Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:57

 

Marianne - Rédigé par Michel Holtz le Mercredi 13 Juin 2012 à 10:53

 

La dieselisation excessive du parc automobile français pourrait devenir un problème de santé publique majeur au même titre que l'amiante. Prudents, les constructeurs passent la marche arrière et reviennent à l'essence sans plomb qui devrait bientôt équiper la plupart des voitures petites et moyennes.

 

Ford Focus Ecoboost : l'avenir est au moteur essence © Ford France
Ford Focus Ecoboost : l'avenir est au moteur essence © Ford France
Si ce n’est pas un coup de grâce, c’est en tout cas une très méchante blessure qui vient d’être infligée au diesel. Il aura fallu une simple manchette et une interview réalisée par notre confrère Le Parisien pour mettre le feu au mazout.  Un expert automobile, Bruno Guibeaud y déclare tout simplement, que la pollution du gazole est « un problème comparable à celui de l’amiante ». En cause, les particules fines relâchées par les pots d’échappements qui causeraient chaque année en France, la mort de 42000 personnes. Allons bon, voilà que le carburant préféré des français, qui équipe deux tiers du parc automobile (un record du monde), qui est chouchouté par l’Etat et par Bruxelles serait criminel. Voilà que tout le monde serait coupable, les automobilistes, les pouvoirs publics et les constructeurs. Tout le monde est complice. Et pour cause.

Pas besoin de lobbyistes pour imposer le diesel

L’expert, pour expliquer la diésélisation de notre parc, appelle à la rescousse le fameux lobby. Un obscur groupuscule intriguant qui aurait mis en avant de faux arguments pour promouvoir ce carburant. Sauf que de bons vieux chiffres et de réels avantages suffisent bien à justifier le succès trentenaire du mazout chez nous et pas besoin de quelques messieurs anonymes en costume gris arpentant les couloirs des Assemblées françaises et bruxelloises. A la pompe, le gazole est encore et toujours moins cher que l’essence, et les fortes hausses avant les petits rabais actuels n’y ont rien changé. Même si la différence s’amenuise. En plus, les moteurs diesel consomment moins que leurs homologues au sans plomb. Jusqu’à ces derniers temps du moins. Et puis, si le législateur soutient fortement le gazole depuis des lustres, c’est qu’il émet beaucoup moins de C02 que l’essence. Et c’est justement ce gaz qui participe à l’effet de serre et réchauffe la planète qui a été désigné pour cible. Comme si, à Bruxelles, on avait choisit de sauver la planète plutôt que ses habitants. Car les pots de mazout émettent des Nox dévastateurs pour l’homme en plus des particules fines qui encombrent les bronches.

Des filtres à particules inefficaces en ville

Ce problème d’émission n’est pas un mystère savamment caché. Les constructeurs proposent depuis des années des filtres à particules pour les limiter. Depuis un an, ils sont même obligatoires sur toutes les voitures diesel. Sauf que pour que l’attelage pot catalytique - filtre fonctionne correctement, le moteur doit être chaud. Et cette haute température n’est atteinte qu’au bout de plusieurs kilomètres. Or les trajets quotidiens sont souvent très courts, surtout en ville. Résultat : la population étouffe. La parade existe et de nouveaux filtres sont opérationnels. Ils seront même obligatoires dès 2014. Leur problème ? Ils augmentent le prix de l’auto de 2000 euros. Rédhibitoire en temps de crise, surtout pour de petites voitures à 10 000 euros.

Le retour en force de l'essence

Alors les constructeurs passent la marche arrière et reviennent au bon vieux moteur à essence. Pas ceux d’antan, évidemment. Mais à des petits blocs suralimentés à l’appétit de chameau. En témoigne le trois cylindres Ford Ecoboost d’un seul petit litre de cylindrée et de 125 chevaux qui se contente de 5 litres de sans plomb pour 100 km. Craignant les réticences d’un public qui conjugue petit moteur avec petites performances, l’équipe de Ford France a sortit le grand jeu et s’en est allé battre 16 records du monde de vitesse de toutes sortes sur un circuit de la région parisienne la semaine passée. En une heure, la Focus équipée de ce moteur à ainsi tourné à la moyenne de 191 km/h. Mais si Ford possède aujourd’hui une petite avance technologique sur ses confrères, et notamment sur Renault qui propose un bloc similaire, tous les constructeurs proposent déjà, où proposeront bientôt, de petits moteurs essence peu gourmands. Résultat : dans moins de cinq ans, la très grande majorité des petites citadines et des voitures compactes devraient rouler à l’essence. Le diesel, quant à lui, n’équipera plus que les grandes routières et les camions. La fin d’une époque fumeuse
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:49

