Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 22:36

 

 

 

#TAFTA L'Union européenne aurait renoncé à interdire 31 pesticides pour faciliter les négociations de l'accord commercial transatlantique

 

 

 

(Virginia Mayo/SIPA)

 

Sous la pression américaine, l’Union européenne aurait renoncé à interdire des dizaines de pesticides liés à des cancers et des perturbations hormonales pour faciliter les négociations du Traité d’échange commercial transatlantique (appelé TTIP ou TAFTA). C’est en tout cas ce que révèle outre-Manche le site du "Guardian" ce vendredi.

Des travaux législatifs prévoyaient la prohibition de 31 pesticides contenant des perturbateurs endocriniens, mais ont été remisés au placard à la suite d’une campagne intensive de lobbying américain et de menaces de "conséquences d’ampleur", comme le révèlent des documents auxquels a eu accès l’ONG Corporate Europe Observatory.

La décision aurait été prise en juillet 2013, avance le quotidien britannique, sous l’influence d’une délégation de l’AmCham (Chambre de commerce des Etats-Unis) en déplacement à Bruxelles. Le compte-rendu de la réunion montre que cette dernière y dénonce "l’inutilité de créer ce genre de catégories" avant toute étude d’impact.

Le soir même, la Secrétaire générale de la Commission Catherine Day ordonnait l’abandon des travaux législatifs. Prévus pour une application dès 2014, ceux-ci se sont ainsi vus repoussés à au moins fin 2016, détaille le "Guardian".

+ d'infos

 

 

 

 

 

Partager cet article

22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 18:51

 

Source : http://www.mieux-vivre-autrement.com

 

Ils osent monétiser le monde du vivant

koala vendu

Le règne des animaux et de végétaux est aujourd’hui transformé en produit bancaire coté en bourse. Monétiser le monde du vivant est un marché à part entière qui se développe sous nos yeux, ou plutôt dans notre dos…

 

Peut-être avez vous manqué ce reportage d’une importance capitale diffusé sur ARTE. Le film documentaire « Nature, le nouvel eldorado de la finance » expose comment les banques et la finance arrivent à détenir les ressources du monde du vivant. Un accaparement « légal » qui ne se fait pas sans conséquence.

 

Ils osent monétiser le monde du vivant. Les règnes des animaux et des végétaux sont aujourd’hui transformés en produits bancaires cotés en bourse. C’est un marché à part entière qui se développe sous nos yeux, ou plutôt dans notre dos…

 

L’ignominie est totale

Les politiques de productivisme et de croissance sans limite provoquent la disparition des espèces, qui de fait gagnent en rareté et donc en valeur marchande. L’environnement et ce qu’il contient devient un capital spéculatif. Le moins que l’on puisse dire c’est que cette situation est contre-nature. Les conséquences pour l’humanité comme pour la faune et la flore sont à redouter. Une autre question vient à l’esprit:

à qui appartient le monde du vivant ?

 

Les « sauveurs » autoproclamés de la biodiversité

Si vous n’avez pas la réponse, d’autres se sont chargés d’en trouver une « légale »… Les mêmes acteurs financiers qui ont provoqué la crise mondiale de 2008 par cupidité,  prétendent aujourd’hui sauver les espèces en leur donnant une valeur marchande. Leur logique pour monétiser le monde du vivant? Un bien qui est rare est protégé afin de préserver sa valeur et… la voir se développer pour générer un profit.

 

monétiser le monde du vivant

Cette baleine vaut-elle plus morte que vivante?

 

Libre aux imbéciles de croire que l’argent – ce qui est le plus sale-  peut protéger la nature – ce qui est de plus pur. On peut par contre facilement se projeter dans des scénarios catastrophiques où pour augmenter la valeur d’une espèce on organise sa rareté.

 

Combien vaut la nature ?

Et… combien peut-elle rapporter surtout ? À l’heure où l’on craint le pire pour la biodiversité, ce documentaire d’ARTE révèle la financiarisation croissante des ressources naturelles par les banques et les investisseurs privés.

Émerge alors un nouveau business, celui de la protection environnementale. Prometteur en termes de profits, c’est ce nouveau marché édifiant qui est décrypté dans ce documentaire exceptionnel.

Le principe est simple pour monétiser le monde du vivant, on attribue un coût à la nature, Arte apporte une explication :

des banques et des fonds d’investissements, pourtant responsables de la dernière crise financière en date, achètent d’immenses zones naturelles riches en espèces animales et végétales menacées. Monétarisées et financiarisées, ces réserves sont ensuite transformées en produits boursiers possiblement spéculatifs.

Sur le marché, on peut ainsi acheter et vendre des titres sur « la mouche » ou « l’orang-outan » et d’autres. Les entreprises qui polluent peuvent acheter ces titres pour se donner bonne figure. Ainsi on peut imaginer Nutella acheter des titres « arbre centenaire d’Amazonie » pour continuer d’autre part à déboiser l’Amazonie. Comme le dénoncent des économistes objecteurs de croissance, alors que tout indique la nécessité de ralentir, le choix est fait d’accélérer dans la même logique qui est à l’origine d’un problème systémique.

 

Peut-on donc tout vendre ?

Il apparaît que monétiser le monde du vivant est bien un choix de société plus qu’un état de fait. Un lobbying surpuissant s’acharne déjà à tirer la couverture du coté des multinationales. Les conséquence ne devraient pas tarder à se faire ressentir.

Ce qui est triste, c’est que la raison ne l’emporte pas sur l’appât du gain. Ce qui est dommage c’est que les gens sains d’esprit ne se fassent pas plus entendre.

 

 

Présentation du film d’ARTE: 

 

 

Source : http://www.arte.tv/guide/fr/050583-000/nature-le-nouvel-eldorado-de-la-finance

 

La course au profit généralisé et le marché global ont largement contribué à la crise écologique actuelle. Pourtant, les mondes de l'économie et de la finance prétendent renverser la tendance et sauver la planète en la protégeant à leur façon, c'est-à-dire avec de l'argent. C'est bien l'émergence d'un nouveau marché, celui de la protection environnementale, que décrypte le documentaire de Sandrine Feydel et Denis Delestrac  - l'auteur du Sable, enquête sur une disparition, récemment diffusé par ARTE. Encore embryonnaire il y a quelques années, ce marché est aujourd'hui l'un des plus prometteurs en terme de profit. Son mode de fonctionnement est simple. De plus en plus de sociétés financières ou d'assurances, parfois précédées par les économistes, attribuent un coût à la nature. Combien vaut la forêt d'Amazonie ? Quelle est la valeur marchande de l'incessant labeur de pollinisation accompli par les abeilles ? Jusqu'ici, l'"invisibilité économique" de la nature ne jouait pas en sa faveur : les marchés n'aiment ni l'abondance ni la gratuité. Mais avec la raréfaction des ressources et la disparition programmée de certaines espèces, l'équation a changé. La loi de l'offre et de la demande peut maintenant s'appliquer aux richesses naturelles. Ainsi, des banques et des fonds d'investissements, pourtant responsables de la dernière crise financière en date, achètent d'immenses zones naturelles riches en espèces animales et végétales menacées. Monétarisées et financiarisées, ces réserves sont ensuite transformées en produits boursiers possiblement spéculatifs. On peut donc acheter des actions "mouche", "orang-outan" ou "saumon". En investissant dans ces titres, les entreprises polluantes obtiennent des "certificats de bonne conduite" qui les dispensent de suspendre leurs activités les plus néfastes...

La nature de l'argent

Fruit d'un patient et minutieux travail d'investigation, Nature, le nouvel eldorado de la finance met en relief les mécanismes d'un système naissant qui pourrait se révéler une entreprise de tartufferie mondiale. Interrogeant financiers, experts et penseurs, le film confronte les points de vue antagonistes et multiplie les exemples concrets de populations et milieux naturels menacés par ces nouvelles pratiques. L'enquête dresse un vaste panorama des intérêts en jeu et des lobbies en action autour de ce "nouveau" capital naturel, se demandant au final quelles valeurs défendent réellement ceux qui attribuent un coût à la nature. Une nouvelle crise financière pourrait en effet résulter de la spéculation et de l'effondrement de ces nouveaux marchés...

 

 

 

Source : http://www.arte.tv/guide/fr/050583-000/nature-le-nouvel-eldorado-de-la-finance

 

 

Partager cet article

Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 18:38

 

Source : http://www.bastamag.net

 

Méritocratie

Lafarge : une prime de 2,5 millions pour le PDG, des suppressions de postes pour les salariés

par

 

 

2,5 millions d’euros : c’est la prime que va recevoir le PDG de Lafarge, Bruno Lafont, pour son rôle dans la fusion avec le suisse Holcim. Les deux plus grandes entreprises de ciment du monde pèseront ensemble 35 milliards d’euros de chiffre d’affaires et plus de 130 000 salariés. L’ « indemnité exceptionnelle » accordée à Bruno Lafont par le Conseil d’administration de Lafarge s’ajoutera à sa rémunération de 1,8 million (part fixe et variable) ainsi qu’au 722 860 euros de stock-options en actions prévus en 2014. Soit plus de 5 millions d’euros en 2015.

