Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 15:03

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

 

buzzfeed.com

Le site Asos accusé d’exploiter ses salariés

 

 

Jusqu’à maintenant, le site de vente en ligne de vêtements et accessoires Asos bénéficiait d’une image cool. Dans une enquête réalisée par la version britannique du site d’information Buzzfeed, trois journalistes dévoilent l’envers du décors de l’entrepôt de la marque à Grimethorpe, ancienne ville minière dans le nord de l’Angleterre. 

Dans ce hangar, qui compte 42 kilomètres d’allées, des hommes et des femmes travaillent sous la pression 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Le monstre du prêt-à-porter, aussi qualifié d’Amazon de la mode par son PDG, impose à ses employés des objectifs de productivité lourds. Afin de traiter un maximum de commandes par heure, les managers «  déconseillent  », par exemple, aux employés de faire des pauses pour boire de l’eau ou même aller aux toilettes, en particulier quand la fin de la journée approche. 

Modification des emplois du temps à la dernière minute, fins de contrats sans préavis, licenciements après avoir été en congé maladie… Les témoignages d’anciens salariés sont terrifiants. Le site dément cependant toutes ces accusations d’exploitation et estime traiter comme il faut ses employés. À la suite de cet article, les parlementaires britanniques ont affirmé vouloir ouvrir une enquête. 

 

 

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

 

                                                                        ****************************

 

 

Source : https://www.buzzfeed.com/saraspary/these-asos-workers-are-paying-the-true-price-of-your-order?utm_term=.aov2Dmnyq#.hfdBQJax3

 

 

 

The heart of the online retailer’s global empire is a giant warehouse in the north of England where workers say they are treated like machines to get your order to you wherever you are in the world. A BuzzFeed News investigation reveals allegations of exploitative contracts, an overbearing security regime, and stressed workers.

 

 

 

 

 

 

 

 

Joanne Goddard has lived in the South Yorkshire town of Barnsley her whole life. In April 2016 she took a job as an agency worker at online fashion retailer Asos’s vast global distribution centre, which sends millions of pounds’ worth of clothes to customers around the world every week.

Joanne Goddard Courtesy of Joanne Goddard

 

She was on the first floor of Asos’s huge, grey warehouse when the panic consumed her.

Stressed that she was falling behind on her work targets, she found herself rushing down wrong aisles trying to pick items for customer orders. Soon the familiar pangs of anxiety, which she had last suffered with 18 months earlier, began to take hold.

She tried to calm herself, but at 10:30pm, half an hour before the end of her shift, it was too late. In a blur and overwhelmed, she managed to make it to the third floor – the busiest floor – to put away her hand scanner as night staff were piling in all around her, ready to fulfil customers’ next-day-delivery orders.

She found a team leader and explained she was having a bad panic attack. The next thing she remembers is being taken to first aid, and then driven home.

A week later, her assignment was ended.

 

Pallets laden with boxes sit in the “Goods Inwards” section of Asos’s distribution warehouse in Barnsley, England, in April 2014. Chris Ratcliffe / Bloomberg / Getty Images

 

In a three-month investigation, BuzzFeed News interviewed current and former Asos warehouse employees and obtained internal documents, text messages, and phone recordings that lay bare the highly pressurised conditions involved in getting online orders from the company’s central warehouse to customers across the world within 48 hours.

Agency workers and permanent staff say they are saddled with onerous targets to process high volumes of orders each hour, and some say this discourages them from stopping to drink water or use the toilet – and that managers have even recommended they don’t do so towards the end of shifts.

The investigation comes as Asos finds its working practices under increased public scrutiny. Last month Labour MP and party leadership contender Owen Smith criticised the company’s use of flexible working contracts, and the trade union GMB called for the House of Commons business select committee to launch an inquiry into the firm following complaints about working practices at the Grimethorpe warehouse and “invasive monitoring and surveillance” of staff.

 

Workers unpack items from shipping crates at the Goods Inwards section inside Asos’s distribution warehouse in Barnsley. Chris Ratcliffe / Bloomberg / Getty Images

 

It also comes amid growing public concern over the use of flexible contracts following revelations about the treatment of workers by companies such as Sports Direct and Hermes, and protests by Deliveroo riders about pay structure.

BuzzFeed News can reveal that:

  • Asos managers allegedly live-monitor the number of orders put through the hand scanners used by workers, who can be reprimanded if they fall behind.

  • Staff say they are unable to take regular toilet breaks or water breaks for fear of missing targets, sometimes at the behest of managers.

  • Agency staff say they are kept on contracts they believe are exploitative as they allow for them to have assignments ended without notice, to be sent home without pay, or to be told not to come in if management decides to cancel their shift at any time.
     

