Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 15:08

 

Source : http://garetgvaucoeurdenimes.collectif-citoyen.fr/2016/08/lignes-a-grande-vitesse-la-gabegie-des-partenariats-public-prive/

 

 

 

Lignes à grande vitesse : la gabegie des partenariats public-privé

 

 

 

SNCF : les dix scandales

Politis-10-scandales-SNCFAutrefois fleuron français, la compagnie nationale souffre désormais d’une très mauvaise réputation auprès des usagers. Entre les prix élevés, les retards et de graves manquements en matière de sécurité, et en attendant l’ouverture prochaine à la concurrence. Extrait du dossier consacré par Politis :

 

Lignes à grande vitesse : la gabegie des Partenariats Public-Privé (PPP)

Après les stades vides et hors de prix et les universités ne pouvant pas accueillir de public, on découvre désormais que les partenariats public-privé (PPP) font aussi des ravages sur les lignes à grande vitesse. Une filiale de Vinci, Lisea, a été choisie en 2007 pour construire le TGV Tours-Bordeaux et financer la moitié des 7,8 milliards d’euros d’investissement, à parité avec des fonds publics. L’affaire a tourné l’automne dernier à la tragi-comédie. Il y a d’abord la grogne de 48 collectivités locales, qui ont cofinancé le projet en rêvant d’être desservies par le train à grande vitesse, l’ouverture de la ligne étant prévue pour 2017. Problème : celle-ci ne pourra pas compter 48 gares. D’où le sentiment d’avoir été les vaches à lait du consortium.

Le voyageur pourrait aussi avoir cette désagréable impression. Car, pour se rembourser, Lisea fera payer l’accès aux rails à la SNCF pour une durée de cinquante ans, avec un tarif 2,5 fois plus cher que sur la section Paris-Lyon, et l’autorisation d’augmenter chaque année ces droits de passage jusqu’à 3,5 fois l’inflation.

Mais ce n’est pas tout. Selon les calculs de Lisea, cette activité sera rentable à partir d’une vingtaine d’allers-retours Paris-Bordeaux par jour. Or, la SNCF estime ses besoins à seulement 13 allers-retours. Comme il est d’usage dans les PPP, l’entreprise renégocie le contrat lorsque ses bénéfices sont menacés. En novembre 2015, les banquiers du consortium ont donc suspendu le versement d’une des tranches de crédit jusqu’à gain de cause. Le gouvernement a tranché : il y aura 16,5 allers-retours par jour.

Tant pis si ces trains sont vides et que la SNCF ne rentre pas dans ses frais.

Lisea, de son côté, continue de demander une intensification du trafic.

À l’avenir, seul l’État financera ce type de projet, laisse entendre, échaudé, le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies. Pas question en revanche de freiner la course à l’ultravitesse, malgré son coût énergétique et des finances dans le rouge vif pour la branche infrastructure de la SNCF. Prochain projet : mettre Toulouse à 3 h 15 de Paris d’ici à 2030. Mais à quel prix ?

Lire l’article complet original de Politis ici.

 

 

Source : http://garetgvaucoeurdenimes.collectif-citoyen.fr/2016/08/lignes-a-grande-vitesse-la-gabegie-des-partenariats-public-prive/

 

 

Repost 0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 14:55

 

Info reçue par mail

 

 

Des Pyrénées à Paris, la marche des Jours Heureux

 

De Pau à Paris

Départ 7 octobre
Info ici
 
 

 

Des Pyrénées à Paris, la marche des Jours Heureux

Une marche citoyenne des Pyrénées jusqu’à Paris. Voici le programme des participants aux « Jours Heureux », qui partiront du village d’Oloron Sainte-Marie (64) le vendredi 7 octobre au matin pour arriver à Paris le samedi 5 novembre. Les étapes d’environ 25 km se feront à pieds, à vélo, en tandem, et avec des instruments de musique. Ils passeront à Pau-Lescar, Marmande, Bergerac, Périgueux, Limoges, Romorantin-Lanthenay, Orléans et Créteil.