 

 

Marianne - Rédigé par J-C Slovar le Mercredi 13 Juin 2012 à 19:38

 

L'OCDE vient de publier un rapport sur l'avenir des retraites dans lequel elle distribue des bons et mauvais points aux pays en fonction de l'âge départ. Elle propose aussi d'avoir recours aux pensions privées pour : « stimuler la croissance » !

 

Les recettes de l'OCDE pour les retraites : Partir à 70 ans et cotiser à une pension privée !

 

Connaissez vous le slogan de l'OCDE ? hé bien c'est : « Des politiques meilleures pour une vie meilleure » Elle l'explique sur son site de la façon suivante : « (...) promouvoir les politiques qui amélioreront le bien-être économique et social partout dans le monde (...) Nous comparons la façon dont les systèmes éducatifs préparent les jeunes à la vie moderne et la façon dont les systèmes de retraite protègeront les citoyens plus âgés (...) »
 
C'est justement donc au nom de la protection des systèmes de retraites que l'OCDE vient de publier son dernier rapport. Que dit-il ?
 
« L’espérance de vie continuant d’augmenter partout dans le monde, les gouvernements devront graduellement augmenter l’âge de départ à la retraite pour que leurs systèmes nationaux de pension soient à la fois financièrement viables et adaptés (...) »
 
Et le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría de donner selon lui une des solution clés du problème : « Il faut agir avec vigueur. Faire tomber les obstacles à la poursuite d’activité au-delà de l’âge habituel d’accès à la retraite sera indispensable pour garantir à nos enfants et à nos petits enfants le bénéfice d’une retraite adéquate au terme de leur vie active »
 
Il est clair que Angel Gurria ne lit pas les rapports de l'OIT. C'est dommage car il aurait appris que dans le monde, de 196 millions en 2011, le nombre de chômeurs passera en 2012 à environ 202 millions et que l'OIT table pour 2013 sur le chiffre de 207 millions.
 
Et le Directeur de l'Institut international d'études sociales de l'OIT, Raymond Torres d'ajouter : « (...) il est peu probable que l'économie mondiale croisse à un rythme suffisant ces deux prochaines années pour, simultanément, combler le déficit d'emplois actuel et fournir du travail à plus de 80 millions de personnes qui devraient arriver sur le marché du travail au cours de la même période (...) »
 
Donc des chômeurs de tous les âges qui cotisent peu ou pas et dont, en ce qui concerne les plus âgés on ne veut plus dans les entreprises ! 
 
Mais l'OCDE n'en a cure puisque l'objet de son rapport est ailleurs. Son plaidoyer pour le report de l'âge de la retraite idéal qu'elle préconise de : « lier formellement l’âge de la retraite à l’espérance de vie » n'est en fait qu'un alibi pour promouvoir ... les pensions privées !
 
Ce qu'elle explique clairement : « Quoique ces réformes puissent parfois être impopulaires et douloureuses, elles peuvent aussi (...) contribuer à stimuler une croissance bien nécessaire dans des économies vieillissantes »
 
De quelle façon ?
 
« (...) Les personnes qui commencent de travailler aujourd’hui peuvent compter percevoir une pension nette de régime public d’environ la moitié de leurs revenus nets, en moyenne, dans les pays de l’OCDE, si elles prennent leur retraite après une carrière pleine, à l’âge officiel du départ à la retraite. Mais, dans pratiquement les 13 pays qui ont rendu les pensions privées obligatoires, les retraités peuvent espérer percevoir une pension représentant environ 60 % de leurs revenus (...) »
 
Et pour ceux qui feraient remarquer qu'il est assez gonflé de proposer ce système en pleine crise de l'Euro et d'incertitude économique généralisée, l'OCDE suggère l'idée suivante : « (...) Pour renforcer la confiance dans les pensions privées, les gouvernements devraient aussi améliorer la supervision des fonds pour garantir que les frais ne sont pas trop élevés et minimiser les risques (...) » En résumé, YAKA !
 