  • Staff on “annualised hours” contracts say their shifts can also be cancelled or extended at short notice under arrangements that allow Asos to “flex up” and “flex down”, and that additional hours have been effectively unpaid with workers being given time off rather than money for time worked.

  • Workers have allegedly had their assignments ended after falling ill at work or taking time off to care for sick relatives.

  • Staff allege that security on the site is intrusive and “embarrassing” and that they are sometimes made to remove their shoes for spot checks and searched upon entering the toilets.

  • Pay is docked if an employee arrives at the warehouse even a single minute late. Workers claim 15 minutes’ pay has been docked for just one minute’s lateness.

Global logistics giant XPO, which runs the distribution centre, disputes the allegations. It also says workers are paid for every minute worked and that it works to ensure a “best-in-class and safe working environment”....

 

*Suite de l'article sur buzzfeed.com

 

 

Source : https://www.buzzfeed.com/saraspary/these-asos-workers-are-paying-the-true-price-of-your-order?utm_term=.aov2Dmnyq#.hfdBQJax3

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 14:53

 

Source : http://www.franceculture.fr

 

 

 

Demain, aura lieu un événement majeur dans l'Histoire d'Internet. Ou pas

 

 

Le 1er octobre, les Etats-Unis doivent abandonner la tutelle de l'ICANN, un des principaux organismes de gouvernance de l'Internet.

Un serveur à New York

Un serveur à New York Crédits : Michael Bocchieri / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - AFP

 

Et pour saisir tout l’enjeu de cet événement - c’est un peu compliqué, je vous demande toute votre attention.

L’ICANN, c’est un des organismes qui gouvernent l’Internet mondial. Créé en 1998 sous impulsion américaine, il chapote la gestion de deux fonctions très importantes de l’Internet, les adresses IP et les noms de domaine. Les adresses IP identifient les machines qui se connectent au réseau. Et les noms de domaine (le .com, le .net, le .fr etc) , c’est ce qui dessine la carte du monde numérique. Organiser tout ça n’est pas neutre.

L’ICANN fonctionne sur un mode théoriquement multipartite, c’est-à-dire qu’il comprend des représentants des gouvernements, des représentants du monde de l’entreprise et de la société civile, mais dans les faits, les Etats-Unis pèsent lourd dans la composition et les décisions du conseil d’administration qui assure la gestion effective de l’ICANN, au point que la nomination il y a quelques mois d’un président européen a été considérée comme une étape. Par ailleurs, l’ICANN est une association de droit californien, qui en dernier ressort, dépend du département du commerce des Etats-Unis.

Cette mainmise américaine est dénoncée depuis longtemps, et pas seulement par les Russes et les Chinois. La France aussi râle de longue date. En 2013, suites aux révélations par Edward Snowden du système de surveillance mis en place par les Etats-Unis, Barack Obama a décidé de défaire l’ICANN de la tutelle américaine, comme un signe adressé au monde qu’une nouvelle ère de l’Internet allait s’ouvrir. En effet, Mathieu Weill, qui dirige l’AFNIC (l’association gère les noms de domaine français), résume très bien dans Le Monde d’aujourd’hui, ce qui signifie concrètement cette tutelle : "Jusqu’à présent, quand nous prenions une décision concernant notre domaine.fr, nous avions besoin du tampon des Etats-Unis pour la valider. Pour nous, c’était une souffrance symbolique.”

Donc, une négociation dure depuis deux ans, qui a abouti à un accord qui vise en gros à faire à instaurer un nouveau mode de fonctionnement au sein de l’ICANN (je vous passe les détails), mais surtout à le détacher de la tutelle américaine. Un calendrier a été fixé. Tout devrait se passer demain. Voilà l’événement.

Sauf, que…. c’est plus compliqué que ça….

D’abord, les Républicains américains ne l’entendent pas de cette oreille et depuis des mois, ils tentent de retarder, voire d’empêcher ce désengagement. Donald Trump lui-même a promis qu’il l’empêcherait (ce qui n’est pas anodin, parce qu’à part ça, il se prononce assez peu sur les questions technologiques). Ted Cruz, le candidat malheureux à la primaire républicaine, s’est trouvé là un nouveau combat, il a saisi la justice fédérale amériaine pour cession d’une propriété du gouvernement, ce qui serait selon lui inconstitutionnel. Les juges fédéraux ont jusqu’à demain pour se prononcer. Donc, il est possible que l’accord capote.

Et puis, même s’il ne capotait pas, est-ce que cela changera vraiment quelque chose à l’avenir d’Internet ? Eh bien, on ne sait pas vraiment. Certes, l’ICANN deviendrait indépendant, mais il ne deviendrait pas une agence des Nations Unies comme le désirait par exemple la France, il resterait une association de droit californien et dans son nouveau fonctionnement, la place des géants de la Silicon Valley resterait importante.

