Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 15:37

 

 

Source : http://www.humanite.fr

 

 

 

Premières mobilisations post Assemblée et anti-Macron

Kareen Janselme
Mardi, 20 Juin, 2017
Humanite.fr

 

 

 

Tous les intervenants ont conclu à la nécessité d’un mouvement plus ample, mais aussi plus unitaire. Photo : Zakaria Abdelkafi/AFP

Tous les intervenants ont conclu à la nécessité d’un mouvement plus ample, mais aussi plus unitaire. Photo : Zakaria Abdelkafi/AFP

35 manifestations ont eu lieu lundi en France, au lendemain des élections législatives, à l’appel du Front social, rassemblant des milliers de syndicalistes, militants associatifs et politiques contre les ordonnances prévues par Emmanuel Macron et la « destruction sociale » du pays.

« Ce soir est le premier épisode d’une occupation des lieux. C’est très important d’être là dès les premiers jours qui suivent les élections législatives. La situation de ce rassemblement est très symbolique : l’Assemblée nationale d’un côté, et l’Automobile club de l’autre où se rencontrent les oligarques qui décident et les lobbyistes qui font valoir leurs intérêts. » Comme la sociologue Monique Pinçon-Charlot, beaucoup ce lundi soir, lendemain de vote, n’estime pas légitime la majorité parlementaire obtenue par la République en marche à l’Assemblée avec un taux d’abstention record de 57 %. Et ils sont venus le crier place de la Concorde à Paris et dans trente-quatre autres villes (Nantes, Lyon, Strasbourg, Toulouse, Le Havre, Bordeaux, Lille…)

« Plus de 27 millions d’inscrits ne sont pas aller voter, rappelle Mickael Wamen l’ex-délégué CGT de Goodyear à Amiens, figure de proue de ce Front social appelant au rassemblement. Ils ne se reconnaissent pas dans une démocratie où les politiques ne respectent pas leurs engagements comme nous l’a montré François Hollande. Nous avons besoin de gagner dans la rue en créant un outil, une courroie de transmission pour se faire entendre. » Le Front social veut représenter cet outil en agrégeant pour l’instant des syndicats (Sud PTT, CGT info’com, Sud santé sociaux…) peu suivis par leurs confédérations, même si Solidaires à l’issue de son congrès en Bretagne la semaine dernière, appelait dans sa motion générale à manifester dès le 19 juin avec le front social, tout en poussant à de nouvelles initiatives « dans le cadre le plus unitaire possible », à l’image de l’intersyndicale opposée en 2016 à la loi Travail.

A la tribune, un camion sono en lieu et place de la grande roue qui accueille d’habitude les touristes place de la Concorde, les syndicalistes en lutte ou discriminés décryptent le projet délétère de la loi travail XXL en préparation que veut imposer par ordonnances Emmanuel Macron. Mais les revendications sont plus larges : l’intention annoncée d’inscrire l’Etat d’urgence dans le droit commun épouvantent les militants dont nombreux ont vu leurs actions revendicatives interdites sous couvert de ces lois abusives. Les interdictions préventives de manifester ont d’ailleurs été condamnées le 9 juin par le Conseil constitutionnel. Sur 683 personnes, 574 en avaient fait les frais pendant le mouvement contre la loi El Khomri. 

Prochain rendez-vous de mobilisation le 27 juin

La soeur de Lamine Dieng (mort par étouffement dans un fourgon de police en 2007) a également pris la parole contre les violences policières, Jean-Baptiste Eyraud de Droit au logement a blâmé la violence faite aux précaires, accompagné par des familles venues manifester devant l’ambassade de Grande-Bretagne suite à l’incendie d’un HLM tuant 79 Londoniens. L’immeuble avait subi des travaux pour camoufler la misère, ignorant la sécurité des habitants, qui ont favorisé la propagation de l’incendie. 

Tous les intervenants ont conclu à la nécessité d’un mouvement plus ample, mais aussi plus unitaire, sans fermer la portes aux associations et autres syndicats. Certains comme l’Union départementale CGT de Paris, non adhérent au mouvement, sont venus soutenir l’initiative demandant eux aussi à ouvrir le mouvement. Dans la foule, des drapeaux NPA, France insoumise et Ensemble ont flotté, en réponse au discours. Quelques militants antifascistes ont tenté de gagner l’Assemblée, bien gardée par des camions et voitures de police bloquant l’accès au pont. La fanfare invisible a entamé l’hymne à la liberté chilien El pueblo unido jamas sera vencido. Prochain rendez-vous de mobilisation contre la casse sociale et la loi travail le 27 juin, à quelques pas, place des Invalides, à l’appel cette fois-ci de l’union régionale CGT.

Journaliste, rubrique social

 

 

 

Source : http://www.humanite.fr

 

 

 

                                                                          ****************************

 

                                                                             

 

Source : http://www.europe1.fr

 

 

Rassemblements anti-Macron au lendemain des élections législatives

 

 
 
 

Rassemblements anti-Macron au lendemain des élections législatives

Des rassemblements ont eu lieu dans plus d'une trentaine de villes, de Toulouse à Nantes en passant par Lyon, Paris et Strasbourg. 

 

Plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées lundi soir non loin de l'Assemblée nationale, à l'appel du collectif "Front social", pour protester contre le "plan de destruction sociale massive" prévu selon eux par Emmanuel Macron. "Y en a assez de la loi des patrons, c'est nous qui travaillons, c'est nous qui décidons" ou "c'est pas les salariés, c'est pas les immigrés, c'est Emmanuel Macron qu'il faut virer", scandaient les manifestants sous une chaleur étouffante et au rythme d'une fanfare, place de la Concorde à Paris.

"Flic, violeurs, assassins", scandent des militants antifas. Ils sont jeunes (lycéens/étudiants), avec des foulards pour certn. pic.twitter.com/9HBsu4x2LD

Fin de manif, le groupe du vient de terminer son morceau, il annonce 20.000 personnes dans les 34 rassemblement en France. pic.twitter.com/s9ob6rX8NT

Des rassemblements dans une trentaine de villes. Des rassemblements étaient également organisés dans une trentaine d'autres villes, dont Toulouse où la police a recensé une centaine de manifestants, mais aussi Nantes (200), Rouen (200). A Lyon, ils étaient plus de 300 à scander "Macron démission". Derrière la banderole de tête sur laquelle était écrit : "Face aux ordonnances, défendons nos conquêtes sociales !", le cortège s'est ébranlé vers 18H30 dans le centre ville, certains manifestants portant à bout de bras des pancartes indiquant "Contre la loi Travail, la rue répond lutte sociale" ou encore "Auto-défense contre les ordonnances".

A Strasbourg aussi une centaine de personnes ont manifesté pour appeler à la "résistance". "On est tous les bons petits précaires à Macron", avait inscrit une manifestante sur sa pancarte. Un premier rassemblement du Front social avait déjà eu lieu à Paris le 22 avril, à la veille du premier tour de l'élection présidentielle, suivi d'un défilé le 8 mai, au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron.

 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 14:23

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/richard-abauzit

 

 

Guerre sociale, mode d'emploi

 

 

 

 

Les ordonnances de Macron sont prêtes depuis longtemps. Seules subsistent quelques ruses à peaufiner, comme on a pu en avoir un aperçu avec la délicieuse fuite du projet du ministère du travail, dans laquelle on pouvait lire que le sort réservé au "compte pénibilité" dépendrait de la «solution d'atterrissage à inventer dans les jours ou semaines qui viennent».
 
