Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 15:46

 

Source : http://partage-le.com

 

Des Rockefeller à Naomi Klein : nos amies les ONG?

12342676_1048106688574769_8563144803487823729_n

 

Donc, aujourd’hui, à Montreuil, au village des alternatives, Action non-violente COP21, Attac France, Bizi ! et Les Amis de la Terre organisent le « Sommet des 196 chaises », où l’organisation 350.org, et l’organisation Tax Justice Network, seront également présentes.

 

Attac, subventionnée (à titre d’exemple, voici ce qu’ATTAC a obtenu pour la préparation du « Forum Social Européen » du 12 au 15 novembre 2003 à Saint-Denis : 2 500 000 € d’aides indirectes en locaux et moyens matériels ; 2 330 000 € de subventions directes, dont 1 000 000 € de la Ville de Paris ; 480 000 € en provenance des Conseils généraux ; 250 000 € de Matignon ; 250 000 € de la part du Quai d’Orsay et 300 000 € du Conseil régional Ile-de-France. Par ailleurs, ATTAC reçoit chaque année environ 100 000 € de subvention de fonctionnement.).

 

350.org, subventionnée (plus de 100 dons depuis 2005, de la part de 50 généreuses fondations, pour un montant de 10 millions de dollars, avec 6 dons de plus d’1 million, plus de la moitié de ces 10 millions provient du Rockefeller Brothers Fund (RBF), du Rockefeller Family Fund et du Schumann Center for Media and Democracy).

 

Etc., encore une fois, les ONGs ne sont pas toutes contre-productives et leurs militants sont probablement de bonne volonté, mais encore une fois, il faut aussi se méfier, les engagements de 350 (Bill McKibben et Naomi Klein) relèvent du capitalisme vert, de l’écologie « main dans la main » avec les corporations et les gouvernements. Quelle est le sens d’une écologie pensée « main dans la main » avec VINCI, SUEZ, VEOLIA, MONSANTO, etc?

 

Ci-dessous, Susan Rockefeller, qui a co-produit le documentaire « tout peut changer » de Naomi Klein, & Naomi Klein qui pose avec Angel Gurria, actuellement Secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), avec son fameux livre révolutionnaire et anticapitaliste (soi-disant).

 

12111990_1021165627935542_8344269522942401888_n

12342676_1048106688574769_8563144803487823729_n

 

Dans une interview, David Rockefeller (le mari de Susan) explique que :

[…] L’énergie sera toujours un levier économique. Si mon grand-père était vivant aujourd’hui, il aurait très certainement exploré l’univers très prometteur des énergies renouvelables et recherché à améliorer l’impact négatif du pétrole et du gaz.

Il aurait lié des partenariats avec Bill Gates aujourd’hui, par exemple, sur certains projets, comme nous le faisons aujourd’hui en Afrique avec lui sur les semences. […]

Mais également que:

[…] Nous sommes aux côtes de Bill Gates dans ce domaine. Un projet qui permet aux agriculteurs locaux de cultiver pour eux, mais également d’exporter. La semence devenant pour eux une valeur économique.

Parmi les projets dont il parle, on retrouve l’AGRA (Alliance for a Green Revolution in Africa – Alliance pour une révolution verte en Afrique), un nouveau programme mis en place par la fondation Gates & la fondation Rockefeller, entre autres.

Pour en savoir plus sur cette « nouvelle révolution verte », et ses conséquences désastreuses, lire cet article assez complet, dont voici des extraits:

L’AGRA déclare que son principal objectif est d’aider l’Afrique à accroître sa productivité pour un certain nombre de plantes alimentaires majeures, tout comme cela avait été envisagé par les programmes initiaux de la révolution verte.[3] Et une fois de pus, cela est censé se faire via la sélection végétale de type occidental dans les instituts nationaux de recherche agricole. La différence étant que cette fois-ci une nouvelle fournée de sélectionneurs de plantes sera formée en Afrique même, au lieu d’être formée dans les université du Nord, mais l’université de Cornell, la principale institution des premiers programmes de la révolution verte, sera cependant là pour superviser la formation. (…)

L’une des premières étapes de l’AGRA cependant est de créer un réseau de « fournisseurs en agroalimentaire », pour vendre les semences, les pesticides et les engrais. L’AGRA a déjà recruté une ONG étasunienne appelée Citizens’Network for Foreign Affairs (Réseau de citoyens pour les affaires étrangères) pour effectuer ce travail au Kenya, en Tanzanie et au Malawi. Jusqu’à présent, cette ONG a reçu près de 14 millions de dollars de subventions, ce qui en fait de loin le plus gros bénéficiaire des financements de l’AGRA jusqu’à présent. Pour approvisionner les fournisseurs, les donateurs de l’AGRA financent aussi des entreprises privées de semences. La fondation Rockefeller est le principal investisseur dans l’African Agricultural Capital (Capital agricole africain), un fonds d’investissement en capital-risque qui investit dans plusieurs petites entreprises de semences africaines qu’il contrôle en partie et qui sont aussi soutenues par l’AGRA.[6] (…)

Que ce soit l’ancienne ou la nouvelle révolution verte, les premiers perdants sont les agriculteurs, en particulier les petits. L’AGRA cherche à remplacer les semences que les agriculteurs africains ont soigneusement développées pour leurs fermes et leurs cultures, par des variétés adaptées aux monocultures industrielles. Ces semences ouvriront la voie à l’industrialisation des cultures alimentaires africaines, laissant le champ libre à l’introduction et à la domination de l’agrobusiness. (…)

Au moment où l’AGRA a été lancée, ses fondateurs se sont empressés de souligner que l’AGRA n’utiliserait pas de plantes cultivées génétiquement modifiées (GM). Pas pour l’instant, bien sûr. Lors de la troisième assemblée générale des collaborateurs du programme de l’AGRA sur les « Biotechnologies, sélection et systèmes de semences pour les plantes cultivées africaines », un certain nombre de présentations de recherches et d’essais sur des plantes cultivées GM ont été intégrées.[16] Il est donc difficile de prendre au sérieux la déclaration que l’AGRA n’avait rien à faire avec les semences GM. Tous ceux qui financent l’AGRA, dont Rockefeller et Gates, essayent déjà d’imposer l’introduction des technologies des modifications génétiques en Afrique. Mais ils se sont rendu compte que l’initiative de l’AGRA serait plus facile à introduire sans inclure les cultures ou les semences GM. La stratégie est sans aucun doute de l’introduire plus tard, une fois que le programme sera installé et que les agriculteurs auront déjà adopté les nouvelles semences. De plus, la plupart des pays d’Afrique n’ont pas encore mis en place de législation de biosécurité, et cela n’a donc aucun sens de se focaliser sur les cultures GM actuellement. Il faut plutôt se concentrer sur l’harmonisation des politiques, en s’assurant que les durées d’autorisation des plantes cultivées sont plus rapides et en construisant l’infrastructure nécessaire à l’introduction rapide des cultures GM. (…)

Ou, pour les anglophones, cet excellent article écrit par Eric-Holt Gimenez.


