Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 17:06

 

Source : http://www.liberation.fr

 

 

Vu du Maroc

Après la mort d'un jeune vendeur, les Marocains dans la rue contre «les lois à la tête du client»

Par Margot Chevance, correspondante au Maroc
 
 
 
  Manifestation à Al-Hoceïma, le 30 octobre, après la mort de Mouhcine Fikri. Photo Fadel Senna. AFP

La tension persiste après la mort atroce, vendredi, de Mouhcine Fikri, vendeur d'espadons. La rue dénonce la «hogra», le mépris, que subissent les plus démunis.

«C’est un martyr, nous voulons lui rendre justice», scandent les manifestants rassemblés place des Nations unies à Casablanca, à quelques pas de la vieille médina. Le tramway est à l’arrêt, la foule piétine les rails, le temps est suspendu aux slogans qui résonnent sur les murs des immeubles alentours. Dignité, justice sociale, stop aux privilèges, se répètent à l’unisson. Un peu plus loin, à l’écart, un homme brandit timidement un dessin qu’il a fait à la va-vite. On y voit un policier, hurlant, une matraque à la main.

La mort dans des circonstances tragiques du marchand de poissons Mouhcine Fikri, vendredi soir à Al-Hoceïma, a véritablement mis le Maroc en émoi. L’homme de 31 ans a été tué alors qu’il tentait de s’opposer à la saisie de sa marchandise par les autorités de la ville. Son camion transportait une cargaison d’espadons, un poisson interdit à la pêche pendant cette saison. Dans un geste désespéré, l’individu se serait précipité dans la benne du camion-poubelle pour récupérer ses poissons. Il s’est fait broyer par la machine sur le champ.

Cette scène atroce, filmée par des anonymes, a fait le tour des réseaux sociaux. La toile s’emballe, l’affaire fait exploser les compteurs de Twitter avec la création du hashtag #jesuismouhcinefikri. L’émotion suscitée s’accompagne d’un élan de solidarité sans précédent, poussant des milliers de personnes à investir les rues d’Al-Hoceïma tout au long du week-end.

 

«La hogra»

Dimanche, une foule d’anonymes a suivi, dignes et silencieux, le cortège du défunt à travers les collines du village d’Imzouren, dans la campagne d’Al-Hoceïma. Les manifestations se sont ensuite généralisées à une dizaine de grandes villes du pays. A Rabat et à Casablanca, près de 3000 personnes avaient fait le déplacement.

Dans la rue, un mot revient sans cesse, celui de la hogra, le mépris, en dialecte marocain, que subissent les personnes les plus démunies. Parmi les participants, quelques personnalités politiques, venues rendre hommage à la victime, malgré les appels du chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, à ne pas manifester.

A Casablanca, la militante de gauche Nabila Mounib, à la tête de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), très médiatisée lors des élections législatives d’octobre, est émue aux larmes. Son parti dénonce la faiblesse de l’Etat de droit, un Etat où «les lois et les réglementations sont appliquées à la tête du client». «Mouhcine Fikri est le maillon faible de la chaîne. On s’attaque à lui car c’est un petit commerçant. Dans un Etat de droit, les marchandises ne sont pas saisies comme ça sans procès-verbal», déplore Nada El Arif, membre de la FGD.

 

Pas de présence policière

Difficile pour l’heure d’anticiper la suite que prendra cette affaire. Aucun nouvel appel à manifester n’a été lancé à travers le pays. Des lycéens continuent leur sit-in depuis ce matin dans les rues d’Al Hoceïma. «L’œil du cyclone, c’est là-bas, prévient l’éditorialiste Abdellah Tourabi. Il faut y surveiller les réactions. Elles vont dépendre des suites de l’enquête demandée par le roi.»

Le nord du Maroc est une région historiquement très sensible. C’est de là que sont partis les grands mouvements contestataires des années 80, réprimés par Hassan II. La différence réside aujourd’hui dans la nature des manifestations qui ont eu lieu dimanche : dans le calme, sans débordement et quasiment sans présence policière. «C’est le reflet d’un nouvel équilibre qui se crée entre la société et l’Etat marocain. Les gens osent descendre dans la rue et on les laisse manifester», veut croire l’éditorialiste qui refuse d’y voir toute comparaison avec les événements de Sidi Bouzid, déclencheurs le 17 décembre 2010 de la révolution tunisienne.

Margot Chevance correspondante au Maroc

 

 

 

 

Source : http://www.liberation.fr

 

 

 

                                                                             **************************

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

Le roi du Maroc veut payer les frais d'avocat du chanteur Saad Lamjarred, accusé de viol en France

Mis en examen le 28 octobre en France pour "viol aggravé" et écroué, le chanteur Saad Lamjarred va profiter des largesses du roi Mohammed VI qui souhaite prendre en charge ses frais de justice...
 
 
 
Saad Lamjarred en concert en juillet 2016 à Carthage. - MOHAMMED HAMM/SIPA
 

Il est un artiste très populaire au Maroc... et le roi le lui rend bien. Mis en examen le 28 octobre en France pour viol aggravé, le chanteur Saad Lamjarred va voir ses frais de justice généreusement offerts par le roi du Maroc Mohammed VI, selon une information de ce 21 octobre. Le même, décidément particulièrement attentif au traitement de "sa" star, aurait également conseillé à la famille du chanteur de prendre Maitre Dupont-Moretti comme avocat pour sa défense.

Saad Lamjarred était en France ce week-end dans le cadre d'un concert devant se dérouler le samedi 29 au Palais des Congrès, et qui a finalement été annulé. Il est accusé d'avoir agressé sexuellement une jeune femme de 20 ans dans la nuit du mercredi précédent. C'est dans sa chambre d'hôtel qu'il aurait violenté la jeune femme avant d'abuser d'elle. Selon les premiers éléments de l'enquête, le chanteur de 31 ans avait consommé de l'alcool et des stupéfiants au moment des faits. Son avocat actuel a plaidé la relation consentie :

 

"Il s'est passé cette nuit-là ce qu'il se passe entre un homme et une femme consentante à 5 heures du matin dans une chambre d'hôtel."

 

La victime souffre "de lésions traumatiques et est fortement traumatisée. Son récit est tout à fait crédible à ce stade", selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP.

En 2010, Saad Lamjarred a déjà été mis en cause pour une affaire de viol, cette fois-ci aux Etats-Unis. Il niait déjà toute implication. Il y risque 25 ans de prison et n'a depuis jamais remis les pieds sur le territoire pour échapper à ces poursuites judiciaires. L'histoire ne dit pas si le roi du Maroc avait déjà proposé son soutien financier à l'époque...

 

 

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde Ils réagissent
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 16:48

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Alternatives concrètes

Coopératives, recyclage, solidarités, lutte contre les inégalités : ces jeunes qui créent un monde meilleur

 

par

 

 

Pendant un an, Basta ! et sept autres médias sont allés à la rencontre de jeunes qui se mobilisent pour inventer d’autres manières de travailler, manger, consommer, habiter, voyager, ou encore étudier. Habitat coopératif, jardins partagés, collocation solidaire, recyclage d’ordinateurs, aide aux migrants ou aux femmes victimes de violence, épicerie participative, café associatif... Autant d’initiatives qui démontrent l’énergie et l’ingéniosité déployées par ces jeunes, dans les espaces ruraux ou les quartiers populaires, dans des territoires relégués et quelque peu oubliés. Découvrez ou redécouvrez l’ensemble de ces reportages sur les alternatives concrètes, en voyageant sur notre carte interactive.