Pour le Conseil d’administration de Lafarge, cette prime se justifie pour « tout le travail accompli depuis un an ». « Il a été l’architecte du projet et il a travaillé pour la défense de son groupe avec un impact limité pour l’emploi en France », explique, à l’AFP, « une source proche du groupe ». Le cimentier emploie 63 000 personnes dans le monde, dont 5300 en France (8,5% des effectifs).

Les salariés de Lafarge, eux, ne semblent pas à la hauteur des efforts déployés par leur patron. Suite à la fusion, une première série de 380 postes seront supprimés dans le monde, dont 166 en France (203 postes supprimés à Paris et Lyon, moins les 37 postes créés en Isère). Ces chiffres peuvent paraître anodins au vu du nombre d’employés concernés. Mais les effectifs en France de l’entreprise du CAC 40 n’ont cessé de chuter depuis 2012 : moins 3000 salariés en trois ans (voir notre fiche concernant Lafarge).

Et les syndicats s’inquiètent de futures restructurations d’ampleur au sein des deux groupes fusionnés. « Des dizaines de milliers de travailleurs seront probablement essaimés ou mis à pied à la suite de cette fusion, mais la direction refuse toujours de consulter les syndicats », s’inquiétait en janvier Jyrki Raina, secrétaire général de la Fédération syndicale internationale de l’industrie, IndustriALL. Les syndicats avancent le chiffre de 15 000 salariés qui pourraient perdre leur emploi (lire ici). Ils n’ont probablement pas été aussi méritants que Bruno Lafont.

Partager cet article

Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 18:24

 

Source : http://www.combat-monsanto.org

 

 

 

Marche mondiale contre Monsanto le 23 mai 2015
 
 

 

 

Le 23 mai 2015, les citoyens du monde entier, dans une cinquantaine de pays et plus de 30 villes françaises, marcheront à nouveau contre Monsanto et consorts (Bayer, Syngenta, les multinationales des OGM et des pesticides). Toutes et tous dans la rue pour condamner ce modèle agricole accro à la chimie et aux manipulations du vivant, imposé au détriment des peuples et des paysans qui les nourrissent !

Lancées de façon autogérée par des citoyens soucieux de s’engager, ou par des militants associatifs locaux, ces marches sont des événements ouverts, sur un positionnement 100% citoyen, sans étiquette politique.

 

 

Nos revendications

 

Assez d’empoisonnement ! En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé classait le Roundup de Monsanto, l’herbicide le plus vendu au monde et indissociable de la culture des OGM, comme « probablement cancérogène ». Nous exigeons la prise en compte des études indépendantes sur les conséquences toxiques des OGM, pesticides et hormones de croissance, sur notre santé et sur l’environnement, ainsi que l’attribution de budgets publics permettant l’indépendance totale de la recherche sur ces sujets. Nous réclamons le retrait immédiat des produits toxiques abusivement présents sur le marché, pour agriculteurs ou jardiniers, et plus particulièrement le Roundup et les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles.

 

OGM et Tafta, même combat ! Nous affirmerons notre opposition au projet de Grand marché transatlantique (TAFTA ou TTIP), cheval de Troie des multinationales de l’agrobusiness pour imposer les OGM et réduire toujours davantage les normes sanitaires destinées à protéger la santé des consommateurs. Demain, avec le TAFTA, des entreprises comme Monsanto pourraient attaquer les moratoires des États opposés à la culture des OGM devant des tribunaux d’arbitrage privés, et réclamer des indemnités de plusieurs millions puisées dans les deniers publics.

 

Réapproprions-nous les biens communs, contre les intérêts privés d’une minorité ! Nous exigeons la cessation immédiate des brevets sur les semences et le vivant, régulièrement entachés de biopiraterie, et la liberté d’usage des semences de ferme, ainsi que leur échange entre jardiniers amateurs, car il est inacceptable que des entreprises privées aient la mainmise sur une diversité génétique qui appartient à toute l’humanité, qui est le fruit d’un savoir-faire millénaire, et qui constitue la source de toute alimentation humaine. Il est inadmissible que dans de nombreux pays, particulièrement du Sud, les « lois semencières » dictées par les multinationales menacent la souveraineté alimentaire et criminalisent, comme de vulgaires voleurs, les paysans et paysannes qui produisent et échangent des semences traditionnelles.

 

Une alimentation saine pour tous ! Nous dénonçons la dérive des fermes-usines où des animaux sont parqués dans des cages pour être gavés d’OGM, sans qu’aucun étiquetage sur la viande n’éclaire le choix du consommateur. Le 23 mai nous manifesterons notre volonté d’une agriculture écologique, relocalisée, respectueuse des travailleurs agricoles comme des écosystèmes, et d’une alimentation capable de garantir notre santé et celle de nos enfants. L’agriculture biologique, sans OGM ni pesticides toxiques, respectant les équilibres climatiques, ne doit pas devenir une niche commerciale réservée à un public averti ou privilégié, mais bien la solution pour offrir une alimentation saine pour TOUS. Une première étape serait le passage de toutes les cantines scolaires et restaurants collectifs à des menus « 100 % bio » afin de soutenir les transitions d’agriculteurs désireux de faire évoluer leurs pratiques.

 

Toutes et tous dans la RUE le 23 Mai 2015

PENSEZ À INVITER VOS AMI(E)S A L’EVENT sur Facebook pour retrouver la liste de toutes les marches ! #MaM2015 : https://www.facebook.com/events/333023593561520

Voici une vidéo à partager : https://www.youtube.com/watch ?v=XDwBQ5HWhBU

 

 

 

#‎MAM2015‬ Tracts CREATIVE COMMONS POUR TOUS réalisés par le Collectif citoyen les Engraineurs !

- > Tract_MAM_paris / à imprimer sur papier couleur, diffuser, partager : http://files.gandi.ws/gandi20925/file/v_paris.pdf

- > Tract_MAM_vierge (lieu, rdv, logo à ajouter) / à s’approprier, faire tourner, partager : http://files.gandi.ws/gandi20925/file/v_vierge.pdf

PRESSE

Notre communiqué de presse et notre contact contactcollectifengraineurs[at]lists.riseup.net

Voici la liste des marches régionales pour la ‪#‎MaM2015‬ !!!

Chaque événement de cette liste a fait l’objet d’une vérification auprès des organisateurs, en terme de déclaration en préfecture, mais aussi dans l’intégration des associations locales à l’organisation aux côtés des citoyens engagés.

- Amiens : Rendez vous de 14h, plusieurs départ de marches, 15H Place du Palais de justice https://www.facebook.com/events/1430595230589707/
- Avignon : Rendez-vous fixé à 10h devant MONSANTO à St Andiol suivi à 13 heures d’un picnic à AVIGNON , place Pie https://www.facebook.com/events/697211193717822/
- Besançon, soirée débat "Le monde selon Monsanto" ciné V. Hugo à 20h30 https://www.facebook.com/events/641892865911947/
- Bayonne : rendez-vous à 10h, devant la mairie, 1, av. du Maréchal-Leclerc https://www.facebook.com/events/1446511682254117
- Bordeaux : rendez-vous à 14h, place Victoire https://www.facebook.com/events/433120260190336/
- Brest : rendez-vous à 14h, parcours non défini https://www.facebook.com/events/663061860468975/
- Caen : rendez vous à 15h place du Théâtre (à confirmer) https://www.facebook.com/events/850962354970901
- Carhaix : rendez vous à 14h à l’espace Glenmor (pique nique à 11h au manoir de Kerampuilh) https://www.facebook.com/events/643366982435444
-  Chalons-sur Saone, place St vincent à 10h30 : http://www.lejsl.com/…/une-marche-contre-monsanto-les-ogm-e…
- Cherbourg : rendez vous à 15h place du Théâtre https://www.facebook.com/events/625997460862465/
- Clermont Ferrand : Rendez-vous à 14H Place DELILLE https://www.facebook.com/events/1611872439032444
- Corse à Bastia, à 14h30 place vincetti-citadelle : https://www.facebook.com/events/751413961645003
- Dijon, Rendez vous à 11H place de la Libération : https://www.facebook.com/events/821766247910398/
- Grenoble : rendez vous à 14h https://www.facebook.com/events/1032751636742869/
-  Ile de la Réunion : rendez vous de 9h à 16h au Marché Forain de Saint Pierre https://www.facebook.com/events/456583424495447/
- La Rochelle : Place de Verdun à 15H https://www.facebook.com/events/378367785682156/
- Laon : rendez vous de 10h à 16h Place des Droits de l’Homme http://nonogm02.canalblog.com
- Lille : rendez-vous à 14h, Grand-place https://www.facebook.com/events/1542680492652211/
- Limoges : Rassemblement 14h30 Place de la Motte https://www.facebook.com/events/1632412276990562/
- Lorient : rendez vous à 14h, place Jules Ferry Lorient https://www.facebook.com/events/856377734434189/
- Lyon : rendez-vous à 14h, parcours non défini https://www.facebook.com/events/652392381555877/
- Marseille : rendez-vous à 14h, Le Kiosque à musique, en haut de la Canebière https://www.facebook.com/events/912268158804334
- Montpellier : rendez-vous à 14h, place Royale du Peyrou https://www.facebook.com/events/360112537512276
- Nancy : rendez vous à 15h place Maginot https://www.facebook.com/events/826981247338426
- Nantes : rendez-vous à 14h, place Royale https://www.facebook.com/events/420568914773141
- Nice : Rdv 14H https://www.facebook.com/events/991536840873684/
- Nîmes : rendez-vous à 14h30, avenue Feuchères (face à la gare) https://www.facebook.com/events/1555220608094067/
-  Nouméa, Nouvelle Calédonie Rassemblement place des cocotiers le Samedi 23 mai de 10h à 12h https://www.facebook.com/events/1409072039416552/
- Paris, rendez-vous à 16h Place Denfert Rochereau : https://www.facebook.com/events/996899193657121/
- Peyrehorade (où il y a une usine de Monsanto) : rendez vous à 10h devant leur usine à Peyrehorade https://www.facebook.com/events/637272466418738
- Rennes : rendez vous à 14h devant la Mairie de Rennes, place de la mairie https://www.facebook.com/events/1617007215185992
- Saint Barthélemy Rendez-vous à 16H à la Capitainerie : https://www.facebook.com/events/703485186443616/
- Salon de Provence : rendez vous à 15h00 place de l’hôtel de ville, puis soirée débat "Le Monde selon Monsanto" https://www.facebook.com/pages/Les-Engag%C3%A9s/732156866897471
- Strasbourg : rendez-vous à 14h, devant le Parlement européen, pour rejoindre le village des alternatives https://www.facebook.com/events/1540787802832413/
- Thionville, 11h30 parc Wilson (picnic) https://www.facebook.com/events/1037627329585046/
- Toulouse : rendez vous à 11h Square Charles de Gaulle https://www.facebook.com/events/1562576807362400/1577807852505962/
- Tours : rendez-vous à 14h, parcours non défini https://www.facebook.com/events/773730486044457/