PS: Nous étions hier (samedi 5 décembre) au village des alternatives à Montreuil, les grandes ONG sont évidemment bien visibles, brassent beaucoup de monde (et/ou de vent), tandis que des petites ONGs montées par des activistes passionnés et refusant les grosses subventions d’état ou de corporation sont quasiment ignorées ; nous tenons à saluer, à féliciter et à remercier Foil Vedanta pour le travail accompli, et merci d’être venu!


Nico

A propos des ONG, lire également:

http://partage-le.com/2015/12/les-ong-internationales-et-lindustrie-de-la-catastrophe-lexemple-haitien/

http://partage-le.com/2015/12/long-isation-de-la-resistance-par-arundhati-roy/

 

 

Source : http://partage-le.com

 

 

Repost 0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 15:31

 

 

Source : http://www.jennar.fr

 

A lire attentivement : pendant qu’à Paris, on fait semblant de vouloir combattre le changement climatique, à Genève, dans le plus grand secret, se négocie une « libéralisation » des services qui va en sens opposé :

 

 

http://cgspwallonne.be/documentations/actualite/item/522-wikileaks-devoile-comment-tisa-deregulera-les-politiques-energetiques

 

 

*Voir ci-dessous

 

Wikileaks dévoile comment TISA dérégulera les politiques énergétiques

 

La grande arnaque du réchauffement climatique
Récente divulgation d'un texte relatif à l’ACS, qui limite le contrôle de l’Etat sur les ressources naturelles.

 

A l’heure où les Chefs d’Etat s’apprêtent à négocier un accord international à Paris contre le réchauffement de la planète, leurs négociateurs sur le commerce se réunissent quant à eux à Genève afin de mettre sur pied, dans le plus grand secret, un nouvel accord de libre-échange qui pourrait venir renforcer l’exploitation des énergies fossiles et exacerber le changement climatique.

 

Alors que Wikileaks vient de divulguer une nouvelle série de textes provenant de l’Accord secret sur le commerce des services (ACS), l’Internationale des Services Publics (ISP) et l'International Forum on Globalisation (Forum international sur la mondialisation) publient aujourd’hui la toute première analyse du projet d’Annexe sur les services liés à l’énergie, afin d'éclairer les discussions de la COP 21, la conférence internationale sur le climat.

 

De l’Australie à la Suisse, en passant par les Etats-Unis et l’Europe, les 23 négociateurs de l’ACS débattent des clauses contraignantes « privant les législateurs du droit de différencier le solaire du nucléaire, l’énergie éolienne du charbon, ou le géothermique de la fracturation hydraulique », en instaurant un principe de « neutralité technologique ». Il semble que la rencontre, qui se tient à Genève du 30 novembre au 4 décembre, poursuivra les débats sur les « Services environnementaux », un point qui avait déjà été discuté au mois d'octobre.

 

D’après Victor Menotti, auteur de cette étude, ce projet d'Annexe entend « réduire la souveraineté des Etats au regard des ressources énergétiques, en contraignant les gouvernements à mettre en place des marchés libres pour les fournisseurs étrangers de services liés à l’énergie, les privant ainsi de leur droit de tirer les bénéfices de l’exploitation des ressources énergétiques au niveau national ».

 

D’après le site Web dédié au commerce de la Commission européenne, « l’UE tentera de mettre fin à la discrimination à l’encontre des fournisseurs étrangers de services environnementaux. Cela implique de faire tomber les barrières existantes – pas uniquement de s'abstenir de mettre en place de nouvelles restrictions. »

 

« C’est la grande arnaque du changement climatique. A l’heure où des objectifs modestes sont actuellement débattus dans la capitale française, les moyens de les atteindre sont quant à eux négociés à Genève dans l’intérêt des plus grandes entreprises de la planète », a déclaré Rosa Pavanelli, la Secrétaire générale de l’ISP. « Les raisons pour lesquelles nos gouvernements cherchent à dissimuler ces négociations en les menant dans le plus grand secret, apparaissent de plus en plus évidentes. »

 

Rosa Pavanelli a appelé les gouvernements à publier l’intégralité des textes. « Il est scandaleux de devoir compter sur Wikileaks pour nous tenir au courant de ce que nos gouvernements trament en notre nom. »

 

Par le passé, l’ISP avait déjà publié une étude démontrant de quelle façon l’ACS va pérenniser les privatisations manquées en empêchant l’Etat d’en reprendre le contrôle, et dans quelle mesure il limitera la capacité des gouvernements à réglementer.

 

Plus d’informations :

-          Contact : Vittorio Longhi, Conseiller en communications de l’ISP, vittorio.longhi@world-psi.org

-         Documents Wikileaks

Analyse de l’ISP « The Free Fracking Agreement – Proposed TiSA Annex on Energy Related Services

 

Source : http://cgspwallonne.be/documentations/actualite/item/522-wikileaks-devoile-comment-tisa-deregulera-les-politiques-energetique

 

 

                                                                  **************************

 

Mais il en va de même de la négociation du grand marché transatlantique (Tafta ou TTIP). L’article 37 du mandat européen de négociation relatif à l’énergie, est rédigé comme suit : « L’ Accord comprendra des dispositions concernant le commerce et les aspects liés à l’investissement en ce qui concerne l’énergie et les matières premières. Les négociations devraient viser à assurer un environnement commercial ouvert, transparent et prévisible en matière d’énergie et à garantir un accès libre et durable aux matières premières. »

Il s’agit de mettre fin à une règle multiséculaire selon laquelle le sous-sol n’appartient pas aux individus mais à la collectivité ; il s’agit de renoncer à la souveraineté des Etats sur leur sol et leur sous-sol pour la donner aux firmes privées ; il s’agit de retirer aux Etats le pouvoir de fixer le prix des produits énergétiques sur le marché national.

Telle est la volonté du gouvernement français (et des 27 autres) qui a apporté son plein appui à cet article du mandat européen de négociation avec les USA.

Comment encore faire confiance à des gouvernements qui font exactement le contraire de ce qu’ils disent ? Et à des partis politiques qui agissent de même ?

rmj

 

 

Source : http://www.jennar.fr

 

 

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 17:37

 

Source : http://acteursdeleconomie.latribune.fr

 

 

Pierre Rabhi : "La COP21 manipule l'opinion"

 | 

 

 

 

(Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'Economie)

 

Auteur, philosophe, conférencier, agriculteur, Pierre Rabhi sème depuis plusieurs années sa conception du monde et de la nature. Face à l'urgence climatique, il dénonce l'inefficacité des grandes messes internationales, à l'instar de la COP21, qui selon lui, "manipule les esprits". Il appelle à la conscience et à l'action citoyenne pour faire bouger les lignes et ainsi se réapproprier la vraie valeur de la vie.