 

 

Médias partenaires :

 Voir la liste des articles publiés.

 Photo de une tiré de l’article Comment construire sa maison écologique en une semaine et à petit prix grâce à l’ « open source »

Ce projet a été réalisé avec le soutien de la Drac Île-de-France, dans le cadre du fonds « Médias de proximité ».

 

 

 

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 21:45

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/jacques-deparis/blog

 

 

POLICE - JUSTICE- ETAT D'URGENCE OU LA FABRIQUE DE LA CENSURE JOURNALISTIQUE

 

 

Gaspard Glanz, journaliste vidéaste fondateur de Taranis News, présent sur les mouvements sociaux à Nantes, Rennes, Paris, Calais, s'est vu déclaré "interdit de séjour" à Calais et placé sous contrôle judiciaire strict, le contraignant à un pointage hebdomadaire à... Strasbourg.
Gaspard Glanz Taranis News Gaspard Glanz Taranis News
 
 

 

Gaspard Glanz, journaliste et vidéaste de Taranis New, dont les couvertures des mouvements sociaux alimente régulièrement de ses tournages in situ, nombre de rédactions dont Médiapart. Ce dernier vient donc, pour des motifs qui seront jugés en janvier prochain, de se voir notifié lors de sa garde à vue, la quasi impossibilité de poursuivre son activité de journaliste.

Il était devenu depuis la Cop 21 et la multiplication des mouvements sociaux qui ont agités le pays, une source de "point de vue" incontournable, tant son travail, placé au cœur des nombreux affrontements, apportait des éléments probants sur la stratégie policière en terme de répression des manifestations.

 

Une de ses dernière captation, lors du mouvement illégal des policiers, a servi dans un des premiers articles de Médiapart sur le sujet.

Voici également, le traitement dont fait l'objet Gaspard Glanz de la part de l'extrême droite Bretonne (Attention c'est très violent, voir illégal...)

Je laisse évidemment l'entière responsabilité à celles et ceux qui verront un lien entre son travail de journaliste et ses déboires policières et judiciaires.

 

Voir l'article du Monde, qui détaille les motifs de son éviction "judiciaire" du terrain social...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/jacques-deparis/blog

 

 

 

                                                                               ************************      

 

 

 

Source :  http://www.lemonde.fr

 

 

Un journaliste poursuivi et interdit de séjour dans la « jungle » de Calais

 

Gaspard Glanz, habitué de la couverture des mouvements sociaux, a été interpellé mercredi. Poursuivi pour « vol », il est soumis à un strict contrôle judiciaire.

 

 

LE MONDE |

 

 

Le journaliste Gaspard Glanz a été interpellé et placé en garde à vue, mercredi 26 octobre, alors qu’il couvrait le démantèlement de la « jungle » de Calais. A l’issue de plus de trente heures dans les locaux du commissariat de la ville, le fondateur de l’agence de presse Taranis News a appris qu’il faisait l’objet de deux procédures judiciaires, l’une pour le vol de talkie-walkie des CRS dans le camp de migrants, et l’autre pour injure publique sur douze fonctionnaires de police de Rennes à la suite d’un post Facebook. Le vidéaste a également découvert qu’il faisait l’objet d’un arrêté d’interdiction de séjour dans l’arrondissement de Calais.

Taranis News, un site d’information centré sur les mouvements sociaux (manifestations, ZAD, etc.), s’est notamment fait remarquer par la présence en première ligne de ses journalistes lors du mouvement contre la loi travail. Souvent accusé de « militantisme », Gaspard Glanz, 29 ans, s’affirme « journaliste ». Il fait partie d’une nouvelle génération de reporters pratiquant l’immersion dans les manifestations, y compris lors des heurts avec les forces de l’ordre.

Lire aussi :   Vidéo et lacrymo : leurs vies de reporters en manif

A Calais, les policiers reprochent à M. Glanz d’avoir subtilisé un « émetteur-récepteur radio modèle TETRAPOL THP 900 appartenant au ministère de l’intérieur » le 1er octobre. Le journaliste avait posté sur Instagram une photo de l’objet, trouvé par terre, avec le commentaire « prise de guerre ».

 

Prise de guerre. @ Refugee Camp Calais https://www.instagram.com/p/BLBpvzGjFwG/ 

Repost 0
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 20:37

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Répression policière et médiatique

VIDEO. Calais. Après avoir réprimé les migrants, la police fait taire les médias.

Publié le 28 octobre 2016

 

 

 

Alors que l’opération médiatique du démantèlement "humanitaire" de la"jungle" de Calais tourne de plus en plus au fiasco et que les vérités de cette opération avant tout répressive commencent à êtrerévélées, la police et les pouvoirs publics se font de plus en plus autoritaires envers toute personne qui remettrait en cause le "bien-fondé" de leur action, qu’elle soit engagée dans une association humanitaire d’aide aux réfugiés ou journaliste (un peu trop) curieux. Alors que la question des mineurs devient de plus en plus problématique, une vidéo nous montre comment la presse a pu être criminalisée : trois personnes quittant la conférence de presse sont arrêtées pendant que les force de l’ordre s’organisent une zone d’impunité.

 

Repost 0
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 20:28

 

Source : http://www.lesechos.fr

 

Est-il légal de refuser Linky, le compteur électrique intelligent d'Enedis ?

Jeanne Foucault / Avocate
 

 

LE CERCLE/POINT DE VUE - Plusieurs communes françaises refusent l’installation du nouveau boîtier électrique Linky. Un rejet qui pousse aujourd’hui Enedis à entamer des procédures judiciaires contre ces municipalités.

Début octobre, Enedis (ex-ERDF) a engagé une procédure au tribunal administratif de Rennes contre la mairie de Plouguerneau (Finistère). La requête du distributeur des compteurs électriques intelligents Linky vise à annuler la décision prise par le maire de cette commune d’interdire l’installation des boîtiers dans les bâtiments publics ainsi que chez les particuliers qui en auraient fait la demande.

Fin septembre, la mairie de Cast (Finistère) était également attaquée en justice par Enedis pour avoir voté un moratoire sur l’installation des compteurs électriques nouvelle génération

La pose des compteurs Linky dans les foyers français a démarré fin 2015 et l’initiative est contestée par plusieurs maires qui n’ont pas hésité à délibérer contre l’arrivée des nouveaux boîtiers dans leur commune, une démarche conduite au nom du principe de précaution quant aux risques sanitaires que pourraient représenter Linky pour la population.

Le groupe «Stop Linky Finistère» estime sur son blog que le dispositif d'Enedis va notamment  « émettre des radiofréquences toxiques » pouvant propager des  « ondes électromagnétiques [...] classées dans le groupe 2 B "comme possiblement cancérigènes" par l'OMS »

 

L'installation protégée par une clause

Seulement, les décisions votées par ces municipalités vont à l’encontre de la loi qui prévoit et encadre l’arrivée du « smart meter ». Les compteurs électriques traditionnels sont pour beaucoup obsolètes et ne correspondent plus aux exigences technologiques imposées par l’évolution du modèle énergétique français. Les remplacer désormais par Linky fait figure d’un grand pas en avant - selon le gouvernement - vers une amélioration de la gestion de l’électricité en France.