 

 

La projection du documentaire Les Jours Heureux de Gilles Perret sera proposée dans certaines étapes. Ce film, dans lequel ont notamment tourné Raymond Aubrac et Stéphane Hessel, raconte l’histoire de la naissance du programme du Conseil National de la Résistance (CNR) intitulé : « Les jours heureux ». Un texte qui est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.

 

Carte de la marche des jours Heureux.
Carte de la marche des jours Heureux.

 

Les objectifs de cette marche sont multiples : rencontrer les citoyens et les résistants d’aujourd’hui, mieux faire connaître le programme du CNR et l’Appel des résistants de 2004.

Ses participants aimeraient que d’autres marches citoyennes convergent à Paris avant les primaires de novembre pour montrer la volonté d’un nouveau cap politique. Ils espèrent être plus de 1000 à Paris pour terminer la marche.

Tout au long de leur parcours, les participants aimeraient se mettre en lien avec les Nuits debout locales. Vous pouvez contacter Martin, l’un des organisateurs (martin.rf@laposte.net) pour organiser des rencontres.

Vous pouvez également les contacter sur Facebook et retrouver tous les détails de leur projet sur leur site internet. 

 

 

Repost 0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 14:21

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr/

 

 

 

MANIFESTATION RÉGIONALE À AIX : STOP/TAFTA/CETA

 

 

 

Le Collectif STOP/TAFTA/CETA organise un départ collectif pour la manifestation régionale du 15 octobre 2016 contre les traités TAFTA et CETA à Aix en provence. Départs d'Alès, Nîmes et Arles.

Réponse urgente avant le 2 octobre

Dans la cadre de la journée de mobilisation contre les traités TAFTA et CETA les collectifs régionaux ont décidé de faire masse et de se rassembler sur certaines métropoles.

 

Pour le Sud-Est c’est Aix-en-Provence qui sera le point de convergence. À cet effet le collectif du Gard envisage d’affréter un car en partance d’Alès, via Nîmes et Arles.

 

 

Le départ serait vers 12 h30 à Alès pour une arrivée à 15 h à Aix, début des manifestations, expositions et de la joyeuse pagaille (voir le programme ci-dessous).
Le retour se ferait à partir de 18 h pour arrivée vers 20 h 30 à Alès.

Il est indispensable que nous sachions au plus tôt le nombre de participants et que ceux-ci fassent une réservation ferme auprès des organisateurs et fassent parvenir leur paiement.

Le prix pour un car plein est de 15 € par personne. Nous vous tiendrons informés si le car est rempli ; dans le cas contraire nous annulerions ce déplacement. Si nous n’atteignons pas le montant requis pour cet affrètement les sommes et chèques perçus seront restitués.

Le collectif TAFTA-CETA sera présent à la fête de la Conf dimanche 2 octobre, de 9 h à 19 h à Saint-Geniès-de-Malgoirès.

DANS LA MESURE DU POSSIBLE, APPORTEZ VOS CHÈQUES CE DIMANCHE 2 OCTOBRE.

Contacts pour vous incrire :

Contact : stoptafta30@orange.fr

Le tract pour le 15 octobre :

 

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr/

 

 

                                                                     **********************************

 

 

Source : https://www.collectifstoptafta.org

 

 

 

15 octobre : journée d’actions Stop TAFTA & CETA

 

 

 

On a toutes et tous une bonne raison de s’opposer au TAFTA et au CETA

Depuis 2013, une large mobilisation s’est mise en place contre le TAFTA, ce projet d’accord qui vise à libéraliser les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l’Union européenne. Les négociations vont plus lentement que prévu, mais contrairement aux annonces récentes du gouvernement, elles continuent !

Pendant ce temps, l’Union européenne s’apprête à signer un traité similaire avec le Canada : le CETA. Celui-ci doit être soumis à l’approbation des États membres le 18 octobre prochain. S’il est approuvé, il sera soumis à la ratification du Parlement européen dans les mois suivants.

Le TAFTA et le CETA auraient des conséquences graves, telles que l’abaissement des barrières tarifaires en matière agricole qui aggraverait la crise que vivent déjà des centaines de milliers de paysans et le nivellement par le bas des normes qui protègent la qualité de notre alimentation, la santé publique, la sécurité industrielle et l’environnement.