Et puis, comme le rappellent les spécialistes de l’Internet, l’un des grands sujets de l’avenir de l’Internet, c’est la surveillance des Etats, or on a pu constater lors des révélations d’Edward Snowden qu’aucune des méthodes employées par les Etats-Unis pour surveiller les réseaux du monde entier n’avaient à voir avec les prérogatives de l’ICANN. Bref, que les Etats-Unis cèdent la tutelle de l’ICANN serait avant tout symbolique.

Eh bien voilà, j’ai occupé 4 minutes de votre temps à vous parler d’un événement imbitable, qui n’aura peut-être pas lieu et qui, même s’il avait lieu, ne changerait sans doute pas grand chose. J’espère que vous êtes content d’avoir écouté.

 

 

 

 

 

Source : http://www.franceculture.fr

 

 

 

Repost 0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 14:37

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

#Charbon La Banque mondiale finance en secret l'industrie du charbon en Asie, accuse une ONG

 

 

 

Andy Wong/AP/SIPA

 

La Banque mondiale finance indirectement la construction de centrales à charbon polluantes en Asie en dépit de son engagement à limiter ses aides à ce secteur et à combattre le changement climatique, affirme l'ONG Inclusive Development International (IDI) dans un rapport ce lundi.

En 2013, l'institution avait assuré qu'elle ne soutiendrait les projets de développement reposant sur le charbon que dans les "rares circonstances" où il n'existe pas d'autres alternatives énergétiques. Mais, selon ce rapport, la Banque mondiale a, depuis, indirectement aidé à co-financer 41 projets associés au charbon en Asie via sa branche dédiée au secteur privé, la Société financière internationale (SFI).

D'après l'ONG, la SFI aurait plus précisément accordé des prêts à des banques et fonds d'investissements de pays en développement qui auraient ensuite été utilisés pour financer des énergies polluantes, notamment la construction d'une centrale au Bangladesh.

Un porte-parole de la SFI a dit prendre le rapport très "au sérieux" en ajoutant qu'il montrait la nécessité de créer plus d'incitations pour que les Etats et le secteur privé investissent dans les énergies renouvelables. La SFI a par ailleurs, selon ce porte-parole, investi plus de 15 milliards de dollars depuis 2005 dans les énergies propres et les économies d'énergie.

La branche de la BM dédiée au secteur privé a été plusieurs mois critiquée par des ONG qui l'ont notamment accusé de financer indirectement des projets ayant conduit à des violations des droits de l'Homme.

(Avec AFP)

 

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Repost 0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 14:20

 

Source : https://www.franceinter.fr

 

 

L'État assigné pour les rats et cafards de la prison de Fresnes

 

 

 

C'est une information France Inter. L'OIP saisit le tribunal administratif de Melun. En cause : la prolifération de nuisibles au centre pénitentiaire de Fresnes.

 

 

L'une des cours de promenade de la prison de Fresnes © Grégoire Korganow /

L'une des cours de promenade de la prison de Fresnes

CGLPL

 

L'Observatoire international dénonce la prolifération des rats, punaises, cafards, puces, au centre pénitentiaire de Fresnes.

 

 

La situation dure depuis des mois, deux détenus ont même été contaminés par la leptospirose, une maladie transmise par les rats, en février dernier. Le syndicat FO pénitentiaire a également publié une lettre ouverte cet été, pour dénoncer la présence des rongeurs et de leurs déjections.

Malgré ces alertes, la situation perdure dans ce centre pénitentiaire immense, le 2e de France avec ses 2.800 détenus, et 200% de surpopulation carcérale dans la maison d'arrêt des hommes. L'OIP a donc décidé d'attaquer l'Etat en urgence devant le juge des référés. La requête doit être déposée ce lundi au tribunal administratif de Melun, et une audience devrait se tenir dans les 48 heures.

A l'appui de sa requête, l'association a recueilli le témoignage de nombreux détenus.

Un témoignage extrait du référé liberté

Un témoignage extrait du référé liberté © Radio France /

 

Maud Schlaffman-Amprino est avocate au barreau de Créteil., elle se rend à Fresnes au moins une fois par semaine, pour rencontrer ses clients. Tous lui ont raconté comment ils cohabitent avec divers animaux nuisibles.
"A Fresnes, on trouve principalement des rats dans les cours de promenade et dans les coursives. Qui dit rats, dit déjections, ça fait beaucoup d'odeurs qui remontent, qui sont difficiles à supporter. C'est aussi, la nuit, des clients qui me racontent qu'ils entendent les rats se battre. C'est, au petit matin, entrer dans sa cour de promenade, et découvrir des cadavres de rats... Dans les cellules, ce sont les insectes, principalement des punaises de lit et des cafards. Un client m'a dit que son matelas était tellement infesté qu'il préférait dormir assis, la tête posée sur la table de la cellule, plutôt que dans son lit."