Lire aussi :
> LE CERCLE. Le refus des compteurs Linky plonge des communes dans l'illégalité

Comme le rappelle un article paru sur le site « UFC-Que Choisir », les conditions générales de vente qui lie EDF, principal fournisseur d’électricité en France, à ses abonnés indiquent dans la partie « dispositif de comptage » qu’Enedis « peut procéder à la modification ou au remplacement de ces éléments en fonction des évolutions technologiques ».

L’installation de Linky est donc protégée par cette clause et ne peut être contestée, d’autant plus que les conditions générales d’Enedis stipulent également que « le client s’engage à prendre toute disposition pour permettre à Enedis d’effectuer la pose, la modification, l’entretien et la vérification du matériel de comptage ».

 

Les premières condamnations tombent

Tous ceux qui s’opposent au changement de leur compteur s’exposent à des poursuites judiciaires de la part d’Enedis. Mais avant d’en arriver là, une phase de conciliation a lieu. « Si on est confronté à un refus, on prend contact, on discute, on apporte les explications nécessaires, et souvent, les réticences tombent. » explique dans « L'Est républicain » Anne-Marie Goussard, membre de l’équipe d’information d’Enedis sur le compteur Linky.

Dans le cas contraire, quand ce n’est pas Enedis qui attaque, ce sont les institutions administratives qui portent l’affaire devant les tribunaux. La mairie de Montferrand-du-Périgord a récemment fait l’objet de poursuites de la part de la Préfecture de Dordogne pour avoir pris, elle aussi, une délibération interdisant l’installation des boîtiers Linky. Le 14 octobre, le tribunal administratif a suspendu cette délibération et a condamné la commune de 170 habitants à verser 1.200 euros à Enedis.

Jeanne Foucault est avocate


 

Source : http://www.lesechos.fr

 

                                                                                 ****************************

 

 

Source : http://www.amisdelaterre74.org/revue-linky-gazpar-du-22-octobre-2016.html

 

Revue Linky / Gazpar du 22 octobre 2016

22 octobre 2016, par PF

 

 

 
 

 

Une commune de Dordogne condamnée pour une délibération refusant les compteurs Linky
http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250271614753&cid=1250271605888

Pour la première fois au niveau national des mesures ont été réalisées par l’ANFR (Agence nationale des fréquences) dans le Tarn, afin de contrôler le respect des valeurs limites d’exposition du public aux ondes magnétiques dans le cadre de l’installation des très contestés compteurs Linky.
http://www.lejournaldici.com/actualite/l-info-en-continu/linky-les-mesures-0#.WAchCPRI5dk
ET/OU
http://www.energie2007.fr/actualites/fiche/5740/anfr_sdet_tarn_compteur_linky_le_sequestre.html

Est-il légal de refuser Linky, le compteur électrique intelligent d’Enedis ?
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-161666-est-il-legal-de-refuser-linky-le-compteur-electrique-intelligent-denedis-2036930.php

D’ici 2018, les foyers quimpérois doivent être équipés du nouveau compteur électrique. Certains y sont d’ores et déjà farouchement opposés.
http://www.cotequimper.fr/2016/10/19/compteur-linky-faut-il-en-avoir-peur/

Recologne-lès-Ray (70) : un collectif lance l’alerte contre les compteurs Linky
http://www.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2016/10/20/recologne-les-ray-un-collectif-lance-l-alerte-contre-les-compteurs-linky

 

 

Source : http://www.amisdelaterre74.org/revue-linky-gazpar-du-22-octobre-2016.html

 

 

                                                                         ****************************

 

Source : http://yonnelautre.fr/spip.php?article11889

 

Réponses aux questions sur le Linky, par Robin des toits

 

vendredi 28 octobre 2016 par Robin des Toits
 
 

ROBIN DES TOITS
Correspondance : 33 rue d’Amsterdam 75008 Paris
Tél. : 33 1 47 00 96 33
E-mail : contact@robindestoits.org
http://www.robindestoits.org

 

Le déploiement du Linky est-il obligatoire ?

Le déploiement du Linky n’est pas en lui-même obligatoire, c’est le déploiement de compteurs dits intelligents, permettant aux utilisateurs d’accéder aux données relatives à leur consommation de manière instantanée, qui l’est.

Cette obligation est issue de la directive n° 2009/72 du 13 juillet 2009, intégrée dans le code de l’énergie, aux articles L 341-4 et R 341-4

Quant à l’article R 341-8 du code de l’énergie, il prévoit que, conformément à la directive, 80% au moins des dispositifs de comptage doivent être des compteurs intelligents d’ici au 31 décembre 2020.

Mais pour satisfaire ces dispositions, rien n’oblige ENEDIS à utiliser la technologie du courant porteur en ligne (CPL) sur lequel repose le Linky.

Un autre type de compteur intelligent, par exemple utilisant le réseau filaire comme le demande ROBIN DES TOITS, aurait pu être prévu et pourrait encore l’être, au moins d’un point de vue technique. Une commune directement concédante – en contrat avec ENEDIS – pourrait parfaitement l’exiger.

 

Serait-il possible de contester le déploiement du Linky en alléguant qu’il n’y pas eu d’évaluation préalable favorable à ce déploiement ?

En effet, la directive du 13 juillet 2009 prévoit en son annexe I paragraphe 2 que si la mise en place de compteurs intelligents a donné lieu à une évaluation favorable, au moins 80% des clients devront en être équipés d’ici à 2020.

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a par délibération du 7 juillet 2011 proposé de généraliser le dispositif Linky après une expérimentation menée auprès de 250 000 clients.

L’on sait en revanche que dans d’autres pays, et notamment l’Allemagne, il a été décidé de ne pas déployer ce type de compteurs intelligents pour les particuliers mais de les réserver aux gros consommateurs.

 

A qui appartiennent les compteurs électriques ?

Ils appartiennent aux collectivités territoriales en application de l’article L 322-4 du code de l’énergie.

Cet article renvoie à l’article L 2224-31 IV du code général des collectivités territoriales qui prévoit que « l’autorité organisatrice d’un réseau public de distribution, exploité en régie ou concédé, est la commune ou l’établissement public de coopération auquel elle a transféré cette compétence ».

Dès lors, cela signifie que si une commune a transféré sa compétence d’autorité concédante d’un réseau public de distribution d’électricité à un Établissement public de coopération intercommunale (EPCI), les compteurs appartiennent à celui-ci.

Dans tous les cas, les compteurs n’appartiennent pas aux usagers.

 

Une commune qui a transféré sa compétence pour la distribution de l’électricité peut-elle encore intervenir ?

Si elles ne sont plus compétentes (c’est-à-dire si elles ont délégué leur compétence en la matière à un EPCI, comme cela est le plus souvent le cas), elles ne peuvent formuler au mieux qu’un vœu à l’égard de l’établissement public de coopération intercommunale qui détient désormais la compétence de la distribution d’énergie électrique.

 

Certaines délibérations de communes ayant interdit le Linky n’ont pas été contestées dans le délai de recours de deux mois, sont-elles définitives ?

Ces décisions sont effectivement définitives au sens où aucun recours ne peut plus être diligenté directement contre elles.

 

Les autorités organisatrices de la distribution d’électricité (AOD) peuvent-elles empêcher le déploiement des compteurs Linky ?