La « coopération réglementaire », conçue pour impliquer directement les multinationales dans l’écriture des lois et réglementations et « l’arbitrage d’investissement » mettraient en danger les droits sociaux, la lutte contre le réchauffement climatique et le principe démocratique même. Dès l’approbation du CETA, les multinationales américaines, qui possèdent de nombreuses filiales au Canada, pourraient utiliser ces mécanismes pour attaquer les réglementations qu’elles jugent défavorables.

 

Alors le 15 octobre, toutes et tous mobilisé.e.s

https://www.facebook.com/events/939861132824306/

 

Carte des mobilisations en France le 15 octobre

 

Liste des évènements

Date Ville Lieu Descriptif
15/10/2016 à 15:00 Aix-en-Provence Aix

Mobilisation Régionale PACA, en cours de préparation

15/10/2016 à 14:00 Valence Valence

Grand rassemblement place Porte Neuve

15/10/2016 à 14:00 Rennes Rennes

Initiative centralisée pour la Bretagne en cours de préparation.

22/10/2016 à 10:00 Montfort-en-Chalosse Montfort-en-Chalosse

Fête des « 100 communes landaises Hors tafta & Ceta » : débats, prise de paroles d"élu.e.s locaux, animations et repas collectif !

15/10/2016 à 10:00 Saint-Étienne Saint-Etienne

Manifestation puis pique-nique.
Chacun.e invité.e à venir avec sifflet, pipo, castagnettes, casserole... ou chorale !

15/10/2016 à 00:00 Nantes Nantes

Initiative centralisée pour les Pays de la Loire

15/10/2016 à 10:00 Nancy Nancy

Manifestation à 10h Place Charles III

15/10/2016 à 11:00 Boulogne-sur-Mer Boulogne-sur-Mer

Mobilisation centralisée pour le Pas de Calais à Boulogne-sur-Mer, angle rue des Thiers et Grande rue, sensibilisation du public aux dangers du CETA et du TAFTA

15/10/2016 à 10:00 Bayonne 30 place Rolland Barthes

Rassemblement et déambulation dans les rues de la ville de Bayonne pour dire non au TAFTA et au CETA !

15/10/2016 à 14:00 Lyon Lyon

De nombreuses initiatives sont en préparation à Lyon !

15/10/2016 à 10:00 Mâcon Marché de Macon

Grosse action à venir du Collectif Stop TAFTA de Macon, plus d’informations dans les jours à venir

15/10/2016 à 14:00 Annecy Annecy

Mobilisation mutuelle entre Annecy et Chambéry, Manifestation musicale à 14h

15/10/2016 à 15:00 Paris Paris, place de la République

Manifestation et concert prévu à République.
Initiative centralisée pour l’Ile de France, la Normandie et les Hauts-de-France

15/10/2016 à 10:00 La Roche-sur-Yon La-Roche-sur-Yon

Rassemblement au marché Garenne


 
Repost 0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 14:15

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr

 

 

 

CRISE DU NUCLÉAIRE ET REGAIN DES MOUVEMENTS ANTI

 

 

 

Les derniers mois ont montré la volonté d’EDF d’accélérer la fuite en avant du nucléaire. L’entreprise a arraché de justesse un accord avec le gouvernement britannique pour construire deux EPR... ...à Hinckley Point en collaboration avec le constructeur chinois China General Nuclear Power (CGNP) d’ici à 2025. Coût estimé : 18 milliards de livres (23 milliards d’euros), afin de fournir 7 % de l’électricité britannique. Le prix d’achat fixé de l’électricité dans cet accord est de 92,5 livres (108 euros) le mégawatt pendant 35 ans, soit un prix supérieur à toutes les sources de production électrique dans ce pays. Cela est un élément clé de la tentative de réorganisation de la filière nucléaire, les profits générés étant censés éviter la faillite du nucléaire français.