 

Quand Macron a jugé nécessaire d’aller rencontrer les salariés de Whirpool en grève, il a demandé un « hygiaphone » pour leur parler. Ce n’est sans doute pas seulement son ignorance de l’objet idoine, le mégaphone. Cela a sans doute à voir avec ses déclarations sur les ouvrières illettrées des abattoirs Gad et avec un point de son programme pour les présidentielles où il prévoit de sanctionner les « incivilités » dont les « crachats » par des « amendes immédiates et dissuasives » alors que, en même temps, son programme prévoit la création d’un droit à l’erreur pour, je cite pour l’exemple pris, « un employeur qui oublie de déclarer à l’URSSAF la prime de Noël qu’il verse à ses salariés ».

 

Les buts et les moyens de la guerre

Macron est un évangéliste du marché qui nage, selon la formule de Marx, dans les eaux glacées du calcul égoïste. Il ne fait qu’appliquer le programme de toujours du capitalisme, l’accumulation du profit par quelques uns, et qu’on peut résumer quant aux buts par la formule T.G.V : Travailler plus (i.e faire travailler plus), Gagner moins (faire travailler pour le moins cher possible), Virer le plus vite et avec le minimum de frais.

Une nouveauté cependant : le programme présidentiel de Macron et ce qu’on peut déjà savoir des ordonnances à venir va plus loin qu’un nième rabotage de ce qu’il reste de droits sociaux. Il est question de leur suppression totale pour aller, numérisation aidant, vers une société que Macron a défini comme une société « sans statuts ». Un oxymore qui désigne précisément la situation des travailleurs ubérisés : pas de limitation à la durée de travail, pas de revenu minimal, pas de sécurité sociale et un licenciement sur simple déconnexion. Esclaves ou domestiques, la marche arrière nous conduit ici au début du XIXème siècle, où la violence sociale se déployait à l’ombre de la violence policière.

Autre nouveauté, et les fonctionnaires et contractuels qu’on a peu vus dans les manifestations contre la loi travail devraient rouvrir leurs yeux, les Fonctions publiques rentrent dans cette dissolution et seront, comme en Grèce, sans doute en première ligne de la démolition programmée.

Quant aux moyens de réalisation de ces objectifs permanents, ils n’ont pas varié : armer les employeurs et en même temps désarmer ceux qu’ils exploitent. Citons, outre la démolition bien avancée de la médecine du travail, de l’inspection du travail et des prud’hommes, l’affaiblissement constant des moyens et de l’indépendance des représentants du personnel qui va être aggravée dans les ordonnances à venir par la mise en pièce des CHSCT et la mise en place d’un référendum auprès des salariés pour contourner les syndicats qui en méritent encore le nom.

 

Revue de détail

Pour les buts, l’analyse des lois déjà passées 1, des projets patronaux aussi précis qu’anciens, des exigences du conseil d’administration des multinationales (Commission européenne), du programme présidentiel 2 et des fuites sur la préparation des ordonnances 3 permet de décrire précisément le TGV programmé.

La loi travail avait prévu la réécriture complète du Code du travail sur le principe révisionniste (au sens négation du droit du travail) suivant : plus de loi, l’accord d’entreprise fera la loi (un code du travail par entreprise) ; à défaut d’accord d’entreprise, la branche professionnelle fera la loi ; en l’absence de tout accord, il y aura un droit minimal par décret, et le projet d’ordonnance stipule que ce droit pourra être moins favorable que le droit actuel. La loi travail avait réécrit la partie durée du travail et prévoyait deux années pour le reste du Code. Un an après, Macron devance juste l’appel.

Il y aura sans doute une nouvelle tentative de supprimer, si possible, ou de contourner la durée légale du travail, dont il faut marteler qu’elle n’est que le seuil à partir duquel on calcule les heures supplémentaires qui doivent être payées plus cher. Les dissimuler et les payer moins cher (10% de majoration au lieu de 25%) comme le permet la loi travail ne leur suffit pas. Pour arriver à 0%, il est probable que sera réutilisée la ruse de la commission Badinter (un temps inscrite dans le projet de loi travail), reprise dans les déclarations de Fillon et de Macron au début des présidentielles : chaque entreprise dira s’il elle choisit une durée « normale » (néologisme de la commission Badinter) différente de 35 h (39, 40, 45 par exemple) et les heures supplémentaires éventuelles seront décomptées au-delà de cette durée « normale ».

Si on ajoute l’exonération prévue des cotisations sociales sur les heures supplémentaires, voilà qui rendra ces heures moins chères que des heures normales. Epuisement pour les uns, chômage pour les autres.

Il y aura également de nouvelles libertés pour les employeurs : horaires de travail, pauses, fractionnement du repos quotidien et hebdomadaire (sous couvert de « télétravail »), services publics extensibles (« Nous élargirons les horaires d’ouverture des services publics pour les adapter aux contraintes des usagers : certains services publics ouvriront le samedi et en soirée » ; « Nous ouvrirons les bibliothèques en soirée et le week-end »). Sans doute aussi verra-t-on revenir la question de l’allongement de la durée du travail pour les enfants : Macron, tout comme le PDG d’Air France était scandalisé que ce point trop symbolique ait été, devant la mobilisation, retiré de la loi travail.

Gagner moins. En commençant par l’apprentissage, car ce qui est prévu symbolise assez bien la société programmée. Macron a prévu de supprimer les contrats d’apprentissage en les fusionnant avec les contrats de professionnalisation, en supprimant au passage les limites d’âge. Apprenti tout au long de sa vie, c’est le retour au Moyen Age.

 

Pour les salaires et retraites, il faut distinguer les salaires nets des salaires bruts.

 

Salaires nets : pour le Smic, il pourra être question de revoir les indexations comme la commission Badinter en avait ouvert la possibilité. Pour les salaires minima des conventions collectives définis par les grilles de classification elles mêmes basées en partie sur la qualification (de même les grilles de la fonction publique) le programme présidentiel de Macron prévoit de les remplacer par des accords d’entreprise : « C’est seulement à défaut d’accord d’entreprise que la branche interviendra. Ainsi, les conditions de travail et les salaires notamment seront négociés au plus près du terrain ».

Sur ce point essentiel (qu’on pense à la Grèce ou les conventions collectives ont été supprimées et à l’Espagne où leur couverture se réduit à grande vitesse), le gouvernement avance masqué dans les parodies de concertation qui vont durer jusqu’à mi juillet. Pour les fonctionnaires, l’équivalent de cette évolution s’écrit ainsi : « Nous mettrons fin à l’évolution uniforme des rémunérations de toutes les fonctions publiques afin de mieux prendre en compte les spécificités de chacune »

Salaires bruts : i.e les cotisations sociales versés à la sécurité sociale, la partie vitale pour ceux qui n’ont pas ou plus de travail : privés d’emploi, malades, accidentés du travail, retraités. Ce dont on parle c’est 470 milliards d’euros. Macron prévoit de réduire la Sécurité sociale en miettes, le gâteau étant récupéré par les assurances privées, mutuelles et fonds de pension.

Aux dizaines de milliards d’exonérations de cotisations sociales actuelles, Macron prévoit notamment d’ajouter la suppression des cotisations salariales maladie et chômage, la pérennisation du CICE sous forme d’exonérations permanentes de 6 points, la suppression de toute cotisation sociale pour tous les salariés au Smic (1800 euros par an et par salarié, un cadeau fabuleux qui va contribuer à augmenter le nombre de personnes payées au Smic).

Pour les retraites, l’instauration prévue d’un seul régime (par points) est la garantie d’un avenir caractérisé par une baisse considérable des retraites, les fonctionnaires en premier, et un basculement inévitable vers la fin des retraites par répartition.

Qui va payer ce que les patrons ne paieront plus : essentiellement les salariés, retraités et fonctionnaires par l’augmentation prévue de la CSG et tout le monde par la baisse de la prise en charge des soins et des médicaments et la baisse des indemnités chômage...

