Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 22:01

*Suite à cet article, nous avons reçu un commentaire que nous vous retransmettons dans son ensemble pour que vous puissiez vous faire votre propre opinion, n'hésitez pas à rebondir. Nous apprenons tous des uns des autres et nous ne sommes que des passeurs d'infos...

Theron 22/02/2017 00:38

"Cet individu n'appartient à aucune des Vélorution en France, que ce soit les associations ou collectifs. Il n'appartient pas non plus à l'Heureux Cyclage. En fait, il squatte le nom Vélorution sur fb, refuse toute rencontre, n'appartient pas non plus à Roule and Co, diffuse de fausses informations et semble avoir un problème relevant de la psychiatrie, avec dédoublement de personnalité et vouloir s'approprier ce que d'autres font. Pour le connaisseur que je suis du réseau vélo en France, mais aussi pour les copains/copines de L'Heureux Cyclage, pour la FUB comme pour les vélorutionnaires, ce type est juste un boulet ! Ca va finir par énerver de voir tant de fausses informations... Pourriez-vous ne pas relayer cet "article" bourré d'erreurs ? Vous pouvez voir ce qu'en pensent les vélorutionnaires parisien.nes pour voir que ce problème ne date pas d'hier, là : http://velorution.org/organisation/ceci-n-est-pas-velorution/#lavelorution Vous pouvez aussi contacter L'Heureux Cyclage... Vous comprendrez que nous avons affaire à un boulet..."

 

 

 

Source : http://consocollaborative.com

 

 

200 ateliers de réparation de vélo coopératifs : il y en a forcément un près de chez vous

 

 

 
A propos de l’auteur Come Bastin
 
 

Guetteur d'innovations sociales, technologiques et environnementales, j'écris pour Ouishare, Socialter, WeDemain et parle sur Nova. Suis de près l'économie collaborative et les mutations du capitalisme. Prix Reporters d'Espoirs 2015.

Afficher l'image d'origine

En dix ans, ils ont fleuri partout en France. Entretien avec Guillaume Cohen, membre du réseau l'Heureux Cyclage à l'origine d'une carte de France des ateliers vélo et co-responsable de la page Facebook « Vélorution ».

Côme Bastin : De quoi Vélorution est-il le nom ?

Guillaume Cohen : De beaucoup de choses ! Il y a plusieurs associations distinctes en France et dans le monde qui portent le nom de Vélorution. À Londres, c’est le nom d’une boutique. En France, plusieurs collectifs l’utilisent mais ne travaillent pas toujours ensemble. Ils agissent selon les besoin de la ville et de ses habitants au plus près du terrain : organisation d’ateliers de réparation de vélos, discussions avec les municipalités sur l’urbanisme… Au niveau national, c’est la FUB (Fédération des usagers de bicyclette) qui porte la parole des militants du biclou.

Qu’est ce qu’on fait dans les ateliers vélos répertoriés sur la carte ?

On comptait en 2005 seulement 6 ateliers vélo en France ; puis 100 en 2014 et. 200 en 2016 ! Habitant Annecy je participe à l’atelier qui s’appelle Roule & co. Un bénévole est là tous les soirs de semaine et les gens qui veulent participer paient une cotisation pour devenir membre, selon leur niveau de revenu. Ça leur donne le droit de venir quand l’atelier est ouvert pour faire de la maintenance sur leur vélo en présence de pro de la réparation. L’association a aussi un partenariat avec les déchetteries de la ville pour réparer de vieux vélos et récupérer de vieilles pièces pour les remettre en vente. Et puis elle a un rôle de promotion du vélo dans la ville.

Ces associations de cyclistes ont donc un rôle quasiment politique ?

Oui par exemple auprès des collectivités locales, pour demander des pistes cyclables, mais aussi faire évoluer le code de la route : vous avez surement remarqué les petits panneaux triangulaires apparus récemment pour laisser le droit au vélo de passer même quand le feu est rouge. On peut aussi limiter la vitesse de circulation, permettre au vélo de rouler à contresens…. Au niveau national la FUB a un droit d’entrée au ministère du développement durable et son président y intervient régulièrement.

Strasbourg, Grenoble et Bordeaux ont récemment été sacrées capitales du vélo en France. Y a-t-il une recette ?