Cela ouvre également la voie à l’accord entre EDF et Areva de façon à ce qu’EDF rachète le pôle « réacteurs et services » d’Areva, autrement dit qu’il devienne l’opérateur essentiel dans la construction des réacteurs et recapitalise Areva pour lui éviter la faillite totale.

L’Etat contribue directement à recapitaliser ces entreprises dont il est actionnaire : 3 milliards pour EDF, 5 milliards pour Areva, payés par les contribuables.
Du côté des salariés, l’austérité se traduit par 3500 suppressions de postes au minimum pour la période 2016-2018 et l’entreprise cherche à faire d’autres économies, en rognant sur les salaires et en réduisant les effectifs, accentuant d’autant plus les risques d’accident.

L’EPR est le symbole de cette faillite : après la dizaine d’années de retard sur le chantier du 1er EPR, en Finlande, celui de Flamanville accuse un retard de 6 ans. Se lancer dans de nouvelles constructions en Grande Bretagne est un pari plus que risqué. Les problèmes sur les autres chantiers montrent la non-rentabilité de tels choix et les dangers afférents : à Flamanville, le coût initial était estimé à 3,3 milliards pour une durée de 5 ans. On en est aujourd’hui à une évaluation de 10,5 milliards d’euros, pour un démarrage au plus tôt en 2018. L’ambition d’obtenir un kwH bon marché grâce à l’EPR de Flamanville apparait de plus en plus comme une chimère ; les dirigeants d’EDF ne peuvent désormais plus se cacher derrière l’argument économique.

Les problèmes économiques de l’entreprise sont d’autant plus accentués par le vieillissement du parc. Si se manifeste la volonté de les faire perdurer le plus longtemps possible, EDF, bien que criblée de dettes, doit néanmoins investir près de 100 milliards d’euros dans les années à venir pour assurer ce prolongement de vie des réacteurs, alors qu’à la fin de 2016, trois quarts des réacteurs français auront atteint la limite d’âge d’exploitation prévue initialement.

Par ailleurs, le rapport de 2015 de l’Autorité du Nucléaire en 2015 a montré les risques dus à la capacité de résistance aux chocs du couvercle et du fond de la cuve du réacteur EPR de Flamanville.

La situation d’EDF et sa fuite en avant dans le nucléaire est dénoncée y compris dans ses propres rangs. En juillet dernier, un membre du conseil d’administration nommé par l’État, Gérard Magnin, démissionne en expliquant qu’alors que « la diversification énergétique est partout à l’ordre du jour dans le monde et que les entreprises énergétiques opèrent des changements parfois radicaux, le centre de gravité d’EDF se déplace encore davantage vers le nucléaire. Depuis les décisions imminentes relatives au projet très risqué d’Hinkley Point à la reprise d’AREVA NP qui fera d’EDF un fabricant de réacteurs, de la poursuite sans questionnement de la coûteuse stratégie de retraitement des déchets à l’affirmation que tous les réacteurs du palier 900 MW verraient leur durée de vie prolongée à 50 ans ou plus, tout semble aller dans le même sens. ». Au début de l’année, c’était le directeur financier d’EDF qui avait lui aussi démissionné pour marquer son opposition au projet d’Hinckley Point.

Le gouvernement confirme la vision partagée avec EDF de la poursuite du nucléaire. La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) censée traduire les objectifs de la loi de transition nucléaire montre à quel point il s’agit surtout de maintenir en l’état le parc existant. L’objectif officiel de 50 % de nucléaire dans la production total d’électricité en 2025 nécessiterait de planifier la fermeture d’un certain nombre de réacteurs ; la Direction Générale de l’Énergie et du Climat avait d’ailleurs signalé en 2014 qu’à l’horizon 2025, une vingtaine de réacteurs ne seraient pas nécessaires. Or jusqu’à maintenant, seule la fermeture de Fessenheim semble envisagée, bien que des certitudes pèsent encore sur la date à laquelle pourrait intervenir cette fermeture. De plus raisonner en part du nucléaire à faire réduire est absurde car en cas d’augmentation de la production de consommation énergétique, la quantité produite par le nucléaire ne diminue pas. Bien entendu, le gouvernement ne se prononce jamais sur la diminution de la puissance installée et envisage de parvenir à réduire la production électrique d’origine nucléaire grâce aux arrêts ponctuels de réacteurs pour réparation, c’est-à-dire sans n’en fermer aucun.