 

*Suite de l'article sur blogs.mediapart.fr/richard-abauzit

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/richard-abauzit

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 19:48

 

 

Source : http://www.humanite.fr

 

 

Le cas Bricorama révèle l’arnaque du travail dominical

Loan Nguyen
Mardi, 14 Mars, 2017
L'Humanité

 

 

À partir du 1er mai, les heures travaillées le dimanche chez Bricorama ne seront plus payées que le double des heures ordinaires avec un repos compensateur. Philippe Huguen/AFP

À partir du 1er mai, les heures travaillées le dimanche chez Bricorama ne seront plus payées que le double des heures ordinaires avec un repos compensateur. Philippe Huguen/AFP

Après avoir obtenu la généralisation des ouvertures du dimanche dans les magasins de bricolage en 2014, l’enseigne va diminuer de moitié les majorations accordées aux salariés à partir du mois de mai, à rebours de ses engagements antérieurs.

 

On se souvient des manifestations de salariés orchestrées par le patronat du bricolage et de l’ameublement en 2012 et 2013, Bricorama en tête, pour réclamer la généralisation du travail du dimanche. À l’époque, ces salariés clamaient leur volontariat pour effectuer ces heures dominicales payées triple, avec un repos compensateur. Mais aujourd’hui c’est la douche froide. À partir du 1er mai, les heures travaillées le dimanche ne seront plus payées que le double des heures ordinaires avec un repos compensateur. L’aboutissement d’un long travail de sape de la direction qui, après avoir appâté les salariés par une décision unilatérale en 2003, pérennisée en 2006 et 2011, fixant la majoration des heures dominicales à 200 % avec attribution d’un repos compensateur, a profité de la première occasion pour faire fondre ces avantages. À savoir, la signature d’un accord de branche par la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC en 2014, n’obligeant les employeurs des enseignes de bricolage à ne majorer qu’à 100 % ces heures dominicales, avec attribution d’un repos compensateur.

 

À l’occasion d’un comité central d’entreprise en décembre dernier, la direction s’est lancée dans un processus de dénonciation de sa décision unilatérale, tout en promettant de compenser le manque à gagner par le biais d’une prime pendant un an. « On avait prévenu dès 2011 que la direction reviendrait sur ces majorations », souligne Denis Da Cruz, délégué syndical national Force ouvrière (FO) chez Bricorama. Son syndicat, opposé aux ouvertures dominicales, avait poursuivi l’enseigne en 2012 et obtenu gain de cause à plusieurs reprises pour condamner Bricorama à laisser le rideau fermé le jour du Seigneur. À l’époque, c’était en effet en toute illégalité que l’enseigne ouvrait ses magasins ce jour-là. Jusqu’à ce que le lobbying agressif du patron de Bricorama, Jean-Claude Bourrelier, ne porte finalement ses fruits en obtenant en 2014 du gouvernement des dérogations pour légaliser ces ouvertures dominicales. Un mouvement fortement médiatisé qui avait constitué le terreau de la loi Macron, permettant l’extension du travail dominical dans les commerces, bien au-delà du bricolage.

 

Le travail du dimanche n’attire pas plus de clients

La CFDT de l’enseigne, qui estime que la perte de revenus peut s’élever jusqu’à « 300 euros par mois » pour certains salariés, a de son côté appelé à l’ouverture d’une négociation d’un accord d’entreprise pour obtenir des contreparties plus favorables. Le syndicat rappelle, dans une lettre ouverte au PDG de Bricorama, que certains concurrents appliquent des majorations supérieures, comme Castorama, qui majore les heures dominicales de 150 %.

 

Dans un courrier adressé aux salariés fin janvier dont l’AFP se fait l’écho, Bricorama explique que cette dénonciation est « nécessaire » pour que l’entreprise « puisse exploiter ses magasins sur un modèle économique comparable à ses concurrents directs », « s’adapter à une situation économique tendue » et « permettre » l’application de l’accord de branche du 23 janvier 2014. Une nouvelle démonstration que l’extension des amplitudes horaires ne crée pas de richesses, mais ne peut constituer au mieux qu’un avantage concurrentiel temporaire pour le magasin qui en bénéficie tant que les autorisations d’ouvertures dominicales ne sont pas généralisées à l’ensemble des enseignes. « L’analyse des chiffres montre qu’au cumul depuis le début de l’année, nous n’avons reçu que le même nombre de clients qu’en 2013 alors que nous avons le bénéfice de l’ouverture du dimanche », avait d’ailleurs admis dès août 2014 Jean-Claude Bourrelier dans une publication interne.

 

« Le risque est que la prochaine étape soit d’intégrer les dimanches dans les plannings des salariés et de supprimer le volontariat, puisque, avec les baisses de majoration, les salariés trouveront le travail du dimanche moins intéressant », souligne Denis Da Cruz. En attendant, le mécontentement gronde chez les salariés, « y compris une partie de ceux qui avaient milité pour les ouvertures du dimanche », assure le délégué FO, qui espère que les élections présidentielle et législatives amèneront à un changement de ligne politique du gouvernement sur les ouvertures dominicales.

 

 

 

 

Source : http://www.humanite.fr

 

 

Repost 0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 20:31

 

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Peuples autochtones mis à terre et trophées de chasse suspendus : WWF et colonialisme vert

 

 

Le WWF, ce « panda géant » qui soutien près de 1300 projets environnementaux est considérée comme la plus importante ONG environnementalistes du monde. Seulement la diversité et l’ampleur de ses actions coutent chers, et le prix à payer n’est pas le même pour les autochtones et les chasseurs de gros gibier.

 

 

 

 

 

WWF : Greenwashing et « colonialisme vert »

Dans une tribune parue dans Reporterre, Stephen Corry, le directeur de Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples autochtones, rappelle les liens entre chasse, protection de la nature et protection des peuples. En effet, le WWF (World Wide Fund) a déjà été épinglés à de nombreuses reprises pour ses liens avec les multinationales (comme par exemple Monsanto le leader de l’OGM ou encore Lafarge, le désormais célèbre bétonnier du mur de Trump) et sa politique de greenwashing.
En 2012, suite à un reportage à charge de « Cash investigation », le WWF avait déposée plainte contre France 2. Mais en ce mois de janvier, c’est à lui d’être mis en cause légalement : l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a jugé recevable une plainte contre ce géant de l’environnement ; en cause, les multiples sévices et assassinat des gardes forestiers payés par l’association.

 

Des indigènes tués par les brigades financées par le WWF

Alors que les grosses ONGs prennent un rôle économique et politique toujours plus important et critiquable c’est la première fois que l’une d’entre elle va être attaquée devant l’OCDE, une procédure généralement réservée aux entreprises multinationales. C’est Survival qui porte plainte et reproche au WWF d’avoir été impliqué dans des actes de violence et dans la spoliation de terres de ‘Pygmées’ baka au Cameroun. C’est à travers des financements, une assistance technique, logistique et matérielle au gouvernement camerounais et aux brigades anti-braconnage des zones protégées que le WWF participe aux violences contre les baka. Dans un rapport de 228 pages, avec des témoignages de Baka, Survival dénonce les violences corporelles, les menaces, les humiliations et la destruction des campements subis par ces chasseurs-cueilleurs. Les Baka et leurs voisins accusés de braconnage risquent la détention, les coups et la torture. Ils font état de nombreux morts parmi eux suite aux expéditions punitives que peuvent mener les gardiens de parcs.