Il résulte de ce qui précède que ces autorités sont soit les communes qui n’ont pas délégué la compétence de distribution de l’énergie électrique à un établissement public de coopération intercommunale (EPCI), soit ces établissements publics de coopération intercommunale.

Le plus souvent, il y a bien eu un tel transfert de compétence des communes à un EPCI.

On pourrait concevoir qu’en application du pouvoir de modification unilatérale de la personne publique qui a conclu un contrat de concession (CE, 2 février 1983, Union des Transports publics urbains et régionaux), il est possible pour l’autorité concédante d’exiger que les compteurs intelligents ne soient pas des compteurs Linky ou à tout le moins que l’utilisation du CPL soit proscrite ainsi que la mise en place de l’ERL (Émetteur Radio Linky).

En effet, ce pouvoir de modification unilatérale peut-être utilisé dans un but d’intérêt général (CE, 8 juillet 2015) mais ne doit pas conduire à une modification substantielle au contrat (CE, 13 juillet 2012).

L’on pourrait donc imaginer qu’une autorité concédante modifie unilatéralement le contrat en indiquant que les compteurs intelligents (devant être posés afin de respecter la loi) ne pourront pas être des compteurs de type Linky employant les ondes électromagnétiques.

En effet, il ne s’agirait pas d’une modification substantielle du contrat et l’autorité concédante pourrait indiquer que c’est dans un but d’intérêt général, à savoir la protection de la santé, que cette disposition est prise.

Si des autorités concédantes souhaitent agir en ce sens, elles en ont la possibilité.

 

Est-il strictement impossible d’évoquer utilement le principe de précaution contre le déploiement du Linky ?

Seule l’autorité concédante peut invoquer le principe de précaution puisqu’elle seule est compétente en la matière.

Dans plusieurs écritures contentieuses, tant des préfectures que d’ENEDIS, l’arrêt rendu par le Conseil d’Etat le 20 mars 2013, n° 354321 est mis en avant pour indiquer que le juge administratif aurait déjà jugé que le déploiement du Linky ne porte pas atteinte au principe de précaution.

Toutefois, si une nouvelle discussion devait avoir lieu devant le juge, la portée de cet arrêt serait à relativiser puisque des éléments de connaissance scientifique nouveaux sont apparus depuis 2013.

 

Les usagers peuvent-ils s’opposer au déploiement du Linky ?

Dans les faits, certaines personnes s’opposent et ENEDIS ne va parfois pas à l’encontre de cette opposition.

Nous recommandons les techniques « désobéissance civile » comme donner rendez-vous et ne pas être chez soi au moment convenu, au bout de trois fois ENEDIS arrête les frais en général...

 

Les personnes mandatées pour installer les compteurs Linky peuvent-elles sans autorisation accéder aux propriétés privées ?

La violation de la propriété privée est un délit grave qui peut donner lieu à une plainte pénale.

En effet, si les usagers sont censés permettre l’accès au compteur, cela ne permet pas aux personnes mandatées pour installer le Linky d’accéder de force aux propriétés privées si les usagers ne les laissent pas entrer.

Il nous a été indiqué que parfois la propriété privée a été violée, ce qui est inadmissible.

 

Le linky porte-il atteinte aux libertés fondamentales ?

A ce sujet, la Ligue des droits de l’homme avait demandé un moratoire dans le cadre de la pose des compteurs Linky dans la mesure où elle n’avait aucune certitude sur le respect des données privées.

Toutefois, après avoir rencontré les responsables d’ENEDIS, la Ligue des Droits de l’Homme a simplement exprimé une vigilance et invité ENEDIS à communiquer de manière très ferme à l’égard de ses sous-traitants pour qu’il n’y ait pas de problème dans la gestion des données privées, la transmission de ces dernières devant faire l’objet d’un accord des usagers.

Il est bien clair qu’il ne peut y avoir transmission des données sans accord préalable. Pour autant, nous ne pouvons préjuger du futur et nous ne pouvons absolument pas garantir que cet accord préalable soit maintenu ultérieurement.

Enfin, la présente synthèse a été rédigée afin d’être compréhensible, dans la mesure du possible, par toute personne n’ayant pas de connaissances juridiques. Elle a donc un caractère informatif et ne saurait constituer la base d’écritures juridiques dont notre conseil ne serait pas l’auteur. Notamment pour cette raison, sa publication et sa diffusion sur tous supports doivent mentionner qu’elle émane de Robin des Toits.

 

 

 

Source : http://yonnelautre.fr/spip.php?article11889

 

 

Repost 0
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 21:30

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

« Fuera las revalidas franquistas ! »

Etat espagnol. Grève étudiante massive contre l’austérité et la sélection dans l’enseignement

Publié le 27 octobre 2016

 

 

 

 

 

Correspondants

Mercredi, dans le silence assourdissant des médias français, des dizaines de milliers d’étudiants, parents d’élèves et professeurs sont descendus dans les rues de plus de cinquante villes espagnoles pour dire non à la LOMCE et aux revalidas (« revalidations »), réforme de l’éducation approfondissant le caractère élitiste de l’enseignement dans l’Etat Espagnol. Un « automne chaud » se prépare-t-il de l’autre côté des Pyrénées ?

Depuis le début de la crise, l’éducation publique dans l’Etat espagnol a été l’un des secteurs les plus touchés par les coupes budgétaires. En seulement quatre ans, 134 000 étudiants et étudiantes ont été exclus de l’université du fait des frais d’inscriptions, qui ont augmenté parfois jusqu’à 66% depuis 2012. Plus de 30 000 professeurs ont été licenciés, et parmi ceux qui ont pu garder leur poste, la majorité travaille dans des conditions précaires et sans garantie pour leur futur.

Les lycées ont subi de nombreux coups et l’attaque néolibérale contre l’université publique a eu des effets sur les étudiants les plus jeunes. L’application de la LOMCE – équivalent de la loi relative aux Libertés et Responsabilité des Universités (LRU) en France – et les revalidas - « revalidations », nouvelles épreuves nécessaires pour accéder à l’éducation supérieure que le gouvernement veut mettre en place – sont un exemple clair de la logique de plus en plus élitiste qui gouverne les politiques publiques en matière d’éducation dans l’Etat espagnol. D’après un rapport de l’association Save the Children (« Sauver les enfants »), les abandons de poursuite d’étude après le lycée ont été multipliés par deux entre 2008 et 2015, principalement parmi les familles ayant le moins de ressources.

C’est dans ce contexte qu’a eu lieu la grève de mercredi, qui a rassemblé étudiants, parents d’élève et professeurs contre la LOMCE et ses conséquences, et contre les revalidas dont le gouvernement a voté la mise en place en plein milieu de l’été. L’opposition aux revalidas a été au cœur de la grève, car elles constituent une nouvelle forme de sélection, qui par ailleurs rappelle une mesure mise en place par le gouvernement de Franco sous la dictature. C’est donc aux cris de « No a las reválidas franquistas » (« Non aux revalidations franquistes ») que la journée de grève a commencé, appelée par le Syndicat des Etudiants, la Confédération des Associations de Pères et Mères de l’Ecole Publique (CEAPA) et la Fédération des Associations des Etudiants Progressistes (Faest), ainsi que par diverses organisations étudiantes, comme le Syndicat des Etudiants de Gauche (SEI) de Saragosse, et d’autres organisations qui y appelaient tout en critiquant une partie du contenu de l’appel à la manifestation. La majorité des syndicats de professeurs, comme le CCOO, UGT, STES ont exprimé leur soutien à l’appel, mais sans convoquer à la grève dans l’éducation.

