Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 15:33

 

Marianne - Rédigé par Hervé Nathan le Jeudi 10 Mai 2012 à 16:43

 

Il faut sortir la Grèce de la zone euro! C'est le cri du coeur des journalistes et de certains économistes soi-disant non conventionnels. Les deux oublient un chose: les Grecs, eux, refusent l'austérité mais veulent demeurer dans la monnaie unique. Or en Europe, c'est la démocratie qui doit primer.


Pour ceux qui se souviennent de leur cours de sciences naturelles, voici revenir le temps des les réflexes conditionnés. Rappelez vous l’expérience du russe Pavlov : le petit chien reçoit une décharge électrique et une lumière s’allume, il aboit. Au bout d’un certain nombre d’occurrence, la simple lumière rouge suffit à le faire hurler à la mort. Et bien la presse occidentale, à force de crises grecques répétées, est désormais dressée à crier « les Grecs hors de la zone euro !». C’est ce que fait ce jour le quotidien Le Monde, qui titre « le poison grec tétanise à nouveau l’Europe ». Suit un grand article qui dresse un scénario quasi inéluctable de la sortie de la Grèce de la monnaie unique. Et les journalistes ne sont pas seuls dans ce cas. On trouve le même réflexe « il faut sortir de l’euro » chez Jacques Sapir.
Dans les deux cas, un oubli plus que fâcheux : les Grecs, eux, ne veulent pas sortir de l’euro ! Ils ont voté à près de 80% pour des partis qui ne se sont pas présentés sur ce programme et à plus de la moitié pour le refus de l’austérité imposé par la troïka FMI-BCE-Union européenne. Pour les Grecs, le dernier sondage donnait 65% en faveur de la monnaie unique et une quinzaine de pour cent pour la sortie.  Alors de  deux choses l’une : soit on prend au sérieux la démocratie (« pouvoir du peuple », en grec justement) et on écoute le message des Grecs, soit on prend les citoyens grecs pour des ploucs qui n’ont rien compris alors qu’ils subissent leur cinquième année de récession, et on prétend faire le bonheur des peuples à leur place.
Nous retombons d’ailleurs dans le travers que Marianne dénonçait le 2 novembre dernier, lorsque les Européens avaient interdit au Premier ministre grec de convoquer son peuple pour voter ou non son quitus au plan de rigueur tout juste négocié en échange de l’aide européenne. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel avait contraint le malheureux Georges Papandreou à renoncer en exigeant de lui un  référendum « sur l’appartenance à la zone euro » (et donc à l’Union européenne), sous la menace de déclarer le pays en faillite.  On trouvera ici notre papier sur la nouvelle « doctrine de la souveraineté limitée » en Europe.
Merkel et Sarkozy avaient piétiné la démocratie. Elle se venge cinq moins plus tard. Car le résultat des élections en Grèce, faute de déboucher sur la formation d’un gouvernement, est l’équivalent du référendum sur l’austérité que « Merkozy » ne voulait à aucun prix. On en revient au même problème : les Grecs veulent desserrer l’étau de la récession, retrouver un avenir, et rester en Europe et dans l’euro. Il n’y a donc qu’un chemin :  il faut aider les Grecs, pas les enfoncer dans le trou noir des privations, ni les chasser comme des malpropres vers une catastrophe plus grande encore.  
Et il y a urgence : en évitant le référendum en novembre dernier, Sarkozy et Merkel ont certes reculé l’échéance, mais Hollande et Merkel se retrouvent face une situation encore plus dégradée, car en novembre 2011, il y avait encore un pouvoir politique à Athènes pour tenter de gérer la crise. En mai 2012, on s’achemine dangereusement vers l’anarchie, en plus de la crise…

PS : Les Français  ont aussi fait le choix politique de l’euro le 22 avril 2012.  Dans une campagne où la question détait posée pour la première fois depuis 1992, le seul candidat véritablement  pour la sortie de l’euro, Nicolas Dupont Aignan, qui a fait une campagne talentueuse, a récolté moins de 2% des suffrages. Marine Le Pen, elle, a mis la thématique sous un mouchoir lorsqu'elle s'est aperçue qu'elle n’était pas populaire. Le sondage en grandeur réelle du premier tour fait donc apparaître un rapport de 80/20 en faveur du maintien dans la zone euro.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 15:27

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 10.05.2012 à 13h07 • Mis à jour le 10.05.2012 à 13h07

 
 

 

Raffinerie de pétrole sur l'île de Lavan, dans le golfe Persique.

 

Les cours du pétrole ont terminé, mercredi 9 mai, sur une sixième baisse consécutive à New York, sous le coup d'une septième hausse hebdomadaire de suite des stocks de brut aux Etats-Unis et des craintes d'un retour en force de la crise de la dette européenne au vu de l'impasse politique en Grèce.

"Qu'elle soit réelle ou non, la possibilité que la Grèce puisse quitter la zone euro inquiète car cela créerait un précédent dans le sens où cela définirait une stratégie de départ que d'autres pourraient être tentés de suivre, comme l'Espagne ou l'Italie, a souligné Phil Flynn, de PFG Best. C'est une situation très incertaine."

Lire : "Athènes va recevoir une partie de l'aide européenne"

Sur le Nymex, le contrat juin sur le brut léger américain (WTI) a fini sur une perte de 0,20 dollar, soit 0,21 %, à 96,81 dollars le baril. Dans le même temps, le brent avançait en revanche de 0,24 %, soit 0,27 dollar, à 112,83 dollars. Le brent a notamment été soutenu par la fermeture d'un champ pétrolier en mer du Nord.