L'un des témoignages extraits du référé liberté

L'un des témoignages extraits du référé liberté © Radio France /

D'autres courriers de détenus et d'avocats transmis à l'OIP confirment ces témoignages. Alertée après deux cas de leptospirose, l'Agence régionale de santé avait estimé en mai dernier que la prolifération des rats était principalement due aux déchets jetés par les détenus.

 

Me Schlaffman Ampiro.
"Oui, des détenus me disent qu'ils jettent les détritus par la fenêtre. J'ai rencontré un monsieur l'autre jour qui m'a dit qu'on ne venait jamais récupérer son sac poubelle. Quand ça fait une semaine que vous avez des détritus qui s'accumulent dans 9 m2, partagés à deux ou à trois, ce n'est plus possible, alors la solution c'est : on jette par la fenêtre."

L'un des témoignages cités dans le référé liberté

L'un des témoignages cités dans le référé liberté © Radio France /

Le phénomène semble aujourd'hui hors de contrôle, malgré les mesures que la direction de l'établissement affirmait, fin juillet, avoir prises : nettoyage quotidien des allées, ramassage des poubelles une à deux fois par jour.

 

Toilettes dans une cellule de la prison de Fresnes

Toilettes dans une cellule de la prison de Fresnes © DR

 

Pour l'OIP, la situation est à la fois dangereuse pour la santé des détenus et du personnel, et attentatoire à la dignité

L'association demande donc au juge des référés de Melun d'ordonner à l'administration de mettre rapidement un terme à la situation. C'est ce que l'OIP avait obtenu pour les Baumettes, en 2012 : le juge des référés du Conseil d'Etat avait ordonné de réaliser sous dix jours un diagnostic de lutte contre les nuisibles, et le lancement une opération d'envergure de dératisation et de désinsectisation.

 

►►►Lire l'extrait de l'un des questionnaires remplis par les détenus à la demande de l'OIP

►►►Pour aller plus loin : retrouvez la matinale spéciale réalisée en direct de la prison de Fresnes.

Photos de "une" de Grégoire Korganow qui publie Prisons chez Neus/Les Belles Lettres

 

 

 

 

Source : https://www.franceinter.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 14:04

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Manifestation de retraités contre l'austérité à Athènes

 

 

Publié le 03 octobre 2016 à 13h40

 

 

 

Manifestation de retraités contre l'austérité à Athènes

/Photo prise le 3 octobre 2016/REUTERS/Alkis Konstantinidis ((c) Reuters)

 

ATHENES (Reuters) - La police grecque a procédé à des tirs de gaz lacrymogènes pour disperser lundi une manifestation de retraités qui protestaient à Athènes contre la diminution de leurs pensions, conséquence des mesures d'austérité imposées par les créanciers internationaux de la Grèce.

Environ 1.500 personnes ont tenté de se rendre vers le siège du gouvernement avant d'être bloquées par la police anti-émeutes.

Plusieurs dizaines de manifestants ont alors voulu de renverser un autocar de la police qui bloquait l'accès aux bureaux du Premier ministre Alexis Tsipras.

Le gouvernement grec doit présenter lundi au Parlement son projet de budget pour 2017 alors que le pays subit encore les conséquences des plans d'austérité successifs imposés depuis sept ans.

 

(Renee Maltezou; Pierre Sérisier pour le service français)

 

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce Ils réagissent
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 16:29

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

La justice ouvre une enquête sur les marchés publics des radars automatiques

1 octobre 2016 | Par Stéphanie Fontaine
 
 
 

La justice a ouvert une enquête pénale pour favoritisme et prise illégale d’intérêts sur plusieurs marchés publics passés pour le fonctionnement des radars automatiques. Les noms de deux anciens ministres, Thierry Breton et Francis Mer, sont cités.

La justice a ouvert une enquête pénale sur plusieurs marchés publics passés pour le fonctionnement des radars automatiques, dans laquelle sont cités les noms de deux anciens ministres, Thierry Breton et Francis Mer, selon des informations de Mediapart. C’est sur la base d’une plainte de l’association d’Anticor, déposée le 24 novembre 2015, pour délit de favoritisme et prise illégale d’intérêts, dont les éléments ont été jugés « suffisamment sérieux », que le parquet national financier (PNF) « a en effet engagé une enquête préliminaire le 29 mars dernier », confirme une source judiciaire.