Les organisations se sont déclaré « satisfaites » des chiffres de grève, de près de 90% dans les lycées et prépa d’après leurs chiffres, tandis que le Ministère de l’Education annonçait entre 30 et 40% de grève. D’après les chiffres du CEAPA, la grève a été plus suivie dans le secondaire que dans l’enseignement maternel et primaire (50-60%). C’est parmi les lycéens que la grève a été la plus forte, probablement parce que ce seront les premiers touchés par les changements introduits par les « revalidas ».

 

Manifestations massives dans une cinquantaine de villes

La grève a été très suivie dans les villes de Madrid, Barcelone, Valence, Bilbao, Malaga et Ferrol. A Madrid, plus de 50 000 personnes se sont rassemblées. La marée humaine, plus nombreuse que les précédentes manifestations, a parcouru la ville.

La manifestation était dirigée par le Syndicat des Etudiants avec une banderole « A bas les revalidations franquistes », mais un pôle radical s’était formé dans le cortège, autour d’une banderole disant « Contre les revalidations et l’élitisme. Rupture et horizontalité ». Ce pôle radical était composé de la Gauche Castillane, le Front des Etudiants, le collectif Armes de la critique, ainsi que d’autres collectifs critiques du Syndicats des Etudiants, contre « ses méthodes traditionnelles d’imposition par le haut, bureaucratiquement, sans prendre en compte les collectifs étudiants et bien loin de l’intention de favoriser l’auto-organisation de ceux-ci ».

A Barcelone, la manifestation a réuni 2000 personnes, deux fois plus à Saragosse où étaient présents de nombreux étudiants d’instituts secondaires. A Cordoue, la police a chargé les étudiants qui s’étaient dirigé vers le siège du Parti Populaire, faisant une blessée.

 

Vers un « automne chaud » du mouvement étudiant ?

La grève massive de mercredi s’est tenue alors que la situation dans l’Etat espagnol est marquée par une crise politique importante depuis les dernières élections. L’irruption du mouvement étudiant pourrait ouvrir la possibilité d’un renouveau des mobilisations de rue. Le Syndicat des Etudiants a annoncé qu’il appellerait à une nouvelle journée de grève et a demandé aux organisations syndicales des professions de l’éducation de s’y allier, pour une grève générale éducative dans tout l’Etat. La grève du 26 octobre pourrait être le début d’une nouvelle période de mobilisation sociale et de lutte, donnant lieu à un « automne chaud » espagnol.

 

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Espagne
commenter cet article
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 20:58

 

Source : http://television.telerama.fr

 

Lactalis veut le beurre et l'argent du beurre, mais pas les critiques d'“Envoyé spécial”

Le 27 Août 2016, lors du blocage de l'accès au siège du groupe Lactalis à Laval, par les producteurs de lait en colère.

 

 

 
Lactalis était mis en cause dans un numéro d'“Envoyé spécial” consacré à la résistance des petits producteurs. Le groupe laitier a obtenu auprès du Tribunal de grande instance de Laval que le reportage soit interdit de rediffusion.

« C'est l'histoire d'un bras de fer... perdu d'avance ». Ainsi commence le reportage d'Envoyé Spécial du 13 octobre consacré au groupe Lactalis, intitulé « Le beurre, ou l'argent du beurre ? ». Un document dont le groupe laitier vient de faire interdire la rediffusion, en vertu d'une décision en référé du Tribunal de grande instance de Laval. En cause, des passages relatifs à la vie privée du président de Lactalis, Emmanuel Besnier, qui « n’ont aucun lien avec la situation des producteurs de lait qui constituait le sujet de ce reportage », selon le communiqué du groupe.

De fait, l'équipe d'Envoyé Spécial, n'obtenant pas de réponse à ses demandes d'interviews, s'était approché du château mayennais appartenant au patron de Lactalis, filmant une cuisinière en caméra cachée (qui dit être payée au Smic), puis survolant en avion le vaste domaine de 40 hectares (doté d'un lac, d'une piscine, d'un centre équestre, etc).

Si ce sont ces images que le tribunal a spécifiquement pointé du doigt, c'est tout le reportage qui a énervé la direction du groupe laitier, qui estime qu'il « vient malheureusement couronner près de deux mois d’une intense campagne de dénigrement engagée à l’encontre du Groupe, accumule les contrevérités et les amalgames, en voulant faire croire aux téléspectateurs que Lactalis est responsable de la crise de la production laitière et des difficultés rencontrées par les producteurs ». Et de dénoncer une « présentation fallacieuse [qui] constitue une désinformation inacceptable ».

 

 

Couverture

 

Pour le spectateur, ce qui est inacceptable, ce serait plutôt de voir, comme l'explique le reportage qu'un groupe familial opaque (il ne publie pas ses comptes), qui fait 17 milliards d'euros de chiffres d'affaires (en 2011, les bénéfices s'élevaient à 330 millions d'euros selon Envoyé Spécial), semble se contrefiche de prendre à la gorge les petits producteurs de lait.

Le sujet est fondé sur la résistance de trois agriculteurs, qui cherchent à faire front commun pour échapper au contrat illisible que leur propose Lactalis (« c'est fait exprès pour qu'on se mélange les pinceaux »), au prix du litre acheté à 29 centimes (alors qu'en-dessous de 34 centimes ils vendent à perte) et à un système tellement pernicieux que, s'ils produisent plus que prévu, c'est à eux de payer le surplus... que Lactalis va quand même collecter, transformer et vendre !

L'un des agriculteurs explique ainsi son ras-le-bol : « Je ne supporte plus d'être pris pour un esclave tout juste bon pour travailler, et à qui on donnera les miettes s'il en reste, et surtout si on a envie d'en donner ». Lui a décidé de ne plus acheter de produits Lactalis (Président, Rouy, Lepetit, Lanquetot, Bridélight... ou encore, en joint venture avec Nestlé, La Laitière, Yoco, Flanby, Sveltesse...), et incite les consommateurs à faire de même.

En plus du jugement en référé, Lactalis indique qu'il compte poursuivre France 2 « pour obtenir réparation » face à des propos jugés « diffamatoires ». En attendant, il n'est donc plus possible de voir ce numéro d'Envoyé Spécial, sauf à bien chercher sur Youtube. Et à condition de se dépêcher.

 

 

 

Source : http://television.telerama.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 20:37

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

 

Les objets connectés s’attaquent à Internet

27 octobre 2016 | Par Jérôme Hourdeaux
 
 
 

Depuis plusieurs semaines, des chercheurs alertent sur la propagation d’un malware, un programme informatique installé dans les objets connectés (caméras de surveillance, enregistreurs vidéo) afin d’en prendre le contrôle. Le week-end dernier, un réseau de machines infectées a lancé une attaque de grande envergure ayant mis hors ligne de nombreux sites tels que Twitter ou Spotify.

Internet a connu, le week-end dernier, une attaque informatique historique : pour la première fois, des attaques lancées depuis des objets connectés ont réussi à mettre hors ligne certains des plus grands sites mondiaux. Une attaque rendue possible par la propagation sur « l’Internet des objets » d’un malware d’un nouveau type, tout aussi simple qu’inquiétant, et baptisé « Mirai ».