Mais aussi en Belgique à Bruxelles : Rendez-vous à 13H Notre Dame du Finistère (à côté de l’entrée de l’Inno) Rue Neuve https://www.facebook.com/events/803813839656434/

Et en Suisse à Morges https://www.facebook.com/events/1590319794543006/

Sans oublier nos amis Burkinabès qui manifesteront à Ouagadougou avec notre soutien ! Combat Monsanto et le Collectif citoyen les Engraineurs

 

Source : http://www.combat-monsanto.org

 

 

Partager cet article

Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 18:10

 

Source : http://www.bastamag.net

 

Autonomie

Comment les Cubains ont converti leur île à l’agriculture biologique

par

 

 

 

 

Les écologistes du monde en entier en rêvent, les Cubains l’ont réalisé. Depuis plus de vingt ans, l’île s’est convertie à l’agriculture biologique. Elle compte aujourd’hui 400 000 exploitations agricoles urbaines qui produisent 1,5 millions de tonnes de légumes, sans pesticides et sans engrais chimiques. Un effet secondaire de l’embargo états-unien et de l’isolement de Cuba suite à l’effondrement du grand frère soviétique. Mais une success story quand même : cette reconversion spontanée et improvisée génère des emplois, protège l’environnement et améliore la sécurité alimentaire de l’île.

1989. Chute du Mur de Berlin. Deux ans plus tard, effondrement du bloc soviétique. Cuba perd alors son principal fournisseur de pétrole, de matériel agricole, d’engrais chimiques et autres pesticides. Avec la disparition de l’URSS et des anciens pays de l’Est, qui achetaient ses produits à prix constants, l’île perd aussi des marchés juteux, notamment celui du sucre, dont elle exportait 85% de sa production. Tous les ingrédients sont réunis pour que le pays plonge dans le chaos. D’autant que le blocus américain se resserre. Pour Cuba, c’est le début d’une nouvelle ère, de cette « période spéciale en temps de paix  » annoncée en 1992 par Fidel Castro et qui durera cinq ans, autrement dit une période de grave crise économique : le produit intérieur brut (PIB) chute de 35 %, le commerce extérieur de 75%, le pouvoir d’achat de 50% et la population souffre de malnutrition.

Nécessité fait loi. Afin de satisfaire ses besoins alimentaires, la population se lance dans la culture de fruits et légumes. « Les Cubains avaient faim, explique Nils Aguilar, réalisateur du film Cultures en transition. Ce sont eux qui ont fait les premiers pas en occupant les terres dans un mouvement spontané. » Des milliers de jardins, « organoponicos », fleurissent sur des petits lopins de terre, sur les terrasses, entre les maisons, sur d’anciennes décharges, au milieu des terrains vagues, bref dans le moindre interstice laissé vacant. Outre la culture, on y pratique souvent l’élevage de petits animaux : poules, lapins, canards, cochons. « Les principaux acteurs du mouvement agro-écologique, ce sont les paysans eux-mêmes, affirme Dorian Felix, agronome, spécialisé dans l’agroécologie tropicale, en mission à Cuba pour l’association Terre et Humanisme. Ils ont expérimenté ces pratiques, les ont validées et diffusées. Leur mobilisation et celle de la société civile tout entière a été, et reste, très importante. »

 

Le boom de l’agriculture urbaine

Dans la foulée, le gouvernement entame une transition forcée. Produire de la nourriture devient une question de sécurité nationale. A partir des années 1990, l’accent est mis sur la production locale, à partir de ressources locales, pour la consommation locale. L’État distribue des terrains à qui veut les cultiver et développe une agriculture vivrière et biologique de proximité : sans pétrole pour faire fonctionner les tracteurs, on recourt à la traction animale ; sans engrais chimiques ni pesticides, on redécouvre le compost, les insecticides naturels et la lutte biologique.

« C’est une véritable révolution verte, confirme Nils Aguilar. Dans ce pays, tout le monde est impliqué, j’ai eu la surprise d’entendre un chauffeur de taxi me vanter les prouesses de l’agroécologie ! Cuba développe une agriculture post-industrielle et prouve que ces techniques peuvent nourrir les populations. » Aujourd’hui, la main-d’œuvre agricole a été multipliée par dix. D’anciens militaires, fonctionnaires et employés se sont convertis ou reconvertis à l’agriculture, car nombre d’entre eux avaient été paysans auparavant. Chaque école cultive son potager, les administrations ont leur propre jardin, fournissant les légumes aux cantines des employés.

Phénomène sans précédent, l’agriculture urbaine s’est développée comme nulle part ailleurs dans le monde. L’île compte près de 400 000 exploitations agricoles urbaines, qui couvrent quelque 70 000 hectares de terres jusqu’alors inutilisées et produisent plus de 1,5 millions de tonnes de légumes. La Havane est à même de fournir 50% de fruits et légumes bios à ses 2 200 000 habitants, le reste étant assuré par les coopératives de la périphérie.

 

Révolution verte dans les Caraïbes

En 1994, les fermes d’État productivistes sont progressivement transformées en coopératives pour fournir en aliments les hôpitaux, écoles, jardins d’enfants. Quant au reliquat de la production, il est vendu librement sur les marchés. Universitaires, chercheurs, agronomes sont mis à contribution pour diffuser les techniques de l’agroécologie. Un réseau de boutiques vend semences et outils de jardinage à bas prix, prodiguant également aux clients des conseils d’experts. Et dans toutes les villes du pays, on enseigne l’agriculture biologique par la pratique, sur le terrain. Bien plus qu’un simple transfert de connaissances technologiques, il s’agit de « produire en apprenant, d’enseigner en produisant et d’apprendre en enseignant ».

L’impact de cette révolution verte est multiple : réduction de la contamination des sols, de l’air et de l’eau, recyclage des déchets, augmentation de la biodiversité, diversification des productions, amélioration de la sécurité alimentaire, du niveau de vie et de la santé, création d’emplois – notamment pour les femmes, les jeunes et les retraités. C’est aussi une politique moins centralisée qui s’est mise en place, donnant davantage de marge de manœuvre aux initiatives individuelles et collectives autogérées. Le mot d’ordre dominant : « Décentraliser sans perdre le contrôle, centraliser sans tuer l’initiative. » Dans les villes, ce principe a permis de promouvoir la production dans le quartier, par le quartier, pour le quartier, en encourageant la participation de milliers de personnes désireuses de rejoindre l’initiative.

 

Vers l’autonomie alimentaire

Aujourd’hui, Cuba produit pour sa consommation plus de 70% de fruits et légumes, ce qui ne lui garantit pas une totale autonomie alimentaire, dans la mesure où elle dépend encore des importations de riz et de viande, notamment. Mais, selon les critères de l’ONU, « le pays a un indice de développement humain élevé et une faible empreinte écologique sur la planète ». Si demain les importations de nourriture devaient s’arrêter, les habitants seraient beaucoup moins en péril que ceux d’un pays comme la France, qui dispose seulement de quelques jours de réserves dans ses supermarchés (d’après le Ceser – Conseil économique, social et environnemental Ile-de-France -, la région dispose de quatre jours de réserves alimentaires).