Il faut une volonté forte de la part des pouvoirs publics. Ca n’est pas facile pour les élus d’annoncer qu’ils vont laisser moins de place aux voitures. À Strasbourg, la municipalité s’est inspirée de la ville de Copenhague, qui considère que la voiture coute plus cher que ce qu’elle ne rapporte à une ville. Et les médecins ont commencé à prescrire aux malades, notamment aux diabétiques, de faire du vélo en complément des médicaments. Pour l’anecdote, la FUB organise chaque année un concours pour élire la ville la moins en avance sur la question, en envoie un clou rouillé à son maire en guise de récompense !

Image de une : © Vieux Biclou

 

 

 

Source : http://consocollaborative.com

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 20:04

 

 

Source : http://www.humanite.fr

 

 

Marche mondiale des femmes, samedi 21 janvier 2017

Mercredi, 18 Janvier, 2017
L'Humanité

 

 

 

Manifestation pour le droit des femmes à Hyderabad, au Pakistan. Photo : AFP

Manifestation pour le droit des femmes à Hyderabad, au Pakistan. Photo : AFP
 

Tribune collective. Le 21 janvier 2017, au lendemain de la prestation de serment de Donald Trump, les associations féministes et de défense des droits humains organiseront une marche pour les droits des femmes à Washington et partout dans le monde.

Nous sommes tou.te.s mobilisé.e.s alors que le nouveau président des États-Unis s’apprête à appliquer l’idéologie violemment sexiste, lesbophobe, homophobe, xénophobe et raciste qu’il a défendue durant toute sa campagne. Il envisage de nommer à la Cour suprême William Pryor, un juge qui considère que « l’avortement est la pire abomination de l’histoire du droit ». Son vice-président, Mike Pence, promeut ouvertement des thèses créationnistes. Son principal conseiller, Steve Bannon, publie sur son site des messages racistes et misogynes haineux. Il veut aussi détruire la loi sur la santé, dite Obamacare.

Cette politique réactionnaire à l’œuvre aujourd’hui aux États-Unis est la concrétisation d’une dynamique plus large dans le monde, en Europe, en France. En Europe, des mouvements conservateurs et rétrogrades remettent régulièrement en cause les droits des femmes, en particulier l’avortement (Pologne, Espagne…).

En France, le danger est réel, avec plusieurs candidats à la présidentielle qui instrumentalisent les droits des femmes.

Nous marcherons le 21 janvier pour témoigner de notre solidarité avec la Women’s March on Washington, car défendre les droits des femmes aux États-Unis, c’est défendre les droits des femmes en France et dans le monde entier. Nous marcherons contre les incitations à la haine, les attitudes discriminatoires, les messages et actions réactionnaires. Cette marche se veut ouverte à toutes et tous, et chaque individu partout dans le monde sera le/la bienvenu.e.

Premiers signataires : Marie Allibert, Osez le féminisme !, Fatima Benomar, les efFRONTé.e.s, Nelly Martin, la Marche mondiale des femmes, Françoise Morvan, la Coordination pour le lobby européen des femmes, et Suzy Rojtman, Collectif national pour les droits des femmes.

Pour retrouver la liste complète

Rendez-vous le 21 janvier au Parvis des droits de l'Homme (changement de lieu) à 14 heures pour défendre les droits des femmes !

 

 

 

Source : http://www.humanite.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 18:57

 

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Désobéissance

Aide aux migrants : nouvelles arrestations dans la vallée de la Roya

 

par

 

 

Lisa Giachino, la rédactrice en chef du journal L’âge de faire, dont Basta ! est partenaire, a été arrêtée, cette nuit, dans la vallée de la Roya (Alpes Maritimes). Dans cette région frontalière avec l’Italie, des dizaines de migrants tentent tous les jours de rejoindre la France. Pour le dossier du prochain numéro de L’âge de faire, Lisa Giachino accompagnait ces personnes qui hébergent, nourrissent et soignent ces migrants (lire notre article sur le sujet). Elle est en garde à vue pour « aide aux migrants », à la police aux frontières de Menton, depuis au moins cinq heures du matin. La journaliste ne disposant pas de carte de presse, la police ne croirait pas à sa profession.