C’est au cœur de l’été que ce petit programme informatique aurait fait ses premières apparitions. Il est pour la première fois identifié dans une note publiée sur le site Malware Must Die le 31 août dernier. Ce collectif de chercheurs en sécurité informatique y expliquait avoir été alerté, au début du même mois, par des amis responsables de système informatique de l’existence d’un nouveau malware s’attaquant spécifiquement aux objets connectés. Celui-ci était baptisé « Mirai » et serait une variante d’autres virus du même type, Gafgyt, BASHLITE et Torlus.

L’information passe dans un premier temps inaperçue. Mais il ne faudra qu’un mois pour que « Mirai » se transforme en menace mondiale. Le mardi 20 septembre dans la soirée, Brian Krebs – journaliste américain spécialisé dans la cybersécurité – constate une étrange activité sur son site internet, KrebsonSecurity. Celui-ci est la cible d’un nombre inhabituel de requêtes qui, très vite, saturent ses serveurs et mettent son site hors ligne. En clair, Brian Krebs est victime d’une « attaque DDoS », encore appelée « attaque par déni de service distribuée », consistant à rendre un site indisponible, généralement en le submergeant de requêtes.

Immédiatement, le journaliste contacte la société Akamai qui assure la sécurité de son site. En quelques heures, Brian Krebs comprend qu’il est confronté à une attaque hors du commun. Et ce, pour deux raisons. Tout d’abord, selon les premières investigations d’Akamai publiées dès le lendemain de l’attaque sur KrebsonSecurity, l’attaque DDoS lancée contre le site était d’une ampleur phénoménale, jamais vue chez la société de sécurité. Ses analyses font état d’un trafic d’environ 620 gigabits par seconde. À titre de comparaison, le précédent « record » constaté par Akamai était une attaque DDoS générant un trafic presque deux fois moins important, à 363 gigabits.

Mais ce qui interpelle le plus les experts en sécurité, c’est la simplicité de l’attaque. Ses auteurs ont en effet utilisé un « botnet », littéralement un « réseau de robots », c’est-à-dire un ensemble de programmes informatiques injectés dans des machines afin d’en prendre le contrôle. Ces dernières deviennent autant de « machines zombies » que l’auteur de l’attaque peut utiliser pour surcharger la cible de requêtes. Mais généralement, et encore plus dans le cadre d’une attaque de l’amplitude de celle menée contre KrebsonSecurity, les pirates utilisent différentes techniques pour l’amplifier en démultipliant le nombre de requêtes envoyées.

Or, selon Akamai, aucun des artifices connus n’a cette fois été employé. Les attaquants n’ont utilisé, selon les mots de Brian Krebs, que des méthodes « pourries ». La seule explication possible est que ceux-ci aient réussi à infecter un nombre sans précédent de machines, « peut-être des centaines ou des milliers de systèmes ». « Quelqu’un a un botnet avec des capacités que nous n’avons jamais vues », expliquait alors au journaliste un responsable de la sécurité d’Akamai, Martin McKeay. « Nous avons regardé le trafic provenant des systèmes attaquant et ils n’étaient pas dans une seule région du monde ou dans un petit sous-ensemble de réseaux – ils étaient partout. »

Brian Krebs précisait déjà qu’il y a « quelques indications que cette attaque ait été lancée avec l’aide d’un botnet ayant asservi un grand nombre d’appareils de ce que l’on appelle l’“Internet des objets” – routeurs, caméras de surveillance IP et enregistreurs vidéo numériques (DVR) exposés à Internet et protégés par des mots de passe faibles ou codés en dur », c'est-à-dire intégrés au code source du logiciel. Le site KrebsonSecurity restera quasiment inaccessible durant plusieurs jours. Au cours de cette période, la société Akamai informe le journaliste que, débordée par la situation, elle n’assurera plus sa sécurité informatique.

Si la mésaventure de Brian Krebs est largement relayée par la presse spécialisée, ce n’est que quelques jours plus tard que le lien avec « Mirai » est évoqué. La société américaine Level 3 communications, l’un des principaux opérateurs de réseaux internet au monde, annonce avoir étudié l’attaque menée contre KrebsonSecurity. Selon ses conclusions, entre 500 000 et 980 000 appareils auraient pu être infectés pour constituer deux « botnets ». De son côté, la société BackConnect, spécialisée dans la protection contre les attaques DDoS, confirme que le malware utilisé est bien « Mirai ».

Le vendredi 30 septembre, un utilisateur du site communautaire Hackersforums y publie le code source du malware, c’est-à-dire son ADN, permettant ainsi à n’importe qui de le dupliquer. Et « garantissant virtuellement », commente alors Brian Krebs, « qu’Internet sera bientôt inondé d’attaques provenant de nombreux nouveaux botnets alimentés par des routeurs, des caméras de surveillance IP, des enregistreurs vidéo numériques non sécurisés et d’autres appareils facilement piratables ».

Les jours qui suivent donnent raison au journaliste. Avec son code source rendu public, les chercheurs peuvent se pencher plus en profondeur sur Mirai : le lundi suivant, les chercheurs du site Malware Tech mettent en ligne une carte de l’évolution de l’épidémie, illustrée par une vidéo résumant, en moins de 3'30, 18 minutes de propagation du malware dans le monde.

 

 

Un peu plus d’une semaine après la mise en ligne du code source, Level 3 faisait état d’un doublement du nombre d’appareils infectés, passant de 213 000 à 493 000 « bots » en quelques jours. Des chiffres purement indicatifs du fait d’une « vue incomplète de l’infrastructure », précisait la société. Les objets impliqués dans les attaques étaient quant à eux répartis dans quasiment le monde entier, mais en priorité aux États-Unis (29 %), au Brésil (23 %) et en Colombie (8 %)...

 

*Suite de l'article sur mediapart

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Repost 0
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 20:13

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

A Rémi Fraisse, notre fils mort il y a un an

 

Le 26 octobre 2014, Rémi, 21 ans, était tué par un tir de grenade lancé par les gendarmes, lors d’une manifestation contre le projet de barrage à Sivens. Un an plus tard, les parents et la sœur de Rémi Fraisse demandent que toute la lumière soit faite.

 

LE MONDE | • Mis à jour le

 
Un capitaine de gendarmerie nous appelle au téléphone. Personne ne nous dit rien. On nous pose des questions, on nous demande si nous savons où Rémi se trouve, si nous avons des photos de lui. Nous apprenons son décès (Photo: Pendant les manifestations qui ont suivi la mort de Rémi Fraisse, à Gaillac (Tarn), le 26 octobre 2014).

Un capitaine de gendarmerie nous appelle au téléphone. Personne ne nous dit rien. On nous pose des questions, on nous demande si nous savons où Rémi se trouve, si nous avons des photos de lui. Nous apprenons son décès (Photo: Pendant les manifestations qui ont suivi la mort de Rémi Fraisse, à Gaillac (Tarn), le 26 octobre 2014). PASCAL PAVANI/AFP

 

Nous avons appris que l’Etat en France pouvait tuer. Rémi, notre fils et notre frère, a été tué par une grenade offensive lancée par un gendarme alors qu’il était venu à Sivens pour faire la fête et pour discuter d’environnement. Il n’a pas réalisé que les affrontements entre les forces de l’ordre et les opposants étaient devenus violents et dangereux. Il s’est approché. Pourquoi ?