Certains feront remarquer que la démonstration de l'OCDE est en tous points identique à ce qu'a proposé à plusieurs reprises, Laurence Parisot la patronne du Medef, à laquelle ... la Fédération Bancaire Française (FBF) est adhérente. Mais c'est probablement un hasard, puisque l'OCDE affirme ne dépendre pour son fonctionnement que des pays membres. Ce qui n'exclue pas que lesdits gouvernements, tout comme les économistes de l'OCDE, peuvent être sensibles aux arguments du lobby bancaire international  ...
 
Au fait, pour ceux que la question titillerait : Quel est le régime de retraite des salariés de l'OCDE ? on peut en trouver réponse dans la rubrique Salaires et avantages de son site.
 
Outre qu'on apprend que : « Les émoluments bénéficient de l'exonération fiscale dans la plupart des pays membres de l'Organisation, y compris en France (...) » et que : « L'OCDE a un excellent système d'assurance médicale et sociale (...) »
 
Il faut savoir que : « (...) les agents peuvent prétendre dès 63 ans, et après au moins 10 ans de service, à une pension s'élevant à 2 % de leur dernier traitement de base par année de service, jusqu'à un montant maximum de 70 % après 35 ans de service. Une pension réduite peut être payée aux agents prenant leur retraite, dès l'âge de 51 ans (...) » Sachant que les émoluments sont assez éloigné du montant du SMIC français, c'est assez confortable !
 
Mais, nous ne doutons pas une seconde que l'OCDE après la publication de son rapport ne va pas manquer d'appliquer à titre d'exemple, dans les mois qui viennent, ses recommandations à l'ensemble de son personnel ...


Crédit photo
FlickR CC - Gobierno Federal
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:41

 

Le Monde.fr | 13.06.2012 à 13h25 • Mis à jour le 13.06.2012 à 13h25

Par Anne Michel

Pierre Moscovici, nouveau ministre des finances.

Le chef de l'Etat, François Hollande, en avait fait une question d'exemplarité, l'une des priorités du nouveau gouvernement. Mercredi 13 juin, un mois tout juste après son installation à Bercy, Pierre Moscovici, ministre des finances, a présenté en conseil des ministres le projet de décret visant à limiter les rémunérations des dirigeants des grandes entreprises publiques. Ce décret devrait être publié fin juin. Il s'appliquera aux contrats en cours.

Le texte instaure un plafond pour les patrons des entreprises dont l'Etat est l'actionnaire majoritaire. Leur salaire ne pourra être supérieur à vingt fois la moyenne des plus bas salaires de la quinzaine d'entreprises publiques concernées (EDF, la SNCF, La Poste, Areva, Aéroports de Paris, France Télévisions, La Française des jeux,etc.), soit, très précisément, des 10 % des salariés les moins bien payés (le premier décile).

Cette référence, qui prend en compte la réalité salariale de toutes les entreprises contrôlées par l'Etat - et non pas le plus bas salaire dans chaque entreprise concernée, comme prévu initialement -, permet d'éviter que certains dirigeants soient mieux payés que d'autres, parce que dans leur entreprise le salaire le plus bas est plus élevé qu'ailleurs. Un plafond commun est donc instauré pour l'ensemble des dirigeants du public, c'est une première.

S'exprimant à la sortie du conseil des ministres mercredi, Pierre Moscovici a précisé que le plafonnement des salaires des dirigeants du public serait fixé à 450 000 euros annuels "dès 2012 ou 2013 selon les sociétés". "Gagner 450 000 euros par an ne me paraît pas dissuasif si on veut avoir à la tête de nos entreprises des hommes et des femmes de qualité", a-t-il souligné.

Sans surprise en revanche, seuls les mandataires sociaux sont concernés, le gouvernement n'ayant ni la vocation ni les moyens juridiques de toucher aux contrats de travail. Cette restriction écarte du champ de la réforme les cadres dirigeants dont les salaires sont supérieurs à ceux des PDG, comme, chez EDF, les traders en électricité du groupe, bien mieux payés que leur patron.

En revanche, les dirigeants de filiales devront se conformer à la nouvelle règle, dès lors qu'ils sont mandataires sociaux - ce qui est le cas du patron de La Banque postale, Philippe Wahl, dont la rémunération est supérieure à celle du PDG de LaPoste, Jean-Paul Bailly. Au total, entre vingt et vingt-cinq dirigeants seront concernés.