Les stocks américains de pétrole brut ont augmenté plus fortement que prévu la semaine dernière, a de son côté annoncé l'Agence américaine d'information sur l'énergie. Le brut léger américain subit ainsi sa plus longue série baissière depuis près de deux ans.

 

"LE BLOCAGE, C'EST POUR ÉVITER LES HAUSSES"

Le député Michel Sapin, chargé du programme du président élu François Hollande, a fait valoir mercredi que le futur gouvernement ne bloquerait pas le prix de l'essence, comme promis par le candidat PS, tant que ce prix continuerait à baisser comme actuellement.

"J'ai cru comprendre que le prix de l'essence était en train de baisser. Alors ce n'est peut-être pas le moment de bloquer quand ça baisse. Il faut bloquer quand ça monte", a-t-il estimé sur Radio Classique-Public Sénat.

Pour M. Sapin - dont le nom est cité comme possible futur locataire de Bercy -, "il faut regarder en urgence et dès la semaine prochaine" la manière dont les hausses et les baisses du prix du pétrole se répercutent sur les prix à la pompe. "Quand le prix de l'essence augmente sur le marché international, ça va très, très vite à la pompe et quand il baisse, ça va beaucoup plus lentement", a-t-il dit.

"Si les prix de l'essence continuent à baisser, les automobilistes seront les premiers à nous demander de ne pas bloquer la baisse des prix de l'essence [...]. Cela n'empêche pas une analyse précise sur la manière dont les prix sont constitués et sur les marges", a-t-il conclu.

Pour en savoir plus : "L'essence à deux euros le litre, enjeu politique" et "Le patron de Total se défend : 'Gagner de l'argent, ce n'est pas négatif'"

Lire aussi notre post de blog : "Total : réputation déplorable, pédagogie impossible"

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 15:21

 

 

LE MONDE | 10.05.2012 à 11h11 • Mis à jour le 10.05.2012 à 17h05

Par Stéphane Foucart

 
L'indication géographique est actuellement obligatoire en Europe pour le b?uf non transformé, le poisson, les fruits et les légumes frais, les ?ufs, le miel et le vin.
 

Le Parlement européen a voté, jeudi 10 mai en séance plénière, le report des "décharges budgétaires" de trois agences de l'Union : l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), l'Agence européenne du médicament (EMA) et l'Agence européenne de l'environnement (EEA).

Cette décision revient à ne pas leur donner quitus de leur gestion, pour l'exercice 2010. Elle constitue un cuisant camouflet, en particulier pour l'EFSA et l'EMA, épinglées pour une gestion contestable des conflits d'intérêts.

Ce vote intervient au lendemain de la publication d'un communiqué de l'EFSA annonçant le départ de sa présidente, Diana Banati, pour "prendre un poste à l'International Life Science Institute [ILSI]", poste "non compatible avec son rôle de membre et de présidente du conseil d'administration de l'EFSA". Mme Banati devient en effet directrice exécutive pour l'Europe de l'ILSI.

Cette organisation regroupe les principaux industriels de la pharmacie, de la chimie, de l'agroalimentaire et de la cosmétique. Elle se présente comme uniquement soucieuse de "fournir la science qui améliore la santé publique et le bien-être", mais les ONG la considèrent comme un lobby avant tout soucieux des intérêts de ses membres (PepsiCo, Monsanto, Unilever, BASF, Bayer, Nestlé, etc.).

 

CONFLITS D'INTÉRÊTS

Cette nouvelle affaire remet sur le devant de la scène les accusations récurrentes de conflits d'intérêts portées par les ONG et certains parlementaires européens contre l'agence basée à Parme (Italie), chargée d'évaluer la sécurité des éléments entrant dans la chaîne alimentaire (pesticides, additifs, résidus d'emballage, etc.).

L'histoire est en réalité ancienne. En septembre 2010, les liens de Mme Banati avec l'ILSI avaient été dévoilés par le député européen José Bové (Europe Ecologie), au cours d'une retentissante conférence de presse tenue à Bruxelles. Mme Banati, qui venait d'être reconduite à la tête du Conseil d'administration de l'EFSA, avait omis de déclarer qu'elle siégeait au conseil de direction de la branche européenne de l'ILSI. Après les révélations de M. Bové, elle avait quitté ce poste et était demeurée au sein de l'agence européenne.

Cela n'avait pas suffi à éteindre la méfiance. "Aujourd'hui, ce nouvel épisode montre que, au cours des deux années qui se sont écoulées, les liens de Mme Banati avec l'industrie sont demeurés intacts, dit M. Bové. C'est la preuve que nos protestations étaient fondées."

Les ONG ne sont pas en reste. "Il est totalement inacceptable que Mme Banati puisse aller directement d'un poste aussi important au sein d'une autorité de régulation à un poste de lobbyiste", a pour sa part commenté Nina Holland, responsable de Corporate Europe Observatory (CEO).

De son côté, la députée européenne Corinne Lepage (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe) dit, dans un communiqué, se "féliciter" du départ de Mme Banati, "dont l'implication au sein de l'ILSI est dénoncée depuis deux ans comme un cas flagrant de conflit d'intérêts". "J'encourage l'agence à prendre d'autres mesures pour mettre fin aux situations similaires de conflits d'intérêts impliquant l'ILSI au sein des panels scientifiques et des groupes d'experts", ajoute Mme Lepage.