 

Après les débats et les concerts, vers 1 heure du matin, Rémi a été voir ce qui se passait près de la zone de chantier, il a suivi le mouvement qui partait de la métairie. Il était avec Anna, son amie. Près de la zone de chantier, il y avait des jeunes comme lui, des moins jeunes, des militants, des pacifistes, des personnes cagoulées.

Le bruit des grenades assourdissantes, des grenades offensives, les gaz lacrymogènes, tout était sûrement très impressionnant. Des personnes se faisaient tirer dessus, il y avait beaucoup de blessés. Il a dû se dire, avec certains, il faut y aller, il faut leur dire d’arrêter, il faut aller aider les collègues.

 

Traîné comme un chien

Il s’est approché. C’était le mauvais moment. Plusieurs tirs de grenades à ce moment-là. Rémi tombe au sol. Il est 1 heure 45 du matin. Les gendarmes voient un corps, ils viennent le chercher, ils comprennent que Rémi est mort, ils le traînent comme un chien sur plusieurs dizaines de mètres, sa tête rebondit sur le sol. Les médias parlent d’un corps retrouvé dans la forêt !

Un capitaine de gendarmerie nous appelle au téléphone. Personne ne nous dit rien. On nous pose des questions, on nous demande si nous savons où Rémi se trouve, si nous avons des photos de lui. Nous apprenons son décès. Pendant trois jours, le silence, les doutes, les craintes, le mensonge. Rien sur les causes de sa mort, sur les raisons, les circonstances. Y a-t-il une enquête, un juge est-il saisi ? Pourquoi ?

L’instruction est finalement ouverte, deux juges sont désignées. L’autopsie révèle qu’il est mort à la suite de l’explosion d’une grenade offensive au niveau de son dos. Cette grenade aurait été lancée par un gendarme mobile non pas depuis la zone de chantier, où les forces de l’ordre étaient positionnées en défense, mais en dehors de cette zone, en mouvement sur le côté sud-est, près de lui.

La zone de chantier est située sur un terrain privé déjà entièrement saccagé par les bulldozers du propriétaire, le conseil départemental du Tarn lui-même, sur lequel il n’y a absolument rien à défendre et que l’on a entouré de douves comme au Moyen Age.

 

Vital Michalon quarante ans plus tôt

Les gendarmes mobiles ont utilisé contre nos enfants de France des armes qui tuent, grenades de guerre inventées pendant la guerre de 1914-1918. Elles avaient pourtant déjà tué le militant écologiste Vital Michalon quarante ans plus tôt. Pourquoi ?

Nous voulons savoir ce qui s’est passé. Nous voulons savoir comment Rémi est mort, pourquoi il est mort. Toutes les victimes de ce soir-là doivent être entendues. Toutes les personnes présentes à côté de lui et qui peuvent nous expliquer comment cela s’est passé, où il était, ce qu’il a dit. Nous leur demandons, en son nom, pour lui, pour que de tels actes ne se reproduisent jamais sur notre sol, de venir courageusement témoigner pour nous aider à faire toute la lumière sur cet événement dramatique pour la nation tout entière. Nous voulons comprendre.

Nous voulons comprendre comment un gendarme peut envoyer une grenade mortelle dans de telles circonstances, comment des commandants de gendarmerie ont pu donner l’ordre d’user de ces armes, alors que leur métier est de circonscrire la violence. Nous voulons savoir qui est responsable. Un non-lieu serait terrible.

Les parents et la sœur de Rémi Fraisse

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Repost 0
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 13:14

 

 

Hommage à Remi Fraisse

Hommage à Rémi

hommage-remi

Ce vendredi 28 octobre, à 18 heures, devant la préfecture de Nîmes, a eu lieu un hommage à Rémi Fraisse, tué le 26 octobre 2014 cours d’une manifestation contre le barrage de Sirvens.

Quelques panneaux commémoratifs ont été accrochés aux grilles de la préfecture et des bougies ont été allumées au sol.

Rémi Fraisse était un garçon de 21 ans, un passionné de nature. Ce jeune botaniste était venu en vue de protéger la forêt de Sirvens, zone humide, en déclamant, avec d’autres, son opposition à sa destruction. M. le préfet avait promis que cette manifestation du 26 octobre 2014 serait pacifique, mais, contrairement à ces promesses, des gardes mobiles sont « entrés dans la danse ». Rémi qui était venu participer à un événement festif avec de la musique et des clowns s’est retrouvé dans une espèce de guérilla dans les bois au milieu de lancers de grenades lacrymogènes et de grenades de désencerclement.

b_1_q_0_p_0

Le maniement de ces grenades de désenceclement est très encadré par la loi. On ne peut – par exemple – strictement les tirer qu’en l’air.

Ce jour-là, vers 2 h 30 – 3 h du matin, dans la confusion de la nuit, des fumées, et des gaz lacrymogènes, Rémi est percuté par une grenade de désencerclement qui explose au niveau de sa nuque. Son corps abîmé a tout de suite été emporté par les forces de « sécurité ». Jusqu’à présent, personne n’y a eu accès.

Pendant toute la semaine qui a suivi cet évènement, la version officielle des autorités a été que Rémi était un terroriste qui avait des bombes sur lui qui ont explosé dans son dos. Mais petit à petit le voile se lève sur la vérité. À ce jour, il n’est pas encore tout à fait levé.

Un an après, en octobre 2015, la première manifestation en hommage à Rémi, a été interdite par arrêté. Mais sous la pression des manifestants, les autorités ont dû laisser passer le cortège, hautement encadré sous hélicoptère et sous la surveillance des gardes mobiles.

Le comble du tragique de cette affreuse mort de Rémi, c’est que le 30 juin 2016 à Toulouse, la justice a annulé trois arrêtés : sur le déboisement, sur les espèces protégées, et sur la DUP (Déclaration d’Utilité Publique). Elle a ainsi donné raison aux opposants au barrage.

En octobre 2016, quatre mois après cette déclaration de justice, un cortège s’est rendu à la deuxième manifestation en hommage à Rémi (qui, cette année, n’a pas été interdite).

Alors qu’ils marchaient pacifiquement vers lieu où le jeune homme est tombé, ils ont été arrêtés par un groupe de pro-barrages menés par M. Joungla, président de la FNSEA 81 et Mme Puibassef, adjointe à la mairie de Lisle sur Tarn, qui tenait des propos particulièrement virulents1. Suite à des bousculades, les pro-barrage ont fait pleuvoir des coups – en aveugle – sur tous les manifestants de tous âges. Ceux-ci s’en sont aussi pris aux caméras et aux téléphones portables des manifestants en les écrasant.

Au milieu de cette sauvagerie, une jeune fille d’environ vingt ans a hurlé : « bande de tarés, y en a un qui m’a foutu un coup de couteau ». Là, certains ont tout de suite eu le bon réflexe de téléphoner à la police, à la préfecture, et les gardes mobiles sont venus séparer les manifestants des pro-barrage en défendant (comble de l’ironie) les pro-barrage. Mais cette confusion ne s’est vraiment calmée qu’au moment de la venue d’une caméra d’antenne 2 – l’agresseur au couteau s’est éclipsé sans être inquiété, alors que les faits ont eu lieu sous les yeux de plusieurs témoins et que des policiers les ont constatés.

