Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 15:03

 

 

Info reçue par mail

 

 

"Bonsoir à toutes et à tous,
une petite information sur l'actualité sociale Nîmoise, le 19 mars 2017 aura lieu une initiative locale de la Marche pour la dignité et contre les violences policières organisé par le Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires.
La volonté des organist-eurs-rices est celle d'un rassemblement sans étiquette, merci de respecter leur souhait.

RASSEMBLEMENT PLACE DEBUSSY à PISSEVIN LE 19 MARS à 14H.
*hogra =injustice en arabe 
 
Saad pour le FUIQP 30
 

marche pissevin

Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 14:53

 

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1343:lancement-de-la-collecte-par-le-comite-d-alerte-de-l-espiguette&catid=19:luttes-ecologistes&Itemid=244

 

 

LANCEMENT DE LA COLLECTE PAR LE COMITÉ D'ALERTE DE L'ESPIGUETTE

 

Le Comité d'alerte pour l'Espiguette (CAPE) lance une collecte de dons pour combattre au Tribnal Administratif, l'arrêté préfectoral de dispense de PPI pour le stockage d'hydrocarbures.

POUR FAIRE UN DON : C'EST ICI

Opposition à l'autorisation d'exploiter le site de stockage d'hydrocarbures de l'Espiguette (30)

Risques majeurs d’explosion et de pollution sur la zone naturelle protégée et la plage de l’Espiguette

 

En septembre 2015, nous avons été informés de l’avis d’enquête publique publié par la commune du Grau du Roi (Gard) portant sur l’autorisation d’exploiter un site de stockage d’hydrocarbures attenant à la plage de l’Espiguette. Nous fréquentons cette plage et la présence d’un tel équipement dans une zone classée à plusieurs titres (Natura 2000, Ramsar, ZPS, ZNIEFF…) nous a surpris !

 

Découverte de ce site insoupçonné

Effectivement, six cuves semi-enterrées permettant le stockage de 66 000 m3 de kérosène sont situées à moins de 500 m de la plage.
Ce site dangereux hérité de la guerre froide, classé SEVESO seuil haut a été installé au sein du massif dunaire, pour les besoins de l'OTAN à l'aube des années soixante.
Un oléoduc secondaire le relie à l’axe principal Noves (13) / Fos-sur-Mer / Feyzin / Langres (52).
Depuis 1982 et la fin de son approvisionnement par la mer, plus rien ne justifie une telle installation dans un site naturel aussi sensible.

 

Le stockage d’hydrocarbures est très dangereux

Des accidents graves ont eu lieu à Feyzin (Rhône), et à Berre (Bouches-du-Rhône), où les cuves étaient pourtant aux normes (double paroi), ce qui n’est pas le cas à l’Espiguette.
En été, cette plage accueille 10 000 estivants par jour, la route qui y mène est une impasse.Nous sommes inquiets. Dans l’immédiat nous demandons une mise aux normes du site et la mise en place d’un Plan Particulier d’Intervention (PPI). Dans les meilleurs délais, ces cuves doivent être vidées, et ce site de stockage abandonné sous le contrôle d’une Commission de suivi du site.

Le PPI est un plan d’organisation entrant dans le champ du plan ORSEC départemental. Il englobe des mesures de prévention et de sécurité minimales pour les personnes et l’environnement face au danger potentiel d’un tel équipement en cas d’incident ou d’accident.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/gard/gard-une-association-s-eleve-contre-le-depot-d-hydrocarbures-de-l-espiguette-923723.html

Lien ci-dessus pour visualiser le reportage du journal de Soir3 du 05/02/2016, mais ensuite, revenez sur cette page!

Attention, des "erreurs" s'y sont glissées :
- ce ne sont pas 35 000 litres de kérosène stockés mais 66 000 m3 ;
- ces cuves ne sont pas doublées, comme le prévoit l'arrêté du 18 avril 2008 relatif aux réservoirs enterrés de liquides inflammables ;
- contrairement à ce qu'annonçait M. Crauste, Maire du Grau du Roi, il n'y aura pas de PPI (plan particulier d'intervention) puisque l'arrêté préfectoral du 19 mai 2016 en dispense le dépôt pétrolier de l'Espiguette.

