Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 20:35

 

Explicateur 04/07/2012 à 19h01

  Marie Kostrz | Journaliste Rue89

 


L’employée d’une fabrique américaine pèse une boîte de balles, à Miami, le 9 avril 2009 (Joe Raedle/Getty images/AFP)

 

Elle aurait dû débuter le 2 juillet mais n’a finalement été lancée que mardi soir. L’ouverture chaotique de la conférence sur les armes, qui se tient à l’ONU à New York, présage de la mauvaise volonté de certains pays à en réguler le commerce au niveau mondial.

Cet objectif, qui doit déboucher sur un Traité international pour les armes classiques (TCA), est ambitieux.

Le TCA, première mondiale

Comme le fait remarquer la comparaison d’Amnesty international, il existe une régulation du commerce des bananes, mais pas des armes. Le TCA a comme objectifs de limiter le nombre de victimes civiles collatérales du commerce des armes et d’endiguer le commerce illicite de l’armement.

Il faudra pour cela interdire la vente d’armes aux pays où il y a « un risque substantiel » que cette activité permette de « commettre ou faciliter » des « violations sérieuses » des droits de l’homme.

Un vrai casse-tête : si réunir 193 pays autour de ce sujet a été difficile, il sera encore plus dur pour eux de se mettre d’accord.

Derrière l’humanisme affiché, subsistent des intérêts économiques et stratégiques énormes qu’il n’est pas question pour les Etats d’abandonner.

 
1 Les pays exportateurs

Une affaire de gros sous et de pouvoir

 

Chaque pays exportateur a un pan du marché qu’il ne compte pas lâcher, même sous la pression internationale. Et pour cause : le commerce des armes est avant tout une manne financière qui génère plus de 50 milliards d’euros par an.

Etats-Unis : pas de balles dans le traité

Si la participation des Etats-Unis, qui représentent à eux seuls 40% du commerce de l’armement, a été bien accueillie, le pays compte faire pression pour que les balles ne fassent pas partie du traité.

Les Etats-Unis en vendent 6 milliards par an et cela impliquerait forcément un grand manque à gagner pour les industries du pays. The Guardian rappelle que, dès avril, le secrétaire d’Etat adjoint américain Thomas Countryman avait considéré comme « extrêmement irréaliste » que les balles soient englobées dans le traité :

« Nous ne voulons pas de quelque chose qui rendrait le commerce licite international des armes plus encombrant que la course d’obstacles à laquelle les exportateurs américains font déjà face. »

Chine et Russie : pas d’armes légères

La Chine veut elle exclure les armes légères du TCA, puisque c’est son fonds de commerce, dans les pays en voie de développement, en matière d’armement. Selon le blog Défense en ligne du Monde Diplomatique, 40 à 60% de ces armes appartiennent à un moment ou à un autre au marché noir.

Le traité n’arrange pas la Russie non plus, explique l’agence de presse russe Ria Novosti, qui interviewe l’analyste militaire Alexander Goltz :

« C’est un sérieux problème pour la Russie, parce que l’ébauche du traité inclut l’interdiction de vendre des armes aux pays où les droits de l’homme sont violés, alors qu’une large part des clients de l’armement russe sont sur la liste de ces Etats. »

On pense en premier lieu à la Syrie, dont la population subit une violente répression depuis plus d’un an et avec qui la Russie a un contrat d’armement estimé à 4 milliards de dollars.

Ria Novosti ajoute que la Russie tente elle aussi de faire en sorte que les armes légères ne soient pas concernées par le traité.

2 Les pays importateurs

En jeu, leur puissance et leur crédibilité

 

« Légitime défense »...

L’Inde, premier acheteur au monde, défend la liberté pour un pays d’équiper ses forces de sécurité, au nom du « droit de légitime défense ». Elle fait partie des pays qui, en 2009, se sont abstenus quand d’autres membres des Nations unies ont accepté le principe d’un TCA.

Le Pakistan, le Japon ou encore l’Arabie saoudite soutiennent également ce droit à la légitime défense. Il s’agit de pouvoir riposter mais également d’affirmer sa puissance aux Etats voisins avec qui les relations sont parfois tendues, comme c’est le cas entre l’Inde et le Pakistan.

... ou situation nationale tendue

Le blocage de la conférence, survenu avant même son ouverture, a soulevé des doutes sur les motivations de l’Egypte.

C’est ce pays qui a retardé le lancement des débats en demandant à ce que la Palestine siège au même titre que les Européens – tous deux sont observateurs mais en ayant des prérogatives différentes. Israël s’y est de suite opposé, bloquant ainsi la conférence.

Il n’est pas impossible que l’Egypte ait cherché à entraver le bon fonctionnement de la réunion pour des raisons avant tout nationales. Cité par Le Monde ce mardi, un diplomate occidental explique que la manœuvre de l’Egypte est « probablement dictée par la crainte de voir les approvisionnements militaires mis à mal à un moment où l’incertitude de la situation politique locale prévaut ».

3 L’Europe et la France coincées

Une bonne volonté mal récompensée ?

 

Dans une tribune publiée le 2 juillet dans Libération, les ministres des Affaires étrangères français, allemand et britannique ainsi que le ministre suédois du Commerce extérieur, ont affirmé leur volonté de voir la conférence accoucher d’un TCA réellement contraignant pour les Etats.

Les industriels français sont eux inquiets et réticents. Dans un document que La Tribune s’est procuré, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) s’interroge sur les critères qui seront utilisés pour définir les pays qui ne respectent pas les droits de l’homme :

« [Il] est à craindre une catégorisation en “bons” et “mauvais” pays importateurs avec un risque induit de manipulation et d’instrumentalisation de ces listes par les pays ou réseaux d’influence. »

Et si les concurrents de la France refusent le traité ?