Dans sa plainte, l’association anticorruption s’interroge sur les conditions d’attribution de quatre juteux contrats passés entre l’État et des sociétés du groupe Atos entre 2003, année du lancement du contrôle-sanction automatisé (CSA), et 2011. Anticor soupçonne que l’entreprise de services informatiques a été tout simplement favorisée, et donc que la garantie d’une véritable mise en concurrence n’a pas été respectée.

 

L'ancien ministre Thierry Breton, le 13 avril 2016, aujourd'hui PDG du géant Atos. © Reuters L'ancien ministre Thierry Breton, le 13 avril 2016, aujourd'hui PDG du géant Atos. © Reuters

 

Les soupçons portent également sur l’influence potentielle de deux anciens ministres de l’économie et des finances dans l’attribution de certains de ces marchés et dans les commandes de prestations réclamées d’une manière générale dans le cadre de ce CSA. Des ministres qui ont pris par la suite la tête de deux des principales entreprises prestataires de l’État dans cette affaire.

Anticor vise Thierry Breton, l’actuel PDG d’Atos, ainsi que son directeur général adjoint, Gilles Grapinet, qui fut son directeur de cabinet à l’époque où il dirigeait Bercy (2005-2007). Dans le viseur également, Francis Mer, ministre des finances de mai 2002 à mars 2004, avant de prendre ses fonctions à la tête de Safran en 2007. Or, Morpho (ex-Sagem), l’une des filiales du groupe Safran, se trouve être l’un des principaux fournisseurs de radars en France...

 

*Suite de l'article sur mediapart

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 15:08

 

Source : http://garetgvaucoeurdenimes.collectif-citoyen.fr/2016/08/lignes-a-grande-vitesse-la-gabegie-des-partenariats-public-prive/

 

 

 

Lignes à grande vitesse : la gabegie des partenariats public-privé

 

 

 

SNCF : les dix scandales

Politis-10-scandales-SNCFAutrefois fleuron français, la compagnie nationale souffre désormais d’une très mauvaise réputation auprès des usagers. Entre les prix élevés, les retards et de graves manquements en matière de sécurité, et en attendant l’ouverture prochaine à la concurrence. Extrait du dossier consacré par Politis :

 

Lignes à grande vitesse : la gabegie des Partenariats Public-Privé (PPP)

Après les stades vides et hors de prix et les universités ne pouvant pas accueillir de public, on découvre désormais que les partenariats public-privé (PPP) font aussi des ravages sur les lignes à grande vitesse. Une filiale de Vinci, Lisea, a été choisie en 2007 pour construire le TGV Tours-Bordeaux et financer la moitié des 7,8 milliards d’euros d’investissement, à parité avec des fonds publics. L’affaire a tourné l’automne dernier à la tragi-comédie. Il y a d’abord la grogne de 48 collectivités locales, qui ont cofinancé le projet en rêvant d’être desservies par le train à grande vitesse, l’ouverture de la ligne étant prévue pour 2017. Problème : celle-ci ne pourra pas compter 48 gares. D’où le sentiment d’avoir été les vaches à lait du consortium.

Le voyageur pourrait aussi avoir cette désagréable impression. Car, pour se rembourser, Lisea fera payer l’accès aux rails à la SNCF pour une durée de cinquante ans, avec un tarif 2,5 fois plus cher que sur la section Paris-Lyon, et l’autorisation d’augmenter chaque année ces droits de passage jusqu’à 3,5 fois l’inflation.

Mais ce n’est pas tout. Selon les calculs de Lisea, cette activité sera rentable à partir d’une vingtaine d’allers-retours Paris-Bordeaux par jour. Or, la SNCF estime ses besoins à seulement 13 allers-retours. Comme il est d’usage dans les PPP, l’entreprise renégocie le contrat lorsque ses bénéfices sont menacés. En novembre 2015, les banquiers du consortium ont donc suspendu le versement d’une des tranches de crédit jusqu’à gain de cause. Le gouvernement a tranché : il y aura 16,5 allers-retours par jour.

Tant pis si ces trains sont vides et que la SNCF ne rentre pas dans ses frais.

Lisea, de son côté, continue de demander une intensification du trafic.

À l’avenir, seul l’État financera ce type de projet, laisse entendre, échaudé, le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies. Pas question en revanche de freiner la course à l’ultravitesse, malgré son coût énergétique et des finances dans le rouge vif pour la branche infrastructure de la SNCF. Prochain projet : mettre Toulouse à 3 h 15 de Paris d’ici à 2030. Mais à quel prix ?

Lire l’article complet original de Politis ici.