Depuis le début de l’année, les arrestations se succèdent parmi les habitants de la vallée qui ont décidé d’aider les migrants. L’agriculteur Cédric Herrou, jugé le 4 janvier pour « aide à l’entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière », a été de nouveau arrêté le 19 janvier, en compagnie de trois personnes érythréennes. Début janvier, quatre membres de l’association Roya Citoyenne ont été interpellés alors qu’ils transportaient des migrants vers un autre lieu d’hébergement. « C’était soit ce transport, soit une nuit sous la tente alors que la température tombe à – 3 °C en ce moment », a expliqué à l’AFP le mari de l’une des interpellés. Ils seront jugés en mai prochain.

Cédric Herrou connaitra le verdict du tribunal le 10 février. Huit mois de prison avec sursis ont été requis à son encontre. Pierre Alain Mannoni, qui a été jugé en novembre pour avoir aidé des migrants, a été relaxé début janvier (lire son témoignage). Mais le parquet a fait appel de cette décision.

Actualisation (15h10) : La garde à vue de Lisa Giachino s’est achevée ce midi.

A lire sur Basta ! :

Photo : Vallée de la Roya, octobre 2011, CC Fulvio Spada.

 

 

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

 

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 18:56

 

 

Info reçue par mail

 
 

Lettre d’information RESF 30

      n°68         19 Janvier 2017.

 

Notre combat en ce qui concerne l’immigration, les sans-papiers et leurs enfants, continue : combat de solidarité et d’offensive.

 

 Meilleurs vœux de solidarité, d'hospitalité et de paix pour 2017,

de la part de RESF30.

 

Parrainage jeunes migrants

 

Mineurs non-accompagnés de 16 à 18 ans  

 

 

À la suite des drames qui ont marqué l’arrivée en grand nombre de réfugiés depuis deux ans maintenant, des élans de solidarité se sont manifestés au sein de la société civile française. L’émotion provoquée par la représentation de ces morts insensées, mettant en lumière de manière incontestable le drame vécu par des millions de personnes a convaincu beaucoup de nos concitoyens à s’engager concrètement afin de venir en aide à ces populations en quête d’une protection.

 

Pour ne pas laisser sans réponse cette volonté d’entraide et afin de favoriser l’intégration des personnes réfugiées en France, le collectif Ados Sans Frontière a considéré nécessaire d’impulser une grande initiative de solidarité :

l’opération de parrainage « Ados Sans Frontière ».

 

Cette opération se concentre exclusivement sur les Mineurs Non-Accompagnés (MNA), âgés de 16 à 18 ans et hébergés en dehors des structures traditionnelles d'accueil, gérées par l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE) sous l'égide du Conseil Départemental du Gard.

Cette tranche d'âge est soumise à un encadrement juridique spécifique :

  • Mineurs, ils sont protégés contre l'expulsion jusqu'à leur 18 ans ;

  • Au delà de 16 ans, l'obligation d'éducation n'existe plus, leur scolarisation devient difficile mais doit s'imposer lorsque les jeunes et leurs représentants la demandent.

 

Sur les 170 MNA répartis dans notre département en décembre 2016, on dénombrait 70 jeunes,

tous garçons, dont la prise en charge ne permet pas de leur assurer des activités occupationnelles favorables à l'élaboration d'un projet de vie. En résumé, leur emploi du temps se résume à dormir, manger et à suivre quelques heures de français par semaine.

 

QU’EST-CE QUE LE PARRAINAGE ?

Le parrainage, dans le cadre de l’opération « Ados Sans Frontière », consiste en la création d’une relation privilégiée entre une personne habitant en France et en situation régulière (parrain ou marraine) et une personne bénéficiant d’une protection internationale (filleul ou très rarement filleule).

 

Les marraines et/ou parrains n’ont pas pour mission de se substituer au travail des intervenants sociaux qui continueront d’accompagner les jeunes dans les secteurs clés de leur intégration. À travers ces rencontres, le rôle des marraines et des parrains est plutôt celui de favoriser l’intégration en créant du lien social et en faisant découvrir la société française.

 

L’objectif premier de l’action de parrainage consiste, au nom de l'hospitalité, à participer à l’intégration des filleuls dans la société française visant notamment à :

 
  • L’amélioration du niveau de français des filleuls à travers des conversations, des sorties, des lectures, des invitations à déjeuner ou à dîner ou toute initiative de nature à favoriser les échanges.

  • La découverte de l’environnement et l’initiation à certains loisirs, à travers des visites de la ville, de ses parcs et jardins, de ses environs, de monuments et musées, de séances de cinéma, théâtre ou autres spectacles, d’activités artistiques, sportives, de bricolage, etc…

  • La connaissance de la culture et le partage des valeurs, de l’histoire, des institutions et des codes culturels réciproques.