 

A quoi servira l'argent collecté ?

Un arrêté préfectoral de dispense de PPI a été publié le 19 mai 2016. Nous avons engagé une avocate pour introduire un recours contre cet arrêté auprès du tribunal administratif.
Nous collectons des dons pour pouvoir financer les frais de procédure et d'expertise que nous avons engagés et poursuivre notre action.

 

Notre groupe

Nous sommes des résidents de la Petite Camargue ou nous la fréquentons régulièrement. Nous sommes sensibles à cet environnement exceptionnel et attachés à sa conservation.
Ce dépôt d'hydrocarbures est obsolète, possiblement générateur de pollution irréversible et d’importants dégâts humains que nous tenons à prévenir.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 14:46

 

 

Info reçue par mail

 

 

 

 

Action choc d’Attac contre l’évasion fiscale : Apple doit rendre l’argent !

 
 

Action choc d’Attac contre l’évasion fiscale : Apple doit rendre l’argent !

 
 

Communiqué 13 mars 2017

 
 
Ce lundi 13 mars à 8 h 30, 30 militant·e·s d’Attac ont symboliquement opacifié les vitrines d’Apple Store de Saint-Germain-des-Près pour dénoncer l’évasion fiscale pratiquée par la marque à la pomme. Attac appelle à multiplier ces actions pour que les multinationales rendent l’argent qu’elles ont détourné depuis des années et qu’elles payent enfin leur juste part d’impôts dans les pays ou elles exercent réellement leurs activités.
 
 
Ce lundi 13 mars à 8 h 30, 30 militant·e·s d’Attac ont opacifié la vitrine de l’Appel Store de Saint-Germain-des-Près, en la recouvrant de blanc de Meudon. Ils dénonçaient l’opacité financière et l’évasion fiscale pratiquée par à la marque à la pomme pour échapper au paiement des impôts dans les pays où elle vend ses ordinateurs, smartphones et autres objets connectés. En 2016, la Commission européenne a déjà condamné Apple à rembourser 13 milliards d’euros à l’Irlande. À cette occasion, elle a mis en évidence que les client·e·s d’Apple achetaient leurs produits à une filiale irlandaise plutôt qu’aux magasins qui leur vendaient ces produits. Par divers accords fiscaux passés avec l’Irlande, Apple a réussi l’exploit de payer entre 2 % et 0,005 % d’impôt sur les sociétés pour l’ensemble des activités européennes. Pour Annick Coupé, Secrétaire générale d’Attac, « cette amende de 13 milliards d’euros n’est que la partie visible de l’Iceberg. En 2016, Apple détenaient 215 milliards de dollars sur des comptes offshore. Des sommes colossales qui échappent à la fiscalité des pays dans lesquels la multinationale exerce réellement ses activités  ».
Pour lutter contre l’opacité financière, la société civile se mobilise depuis des années en faveur du «  reporting pays par pays » , soit l’obligation pour des multinationales comme Apple de rendre publics le nombre de filiales, le chiffre d’affaires, les profits et le nombre d’employés dans tous les pays où elles sont implantées. Cela permettrait de jeter la lumière sur leurs pratiques d’optimisation fiscale. À 48 h du verdict du procès en appel du «  LuxLeaks  », cette action est également l’occasion de rappeler qu’Apple fait partie des clients du cabinet d’affaires PwC qui ont passé des accords secrets avec le fisc luxembourgeois. Ces accords secrets, la course à la baisse des taux d’imposition, la multiplication des niches et autres incitations fiscales ont des conséquences désastreuses sur l’équité fiscale ou la progressivité des systèmes fiscaux partout en Europe.
En pleine période électorale, alors que des candidat·e·s promettent de diminuer le nombre de fonctionnaires, de couper les vivres aux collectivités locales ou de reculer encore l’âge de la retraite parce que les « les caisses de l’État sont vides » , nous voulons démontrer que de l’argent, il y en a beaucoup, accumulé, dissimulé, évadé par les plus riches et les multinationales. Attac France s’apprête à publier un rapport « Rendez l’argent » qui fera la démonstration qu’il est possible – et urgent ! – de récupérer près de 200 milliards d’euros par an. Comment ? Par des mesures balisées et crédibles, qui pourraient être mises en œuvre par un gouvernement volontariste et poussé par les citoyen·ne·s, associations, mouvements et syndicats mobilisés en ce sens.
Cette action est la première d’une série d’actions qui seront menées partout en France dès le samedi 1er avril, notamment dans le cadre de la semaine mondiale d’action contre les paradis fiscaux #EndTaxHavens. Qu’elle soit légale ou illégale, l’évasion fiscale, qui permet aux multinationales et aux personnes fortunées d’échapper au paiement de leur juste part d’impôts, est une pratique de plus en plus insupportable pour une majorité de la population.