Autant dire que face à ce soutien sans faille du gouvernement au nucléaire et aux orientations d’EDF, le camp antinculéaire, dans toute sa diversité, ne peut que se remettre en marche. On a vu cet été les points marqués à Bure par les opposants au projet Cigeo. En octobre, c’est à Flamanville que la mobilisation se déplace les 1er et 2 octobre pour exiger l’arrêt du chantier de l’EPR, l’arrêt des centrales de plus de 30 ans et défendre la sortie du nucléaire (Voir appel sur : http://www.can-ouest.org/)

Le succès de la mobilisation de Flamanville, préparée par un collectif regroupant des groupes membres du réseau Sortir du Nucléaire et des groupes qui n’en sont pas membres, peut aussi contribuer à la reconstruction d'un mouvement antinucléaire unitaire, indispensable pour vaincre ce lobby tentaculaire, à un moment de crise de l’industrie nucléaire.

Vincent Gay

 

 

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 14:00

 

Source : https://local.attac.org/attacnimes/?Faire-commun-une-alternative-a

 

 

dardot

                                                            

 

 

                                                             

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 13:47

 

 

Info reçue par mail

 

 

 

Le nouvel Atelier Philo de Nîmes est de retour, après un essai en juin!

 
Dans le cadre de l'association nîmoise Anima (http://www.zoanima.fr/anima/ ), un atelier mensuel de Lectures critiques pour tous va avoir lieu d'octobre 2016 à mai 2017. Il est ouvert à tous : chacune et chacun devant pouvoir avoir accès à la fabrication de problèmes philosophiques. Il est animé par Philippe Corcuff et Frédéric Toussaint. Il a une sensibilité libertaire, pluraliste et ouverte. Il s'agit à chaque fois pendant 1h30 de lire ensemble de courts textes de penseurs classiques ou contemporains qui sont distribués en début de séance et de mutualiser nos questionnements et nos réflexions.

Cela aura lieu à chaque fois un samedi, de 10h30 à 12h (attention : 30 mn avant la séance de juin). Où ?
Lieu artistique et culturel Le ZO
18 rue de l'Agau - Nîmes (écusson)
 
Première séance :
Anarchisme et religion 
samedi 1er octobre 2016


 

 

 Séances suivantes :
Samedis 19 novembre 2016 (Histoire et temporalités), 10 décembre 2016, 7 janvier 2017, 18 mars 2017, 29 avril 2017 et 20 mai 2017.

Thèmes envisagés :
Histoire et temporalités (19 novembre) - Croyances, identité, action - Démocratie - Individu - Méthodes

 

 

Voici les textes en PDF

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 13:32

 

Info reçue par mail

 

 

 

Contactez nous pour participer à la collecte de médicaments et de petit matériel médical.Janie
 
Des Docs et
                                              Débats - Soirée nimoise
                                              sur les dispensaires
                                              solidaires grecs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des Docs et Débats - Soirée nimoise sur les dispensaires solidaires grecs

Les membres de SoliGrecs Nîmes vous informent de l'organisation de la prochaine soirée nîmoise "Des Docs et Débats", consacrée aux Dispensaires Sociaux et Solidaires grecs :

Le mercredi                                      5 octobre 2016 à partir de 19h30

A la grande salle de la Maison du Protestantisme,

3 rue Claude Brousson à Nîmes (entre la Maison Carrée et le square Antonin)

Entrée gratuite.

Une soirée qui va se dérouler en 3 temps, à l'occasion de la Quinzaine de la Solidarité, organisée nationalement du 1er au 15 octobre, précédent le départ de la grande Caravane Solidaire vers la Grèce du 16 octobre                                    2016.