Alors que l’Europe semble déterminée à adopter le traité, ils craignent aussi d’être les seuls exportateurs à devoir s’y tenir quand la Russie, la Chine ou Israël ne respecteront pas forcément les principes de transparence dictés par le traité :

« Une entrée en vigueur sur la base de 50 à 60 signataires nous fait courir le risque que des pays importants comme la Chine, la Corée, la Turquie, la Russie... ne comptent pas parmi les signataires alors que très certainement la France en fera partie. »

Il n’est en effet pas du tout acquis que tous les pays participant aux débats acceptent fin juillet de ratifier le TCA. De quoi désavantager les industriels français sur le marché de l’armement sans pour autant le réguler davantage.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 20:23

[Fondation Copernic] [plateforme] CR réunion technique Encadrement des loyers

Réunion technique pour la préparation d'un point presse relatif à la baisse des loyers :
CONF de PRESSE LUNDI 9 juillet, à 11h, pour la baisse des loyers
Bourse du travail Château d’eau, salle Ferrer

Il paraît nécessaire d'avoir une expression convergente et unie sur ce projet de Décret, mais surtout sur le futur projet de loi . En effet, en l’état des mobilisations sociales, la Plate forme doit peser pour faire contre poids au puissant lobby des Bailleurs, et des milieux de l’immobilier en général. On voit se dessiner une campagne puissante de ces milieux pour empêcher  l’encadrement des loyers, et toute loi qui viendrait réduire les profits locatifs, comme ils l’avaient fait à l’issue de la Loi Quillot.
Il serait souhaitable que les acteurs de la Plate forme soient représentés  le plus possible, afin de parler d’une seule voix.

Une réunion de préparation est prévue vendredi 6 juillet, à 9h au DAL,  29 Av Ledru Rollin. (si changement de lieu , on vous tient au courant)

La conférence de presse a pour objectif de sensibiliser  sur les enjeux de “la bataille des loyers” qui s’annonce.
Cadrage  :
  1. Etat des lieux, les locataires exsangues, et les profits locatifs privés (sortir quelques chiffres)
  2. Commentaire sur le projet de Décret (plutôt positifs, mais rappelant les limites et l’impérieuse nécessité d’une loi)
  3. Nos propositions en matière d’encadrement des loyers (ce sur quoi nous avons travaillé ce matin, voire ci dessous) et de baisse de 20%

Encadrement et baisse des loyers du parc locatif privé, un logement stable pour les locataires :
Proposition générale, révisant la loi de 89, et  :

1 - Fixer un loyer de référence, au m2 défini par territoire ou par quartier, pondéré par 2 ou 3 critères (taille du logement et logements en hauteur  sans ascenseur, éventuellement la qualité en dépense énergétique). Article 19, Le dispositif des loyers de référence de voisinage tel qu’il existe en France est peu fiable, et est l’objet de distorsions et de discussions sans fin entre les bailleurs et les locataires .
 Deux alternatives sont possibles :
  • soit un loyer de référence fixé en fonction de données statistiques existantes
  • Soit un loyer de référence , fixé à partir des données collectées , à la condition d’imposer une déclaration de location pour chaque logement loué. Tout logement non loué ou non déclaré serait l’objet d’une lourde taxe, renforcée au fil des années. Cette disposition s’inscrit dans les missions qui pourraient être dévolues à une  “agence de contrôle des rapports locatifs”, afin de rééquilibrer les rapport locatifs très défavorables aux locataires.


2 – Il serait nécessaire que l’encadrement  s’applique dans un premier temps aux agglomérations de 30 à 50 000 habitants, la baisse dans les secteurs urbains devant entrainer une baisse dans les secteurs moins denses

Cette disposition s’appliquerait au locataires entrants (renouvellement ou logement neuf) et aux locataires en place (reconduction du bail)
Le locataire a trois ans pour contester le montant du loyer, et saisir la CDC .
Par contre, le bailleur ne peut imposer au locataire un alignement sur le loyer de référence, ou celui défini par décret.

Le renforcement des Commissions Départementales de Concertation devient indispensable, surtout que le nombre de recours risque d’être très important. Il a existé à plusieurs reprises dans notre pays des commissions arbitrales, mise en place de manière temporaire notamment dans les cas de modification  législative.


3 - Définition des secteurs de baisse pouvant aller jusqu’à 20% : le décret de cet été donnera des indications sur les intentions du Gouvernement, puisqu’il définira les secteurs tendus.
Plusieurs options :
Applicable dans les secteurs oùu s’applique la taxe sur les logements vacants (zones ou existe un déficit de l’offre, par rapport à la demande)
Applicable dans les secteurs ou la hausse des loyers et de l’immobiliers est plus important les 5 dernières années que l’évolution des revenus.

4 – Alignement des locations de logements meublées et tourisme en zone tendue et des autres sous statuts locatifs, sur la loi de 89.
En effet, de nombre de locations meublés est en hausse constante, et serait un des moyens pour les bailleurs de contourner une politique de régulation des loyers.

5 – Suppression du congé vente : Il s’agit de renforcer la stabilité des locataires, et de faire disparaître un des principales causes de la flambée des prix (loyers et immobilier). Le procéssus est bien connu en ce qui concerne les “vente à la découpe”. Il est utilisé pas de nombreux bailleurs pour faire partir un locataires ancien, qui de ce fait payer un loyer inférieur à celui du marché. On peu aussi s’interroger sur l’équité de ce privilège des bailleurs : En guise de remerciement, le locataire qui a permis en payant son loyer régulièrement et tout simplement mis à la porte, pour permettre au bailleur de faire une plus value supplémentaire.