 

 

Acteurs de l'économie-La Tribune : Quel est votre regard sur les événements tragiques qui ont touché Paris le 13 novembre dernier ?

Pierre Rabhi. Je suis ulcéré comme beaucoup de gens et je condamne fermement cette violence. Elle est planétaire et terrible. L'humanité doit de toute urgence suffisamment évoluer pour éradiquer toute violence, et pour cela, il faut changer de processus, en allant vers une plus grande reconnaissance de l'autre.

Ces violences sont, en général, reliées à des contentieux larvés, construits au cours de l'histoire : la colonisation, l'humiliation, la non-reconnaissance, l'iniquité mondiale.Toutes les sept secondes, selon les experts de l'ONU, un enfant meurt de faim. Pourtant, la planète est suffisamment riche pour que ce fléau ne se produise pas.

L'humanité est de nos jours confrontée à une mutation sans précédent. Et dans ces bouleversements, nous devons garder le cap, c'est-à-dire, construire une fraternité humaine en adéquation et en relation avec la nature, le berceau indispensable à tous êtres humains et toutes créatures.

 

Justement, la Cop 21 est censée éviter le pire en limitant à 2°c le réchauffement climatique. Vous êtes très pessimiste concernant cette conférence...

Je n'attends pas grand-chose de ces sommets internationaux. Ces rencontres sont censées rassembler des autorités afin qu'elles prennent des décisions importantes concernant notre rapport à la vie et à la nature. Mais depuis des années, aucune grande mesure ne sort de ces grandes messes.

L'inefficacité de ces rendez-vous du type de la COP21 - au-delà du danger qu'ils font courir à la planète,- engendre un autre mal : celui d'une manipulation de l'opinion. Les décideurs font croire à la population qu'ils s'occupent de ces grands enjeux climatiques, mais ils n'apportent pas une réponse à la hauteur de la gravité de la situation.

Le problème réside dans la division entre la nature et nous. Nous sommes la nature, et l'écologie devrait ainsi être la chose qui concerne absolument tout le monde, du président de la République au balayeur. Sauf qu'aujourd'hui, il y a un clivage initié par l'être humain. Il s'est ainsi installé dans un statut dans lequel il s'est donné tous les droits contre la nature. Avec un mot d'ordre : pillons et détruisons.

Pourtant, sur l'échelle du temps, si nous reprenons un ratio temporel de 24 heures, l'Homme n'est présent sur la planète que depuis une ou deux minutes. Et dans ce très court instant, l'Homme est devenu un fléau pour la planète. Mais aussi pour lui-même. Il est son premier fléau.

 

Les discours dominants portés par les grands États et leurs responsables politiques ne sont, pour le moment, que très rarement suivis d'actes majeurs. Quels sont les blocages que vous avez identifiés ?

La première nécessité et d'analyser où se trouve désormais l'autorité. La finance s'est accaparée cette autorité et cette toute-puissance dans le monde. De ce principe d'argent roi, concentré dans les mains d'une caste qui décide, se trouve les limites du pouvoir politique. Les responsables, pourtant élus, ont ainsi un espace de décision mince.

Par ailleurs, au sein même de la sphère politique, la question climatique est substituée, depuis de nombreuses années, à d'autres priorités, à l'instar du chômage. La question du climat passe également au second plan lorsque les luttes politiques, où triomphe parfois la démagogie aux dépens du réalisme, prennent le dessus, avec pour dessein de répondre à une logique personnelle de réélection électorale.

Pourtant, face à ces blocages, nous pourrions commencer à modifier la société dès demain.

 

Quels sont les moyens disponibles, selon vous, afin de bousculer ces paradigmes établis ?

L'un des enjeux majeurs résulte de l'éducation de nos enfants. Celle-ci devrait se focaliser, non pas sur la compétition, mais sur la sociabilité et la solidarité. En très peu de temps, nous pourrions créer des êtres solidaires, et non pas opposés.

Le système actuel de l'école introduit immédiatement la notion d'antagonisme, en poussant les enfants vers un élitisme insatiable. Cette conception est nauséabonde. D'une part, elle pare l'enfant d'angoisse. D'autre part, l'enfant est ainsi préparé à avoir une perception de l'autre comme l'antagoniste étant celui qu'il faut dominer.

Ce balancier entre dominant et dominé est une aberration au regard de l'histoire. Il y a toujours eu une catégorie opprimée, qui s'est ensuite révoltée contre son oppresseur. Puis, l'opprimé devient oppresseur. Il faut donc changer totalement de schéma.

 

Vous prônez particulièrement l'action locale et citoyenne pour changer le modèle. Celle-ci, aussi dynamique soit-elle, ne se heurte-t-elle pas à un niveau décisionnel qui étouffe, à un moment donné, toutes perspectives profondes de changement ?

Nous, simples citoyens, avons un pouvoir énorme, qui par notre action peut avoir des répercussions majeures. Mais nous ne l'exerçons pas. Nous devons aller vers un comportement frugal.

Certaines multinationales sont par leurs activités nocives à notre planète. Mais ces mêmes entreprises que nous pointons du doigt, nous les nourrissons tous les jours. Certes, il y a des faits que je ne peux pas renier. Je suis également en cause sur certains comportements, lorsque, par exemple, je fais le plein d'essence de ma voiture. Mais il y a des espaces dans lesquels je peux prendre des initiatives personnelles. C'est à ce titre que je parle de sobriété.

 En devenant "simples", nous pouvons ainsi poser des soucis aux multinationales. En effet, elles fonctionnent sur une approche subliminale, qui est de mettre l'individu psychologiquement dans le manque. La marge du superflu qu'elles engendrent est sans limites. C'est face à cette tentation que grâce à notre comportement, nous pouvons jouer un rôle majeur. "Est-ce que je me comporte avec simplicité et sobriété qui me permet de répondre à mes besoins légitimes, où suis-je dans l'avidité permanente ?

La sobriété peut être heureuse, apporter de la joie en marquant un palier de satisfaction. Or nous sommes dans une société qui s'appuie sur l'insatiabilité avec le credo du "toujours plus". Que ce soit au niveau de l'État ou de l'individu, le gaspillage est énorme. Ce comportement n'a pas pour seule conséquence, notre personne, mais il se répercute sur l'autre. Notre gaspillage peut affamer notre voisin. Il y a tout un pan de l'humanité qui est dans la précarité, et nous, on fabrique 30 à 40 % de déchets.

 

La solution est donc, selon vous, en chacun d'entre nous...