Il aura fallu une crise pour que Cuba découvre les vertus de l’agroécologie, de la permaculture, de l’agroforesterie ou encore du sylvopastoralisme. L’île a-t-elle réussi pour autant sa transition énergétique ? En partie seulement. La consommation de pétrole a redémarré en 1993 grâce à (ou à cause de ?) la production nationale et à l’aide du Venezuela qui lui fournit près de 110 000 barils de pétrole par jour. Mais on peut parier que le pays ne pourra plus faire machine arrière. Car au-delà de la révolution agricole, les initiatives individuelles et collectives ont prouvé que les Cubains pouvaient prendre en main leur destin. Une véritable révolution culturelle !

Frédérique Basset

Cet article a initialement été publié dans le numéro 11 du magazine Kaizen, partenaire média de Basta !

Partager cet article

Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 18:50

 

 

*Note perso : N'étant pas les auteurs de cet article, nous ne pouvons certifier tous ces produits, Utilisez votre libre arbitre et n'hésitez pas à creuser et vérifier les données. Ce partage n'est qu'à titre indicatif et un (r)appel à prendre conscience de vos choix et des conséquences de ces derniers.

 

 

 

Source : http://dudroitanimal.voila.net

 

 

 

 

Liste d'aliments Végétaliens
et de produits Vegan
de grande consommation




-Télécharger la liste 08/05/2005
-voir les nouveautés

 

 

 

 

 


Liste du 01/01/2005
Cette liste a pour but de recenser tous les produits VEGAN consommables et disponibles en supermarché ( sans aucun éléments de nature animale, et sans test sur les animaux)
La qualité de cette liste dépend de chacun d'entre nous; dès qu'un produit change de composition dans un sens comme dans l'autre, avertissez nous en le plus vite possible.

Merci a tous ceux qui se donnent la peine de constituer cette liste, et notamment à tous les participants de la liste végétarien de yahoo


Alcool:
Bières (j'ai récemment -janvier 03- fait le tour de certains brasseurs. Les réponses sont classées en fonction du degré de précision des réponses, qui a lui même dépendu de la langue dans laquelle j'ai pu poser mes questions, du temps que j'ai ou n'ai pas consacré à relancer, etc... Quelqu'un qui insisterait et s'exprimerait plus facilement en anglais ou en flamand aurait sans doute des infos complémentaires) :
- Réponses claires (pas de produits animaux utilisés dans la composition ou le processus de production) : Kingfisher,Orval, Grimbergen, Judas,Leffe, Hoegaarden, Belle vue, Bécasse, Chimay, Brugs, Mort subite (gueuze et Kriek) .
- Réponse moyennement claire (pas de produits animaux dans la bière mais incertitude sur le processus de production) :
Heineken (bière assurément végétalienne),la Maudite, la fin du Monde, l'Eau Bénite, Rodenbach, Paülaner , Lôwenbraü, Duvel, Maredsous, Gulden Draak, Pietra, Colomba, Heineken, Carlsberg, Tuborg.
- Réponse pas claire du tout ou à côté de la question ou pas de réponse :
Kronenbourg, 1664 (Kronembourg est une sous marque de 1664, les 2 marques ne sont certainement pas végétaliennes), Kanterbrau, Gold, Welscotch, San Miguel,Foster's, Strongbow, Meteor Export, Meteor Pils, Bière de mars et bière de
Noël Meteor, Mortimer, Wendelinus, Adelscott, Desperados,Fischer, Kilkenny, Lindemans, Westmalle.
- Réponse négative (produits animaux utilisés dans le processus defabrication, le plus souvent comme adjuvant de filtrage): Mc Ewans, Courage, Beamish, toutes les bières brassées par la chaîne "Frog"
-guiness n'est absolument pas vegan ni même pas végétarien-Murphy's, bière filtrée avec un adjuvant animal"

 

Apéritifs:
-Sticks et Bretzels d’Alsace “Pfiff” ,(Norma)
-Chips à l’ancienne “Lucky Chips”,,(Norma)
- Chips nature finement salées, Croky.
-chips super U gout oignons (Super U)
-Vegetable crackers/beignets de légumes “Bali Kitchen” (t ce sont des chips de cassave à préparer soit même)(chez Monoprix)
-Snap Wheat Crackers “Jacob’s”, ( Monoprix)
-Tortillas goût chili “Monoprix exotique” (Monoprix)

 

Burger végétal: (voir aussi rubrique “ steack de soja”)
-”grinioc” (tofu +legumes), Seitan (blé+légumes et riz) “croc’seitan” , millet et champignon, quinoa--> marque SOY notamment dans les boutiques bio)
-Bonneterre Fines galettes de céréales AB
-Evernat Croustillades AB
-Pinabel Galiches AB
-Bjorg, petits légumes, champignons “100% végétal” VERIFIER les aromes (les burger Bjorg au fromage ne sont pas vegan) (casino, Monoprix)
-Tosalia Galettes Noisette au Tofu AB et AV

 

Ceréales type petits déjeuner
-Kellogs extra (contient de la vitamine B12)
-Fruits n’ Fibre
-Kellog’s Extra (contient de la vitamine B12)
-céréales “Entouka”, anneaux de chocolat bio , de la marque Maison de Fleurance (Cora)
-quaker oats (Carrefour)
-quaker cruesli aux 3 noix (Carrefour)
-corn flakes petales de maïs premier prix (Super U)
-Grillon d’or Crunchy aux fruits rouges AB

 

Chocolat (voir aussi rubrique pate à tartiner)
-chocolat noir Moulin des moines 74% de cacao au citron AB
-chocolat noir de la marque Ivoria, vegan aux eclats de feves de cacao
-chocolat (noir) de la marque Champion, vegan et bio! , riche en cacao (source de magnésium)
-tablette de chocolat carrefour bio. noir superieur et fondant patissier
-chocolat noir “sublime de Leader price”, pur beurre de cacao, aux éclats-de fèves de cacao”vegan!
-chocolat de régime Pleny day (ou Pleni day) aux noisettes-vegan (attention pas le chocolat noir). Chocolat sans saccharose
-tablette chocolat KAOKA DARK ORANGE AB equitable
-kao choc rik&rok (poudre de cacao) (A VERIFIER) (Auchan)
-tablettes de chocolat auchan x5 (A VERIFIER) (Auchan)

 

Desserts:(voir aussi rubrique yaourts)
-glaces au lait de soja : Provamel
-lait de soja au chocolat ,briques d’1 litre Jaime, marque Carrefour ;
-lait de soja au chocolat LeaderPrice en mini-briques par 3 et/ou par litre.
-Provamel crèmes chocolat bio (maltodextrine et carraghénanes : est-ce bien vegetal ?)
- AloSabor DESSERT 100% vegetal

 

Fromage:
-cheezly (boutique Bio) chez Bio generation (métro Nation)
-fromage style tartare chez Naturalia (Métro Bastille)
-marque Sojami en magasins bios (renseignez-vous
pour les ferments utilisés). crémeux et faciles à tartiner.
-marque From’Soy magasins bios (renseignez-vous pour les ferments utilisés). crémeux et faciles à tartiner.
-Vegi-Cheese, fromage fondant (nom anglais : Cheezly, fabricant anglais : Redwood. http://www.redwoodfoods.co.uk/ ). L’importateur-distributeur pour la France est Pural, 24 route de Seltz, BP38, 67930 Beinheim, tel : 03 69 11 11 11. Toutes les boutiques qui ont Pural parmi leurs distributeurs devraient pouvoir le commander. Renseignez-vous pour connaître le magasin le plus proche de chez vous.
-fromage de la marque Biofun: faux fromage de chèvres, fromages tartinables, fromage de tome...(et bientot de la fausse feta !)

 

Fruits améliorés:
les pommes séchées,sans manipulation génétique. par http://www.lebegesund.de
BIO-SALADE fraicheur du potager au riz AB (contient de l’huile)

 

Gateaux / biscuits:
-«Fourrés aux pruneaux» Taillefine de Lu.
-Biscuits au blé Leader price Bien-Etre.
-Biscuits crackers salés(comme des tucs), marque : Grand Jury.
-Crackers au son, Monoprix Bien-Vivre.
-Spéculoos de Bruges, Delacre
-Spekuloos Lotus
-Calissons “Grande Tradition du Pays d’Aix”
-Gaufrettes «Amusantes», Delacre
«Déjeuner-goûter» (gamme Casse-Croute) , Delacre
-Fourrés aux fruits rouge, Gayelord Hauser
-Fourrés aux pommes, Gayelord Hauser
-Goutés fondants myrtilles, Céréal
-Goutés fondants fruits rouges Céréal
-Tartifruits pommes cuites, -Tartifruits orange-chocolat, et Tarfifruits figues, de la marque Céréal
-Pate de fruits, gerblé
-Tartelettes aux fruits rouges “Evernat” AB, en boutiques bio
- Nougat vietnamien, marque Dragon d’Or.
-Palmiers de chez Norma (biscuits “Poult”) et de chez Monoprix
-Palmiers de chez Monoprix
-Evernat Palmiers AB
-Evernat Gouter au chocolat AB
-Bonneterre galettes végétales AB
-Galettes sévillanes à l’anis chez Monoprix
-Biscuits: la plupart des sous-marques de palmiers sont vegan (Schlecker par exemple...)
-biscuits “Mille chocs” (gaufrettes au chocolat ressemblant aux schoks de Lu), “P’tit Nature”, “Equili’Dej’”, les “P’tit sésame” etc. chez Bjorg ( en grandes surfaces)
-brownies aux noisettes, à l’orange, aux cachuètes ou au
gingembre- marque gaïa. (en boutique bio.)
-tartelettes bio vitagermine estampillées 100% vegetal (Carrefour)
-Tartelettes à la fraise Jam Jam-marque Biokorn (en boutique bio.)
-Biscuits fourrés au raisin, et biscuits fourrés à la figue Twibio
-Biscuits à la noix de coco et au sirop de blé Twibio-Autres biscuits Twibio: a priori toute leur gamme est vegan - A VERIFIER - ATTENTION les biscuits à la noisette contiennent du miel... http://www.sunlifeproducts.com/Twibio.html
-cookies “P’tit Muesli Bio”, de la marque Vitagermine “, “100% végétal” selon l’emabllage( Auchan) ATTENTION cependant, les pepites de chocolat ressemblent fort à du chocolat au lait, et leurs ingrédients ne sont pas précisés. A VERIFIER.
-biscuits sesame biologique "Le moulin du Pivert" Choc's orange au sirop de ble sans sucre, ni sel derives d' animaux