 

Les chasseurs occidentaux peuvent tuer des éléphants pour leurs trophées, mais les pygmées n’ont pas le droit de chasser pour manger

Alors que les peuples qui pratiquent une chasse de subsistance, sont réprimés, la chasse au gros gibier, pour ceux qui ont les sous, est plus qu’autorisée. C’est aussi ce que dénonce Stephen Corry dans cette tribune avec le cas de Peter Flack, un grand chasseur qui est aussi l’ancien administrateur du WWF d’Afrique du Sud. Celui-ci, alors encore en fonction, avait eu le loisir (grâce à quelques 45 000$) de participer, selon ses dires, à la « dernière grande aventure africaine » : chasser l’éléphant dans les terres volées aux baka, expulsés illégalement afin de créer des zones de chasses privatisées. Après cette affaire relevée par Survival, Flack a été contraint de démissionner. Pour autant cela ne fait pas oublier que le WWF a fourni sans problème un salaire à cet homme qui, dans sa demeure, dispose de huit vastes pièces remplies de trophées de chasse, ainsi qu’une arme pour « chaque espèce sauvage et chaque type de terrain présent sur le continent africain »…

 

Protection de l’environnement ou protection de ses intérêts

Si cette association chasse/protection de la nature est troublante, c’est pourtant une association qui est à l’origine de la création de nombreux parcs, en Afrique comme en France : le but étant de réserver le « meilleur aux meilleurs », c’est à dire réserver le gibier et les terres à ceux qui ont les moyens de se les accaparer. Comme le dit Stephen Corry « Les blancs peuvent chasser, les Africains qui chassent pour leur subsistance, non » C’est toute une partie du passé et du présent de la protection de l’environnement qui est liée aux intérêts des puissants ainsi qu’aux idées colonisatrices et réactionnaires. Ainsi parmi les membres importants du WWF ont trouve de nombreuses personnalités inquiétantes telle que le prince Bernhard des Pays-Bas, connu pour son passé nazi et ses liens avec les industriels de l’armement, un prince qui eut l’honneur d’être le premier président du WWF et ceux pour quatorze années. Cette idéologie mortifère, se retrouve alors dans le « soutien » à une gestion violente de l’environnement, telle qu’elle se passe aux Cameroun, mais aussi en Inde où le gouvernement a tout bonnement autorisé ses gardes à tuer les présumés braconniers

Alors que d’un côté, le WWF n’hésite pas à soutenir une protection de l’environnement basée en partie sur la répression, de l’autre, il est moins regardant lorsqu’il s’agit des multinationales qui le finance. Bien que certaines actions du WWF ont leur efficacité, celui-ci, comme de nombreuses ONGs, en se nourrissant des fonds des grandes multinationales contribuent à couvrir leurs actions de destruction de l’environnement et d’exploitation voire leur permet d’étendre leurs activités destructrices, impérialisme : voilà l’action du WWF, qui promeut un « capitalisme vert », qui n’a de « vert » que ses pseudos bonnes intentions, et dont les politiques profitent toujours aux plus puissants, bien contents de pouvoir se balader dans un parc naturel quelque peu préservé durant leurs vacances ou de pouvoir chasser l’éléphant de tant en tant…

 

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 20:04

 

 

Source : http://www.liberation.fr

 

 

 

Reportage

Dans les hôpitaux grecs, «des malades renoncent à se soigner»

 

 

Par Fabien Perrier, Envoyé spécial à Athènes et Corinthe
 
 
 

A Athènes, le 3 décembre 2014, une manifestation dénonce les coupes budgétaires, notamment dans les pensions allouées aux malades.

A Athènes, le 3 décembre 2014, une manifestation dénonce les coupes budgétaires, notamment dans les pensions allouées aux malades. Photo Alkis Konstantidinis. Reuters

Baisse drastique des salaires, pénuries, traitements hors de prix : cinq ans de crise ont mis à terre la santé publique du pays.

 

 

«Les Grecs n’ont pas peur de mourir. Mais ils flippent d’aller à l’hôpital», lâche Yannis, traits tirés, air soucieux, qui se grille une cigarette sur le perron de l’hôpital de Corinthe avec sa mère, Anna. Cuisinier à Athènes, il a pris un congé pour rendre visite à son père hospitalisé. Et pour prendre la relève de sa mère. «Je n’ai pas bougé d’ici depuis que mon mari a été admis aux urgences, il y a deux jours, dit Anna, épuisée. C’est une obligation de rester au chevet des malades.» Elle raconte la mésaventure arrivée la veille au voisin de chambre de son mari. L’infirmière de jour a ôté à cet homme âgé l’oxygène qu’un médecin lui avait installé. «Le monsieur n’a personne avec lui. Il a fallu plusieurs heures avant que l’infirmière de nuit lui remette…» Et de poursuivre : «Hier, nous avons attendu l’ORL pendant trois heures. En vain. Il était absent, il n’était pas remplacé, personne ne le savait. Mon mari n’a donc pas été examiné.» La raison de ces dysfonctionnements en chaîne : «Le manque de personnel», répond Anna sans hésiter.

 

L’exode des médecins

Une récente étude de la Fédération panhellénique des travailleurs des hôpitaux publics (FPTHP) déplore ainsi un personnel infirmier «trop rare», «âgé» et atteint «d’importants problèmes de santé». Avec 35% des postes inoccupés, «il existe des risques d’erreur dans les soins infirmiers car chaque personne a en charge quarante lits», s’inquiète le rapport. L’hôpital de Corinthe illustre cruellement cette situation. Il devrait compter, raconte sa directrice, Dimitra Kalomiri, «84 postes de médecins et 306 d’infirmiers». Mais, déplore-t-elle, «seules 60 places de médecins et 197 d’infirmiers sont pourvues». Même litanie dans les hôpitaux d’Athènes.

Dans la capitale grecque, à Evangelismós - le plus grand établissement de Grèce et des Balkans -, comme le souligne sa directrice, Nagia Goulaki-Mitsaki, «259 postes de médecins et 240 d’infirmiers sont vacants» sur quelque 2 100 postes. La Grèce assiste, impuissante, à un exode de ses médecins. Depuis 2009, 18 000 ont fui le pays. La faute à la crise sans fin, aux coupes budgétaires, bien sûr, et à la chute vertigineuse des salaires : -45% en moyenne. La plupart ont migré en Allemagne ou au Royaume-Uni. Et l’avenir s’envisage avec pessimisme car la relève n’est pas assurée. La Grèce manque d’internes ou de médecins en cours de spécialisation. Quant aux quelques recrutements, ils sont précaires et mal rémunérés.

Cette véritable crise du système de santé publique résulte de cinq années noires. «Entre 2010 et 2014, ce secteur a été une cible privilégiée des mémorandums [les accords signés entre la Grèce et ses créanciers, ndlr]», explique à Libération le ministre grec de la Santé, Andréas Xanthós. Entre 2009 et 2014, les Grecs ont vu les dépenses de santé passer de 23,2 milliards d’euros en 2009, à 14,7 milliards en 2014, rappelle-t-il. En Allemagne, elles s’élèvent à 322 milliards, contre 274 milliards en 2009. Et ce alors que Berlin exige d’Athènes toujours plus d’austérité.

«Pour certains, ce fut la fête pendant longtemps dans le secteur de la santé, reconnaît pourtant le ministre grec. La corruption était endémique et a bénéficié à nombre de grands groupes pharmaceutiques.» On dit que l’un d’eux aurait, entre 2006 et 2014, arrosé de pots-de-vin fonctionnaires et médecins pour augmenter les prescriptions ou obtenir des prix plus élevés pour ses médicaments. «Des produits étaient surfacturés, le matériel acheté indépendamment des besoins réels à des fournisseurs privilégiés, témoigne un haut cadre de l’hôpital de Corinthe. Un ou deux hauts responsables empochaient de juteuses commissions.»