La directrice générale de l'EFSA, Catherine Geslain-Lanéelle, conteste vivement cette lecture et met en avant les renforcements apportés depuis deux ans à la politique d'indépendance de l'agence. "L'an passé, à 356 reprises, des scientifiques ont été écartés d'une expertise en raison de leurs liens d'intérêts", fait-elle valoir.

Le départ de Diana Banati pour l'ILSI est intervenu au pire moment pour l'agence européenne. Fin mars, la commission du contrôle budgétaire du Parlement européen avait déjà demandé le "report de la décharge budgétaire" de l'EFSA pour l'exercice 2010.

 

REPORT DE LA DÉCHARGE BUDGÉTAIRE DE L'EFSA

Les griefs formulés par la rapporteure, la députée européenne Monica-Luisa Macovei (Parti populaire européen), tiennent précisément à la question des conflits d'intérêts. Son rapport rappelle ainsi que Mme Banati avait omis de déclarer ses liens d'intérêts avec l'industrie en 2010.

Très sévère, il "rappelle à [l'EFSA] que les règles régissant les déclarations d'intérêts devraient également être accompagnées d'une série de conséquences à appliquer lorsque ces règles ne sont pas respectées", et souligne que l'agence "devrait se concentrer sur l'intérêt public dans sa prise de décision indépendante, en tenant compte de toutes les données et informations pertinentes". Ce "report de la décharge budgétaire" de l'EFSA, a finalement été rendu effectif par le vote du Parlement en séance plénière.
 

"Je me réjouis du vote du Parlement, dit au Monde Mme Lepage. Il y a deux ans, nous n'étions pas plus d'une vingtaine à avoir coté le report des décharges de l'EFSA, nous étions quelque 150 l'an dernier, aujourd'hui, le report a été adopté à la majorité : cela montre que nous pouvons penser sur les règles du jeu et contribuer à les changer."
 

"Les conflits d'intérêts au sein d'agences européennes en charge de la santé des citoyens sont devenus une évidence que le Parlement n'accepte plus", a pour sa part commenté M. Bové qui a appelé l'agence à "se réformer en profondeur".

Toutefois, Mme Lepage indique qu'à ses yeux, le report de la décharge budgétaire de l'EEA n'a pas la même valeur que ceux de l'EFSA et de l'EMA, ces deux dernières étant en situation d'émettre des opinions sur des produits (médicaments, additifs alimentaires, OGM, etc.), ce qui n'est pas le cas de l'EEA.

Stéphane Foucart

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 13:54

par Daniel Mermet
du lundi au vendredi de 15h à 16h

visuel Là-bas si j'y suis
France inter - Là-bas si j'y suis - l'émission du jeudi 10 mai 2012

La dette ou la vie !

Mais d’où vient la dette ? A-t-elle été contractée dans l’intérêt général ? Peut-on alléger le fardeau de la dette sans appauvrir les peuples ?  En France le service de la dette est le premier budget de l’État, avant celui de l’Éducation Nationale.

 

La dette qui écrase le tiers monde depuis des années arrive au Nord.  A Liège, le CADTM propose des alternatives et milite pour un audit citoyen de la dette publique. Avec Éric Toussaint.  

 

Nouvelle version d'un reportage d’Antoine Chao et de Daniel Mermet.

 

Site internet du CADTM : www.cadtm.org

 

Je vous invite viviement à écouter cette émission en suivant ce lien link

*(pour y accéder, appuyer sur la touche "Ctrl" de votre clavier + cliquer gauche sur le lien ci-dessus)


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 13:49

Compte rendu A/G-Indignés du Lundi 7 Mai

 

Présents : 11

 

Nous avons le plaisir et la joie de vous annoncer la venue parmi nous de Louisa,

une Indignados de Madrid. Elle nous fait l'honneur de s'investir activement à nos assemblées et actions. A grand renfort de photos et d'explications elle nous informe de la situation très préoccupante en Espagne et notamment depuis l'arrivée de la droite. Nous la remercions chaleureusement de son soutien comme elle nous remercie de notre accueil.

 

 

A l’ordre du jour : le résultat des élections;

 

Divers;

 

1- A situation exceptionnelle, ordre du jour exceptionnel ;

La satisfaction d'avoir réussi à virer Sarko est légitime. Pour autant, il y a du pain sur la planche !

 

Le soulagement est grand mais l'Espoir est fragile !

- tout d'abord si les deux plus grandes villes du Gard : Nîmes et Alès ont voté à "gauche", le département lui est à droite !

- ensuite avec 82,81% de votants, le taux de participation est supérieur de

2,5 points à la moyenne nationale;

- enfin si on cumule abstentions et votes blancs et nuls, c'est encore un potentiel de 116 525 votants (22,71%) qui ne s'est pas déterminé.

 

Il est donc clair que le FN n'a pas suivi les consignes de son leader et que le travail à faire pour les législatives reste trés important. Et il est d'autant plus important que si Sarko et sa bande ont été sanctionné, la mafia Bouygues- Lagardère-Béthancourt-Dassault-Servier-.... et toute la bande du CAC 40 eux sont toujours en place.