  • Bénéficier de l'expérience humaine exceptionnelle de ces jeunes.

 

 

 

LES PRINCIPES

Les rencontres des parrains et des marraines avec leurs filleuls doivent se tenir au moins une fois par mois sur une période de 6 mois. À la fin de cette période, si les deux personnes le souhaitent et avec l’accord du référent (désigné par le Conseil Départemental), le parrainage pourra être prolongé de 6 mois supplémentaires.

 

L’engagement du parrain et/ou marraine est basé sur les valeurs du bénévolat et du volontariat, il/elle est donc libre d’interrompre le parrainage, tout en expliquant son choix.

 

Afin de garantir le bon déroulement de ces parrainages et de fixer les valeurs qui régissent l’opération, nous proposons d'établir une charte éthique à destination des parrains, marraines et filleuls, ainsi que des rencontres périodiques avec tous les participants.

 

REJOIGNEZ L’INITIATIVE !

 

Retrouvez les membres d’Ados Sans Frontière au :   8 boulevard Sergent Triaire 30 000 Nîmes (bureau RESF 30).

Ou à partir de février 2017, directement sur Internet : http://AdosSansFrontiere.collectif-citoyen.fr

                                                                   et Facebook @AdosSansFrontière

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 18:28

 

Transmis par "Les alternatifs30"
 

 

Si vous souhaitez communiquer vos dates, contactez  Janie

06 15 33 61 73

 

@   jmarneguy@gmail.com

 

 

 

*Note perso : Le choix de certaines infos transmises ci-dessous sont propres à leur auteur(e) et ne sont relayées qu'à titre indicatif...

 

 

 

Site Ensemble ! www.ensemble-gard.fr

Janie


 

 

Dates

Evènement

Lieu

heure

Lundi/jeudi

Nuit Debout Nîmes

Square Antonin

19h

Jeudi 19/1

Assemblée Générale  du DAL droit au Logement

Solidaires

6 Porte Alès

18h30

Jeudi 19/1

Conférence de M.Dufumier « Nourrir correctement et durablement l’humanité toute entière »complet

Musée Histoire naturelle

18h

Vendredi 20/1

Conf- Témoignage Débat : « Pourquoi meurt on encore de faim en 2017 ? » avec P.Micheletti et C.Oberdorif, avec Action contre la Faim Gard

Auditorium Pablo Neruda

19h30

Samedi 21/1

Présentation des Vœux pour 2017 de la Fédération du PCF

Le Prolé

A partir de 12h

Samedi 21/1

GRATIFERIA avec Nuit Debout et mobilisation contre l’ABATTAGE des pins de la Place

Place St Charles

14 à 17h

Samedi 21/1

Forums « Résistances,désobéissance, révolutions :repenser l’émancipation : « les partis politiques sont ils utiles pour l’émancipation ? » avec J.C.Angaut,  V.Angeli, F.Flipo, S.Joshua, R.Martelli, animée par F.Bonnet de Médiapart, par UCCN, ATTAC, Féria du livre

Foyer Albaric 27 rue Jean Reboul

10h30/12h30 et 14h30/16h30

Samedi 21/1

Avec la Libre Pensée du Gard une Conf-débat de D.Gozlan, Secrétaire National « Islam et Laïcité »

Auditorium Pablo Neruda

18h45

Lundi 23/1

Soirée STOP CETA avec le Collectif Stop Tafta 30, Ensemble !, EELV, Les Insoumis, le PCF

Maison du Protestantisme

19h30

Mardi 24/1

Conférence-débat « Développement durable humain et droits de l’homme » avec P. Viveret, philosophe par la LDH Nîmes

Maison du Protestantisme

19h

Vendredi 27 et samedi 28 janvier

Spectacle par l’Open Théâtre Languedoc « Toi et tes nuages » Eric Westphal, adaptation scénique, mise en scène par Monique Robeet, avec C.Moreno, T.Tisseyre, T.Kpomahou

Centre Social S.Veil à Valdegour

Vendredi à 14h30

Samedi à 19h

 

Repas à l’Association Côté Jardins Solidaires le mardi 0466845199

Permanences du DAL (Droit au logement) les 2èmes et 4èmes samedis du mois : Local Solidaires 6 rue Porte d’Alès / AG 3ème jeudi du mois)