 

 DISCUSSIONS ANIMÉES

S'agissant des entreprises dans lesquelles l'Etat est minoritaire (GDF Suez, Renault, France Télécom, Safran, Air France-KLM, etc.), il reviendra au représentant de la puissance publique de tenter d'imposer au conseil d'administration l'adoption de la nouvelle règle. Les discussions s'annoncent animées.

Par ailleurs, M. Hollande espère que ces pratiques "de bonne gouvernance" se diffuseront dans le privé, où le rapport entre le salaire du dirigeant le mieux payé et le plus bas salaire peut aller de 1 à... 400 ! Pour ce faire, le gouvernement entend engager un débat au cours des prochaines semaines sur les rémunérations des patrons du secteur privé, dont les fameux bonus, qui défrayent régulièrement la chronique, et les stock-options.

Dans l'attente, munis de leur feuille de route, les patrons du secteur public vont s'emparer de leur calculette. N'ayant pas été associés à la préparation du décret, ils attendaient jusqu'ici de savoir quelle serait la référence choisie par le gouvernement. "Nous n'avons pas eu notre mot à dire, nous nous sommes contentés de fournir des chiffres à l'Agence des participations de l'Etat, indique ce proche d'un haut dirigeant. Il va de soi qu'on appliquera la réforme. On n'a pas le choix."

Il est déjà possible d'identifier les patrons qui devront se serrer la ceinture : Henri Proglio, le PDG d'EDF, dont la rémunération représente 63 fois le salaire minimum du groupe, Luc Oursel, le président du directoire d'Areva, Jean-Paul Bailly, le PDG de LaPoste, ou encore Jean-Pierre Graff, le PDG d'Aéroports de Paris.

De son côté, Stéphane Richard, le PDG de France Télécom, dont l'Etat est le premier actionnaire, avec 27 % du capital, a déjà indiqué publiquement, début juin, qu'il se conformerait à la décision de son conseil d'administration. Reconnaissant que son salaire de 1,5 million d'euros brut excédait largement le plafond envisagé par l'Etat, l'ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy s'est dit favorable à la réforme de la nouvelle majorité.

"Il faut croire à l'effet vertueux de la réforme, le décrochage des rémunérations des dirigeants du secteur public au cours des dernières années ne se justifie pas", estime Daniel Lebègue, président de l'Institut français des administrateurs. 

Anne Michel

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:24

 

 

Le Monde.fr | 13.06.2012 à 20h42 • Mis à jour le 13.06.2012 à 20h42


 

A Eilat, où sont installés quelque 15 000 immigrés, des agents de l'immigration ont procédé mardi 12 juin à des contrôles d'identité dans la rue.

Les autorités israéliennes commenceront l'expulsion des immigrants africains, pour la plupart des Sud-Soudanais, en situation irrégulière sur leur sol, dimanche 17 juin, a annoncé mercredi le ministère de l'intérieur israélien. "Nous en avons environ cent cinquante pour le moment" sur le premier vol, a précisé une porte-parole.

Selon le ministère, près de trois cents immigrés clandestins ont accepté une proposition de "retour volontaire" assortie d'une incitation de 1 000 euros par adulte et d'environ 240 euros par mineur. En outre, au moins deux cent soixante-dix étrangers en situation irrégulière ont été appréhendés depuis trois jours dans le cadre d'une opération spéciale en vue de leur expulsion.

Le gouvernement israélien a décidé de renvoyer quinze cents Sud-Soudanais en situation irrégulière dans leur pays après avoir reçu le feu vert de la justice, la semaine dernière. Cette mesure a été étendue aux deux mille ressortissants de la Côte d'Ivoire également en situation irrégulière, a ajouté la porte-parole.

 Lire La communauté d'Afrique noire en Israël stigmatisée

Près de deux cents agents israéliens sont chargés de retrouver les Sud-Soudanais et les Ivoiriens afin de procéder à leur expulsion. Les ressortissants d'autres pays comme l'Erythrée et le Soudan, qui constituent la majorité des clandestins, ne sont pour l'instant pas concernés.