La solution se construit en chacun de nous. Si nous ne nous mettons pas dans une logique de transformation raisonnée et bénévole, celle-ci s'imposera à nous. Quel que soit le chemin, nous allons vers la précarité. Il faut, selon moi, la choisir et non pas la subir, en l'ordonnant, l'organisant pour qu'elle ne soit pas douloureuse. Mais la précarité, ce n'est pas ne rien avoir, c'est simplement posséder l'indispensable.

 

Pour atteindre cette sobriété, vous prôner notamment l'agroécologie. De plus en plus de personnes s'en réclament. Comment observez-vous cette évolution ? Redoutez-vous un risque de récupération, à l'instar de ce qui s'est fait pour l'agriculture biologique ?

Il y a toujours un risque. Dans mon dernier livre (La puissance de la modération, Hozhoni Eds), j'ai souhaité rappeler d'une manière claire, l'éthique et les fondements de l'agroécologie. Au-delà de son ambition initiale, être pourvoyeuse de produit bio, elle est avant tout une éthique. Elle impose de cultiver en conscience.

La dimension spirituelle est évacuée de notre monde. Nous devons retrouver le ressentiment que nous fassions partie de quelque chose qui est complexe, mais porteur d'une forme d'intelligence, c'est-à-dire l'esprit, sans pour autant comprendre le tout. L'agro-écologie permet cela.

 

Vous êtes à la fois agriculteur, écrivain, poète...que vous permettent ces multiples casquettes ?

L'agroécologie est une activité tangible, qui ne brasse pas à l'infini des théories. J'ai cette chance l'a pratiquer, c'est-à-dire d'être en mouvement. Cette activité est un test quotidien, alors que la société d'aujourd'hui est beaucoup trop dans les concepts. On brasse, on brasse, et pendant ce temps-là, le bateau coule.

Le dilemme est désormais le suivant : sommes-nous capables de changer l'histoire par une approche tangible de la réalité des choses, où allons-nous gloser alors que nous faisons naufrage?

Il est absolument nécessaire qu'aujourd'hui, dans la façon dont nous considérons la vie, elle puisse s'incarner dans nos gestes quotidiens ; et l'agriculture est magnifique pour cela, car elle permet de vivre. Sans elle, tout est fini.

 

Comment transmettre les valeurs que vous prônez vers d'autres domaines d'activités. Tout le monde ne peut pas revenir à l'exploitation de la terre...

Le grand problème de la société, aujourd'hui, c'est qu'elle est hors sol. L'individu est concentré dans des villes de plus en plus gigantesques, éloignant ainsi davantage les populations des problématiques de la vie.

Prenons un exemple extrême. Pendant les guerres, tout le monde se souvient du cousin à la campagne. Il était pourtant jusqu'alors catégorisé comme le "pauvre type" qui n'a jamais réussi. Sauf, qu'en réalité, c'est lui qui détient la vie. Le réalisme aujourd'hui, c'est une écologie pratique, qui incarne la vie.

 

Source : http://acteursdeleconomie.latribune.fr

 

 

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 17:02

 

Source : New Internationalist Magazine

 

https://www.facebook.com/newint/videos/10153264895188461/?fref=nf

7 h ·
 

Yesterday undercover police cracked down on anyone questioning the sponsors of a corporate “Solutions 21” event in Paris.

The action was supported by Corporate Europe Observatory, Les Amis de la Terre France, Attac France (Officiel), Climate Justice Action, JEDIs, Solidaire and Friends of the Earth France. Kandi Mossett from the Indigenous Environmental Network spoke at the event.

For more grassroots coverage from Paris: www.newint.org/live/paris

Read the truth about corporate influence at COP21: www.goo.gl/8eAZF

 

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 16:03

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

« On accorde trop d’attention au climat par rapport aux autres questions environnementales »

25 novembre 2015 / Entretien avec Guillaume Sainteny
 


 

Et si la question climatique avait phagocyté les politiques environnementales ? C’est la thèse de Guillaume Sainteny, professeur à Polytechnique et qui a travaillé plusieurs années au ministère de l’Écologie. Il la développe dans son dernier ouvrage, Le Climat qui cache la forêt. Entretien pas vraiment orthodoxe.

 

Reporterre – Pourquoi opposer politique environnementale et politique climatique ?

Guillaume Sainteny – Je ne les oppose pas, je me demande juste si la question du climat est vraiment la plus importante. On peut le faire selon plusieurs critères. D’abord, est-ce le sujet considéré comme le plus important par les gens ? Les sondages depuis les années 1990 montrent que non.

Deuxièmement, on peut prendre le nombre de morts. La pollution de l’air, c’est 7 millions de décès prématurés par an dans le monde, à 90 % dans les pays en voie de développement. Le changement climatique, c’est moins de 10 % de cela. Et même en 2030, on comptera toujours plus de morts par pollution de l’air.

Troisièmement, on peut se référer aux recommandations des organisations internationales. Il n’y en a aucune qui vous dise que la priorité est le changement climatique. Elles vous disent qu’il y a aussi l’eau, l’air, l’utilisation non-rationnelle des ressources naturelles, etc.

Enfin, on peut lire les études sur les coûts des différentes atteintes à l’environnement. Le coût annuel des perturbateurs endocriniens ou celui de l’érosion de la biodiversité est du même ordre de grandeur, voire supérieur, à celui du changement climatique.

Je ne conclus pas que le changement climatique est un problème secondaire, mais dis simplement que, par rapport à ces indices, on lui accorde trop d’importance médiatiquement, politiquement, dans les politiques publiques, par rapport à d’autres questions d’environnement. Ce déséquilibre du climat par rapport aux sujets environnementaux est accentué en Europe par rapport au monde, et accentué en France par rapport à l’Europe.

 

JPEG - 203.9 ko
Guillaume Sainteny.

À Reporterre, on tente d’intéresser les lecteurs au changement climatique. Et on a plutôt l’impression qu’on ne parle jamais assez du climat !

C’est drôle, je n’ai pas du tout cette impression. Un exemple parmi d’autres est que la majorité actuelle, depuis 2012, a lancé deux grands projets de loi : l’un sur la transition énergétique, l’autre sur la biodiversité. Comparez la surface médiatique consacrée à ces deux projets, c’est sans commune mesure !

C’est pour cela que je n’étais pas favorable à ce que la France organise la COP 21. Cela contribue à ancrer l’idée dans l’opinion publique française que le seul sujet qui compte, c’est le climat. C’est un paravent extraordinaire pour focaliser l’attention des ONG et médias sur ce seul sujet. Or pendant ce temps-là, le gouvernement entérine des reculs extraordinaires dans le domaine de l’environnement – vous l’avez d’ailleurs relevé sur Reporterre – mais presque personne n’en parle.

 

Les militants du climat, en particulier le mouvement Alternatiba, répètent qu’on a seulement dix ans pour gagner la lutte contre le changement climatique. Le climat n’est-il pas le problème environnemental le plus urgent ?