 

Nous, Indignés qui occupons la rue depuis Un An avec nos petits moyens, estimons que nous avons joué un rôle important dans la défaîte de Sarko. Nous n'avons eu de cesse de dénoncer ce système à broyer les peuples, et les soutiens des passants ne se comptent plus. Nous avons changé de président mais le système perdure. Ce sont les raisons pour lesquelles les Indignés vont continuer à "tenir le terrain" et suivre le calendrier de leurs permanences des lundi-mercredi et samedi.

 

Première action du quinquennat ce samedi 12 Mai avec le mouvement international des Indignés. Ils ne nous représentent pas ! en sera le thème central pour lutter contre les marchés, les banksters, l'oligarchie financière, les flots de milliards

d' euros ou de dollars qui circulent chaque jour au Palais Brongniard, à la City, à Wallstreet.......etc !

 

D'autre part, dans le pays plusieurs bombes à retardement du type "licenciements protégés" pour raison électorales vont exploser dans les semaines à venir et la situation économique va s'envenimer très rapidement.

Autre pays concerné par des élections ce dimanche était la Grèce. Dans ce pays complètement ravagé par les conséquences de la guerre économique, les votants ont reporté leurs suffrages sur les "extrêmes" droite et gauche. Les grands partis responsables de la situation ont été sévèrement sanctionnés avec un PS tombé à 14% par exemple.

Nous devons garder un oeil ouvert sur leur situation. En effet dans ce pays, laboratoire pour ce capitalisme sauvage, nous avons des banques françaises

responsables pour partie de leur situation. Nous devons continuer à soutenir ce

peuple.

 

 

2- Divers :

 

a- Le printemps Erable

 

Il y a sur le continent Nord-Américain un pays où les étudiants mènent une grève historique depuis 3 mois !

La raison ? L'augmentation de 150% des frais de scolarité et universitaires !

Ce pays c'est le Québec ! Pays dont les bases de la société sont pour l'instant inscrites dans le système nord-américain libéral, capitaliste et "démocratique" (défense de rire) mais surtout à l' idéologie "utilisateur-payeur".

Dans un pays de 8 millions d'habitants, 180 000 étudiants sont en grève et récemment 200 000 étudiants ont défilé pacifiquement dans les rues de Montréal. Du jamais vu !

En réaction, leur gouvernement se pavane devant les médias en se vantant de pouvoir écraser ce mouvement, que la hausse sera maintenue et qu'elle ne sera réduite d'aucune façon. En clair il verse de l'huile sur le feu. Cet air de mépris nous l'avons vécu. Cela ne vous rappelle rien ?

En fait, derrière l'augmentation des frais ce que dénoncent les étudiants c'est le transfert d'une éducation de bien public et gratuite sur une conception néolibérale et individuelle. C'est avant tout la sélection par l'argent !

Il paraît que la journée internationale des Indignés s'annonce bien par là-bas;

Bon courage chers cousins et tenez bon !

 

b- Infos diverses

 

Jeudi 10 Mai 19h Bourse du travail à Alès: rencontre avec 3 militants syndicalistes libertaires grecs;

 

Brocante : Nous rappelons que notre mouvement fonctionne en autogestion depuis un an. Pour financer nos activités nous participons aux brocantes.

Ce dimanche 13 Mai aura lieu place ST Charles une brocante où nous y avons un emplacement. Nous comptons sur votre participation ! A dimanche ! ! ! !

 

Jardin : petites nouvelles du jardin des Indignés :

- Les salades sont très belles et prêtes à déguster.

- Les fraisiers sont en fleurs, la première fraise sera pour Marleen ;

- Une vingtaine de plans de tomates sont en terre depuis hier ;

 

La présence de ce paragraphe sur le jardin peut paraître décalé, cependant c'est la mise en application de notre philosophie de vie.

 

 

Bonne lecture et.................. à bientôt !

 

On ne lâche rien !

 

En l'honneur de Louisa : El pueblo unido jamas sera vincido ! 

 


Repost 0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 22:51

 

radio-canada.ca

Mise à jour le mercredi 9 mai 2012 à 14 h 41 HAE
Occupons Halifax L'éviction des indignés à Halifax en novembre 2011 (archives).   © CBC

 

La Couronne laisse tomber les accusations portées contre 11 membres du groupe Occupons la Nouvelle-Écosse l'automne dernier.

Ils avaient été arrêtés par la police d'Halifax après avoir été expulsés du parc Victoria, en novembre 2011.

Selon le procureur de la Couronne, Rick Woodburn, il n'y avait aucune chance de condamnation sur des accusations d'entrave à la justice.

La décision réjouit John Thibeau, l'un des accusés. « C'est presque sept mois que l'on combat les [accusations]. Il y a beaucoup de soulagement pour toutes les personnes qui étaient là. On voit ça comme une victoire pour nous, une petite victoire », dit-il.

Selon John Thibeau, les indignés envisagent d'organiser une autre occupation.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 22:45

letelegramme.com - Europe

 

9 mai 2012 à 12h16

 

Ils avaient surpris l'Espagne, et le monde, en surgissant pour dénoncer la crise, la corruption et un chômage record. A l'occasion de leur 1er anniversaire, les "indignés" veulent reprendre la rue du 12 au 15 mai et contredire ainsi ceux qui prétendent qu'ils ont disparu.

 

Lire également :
> Tous nos articles sur les indignés

Sous le slogan "Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiques et des banquiers", des manifestations sont convoquées dans environ 80 villes d'Espagne le 12 mai, dont Madrid et Barcelone. Des rassemblements sont également prévus hors des frontières espagnoles ce jour-là, surtout en Europe, aux Etats-Unis et en Amérique latine, sous le mot d'ordre "Unis pour un changement global".