Les participants (DAL, CSF, ACDL) n'ont pas eu copie du projet de Décret d'encadrement des nouveaux baux Loi de 89, mais on espére l’obtenir rapidement pour pouvoir le commenter.


Prochaine réunion vendredi à 11H,
29 AV Ledru Rollin – Paris 12
M° Gare de Lyon.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 12:59

Midi Libre

05/07/2012, 10 h 45 | Mis à jour le 05/07/2012, 11 h 22

Comme l’avait annoncé le maire de Montpellier, Hélène Mandroux, les derniers “indignés“ perchés dans les platanes de l’Esplanade ont été délogés.

C’est une équipe du GIPN (Groupe d'intervention de la police nationale) de Marseille qui était à la manoeœuvre dès 6 h ce matin. Une intervention rendue difficile par le violent orage qui s’est abattu au même moment sur Montpellier.

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xrzlc2_26-policiers-mobilises-a-montpellier-pour-deloger-un-grimpeur-dans-un-arbre_news

 

 

Gros déploiement de force pour un seul grimpeur dans un arbre de l'Esplanade de Montpellier : 26 policiers, 9 véhicules, 6 vélos. Le grimpeur a notamment déclaré : "Ils m'empêchent de descendre. Si je descends, ils veulent me taper."

Cette événement fait suite à l'évacuation des occupants de deux cabanes dans les arbres le jeudi 5 juillet 2012 à 6h du matin par le GIPN (groupe d'intervention de la police nationale) venue de Marseille.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 12:51

 

Rue89 - Tribune 05/07/2012 à 12h32

 

 

 

 

Des panneaux de travaux en A (Ayton/Flickr/CC)

 

Depuis neuf mois se déroule en pointillé un débat fondamental entre partisans de l’austérité, partisans de la dévaluation, et partisans du rééchelonnement à long terme des dettes.

Tous souhaitent sauver l’Europe soit en tuant les déficits, soit en tuant l’euro, soit en tuant la dette.

Nous pensons que seule la troisième voie est la bonne.

  • La première – l’austérité – conduit les peuples à se dresser contre l’Europe, et ne laisse aucune chance aux Nations les plus endettées d’échapper à la spirale grecque.
  • La seconde détruit l’Euro, et donc l’Union européenne, pour rêver d’un rétablissement dans l’instant des compétitivités nationales, dans un grand autodafé.
  • La troisième est finalement la plus raisonnable. Il faut tuer la dette avant quelle ne tue l’Europe.

De là procèdent quelques conséquences. C’est en ayant écrêté la dette européenne qu’on peut la mutualiser, c’est en la mutualisant qu’on peut imposer une gestion rigoureuse des comptes publics.

Marier « règle d’or » et rééchelonnement

Tout ceci se fait en instant de raison. La règle d’or et le rééchelonnement des dettes sont les deux faces d’une même pièce. Il s’agit d’offrir aux créanciers de l’Europe un instrument de placement d’autant plus attractif qu’il est assis sur la première économie mondiale, dés-asphyxiée, tenue par une nouvelle gouvernance rigoureuse, elle-même assise sur un nouveau pacte démocratique européen.

Cette vision est celle, notamment, du German council of economic experts. Elle est typiquement d’inspiration française, quand la République française était fédéraliste. Elle commence à s’exprimer aujourd’hui par la voix de Wolfgang Schäuble, en dépit des rappels à l’ordre de la Cour de Karlsruhe.

France et Allemagne à fronts renversés

De ce coté-ci du Rhin, nous sommes à front renversés. Nous sommes redevenus souverainistes par peur de l’Allemagne.

Or s’il est une certitude, c’est que la peur est mauvaise conseillère. Nous devons accepter de parler de l’Union politique, nous devons accepter de parler de l’élection du président de l’Europe au suffrage universel. Surtout, nous devons poser un agenda de transformation qui aille bien au delà de la réforme de la Banque Européenne d’Investissement et des « project bonds » :

  • une élection des députés européens le même jour partout en Europe avec changement du mode de scrutin ;
  • un ministère des finances européen dans le cadre de l’Eurogroupe, et non pas de la Commission de Bruxelles ;
  • une Union bancaire structurée ;
  • un parquet européen ;
  • une amorce d’administration fiscale européenne ;
  • et surtout, surtout : l’écrêtement de la dette européenne par la création d’une caisse d’amortissement à très long terme des dettes accumulées au-delà de 60% du PIB, afin d’alléger la pression sur les peuples et de ramener le ratio des intérêts sur PIB dans tous les pays européens à moins de 2%.

Avec les peuples, l’ère de la fédéralisation furtive est terminée. Commence le temps du donnant-donnant. Ce sera plus d’Europe contre moins de dette. C’est à la France de le proposer.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 12:40

 

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 05.07.2012 à 10h45 • Mis à jour le 05.07.2012 à 10h45

 

 

 

Des ouvriers travaillent sur la centrale de Fukushima peu après le tsunami qui a touché le Japon en mars 2011.

 

 

 

L'accident nucléaire de Fukushima a été "un désastre créé par l'homme" et non pas simplement provoqué par le séisme et le tsunami géant survenus le 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon, a conclu jeudi 5 juillet une commission d'enquête mandatée par le Parlement.
 