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, s'est félicité mercredi lors d'une visite dans la ville côtière d'Eilat (Sud), où vivent quelque quinze mille immigrés légaux et clandestins, de la progression des efforts "pour résoudre le problème des migrants clandestins". Il a cité "la construction de la clôture entre l'Egypte et Israël (...) et la loi votée au Parlement destinée à punir plus sévèrement les employeurs d'immigrants clandestins".

Lire Israël va créer un camp de rétention d'immigrés clandestins

La présence en Israël de quelque soixante mille clandestins, la plupart venus de la Corne de l'Afrique via le Sinaï égyptien, a provoqué en mai des violences racistes, qui ont divisé le pays. Israël érige actuellement une clôture de 250 km de long de la frontière égyptienne pour tenter d'empêcher ces infiltrations. Quelque 170 km sont déjà construits et l'ouvrage devrait être achevé d'ici à la fin de l'année.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:17

 

Le Monde - Blog - 13 juin 2012

 

Photographie (recadrée) de la jeune Chinoise à côté du fœtus mort. (BBS.HSW.CN)

 

Sur la photographie, postée sur Internet (âmes sensibles s'abstenir), on voit une jeune femme allongée sur un lit d'hôpital aux côtés de son fœtus de sept mois sanguinolent. "L'affaire a largement circulé sur le Net et a suscité des discussions enflammées", rapporte le média chinois Global Times.

Feng Jianmei aurait été forcée à avorter, selon des groupes de défenseurs de droits de l'homme de la province du Shaanxi, dans le nord de la Chine, car elle ne pouvait payer les 40 000 yuans (4 880 euros) d'amende pour infraction à la politique de l'enfant unique, d'après l'Agence France-Presse (AFP). Les autorités locales contestent, assurant que la jeune femme était consentante. Mais un proche, qui a authentifié la photographie à l'AFP, confirme que la mère comme le père se sont fermement opposés à l'avortement.

Selon les autorités, le couple avait déjà eu un enfant en 2007, et "n'a pas demandé l'autorisation formelle avant de prévoir d'en faire un deuxième". Le Global Times rapporte que la Chine interdit l'avortement après six mois de grossesse. "Si le cas de Ankang est vrai, les autorités locales ont clairement violé la loi et doivent être punis", affirme le journal. Qui rappelle que la Chine suit la politique de l'enfant unique "pour éviter que la vaste population du pays ne croisse de manière incontrôlée". Elle aurait évité plus de 400 millions de naissances durant les trois dernières décennies. "Malgré les controverses qui l'entourent, les protagonistes de cette politique arguent qu'elle est toujours efficace et qu'elle a contribué à la croissance économique de la Chine." Outre ces cas d'avortements forcés, elle pose question par rapport au vieillissement de la population et du déséquilibre entre les hommes et les femmes – les jeunes garçons étant généralement privilégiés par les familles.

Sur Internet, on s'interroge : "Qui déposerait un bébé en sang à côté de sa mère ?" "Mais qu'est-ce qui ne va pas dans cette société", demande un internaute, qui affirme que la politique de l'enfant unique en Chine a permis "de tuer ouvertement des gens pendant des années". Sur Weibo, le Twitter chinois, on dénonce un traitement inhumain, et on s'autorise des critiques : "La politique de planning familial ne doit pas être blâmée si elle est menée légalement. Mais certains gouverneurs locaux utilisent cette politique pour soutirer de l'argent. Ils doivent donc être sévèrement punis pour ces actes illégaux", rapporte le Global Times.

«L'histoire de Feng Jianmei prouve que la politique de l'enfant unique continue d'imposer la violence aux femmes chaque jour», dit quant à lui Chai Ling, ancienne figure de proue des manifestations de mai-juin 1989, qui dirige aux Etats-Unis l'association All Girls Allowed. Sur le site de son association, une vidéo revient sur cette politique et ces statistiques

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:08

 

Le Monde.fr avec AFP | 13.06.2012 à 22h39 • Mis à jour le 13.06.2012 à 22h39

 
Des Tunisiens manifestaient, à Tunis, contre leur ancien président Zine El-Abidine Ben Ali, le 24 janvier 2011, dix jours après sa fuite du pays.

L'ancien président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali a été condamné mercredi 13 juin par contumace à perpétuité par un tribunal militaire du Kef pour son rôle dans la sanglante répression des révoltes à Thala et Kasserine, deux villes du centre du pays emblématiques de la révolution tunisienne, a rapporté l'agence TAP.