 

 

Source : http://garetgvaucoeurdenimes.collectif-citoyen.fr/2016/08/lignes-a-grande-vitesse-la-gabegie-des-partenariats-public-prive/

 

 

Repost 0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 14:55

 

Info reçue par mail

 

 

Des Pyrénées à Paris, la marche des Jours Heureux

 

De Pau à Paris

Départ 7 octobre
Info ici
 
 

 

Des Pyrénées à Paris, la marche des Jours Heureux

Une marche citoyenne des Pyrénées jusqu’à Paris. Voici le programme des participants aux « Jours Heureux », qui partiront du village d’Oloron Sainte-Marie (64) le vendredi 7 octobre au matin pour arriver à Paris le samedi 5 novembre. Les étapes d’environ 25 km se feront à pieds, à vélo, en tandem, et avec des instruments de musique. Ils passeront à Pau-Lescar, Marmande, Bergerac, Périgueux, Limoges, Romorantin-Lanthenay, Orléans et Créteil.

 

 

La projection du documentaire Les Jours Heureux de Gilles Perret sera proposée dans certaines étapes. Ce film, dans lequel ont notamment tourné Raymond Aubrac et Stéphane Hessel, raconte l’histoire de la naissance du programme du Conseil National de la Résistance (CNR) intitulé : « Les jours heureux ». Un texte qui est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.

 

Carte de la marche des jours Heureux.
Carte de la marche des jours Heureux.

 

Les objectifs de cette marche sont multiples : rencontrer les citoyens et les résistants d’aujourd’hui, mieux faire connaître le programme du CNR et l’Appel des résistants de 2004.

Ses participants aimeraient que d’autres marches citoyennes convergent à Paris avant les primaires de novembre pour montrer la volonté d’un nouveau cap politique. Ils espèrent être plus de 1000 à Paris pour terminer la marche.

Tout au long de leur parcours, les participants aimeraient se mettre en lien avec les Nuits debout locales. Vous pouvez contacter Martin, l’un des organisateurs (martin.rf@laposte.net) pour organiser des rencontres.

Vous pouvez également les contacter sur Facebook et retrouver tous les détails de leur projet sur leur site internet. 

 

 

Repost 0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 14:21

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr/

 

 

 

MANIFESTATION RÉGIONALE À AIX : STOP/TAFTA/CETA

 

 

 

Le Collectif STOP/TAFTA/CETA organise un départ collectif pour la manifestation régionale du 15 octobre 2016 contre les traités TAFTA et CETA à Aix en provence. Départs d'Alès, Nîmes et Arles.

Réponse urgente avant le 2 octobre

Dans la cadre de la journée de mobilisation contre les traités TAFTA et CETA les collectifs régionaux ont décidé de faire masse et de se rassembler sur certaines métropoles.

 

Pour le Sud-Est c’est Aix-en-Provence qui sera le point de convergence. À cet effet le collectif du Gard envisage d’affréter un car en partance d’Alès, via Nîmes et Arles.

 

 

Le départ serait vers 12 h30 à Alès pour une arrivée à 15 h à Aix, début des manifestations, expositions et de la joyeuse pagaille (voir le programme ci-dessous).
Le retour se ferait à partir de 18 h pour arrivée vers 20 h 30 à Alès.

Il est indispensable que nous sachions au plus tôt le nombre de participants et que ceux-ci fassent une réservation ferme auprès des organisateurs et fassent parvenir leur paiement.

Le prix pour un car plein est de 15 € par personne. Nous vous tiendrons informés si le car est rempli ; dans le cas contraire nous annulerions ce déplacement. Si nous n’atteignons pas le montant requis pour cet affrètement les sommes et chèques perçus seront restitués.

Le collectif TAFTA-CETA sera présent à la fête de la Conf dimanche 2 octobre, de 9 h à 19 h à Saint-Geniès-de-Malgoirès.

DANS LA MESURE DU POSSIBLE, APPORTEZ VOS CHÈQUES CE DIMANCHE 2 OCTOBRE.

Contacts pour vous incrire :

Contact : stoptafta30@orange.fr

Le tract pour le 15 octobre :

 

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr/

 

 

                                                                     **********************************

 

 

Source : https://www.collectifstoptafta.org

 

 

 

15 octobre : journée d’actions Stop TAFTA & CETA

 

 

 

On a toutes et tous une bonne raison de s’opposer au TAFTA et au CETA

Depuis 2013, une large mobilisation s’est mise en place contre le TAFTA, ce projet d’accord qui vise à libéraliser les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l’Union européenne. Les négociations vont plus lentement que prévu, mais contrairement aux annonces récentes du gouvernement, elles continuent !

Pendant ce temps, l’Union européenne s’apprête à signer un traité similaire avec le Canada : le CETA. Celui-ci doit être soumis à l’approbation des États membres le 18 octobre prochain. S’il est approuvé, il sera soumis à la ratification du Parlement européen dans les mois suivants.