"L'accident (..) est le résultat d'une collusion entre le gouvernement, les agences de régulation et l'opérateur Tepco, et d'un manque de gouvernance de ces mêmes instances", a-t-elle expliqué dans son rapport final. "Ils ont trahi le droit de la nation à être protégée des accidents nucléaires. C'est pourquoi nous sommes parvenus à la conclusion que l'accident a été clairement 'créé par l'homme'", poursuit le document long de 641 pages. "Nous pensons que les causes fondamentales sont les systèmes d'organisation et de régulation qui se sont basés sur des logiques erronées dans leurs décisions et leurs actions, et non pas un problème de compétence d'un individu en particulier."

"Il est clair que cet accident est un désastre créé par l'homme. Les gouvernements passés et en place à ce moment-là, les autorités de régulation et Tokyo Electric Power ont failli à leur devoir de protéger la vie des gens et la société", a-t-elle expliqué dans son rapport final.

 

 "UNE EXCUSE POUR ÉCHAPPER À SES RESPONSABILITÉS"

L'accident de Fukushima, le plus grave depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en Ukraine en 1986, a eu lieu juste après un séisme de magnitude 9 dans la région du Tohoku qui a déclenché un tsunami sur tout le littoral. Une vague de près quinze mètres de haut avait déferlé sur le site de la centrale Fukushima, noyant les systèmes de refroidissement des réacteurs et les générateurs de secours situés en sous-sol. "Le 11 mars, nous pensons que la centrale était vulnérable aux tremblements de terre et aux tsunami", a estimé la commission.


"La direction de Tepco était consciente des retards dans les travaux antisismiques et des mesures contre les tsunami et savait que Fukushima Dai-ichi était vulnérable", a souligné la commission. Il s'agit de la troisième enquête menée sur cette catastrophe.

Un précédent rapport, mandaté par Tepco, avait disculpé la puissante compagnie d'électricité de toute responsabilité, en affirmant que la puissance du séisme et l'ampleur du tsunami dépassaient toutes les prévisions et ne pouvaient pas être raisonnablement envisagées. "Cela ressemble à une excuse pour échapper à ses responsabilités", a répondu la commission qui a souligné que "Tepco et les autorités de régulation étaient déjà au courant des risques de tsunami et de séisme".  "Bien qu'ayant eu de nombreuses occasions de prendre des mesures, les agences de régulation et la direction de Tepco n'ont délibérément rien fait, ont reporté leurs décisions ou ont pris des mesures qui les arrangeaient. Aucune mesure de sûreté n'avait été prise au moment de l'accident", a ajouté la commission.

 

 "PROBLÈMES STRUCTURELS"

Le rapport d'enquête reproche également à l'opérateur de ne pas avoir réagi suffisamment vite dans les premières heures de l'accident. "Cela ne doit pas être attribué à des problèmes d'individus sur le site, mais à des problème structurels de Tepco", a-t-il relevé.

Cette commission d'enquête était composée de dix membres de la société civile (sismologue, avocats, médecins, journaliste, professeurs) désignés par les parlementaires. Présidée par le professeur Kyoshi Kurokawa, elle a interrogé les principaux acteurs de l'époque et mené des investigations depuis décembre 2011. Le premier ministre au pouvoir au moment des faits, Naoto Kan, a ainsi reconnu lors de son audition en mai la responsabilité de l'Etat dans la catastrophe, mais a défendu la façon dont il a géré la crise tout en admettant quelques cafouillages.

La commission avait auparavant questionné le patron de Tepco de l'époque, Masataka Shimizu, qui s'était défendu d'avoir voulu abandonner la centrale dans les heures ayant suivi le tsunami, contrairement aux affirmations de M. Kan, du porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, et du ministre de l'industrie d'alors, Banri Kaieda.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Fukushima
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 12:37

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 05.07.2012 à 13h33 • Mis à jour le 05.07.2012 à 13h33

 
 
Ikea France est sous le coup d'une enquête préliminaire du parquet de Versailles pour "utilisation frauduleuse de données personnelles", confiée à la direction centrale de la police judiciaire.

Une perquisition était en cours jeudi midi 5 juillet au siège social d'Ikea France à Plaisir (Yvelines) dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de surveillance illégale de salariés du groupe, a appris l'AFP de sources proches du dossier.

Cette nouvelle perquisition, après une première le 13 mars, a débuté à 10 heures et six policiers se trouvaient en milieu de journée au service des archives du siège, a confirmé un porte-parole de la direction. Aucun personnel d'Ikea ne se trouvait en garde à vue, a précisé le porte-parole. Devant le siège social, aucune voiture de police, ni aucun mouvement de policiers n'était visible à la mi-journée.

L'affaire avait éclaté en février, avec des révélations du Canard enchaîné accusant la filiale française du groupe suédois d'avoir espionné des salariés et des clients, en se procurant des renseignements sur leurs antécédents judiciaires, policiers, ou leurs comptes en banque.

Ikea France est sous le coup d'une enquête préliminaire du parquet de Versailles pour "utilisation frauduleuse de données personnelles", confiée à la direction centrale de la police judiciaire. Elle a été ouverte après une plainte contre X déposée par le syndicat Force ouvrière. Dans le cadre de cette enquête, le siège d'Ikea France a déjà été perquisitionné à la mi-mars, de même que le domicile du responsable du département "gestion du risque" du groupe, mis en cause dans cette affaire. Ikea France avait annoncé le départ de quatre dirigeants, dont son ancien patron, tous soupçonnés d'être mêlés à ce scandale.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 12:34

 

Le Monde - Blog - 05 juillet 2012

 

La question des suicides au travail vient de prendre une nouvelle dimension avec la décision de mettre en examen l’ex-PDG de France Télécom, Didier lombard, pour harcèlement moral. Ces dernières années, des cadres, des directeurs de ressources humaines avait pu être entendus par un juge dans le cadre d’affaires similaires, mais un PDG jamais

 

.