 

Le privé, «trop cher»

Cela n’a pas empêché le Pasok (parti social-démocrate) et Nouvelle Démocratie (droite), au pouvoir entre 2006 et 2010, d’avoir multiplié «les coupes drastiques», précise Andréas Xanthós, sous couvert de respect des réductions des dépenses publiques fixées par les créanciers de la Grèce. A la clé, «fermetures d’hôpitaux, suppressions de postes, baisses de salaires, hausse globale du coût des soins à la charge des malades, introduction d’un forfait de 5 euros pour tous», rappelle à Libération le ministre : «Ce fut une privatisation passive.» Alors qu’il aurait fallu, selon un haut responsable hospitalier, opérer un grand ménage et rationaliser le système. Au lieu de ça, la seule logique comptable a prévalu.

Le budget de l’hôpital d’Evangelismós a par exemple été divisé par deux entre 2010 et 2016 et représente aujourd’hui 215 millions d’euros. «Le gouvernement Syriza arrivé en 2015 a impulsé des changements dans le secteur médical», reconnaît Giorgos Vichas. Ce cardiologue hospitalier a créé en 2011 le premier dispensaire social dans la banlieue d’Athènes. Lui et ses équipes médicales se sont félicitées que le gouvernement d’Aléxis Tsípras mette en place une centrale nationale d’achat des médicaments pour enrayer la corruption, en plus de «supprimer le forfait de 5 euros et donner à tous un accès gratuit aux soins dans les hôpitaux publics». Il l’assure, «ce fut une légère bouffée d’air pour la population», dont 25% est au chômage et un tiers vit sous le seuil de pauvreté. Mais il tempête : «Les plus défavorisés ont été les plus touchés par les coupes dans la santé !»

Takis, la cinquantaine, est l’un d’entre eux. Il a accompagné sa femme à Evangelismós. «Malgré les douleurs, elle a attendu six heures pour voir un médecin, se plaint-il. Dans le privé, c’est trop cher et pas remboursé.» Tous deux sont au chômage. Quand cet ouvrier du bâtiment travaille, c’est au noir. Pas d’autre choix que d’accepter pour tenter d’élever ses deux enfants, sans couverture sociale. Alors, en quittant les lieux, il a une angoisse : «Tant que ma femme est à l’hôpital, les médicaments sont fournis. Mais à la maison, comment faire ? Nous ne pouvons pas payer !» Entre 2 et 3 millions de travailleurs seraient sans couverture sociale. Leur seul recours est de se rendre dans les dispensaires sociaux qui collectent les médicaments. «Les malades sous traitement qui n’ont pas les moyens de s’acquitter de la part à leur charge sont toujours plus nombreux, déplore le cardiologue Giorgos Vichas. Certains ont même renoncé à se soigner, notamment pour les chimiothérapies, onéreuses.»

Ce fut le cas de la mère de Dimitra, quadragénaire au chômage. Elle raconte son long calvaire, la gorge nouée : «Maman a d’abord été hospitalisée loin de chez elle. Puis elle aurait dû continuer le traitement en hôpital de jour. Elle n’en avait pas les moyens, elle ne s’est pas soignée… C’est indigne d’en arriver là.»

En mars, la FPTHP a révélé qu’à l’hôpital de Vólos, en Thessalie, «cinq malades atteints du cancer ont été renvoyés vers d’autres établissements car le budget pour les chimiothérapies était épuisé». «Les patients pleurent et disent qu’ils vont rentrer chez eux pour mourir», témoigne un médecin.

 

«Il est souvent trop tard»

«A cause de dizaines d’hôpitaux et de polycliniques régionales fermés entre 2010 et 2014, la plupart des patients ne peuvent venir qu’ici, souvent loin de leur domicile. Trop cher pour eux», souligne Ilias Sioras, cardiologue à Evangelismós. «Or, précise-t-il, quand les patients arrivent, ils sont dans un état de maladie avancé. Il est même souvent déjà trop tard. Ils n’ont pas été pris en charge à temps.» Le cardiologue ajoute : «Les listes d’attente sont très longues, les chambres hospitalières surchargées. Faute de moyens, la situation s’est dégradée.»

A Evangelismós, nombre de toilettes sont par ailleurs «hors service». Dans celles de l’hôpital de Corinthe, il n’y a ni papier ni savon. Des salles nécessiteraient des réparations. Les patients ressentent la pénurie. Dès son arrivée, Anna était passée à la cafétéria acheter «le nécessaire : savon, mousse à raser…» «Avec la crise, nous avons augmenté le stock de produits hygiéniques de première nécessité. Ils n’étaient plus disponibles dans les chambres», explique le responsable de la cafétéria. L’infirmier en chef montre, lui, des couvertures dans son bureau : «Elles ont été laissées par des familles de malades et ne sont pas réglementaires. Je les garde quand même, nous n’avons pas de stock.»

Certains soins de base ne sont même plus assurés. «Les patients sans assurance doivent obligatoirement aller dans le public. Mais dans beaucoup d’hôpitaux, l’équipement est défaillant», explique le cardiologue Giorgos Vichas. Son confrère Ilias Sioras résume le dilemme : «Nous cherchons des solutions inexistantes. Comment faire des économies dans un système aussi dégradé ?» Avant d’alerter : «En cas de catastrophe, comme un tremblement de terre dans ce pays à fort risque sismique, le système ne pourra pas survivre. La population non plus.»

Fabien Perrier Envoyé spécial à Athènes et Corinthe

 

 

 

 

Source : http://www.liberation.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Grèce
commenter cet article
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 17:41

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/c-est-nabum/blog/140617/la-dissolution-du-peuple

 

 

La dissolution du peuple

 

 

L’entre-soi des nouveaux privilégiés.

 

En Marche à R'cule !

 

 

cdn-well-v-17252

Le grand coup de balai promis aura lieu. Je reste sans voix d’ailleurs tant je pensais que les positions des vieux barons arrogants demeureraient inébranlables. C’était sans compter sur la désespérance d’un peuple qui ne se sent plus concerné par la chose publique. Il faut bien reconnaître, à sa décharge, que les politicards professionnels, les grands partis mafieux avaient tout fait au préalable pour confisquer la démocratie à leur seul profit. Qu’ils soient à leur tour poussés vers la sortie à grands coups de pieds au C... n’est qu’un juste retour de bâton !

Mais en attendant, la représentation nationale va atteindre encore à la caricature. La nouvelle vague amplifiant plus encore le phénomène d’évincement du peuple réel des instances décisionnaires. À la place des vieilles badernes adipeuses et prétentieuses, nous allons avoir des jeunes loups aux dents acérées, des ambitieuses issues d’une classe sociale qui n’a jamais mis les mains dans le cambouis. La belle opération que voilà, les vieux, les retraités, les ouvriers, les paysans, les pauvres, les chômeurs n’auront plus la parole ni même le moindre porte-voix dans cet hémicycle qui va prendre des allures de sauterie à paillettes.

La moitié des électeurs ne s’est pas déplacée et il en ira plus mal encore lors du prochain tour. La Démocratie s’est vidée de sa signification par la faute même d’un système qui amplifie à la déraison une petite supériorité numérique. Rayer le peuple de la carte électorale pour se permettre des réformes qui vont toutes contre ses intérêts, anéantir les droits et les protections, c’est transformer le pays en une jungle libérale absolue.

Le risque est immense de la désespérance. La colère prendra le relais de l’indifférence et de la déception sourde. À ainsi mépriser puis effacer les souffrances et les difficultés, les nantis se sont assuré un triomphe facile, une ascension aisée, un couronnement sans résistance. Mais que faire d’une chambre qui n’est que la copie conforme des privilèges et des réussites ? Les autres doivent-ils être éliminés ? L'eugénisme est en marche et la ségrégation par la réussite une certitude. Malheur aux exclus de la galette !