Ce n’est pas faux, plus on tarde, plus il sera coûteux de lutter contre le changement climatique. Mais est-ce dix, vingt, trente ans ? Bien malin celui qui saurait le dire, car on disait déjà cela il y a dix ans. Et puis, on peut dire la même chose sur d’autres questions environnementales. À partir de quel moment l’érosion de la biodiversité devient-elle un problème pour la survie de l’homme sur Terre ? Idem pour l’eau : si la baisse des nappes phréatiques continue, à partir de quand cela déclenchera-t-il des migrations ? Pour la pollution atmosphérique, à partir de combien de millions de morts considère-t-on qu’on ne maîtrise plus la situation ? Donc, je suis d’accord avec ce que les militants d’Alternatiba disent, mais je ne suis pas sûr que cela ne s’applique qu’au climat.

 

JPEG - 119.1 ko
Sécheresse d’un étang près de Toucy, dans l’Yonne, en 2015.
 

Pourtant, si on perd la bataille du climat, ne perd-t-on pas toutes les autres batailles environnementales ?

La focalisation extrême sur le changement climatique a conduit à considérer qu’il était la cause des autres problèmes environnementaux – érosion de la biodiversité, désertification, sécheresse accrue, accès à l’eau, etc. – alors qu’en fait, il en est la conséquence. Par exemple, l’une des contributions majeures aux émissions de gaz à effet de serre, c’est la déforestation, à hauteur d’environ 25 %. L’une des mesures les moins chères à prendre en matière de lutte contre le changement climatique serait de la stopper. Il faut commencer par là.

 

Comment expliquer cette focalisation en France des politiques environnementales sur le climat ?

C’est un sujet que je n’ai volontairement pas abordé parce que c’est une recherche en soi. J’ai donc des hypothèses. Un, la France est un pays d’ingénieurs et de juristes, et par exemple, les ingénieurs des Ponts-et-Chaussées sont très à l’aise avec ça. Le changement climatique renvoie en gros à cinq ou six gaz qui ont chacun une unité de conversion en équivalent CO2. C’est très facile de raisonner avec ça pour un ingénieur.

Deuxièmement, cette affaire de climat ne remet pas fondamentalement en cause le système capitaliste. On peut en faire un marché. Vous pouvez développer des techniques anti-CO2, vous pouvez développer le marché des énergies renouvelables, et en fait quand vous regardez qui est sur ce marché en France, ce sont soit d’anciens promoteurs immobiliers reconvertis, soit des énergéticiens comme Total ou EDF, parce qu’il y a de très gros marchés. Quand vous arrivez sur des sujets comme le paysage, la biodiversité, cela devient beaucoup plus difficile à appréhender pour les fonctionnaires et les ingénieurs. Vous avez moins de critères quantitatifs, vous avez une opposition beaucoup plus forte à donner une valeur au vivant.

 

Quelle conséquence cette focalisation sur le climat a-t-elle sur les autres politiques environnementales ?

Quand vous faites une route, une autoroute, un lotissement, le barrage de Sivens ou l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, il y a une étude d’impact. Ces études sont complètes sur certains sujets et faibles sur d’autres. L’impact environnemental se résume de plus en plus à l’impact CO2. Par exemple, vous décidez de construire une autoroute. On ajoute au bilan financier les coûts sociaux. En positif, il y a le gain de temps, les morts, les blessés, ou le CO2 évités. En France, la commission Boiteux a donné un coût pour tout ça. Et pour le reste, elle a dit : « Je ne sais pas chiffrer. » La biodiversité vaut zéro, le paysage zéro, etc.

 

Y a-t-il des politiques climatiques qui se sont révélées délétères pour l’environnement ?

Oui, par exemple le soutien aux agrocarburants. Ils supposaient des cultures intensives avec épandages de phytosanitaires, ils ont donc provoqué une pollution accrue de l’eau et de l’air, une réduction de la biodiversité, etc. Ils ont aussi provoqué la remise en culture de zones qui étaient anciennement des friches et qui stockaient du carbone. Donc, le résultat budgétaire est négatif, celui sur l’environnement aussi, et le résultat pour le climat contestable.

Deuxième exemple, il y a une loi en France extrêmement importante, c’est la loi Littoral. Or il y a eu des amendements à la loi Littoral, déposés presque tous par des députés écologistes, pour permettre la construction d’éoliennes de plus de 50 mètres de haut, jusqu’à 150 mètres, sur le littoral. Là, deux intérêts environnementaux s’affrontent : celui de développer les énergies renouvelables et celui de préserver le littoral. Il y a un arbitrage politique à avoir, mais ce débat n’a pas eu lieu.

 

JPEG - 218.1 ko
Le colza est cultivé pour la production d’huile alimentaire et d’agrocarburant. Le soutien aux agrocarburants est l’un des exemples où une politique climatique est préjudiciable à l’environnement.

 

Comment réconcilier les politiques climatique et environnementale ?

Il faut privilégier les mesures à double, triple, voire quadruple dividende. C’est-à-dire des mesures qui ont un effet bénéfique à la fois sur le changement climatique, sur la pollution de l’air, sur la biodiversité, etc. Il s’agit de presque toutes les mesures d’adaptation au changement climatique parce qu’elles vont presque toujours dans le sens de la nature : économies d’énergies, mesures pour diminuer la pollution atmosphérique, modes de déplacement doux, tous les transports collectifs, etc.

Et aussi, bien sûr, toutes les politiques qui prennent en compte le changement d’usage des terres : arrêter de retourner les prairies, d’urbaniser les sols agricoles, d’assécher les zones humides, etc.

 

Que pensez-vous de la façon dont la COP 21 aborde le climat ?

Nous n’avons pas les bons critères pour évaluer le succès environnemental et climatique de l’événement. Je critique d’abord cette focalisation sur les 100 milliards pour le Fonds vert. C’est compréhensible que les pays du Sud les réclament à ceux du Nord comme préalable aux négociations. Sauf que le problème des subventions publiques aux énergies fossiles est totalement absent des négociations. Cela représente 550 milliards de dollars par an...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : http://www.reporterre.net


*Guillaume Sainteny vient de publier Le climat qui cache la forêt, éd. Rue de l’échiquier, 18 €,

 

 

 

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 14:21

 

Source : http://www.lemonde.fr/tant-de-temps

 

 

Julien Phedyaeff : “Le recyclage est une vision à court terme permettant aux pays développés de se donner bonne conscience”

Le Monde.fr | | Par

 
 

[Série] A une époque de profondes mutations, le rapport au temps est chamboulé. Nous avons invité des personnalités et des anonymes de tous horizons à se confier sur ce vaste sujet. Cette semaine, Julien Phedyaeff, le créateur de L’Increvable, un prototype de lave-linge conçu pour durer toute une vie.

 

 

Pour Julien Phedyaeff, le consommateur a sa part de responsabilité dans la généralisation de l'obsolescence programmée.

