Aléxis Tsípras «s’est rendu compte que ce serait trop difficile». C’est le soir du référendum, alors que les Grecs avaient dit «non» à 60% aux nouvelles mesures d’austérité des créanciers, qu’il dit avoir appris «explicitement» que son projet n’aboutirait jamais, et qu’il a donc décidé de démissionner.

 

Le rôle de Wolfgang Schaüble

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schauble, principal artisan des mesures d'austérité contre la Grèce, le 22 juin 2015 lors d'une réunion de l'Eurogroupe, à Bruxelles

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble. Photo Thierry Charlier. AFP

 

Au cours de son entretien téléphonique, Yánis Varoufákis a également évoqué le rôle joué par le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble, dans les négociations. Fermement opposé à une réduction de la dette grecque, Schaüble s’est en revanche prononcé pour un Grexit provisoire qui pourrait se révéler bien plus coûteux pour ses créanciers. Comment expliquer alors une telle position ? Pour Varoufákis, c’est clair : le plan de Schaüble, «tel qu’il me l’a décrit», est d’éviter une union monétaire fonctionnant avec un Parlement (comme le suggérait encore récemment François Hollande).

Dans cette optique, affirme Varoufákis, Schaüble lui a «dit explicitement qu’un Grexit lui donnerait assez de pouvoir de terreur pour imposer à la France ce que Paris refuse. De quoi s’agit-il ? Transférer une partie de la souveraineté budgétaire de Paris à Bruxelles». Et d’ajouter, dans The Telegraph, que le ministre allemand des Finances sait parfaitement que le troisième plan d’aide, dont les discussions viennent de commencer à Athènes, «est voué à l’échec», mais que son objectif demeure de faire sortir la Grèce de la zone euro. «Il n’y aura pas d’accord le 20 août», parie Varoufákis.

 

Lundi après-midi, un institut de recherche dont l'un des membres participait à la discussion du 16 juillet a publié, «avec l'accord de Yanis Varoufakis», l'intégralité de l'entretien.