Celui qui ne peut plus se faire entendre finit par hurler avant que de se mettre à mordre et pire encore. C’est la terrible réalité de la nature et le gentil banquier lisse et ses sbires ont bien tort de se réjouir d'une victoire éclatante trompeuse et factice. Les éclats justement seront pour bientôt, quand ceux qu’ils vont harceler sans cesse par des ordonnances honteuses, des mesures injustes, des décisions iniques finiront par avoir la rage.

Balayer les sortants pour mettre en place une cohorte qui ne fera qu’endosser les mêmes habits, prendre les mêmes travers, se fondre dans les déplorables habitudes passées n’a aucune utilité. Le peuple a renoncé à se faire entendre car il a compris qu’il n’est jamais représenté. Ce n’est pas en changeant les têtes d’affiche qu’il a la moindre chance d’être compris. Celles-là sont certes nouvelles mais tout autant éloignées de ses préoccupations et de sa réalité.

Ce système est entièrement à changer car il donne tous les pouvoirs à une caste qui ne représente qu’une infime partie de la société. C’est un accaparement scandaleux du pouvoir, un complot médiatique fomenté par des valets d’un libéralisme sans état d’âme, par des serviteurs de groupes de pression souterrains qui font ramasser la mise au profit d’un tiers état qui va retourner à sa situation d’avant 1789.

Le banquier lisse vient de réaliser un coup d’éclat sans précédent dans l’histoire qui n’est en réalité qu’un habile et insidieux coup d’état inodore et incolore. Pourtant déjà nous arrivent les remugles de ce qu’il va mettre en place. Les coupes honteuses dans nos droits, le racket fiscal pour les plus faibles, les avantages pour les plus riches. Nous changeons de régime, le pouvoir est aux mains d’un pion de la banque et de la finance internationale.

Le peuple s’abstient de tout commentaire tout autant que de participer à cette farce. Il sait qu’il va être harcelé, martyrisé, nié par la secte de l’argent roi. Une période noire s’ouvre à ceux qui n’ont pas l’heur d’être dans le rang des élus de la prospérité, des princes de la réussite, des champions de la jeunesse triomphante et privilégiée. Prosternons-nous devant sa majesté Emmanuel premier et sa nouvelle cour. Nous ne sommes rien qui vaille pour ces dignes représentants de l’iniquité.

Dépitement sien

 

 

124

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/c-est-nabum/blog/140617/la-dissolution-du-peuple

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 21:48

 

 

Source : http://www.liberation.fr

 

 

 

Tribune

Non au procès des militants de L214 !

Par Un collectif de chercheurs

 

 

 

 

Lors de la manifestation de l'association L214 qui dénonce le traitement des animaux dans les abattoirs français, à Paris, le 19 septembre 2016.

Lors de la manifestation de l'association L214 qui dénonce le traitement des animaux dans les abattoirs français, à Paris, le 19 septembre 2016. Photo Albert Facelly pour Libération

Deux militants de l'association L214, qui lutte contre la maltraitance animale et la consommation de viande, sont jugés ce lundi pour avoir pénétré dans un abattoir. Des chercheurs soutiennent leur travail légitime.

Dans la nuit du 12 au 13 décembre 2016, deux militants de l’association L214 sont interpellés par la gendarmerie à l’entrée de l’abattoir Guy Harang (à Houdan, Yvelines). Ils viennent récupérer la caméra placée dans l’établissement. Ce lundi, ils sont jugés au tribunal correctionnel de Versailles pour «violation de domicile» et «tentative d’atteinte à la vie privée par fixation, enregistrement ou transmission de l’image».

 

Cet établissement n’est pas n’importe lequel : il est l’un des rares abattoirs à s’être équipé d’un système de vidéosurveillance. En réaction aux premières enquêtes réalisées par l’association L214, 13 caméras filmant l’intérieur et l’extérieur du bâtiment avaient été installées par la direction, qui se réserve l’accès aux images. Cet abattoir a en outre fait l’objet d’un contrôle par la direction départementale de la protection des populations (DDPP) des Yvelines en avril 2016, à l’issue duquel seuls «quelques gestes inappropriés» avaient été relevés, l’abattoir étant globalement évalué «B – non-conformité mineure». «La maîtrise de la protection animale est en grande partie satisfaisante malgré le constat de points de fragilité» constatés (1). Ces éléments peuvent donner à penser qu’il s’agit d’un établissement soucieux d’appliquer une réglementation qui proscrit les «souffrances inutiles» à l’acte de mise à mort.

 

Ce que la direction de l’abattoir ignorait, c’est que d’autres caméras – non placées par elle-même – ouvraient l’œil sur le traitement des cochons au cœur de l’enceinte. Contredisant le constat lénifiant de la DDPP et la mansuétude de la direction de l’abattoir, les mauvais traitements subis par les animaux étaient dévoilés au public dans l’émission de télévision Envoyé Spécial, le 17 février, soit deux mois après la garde à vue des militants. Des images bouleversantes révèlent l’entassement des animaux dans la bouverie, les coups de pied et les décharges à répétition à l’aide d’aiguillons électriques par les salariés pour faire avancer, vers la tuerie, des animaux qui regimbent. La peur, patente dans leur résistance, ne doit pas être omise dans la considération de la situation des animaux à l’abattoir.

 

Lorsque les militants ont été arrêtés, ils venaient récupérer la caméra qui aurait permis de montrer la réalité de la narcose par CO2, une méthode «d’étourdissement» qui porte mal son nom. En effet, loin de sombrer paisiblement dans l’inconscience, les cochons crient, se débattent dans la cuve de dioxyde de carbone pour échapper à l’asphyxie. Aucun journaliste n’a qualifié d’étourdissement le calvaire des cochons à l’abattoir d’Alès en octobre 2015 : les images, insupportables, forçaient à reconnaître l’extrême souffrance des animaux.

 

L’association L214 a porté plainte pour «mauvais traitements sur animaux» contre l’abattoir Guy Harang auprès du tribunal de grande instance de Versailles. Gageons que le jugement donnera raison à L214, comme cela a été le cas pour l’abattoir du Vigan (le plus petit abattoir public de France), où des peines inédites ont été prononcées à l’encontre de l’employé mais aussi à l’encontre de l’exploitant (prison avec sursis et amendes, interdiction d’exercer durant cinq ans dans un abattoir).

 

Il n’est que trop clair que sans le travail des militants, rien de ce qui se déroule dans les abattoirs n’aurait été mis au jour, alors que cette réalité nous concerne tous, mangeurs ou non mangeurs de chair animale. Cette action est légitime. Selon la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), les discussions relatives à la protection des animaux relèvent d’un «intérêt général légitime» (2) ; «les associations de protection des animaux jouent un rôle de chien de garde public semblable à celui de la presse» (3). Enfin, comme le proclame un troisième arrêt, la «collecte d’informations d’intérêt général aux fins de constituer un débat public» (4) fait partie de la mission des militants. C’est bien dans ce cadre que l’association L214 agit : dans l’intérêt général des animaux et des humains (consommateurs, citoyens et salariés), et ce, sans but lucratif. C’est à cette fin que, en quelques mois, de nombreuses images filmées dans plusieurs abattoirs de France (Le Vigan, Alès, Pézenas, Mauléon-Licharre, Limoges…) ont été diffusées grâce à l’aide de salariés indignés par le traitement des animaux. Ce sont ces images qui, incontestablement, nous ont permis de prendre conscience de ce qu’endurent ces animaux destinés à nous nourrir et d’ouvrir un débat de fond sur la place des animaux dans notre société.