Pour finir, les manifestants ont pu se rendre à l’endroit de l’hommage à Rémi.

Pendant la cérémonie, les pro-barrage (apparemment alcoolisés) ont démarré et fait tourner un tracteur pour perturber cette dernière.

Aujourd’hui, une action en justice contre l’agresseur est en cours.

 

1  Son mari, présent lui aussi, a acheté des terres non irriguées proches du barrage illégal.

 

Pour en savoir plus :

http://www.letarnlibre.com/2016/10/26/4931-deux-ans-apres-mort-remi-fraisse-retour-sur-hommage-octobre-sivens-autres-rendez-vous-anniversaires-video-doc-sonores.html

 

 

 

Extrait de l’entretien avec André Clavel de retour de Sivens.

Le collectif soutien à Sivens, Notre-Dame-des-Landes est contre les Grands Projets Imposés et Inutiles.

 

 

Deux ans après la mort de Rémi Fraisse : retour sur l’hommage du 23 octobre à Sivens, les autres rendez-vous anniversaires (vidéo, doc. sonores)

 

 

 

 

 

A Sivens, au cours de l'hommage à Rémi Fraisse le 23 octobre 2016.

 

 

A Sivens, au cours de l'hommage à Rémi Fraisse le 23 octobre 2016.

 

 

 

Dimanche 23 octobre 2016, un premier hommage a eu lieu sur le site de ce qui était le projet de barrage où Rémi Fraisse est mort dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014. Retour sur ce rassemblement et les autres initiatives prévues pour marquer le deuxième anniversaire de la mort du jeune homme.

Le 23 octobre : un hommage empreint d’émotion, des tensions avec des partisans du projet de barrage initial, des personnes victimes de coups de couteau

L’initiative a été annoncée dans l’une ou l’autre réunion publique en fin de semaine, elle était mentionnée sur le site Tant qu’il y aura des Bouilles, des textos diffusés le matin même l’ont fait connaitre… Dimanche 23 octobre 2016 un hommage à Rémi Fraisse a eu lieu à Sivens pour marquer le deuxième anniversaire de la mort du jeune homme victime d’une grenade offensive lancée par un gendarme au cours d’affrontements dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014.

Pique-nique à la Maison Forestière. Après s’être donné rendez-vous à 11 h 15 à Gaillac pour organiser un co-voiturage, environ 150 personnes se sont retrouvées à la mi-journée pour un pique-nique à la Maison forestière de Sivens.

14 h. Départ pour rejoindre la « dalle ». Alors qu’une partie des présents restait à la Maison forestière, la plupart entreprenaient peu avant 14 h de rejoindre le lieu même où Rémi Fraisse est mort. La longue descente vers le site était entravée de troncs d’arbres disposés la veille ou dans la nuit. En bas de la descente, une vingtaine de personnes, favorables au barrage, ont arrêté le cortège qui s’était formé. Une échauffourée a alors lieu avant que des gendarmes arrivent pour s’interposer.

Une jeune femme blessée par un coup de couteau : « Le type m’a sauté dessus et planté son couteau dans le côté » (doc audio).  Alors que les deux groupes étaient « au contact », trois jeunes femmes ont été blessées à l’arme blanche par l’une des personnes qui souhaitait « empêcher » l’hommage. Voici le témoignage de la plus touchée d’entre elles.

14 h 15.  Un moment d’hommage (vidéo). Finalement parvenu à atteindre l’ancienne « dalle » du chantier où Rémi Fraisse est mort la petite foule qui souhaitait lui rendre hommage a formé un cercle autour de deux jeunes femmes, Eva et Anna, qui entreprenaient alors une « scénographie » simplet et digne : l’une, d’abord allongée, revenait à la vie jusqu’à implorer le ciel au son de la musique d’autre.

 

15 h. Les deux groupes se font de nouveau face. Le rassemblement en hommage à Rémi Fraisse s’est prolongé pendant  près d'une heure avec des prises de paroles d’opposants au projet  de barrage. Les intervenants rappelaient notamment que, porté par le Conseil Général du Tarn avec la Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne (CACG), abandonné en mars 2015, le projet initial s’est avéré « illégal », la Cour d’appel de Toulouse ayant annulé en juin 2016 les « arrêtés » encore en vigueur qui avaient permis le démarrage du chantier. Des lectures de textes extraits du recueil « R comme » étaient faite dans le silence. Sur le chemin du retour, les deux groupes se faisaient de nouveau brièvement face, un cordon de gendarmerie évitant le contact.

Pascale Puibasset : « On nous a promis depuis deux ans de l’eau, depuis deux ans on a la sécheresse » (doc. sonore). Parmi la vingtaine de personnes qui avaient tenté d’empêché le rassemblement en hommage à Rémi Fraisse étaient présents plusieurs dirigeants de la FDSEA 81 dont son président Philippe Jougla. Au moment du second face à face Pascale Puibasset, adjointe au maire de Lisle sur Tarn, habitante de la vallée du Tescou et responsable de l’association Vie eau Tescou, est très vindicative y compris envers la presse, trois médias étant présents (France 2, l’AFP, le Tarn libre). Les journalistes franchissent alors le cordon de gendarmerie et viennent au-devant d’elle.  Pascale Puibasset exprime sa colère : « On nous a promis depuis deux ans de l’eau, depuis deux ans on a la sécheresse, vous comprenez bien que les locaux n’ont pas envie de voir revenir ceux qui ont laissé la vallée dans un désordre pas possible ».

16 h. Le retour à la maison forestière. De retour à la Maison forestière les victimes et les témoins de l’agression au couteau se concertent en vue d’un dépôt de plainte de la part de la jeune femme la plus touchée. Celui-ci a eu lieu et en début de semaine des témoins ont commencé à être entendus.

Les initiatives prévues ce 26 octobre pour marquer le deuxième anniversaire de la mort de Rémi Fraisse – une marche à Toulouse à partir de 18 30.

Une marche à Toulouse. Une « Marche d'hommage à Rémi Fraisse » est organisée à Toulouse au départ du Monument aux morts, allées François Verdier, à 18 30 en direction de la place du Capitale. Le texte d’appel à cette marche, signé par une quinzaine d’organisations, explique entre autres : « A l'automne 2014, une vaste mobilisation populaire, l'avis négatif de la Commission européenne, le rapport critique d'experts gouvernementaux et la mort d'un homme ont interrompu le chantier. Pour réaffirmer la justesse de ce combat, pour exiger le respect de nos droits fondamentaux, pour rendre hommage à Rémi, pour dénoncer les crimes policiers impunis, pour nous opposer aux évacuations à Calais, à NDDL et ailleurs, parce que notre indignation sociale, même réprimée, est toujours bien là participons à (cette) grande manifestation unitaire, apaisée et résolue ». Un autre cortège, autonome, parti plus tôt dans l’après-midi de Marengo - SNCF rejoindra la marche au monument aux morts.

Des initiatives dans d’autres villes de France. Sans pouvoir être exhaustif, on recense d’autres initiatives en hommage à Rémi Fraisse ce 26 octobre à Nice, Brest, Paris, Clermont-Ferrand, Dunkerque, Moulins, Strasbourg, Nantes…

Thierry Tchukriel

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans ZAD du Testet - Barrage de Sivens
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22