 

 

Attac France — 2017
Twitter |  Facebook |  Viméo

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 14:39

 

 

Info reçue par mail

 

 

24/03 (Nîmes): Soirée-débat "1 million d'emplois avec la transition écologique, c'est possible !" (ATTAC, Solidaires, Conf', LDH, Roosevelt)

 
 
CREER 1 MILLION D’EMPLOIS,
C’EST POSSIBLE !
AVEC LA TRANSITION ECOLOGIQUE
Image en ligne
 
VENDREDI 24 MARS de 19h à 21h
Auditorium du Département (2, rue Guillemette -Nîmes)
Soirée-débat avec Didier Aubé, membre d'ATTAC France, secrétaire national de Solidaires et co-animateur de la campagne "un million d'emplois pour le climat »
Nous sommes aujourd’hui confronté.e.s à deux crises majeures : climatique et sociale.
 
L’urgence climatique : le plus grand défi planétaire de ce début de siècle ! Les faits sont là : l’année 2016 aura été l’année la plus chaude jamais enregistrée et, d’ici à 2030, le record d’émissions mondiales de gaz à effet de serre pourrait être battu chaque année.
 
Dans le même temps, chômage et inégalités ne cessent de s’accroître. Un million de pauvres en plus en dix ans, principalement sous l’effet de la progression du chômage. Précarité, chantage à l’emploi, attaques contre la protection sociale,…voilà le bilan de la crise sociale.
A cette double crise une réponse est possible : la création d’emplois dits « climatiques » c’est-à-dire dans les secteurs nécessaires à une transition écologique.
La suite et plus d'infos sur ce RDV: https://gard.demosphere.eu/rv/3882
 
 
 

 

Contacts des co-organisateurs:
ATTAC : nimes@attac.org 06 33 39 84 76 / ales-cevennes@attac.org
CONFEDERATION PAYSANNE 30 : conf30@wanadoo.fr
LIGUE DES DROITS DE L’HOMME (LDH) Nîmes – ldh.nimes@ldh-france.org
Collectif ROOSEVELT Gard - gard@collectif-roosevelt.fr
SOLIDAIRES 30 – bureausolidaires30@outlook.fr / 06 64 80 60 09
 
Site de cette plateforme: http://emplois-climat.fr/
 
 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 14:26

 

 

 

Info reçue par mail

 

 

 

 

Bon ben les amis, vat falloir faire encore plus gaffe!

 

 

 

ATTENTION !!

Tous les départements sont désormais équipés d'au moins une voiture avec radar mobile nouvelle génération qui flashe en roulant et même à  contresens.
> >  Pour chaque département, vous avez la photo et la plaque d'immatriculation de toutes les voitures ainsi que leur unité d'affectation.  
> > Il suffit de cliquer sur le département et la liste des voitures équipées avec les radars mobiles s'affiche.
> >  Très utile car c'est la liste de TOUS les radars mobiles nouvelle génération de France.

 

Cliquez sur le lien ci-dessous pour accès direct au site; vous y trouverez votre département.