 

Une série de reportages TV

Cette courte projection (20 min environs) retracera l'origine et les motivations liées à la naissance de ces établissements de santé autogérés, créés spontanément par des citoyens, tous bénévoles, au lendemain de la crise financière de 2008 et à l'application des premières résolutions d'austérité imposées par l'Europe. Parmi celles-ci, des réformes drastiques qui concernent la santé ont touché directement les citoyens dont la population la plus vulnérable rencontrait des difficultés d'accès aux soins.

Ces initiatives ont mené de nombreux soignants, médecins, infirmiers et personnes impliquées dans la gestion d'activités sociales, à créer des dispensaires permettant de compenser les suppression / réduction d'accès au service public de santé. La fréquentation de ces dispensaire n'a cessé de croître avec la suppression progressive des aides sociales, dans un des pays connaissant les plus grosses difficultés financières d'Europe. S'ajoute aujourd'hui aux tâches gérées par ces Dispensaires Sociaux et Solidaires, la prise en charge nécessaire de migrants, compte-tenu de l'afflux sans précédent et du blocage des actions européennes pour gérer la question des réfugiés.

Un débat avec les membres du collectif

 

Les membres du collectif, impliqués dans la participation d'actions en soutien aux dispensaires grecs (apport de médicaments et de matériels médicaux...) relaieront le message adressé par les grecs et les besoins qu'ils expriment.

Au delà de récits sur le contexte social, économique et politique grec, ils décriront l'organisation qui est prévue pour la Caravane Solidaire 2016, événement national, fédérant toutes les organisations œuvrant pour le soutien apporté au peuple grec. Ils répondront bien volontiers aux suggestions, sollicitations et interrogations du public.

Buffet solidaire et collecte

L'organisation de l'événement est strictement bénévole. Les dons récoltés depuis cet été permettent dors et déjà de programmer le départ d'un fourgon avec ses 2 chauffeurs. Nous avons l'objectif de permettre le départ d'un second véhicule.

Dans ce but :

• Un buffet froid sera proposé, dont les bénéfices participeront au financement du trajet d'un véhicule supplémentaire,

• Un Point Collecte permettra aux visiteurs d'apporter médicaments et fournitures destinés à faire partie de la Caravane Solidaire,

• Des bons de commande seront à disposition pour obtenir des produits naturels grecs, rapportés en France par les véhicules de la Caravane, dont les bénéfices seront exclusivement consacrés à l'opération.

Ce moment convivial sera l'occasion de bavarder avec les membres de quelques organisations voisines avec lesquelles SoliGrecs Nîmes officie pour ce projet : Collectifs d'Alès, Avignon, Narbonne... et l'association Vivence de St Mamert du Gard.

Si vous souhaitez rencontrer plus spécifiquement les membres qui participeront à la Caravane Solidaire, nous vous proposons de nous contacter directement par email : soligrecsnimes@collectif-citoyen.fr

Téléchargez ici l'affiche relative à la participation de SoliGrecs Nîmes à la Caravane Solidaire 2016 : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr/wp-content/uploads/2016/09/Affiche-Caravane-Solidaire-2016-N%C3%AEmes-A4.pdf

Pour en savoir plus sur l'organisation de la Caravane Solidaire 2016, consulter notre publication : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr/category/les-actions-solidaires/caravane-solidaire-2016/. Revoir les publications de la précédente opération nîmoise Pharmacie Solidaire 2015 : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr/category/les-actions-solidaires/pharmacie-solidaire-nimes-athenes-2015/

Découvrir les produits naturels grecs proposés : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr/2016/09/commerce-solidaire-produits-naturels-grecs/

Voir l'article directement sur le site.

---

Comment agit le Collectif SoliGrecs Nîmes ?