Le fait que cette mise en examen soit assortie d’un contrôle judiciaire peut surprendre. Jusqu’à présent, rien dans le climat de l’instruction n’a pu laisser penser que le juge Pascal Gand était un matamore, qui aurait décidé de se payer un patron du CAC40. Dès lors, les raisons et les conditions de la mise en examen de l’ex-PDG doivent être interprétée comme une illustration de la détermination de la justice. Après deux ans d’instruction pour faire la lumière sur les dizaines de tentatives de suicides qui ont eu lieu chez France Télécom sous la présidence de M.Lombard c’est bien le moins.

Pendant des années, le suicide au travail s’est heurté au mur du silence. De la part des directions, mais aussi des syndicats et des autres salariés. Les drames qui se sont déroulés chez Renault, PSA, La Poste ou France Télécom ont permis que la parole se libère et que le phénomène soit enfin pris en considération. Des condamnations au civil ont déjà été prononcées, mais cette procédure au pénal est inédite.

La mise en examen d’un PDG signifie qu’on ne situe plus le débat au niveau d’un rapport interpersonnel entre un supérieur et son subalterne. Une organisation du travail ne se réduit pas à une division et à une répartition des tâches, froides et rationnelles, évaluables à tout instant. Le dirigeant est aussi comptable sur le plan humain de sa stratégie.

Dans une tribune publiée dans Le Monde du 5 juillet, Didier Lombard réfute l’idée que ses décisions puissent être à l’origine de la vague des suicides. C’est, explique-t-il, le contexte, concurrentiel et réglementaire qui l’a poussé à adapter l’entreprise à son environnement. Personne ne le conteste. Mais le réel n’est pas toujours raccord avec la façon dont le management voudrait que ça marche. Diriger ne consiste pas seulement à prendre des décisions rationnelles. Il faut aussi écouter et ensuite le traduire en termes de management. Est-ce que c’est cela qui a manqué chez France Télécom? La mise en examen du PDG va en tout cas permettre de poser un certain nombre de questions cruciales sur l’organisation du travail.

Twitter: @StephaneLauer

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 14:01

 

| Par La rédaction de Mediapart

 

Dans son étude Revenus et patrimoine des ménages 2012 publiée le mercredi 4 juillet, l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) révèle le niveau de vie des ménages français et livre un constat : un adulte sur trois connaît la pauvreté au moins un an dans sa vie. En 2009, le niveau de vie médian était de 1 590 euros par mois en métropole, la moitié des Français vivant avec un salaire inférieur à cette somme. On compte également 8,2 millions de pauvres, soit 400 000 de plus que l'année précédente. Et si l'année 2009 montre une « correction partielle » pour les plus riches, le fossé se creuse sur la question des biens immobiliers et financiers : la masse du patrimoine des 10 % des ménages les plus aisés a augmenté de 131 % depuis 1998 tandis que celle des 10 % des moins dotés n'a pris que 20 %.

Voir le rapport de l'Insee *(pour y accéder, appuyer sur la touche "Ctrl" de votre clavier + cliquer gauche sur la ligne du lien)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 13:54

 

Marianne - Rédigé par J-C Slovar le Mercredi 4 Juillet 2012 à 12:27

 

L'UMP porteuse de ses demandes étant occupée à régler ses comptes, le Medef passe à l'attaque. Il réclame l'application de la TVA sociale et l'extension de la rupture conventionnelle ... sur le plan collectif !

 

Licenciements : Le Medef invente la rupture conventionnelle ... collective !

 

Laurence Parisot n'avait pas fait mystère de son choix politique lors de l'élection présidentielle. Or, la défaite de son champion a anéanti 5 années de lobbying, qui devaient aboutir à la précarisation généralisée des salariés.A quelques jours de la Grande conférence sociale des 9 et 10 juillet, elle vient de dévoiler  ses propositions qu'on pourrait résumer par : Faire payer aux seuls salariés le retour de la compétitivité.
 
L'éternel retour de la TVA sociale !
 
Le Medef remet sur la table l'un de ses scénarios présenté en novembre 2011, qui consistait à tranférer certaines cotisations sociales vers l'impôt. Celui qui a été retenu est l'hypothèse la plus basse, c'est à dire 30 milliards.
 
Selon Laurence Parisot, cela correspondrait à : « (...) 3,5 points du côté employeur et un point et demi côté salarié (...) » Le Medef avait calculé, en janvier 2012, que le gain de pouvoir d'achat des salariés issue de la baisse de leurs propres cotisations sociales, se traduirait par : « environ 15 euros net pour 2.000 euros de salaire brut »
 
Et dans la mesure où ce sont les mêmes salariés qui payeront la baisse des cotisations patronales par une augmentation de la TVA, vous dire si le gain serait important !
 
La compétitivité par la précarisation globale des salariés !
 
Certainement par pudeur, le Medef n'utilise jamais le mot de précarisation. Il lui préfère les termes de « réforme du marché du travail » et de « flexibilité » Et dans le domaine notre amie Laurence est une artiste.  Persuadée que convaincre le nouveau gouvernement n'est qu'une question de temps : « Je n'exclus pas que ce qui n'est pas envisagé aujourd'hui soit finalement mieux compris et accepté demain » Elle revient à la charge avec le concept de la flexisécurité, qui consiste à pouvoir se séparer à moindre coût des salariés, pour mieux les confier à l'état, qui aurait la charge de les recycler, pour un éventuel futur usage.
 