 

Tableau des tolérances des radars utilisés en mouvement

 

Vitesse limite

 Tolérance

PV à partir de
> > > > (Vitesse mesurée)

Vitesse retenue

Vitesse maxi
> > > > voiture radar

 50 km/h

 10 km/h

 61 km/h

 51 km/h

 41 km/h

 60 km/h

 10 km/h

 71 km/h

 61 km/h

 51 km/h

 70 km/h

 10 km/h

81 km/h

71 km/h

61 km/h

 80 km/h

 10 km/h

 91 km/h

 81 km/h

 71 km/h

 90 km/h

 11 km/h

 102 km/h

 91 km/h

 81 km/h

 100 km/h

 12 km/h

 113 km/h

 101 km/h

 93 km/h

 110 km/h

 13 km/h

 124 km/h

 111 km/h

 104 km/h

 120 km/h

 14 km/h

 135 km/h

 121 km/h

 115 km/h

 130 km/h

 15 km/h

 146 km/h

 131 km/h

 126 km/h

  

Pour pouvoir verbaliser sur une route à 90km/h, ils rouleront au maximum à 81 km/h...

On  arrivera derrière tranquillement à 90, mais pour les doubler on dépassera les 102 et ils nous flasheront !!  

 

 On ne garde pas cela pour soi, on en fait profiter les copains !!!  Et les copines aussi.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Se protéger
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 18:25

 

 

Source : http://ecologie.blog.lemonde.fr

 

 

Le Parlement européen se prononce pour la fin des lapins en cage

 

 

 

 

C’est l’animal le plus détenu en cage en Europe. Chaque année, 320 millions de lapins sont élevés pour leur viande sur le continent, et 99 % d’entre eux sont enfermés entre quatre barreaux. Mardi 14 mars, les députés européens ont voté, en séance plénière, un rapport d’initiative demandant l’élaboration de « normes minimales » pour améliorer le bien-être de ces mammifères et notamment la suppression progressive des cages. Ils ont également appelé la Commission européenne à adopter une législation spécifique sur cet élevage industriel répandu mais qui reste méconnu.

 

« Il existe des normes réglementaires pour protéger les porcs, les veaux, les poules pondeuses ou les poulets de chair. Mais pas une seule ne concerne la protection des lapins », a déploré devant le Parlement le rapporteur de cette résolution – juridiquement non contraignante –, l’élu allemand Stefan Eck (gauche unitaire européenne/gauche verte nordique)

« Aujourd’hui, dans l’Union européenne, les lapins sont élevés dans des conditions cruelles dans des fermes d’élevage et d’engraissement », indique le rapport d’initiative. Ces animaux passent en effet leur vie entière derrière des barreaux, dans des espaces trop étroits : ils naissent dans de petites cages grillagées hors-sol et y restent jusqu’à leur mort, soit entre 60 et 80 jours plus tard. Les lapines reproductrices sont quant à elles maintenues isolées et confinées pendant 13 à 24 mois jusqu’à leur réforme, c’est-à-dire leur abattage.

« Les cages les empêchent d’exprimer leurs comportements naturels, comme se mettre debout, faire des bonds, creuser, ronger, et leur causent des blessures et un stress permanent », dénonce Léopoldine Charbonneaux, directrice de CIWF France, l’ONG qui a lancé une vaste campagne pour mettre fin aux élevages de lapins en batterie, dévoilant à plusieurs reprises leurs « conditions de vie désastreuses ».

Tous sont par ailleurs gavés d’antibiotiques : les léporidés sont les animaux les plus exposés à ces médicaments, devant les volailles et les porcs, selon l’indicateur ALEA (Animal Level of Exposure to Antimicrobials) livré par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, même si ce chiffre baisse depuis quelques années.

 

Systèmes de parcs

La résolution, qui appelle à limiter l’usage des médicaments, demande surtout d’éliminer progressivement – sans date butoir toutefois – l’élevage de lapins en batterie pour « s’orienter vers d’autres méthodes d’élevage telles que les systèmes de parcs qui prévoient un espace suffisant par lapin et dans lesquels les lapins peuvent être élevés en groupes ». Les éleveurs procédant à cette reconversion devraient recevoir un soutien dans le cadre de la politique agricole commune, enjoint le texte.