En France, plusieurs manifestations sont également prévus. A Rennes, un rassemblement sous la forme d'un pique-nique est organisé à 11 h 30, place de la mairie, le 12 mai 2012. "Chacun amène son sandwich et sa boisson, et on se pose tous ensemble sur place ! En conformité avec la loi, cet apéro est bien entendu sans alcool dont la consommation sur la voie publique est interdit", indique un blog spécialement dédié à cet événement.

La carte des manifestations prévues dans le monde : ( Pour la visualiser, appuyer sur la touche "Ctrl" de votre clavier + cliquer gauche sur ce "link"


Quatre jours d'assemblées
A Madrid, les manifestants prévoient de poursuivre la mobilisation en organisant des assemblées thématiques tous les jours jusqu'au 15 mai, dont une "permanente" qui devrait s'installer sur la Puerta del Sol. C'est sur cette place, au coeur de la capitale, qu'avait éclos un campement il y a un an, véritable ville champignon surgie après une manifestation convoquée sur l'internet par un collectif de citoyens alors méconnu, Democracia Real Ya (DRY). Pendant un mois, cet amas de tentes et de bâches en plastique était devenu le symbole d'un ras-le-bol qui avait surpris un pays où, malgré la crise, le mécontentement s'était jusque-là peu exprimé.

Cette année, les autorités ont autorisé des rassemblements temporaires du 12 au 15 mai sur la Puerta del Sol. Mais la tension plane autour de l'éventualité que certains décident d'y camper. "Evidemment qu'il n'y aura pas de campements parce qu'ils sont illégaux", a mis en garde le ministre de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz.

 

 

Les indignés moins visibles
Reste le doute pesant sur l'ampleur que prendra cette fois la mobilisation en Espagne. Le taux de chômage vient d'atteindre un nouveau record, avec un actif sur quatre (24,4%) sans emploi. Le gouvernement conservateur a présenté le budget le plus austère de son histoire et ordonné de lourdes coupes dans les secteurs sensibles de la santé et de l'éducation. Un terrain fertile, a priori, pour que l'anniversaire du mouvement soit un succès.

Mais à la différence d'il y a un an, les rues d'Espagne vibrent désormais presque chaque semaine au rythme de nombreuses manifestations convoquées par les syndicats contre la rigueur. Les "indignés" pourraient être noyés dans ce flot de mobilisations, d'autant qu'ils ont déjà perdu en visibilité.

Pas d'interlocuteurs identifiés
"Le mouvement est toujours là, mais il n'est plus dans la rue: il est sur l'internet, sur les réseaux sociaux", explique Noelia Moreno, 30 ans. "Faute d'avoir une tête visible, il s'est dilué aux yeux de l'opinion publique et des médias", admet cependant cette chômeuse qui s'était précipitée à Madrid depuis Pampelune (nord) le 16 mai, pour s'installer dans le campement improvisé.

Conscient de cette perte d'influence, une partie de DRY a décidé fin avril de créer une association. Mais le retour de bâton a été violent: les insultes ont fusé sur l'internet, d'autres "indignés" les accusant de trahison. "Une structure totalement horizontale n'était pas opérationnelle", a expliqué Fabio Gandara, jeune architecte et l'un des fondateurs de DRY, au journal El Mundo

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 22:35

 

| Par Stéphane Alliès

 

On la redoutait esquintée, mais elle est requinquée. Maintenant qu'Eva Joly a goûté au premier plan médiatique, elle entend rester dans le jeu. Au lendemain du vote favorable à une participation gouvernementale du conseil fédéral d'Europe Ecologie–Les Verts (78 pour, 15 contre et 14 abstentions), l'ancienne candidate écolo à la présdientielle (2,3 % des voix) a convié une dizaine de journalistes à déjeuner pour faire connaître son souhait de « participer au changement ». Alors qu'une pétition a été lancée mardi, dont elle jure, preuve à l'appui, qu'elle n'y est pour rien, mais s'empresse de demander si le nombre de signataires « monte toujours aussi vite » (mercredi soir, il avait passé la barre des 11 000), Joly lâche d'emblée, de sa petite voix : « Ça me plairait bien d'avoir une mission dont on puisse mesurer l'efficacité. »

Consciente qu'elle n'a aucune chance pour occuper le poste de garde des Sceaux (« Ce serait une déclaration de guerre à Sarkozy », dit un de ses proches), l'ancienne magistrate anti-corruption ne veut pas se laisser enterrer par ses camarades écologistes, et s'estime capable de « bosser sur la régulation financière, la limitation de la spéculation et la lutte contre les paradis fiscaux ». Si elle sait que « dans la Ve République on ne postule pas, mais on est choisi », Eva Joly continue à casser les codes, se voyant bien « ministre déléguée » ou à la tête d'un « haut-commissariat ». « François Hollande a dit que son ennemi était la finance. Je le prends au mot, et je sais ce qu'il faut faire pour ça. » Présidente de la commission développement au Parlement européen depuis 2009, elle a été « consultante en délinquance financière » pour les gouvernements norvégiens et islandais durant les années 2000.