Et Laurence Parisot de dégainer une nouveauté : « En 2008, nous avons fait un grand pas en matière de flexi-sécurité avec l'invention de la rupture conventionnelle (...) Il faut inventer quelque chose d'équivalent sur le plan collectif, c'est-à-dire dans l'hypothèse où une entreprise doit faire des ajustements d'effectifs ou des restructurations (...) »
 
Outre qu'il est permis de sourire sur le fait que rupture conventionnelle soit synonyme de flexibilité, puisqu'il s'agit de se séparer des salariés sans avoir à à trouver de motif, on notera surtout, que celle-ci a permis de mettre en « pré retraite », nombre de salariés âgés sur le compte de l'UNEDIC. Quant aux autres salariés, à part fréquenter les locaux de Pôle Emploi, ils se demandent toujours ce que leur a apporté la flexisécurité !
 
Rappelons, pour la forme, que Laurence Parisot affirmait avec enthousiasme : « Ce concept de séparabilité représente un acquis majeur pour tous. C'est une vraie bonne nouvelle pour l'embauche en France qui ainsi se modernise et se dynamise. Il marque aussi un progrès souhaitable vers l'égalité entre l'employeur et l'employé » Ce qui s'est traduit par le nombre de 600 000 ruptures homologués depuis la mise en place du dispositif et représentent désormais 11% des motifs de rupture de CDI !
 
Mais peu importe, puisque, ce que cherche Laurence Parisot au travers de cette « rupture conventionnelle collective » c'est surtout de plus avoir à assumer les obligations légales des entreprises en cas de plans de sauvegarde de l'emploi (plans sociaux). C'est à dire : l'accompagnement des salariés en cas de licenciement économique. En clair, fin du casse tête pour les DRH qui n'auraient plus qu'à envoyer les lettres de licenciement aux salariés, et surtout, une très belle économie pour les entreprises et leurs actionnaires !
 
En quelque sorte, l'application ultime de la célèbre phrase de Laurence Parisot : « La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? »
 
Ajoutons à cette lumineuse idée la demande d'application des accords compétitivité-emploi qui permettraient aux entreprises : « (...) confrontées à des difficultés économiques d'ajuster leurs effectifs, leur masse salariale et la durée du travail (...) » Laurence Parisot assurant que des organisations syndicales (en réalité la seule CFDT) commencent à les regarder d'un oeil moins hostile. Et vous obtenez la plus grande vague de licenciements et de précarité salariale jamais connue dans notre pays !
 
Voilà donc, en résumé, la vision de la compétitivité, que Laurence Parisot défendra, lors de la conférence sociale des 9 et 10 juillet. A moins qu'elle n'ait gardé sous pied quelques autres idées ... toutes aussi généreuses ...

Crédit photo
FlickR CC - Pierre Métivier
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 13:46

 

Marianne - Mardi 3 Juillet 2012 à 16:00

 

Greek Crisis
Historien et ethnologue, ancien correspondant en France pour la revue grecque Nemecis, Panagiotis... En savoir plus sur cet auteur

 

Le dernier sommet européen n'a pas rassuré les Grecs. Notre blogueur associé Panagiotis Grigoriou témoigne de leur quotidien douloureux et anxieux.

 

(Athènes, 2011 - Petros Giannakouris/AP/SIPA)
(Athènes, 2011 - Petros Giannakouris/AP/SIPA)
L'été s'installe pour de bon, comme la Troïka d'ailleurs. Le pays ne semble pas s'émouvoir de la prochaine réunion gouvernementale ni de l’Eurogroupe déjà passé, ce n'est pas étonnant. Il y a d’autres urgences : «gagner un travail» saisonnier, dénicher une résidence d'un cousin ou ami retrouvé pour les circonstances, à la mer et si possible en Grèce continentale, enfin stocker déjà le bois de chauffage pour l’hiver prochain.

Aris, le voisin et cousin de Thessalie en a acheté pour 9 tonnes : «J’ai du travail en ce moment dans le bâtiment. Une maison à terminer au village de ma mère, c’est un oncle qui a pensé à moi, plus l’installation des photovoltaïques. Nous nous sommes spécialisés aussi dans l'installation des panneaux photovoltaïques depuis avril. Nous travaillons désormais soit dans les champs ou sinon sur les toits des maison, cela nous procurera un certain revenu jusqu’en août, ensuite on avisera. J’ai aussi posé le carrelage chez Yorgos, le voisin carrossier de l’autre côté de la rue, en échange, il a repeint ma camionnette. Je pense que l’hiver prochain sera rude. On se débrouille comme on peut, mais on s’habitue et on s’habitue finalement à tout. Tiens, par exemple, Dimitri notre autre cousin au chômage depuis son licenciement de la menuiserie du coin, il a galéré durant plus d’un an. Le frère de son épouse, Christos le boulanger, lui a trouvé une charge provisoire donc... durable par les temps qui courent : il est embauché en CDD par la municipalité à surveiller et à distribuer l’eau de l’irrigation, car il y a une rotation à respecter et surtout à surveiller. C’est un travail pratiquement sept jours sur sept, et de nuit en ce moment, car de jour on n’arrose pas par telle chaleur. Il gagne 700 euros par mois et il est heureux. Christos est conseiller municipal, donc la parenté est encore utile.»

La parenté, les amitiés et les réseaux ont toujours été de bon usage dans ce pays, certes, on l'a compris. Entre temps, les sans parents, ceux qui se retrouvent privés de sens et de sens commun, les apostats attitrés du système, les exclus de chez les inclus dans notre univers concentrationnaire de la dette souveraine, deviennent des bouches inutiles à nourrir, comme ces concitoyens en hospitalisation psychiatrique sur l’île de Leros.