 

Quel regard portez-vous sur nos modes de consommation actuels ?

Je suis assez critique face au monde du prêt-à-jeter dans lequel nous vivons et j’essaie dans la mesure du possible de contourner ce modèle, intenable à long terme. Nous vivons largement au-dessus de nos moyens et je doute qu’acheter toujours plus d’objets de mauvaise qualité, fabriqués dans de mauvaises conditions nous rende heureux.

Il ne faut pas oublier que nous sommes sur une planète aux ressources limitées. Il faudrait plus de deux planètes si tous les habitants de la Terre vivaient avec le niveau de consommation moyen d’un Français.

 

Comment vous, jeune designer, en êtes venu à vous intéresser à la thématique de l’obsolescence programmée ?

Un designer, en créant des objets périssables, peut être acteur de la surconsommation. C’est à la fin de mes études que je me suis intéressé à cette thématique, avec l’envie d’assouvir ma passion : le démontage des objets. Cette pratique offre un regard utile sur le monde, j’en ai fait le sujet de mon mémoire de fin d’études. Il s’agit d’une recherche large sur les pratiques de démontage. Ce travail m’a permis d’explorer et de comprendre des enjeux comme le « verrouillage » des objets. J’y fais entre autres l’étude d’une machine à coudre, d’un détendeur de plongée, d’une table Ikea… Des produits très différents qui génèrent nombre de questionnements.

“On nous apprend à nous séparer des objets le plus rapidement possible et sans remords.”

Démonter est à mon sens le premier pas permettant d’être acteur vis-à-vis des objets. Mais cette démarche entre en conflit avec les pratiques actuelles d’obsolescence programmée et de verrouillage systématique. Nous sommes éloignés des objets, nous ne les connaissons qu’en superficie et on nous apprend à nous en séparer le plus rapidement possible et sans remords. L’utilisateur est démuni quand il y a une panne et peut facilement être manipulé.

 

Aujourd’hui, ne prend-on tout de même pas mieux en compte le cycle de vie des objets, leur recyclage, leur réutilisation ?

On vante le recyclage comme un cercle vertueux mais c’est un modèle discutable, il y aura toujours de la perte et de la consommation : perte dans la qualité du matériau, consommation d’énergie pour le transport et la transformation de ces déchets…

Pour moi, la société actuelle du prêt-à-jeter ne se soucie que de l’aspect économique, elle ne prend pas en compte la valeur humaniste associée à un objet. Le recyclage, qui semble une solution à long terme, n’est en réalité qu’une vision à court terme permettant aux pays développés de se donner bonne conscience. Avant de promouvoir l’économie circulaire, il me paraît prioritaire de favoriser une économie de la réparation et de créer des objets que l’on ne jette pas à la moindre occasion.

 

Comment analysez-vous les débats sur l’obsolescence programmée ? Quelles en sont les dérives, d’après vous ?

L’obsolescence programmée concerne de nombreux détails. On imagine que l’industriel rend volontairement les objets défectueux. Il est difficile de le prouver mais les composants défaillants ou sous-dimensionnés répondent aussi à une demande du consommateur qui souhaite acheter son produit le moins cher possible… Sans compter la marge exceptionnelle appliquée par les industriels et distributeurs, qui ne laisse guère de budget.

 

Comment le design peut-il se réapproprier le temps des objets ?

Notre société est en pleine mutation, les besoins évoluent au gré des découvertes technologiques et des innovations techniques. Certains objets doivent se renouveler pour satisfaire les besoins d’évolution, mais pas tous. C’est ce que je cherche à prouver avec l’Increvable qui fait partie de ces objets que je qualifie de stables : ils ont peu évolué technologiquement et formellement dans un temps donné et répondent efficacement à un usage intemporel.

 

L’Increvable est donc un lave-linge conçu pour nous accompagner toute notre vie. Comment souhaitez-vous promouvoir votre démarche aujourd’hui ?

Nous nous sommes inspirés de l’existant, en démontant et en étudiant des machines : l’enjeu est de trouver les composants qui aujourd’hui définissent la durée de vie du produit et entraînent l’obsolescence programmée.

“On se sépare plus difficilement d’un objet que l’on comprend et dans lequel on peut s’investir.”

Un grand nombre de pièces sont périssables, certaines sont soumises à l’évolution de nos usages ou des normes énergétiques… D’autres font l’objet d’une usure cosmétique comme des plastiques qui jaunissent. Pourquoi voudrions-nous réparer un objet sale ? En changeant certaines pièces susceptibles de s’abîmer ou de vieillir, on est plus enclin à garder l’objet en question plus longtemps. Notre démarche repose sur la création d’un lien « affectif » : il faut y mettre du sien et si l’entretien est simplifié, voire accompagné, cela encouragera même les plus pessimistes.

 

Peut-on aujourd’hui créer des objets qui durent et qui ne sont pas trop onéreux ?

C’est notre ambition et c’est pour cela que la machine est vendue en kit : il est ainsi inutile d’avoir une usine d’assemblage, nous distribuons des pièces détachées. Les usagers peuvent faire le montage eux-mêmes sans contrainte de temps.

 

Mais certaines grandes marques de mobilier ont aussi recours à cette démarche, sans être durables pour autant…

Effectivement, sur ce point nous nous rapprochons de célèbres marques de mobilier bas de gamme. Cependant la comparaison s’arrête là car même s’il y a une volonté commune de baisser les coûts en externalisant l’étape de montage, l’intention n’est pas du tout la même !

L’Increvable pourra être démonté et remonté à l’envie autant de fois qu’il sera nécessaire, ce qui est loin d’être le cas du mobilier en kit. Au-delà de la dimension économique, nous voyons dans cette phase de montage de nombreuses vertus. A la fois d’un point de vue pédagogique mais aussi en termes d’affect et d’appropriation. On se sépare plus difficilement d’un objet que l’on comprend et dans lequel on peut s’investir.

 

www.lincrevable.com

 

 

 

 

Source : http://www.lemonde.fr/tant-de-temps

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 14:04

 

*Note perso : On ne fait que remettre au goût du jour une ancienne invention mais cela donnera peut être quelques idées à certains. Pour les plus créatifs, la version fabrication maison d'un   "lave-linge à pédales" est assez aisée à réaliser (un exemple en 2ème partie de l'article) et pendant qu'on y est, d'autre vidéos avec d'autres idées pour produire et récupérer de l'energie à moindre coût.

 

 

Publié le 2 mai 2015 13:44

Drumi : le petit lave-linge écolo

Et disponible à moins de 120 €

 

 

Composé à 40 % de matériaux recyclés et permettant de réduire drastiquement la consommation d'eau et d'électricité, Drumi s'inscrit dans une réflexion environnementale qui rappelle l'Increvable mais avec une approche radicalement différente. Grâce à ce concept du Canadien Yirego, plus besoin d'arrivée d'eau, de prise électrique ou de tuyau d'évacuation pour faire fonctionner un lave-linge. Une simple pédale permet de traiter une petite charge de vêtement. 