En venant en soutien au peuple grec :

• En apportant un éclairage différent sur la situation de la Grèce, face à la diffusion d'informations formatées et parfois tronquées au travers des MainSream Media ;

• En organisant une aide matérielle directe à des dispensaires de santé gratuits, avec des soignants bénévoles ;

• En interpellant les banquiers et les pouvoirs politiques.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce Appels et pétitions
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 13:08

 

 

Info reçue par mail

 

 

En lien ci dessous, un petit montage vidéo de l'action des Pompiers du Gard, jeudi 29 septembre en grève :

https://vimeo.com/184981902

 

Pompiers du Gard Les raisons de la colère

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Photos - Vidéos - Sons
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 13:09

 

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr

 

 

13ÈME FÊTE DES PAYSANS DE LA CONF' ST GENIÈS

 

Comme chaque année depuis 13 ans, la Confédération paysanne du Gard organise sa fête de l'agriculture paysanne. Cette année, elle aura lieu le dimanche 2 octobre, sur le parvis de la mairie de Saint-Geniès-de-Malgoirès

 

 

conf fete 16

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 16:26

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Revenu universel : ce qu'ils en disent à la veille de la présidentielle

 
 
 
Si l'idée d'instaurer un revenu universel n'est pas nouvelle, elle connaît un regain d'essor à l'approche de la présidentielle de 2017. Surfant sur la sympathie que suscite a priori la mesure dans l'opinion publique, les politiques de tout bord se penchent dessus. Mais entre les réflexions à peine amorcées et les détournements de l'idée originelle, l'offre est encore floue sur la question… État des lieux.
 
Nichée à la croisée des idéaux solidaristes et libéraux, la création d'un revenu universel intéresse à droite comme à gauche. Photos : SIPA
 

C'est une idée qui fait son chemin. Alors que la campagne présidentielle n'en est qu'à ses balbutiements, le revenu universel - ou revenu de base - commence à se faire une vraie place au sein du débat politique. Souvent présenté comme utopiste, il repose sur une idée simple : celle de doter chaque citoyen d'une base pécuniaire inamovible, laquelle serait octroyée sans aucune condition. Cette somme pourrait être cumulée avec un salaire et servirait de base de vie en cas de chômage. En revanche, le financement d'une telle mesure impliquerait de supprimer tout ou partie des allocations actuelles, conduisant à changer profondément le paradigme sur lequel repose notre modèle social.

Selon ses défenseurs, le revenu universel constituerait l'arme ultime contre la pauvreté et permettrait de ravigoter le pouvoir d'achat. Ses détracteurs, au contraire, estiment qu'il inciterait à l'oisiveté et à l'assistanat. Au printemps dernier, a présenté un rapport modélisant la création du revenu universel : en retenant un montant de 750€, elle affirme qu'il pourrait être financé en mobilisant l’ensemble des dépenses actuelles de protection sociale, sans impôts supplémentaires. Et l'institut vient d'annoncer qu'il s'est associé au département de la Gironde pour mener une expérimentation en France.

A priori, l'idée est plutôt approuvée par l'opinion. Selon en mai 2016, 51% des Français se déclarent ainsi favorables au revenu universel. Logique, donc, qu'il soit désormais évoqué par un certain nombre des figures politiques qui animeront la présidentielle à venir. Le souci, c'est que le vocable "revenu universel" est parfois galvaudé, et que les propositions qui sont faites en son nom recouvrent des réalités bien différentes…

Valls fait un premier pas

Prenons le cas de Manuel Valls. Dans une tribune publiée le 21 septembre , le Premier ministre se prononce en faveur d'un revenu universel en écrivant ceci : "À présent, il faut ouvrir de nouvelles pistes. Le revenu universel, c’est-à-dire une allocation unique, ouverte à tous, à partir de 18 ans, pour remplacer la dizaine de minima sociaux existant, en est une. Le Gouvernement engagera un dialogue avec tous les acteurs pour construire une réponse souple, plus simple et donc plus efficace, qui prenne en compte les situations individuelles."

À ce stade, la proposition de Manuel Valls est assez éloignée de l'ambition véritable du revenu universel. Ce dernier ne consiste pas simplement en une fusion de diverses allocations ­- laquelle impliquerait de verser un revenu non pas universel mais variable - mais en la création d'un droit nouveau qui entraînerait l'extinction d'autres droits. Par ailleurs, en assurant vouloir "[prendre] en compte les situations individuelles", il achève de se détacher de l'idéal charrié par cette idée. Avec le Premier ministre, à ce stade, le changement de paradigme évoqué plus haut n'aurait pas lieu.