«Généralisation avérée des cas de dépression, suite à la crise»

En revanche, notre Sécurité sociale, après réunification forcée des multiples caisses de santé jadis organisées par branche, va très mal. Le nouvel organisme mis sur pied en Janvier 2012, cumule en six mois, 4,1 milliards d’euros de dettes sur un budget annuel estimé à 5,8 milliards d’euros. Cette nouvelle hyper-Caisse (EOPYY), doit 570 millions d’euros aux praticiens des laboratoires, 800 millions aux cliniques privées, 550 millions à l’industrie pharmaceutique, 540 millions aux pharmaciens et 1,7 milliard aux Hôpitaux Publics. Ainsi l’EOPYY serait à la recherche d’un nouvel emprunt, et déjà, les employés de la branche bancaire... ressuscitant leur propre organisme à part, ils ont récemment abandonné le radeau de la... «grande Sécu». Sans évoquer les effets... eugénistes de la mise à mal du système du tiers payant pour le grand ensemble populaire des... brebis socialement galeuses.

G. Theodorakis, président à l’ordre des cardiologues grecs en a une idée plus précise : «J’ai eu à m'occuper d'un patient qui avait subi un incident cardiaque assez sérieux, mais pendant cinq jours, il évitait pourtant l'hôpital par manque de moyens. Il a eu de la chance, car la mortalité dans ce type de pathologies s'élève à 20% des cas observés. Depuis plusieurs semaines, nous constatons par ailleurs l’arrivée aux urgence des cas de plus en plus fréquents d'œdème pulmonaire. Il s'agit des patients souffrant de pathologies cardiovasculaires et qui ont déjà arrêté le traitement, toujours par manque de moyens. Ces patients n'avouent pas si naturellement cette interruption volontaire de leur traitement car ils ont honte. [C’est seulement après les soins en réanimation], et suite à l’interrogatoire des médecins ayant pratiqué dans l’urgence qu'ils finissent par l'admettre. Nous constatons enfin, une recrudescence spectaculaire des décès par infarctus et par des hémorragies cérébrales, d’abord par manque de suivi mais aussi, la généralisation avérée des cas de dépression, suite à la crise», (communication issue du 8ème colloque international de Cardiologie qui s’est tenu à Rhodes, reproduite par l’hebdomadaire satyrique To Pontiki, 28/06).

C’est vrai qu’à Athènes, la situation semble plus préoccupante qu’ailleurs, malgré son côté «occulte». Et dans les campagnes parfois même, la crise serait tout simplement encore moins visible. Cette ville de Trikala par exemple, demeure paisible dans ses apparences. J'y remarque des cafés moins fréquentés puis ce vieil ami libraire introuvable, car il a fait faillite depuis avril. Et la Grèce se cherche, et elle se cherche aussi un moment de répit et de repos. Peu importe comment, il y a que le coût qui compte, et alors il faut qu'il soit moindre, toujours moindre.

«Les trois huissiers, c'est ma Troïka à moi»

Stéphanos par contre, gérant et patron de la menuiserie du village se concentre sur d’autres soucis. Il a déjà licencié tous ses employés, dont Dimitri mon cousin reconverti dans... le partage des eaux, et il ne fabrique plus un seul placard, mais il attend. «La prison», comme il dit parfois en rigolant. Ses ex-associés ont pris leur retraite il y a un an, et se sont retirés de la mauvaise affaire. Lui, espérant encore toucher une retraite dans deux ans il reste, mais alors comment, en arriver un jour à la retraite, ce n'est plus évident. Le temps des évidences est terminé. Car cet ex-menuisier est toujours redevable à l’organisme de recouvrement des cotisations de sécurité sociale pour indépendants, au impôts, à trois banques.

Récemment, trois huissiers se sont présentés chez lui, «c'est ma Troïka à moi» comme il s’amuse à raconter. Sa petite entreprise était florissante encore il y a dix ans, et ses meubles vendus jusqu'en Crète, mais c'était avant Ikea et avant l’euro. La peau de l’ours est vendue et l’ours sera affamé. La mondialisation... soit elle t'aime, soit tu la quittes, pas elle, mais ta vie de petit patron.

On vient d'apprendre par un reportage du quotidien Kathimerini, qu'un ours affamé, s’est approché à plusieurs reprises des faubourgs de la ville de Kastoria, au Nord de la Grèce. Un éleveur, derrière le spectacle désolant des ses volailles et ses moutons en train de périr, a menacé de se suicider se jetant du bâtiment de l’administration régionale. Heureusement, il a changé d’avis après négociations avec les autorités, il a surtout obtenu la promesse de la Société de protection de la faune, que cet animal serait neutralisé, et ainsi endormi, il serait transporté dans une autre région du pays. Sur place on évoque inlassablement la crise, mais certains soulignent à juste titre, que les ours ont toujours été de notre faune sauvage familière... bien avant les Troïkans.

Il devient d'ailleurs plus facile à négocier avec les ours, qu’avec la Troïka et les bancocrates, question de rapport de force sans doute, et ce n’est guère Thucydide qui dirait le contraire. Antonis Samaras et nos autres marionnettes de la gouvernance désormais élues, semble oublier toute velléité dans la négociation probable des Traités et accords, passés avec le directoire de l'Euro-zonage. Chez Syriza, on réclame au moins, les mêmes clauses d'exception accordées à l'Italie et à l'Espagne. Est-ce encore possible que de le penser ? Les citoyens encore pensifs sont bien résignés : «Moi je laisse tomber, je ne m'occupe plus de rien du grand sort commun, je démissionne, je voudrais simplement partir une petite semaine à Rhodes, c'est tout», déclare S.P., mon ami instituteur.