Agenda //Démosphère Gard Cévennes http://gard.demosphere.eu

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 18:12

 

  NON AU TRAITE DES MULTINATIONALES

 

Alors que les négociations sur le TAFTA
(le traité de libre-échange entre l'Union
européenne et les Etats-Unis) sont provisoirement suspendues, l'Europe s'apprête à ratifier un traité similaire avec le Canada : le CETA
Cet accord menace notre santé, l'environnement, l'économie rurale, notre alimentation, l'emploi,
les services publics
 
Exigeons de nos députés européens qu'ils disent
NON au CETA
 
OUI
à un commerce garant de la justice sociale de la redistribution équitable des richesses et du
respect de l'environnement
 
Le collectif Stop Tafta 30
avec Ensemble, Europe Ecologie Les Verts, les Insoumis,
le Parti Communiste
 
vous invite
Lundi 23 janvier 2017
19h
salle du Protestantisme
3 rue Claude Brousson
Nîmes
 
Repost 0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 18:04

 

 

 
  
 

  NUIT  DEBOUT.

               organise cet après-midi,        samedi 21 janvier.       .

 

  sa 6ème GRATIFERIA

     (Marché Gratuit)

   

  Où chacun apporte ce dont il n’a plus besoin,

                                                       …et repart avec ce qui lui est nécessaire.

 Avec, soupe bio, boissons chaudes,   et animations pour les enfants

 

 

    Place Saint Charles     (à côté de la poste Gambetta)

                              de 14 à   19 h.

 

 

 

 

           Site : www.nuitdeboutnimes.fr

      Mail : nuitdeboutnimes@gmail.com

            Facebook : Nuit   Debout – Nîmes

              Instagram : nuitdeboutnimes

                  Tél : 06 11 41 34 40

 

 

        

                  ALERTE   :

On coupe les arbres !

 

La Mairie de Nîmes a décidé de couper les magnifiques arbres centenaires de nos places  publiques.

 

                                       Pour quelles raisons ?

                                       Nul ne le sait !

 

Il est en effet impossible de le savoir, car Monsieur Le Maire,   et   ses Adjoints   sont aux abonnés absents à ce sujet.

La seule chose connue,   c’est que l’abattage commencera le 23 janvier, Place Saint Charles,

puis au Square de La Bouquerie.   Ensuite on ne sait pas où,   mais la coupe se poursuivra.  

Le béton et l’asphalte sont-ils préférable la verdure  ?

 

                                     Quel dommage,   quel gâchis !

 

En effet, les arbres apportent tout abord un très joli, et très agréable   cadre aux habitants.

Ils sont aussi le poumon   des villes,   une qualité   non négligeable   face à la pollution.

Enfin, leurs ombrages est très appréciable pour tous,   en été,   surtout maintenant avec le réchauffement climatique galopant.

Cet acharnement contre nos arbres n’est pas acceptable,   car tout le monde sait qu’il faut plus de 100 ans

(et parfois bien d’avantage)   pour obtenir des plans, aussi majestueux que ceux que nous côtoyons tous les jours à Nîmes.

 

 

 

 

                                                                      *******************************

 

 

Article de La Gazette d'aujourd'hui pour le courrier de l'association ARBRES.

https://webmail.laposte.net/service/home/~/?auth=co&loc=fr&id=63340&part=2  

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:37

 

 

Source : http://www.lefigaro.fr

 

 

L'Allemagne légalise le cannabis à usage thérapeutique

 

  • Mis à jour
  • Publié

 

 

 

Les députés allemands ont légalisé aujourd'hui à l'unanimité l'usage du cannabis à des fins thérapeutiques pour des patients atteints de maladies "graves", comme certains cancers, et en l'absence de "thérapie alternative" efficace.

Avec la loi votée par le Bundestag, la chambre basse du Parlement, les médecins pourront désormais prescrire du cannabis à leurs patients souffrant de "pathologies graves" - cancers, épilepsie, sclérose en plaque - et ne pouvant bénéficier de "thérapies alternatives".

L'Allemagne rejoint ainsi les rangs des pays de l'UE qui ont légalisé des produits à base de cannabis: l'Autriche, la Grande-Bretagne, la République tchèque, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie, l'Espagne, la Croatie et la Macédoine.