« C’est une victoire formidable, un changement de paradigme. Ce combat était difficile car les lapins sont souvent associés aux clapiers. Mais les cages sont bien pires. Nous nous réjouissons que le texte parle de leur fin progressive et non de leur aménagement, se félicite Léopoldine Charbonneaux, qui avait remis aux ministres européens de l’agriculture une pétition de 600 000 signatures en ce sens. C’est un signal fort que la Commission ne peut ignorer. »

L’exécutif européen n’a aucun projet en ce sens, a toutefois indiqué dans l’hémicycle la commissaire chargée des consommateurs, Vera Jourova. Les lapins, a-t-elle rappelé, sont déjà protégés par une directive du Conseil concernant l’ensemble des animaux dans les élevages, datant de 1998. En outre, « la Commission est d’avis que les Etats membres concernés sont les mieux placés pour gérer les problèmes relevant de la production de lapins« , a-t-elle ajouté.

La plupart des Etats membres ne disposent pas de législation spécifique, à l’exception de l’Autriche et de la Belgique, qui ont récemment interdit les cages en batterie en faveur des parcs, ou de l’Allemagne et du Royaume-Uni, qui ont amélioré la législation sur le bien-être de ces animaux. « Ce sont des pays qui ont une très faible production cunicole. Très peu de députés européens étaient au final concernés par ce texte », remarque Dominique Le Cren, directrice du Comité lapin interprofessionnel pour la promotion des produits français (Clipp).

 

Chute de la consommation

L’Union européenne est le 2e producteur mondial de viande de lapin (derrière la Chine), provenant à 80 % de l’Espagne, de l’Italie et de la France. L’Hexagone en élève 37 millions pour leur chair chaque année, essentiellement dans l’ouest du territoire. Un chiffre élevé, pour une consommation en réalité très faible : 55 000 tonnes, soit à peine 1 % de la viande engloutie chaque année par les Français. Surtout, cette part chute de façon continue au fil des années (– 10 % en 2015, – 2 à 3 % en 2016), en particulier chez les jeunes.

« C’est une viande qui présente un frein à l’usage : elle pâtit de l’image d’un produit qui nécessite d’être mijoté, alors qu’on peut le cuisiner vite, même au quotidien, assure Dominique Le Cren. Mais il est vrai que les filets déjà désossés sont plus chers à l’achat que d’autres viandes. » Le rapporteur allemand Stefan Eck, lui, voit davantage un « boycott de la viande de lapin par les consommateurs car les souffrances animales infligées dans les élevages sont désormais connues ».

L’interprofession française se dit « pas opposée à des évolutions » mais appelle à « ne pas aller trop vite en supprimant les cages, qui présentent des avantages ». « Le système des parcs n’est pas encore abouti, et peut engendrer des risques de blessures pour les lapines lors de la mise-bas et de la lactation, car elles sont soumises à l’agressivité de leurs congénères, soutient Dominique Le Cren. Surtout, ils sont préjudiciables à la pérennité de notre filière. Ils entraînent un surcoût de l’ordre de 30 % pour l’éleveur, qui se répercute sur le prix de la viande. Or, nous n’avons pas l’assurance que les consommateurs sont prêts à le payer pour le bien-être animal. » Les 1 200 éleveurs français professionnels « ont peu de moyens, et une capacité d’investissement faible », assure-t-elle.

« Il est intéressant d’investir aujourd’hui dans un système qui a toutes les caractéristiques pour répondre aux attentes des consommateurs de demain, juge de son côté Amélie Legrand, chargée des affaires agroalimentaires pour le CIWF. Il faut aussi savoir expliquer ces choix aux consommateurs afin qu’une éventuelle répercussion sur le prix d’achat puisse être mieux comprise et acceptée. » Pour les poules pondeuses, comme pour les lapins, l’ère sans cage débute dans les foyers.

Audrey Garric

>> Me suivre sur Facebook : Eco(lo) et sur Twitter : @audreygarric

>> Lire mes autres articles sur le site du Monde

 

 

 

Source : http://ecologie.blog.lemonde.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 18:03

 

 

Source : http://consocollaborative.com

 

 

À Nanterre, une usine en friche transformée en temple de l’alimentation collaborative et solidaire

 

 
A propos de l’auteur Come Bastin

Guetteur d'innovations sociales, technologiques et environnementales, j'écris pour Ouishare, Socialter, WeDemain et parle sur Nova. Suis de près l'économie collaborative et les mutations du capitalisme. Prix Reporters d'Espoirs 2015.