Altercation entre retraités

«Pax Alemana ou sinon le Chaos», est le titre d’un papier publié par To Pontiki jeudi dernier : «L'Allemagne mise gros et son jeu de poker devient très serré, dans la mesure où elle recherche à pérenniser son contrôle complet sur la Zone euro, en passant par le rétablissement désormais supranational des budgets ex-nationaux. Pour ce faire, et ceci d’une manière apparente ou dissimulée, les biens nationaux des pays en question seraient en quelque sorte hypothéqués, c’est aussi un des enjeux du sommet de Bruxelles. C’est surtout en cela que le cas grec, un cas de laboratoire, en devient crucial. Ce jeux se poursuivra prochainement en France, car le conflit pour le moment verbal entre François Hollande et Angela Merkel, plus la récente tentative de différenciation par le nouveau président de la France, tentative d’ailleurs vivement encouragée par Barack Obama, ne semble pas pour autant, mettre la France à l'abri des attaques des marchés et de sa dégradation toujours possible, qui est à craindre, par les agences de notation. Nous en ignorons les conséquences d'un tel scenario, d'autant plus, que la France n’appartient pas au club des pays pauvres et... perturbateurs du sud.»

Sauf que de Trikala jusqu'à Paris on peut toujours ignorer les analystes et pour cause. Il y a les vacances, ou sinon le quotidien implacable ou pour certains, encore rassurant. Les prêtres, «nos» popes se portent bien, aux dires de mes amis ici, même si les baptêmes à l'église ne concernent désormais qu'un cercle familial restreint. Mais encore dans pareils cas... le kitsch ne ment toujours pas ! Entre-temps, j'apprends depuis Athènes, que dans la parentèle de mon ami Petros, une personne organise un mariage somptueux à Vouliagmeni dans les quartiers sud des bords de mer. De l'ostentatoire en pareille époque, est-ce encore possible, qui sont ces gens ? «Un oncle lointain et son épouse, la mariée c'est ma cousine. Lui, il est retraité du corps diplomatique, et elle, de la Commission Européenne, une autre planète», a précisé Petros au téléphone, pour y ajouter : «Je ne pense pas m'y rendre. D'abord j'ai horreur des mariages, ensuite, il faut pouvoir s'habiller à la hauteur, ma compagne et moi cela fera des frais, et enfin, je ne peux pas financer un cadeau de mariage correspondant... à leur système solaire».

Au bureau de la Poste de Trikala ce matin, il y a eu une altercation entre deux retraités du système solaire bien de chez nous : «Je touchais 1.800 euros de retraite, et elle a été réduite, je me retrouve à 1.400 euros seulement. On devrait aussi tailler sur les petites retraites aussi, même ceux qui sont à 500 euros devrait en souffrir.» «Tu parles c...ard, moi à 470 euros de retraite par mois, plus les nouvelles taxes à supporter je meurs.» «Et moi, j'avais cotisé, je ne l'avez pas volé ma retraite». D'autres plus jeunes parmi les administrés et usagers de la Poste, actifs ou chômeurs se sont interposés pour calmer les ardeurs de notre troisième âge. Visiblement la prochaine Guerre civile éclatera... dans une maison de retraite. Pas loin de ce bureau de Poste, un autre retraité s'est effondré, le Samu est arrivé rapidement, c'est vrai que l'hôpital est à dix minutes à pied. Tout le monde s'est senti rassuré pour une fois : «Voyez-vous, nous ne sommes pas complétement abandonnés», a dit une femme. Pas de réponse, c'était hier midi.

«Cette année, c’est encore pire»

À la Poste, j’ai rencontré par hasard dans Giorgos, un ancien camarade de classe devenu expert comptable, témoin aussi de la scène, il s'est aussitôt emballé sur la crise : «Cette année c’est encore pire. Les pauvres, les chômeurs, les petits retraités seront durablement imposés sur leur patrimoine ou à partir de celui-ci. Une petite maison, un champ, une vieille voiture, les critères de richesse seront implacables. Les vrais «moyens possédants» s’en sortiront par contre. Des médecins ou des anciens promoteurs immobiliers du département, en ont déjà des sociétés offshore, ou ils se déclarent en Bulgarie, le transfert fiscal coûte moins de 3000 euros. Et même, lorsqu’il ne le font pas, craignant pour leur (relativement petite) richesse accumulée déjà planquée, ils paieront sans broncher toutes les taxes et les impositions exceptionnelles ou pas, surtout pour ne pas se mettre en porte-à-faux vis à vis de l'administration fiscale, les pauvres peut-être, iront encore en prison.»

Ou en Australie. Ici aussi dans les cafés de Trikala, des représentants de la génération des trentenaires, hommes et femmes, évoquent inlassablement leur possible sortie de la crise : «J’ai téléphoné au frère de ma mère à Sydney, j’irais en septembre.» Sur un mur d'en face un graffiti : «Consommez moutons», dépassé je crois. Mais à gauche, et dans les colonnes du quotidien historique, proche de Syriza (Avghi), on analyse encore avec brio et sérieux le sens du vote : «Les jeunes ont massivement voté à gauche, c’est encourageant.»

On vient de l’apprendre, la prospection pétrolière s'accélère à l'Ouest du pays et le gouvernement se décide à exiger une imposition supplémentaire, toujours exceptionnelle sur les revenus de l’année dernière.

 

Au lendemain du sommet européen, l'inquiétude des Grecs demeure
Retrouvez Panagiotis Grigoriou sur son blog.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22