Les patients allemands pourront se procurer dans les pharmacies et sur ordonnance de l'extrait de cannabis ou des feuilles séchées. Certains pourront aussi commander à l'étranger des dérivés synthétiques du cannabis, comme le dronabinol.

Le texte, qui prévoit la prise en charge des frais par les caisses d'assurance maladie, entrera en vigueur en mars. Il permettra une "amélioration" de la prise en charge des patients en soins palliatifs, a estimé le ministre conservateur de la Santé, le CSU Hermann Gröhe, dont la loi a été saluée jeudi par l'ensemble des partis, gauche et droite confondues.

La loi n'autorise par contre pas les patients à cultiver leur propre cannabis et elle rappelle qu'une telle pratique est contraire à la loi sur les stupéfiants en vigueur en Allemagne, où la possession de cannabis est interdite. De fait, la détention de petites doses est toutefois tolérée, les quantités acceptées variant suivant les Etats régionaux.

Une agence publique du cannabis médicale chargée de sa culture va par ailleurs être créée. D'ici là, l'Allemagne s'approvisionnera à l'étranger.

 

 

 

Source : http://www.lefigaro.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:29

 

 

Source : https://reporterre.net

 

 

Les expropriations des habitants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes ne sont plus valables

 

19 janvier 2017 / Nicolas de La Casinière (Reporterre)

 

 

Il y a cinq ans qu’ont été prises les ordonnances officielles d’expulsion de la trentaine de propriétaires devant faire place nette au projet d’aéroport. Les travaux n’ayant pas débuté, les propriétaires peuvent demander à l’État la rétrocession de leurs terres.

 

  • Nantes (Loire-Atlantique), correspondance

Rien n’est irréversible, pas même les expropriations. Mercredi 18 janvier, pour une trentaine d’occupants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, ces décisions d’éviction par la force de leurs terrains, de leurs fermes et de leurs maisons sont devenues caduques. Ou presque. Les ordonnances d’expropriation prononcées par la justice sont datées du 18 janvier 2012. Il s’est passé cinq années et la raison avancée pour ces expropriations est restée un argument de papier. Sur le terrain, les travaux n’ont pas commencé. Les actes délivrés par des juges et remis par huissier étaient conditionnés par ces fameux travaux. Donc, au bout de cinq ans, comme le stipule noir sur plan le Code des expropriations, la raison d’être de l’expropriation tombe à l’eau. Ou s’embourbe en zone humide.

« Ce n’est pas une date butoir, mais un point à partir duquel les personnes expropriées sur le fondement de la déclaration d’utilité publique de 2008 peuvent demander rétrocession de leurs terres, explique Me Thomas Dubreuil, un des avocats des occupants à Notre-Dame-des-Landes. Les travaux ne sont pas mis en œuvre, il n’y a plus de raison de priver les gens de leur propriété. »

L’intérêt général allégué par l’État tient à la déclaration d’utilité publique du projet. Les libertés individuelles, c’est la propriété de prairies et bosquets, de fermes ou de maisons, que l’État ne peut bafouer sans cause majeure : celle d’un projet dont l’intérêt collectif primerait sur ces droits individuels de propriété.

La notion de rétrocession implique que l’État devrait rendre la possession et l’usage de leurs terres aux expropriés après cinq ans sans bulldozer ni bétonneuse. Au conditionnel quand même. « La demande de rétrocession, l’État y fait droit ou pas. Ce n’est pas automatique. On peut même dire dans ces circonstances et avec la volonté affichée de commencer des travaux de l’aéroport, qu’à 99 % de probabilité, l’État refuserait », dit Me Dubreuil. La stratégie judiciaire serait alors, non pas d’attaquer le refus de l’Etat au tribunal administratif, mais plus directement de le contester auprès du juge de l’expropriation au tribunal de grande instance.

La grande majorité des propriétaires n’a pas voulu toucher l’argent de l’expropriation...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : https://reporterre.net

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:18

 

 

Source : http://www.actu-environnement.com

 

 

Présidentielles : une campagne pour mener de front transitions écologique et sociale

 

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat

 

Syndicats et associations lancent une campagne pour conjuguer lutte contre le changement climatique et lutte contre le chômage. Un million d'emplois pourront être créés si la transition est anticipée et accompagnée.