 

 

 

http://consocollaborative.com/content/uploads/CHATEAU-Nanterre-exterieur.jpg

Cuisine partagées, incubateur de startup, espace de dégustation et jardins dédiés à l’expérimentation agricole : le « Château de Nanterre » ouvrira en juin et veut catalyser les nombreuses initiatives autour de l’alimentation durable.

Inscrit aux monuments historiques, le « château de Nanterre » (Hauts-de-Seine) était en friche depuis une vingtaine d’années. Mais les 2000 m2 de cette ancienne usine de pâte à dentifrice s’apprêtent aujourd’hui à accueillir de nouveaux hôtes. D’ici juin, le château sera transformé en tiers-lieux dédié à l’alimentation durable, la foodtech et la cuisine solidaire. Une première en son genre, alors que les français font de plus en plus attention à leur alimentation.

« Ces derniers temps, on a vu bon nombre de startups, d’associations et de citoyens lancer des initiatives géniales dans le domaine du bio, des circuits-courts, de l’agriculture urbaine », juge Baptiste Garmy, membre de Etic. Cette entreprise solidaire imagine des des espaces de travail partagés dédiés au développement durable. « On a aujourd’hui besoin d’un lieu pour fédérer la dynamique autour de la transition alimentaire. »

 

Incubateur culinaire

Pour cela le Château de Nanterre proposera d’abord un « incubateur culinaire » de 450 m2 géré par United Kitchens, au sein duquel les entrepreneurs pourront louer un espace de cuisine partagé. Laboratoire de pâtisserie, matériel pour cuisine expérimentale, espace grand public… Il s’agira d’« accompagner les entrepreneurs, du sourcing de leurs matières premières à la distribution, dans un écosystème bienveillant constitué de grands chefs, de mentors, d’écoles de cuisines », explique Armelle Delaage, fondatrice de United Kitchens.

 

Maquette des lieux © Agence Py architecte

 

Le lieu disposera également d’un espace de coworking « classique » accueillant plusieures startup dans le domaine de l’alimentation : mamie foodie (traiteur qui met à l’honneur la cuisine des plus âgés), la fumerie du coin (nourriture maison en circuit court), Péligourmet (plateforme collaborative de produits dénichés par la communauté). Ces résidents pourront être connectés avec une centaine d’autres organisations du secteur tels que Terre de liens ou ou Les Marmites volantes.

 

Jardin expérimental

Pour compléter le menu, un espace événementiel et une épicerie permettront au public de se restaurer et de tester de nouveaux concepts culinaires. Enfin aux pieds du Château, 6 000 m2 de jardins accueilleront des activités de maraîchage, des ruches, poulaillers ou du compost ou des techniques de culture innovantes. « L’idée n’est pas de viser l’autosuffisance alimentaire mais d’en faire une vitrine d’expérimentation et de démonstration », précise Baptiste Garmy.

En attendant la fin des travaux, les murs sont laissés au collectif Soukmachines qui y organise des évènements artistiques alternatifs. Les artistes laisseront derrière eux fresques et sculptures pour l’ouverture du lieu. Un bel hors-d’oeuvre.

 

 

Source : http://consocollaborative.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 17:29

 

 

Source : http://www.rtbf.be

 

Les frigos solidaires aident les démunis et chassent le "gaspi"

 

 
 

Ils sont de plus en plus nombreux en Wallonie; les "frigos" solidaires ou publics fonctionnent un peu comme les boîtes à livres. On peut y déposer ses denrées excédentaires, avant un départ en voyage par exemple, au bénéfice d'une personne dans le besoin. Tout se passe anonymement et les frigos sont généralement installés dans un lieu public par un privé, souvent une ASBL.

 

Un réfrigérateur pour tous

L'ASBL "Alimen Terre" est située à Louvain-la-Neuve. Elle a pour but de permettre l'accès à l'alimentation de qualité et saine au plus grand nombre. Elle dispose d'un petit magasin d'alimentation dans le quartier bien typique de la "Baraque". Il y a un an, l'ASBL a décidé de placer un frigo solidaire attenant au magasin. Tout qui veut y déposer un produit alimentaire peut le faire. Et celui qui aurait des difficultés à boucler le mois peut aussi disposer de son contenu.