 

Indispensables, ces enquêtes pallient une carence de l’Etat qui, à l’évidence, par le biais de ses services vétérinaires (DDPP), ferme les yeux sur des infractions majeures et répétées à la loi dans les abattoirs. Combien de preuves faudra-t-il encore pour que l’Etat se donne véritablement les moyens de faire appliquer une réglementation pourtant minimale : éviter les souffrances inutiles ? La condition des animaux dans ces lieux singuliers où ils sont rassemblés pour être tués doit être connue de tous pour que les choix soient éclairés. C’est pourquoi nous soutenons le travail légitime des deux militants de l’association L214 qui sont jugés ce lundi, saluons leur courage et reconnaissons leur rôle de lanceurs d’alerte.

 

Signataires : Eric Baratay, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lyon Jean Moulin. Renaud Barbaras, philosophe, professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Donato Bergandi, philosophe, professeur au Muséum national d’Histoire naturelle. Christian Berner, philosophe, professeur à l’université de Lille 3. Etienne Bimbenet, philosophe, professeur à l’université Bordeaux Montaigne. Céline Borello, historienne, professeur à l’université du Maine. Florence Burgat, philosophe, directeur de recherche, INRA/ Ecole Normale Supérieure. Anne-Blandine Caire, professeur de droit privé à l’université Clermont Auvergne. Belinda Cannone, maître de conférences en littérature comparée à l’université de Caen Basse-Normandie. Emilie Hache, philosophe, maître de conférences à l’université de Paris Nanterre. Maren Köpp, maître de conférences au Département d’Arts plastiques à l’université de Paris 8. Geoffroy de Lagasnerie, philosophe, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy. Catherine Larrère, philosophe, professeur émérite à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Philippe Léna, géographe, directeur de recherche émérite, IRD/MNHN. Véronique Le Ru, philosophe, professeure à l’université de Reims. Ninon Maillard, maître de conférences en Histoire du droit à l’université de Nantes. Christine Marcandier, maître de conférences en littérature classique à l’université Aix-Marseille. Fabien Marchadier, professeur de droit privé à l’université de Poitiers. Vincent Message, maître de conférences en littérature générale et comparée à l’université de Paris 8. Joël Minet, zoologiste, professeur au MNHN. Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherche au CNRS. Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue à l’EHESS. François Noudelmann, philosophe, Professeur à l’université de Paris 8. Sylvie Perceau, helléniste, maîtresse de conférences à l’université d’Amiens. Xavier Perrot, maître de conférences en Histoire du droit à l’université de Limoges. Dominique Pradelle, philosophe, professeur à l’université de Paris-Sorbonne. Joëlle Proust, philosophe, directeur de recherche, Institut Jean Nicod, Ecole Normale Supérieure. Pierre-Yves Quiviger, philosophe, professeur à l’université de Nice Sophia Antipolis. Philippe Reigné, professeur de droit privé au Conservatoire national des arts et métiers. Pierre Serna, professeur d’histoire de la Révolution française à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Céline Spector, philosophe, professeur à l’université Paris-Sorbonne. Lorenzo Vinciguerra, philosophe, professeur à l’université de Picardie. Gabrièle Wersinger-Taylor, philosophe, professeure à l’université de Reims.

(1) https://www.l214.com/communiques/2017/02/17-enquete-abattoir-Houdan/imgs/78_GUY_HARANG_ABATTOIR.pdf

(2) Arrêt Bladet Tromso / Norvège du 20 mai 1999.

(3) Animal Defenders International / Royaume-Uni du 22 avril 2013.

(4) Guseva / Bulgarie du 17 février 2015.

 

Un collectif de chercheurs

 

 

 

Source : http://www.liberation.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions Ils réagissent
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 21:35

 

 

Source : http://m.20minutes.fr/sante

 

 

SANTE

Agriculture bio: L'Europe veut autoriser les pesticides et réduire les contrôles qualité dans la filière

 

 

 

 

 

Du fromage bio, portant le label AB (agriculture biologique).

Du fromage bio, portant le label AB (agriculture biologique). — SIMON ISABELLE/SIPA

 

Le Conseil européen agricole envisage d'assouplir les normes et même d'autoriser, dans certains cas, la présence de pesticides dans les productions issues de l'agriculture biologique...

L’inquiétude monte parmi les producteurs, transformateurs et distributeurs de la filière bio en France. Le Conseil européen agricole, qui se tient ce lundi à Bruxelles (Belgique), examine un projet de modification du règlement européen sur l’agriculture biologique, lancé en 2014 par la Commission européenne.

 

La qualité du label bio en danger

Le texte, présenté ce jour aux ministres de l’agriculture européens, doit « définir les modes de production, de transformation, de conservation et de commercialisation dans toute l’Europe », précise Le Parisien.

Mais les professionnels du bio estiment que ce nouveau texte menace sérieusement les standards de qualité de l’agriculture biologique. Ils ont lancé vendredi un cri d’alarme, en demandant au gouvernement d’abandonner les négociations sur le nouveau projet de règlement bio européen.

Révision du règlement européen
Contaminations par les pesticides et "mesures de déclassement nationales" : une boîte de pandore ouverte

 

Des pesticides bientôt autorisés dans le bio ?

Ce nouveau projet de règlement prévoit notamment que les productions contaminées par des pesticides ne seront plus forcément déclassées du label bio, contrairement à ce qui se passe aujourd’hui.

« Chaque Etat pourra décider de ce seuil. En conséquence, certains produits contenant des pesticides pourront être vendus en présentant le label bio, en vertu du principe de la libre circulation des marchandises en Europe », détaille Le Parisien.

 

>> A lire aussi : Perturbateurs endocriniens: Des traces détectées dans des cheveux de tous les enfants

 

Un espacement des contrôles qualité

Il prévoit également un assouplissement des contrôles qualité dans les exploitations bio. Des contrôles qui ont pourtant pour objectif de vérifier le cahier des charges exigé pour bénéficier du label.

Actuellement, ils ont lieu deux fois par an : une fois de manière inopinée, et une seconde fois sur rendez-vous. Le nouveau règlement prévoit que ces contrôles n’auront lieu qu’une fois tous les 24 mois. Le secteur bio craint « des dérapages ».

 

Révision règlement européen
"Nous refusons également les dérogations au contrôle annuel promues par les législateurs européens"

 

La filière craint une baisse de confiance

« Une baisse des contrôles abîmerait la confiance des consommateurs », prédit le syndicat des distributeurs de produits bio (Synadis Bio).

Une confiance pourtant indispensable dans cette filière en plein boom. Porté par une croissance de plus de 22 % en 2016, le marché du bio représente aujourd’hui plus de 7 milliards d’euros.

 

 

Source : http://m.20minutes.fr/sante

 

 

Repost 1
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 21:15

 

 

Source : http://www.huffingtonpost.fr/gerard-filoche

 

 

LES BLOGS

Macron et sa majorité préparent la plus terrible attaque contre nos salaires de toute notre histoire

Ce n’est pas une politique "du centre" c’est une politique à la Margaret Thatcher qui menace.

 

13/06/2017 07:00 CEST | Actualisé il y a 16 heures

 

Gérard Filoche Membre du bureau national du Parti socialiste 

 

 

 

POOL New / Reuters
Macron et sa majorité préparent la plus terrible attaque contre nos salaires de toute notre histoire.

En plus des ordonnances pour la casse d'un siècle de droit du travail, Macron, confirmant sa majorité, prépare la plus terrible attaque contre nos salaires de toute l'histoire de notre pays.

 

 

Du jamais vu.

 

Il va supprimer le salaire brut.

 

Ce n'est pas une politique "du centre" c'est une politique à la Margaret Thatcher qui menace.