 

Eva Joly et François Hollande, au concert de SOS-Racisme, le 14 juillet 2011 
Eva Joly et François Hollande, au concert de SOS-Racisme, le 14 juillet 2011© Phototèque EELV

 

Mais après avoir estimé qu'on ne pouvait pas faire d'accord avec le PS sans sortie du nucléaire, comment justifier finalement une telle offre de service ? « J'étais dans mon rôle, et c'était avant qu'il ne soit signé. Après, je me suis seulement exprimé sur la disparition du paragraphe sur le MOX, admet-elle. Mais ce n'est pas parce que le gouvernement socialiste sera contre le nucléaire qu'il n'y a pas d'écologie à faire dans un gouvernement socialiste. Il y a déjà la fermeture de la centrale de Fessenheim, et surtout la transformation énergétique, qui sont des engagements de François Hollande. Et la situation peut être évolutive, comme à Notre-Dame-des-Landes aujourd'hui. » (lire ici).

Ainsi que l'explique son conseiller Stéphane Pocrain, « la séquence d'Eva Joly et son petit score est terminée, car elle a vu depuis quel était son capital de popularité. Lors des meetings de Limoges et de Bercy, lors du défilé du 1er mai, ou dimanche soir à la Bastille, elle était l'une des plus applaudie à chaque fois. On ne se débarrasse pas d'elle comme ça, elle a une légitimité très forte, toute aussi grande que les autres prétendants de chez EELV ». « Je ne prendrai la place de personne avec mon profil atypique, je ne suis pas interchangeable », dit-elle, après s'être sentie « comme Madonna » à la Bastille, chauffant la scène avant le discours de François Hollande.

Car on sent aussi, à l'entendre, que Joly n'a pas digéré les critiques internes de « certains Machiavel de bas-étage », et ne voit pas pourquoi elle devrait s'effacer devant d'autres cadres du mouvement écolo qui rêvent de maroquins (sont notamment cités Jean-Vincent Placé, Yannick Jadot ou François de Rugy). « À part Cécile Duflot, personne n'est incontestable, considère Patrick Farbiaz, membre de son équipe de campagne. Et un ministre n'a pas à représenter un sous-courants des Verts, mais à être connu et reconnu dans l'opinion. » « C'est Dany Cohn-Bendit et les eurodéputés qui sont venus me chercher pour que je fasse la campagne, s'irrite Joly. Et je l'ai fait jusqu'au bout, et ce fut dur. Ça, on ne peut pas me l'enlever. »

À l'entendre, le divorce est définitivement consommé avec celui qui l'a fait venir à Europe-Ecologie, qui s'en est encore pris à elle la veille : « un mauvais choix de candidate », et d'indiquer qu'il verrait bien ministres Yannick Jadot et Stéphane Gatignon. « Dany a déjà dit que sa seule erreur avait été de ne pas se présenter à la primaire du PS, où il aurait bien sûr fait 30 %. Ça en dit long sur son égo, sabre-t-elle. Il y a chez lui une part de jalousie et de mysoginie. Ce n'est pas à lui de dire qui doit être ministre et ne pas l'être. »

Le 25 avril dernier, l'ancienne candidate a discuté en face-à-face avec Hollande durant une demi-heure, mais sans parler d'avenir. Son entourage assure qu'elle a un « très bon interlocuteur » chez le nouveau président de la République, et qu'elle a défendu auprès de lui un « périmètre d'utilité ». Reste à savoir si le même président juge utile de prendre en compte sa proposition.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 22:29

 

Rue89 - Tribune 09/05/2012 à 10h00

Albert Herszkowicz | Memorial98

Il semble que Nicolas Sarkozy tienne à soigner sa sortie de scène. Après avoir mené une campagne entièrement tournée vers des thèmes nationalistes et xénophobes, après avoir proclamé que le Front national est un parti démocratique et républicain, il tente maintenant de prendre de la hauteur. Cela annonce sans doute des plans de futur retour.

Ainsi il a invité François Hollande à présider avec lui la cérémonie du 8 mai commémorant la défaite du nazisme en 1945, comme le veut d’ailleurs la tradition constante de la présidentielle qui se tient toujours début mai.

Or Sarkozy lui-même a au contraire boycotté la cérémonie du 8 mai 2007, alors qu’il venait d’être élu. Il pestait alors contre la « repentance » qu’il avait dénoncée tout au long de sa campagne, notamment à propos de la collaboration des autorités pétainistes avec les nazis et aussi à propos des crimes de la colonisation.

Il ne voulait donc pas se retrouver le 8 mai au côté de Chirac, qui avait quant à lui reconnu, dans un discours historique en 1995 la responsabilité des autorités françaises dans la déportation.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 22:24

 

Rue89 - Enquête 09/05/2012 à 19h04

Rozenn Le Carboulec et Anaïs Condomines | Journalistes

Fondée par l’idéologue Alain Soral, cette association vante la nation, l’honneur et la virilité, mais se défend (mal) d’être d’extrême droite.

Chez Egalité & Réconciliation, chaque parti en prend pour son grade, qu’il s’agisse du NPA ou de l’UMP. La revendication d’« E&R », c’est la « réconciliation nationale ». Dans l’optique de dépasser les clivages partisans, ethniques ou religieux, Egalité & Réconciliation prétend être une association qui rassemblerait plus de 800 « patriotes » en France. Sa devise : « Gauche du travail, droite des valeurs. »

Si ses membres refusent les étiquettes politiques, certains ne manquent pas d’en créer pour eux. Perçue comme une association d’extrême droite par le collectif antifasciste rennais, Egalité & Réconciliation fait tache dans une ville comme Rennes, connue pour sa modération politique. Le 25 mai 2011, une altercation violente opposait ses membres à des militants d’extrême gauche, devant ce même café où nous les avons rencontrés.