Mais attention, il ne s'agit pas d'un endroit où déposer ses ordures. L'AFSCA (Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaine Alimentaire) a d'ailleurs demandé aux gestionnaires de veiller à ce que le réfrigérateur soit en ordre, propre et que la chaine du froid soit respectée. L'agence leur a par ailleurs demandé d'éditer et d'afficher une charte qui stipule les conditions d'utilisation. 

 

Que peut-on y placer et surtout ne pas y déposer?

Alors que contient cette charte? En gros, l'idée est de protéger au maximum le futur consommateur. On peut y déposer des produits alimentaires non périmés avec une date limite de consommation non dépassée, emballés hermétiquement, ou encore des produits alimentaires préparés "maison", dans un emballage fermé avec une étiquette présentant son contenu et la date de préparation. Autrement dit, interdiction d'y placer des produits non alimentaires ou des produits alimentaires avec une date de consommation dépassée ou encore des produits dans des emballages ouverts.

 

Qui est responsable?

Mais la question se pose: qui serait responsable en cas de problème d'intoxication ou d'allergie par exemple. L'AFSCA rend bien un avis mais comme les dons et les retraits sont anonymes et se passent entre personnes privées, son action se limite à cet avis. Alors qui porte la responsabilité finale par rapport à ce qui transite dans les frigos solidaires? Selon l'AFSCA, ce sont les gestionnaires comme l'ASBL "Alimen Terre" à Louvain-la-Neuve. Mais pour la responsable de l'ASBL tous les utilisateurs sont responsables et si, juridiquement, aucun cas ne s'est jamais présenté devant un juge, il en va du bon sens autant des fournisseurs que des consommateurs. 

 

 

 

Source : http://www.rtbf.be

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 17:14

 

 

Source : http://blogyy.net

 

 

Tsipras attaque à nouveau les squats, cette fois à Athènes !

 
La tension monte à Athènes depuis l’aube, suite à une nouvelle agression du pouvoir contre le mouvement social et les réfugiés.
 
 
TSIPRAS ATTAQUE À NOUVEAU LES SQUATS, CETTE FOIS À ATHÈNES !
 
 
Huit mois après l’attaque surprise et simultanée de trois squats à Thessalonique le 27 juillet 2016*, Tsipras vient de recommencer ce matin à l’aube, mais cette fois au centre de la capitale.
 
C’est à nouveau un squat de réfugiés et de migrants qui a été la victime principale de sa répression policière : le squat « Scholeio » (École) de la rue Alkiviadou (Alcibiade), dans le quartier d’Acharnon, à 500 mètres d’Exarcheia .

Les 126 réfugiés et migrants, pour la plupart des familles syriennes (une cinquantaine d’enfants), ont été malmenés, effrayés et parfois trainés sur le sol dans la rue selon des témoins, avant d’être envoyés au centre d’identification des étrangers de Petrou Ralli. Ils rejoindront par la suite les indignes camps de rétention de l’Attique, pour la plupart conçus à l’initiative des dirigeants de l’Union européenne. Début 2016, Bernard Cazeneuve (alors ministre de l’intérieur) s’était déplacé en personne, accompagné par plusieurs dizaines de techniciens français pour faire ce sale boulot en Attique et dans plusieurs îles dont Lesbos.

Le squat « Scholeio » (Ecole), rue Alkiviadou

Simultanément, une deuxième attaque a été planifiée, à l’aube également, contre le squat « Villa Zografou », au cœur d’un parc tranquille de l’autre côté du Lycabette, qui était pourtant occupé depuis 2012 et offrait de nombreuses activités gratuites ou à prix libres à tous les habitants du quartier : projections de films, débats, activités sportives et artistiques, jardins partagés… 7 camarades anarchistes et antiautoritaires ont été arrêtés et transférés à la Division générale de la police de l’Attique (GADA) et le parc est bouclé par une armada de CRS (MAT).

Le squat « Villa Zografou »

Préparée en secret, l’ensemble de l’opération a été coordonnée par le sinistre Nikos Toskas, ministre de l’ordre public, homme de main de Tsipras et ancien général de l’armée à la retraite.
 