Compo

Drumi fait penser au mariage improbable entre une poubelle à pédale et une essoreuse à salade. Mais l'utilisateur serait mal avisé de n'y déposer que de vieux documents inutiles ou une scarole. En effet, sous son couvercle transparent se cache en fait un lave-linge tout à fait fonctionnel. Il se compose du strict minimum : une cuve, un tambour et un bac à détergent. Mais il est dépourvu d'arrivée d'eau automatique, de moteur électrique et d'évacuation d'eau. 

Sans arrivée d'eau, il faut donc remplir Drumi manuellement : il peut contenir jusqu'à 5 litres d'eau chaude ou froide. Après ajout de détergent (sous forme de poudre ou de liquide) et d'adoucissant au besoin, l'utilisateur n'a plus qu'à presser la pédale pour faire tourner le tambour et ainsi laver la charge. Un cycle dure de 1 à 3 minutes pour le lavage et de 1 à 2 minutes pour le rinçage (il faut bien sûr changer l'eau entre les deux étapes). Une fois le rinçage terminé, il suffit de vidanger Drumi dans sa douche ou dans sa baignoire en pressant le bouton dédié.  

Évidemment, Drumi n'est pas pensé pour laver des quantités de linge trop importantes. Les familles nombreuses ne sont pas la cible, même si pouvoir laver les vêtements de bébé rapidement peut présenter un intérêt. Il peut par contre convenir pour laver de petites charges, celle d'une personne vivant seule par exemple, même si la capacité vraiment réduite oblige à utiliser Drumi de façon fréquente. Il vaut mieux également ne pas y laver de grandes pièces comme celles composant le blanc (ou linge de maison). Ce type de textile nécessite une température de l'eau élevée et constante ainsi qu'un cycle long pour être convenablement traité. En revanche, Drumi constitue une alternative intéressante pour les vêtements fragiles ou la lingerie, le lavage semblant moins intensif. Les amateurs de camping et de vêtements propres peuvent également y découvrir un intérêt certain puisqu'il est très compact et facilement transportable.

Disponible en cinq coloris différents (vert, bleu, orange, gris et rose), Drumi n'est pour le moment vendu qu'aux États-Unis et au Canada au prix de 129 $ canadien (un peu moins de 120 €). Mais Yirego pense distribuer son produit à l'international très rapidement.

 

Vélo → Electricité : Incroyables Expériences [84] Electricité avec un vélo / Vélo générateur  lien

 

Des jumeaux très créatifs (plein de vidéos à leur actif dont la construction d'une éolienne) lien

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:53

 

Source : https://mrmondialisation.org

 

 

COP21: une compilation des violences policières devient virale

 

 

 
3 décembre 2015

 

Bientôt 1 million de vues en quelques heures. Cette compilation de captures prises le 29 novembre dernier lors des manifestations en faveur du climat se répand comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux. On peut y voir les affrontements violents depuis l’intérieur, comme vont le vivre nombre de militants écologistes. Mais d’où vient la terreur ?

 

Son auteur n’est autre que « Boby », le jeune anonymous français condamné récemment à des peines de prison avec sursis (avec deux congénères) pour avoir « attaqué » des sites gouvernementaux. Le jeune homme a compilé une série de clips, vidéos et films tournés par différents observateurs tout au long de la journée du 29 novembre, où était organisée la marche citoyenne en marge de la COP21.

Cette Marche pour le Climat qui avait pourtant bien débuté s’est terminée dans le chaos le plus total. Avec quelques 316 manifestants en garde à vue, un mémorial dévasté et la violence de quelques personnes anonymes et encagoulées, nombre de médias nationaux ont offert une vision à sens unique des évènements. Une simple recherche des mots « violence COP21 » montre systématiquement les mêmes images de cette minorité violente en marge de la manifestation. Nombre de témoignages avaient alors offerts une version alternative des évènements, plus mesurée et en phase avec les nuances de la réalité.

Boby a donc tenté d’offrir cette version alternative en compilant d’innombrables séquences filmées par divers spectateurs présents. Bien qu’elles fassent volontairement l’impasse sur la minorité black-block présente à la manifestation, les images offrent un tout autre regard du point de vue des manifestants pacifistes : des policiers qui écrasent le mémorial à plusieurs reprises, des bousculades violentes de personnes assises, un vieillard matraqué sans véritable raison et des personnes âgées bousculées, des rafles totalement aléatoires, des manifestants souriants qui scandent des slogans de non-violence, à n’en pas douter, ces images tranchent avec l’idée qu’il est possible de se faire en lisant les informations traditionnelles.

Si ces violences policières furent dénoncées par les associations, dont la Ligue des Droits de l’Homme, personne ne nie la présence de quelques personnes encagoulées, provoquant les forces de police. Ces provocations semblent cependant servir de prétexte et de couverture et un déchainement de violence de la part des forces de police. Le jeune anonymous ne mâche pas ses mots : « Parce que les médias désinforment et stigmatisent, après 8 heures de travail, de recherches sur internet pour réaliser cette vidéo, et des larmes d’émotions face à ces souvenirs, voici des images de ce dimanche 29 novembre, « oubliées » des JT.« 

Quelques heures après avoir publié sa compilation sur facebook, plus de 800.000 personnes l’avaient déjà visionnées pour près de 30.000 partages. On vous invite à la découvrir par vous même afin d’émettre votre propre jugement. (NB : Erratum signifié par « Boby » : le CRS dit bien « Doucement les journalistes, là, hein ! »)

 

 

 

Source : https://mrmondialisation.org

 

 

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:43

 

Source : http://www.politis.fr

 

 

 

 

La société civile violemment expulsée du salon du « greenwashing »

 

Par Erwan Manac’h - Suivre sur twitter - 4 décembre 2015

 

 

Les militants de la cause climatique se sont invités au salon « solutions 21 » pour dénoncer le « greenwashing », donnant lieu à un nouvel épisode de la répression du mouvement écologiste.

 

Midi, dans les allées guindées du Grand Palais, l’atmosphère se crispe doucement. La mine austère et l’allure imposante des policiers en civil se font de plus en plus pressantes et de nombreuses personnes sont interdites d’entrée et écartées vers le métro.

Ce vendredi, jour d’ouverture du salon « Solutions 21 », plusieurs organisations de la coalition climat 21 avaient annoncé la tenue d’un « Lobby tour », pour décrypter ce que cachent les affichages « écoresponsables », « verts » et « durables » des grandes entreprises qui se sont offertes un stand, moyennant 250 000 euros, par exemple, par Engie (ex GDF).