Pas de photo, « par sécurité »

Les opposants (gauchistes) à E&R protestaient alors contre la venue de l’écrivain Laurent James, mais le face-à-face a vite dégénéré. Il s’est soldé par l’intervention des patrons du bar, munis de flashballs. Les deux gérants ont récemment fait l’objet d’un procès, pour emploi illégal de matériel policier. Depuis, les forces de l’ordre leur ont vivement conseillé de ne plus accueillir les réunions d’E&R.

Lors de nos entretiens, aucun militantn’a souhaité être pris en photo, « par sécurité ». Quant à leur porte-parole, Guytan, 27 ans, il se présente toujours sous ce pseudonyme, jamais sous son vrai nom.

Bien qu’ils se fassent volontairement discrets, les membres d’E&R estiment n’avoir rien à se reprocher.

Pour Kévin, 31 ans, la comparaison avec l’extrême droite tiendrait au seul fait qu’Alain Soral ait été adhérent au Front National. Depuis que ce dernier a créé Egalité & Réconciliation en 2007, c’est sous sa coupe que l’identité du mouvement s’est cristallisée.

L’essayiste à la réputation sulfureuse a été militant du Parti communiste dans les années 1990, pour finalement se ranger derrière Jean-Marie Le Pen en 2005. Deux années plus tard, il devient membre du comité central du Front national, mais quitte le parti en 2009.

Depuis, il collectionne les casquettes. Soutenu par Dieudonné, avec qui il se lie d’amitié, Soral présente une liste « antisioniste » aux élections européennes de 2009.

Tantôt journaliste pour le bimensuel patriote Flash, tantôt écrivain, il enchaîne les publications, sur papier comme sur la Toile. En 2011, il publie l’une de ses œuvres phares, dont les fondements idéologiques sont largement repris par les membres d’E&R : « Comprendre l’empire : demain la gouvernance globale ou la révolte des nations ? ».

Aujourd’hui instructeur de boxe anglaise, il continue à railler les politiques à travers les nombreuses vidéos qu’il publie sur le Web. Des vidéos qui attirent chaque jour un peu plus de sympathisants.

Alain Soral, leur maître à penser

 


Alain Soral lors d’une conférence de presse pour les élections européennes de juin 2009, le 23 avril 2009 à Paris (Patrick Kovarik/AFP)

 

La majorité des membres d’E&R admettent ainsi que c’est avant tout le discours et la personnalité de ce maître à penser qui ont retenu leur attention. Kévin a adhéré à l’association il y a deux ans, après avoir lu un article d’Alain Soral, puis regardé ses vidéos :

« Tout ce qu’il dit ou fait ne me plaît pas, mais il m’a permis de mettre un fil conducteur à mes idées. »

A l’image du parcours de Soral, les jeunes d’E&R sont tous passés par des expérimentations politiques diverses, voire opposées.

Eduqué par un père de la droite gaulliste, « mais pas pour autant anticommuniste », Kévin estime avoir « toujours eu une conscience politique ».

Alors qu’il ne s’était jamais retrouvé dans un parti auparavant, il a récemment adhéré à l’Union populaire républicaine de François Asselineau. Actuellement inspecteur général des finances publiques, ce gaulliste et ancien proche de Charles Pasqua prône la sortie de l’Union européenne, « pour rétablir la démocratie en France ».

Kévin aurait voté pour lui s’il avait eu ses 500 signatures, mais il a finalement opté pour Dupont-Aignan. Bien qu’il ne soit membre d’aucun parti, après avoir été déçu par l’UMP, Guytan l’admet lui aussi : « Il n’y a rien à jeter chez Dupont-Aignan. »

« Le FN est le meilleur animal politique »

Si l’attrait de plusieurs membres d’E&R pour Debout la République semble évident, tout devient beaucoup plus flou dès qu’on évoque l’extrême droite. « Ah, le Front national, c’est compliqué… », souffle Cyril, qui a été membre du syndicat Force ouvrière pendant onze ans, puis s’est tourné vers le Parti ouvrier indépendant, avant de rencontrer Guytan.

A 22 ans, Jean-Christophe est lui étudiant en sciences politiques à la fac de droit :

« E&R appartient à une mouvance qui défend une certaine forme de nationalisme, et ça, c’est affilié à l’extrême droite. Mais les gens confondent radicalité et extrémisme. On n’est pas extrémistes. »

Pourtant, Rémy, 28 ans, ne cache pas son admiration pour Jean-Marie Le Pen. Finalement, tous s’accordent à dire que « le FN est le meilleur animal politique ». Autrement dit, le seul parti nationaliste qui aurait suffisamment de poids pour porter leurs revendications dans les sphères de pouvoir.

Vivier de recrutement pour le FN

Et à regarder d’un peu plus près les grands noms qui gravitent autour du FN d’une part, d’E&R d’autre part, il apparaît clairement que le lien entre les deux associations politiques n’est pas si ténu qu’on voudrait nous le faire croire. Frédéric Chatillon, cofondateur d’E&R, n’est autre que le conseiller en communication et l’ami proche de Marine Le Pen.

Autre initiateur du mouvement E&R, Philippe Peninque, ancien avocat, a rejoint l’équipe de campagne de la candidate FN en 2011. La frontière entre le Front national et Egalité & Réconciliation est poreuse pour ces conseillers de l’ombre, souvent hardis professionnels de la communication, qui savent jouer de l’ambiguïté entourant le groupuscule.