Alors que la journée avance, une forte présence policière vient d’être déployée dans plusieurs secteurs du centre d’Athènes, principalement autour d’Acharnon, Exarcheia, Zografou et derrière le parlement.
 
Parmi les premières ripostes du mouvement social, en ce moment même, des rassemblements ont commencé : place Gardenias à Zografou, place Exarcheia, mais aussi dans d’autres villes en solidarité avec les expulsés.
 
Le rassemblement de la place Exarcheia vient maintenant de se déplacer devant le nouveau squat « Gare » situé 74 rue Kalidromiou à Exarcheia. Une grande manif « Pas touche aux occupations » est prévue ce soir à Athènes, à 18 heures locales, au départ de la place Gardenias. Demain, il y aura également une manif à motos et d’autres actions (dont probablement plusieurs mauvaises surprises pour le pouvoir).
 
Une rumeur évoque un risque d’attaque dans les prochains jours au cœur même d’Exarcheia. Des assemblées ont prévu, dès ce soir, de débattre et de s’organiser pour parer à cette éventualité. Une attaque qui ne serait pas sans dommages collatéraux, quand on connait l’énorme capacité de résistance d’Exarcheia, qui plus est à quelques jours de l’arrivée du convoi solidaire** (avec son soutien politique, financier et matériel, et la présence dans le quartier des 57 camarades venus de France, Suisse, Espagne et Belgique).
 
A suivre…
 
Yannis Youlountas
 
* L’attaque des trois squats à Thessalonique le 27 juillet 2016 et les suites :
 
** Le convoi solidaire de 23 fourgons qui est attendu à Exarcheia le 28 mars :

 

 

 

 

Source : http://blogyy.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce Economie et social
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 17:02

 

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Impôts

« Rendez l’argent ! » : Apple épinglé pour ses pratiques d’évasion fiscale

 

par

 

 

 

Le 13 mars à 8h30, une trentaine de militants de l’association Attac ont recouvert en blanc la vitrine d’une boutique Apple Store, dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris [1]. Cette action symbolique visait à opacifier les vitrines de la marque à la pomme pour dénoncer son opacité financière et ses pratiques d’évasion fiscale.

En septembre 2016, la Commission européenne a condamné Apple à reverser plus de 13 milliards d’euros à l’Irlande, pour compenser des impôts dûs et non versés entre 2003 et 2013. Elle pointait notamment le caractère « illégal » de deux rescrits fiscaux (ou rulings) accordés à Apple par l’Irlande en 1991 et en 2007. Ces accords secrets conclus entre administrations fiscales et multinationales – au centre du scandale Luxleaks dont la décision du procès en appel sera rendue le 15 mars – fixent à l’avance les conditions d’imposition de ces dernières, conditions généralement extrêmement avantageuses. En l’occurrence, les deux rescrits incriminés ont permis à Apple de faire baisser son taux réel d’imposition en Irlande à seulement 0,005 % de ses bénéfices en 2014 ! La Commission les a assimilés à des aides d’État déguisées (lire à ce sujet notre précédent article).

Pour Annick Coupé, secrétaire générale d’Attac, « cette amende de 13 milliards d’euros n’est que la partie visible de l’iceberg. En 2016, Apple détenait 215 milliards de dollars sur des comptes offshore. Des sommes colossales qui échappent à la fiscalité des pays dans lesquels la multinationale exerce réellement ses activités. » Pour lutter contre l’opacité financière, de nombreux organisations de la société civile réclament la mise en place d’un « reporting pays par pays » public, soit l’obligation pour des multinationales comme Apple de rendre publics la liste de leurs filiales dans tous les pays où elles sont implantées, avec le chiffre d’affaires, les profits et le nombre d’employés de chacune. Attac appelle à multiplier les actions « pour que les multinationales rendent l’argent qu’elles ont détourné depuis des années et qu’elles payent enfin leur juste part d’impôts dans les pays ou elles exercent réellement leurs activités ». Le manque à gagner pour l’État français du fait de l’évasion fiscale est évalué entre 60 à 80 milliards d’euros par an.

Photo : Twitter / Attac

 

Notes

[1Ils ont utilisé du blanc de Meudon, une poudre blanche à base de craie, lavable à l’eau.

 

 

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22