Le TAFTA et le CETA auraient des conséquences graves, telles que l’abaissement des barrières tarifaires en matière agricole qui aggraverait la crise que vivent déjà des centaines de milliers de paysans et le nivellement par le bas des normes qui protègent la qualité de notre alimentation, la santé publique, la sécurité industrielle et l’environnement.

La « coopération réglementaire », conçue pour impliquer directement les multinationales dans l’écriture des lois et réglementations et « l’arbitrage d’investissement » mettraient en danger les droits sociaux, la lutte contre le réchauffement climatique et le principe démocratique même. Dès l’approbation du CETA, les multinationales américaines, qui possèdent de nombreuses filiales au Canada, pourraient utiliser ces mécanismes pour attaquer les réglementations qu’elles jugent défavorables.

 

Alors le 15 octobre, toutes et tous mobilisé.e.s

https://www.facebook.com/events/939861132824306/

 

Carte des mobilisations en France le 15 octobre

 

Liste des évènements

Date Ville Lieu Descriptif
15/10/2016 à 15:00 Aix-en-Provence Aix

Mobilisation Régionale PACA, en cours de préparation

15/10/2016 à 14:00 Valence Valence

Grand rassemblement place Porte Neuve

15/10/2016 à 14:00 Rennes Rennes

Initiative centralisée pour la Bretagne en cours de préparation.

22/10/2016 à 10:00 Montfort-en-Chalosse Montfort-en-Chalosse

Fête des « 100 communes landaises Hors tafta & Ceta » : débats, prise de paroles d"élu.e.s locaux, animations et repas collectif !

15/10/2016 à 10:00 Saint-Étienne Saint-Etienne

Manifestation puis pique-nique.
Chacun.e invité.e à venir avec sifflet, pipo, castagnettes, casserole... ou chorale !

15/10/2016 à 00:00 Nantes Nantes

Initiative centralisée pour les Pays de la Loire

15/10/2016 à 10:00 Nancy Nancy

Manifestation à 10h Place Charles III

15/10/2016 à 11:00 Boulogne-sur-Mer Boulogne-sur-Mer

Mobilisation centralisée pour le Pas de Calais à Boulogne-sur-Mer, angle rue des Thiers et Grande rue, sensibilisation du public aux dangers du CETA et du TAFTA

15/10/2016 à 10:00 Bayonne 30 place Rolland Barthes

Rassemblement et déambulation dans les rues de la ville de Bayonne pour dire non au TAFTA et au CETA !

15/10/2016 à 14:00 Lyon Lyon

De nombreuses initiatives sont en préparation à Lyon !

15/10/2016 à 10:00 Mâcon Marché de Macon

Grosse action à venir du Collectif Stop TAFTA de Macon, plus d’informations dans les jours à venir

15/10/2016 à 14:00 Annecy Annecy

Mobilisation mutuelle entre Annecy et Chambéry, Manifestation musicale à 14h

15/10/2016 à 15:00 Paris Paris, place de la République

Manifestation et concert prévu à République.
Initiative centralisée pour l’Ile de France, la Normandie et les Hauts-de-France

15/10/2016 à 10:00 La Roche-sur-Yon La-Roche-sur-Yon

Rassemblement au marché Garenne


 
Repost 0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 14:15

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr

 

 

 

CRISE DU NUCLÉAIRE ET REGAIN DES MOUVEMENTS ANTI

 

 

 

Les derniers mois ont montré la volonté d’EDF d’accélérer la fuite en avant du nucléaire. L’entreprise a arraché de justesse un accord avec le gouvernement britannique pour construire deux EPR... ...à Hinckley Point en collaboration avec le constructeur chinois China General Nuclear Power (CGNP) d’ici à 2025. Coût estimé : 18 milliards de livres (23 milliards d’euros), afin de fournir 7 % de l’électricité britannique. Le prix d’achat fixé de l’électricité dans cet accord est de 92,5 livres (108 euros) le mégawatt pendant 35 ans, soit un prix supérieur à toutes les sources de production électrique dans ce pays. Cela est un élément clé de la tentative de réorganisation de la filière nucléaire, les profits générés étant censés éviter la faillite du nucléaire français.

Cela ouvre également la voie à l’accord entre EDF et Areva de façon à ce qu’EDF rachète le pôle « réacteurs et services » d’Areva, autrement dit qu’il devienne l’opérateur essentiel dans la construction des réacteurs et recapitalise Areva pour lui éviter la faillite totale.

L’Etat contribue directement à recapitaliser ces entreprises dont il est actionnaire : 3 milliards pour EDF, 5 milliards pour Areva, payés par les contribuables.
Du côté des salariés, l’austérité se traduit par 3500 suppressions de postes au minimum pour la période 2016-2018 et l’entreprise cherche à faire d’autres économies, en rognant sur les salaires et en réduisant les effectifs, accentuant d’autant plus les risques d’accident.