 

Exotiques (plats): asiatiques, indiens, maghrébins, libanais, turcs...
dans les magasins asiatiques:
-gluten frit, le gout et l'odeur de la viande (de mouton?) mais d'origine végétale!
-Buns (beignets) sucrés au taro (surgelés).
-Gâteaux au soja et à la noix de coco (par 4)(présenté en rouleau papier transparent + étiquette rouge).
-Soy Bean Curd (soja déshydraté présenté en bâtons ou en crêpes); texture de type gluten à cuisiner seul ou avc des légumes.
-Les pâtes au riz (dispo aussi en supermarché)
Dans les magasins indiens:
préparations de légumes au curry ou autre, en boîte de conserve ou sous vide-marques?
magasins libanais et parfois aussi turcs ou maghrébins :
-Falafel
-Baba,Ghannouge/Trempette d’aubergine , Hommos, Feuilles de vigne farcies .Ces produits sont vegan dans de nombreuses marques (Cortas,Tamara, Conserves modernes Chtaura, etc.). La crème de sésame ne contient pas de crème ; c’est juste de la pâte de sésame, du tahini.
boutique bio: B-Nems, spécialité au tofu, Bio, Marque Albert Tofuhaus (boutique bio)

 

Jus de fruit:
-Mélange jus de fruit/lait de soja (équivalent de Danao version vegan), marque Jaime, disponible chez Carrefour
-Tous les jus de fruits Joker: ceux qui ont besoin d’être clarifiés (jus de pomme par exemple) le sont avec une technique qui s’appelle la micro-filtration (passoire métallique avec des trous infimes)

 

Légumes, Légumes “améliorées”:
-Croustillants de légumes panés, de la marque Viana , “Suitable for vegans”. Bio- En boutiques diététiques
-autres produits disponible de la marque Viana
-Caviar d’Aubergine Jean Martin
-Tapenade verte Jean Martin
- Caviar d’aubergines, Picard, A l’heure de.
- Caviar daubergines, Raoul Gey.
- Caviar d’aubergines de Reflets de France (VERIFIER si elles sont frites dans une huile 100% végétale?)
-Tosalia din, Epeautre Potimarron, bio,AB/vegan
-Bonneterre Lentilles vertes
- quiches marachaires Stephane Pinabel AB

 

Margarine strictement végétale:
-Prima
- Margarine biologique au tournesol (marque Auchan)
- Vitaquell extra (boutique bio)
- Bonneterre (boutique bio)
-”Soma” de Rapunzel (boutique bio)

 

Pain, pain de mie, pitta, levure: attention,il y a parfois du poisson dans le pain ! (pain à “l’omega”).
-pain de mie Jacquet, les E471 et E472e utilisés sont d’origine végétale ( palme ). (attention à ne pas prendre Harrys qui n’est pas
vegan)
-biscottes complétes carrefour bio (avec ou sans sel)
-Biscottes biologiques “être bio”Chez Norma
-biscottes auchan (A VERIFIER)
-pain grillé carrefour bio
- Pain azyme, Rosinski
-Kebab vegetarian de la marque Viana; c’est bio (En boutiques diététiques)
-pitta nature destination saveur (Carrefour)
-la plupart des biscottes précisent qu’elles sont fabriquées dans un atelier où ciculent du lait ou des oeufs;Certains fabricants s’en soucient. C’est nouveau.A consommer en votre âme et conscience...
-boulangerie carrefour, mais avec méfiance ils font aussi des pains au gruyère et aux lardons; a noter d’excllents ‘chapata’ aux herbes de provence...
-Gressins au sésame, Monoprix Bien-vivre.
-Levure de bière, Monoprix Bien-vivre (moins de 2 euros le paquet).
-pain de mie LeaderPrice: “convient aux végétariens,sans graisse animale”.Présence du e472 qui peut etre végétal ou animal... A vérifier
-les pâtes brisées , feuilletée et sablée vendues en grde surface du type marque 1 er prix + marque Grand Jury (Shopi, etc) sont vegan
-pâtes feuilletées LIDL, végétalienne, (attention les autres pâtes de Lidl contiennent des dérivés animaux, de même que les pâtes Hierta)

 

 

Pate à tartiner type “Nutella” vegan :
- Karouba de Jean Hervé 100% vegan bio (non estampillé “convient aux végétaliens”, alors que cette marque l’indique habituellement sur ses produits végétaliens- SE RENSEIGNER TOUT DE MEME?...
- Karouba, Bjorg, (en supermarchés, rayon diététique/bio)
-pate à tartiner de la marque Chocoreale! magasins bios .
-Ibi-nella de Lebe Gesund 100% végétal , sans OGM
-Le Sojami Tartimi AB (pate végétale)

 

Paté végétal
-”Les Tartinables” de la marque Lima: Avec logo en feuille “vegetal”. Bio.
-les patés végétaux: toute une gamme sous l’appellation Ibi. 100% végétal, (Ibi hot, Ibi à l’ail sauvage, Ibi italieno, Ibi oignon, pommes et marjolaine, Ibi simba),sans manipulation génétique. par Lebegesund

Raviolis
-
Raviolis aux légumes de Leader Price Attention il y en a deux sortes dont une qui contient du blanc d'oeuf dans la pate
Environ 0.50 euro la grosse boite (pas terrible quand même - moins bon que les raviolis au tofu qu'on trouve en bio - , mais c'est vegan).

 

Sauce/ huile/ vinaigrette:
-maizena bechamel (Carrefour)
- Sauce Dip piment rouge, marque Suzi-Wan
- Sauce Dip sésame, marque Suzi-Wan
- Concassée de tomates séchées au soleil, Rive Sud/Société AHA Paris/Picard (les 3 sont marqués sur le pot).
-sauces vertes au pesto et à l’ail sauvage avec huile d’olive vierge,sans manipulation génétique. par http://www.lebegesund.de
-huile de tournesol bio, amandes broyées. pour tartiner ou avec les pates, légumes, salades.sans manipulation génétique. par www.lebegesund.de
-mayonnaise sans oeufs: Ibi-naise,sans manipulation génétique. par www.lebegesund.de
-Ibi-tziki (à la grecque)sans manipulation génétique. par www.lebegesund.de
-à la place du bouillon cube: bouillon de légumes, bio, sans glutamate ni sous produits animaux,sans manipulation génétique. par www.lebegesund.de
-Vinaigretteà l’huile d’olive et citron Leader price, dite “légère”, elle doit etre 100% végétale.
-Provamel Soya bio (Tonyu)
-Le Sojami Tartimi AB (pate végétale, mais peut aussi servir de sauce)

 

Saucisses
-marque “SOY” , “soycisses grill”(notamment dans les boutiques ‘bio’)
-saussisses végétales par Lebegesund: sans conservateur
-saucisses “Faifun” , mexican stick, thaï stick... batonnets de tofu et de riz ,AB- en boutique bio

 

Steack de soja (ou tofu) :
-Steak de soja, « croq’ soja provencal » ( à bien distinguer de “croq’ soja fromage”!) (Carrefour)
-VegeCroque SARASIN & petits legumes AB (boutique Bio.)
-galettes vegetales aux Raisins AB -marque Cereal (boutique Bio.)
-Steacks vegans CEREALPES A. B. (boutique Bio.)