Sarkozy n'en veut pas

Nicolas Sarkozy a été plus clair : le lundi 26 septembre au micro d'Europe 1, le candidat à la primaire de la droite s'est dit opposé à l'idée d'un revenu universel. "Je préfère fusionner toutes les allocations en une seule, affirme l'ancien président de la République. Cette allocation unique fusionnerait le revenu minimum d'activité, les allocations personnelles pour le logement et même les allocations communales." Une proposition qui, au fond, ressemble beaucoup à celle faite par Manuel Valls. Sans l'habillage séduisant.

Macron y songe

 

Emmanuel Macron, pour sa part, se montre séduit par l'idée. En revanche, impossible aujourd'hui de savoir ce qu'il met dedans. "Le revenu universel est une idée intéressante, affirmait-il ainsi début 2016 sur RMC. C'est une idée qu'il faut creuser pour les prochaines années car elle permet d'offrir un point de départ dans la vie. Ça renvoie à la philosophie que l'on a de la société. (…) Moi, je ne crois pas à l'égalitarisme, je crois en l'égalité des opportunités. L'idée du revenu universel - ou d'une dotation en capital au début de la vie -, c'est une idée qui va dans ce sens et qui m'intéresse." Gageons qu'après avoir éclairci sa position quant à une candidature en 2017, il prendra soin de rendre aussi sa position sur le sujet plus nette.

Le Pen disserte

De son côté, Marine Le Pen ne s'est jamais clairement prononcée en faveur du revenu universel. En mars dernier sur LCI, la candidate du FN affirmait toutefois ne pas avoir "d'hostilité de principe", tout en constatant qu'il pouvait y avoir des difficultés "de faisabilité et de financement". Mais elle ne s'avance pas plus loin qu'une réflexion générale : "Je remarque que les classes moyennes françaises sont systématiquement les victimes des choix qui sont opérés. De plus en plus de gens obtiennent des aides sociales, mais ce sont toujours les mêmes qui ne les obtiennent pas et qui les financent. Ce ne serait pas le cas avec le revenu universel où tous les citoyens auraient un revenu, quel que soient leurs richesses. (…) Ça serait un bouleversement, car l'objectif est de remplacer l'intégralité de toutes les autres aides qui sont versées aujourd'hui. Ces dernières peuvent avoir un effet pervers car les Français de bonne foi peuvent se dire que s'ils travaillent, ils vivront moins bien que s'ils perçoivent des aides. Ça n'est pas sain."

Hamon veut le porter

Aujourd'hui, celui qui porte l'idée du revenu universel avec le plus d'ardeur se nomme Benoît Hamon. Invité le dimanche 25 septembre sur RTL, le député socialiste a eu l'occasion de préciser son ambition. Selon lui, bon nombre de personnes "n'articulent pas leur vie personnelle et leur vie professionnelle comme elles le souhaitent." Il poursuit : "L'objectif est d'être moins dépendant du travail. Ce revenu permettrait de favoriser la prise de risque entrepreneuriale et de permettre de faire du bénévolat (…) Pour qu'il ait un impact, le revenu universel ne peut pas être inférieur à 535€. Mais l'objectif doit être de le porter à 750€, voire 1.000€." Et de brandir les expérimentations menées au Canada pour affirmer que cette mesure n'a pas d'effet désincitatif sur l'emploi. Cependant, Benoît Hamon confesse que son projet n'est pas suffisamment abouti pour indiquer le moindre plan de financement. Il estime ainsi que "la question du cumul avec d'autres minima sociaux se pose" et "refuse de trancher à cette étape (de la campagne, ndlr)". Une copie qui reste encore à peaufiner, donc.

Les autres n'en parlent pas

Des candidats à la présidentielle ne se sont encore jamais véritablement exprimés sur le sujet. Ainsi d'Alain Juppé, en course pour la primaire de la droite, ou de Jean-Luc Mélenchon, ce qui peut paraître plus étonnant. Si ce dernier clame son désir d'augmenter le SMIC, il n'a jamais évoqué la création d'un revenu universel.

 

 

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22