L’EPR est le symbole de cette faillite : après la dizaine d’années de retard sur le chantier du 1er EPR, en Finlande, celui de Flamanville accuse un retard de 6 ans. Se lancer dans de nouvelles constructions en Grande Bretagne est un pari plus que risqué. Les problèmes sur les autres chantiers montrent la non-rentabilité de tels choix et les dangers afférents : à Flamanville, le coût initial était estimé à 3,3 milliards pour une durée de 5 ans. On en est aujourd’hui à une évaluation de 10,5 milliards d’euros, pour un démarrage au plus tôt en 2018. L’ambition d’obtenir un kwH bon marché grâce à l’EPR de Flamanville apparait de plus en plus comme une chimère ; les dirigeants d’EDF ne peuvent désormais plus se cacher derrière l’argument économique.

Les problèmes économiques de l’entreprise sont d’autant plus accentués par le vieillissement du parc. Si se manifeste la volonté de les faire perdurer le plus longtemps possible, EDF, bien que criblée de dettes, doit néanmoins investir près de 100 milliards d’euros dans les années à venir pour assurer ce prolongement de vie des réacteurs, alors qu’à la fin de 2016, trois quarts des réacteurs français auront atteint la limite d’âge d’exploitation prévue initialement.

Par ailleurs, le rapport de 2015 de l’Autorité du Nucléaire en 2015 a montré les risques dus à la capacité de résistance aux chocs du couvercle et du fond de la cuve du réacteur EPR de Flamanville.

La situation d’EDF et sa fuite en avant dans le nucléaire est dénoncée y compris dans ses propres rangs. En juillet dernier, un membre du conseil d’administration nommé par l’État, Gérard Magnin, démissionne en expliquant qu’alors que « la diversification énergétique est partout à l’ordre du jour dans le monde et que les entreprises énergétiques opèrent des changements parfois radicaux, le centre de gravité d’EDF se déplace encore davantage vers le nucléaire. Depuis les décisions imminentes relatives au projet très risqué d’Hinkley Point à la reprise d’AREVA NP qui fera d’EDF un fabricant de réacteurs, de la poursuite sans questionnement de la coûteuse stratégie de retraitement des déchets à l’affirmation que tous les réacteurs du palier 900 MW verraient leur durée de vie prolongée à 50 ans ou plus, tout semble aller dans le même sens. ». Au début de l’année, c’était le directeur financier d’EDF qui avait lui aussi démissionné pour marquer son opposition au projet d’Hinckley Point.

Le gouvernement confirme la vision partagée avec EDF de la poursuite du nucléaire. La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) censée traduire les objectifs de la loi de transition nucléaire montre à quel point il s’agit surtout de maintenir en l’état le parc existant. L’objectif officiel de 50 % de nucléaire dans la production total d’électricité en 2025 nécessiterait de planifier la fermeture d’un certain nombre de réacteurs ; la Direction Générale de l’Énergie et du Climat avait d’ailleurs signalé en 2014 qu’à l’horizon 2025, une vingtaine de réacteurs ne seraient pas nécessaires. Or jusqu’à maintenant, seule la fermeture de Fessenheim semble envisagée, bien que des certitudes pèsent encore sur la date à laquelle pourrait intervenir cette fermeture. De plus raisonner en part du nucléaire à faire réduire est absurde car en cas d’augmentation de la production de consommation énergétique, la quantité produite par le nucléaire ne diminue pas. Bien entendu, le gouvernement ne se prononce jamais sur la diminution de la puissance installée et envisage de parvenir à réduire la production électrique d’origine nucléaire grâce aux arrêts ponctuels de réacteurs pour réparation, c’est-à-dire sans n’en fermer aucun.

Autant dire que face à ce soutien sans faille du gouvernement au nucléaire et aux orientations d’EDF, le camp antinculéaire, dans toute sa diversité, ne peut que se remettre en marche. On a vu cet été les points marqués à Bure par les opposants au projet Cigeo. En octobre, c’est à Flamanville que la mobilisation se déplace les 1er et 2 octobre pour exiger l’arrêt du chantier de l’EPR, l’arrêt des centrales de plus de 30 ans et défendre la sortie du nucléaire (Voir appel sur : http://www.can-ouest.org/)

Le succès de la mobilisation de Flamanville, préparée par un collectif regroupant des groupes membres du réseau Sortir du Nucléaire et des groupes qui n’en sont pas membres, peut aussi contribuer à la reconstruction d'un mouvement antinucléaire unitaire, indispensable pour vaincre ce lobby tentaculaire, à un moment de crise de l’industrie nucléaire.

Vincent Gay

 

 

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22