 

Substituts de crème fraîche (au soja) / substituts d'oeufs
- substitut de crème Soja Cuisine de Bjorg
- substitut de crème Provamel
- substitut de crème Soy
- substitut d'oeuf de valpiform, poudre (farine et glycéride de palme) à mélanger avec de l'eau.(100% végétal après renseignement). Rend les gateaux moins friables. http://www.valpiform.com/

 

Tofu :
-Tofu nature, Bjorg
-Tofu nature, aux herbes ou fumé “SOY”
-Bonneterre Tofu biologique
-tofuTosfolia

 

Yaourts :
-yaourt au soja “soja sun”, pêche, cacao,ananas-orange,vanille,fruits rouges, pruneaux a la vanille, céréals aux fruits, abricots-goyaves,cerise
-Sojade (en bio, existe à la cerise, à l'abricot, au pruneau et nature), Marque Carrefour
-compotes de fruits Andros, pomme-fraise, pomme-rhubarbe, pomme-cerise, pomme-abricot, pomme-chataigne, pomme banane
-desserts «Gourmand riz» par Sojami, comme des yaourts au soja mais avec du riz. Existe au chocolat, à la noisette,etc, A.B. et 100% végétal, (boutiques diététiques)

 

Plats divers:
-
Stephane Pinabel GRATIN DE CEREALES RIZ BASMATI & POIREAUX, Recette orientale AB
-Soupe BJORG Regal de legumes verts AB
-”Plat cuisiné complet 100% végétal”, assiette asiatique, microondable, Sojasun (Carrefour)
-macedonian halva (Carrefour)
-évidemment toutes sortes de riz (bazmati, thaï..), et de pates (ATTENTION toutefois a celles qui contiennent des OEUFS)
-Riz cantonnais (une préparation pour riz cantonais.. avec du riz, un sachet légumes & assaisonnements
-riz UPMA, tosolia bin’bio , AB (plat a base de riz)
- Pâtes à l’indonesienne Bami Goreng,
- Nouilles végétariennes aux champignons, Mr Kon.
- vermicelles de riz, Marque Suzi-Wan
- vermicelles de soja, Marque Suzi-Wan
- Lentilles vertes bilogiques Bonneterres
-nouvelle purée vico apparement 100% veg (pub tv). PROBLEME il est precisé: ingredients déshydratés: pommes de terre 100%.Pourquoi n’ont-ils pas marqué ingrédients tout court? SUSPECT (Carrefour)
-Couscous aux 7 legumes de Prosain (AB) semble vegan.

 


COSMETIQUES
la marque Ecovert propose un assez grand choix de produits d’entretiens, a un prix relativement abordable pour les cosmetiques (en boutique bio, ou spécialisées)
Pour une liste de cosmétiques garantis et certifiés 100% sans test sur les animaux (ingrédients et produits finis) vous pouvez consulter la liste One voice reproduite  ici


 

Crème de jour :
- Crème fraiche de Nuxe ( vegan malgré le nom) (ne figure plus sur la liste One Voice... méfiance)
- Crème de jour au macadamia - très bonne crème - (Terre de Soleil, par correspondance)

 

Crème solaire
-crème de l’Occitane, indice 20 a base de karité et graines de tournesol (attention tous les produits de cette marque ne sont pas Vegan: contiennent des protéines de lait)
-crème solaire Weleda (pharma + diet)
-Caudalie (en parfumerie-pharma-etc)
-Dr Hauschka (diet)
-Placentor végétal creme solaire (en diet+par corresp )
-l’activateur de bronzage de la marque OPHYTAN “100% naturel, et non testé sur les animaux” www.libinvest.com
-crème solaire de la marque Annemarie Borlind, Vegan
-ligne solaire “Phytomer” (A VERIFIER)
-lait creme solaire «placentor vegetal» ,marque Sicobel (marque disponible par correspondance ou en pharmacie http://www.sicobel.com))
-creme solaire hte protection «placentor vegetal» ,marque Sicobel
-Nacriderme solaire indice 20 ,marque Sicobel

 

Dentifrice :
-dentifrice Weleda au Calendula, (magasins bio, ainsi que de nombreuses pharmacies)
-dentifrices UTERKRAM .... 100% vegan .. supermarche bio belge 4 parfums ..arbre a the fenouil melesse et ... www.urtekram.dk ..
-Argiletz ne contient (a verifier) que de l’argile; parfum (fraise, citron... )
-Dentifrice Vicco (“Vegan” d’après l’emballage), en tube ou en poudre-dans les magasins indiens
-Pour le dentifrice, possibilité de trouver un dentifrice sans marque, avec juste la mention “dentifrice à l’argile aux huiles essentielles (de menthe)”en boutique bio
- dentifrice vegan ‘Pate dentifrice minérale’ (marqueLogodent) Tous les produits de cette marque ne sont pas vegan, tous les dentifrices le sont. (en boutique bio)

 

Déodorant:
- la pierre d’alun, dure plus d'un an (12 euros), dans les boutiques bio
-Nuxe
-déodorant Weleda, au citrus (boutique bio, 10 euros)
-L'Occitane (13 euros (!) )

 

Savon :
-savon d’Alep
-Gel douche “Senteurs Provençales” de la marque La Phocéenne, non testé sur animaux, ne contient aucune matière animale et emballage 100% recyclable - Vendus chez Auchan, Leclerc (parfums spéciaux à Monoprix peche et mandarine
-savon “Senteurs Provençales” de la marque La Phocéenne, non testé sur animaux, ne contient aucune matière animale et emballage 100% recyclable- Vendus chez Auchan, Leclerc Monoprix
-bain douche au citrus Weleda
-Savon Weleda au calendula
-Gel douche “Senteurs Provençales” de la marque La Phocéenne, non testé sur animaux, ne contient aucune matière animale et emballage 100% recyclable Vendus chez Auchan, Leclerc (parfums spéciaux à Monoprix peche et mandarine)( Monoprix )
-Gel douche Ecover(100% biodégradable, disponible en magasin bio et dans certaines grandes surfaces)
-Pousse mousse Ecover, estampillé Vegan (leur adoucissant lessive ainsi que d’autres produits le sont également)
-Janis gel douche 1er prix (!) “non testé sur les animaux” ATTENTION:non certifié 100%vegetalien (Super U) A VERIFIER
-Les savons liquides fabrication à l’ancienne à l’huile du “Petit Marseillais”, 100% végétaux et non testés sur les animaux. Filliale de Vendôme donc...c’est une question de choix comme pour la marque Soy. (Carrefour, Auchan)
-Savon Sanoflore “100 % d’origine végétale” (en magasin bio)

 

Shampoing :
-shampoing Ecover (100% biodégradable, disponible en magasin bio et dans certaines grandes surfaces) A VERIFIER
-shampoing “Senteurs Provençales” de la marque La Phocéenne,non testé sur animaux, ne contient aucune matière animale et emballage 100% recyclable- Vendus chez Auchan, Leclerc (parfums spéciaux à Monoprix peche et mandarine)
-shampoing Weleda : shampooing au marron d’inde (cheveux gras) et shampooing au romarin (cheveux secs)
-Shampooing à l’argile “Ciel d’Azur” ,”ce produit n’est pas testé sur lesanimaux et ne contient pas non plus de produits animaux” dit l’étiquette (en magasin bio)
-shampoing Douce Nature

 

 

Contraceptifs:
-préservatifs “CONDOMI” , non testés sur les animaux, et sans matières animales, estampillé vegan society
Pour obtenir une liste des pharmacies qui les distribuent: condomi.france@wanadoo.fr (par ex. Paris,dans le marais,pharmacie du village,rue du temple)
-Femidom (préservatif féminin)
-stérilet à la progestérone
-préservatif Jiffi (Royaume-Uni)

 

Liquides vaisselles
-liquide vaisselle Ecover (sauf "petit lait")
-liquide vaisselle Douce Nature
- voir aussi les produits de la marque “Etamine du Lys” et “froggy”toutes 2 non testées sur animaux...

 

Lessives, Assouplissants:
-savon de Marseille rapé, non testée sur les animaux 100% biodégradable 3,50EUR le Kg (disponible chez Auchan)
-assouplissant marque Lerutan (boutique bio.?)
-Ecover (existe en lessive et assouplissant)
-Almacabio

 

Chaussures sans cuir, vêtements divers, tee shirt, froufrou:
-Chaussure/tennis Atemi en vente dans les grandes surfaces 70 francs
-Vegetarians-shoes, chères mais belles http://vegetarian-shoes.co.uk (magasin fiable basé au Royaume Uni qui marche aussi par correspondance)
- Pangea vegan product, boutique on line aux Etats Unis http://www.pangeaveg.com
http://www.VeganEssentials.com
http://www.vegstore.de
http://www.der-gute-schuh.de/


 

Commentaires divers et variés:

*note sur les alcools (* l’un d’entre nous a récemment -janvier 03- fait le tour de certains brasseurs. Les réponses sont classées en fonction du degré de précision des réponses, qui a lui même dépendu de la langue dans laquelle les questions ont pu être posées, du temps consacré à relancer, etc... ) :

*"traces de" lait en poudre ou d'oeufs...: manière pour la firme de se déresponsabiliser en cas de réaction allergique. Les "traces" sont dues au fait que les machines pour préparer la nourriture sont les mêmes et qu'il peut donc subister des traces d'une préparation à l'autre. Autrement dit aucun animal n'a été sacrifié pour le produit en question.