« On aurait pu organiser ce salon si nous avions voulu faire une caricature du "greenwashing" », ironise Audrey Arjoune, de l’ONG Peuples solidaires.

Les nominés sont (notamment) :

  • Vinci, qui présente au salon son travail dans le cadre du « tink tank » Vivapolis qui préfigure l’Institut de la ville durable qui doit être lancé le 8 décembre, avec notamment la banque HSBC, Dassault et Suez. « L’emblème de cette entreprise, c’est Notre-Dame-des-Landes. Nous n’estimons pas qu’il fasse partie des solutions », note Floriant Copain, président des Amis de la Terre.
  • Engie, ex GDF, qui détient 30 centrales à charbon dans le monde. « Si on les additionne avec les 16 centrales détenues par EDF, dont l’État français est également actionnaire, cela représente la moitié des émissions de gaz à effet de serre de la France », dénonce Sylvain Angerand, coordinateur des actions pour les Amis de la terre France.

 

  • Avril-sofiprotéol, géant français de l’agro-industrie, qui fait la promotion de l’agrocarburant sur son stand du salon « solutions 21 ». « L’agrocarburant a provoqué l’accaparement de 17 millions d’hectares de terre et déstabilise fortement le marché de l’alimentaire », dénonce Laurence Marty, du collectif Toxic tour.

Stand d'Avril-sofiprotéol

Stand d’Avril-sofiprotéol

 

EM.

 

 

 


13 h, deux guides s’autodéclarent et commencent une visite guidée, l’un en français, l’autre en anglais. Le groupe, qui compte de nombreux journalistes, est immédiatement encerclé par les policiers en civil :

« Il faut savoir qu’un plein de voiture avec des agrocarburants représente l’équivalent de la nourriture d’une personne vivant sur le continent africain en un an. Voilà le modèle qu’on nous propose pour sauver le climat, alors que l’agriculture paysanne, en polyculture-élevage, existe », commence le guide francophone.

Toute tentative d’avancée dans les allées est stoppée par les forces de l’ordre qui finissent par bloquer un groupe d’une vingtaine de personnes. « Voilà un autre scandale, s’époumone Sylvain Angeraud, coordinateur des campagnes pour les Amis de la terre, qui a pris la suite de la visite guidée. L’huile de palme prétendument durable est cultivée avec un pesticide reconnu comme neurotoxique par l’OMS, le « paraquat ». Il aurait tué plus d’un million de personnes dans le monde. »

 

Tentative de visite à l'intérieur du Grand Salon, encadrée par la police.

Tentative de visite à l’intérieur du Grand Salon, encadrée par la police.

 

EM.

 

 

« La compensation carbone c’est aussi une grande arnaque, enchaîne-t-il dans la cohue. Ça permet à des entreprises de continuer à polluer. J’aurais aimé pouvoir aller discuter avec mes amis de Pur projet, qui se présentent comme une ONG alors qu’ils sont une entreprise qui a pour client Vinci, GDF Suez et un certain nombre d’autres entreprises qui achètent des crédits de compensations carbone. Je suis allé visiter leur projet au Pérou. Pur projet achète des forêts au Pérou et les autorités du pays interdisent aux communautés de couper un arbre, sous peine d’être poursuivies en justice. »

 

Sylvain Angeraud, des Amis de la terre, quelques secondes avant son expulsion.

Sylvain Angeraud, des Amis de la terre, quelques secondes avant son expulsion.

 

EM

 

 

Alors qu’il tente de poursuivre, il est tiré par le bras et violemment exfiltré par les forces de l’ordre. Le petit groupe subira le même sort, après une vaine tentative de s’asseoir en signe de résistance pacifique. C’est bientôt tout le salon qui sera fermé au public.

Devant le Grand Palais, les quelques 220 personnes triées au faciès, dont l’accès a été refusé, forment une manifestation improvisée. Une banderole est brièvement déployée devant les marches du monument, avant d’être repliée de force par les policiers en civil.

Deux sommations plus tard, la foule déjà émoussée par un jet de lacrymogène, ne demande pas son reste, préférant éviter les interpellations massives qui semblent se profiler.

« Tout ça pour une petite bande d’écolos », soupire une passante qui constate, dépitée, « qu’ils ont probablement coupé le réseau téléphonique ».

 

Selon le témoignage d’un exposant, le salon a été entièrement évacué vers 17 h pour faire entrer les chiens démineurs. Un pince-fesse avec VIP devait se tenir en soirée, uniquement sur invitation.

 

Document

 

 

Source : http://www.politis.fr

 

 

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:41

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

VIDEO. Des frigos dans la rue contre le gaspillage alimentaire à Berlin

L' Obs

 

Avec notre partenaire Spicee, le nouveau média 100% vidéo. A Berlin, les habitants laissent ce qu'ils ont en trop dans des frigos en plein air. Une idée simple contre le gaspillage. Regardez.

 

Avec Spicee.com, le nouveau média 100% vidéo

 

C’est une initiative écolo très originale. Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, une association berlinoise a disposé dans les rues de Berlin une vingtaine de réfrigérateurs avec de la nourriture en libre service.

Le principe est simple : tous les particuliers qui le souhaitent déposent dans ces frigos les aliments qu’ils ont cuisinés en trop ou des denrées périssables au moment de partir en vacances ou en week­-end.

L’idée a un but vraiment écologique. Rien à voir avec un frigo pour SDF : tout le monde peut se servir même si les plus démunis en profitent aussi.

Cela fait deux ans que l’association allemande Foodsaver a mis en place la plateforme foodsharing. Les réfrigérateurs sont installés dans la rue, dans des halls d’immeuble ou chez des petits commerçants de la capitale allemande et de certaines villes de province.

En plus de la nourriture déposée par des particuliers, des bénévoles collectent au près des commerçants ou des supermarchés des invendus. Les frigos sont remplis trois fois par jour avec tous types d’aliments.

 

Halte au gâchis

Seule condition qu’ils soient sains et consommables. "Le Foodsharing n’est pas un mouvement politique. Juste un rassemblement de gens qui ne supportent pas qu’on gaspille la nourriture", explique l’une des bénévoles.

Chaque année, 22 millions de tonnes d’aliments partent à la poubelle en Allemagne alors qu’ils pourraient être consommés. L’association propose donc une solution pour réduire ce gigantesque gâchis. Et ce n’est pas tout, en plus de ces frigos, des petites cabanes ont été installées à plusieurs endroits de la ville où l’on peut déposer les objets dont on ne se sert plus. Vêtements,  jouets, livres...

En Allemagne, pays très sensible au recyclage, le concept a séduit. Désormais l’initiative s’exporte. Des pays comme la Suisse ou l’Espagne s’y sont mis.

Le journaliste de Spicee Nicolas Boero, nous emmène en balade dans les rues de Berlin à la rencontre de ces frigos et de leurs utilisateurs...

 

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22