 

 

Présidentielles : une campagne pour mener de front transitions écologique et sociale

"Il n'y a pas d'emplois sur une planète morte". Ces mots, martelés par Maxime Combes, économiste d'Attac, plantent le décor. Le mouvement altermondialiste lance, avec le Réseau action climat (RAC), les syndicats FSU, Solidaires, la Confédération paysanne, le collectif Roosevelt et la fondation politique Heinrich Böll Stitftung France, une campagne pour conjuguer lutte contre le changement climatique et contre le chômage. Selon eux, la transition écologique doit aussi être sociale. La protection du climat pourrait créer 1 million d'emplois si elle est bien organisée. Pour cela, il faut que le changement soit anticipé et accompagné. "Il est urgent que les pouvoirs publics fassent en sorte qu'il n'y ait pas de chômeurs climatiques, souligne Maxime Combes. Quand on oublie les mesures liées à la transition écologique, les résistances sont nombreuses. On le voit avec la question de la fermeture des centrales à charbon". L'opposition à la fermeture de la centrale de Fessenheim se place également sur le terrain de l'emploi et de l'activité économique sur ce bassin. C'est pourquoi des acteurs qui parfois s'opposent (syndicats et associations) ont décidés de s'allier pour défendre une transition en douceur et une lutte contre le changement climatique créatrice d'emploi.

 

 

Accompagner les salariés face au changement

Abordées lors du débat national sur l'énergie et de plusieurs conférences environnementales, les questions de l'emploi et des transitions professionnelles ont été inscrites dans la loi relative à la transition énergétique. Car si la transition énergétique est créatrice d'emplois dans les énergies renouvelables et la rénovation notamment, elle va être destructrice d'emplois dans certains secteurs, comme les raffineries, les centrales au charbon ou l'industrie manufacturière. "D'autres secteurs devront se transformer, comme le secteur automobile ou l'agriculture industrielle intensive", note le collectif. "Nous avons besoin de nous adresser aux salariés des secteurs menacés, on ne peut pas penser la transition énergétique si on les laisse de côté ", analyse Julien Rivoire, de FSU. Selon lui, "les formations existent, en nombre insuffisant, mais les infrastructures sont là. Il y a un déficit de réflexion sur la transition écologique dans l'éducation nationale. Et un angle mort : celui de la prise en charge des salariés en formation", indique Julien Rivoire.

Mais les choses bougent. L'article 180 de la loi prévoit que "les politiques d'emploi et le dialogue social, tant au niveau des branches professionnelles que des entreprises, consacrent une attention particulière à l'accompagnement des transitions professionnelles afférentes à la transition écologique et énergétique". Il indique que l'enseignement supérieur devra être vigilant aux nouveaux besoins de compétences et à l'adaptation des formations supérieures. La formation continue doit elle aussi permettre d'organiser les transitions professionnelles. "La réforme de la formation professionnelle va dans le bon sens", estime Meike Fink, du RAC.

La loi prévoit également une planification à l'échelle territoriale, afin d'évaluer "les besoins d'évolution en matière d'emploi et de compétences sur les territoires et dans les secteurs professionnels au regard de la transition écologique et énergétique".

 

 

Créer des emplois utiles à la collectivité

Le cadre existe, "y a plus qu'à"… Le collectif donne des pistes pour accélérer les choses. Ainsi, le projet expérimental "territoires à zéro chômeur de longue durée" permettrait de proposer aux chômeurs un emploi en CDI au Smic, adapté à ses compétences et aux besoins des territoires. Financé par la réorientation des assurances chômage, ce dispositif ne rentrerait pas en compétition avec les entreprises du bassin d'emploi car les activités seraient "en supplément".

Des emplois pourraient être créés dans l'éducation à l'environnement et l'accompagnement des personnes en difficulté (précarité énergétique). "Le métier des assistantes sociales, en intégrant ces questions, participe à la transition écologique", note le collectif. "Il s'agit également de transformer des activités utiles au niveau social et écologique mais "non rentables économiquement" en emplois pérennes et de qualité" : valorisation du compost, recyclage des matériaux de déconstruction, réparation du petit électroménager…

Le collectif propose aussi de créer 250.000 emplois aidés sur des postes d'animateurs de la transition écologique dans les territoires, 100.000 emplois dans le secteur public pour participer notamment à l'élaboration des plans climat air énergie territoriaux… Enfin, pour créer des emplois dans la rénovation, les énergies renouvelables ou la mobilité douce, le collectif recommande de conditionner les aides publiques à la création d'emplois.

 

 

 

 

 

Source : http://www.actu-environnement.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22