* toutes les margarines ne sont pas végétales, et toutes les margarines “100% végétales” ne sont pas au sens strict, elles non plus, toutes végétales )
* certains jus de fruits sont flitrés avec des vessies d’animaux.
*Elements contenant des dérivés de produits animaux:
-Certains additifs sont d’origine animale (E120 et E542, respectivement carmin de cochenille (un puceron) et phosphate d’os), calcium mesoinositol hexaphosphate, huile de sperme.
- E901 (cire d’abeilles).
-lactosérum
*D’autres additifs peuvent être soit d’origine animale, soit d’origine végétale ou chimique (malheureusement ça n’est presque jamais précisé sur l’emballage).
Il s’agit des additifs E153, E161(g), E252, E270, E322, E325, E326, E327, E422, E430, E431, E432, E433, E434, E435, E436, E470( a et b), E471, E472( a,b,c,d,e,f), E473, E474, E475, E476, E477, E478, E479(b), E481, E482, E483, E491, E492, E493, E494, E495, E570, E572, E585, E631, E635, E640, E920 et E1518. calcium hepatonate, calcium phytate, diacetine, glycérine, leucine, caséine, lactose (parfois synthétique), monoavétine, oxystéarine, exhausteurs de goûts non spécifiés, mono et diglycérides d’acides gras (E171 et 172)
-lécithine: deux origines possibles: - dérivé de la distillation d’huiles végétales (souvent de soja) (auquel cas cela est précisé explicitement sur l’etiquette) - “lécithine” tout court, sans plus de précision, indique bien plus probablement une origine animale (porc, etc)
-gélatine (sauf indication contraire: elle peut venir d’une algue...)
- Les termes “arômes naturels”, “agents clarifiants”, “mono et diglycérides d’acides gras” sont volontairement maintenus confus par les fabricants.
- la vitamine B12 ajoutée dans certains aliments peut être d'origine animale: " pour fabriquer 1g de vitamine B12 d'origine animale, il faut 20 tonnes de foie" (voir brochure avis p75)


[Pour plus de précisions nous placerons ici certainement la liste d’aka press disponible sur ce lien http://animal-ingredients.hypermart.net/
on peut aussi se renseigner beaucoup moins clairement me sembe t il a cette adresse http://santepratique.ch/dossiers/additifs.htm#Les%20Colorants% ]

 

ont été retirés:

-Savon Persavon (la société ne teste pas les produits finis sur les animaux, mais certains ingrédients le sont...)

 

 

au purgatoire:
-pastilles Vichy (provenance du sucre à vérifier, sucre blanc, blanchi à l'os?)
-Figolu (traces doeuf +? A verifier)
-Sojalia fourrés au chocolat (attente de vérification)

 

 

 

Source : http://dudroitanimal.voila.net

 

 

Partager cet article

Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 18:13

 

 

Source : http://www.mediapart.fr

 

 

Affaire Tefal : l'inspectrice du travail se retrouve au tribunal

|  Par Rachida El Azzouzi

 

 

L'inspectrice du travail qui avait subi des pressions de la part de la société d'électroménager est convoquée devant le tribunal correctionnel pour recel de documents volés. Les agissements de l'entreprise, en revanche, sont restés impunis.

 

Mediapart a longuement relaté ici et l’affaire Tefal, du nom de cette filiale du groupe Seb basée à Rumilly, près d'Annecy, principal employeur de Haute-Savoie, avec quelque 1 800 employés. En 2013, la société d’électroménager n’a pas lésiné sur les moyens pour se débarrasser de Laura Pfeiffer, une inspectrice du travail jugée trop regardante alors qu’elle n’effectuait que son travail en dénonçant un accord caduc sur les 35 heures.

Pour obtenir sa mutation, la direction de Tefal a instauré un véritable harcèlement, joué de ses pouvoirs et relations, du Medef local aux renseignements généraux, en passant par le préfet et, plus grave, par le supérieur hiérarchique de Laura Pfeiffer, Philippe Dumont. En témoignent des documents internes au service des ressources humaines de Tefal et des mails accablants, transmis à l’inspectrice du travail par un mystérieux informateur interne. Documents que Mediapart a consultés.

Comme cet échange : « Dan, j’ai échangé avec P. Paillard [responsable juridique de l’UIMM de l’Ain, le patronat de la métallurgie] au sujet de l’inspectrice. Il me dit que le DDTE [directeur départemental du travail] a le pouvoir de la changer de section administrative pour que Tefal ne soit plus dans son périmètre. Intéressant, non ? » Réponse du DRH : « Merci de nous prendre RDV avec Dumont dès mon retour. Je pense que nous devrons voir le préfet. »

Tout au long de cette affaire, tombée en plein démantèlement de l’inspection du travail au travers du plan Sapin, Laura Pfeiffer ne bénéficiera d’aucun soutien de sa hiérarchie régionale comme de son ministère de tutelle. Seul appui : les syndicats. Alors même que les pressions et l’atteinte à l’indépendance des inspecteurs du travail, garantie par l’OIT, étaient caractérisées, alors même qu’un avis du Conseil national de l’Inspection du travail (CNIT) reconnaît clairement les pressions indues exercées sur l’inspectrice, elle subira l’acharnement de sa Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) et du ministère, refusant de reconnaître son accident de service.

Dans son avis, le CNIT regrette « que, dès lors qu’elles [ces pressions] ont été rendues publiques, aucune intervention publique des autorités administratives ou de l’autorité centrale de l’inspection du travail ne soit venue les condamner [...] Le système de l’inspection du travail ne peut fonctionner que si la hiérarchie soutient et protège les inspecteurs au regard de potentielles influences extérieures indues ».

Deux ans après les premières révélations de L'Humanité, l’affaire, emblématique des relations obscures entre les “Direccte et les gros pourvoyeurs d’emplois, connaît un nouveau rebondissement. La jeune inspectrice vient de recevoir une citation à comparaître devant le tribunal correctionnel d’Annecy le 5 juin à 14 heures. Elle est prévenue pour recel de documents confidentiels (passible de 5 ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende) et violation du secret professionnel (un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende).

Telles sont les suites données par le parquet d’Annecy (avec une célérité qu’on ne lui connaît pas dans les dossiers de droit du travail) à la plainte déposée par l’entreprise Tefal contre la fonctionnaire du ministère du travail. Elle est citée aux côtés de Nicolas M., l'informateur qui a permis de dévoiler la vérité et de mesurer l’ampleur des pressions subies par l’inspectrice. C’est lui qui l’alerte en octobre 2013 d’un mail anonyme : « Je suis en possession de documents hyperconfidentiels, prouvant que vous avez été victime de pression, je sais que le groupe SEB et la société Tefal ont exercé via des personnes du Medef une pression sur votre responsable, M. Dumont, afin qu’il vous fasse taire. »

Salarié de l’entreprise, informaticien, il a payé cher son courage : il a été licencié il y a un an pour faute grave après qu’il a été identifié comme étant « l'origine de la fuite » par la direction, qui a mené en interne une chasse aux sorcières et saisi les PC des salariés. Il est, lui, poursuivi pour vol et divulgation de documents confidentiels. « Ces documents circulaient en interne, Nicolas est tombé dessus par hasard », rappelle Jean-Claude Petit, délégué syndical Force Ouvrière du groupe Seb. Il est « estomaqué » : « C’est fou, la justice en France. Grâce à Nicolas, on a la preuve des abus de pouvoir de l’entreprise Tefal sur une inspectrice de l’administration du travail et c’est le lanceur d’alerte et la harcelée qui finissent sur le banc des accusés, pas Tefal. » D’ores et déjà, l’intersyndicale de l’usine a prévu un rassemblement de soutien des salariés devant le tribunal correctionnel d'Annecy le jour de l’audience pour soutenir leur ancien camarade ainsi que l’inspectrice.

Cette dernière peut compter aussi sur le soutien des syndicats de l’administration du travail de la région Rhône-Alpes. « Hallucinés » de voir leur collègue aujourd’hui poursuivie par le parquet d’Annecy à la demande de Tefal « pour avoir fait son travail et dénoncé l’obstacle à ses fonctions ». CGT, FSU, Sud, FO, CNT, appellent tous les agents du ministère du travail à se mettre en grève et à se rassembler le 5 juin à 13 h 30 devant le tribunal correctionnel d’Annecy en signe de protestation.

Dans un communiqué, ils demandent au ministre du travail François Rebsamen de condamner publiquement et fermement cette attaque contre leur collègue et leurs missions, et de lui assurer la protection fonctionnelle. Ce que la rue de Grenelle n’a jamais fait dans ce dossier. Pour les syndicats, « ce procès est éminemment politique ! C’est le procès de notre métier, de l’inspection du travail, démantelée depuis des années par les gouvernements successifs et qui doit faire face aux attaques incessantes du Medef et du patronat à travers la mise en cause de ses agents », écrivent-ils.

 

 

Source : http://www.mediapart.fr

 

 

Partager cet article

Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 17:53

 

Source : http://www.bastamag.net

 

Justice

Après le contrôle des chômeurs, 100 000 embauches pour lutter contre la fraude fiscale ?

par

 

 

Le gouvernement vient d’annoncer la création de 200 postes de conseillers spécialisés, au sein de Pôle emploi, pour « renforcer le contrôle des chômeurs ». Tous les demandeurs d’emploi sont concernés, des contrôles aléatoires venant s’ajouter aux contrôles ciblés de certaines catégories, comme les chômeurs de longue durée ou ceux qui ne trouvent pas de travail dans des secteurs qui recrutent. Si le sujet inquiète nos dirigeants, c’est que la fraude aux allocations chômage a fortement augmenté depuis la crise, passant de 62 millions d’euros en 2011 à 100 millions en 2013. Mais ce type de fraude reste très minoritaire : elle concerne 8 820 personnes en 2013, et représente 0,3 % des 30 milliards d’euros d’allocations versées chaque année aux chômeurs (et 0,003% des demandeurs d’emploi indemnisés).