 

Les grands médias des 9 milliardaires font mine de nier ou déforment la réalité : comme si seul comptait le salaire net en bas de la feuille de paie.

 

 

Mais non, c'est le salaire brut qui compte!

 

Réexpliquons le à nos concitoyens car le pouvoir cherche à supprimer les feuilles de paie papier et à les "simplifier" pour ne pas qu'on voit la manœuvre.

 

 

Le salaire net c'est pour payer la force de travail.

 

Le salaire brut c'est pour payer la reproduction de la force de travail.

 

Le salaire net on vit avec au mois le mois

 

Le salaire brut on vit avec tout au long de la vie.

 

 

Le salaire net vous permet de consommer et de vivre quotidiennement.

 

Le salaire brut vous permet de faire face à tous les aléas de la vie, quand vous avez besoin de logement, quand vous êtes en charge de famille, quand vous êtes malades, quand vous avez un accident du travail ou une maladie professionnelle, quand vous êtes au chômage, et quand vous êtes en retraite.

 

Les cotisations ne sont pas des impôts, elles sont obligatoirement pré affectées à ce pourquoi elles sont collectées, elles ne vont pas aux caisses publiques, car les différentes caisses de Sécurité sociale sont de droit privé (et devraient être gérées par les cotisants, les représentants des salariés normalement élus comme cela l'était à l'origine de la "Sécu". Allez revoir le film "La sociale" de Gilles Perret).

 

Le salaire brut ce n'est pas une "charge" comme ils le disent, c'est un bonheur.

 

C'est une partie du salaire mutualisée et redistribuée à chacun selon ses besoins, c'est ce qu'il y a de plus beau dans notre pays.

 

Le salaire brut vous est redonné en "temps différé" quand vous êtes malades, en "temps indirect" pour le logement, mais aussi en "temps réel" quand vous êtes en retraite (car dans ce cas il va en direct, de ceux qui travaillent à ceux qui sont en retraite, la retraite par répartition n'est pas une épargne !).

 

C'est le capital, l'actionnaire, l'employeur qui paient votre protection sociale, le salaire brut, chaque mois, en même temps que votre salaire.

 

Macron a déjà supprimé les cotisations familiales, il a baissé les cotisations parfois jusqu'à 1,6 ou 1,9 fois le smic. Là, il supprime et remplace tout par l'impôt.

 

C'est nous, par nos impôts, qui paieront dorénavant à la place de notre patron. Un hold up de 470 milliards contre nous! Un cadeau géant de 470 milliards pour le Medef.

 

Pour tenter de masquer ça, ils vont augmenter de quelques euros votre salaire net mais baisser de centaines d'euros votre salaire brut.

 

Ils baissent le haut de la feuille de paie en faisant croire qu'ils augmentent le bas de celle-ci. C'est un coup de bonneteau.

 

Et c'est pourquoi Macron diffère le prélèvement de l'impôt à la source prévu fin janvier 2018, purement pour manipuler, cacher cette énorme arnaque.

 

Et voilà pourquoi, sur le fond, il faut résister aux effets des scrutins de mai et juin 2017, on le peut, on le doit car il s'agit pour "En marche", d'une majorité artificielle et très dangereuse:

 

1) Les abstentions du 11 juin ont une immense portée, la moitié du pays s'est détournée du résultat final. Même s'il obtient un groupe "godillot" déraisonnablement gonflé, Macron n'obtient que 31% de 50% des exprimés, ce président a été élu avec environ 14 à 16 % d'adhésion à sa personne, les autres voix il les a eues par défaut, à cause du mécanisme institutionnel en cascade anti-démocratique de la V° République. Et là, en dépit de toutes les apparences, c'est une perte sèche de plus de 30 % des voix en chiffre absolu. Ce record historique des abstentions signifie un pouvoir contesté et contestable. Quand on étudiera en détail on verra que la gauche est là mais qu'elle s'est massivement abstenue, parce que ses électeurs sont sur la défensive depuis le terrible désastre du 23 avril provoqué par l'échec tragique du quinquennat Hollande-Macron-Valls puis par la division Mélenchon-Hamon.

 

2) Le 18 juin, on peut et on doit sauver tout ce qui peut l'être des députés de gauche au deuxième tour. Si on veut additionner des voix pour ça, ce sont celles de toute la gauche, rose, rouge, verte, il faut faire tout ce qu'on peut pour un désistement systématique et réciproque FI, PCF, EELV. Sauver tout ce qu'on peut de ce camp-là c'est résister et reconstruire l'avenir avec une gauche authentique et unitaire.

 

Pour avoir un groupe parlementaire rose rouge vert indépendant capable de combattre Macron-Thatcher, j'appelle au désistement systématique et réciproque pour FI, EELV, PCF, et le PS anti Macron. J'appelle encore et toujours à l'unité à gauche décisive qui a fait si cruellement défaut. Mais que ce soit clair: pas une voix de gauche pour celles et ceux qui ont soutenu Macron où se sont réclamés de sa "majorité présidentielle".

 

 

Source : http://www.huffingtonpost.fr/gerard-filoche

 

 

Repost 1
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 21:35

 

 

Source : http://www.huffingtonpost.fr

 

 

Résultats législatives 2017: L'autre façon de voir les scores du 1er tour, c'est celle qui inclut le taux de participation

 

Avec 51,29%, l'abstention est à un niveau jamais vu dans l'histoire de la Ve République.

 

12/06/2017 00:36 CEST | Actualisé il y a 2 heures

 

AFP / Yoann Ferret
Résultats législatives 2017: L'autre façon de voir les scores du 1er tour, c'est celle qui inclut le taux de participation

LÉGISLATIVES 2017 - S'il fallait retenir un chiffre de ces élections législatives, c'est le pourcentage de l'abstention. Selon les résultats définitifs du ministère de l'Intérieur, 51,29% des électeurs ne sont pas allés voter.

 

Face à ce chiffre record sous la Ve République, un internaute, Yoann Ferret, a eu l'idée de représenter l'abstention dans un camembert. Un graphique qui met en perspective le raz-de-marée du mouvement La République en Marche (LREM) qui décrocherait entre 390 et 460 sièges à l'Assemblée nationale, avec 32,32% des suffrages.

 

Voir l'image sur Twitter

Je me suis permis de faire le graphique des vrais résultats, en % inscrits (via résultats temporaires du minist. de l'Intérieur)

 

Avec ce graphique, partagé et aimé près de 3000 fois en trois heures sur Twitter, son auteur a en fait placé les scores des partis en fonction des pourcentages d'inscrits, et non pas des pourcentages exprimés.

 

Le suffrage exprimé correspond à un vote enregistré qui n'est ni nul ni blanc. Le nombre de votes exprimés, ou nombre de voix, détermine le résultat final de l'élection qui seront pris en compte par les candidats et les médias.

 

Le nombre d'inscrits en revanche constitue le nombre total d'électeurs inscrits sur les listes électorales. Lors de cette élection législative, si 44.442.823 Français sont inscrits, ils n'ont été que 21.577.033 à s'exprimer dans l'urne. 48,71% des inscrits ont voté.

Avec ce camembert, les scores des partis politiques présents lors de ces législatives sont représentés comme si l'abstention était comptabilisée dans ce scrutin. Ainsi, LREM d'Emmanuel Macron ne décroche que 13,43% des voix chez les inscrits, contre 28,21% en suffrages exprimés (32,32% avec ses alliés du MoDem). De la même manière que les Républicains, arrivés second du 1er tour avec 15,77% des voix des suffrages exprimés (21,56% avec ses alliés UDI/DVD) qui n'ont été plébiscités que par 7,51% des inscrits.

 

 

 

Source : http://www.huffingtonpost.fr

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22