Pour Stéphane François, politologue spécialiste des droites radicales qui a étudié cette association, cette ambiguïté n’est pas entretenue par hasard :

« Il s’agit d’attirer des jeunes aux profils variés, qui serviront de vivier de recrutement pour le FN. »

Et cela se retrouve dans le choix de leur slogan – « Gauche du travail, droite des valeurs » – qui aurait également pour but d’attirer des jeunes de toutes sensibilités politiques. « C’est très bien travaillé pour recruter, ça fait partie d’une stratégie », analyse le politologue.

D’ailleurs, les explications des jeunes d’E&R restent floues sur cette « droite des valeurs ». Guytan finit par répondre :

« Ce sont les valeurs traditionnelles de l’honneur, de la parole donnée, du respect, de la camaraderie et de la justice. »

La gauche qu’ils défendent est quant à elle essentiellement inspirée du marxisme et favorise le travail.

« La maîtrise de son corps et de son esprit »

Malgré cette définition assez large de l’idéologie d’Egalité & Réconciliation, Guytan assure opérer une sélection à l’entrée de l’association. « A E&R, on est exigeants, on choisit les gens », défend-il.

Ainsi, pas question d’accueillir des personnes qui n’ont pas un minimum de culture politique, qui ne savent pas ce qu’ils veulent. Si l’on s’en tient à leurs témoignages, tous répondent à un certain nombre de critères, que l’on pourrait associer au proverbe latin « Mens sana in corpore sano » (un esprit sain dans un corps sain).

C’est avant tout par l’apprentissage de valeurs et d’un certain mode de vie que les membres de l’association se distinguent. Guytan décrit :

« E&R, c’est d’abord la maîtrise de son corps et de son esprit, c’est toujours intellectuel et physique. »

Pour Stéphane François, ce culte du corps relève bel et bien d’un système de valeurs d’extrême droite. « Cela fait partie d’un certain imaginaire », ajoute-t-il. Nombreux sont d’ailleurs ceux, à E&R, qui s’adonnent à une pratique sportive régulière, se tournant notamment vers les arts martiaux.

Lorsque Ludovic, 30 ans, décrit les apports d’un tel engagement, il est davantage question d’apprentissage personnel que de politique :

« C’est l’autonomie sur le corps, le sport, la voile, la découverte de différentes cultures… En un an, j’ai vraiment beaucoup progressé. »

Plusieurs fois dans l’année, le groupe organise des week-ends à la campagne, histoire de vivre à la dure pendant quelques jours.

Le plus important aux yeux de ces jeunes serait donc d’adopter une certaine hygiène de vie : manger sain, savoir bien s’entourer, lire les bons livres et faire du sport sont leurs principales lignes de conduite. Ils font sans cesse l’éloge d’œuvres vantant la nature et les grands espaces, comme celles de Jack London.

« Nationalistes révolutionnaires »

 


Logo d’Egalité & Réconciliation

 

Malgré la diversité de leurs parcours, tous ont un point commun, d’après Stéphane François : « Ce sont des nationalistes révolutionnaires. »

Le politologue décrit également :

« Ils ont une fascination pour l’islam, pour son aspect antimoderne et viril, qui vient clairement d’en haut. »

Marc George, ancien bras droit d’Alain Soral et ancien membre du FN, a lui-même affiché sa conversion il y a quelques mois. Ce qui n’empêche pas Alain Soral de vouloir combattre l’« arabisation de la France ».

La religion et la spiritualité occupent une place primordiale dans la vie de certains. « J’ai rencontré des camarades musulmans qui avaient les réponses à mes questions à E&R », confie Jean-Marie, anciennement catholique, qui s’est récemment converti à l’islam.

Ludovic, de son côté, est musulman depuis dix ans et vient de créer un club de musulmans patriotes : Fils de France. Pour son lancement, ce dernier a d’ailleurs bénéficié de la venue de Nicolas Dupont-Aignan, ou encore de Robert Ménard, fondateur de Reporters sans frontières, connu notamment pour ses prises de position en faveur de Dieudonné, et dont l’ouvrage « Vive Le Pen ! » avait suscité la polémique en 2011.

« Mon arrière-grand-père est juif, ma femme voilée »

Ces profils diversifiés sont-ils gages d’une ouverture culturelle ou une manière détournée de se défendre de tout lien avec l’extrême droite ? Toujours est-il que les arguments de Ludovic, comme ceux de ses camarades, sont bien rodés :

« Mon arrière-grand-père est juif, il a fait Auschwitz, ma femme est voilée, donc les mecs qui me traitent de fasciste… »

Là encore, les spécialistes se rejoignent pour affirmer qu’il s’agit d’une stratégie. Sylvain Crépon, spécialiste de l’extrême droite, analyse :

« Alain Soral essaye d’établir des passerelles entre les nationalistes et les jeunes musulmans. »

Il ajoute : « Ils sont obsédés par la virilité. »

Leur mouvement est très masculin. Aucune femme ne nous a d’ailleurs été présentée. Et pour cause : elles sont très minoritaires, voire quasiment absentes dans l’association. « Notre graphiste est une femme », défend Guytan. Mais à la minute d’après, la réalité reprend le dessus :

« Quand on fait des réunions, les femmes sont à la logistique, je mets les pieds sous la table. »

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22