 

100 millions de fraude aux allocations chômage...

Rappelons aussi que ce montant inclut pour un tiers des fraudes aux allocations repérées en amont, donc des « fraudes évitées », pour lesquelles il n’y a donc aucun préjudice financier réel. Et qu’une partie de cette fraude est le fait d’entreprises. 440 établissements étaient concernés en 2013, par exemple par la création d’emplois fictifs (coût : 16,2 millions d’euros en 2013). Autre élément à mettre en parallèle : par manque de moyens, Pôle emploi a versé à tort plus de 756 millions d’euros d’allocations chômage en 2013 [1]. Une situation qui peut s’avérer dramatique pour des demandeurs d’emploi en situation de détresse, à qui on demande de rembourser ces sommes ultérieurement.

 

50 à 80 milliards perdus dans la fraude fiscale

On aimerait en tout cas que les pouvoirs publics déploient autant d’ardeur à repérer et sanctionner les autres fraudes. Par exemple, la fraude aux cotisations sociales, par les entreprises, estimée en 2007 entre 8 et 14 milliards d’euros par le Conseil des prélèvements obligatoires, et qui aurait doublé depuis cette date [2]. Ou l’évasion fiscale, qui coûte chaque année à l’État français la très modique somme de 50 à 80 milliards d’euros. L’équivalent de ce qui est collecté chaque année par l’impôt sur le revenu ! Proportionnellement, si l’État décidait d’y consacrer autant d’énergie que pour le contrôle des chômeurs (200 agents pour 100 millions de fraude), il faudrait dédier 100 000 personnes supplémentaires à la lutte contre l’évasion fiscale, au vu de son ampleur. Doubler les effectifs de l’administration fiscale, donc. Ou multiplier par 1000 le nombre de salariés de Tracfin, l’agence spécialisée dans le renseignement et l’action contre les circuits financiers clandestins, qui emploie actuellement 104 agents.

Mais il semble plus simple de pointer du doigt le « chômeur-assisté-fraudeur ». Rassurons-nous : Pôle emploi promet une démarche de contrôle « à visage humain ». Et aucun objectif de radiation n’a été fixé : « Cela n’a pas pour vocation de modifier les chiffres du chômage (...) Ce n’est pas un flicage de la société », a déclaré François Rebsamen, le ministre du Travail. En cas d’« insuffisance de recherche d’emploi », le chômeur se verra proposer un accompagnement renforcé pour « redynamiser » sa recherche... Pourrait-on aussi proposer aux fraudeurs fiscaux de redynamiser leur sens moral et leur attachement à la solidarité nationale et à l’intérêt général ?

Partager cet article

Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 17:40

 

Source : http://www.bastamag.net

 

Scolarité

Austérité : les dépenses d’éducation par élève atteignent leur niveau le plus bas depuis quinze ans

par

 

 

 

 

Sur fond de réforme des collèges, quels sont les moyens alloués par élève pour assurer leur scolarité ? Selon le ministère de l’Éducation nationale, les dépenses par élèves ont augmenté de 500 euros en dix ans. Mais si l’on se penche en détail sur les chiffres fournis, le discours officiel peut être mis en doute. Une étude réalisée par le syndicat Force ouvrière montre au contraire que ces dépenses, en grande majorité assurées par l’Etat et les collectivité locales, diminuent. Pour le collège, la France consacrerait même moins d’argent par élève qu’il y a 15 ans. Priorité à la jeunesse ?

Le temps n’est plus aux restrictions budgétaires : la dépense par collégien aurait augmenté de près de 500 euros entre 2006 et 2013. C’est ce qu’affirme le ministère de l’Éducation nationale, alors que les syndicats ont manifesté ce 19 mai contre la réforme du collège proposée par la ministre Najat Vallaud-Belkacem, qui a pourtant inscrit le texte au Journal officiel dès le lendemain. Des dépenses en augmentation ? Les chiffres du ministère eux-mêmes montrent pourtant le contraire.

La dépense moyenne par élève a chuté de 7% entre les années scolaires 2010-2011, alors que Luc Chatel (UMP) était ministre de l’Éducation nationale, et 2013-2014, sous son successeur Vincent Peillon (PS). C’est ce que révèle une analyse détaillée réalisée par le syndicat Force ouvrière, à partir des documents de synthèse publiés chaque année par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère. Ces dépenses moyennes par élève prennent en compte toutes les dépenses d’éducation : celles de l’État pour payer les enseignants, l’administration, la documentation pédagogique ou la médecine scolaire par exemple, celles des collectivités locales pour assurer l’entretien des établissement l’activité des cantines ou des transports scolaires, celles engagées par les ménages pour l’achat de fournitures liées à l’école [1]. État et collectivités assurent 84% des dépenses et les ménages 7,5%.

Loin des tendances à la hausse annoncées par le ministère, pour tout le second degré (collège et lycées), le niveau de dépense moyen par élève est aujourd’hui au plus bas depuis 2006. La baisse des dépenses par élève serait de 6% pour le collège et de 10% pour les lycées d’enseignement général et technologique, sur ces quatre dernières années.

 

JPEG - 68.9 ko
[Cliquez sur l’image pour agrandir]

 

D’où vient ce différentiel entre les chiffres annoncés par le ministère et les études sur le plus long terme ? De calculs statistiques pour le moins étranges... Exemple : en 2013, le ministère annonce qu’un collégien coûte 8240 euros, contre 7750 euros en 2006. Ce chiffre est calculé en euros constants, en tenant compte de l’inflation des sept dernières années. L’augmentation de la dépense serait de 500 euros par collégien, donc. Sauf que la synthèse annuelle réalisée par la même direction du ministère en 2006, indique que, cette année-là, le montant de la dépense par collégien était de 7960 euros, en « euros 2006 ». Des chiffres incompatibles, au vu de l’inflation totale de 11 % entre 2006 et 2013, explique FO. Une dépense évaluée à 7960 euros en 2006 ne peut pas être ramenée à 7750 euros quelques années plus tard si l’on prend en compte l’inflation. D’autant que certains chiffres augmentent, d’autres baissent, pour les mêmes années, selon les différents documents. Si même les hauts-fonctionnaires du ministère ont des problèmes en mathématiques...

 


 

« Au lieu des 500 euros de plus annoncés par le ministère, on a en réalité une baisse de 600 euros en 2013-2014 par rapport à l’année scolaire 2006-2007 », conclut FO. Ou comment embrouiller des statistiques, en espérant que personne n’ira rechercher les chiffres annoncés les années précédentes...

« Avec la chute du nombre d’enseignants, l’augmentation du nombre d’élèves par classes et du nombre global d’élèves ces dernières années, ces chiffres ne constituent pas une surprise », pointe Jacques Paris, du Syndicat National FO des Lycées et Collèges (SNFOLC). Durant la dernière décennie, le nombre de collégiens a progressé de plus de 2 %, pendant que le nombre de classes reculait de 1,2 %. Soit 53 000 élèves en plus, pour 1 208 classes en moins. Au collège, le nombre moyen d’élèves par classe approche les 25.

Dans la même période, le nombre d’enseignants titulaires en collège a baissé de 11,6 %. La disparition de 50 000 postes de titulaires dans le secondaire ces dix dernières années n’a pas été compensée par l’embauche de 10 000 enseignants non titulaires [2]. On reste encore bien loin de la promesse de François Hollande de créer 60 000 postes supplémentaires dans les cinq années de son mandat présidentiel. Et de faire de la jeunesse une priorité, alors même que les inégalités continuent de progresser pour les 1,2 million d’enfants vivant dans des familles pauvres.

Agnès Rousseaux

Photo : Deux écolières d’Argenteuil (Île-de-France) / CC Julie Kertesz


JPEG - 89 ko

Partager cet article

Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 17:31

 

Source : http://cadtm.org

 

Si la Grèce respire, c’est toute l’Europe qui ira mieux

21 mai par Olivier Bonfond

 

 

 

Interview radio de Olivier Bonfond diffusée le 19 mai 2015 sur La Première (RTBF).

La dette publique qui pèse sur la population grecque est-elle irrégulière ? Illégale ? Illégitime ? Doit-elle être remboursée ? C’est ce que doit déterminer la Commission parlementaire d’audit mise sur pieds tout récemment par le parlement grec. Voici les premiers échos des travaux de cette Commission, avec Olivier Bonfond, économiste au CEPAG, qui prend part activement à ses travaux et revient tout juste d’Athènes.

 

A écouter ici 

 

Source : http://www.fgtb-wallonne.be/outils-...

 

 

Auteur

Olivier Bonfond

est économiste, conseiller au CEPAG et auteur du livre “Et si on arrêtait de payer ?" Editions Aden. Juin 2012

 

Autres articles en français de Olivier Bonfond (63)

 

Source : http://cadtm.org

 

 

 

Partager cet article

Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie réelle et maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie réelle et maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22

Articles Récents