La peine capitale avait été requise contre le président déchu, réfugié en Arabie Saoudite et poursuivi avec 22 anciens responsables de son régime pour la mort de 22 personnes, tuées entre le 8 et le 12 janvier 2011 au plus fort de la répression du soulèvement populaire qui a fait tomber Ben Ali. L'affaire était jugée depuis six mois devant le tribunal militaire du Kef, à 170 km à l'ouest de Tunis.

Parmi les autres accusés, l'ancien ministre de l'intérieur Rafik Belhaj Kacem a été condamné à douze ans de réclusion. En revanche, l'ancien chef de la garde présidentielle Ali Seriati a bénéficié d'un non-lieu, selon la TAP.

Dans une autre affaire, le tribunal militaire de Tunis a condamné mercredi à l'aube Ben Ali par contumace à 20 ans de prison pour "incitation au désordre, meurtres et pillages sur le territoire tunisien". Ce dossier concernait la mort de quatre jeunes tués par balles à Ouardanine (est) à la mi-janvier, lors du chaos qui a suivi la fuite du président tunisien en Arabie Saoudite.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ailleurs dans le monde
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:01
Dimanche Décroissant  à Anduze 
Associations, artistes, productions locales, & musique acoustique. ..
En route vers la transition et la relocalisation !
17 juin 2012
 
Programme
 
  
Repas : Végétarien et gouteux  à prix libre par l’association System D+
  
Exposé/ débat : La décroissance vue par Les Objecteurs de croissance.
 
Intervention/ discussion : « Bien manger sans se ruiner »
 par Marie Florence, intervenante santé.
 
Initiation au Taï Chi par Daria Bailly
 
Animations musicales :
 
Apéro du midi en fanfare avec Les Suppléments Cornichons de Ganges.
 
Etienne et Naël, guitare, basse & chant.
 
Jean Pierre Delamour, poésie & slam.
 
En avant première des Dimanches Décroissants
Samedi 16 juin 17h30  Place Notre Dame à Anduze (centre ville)
Défilé de mode
Mes'tissages et Juliette Chapeaux
 
Les Dimanches Décroissants en théorie :
  
1ère étape : Consommer le plus local possible pour vivre et travailler au pays !
 
La décroissance est un mouvement de réflexion et d’actions concrètes vers l’économie énergétique.
Le pétrole se raréfie, le nucléaire présente une menace pour des millions d’années,
le gaz de schiste est un réel danger pour notre terre.
 
Il est temps de relocaliser nos vies et de minimiser au maximum nos consommations énergétiques. 
Nous pouvons créer dès maintenant un monde plus doux et plus beau.
 
C’est pourquoi les Dimanches Décroissants proposerons des produits et des exposants locaux, voir très locaux : bière de Pallières,  vin de Tornac & des Tavernes,  sirops et  jus de Générargues…
 
Les produits composant les repas viennent d’ici.
Seuls café, thé et sucre auront fait un long voyage jusqu’à nous !
  
La vaisselle est non jetable, le chauffe eau fonctionne au bois, la communication est faite sur papier recyclé et nous recyclerons nos déchets au mieux !
 
 
Les Dimanches Décroissants en pratique: 
   
Les exposants :
Artistes présentant leurs créations : tableaux, photos, sculptures…
Artisanat d’art proposé par les créateurs
Productions très locales vendues directement par les producteurs & transformateurs
Associations/ Criée aux idées 
 
Le lieu : Esplanade du 19 Mars 1962, le long du Gardon. Espace arboré jouissant d’une belle vue, tout près du centre ville. Parking à proximité.
  
Les horaires : Ouvert au public du matin à l’apéro du soir !
 
Buvette & restauration :
Repas végétariens à base de produits d’Anduze ou région très proche en prix libres.
Bière et jus de fruits fermiers produits très localement en bio
Café/thés bio et du commerce équitable
Vaisselle non jetable.
 
Programme sous réserve de modification !
 
Prochaine date prévue : Dimanche 15 juillet.
 
Association La Belle Cause
Penser global, agir local

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Réunions - conférences et débats
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 18:47

juin
12

Déclaration de 15M Bruxelles

 

NOUS N’ALLONS PAS PAYER DES DETTES PRIVEES AVEC DE L’ARGENT PUBLIC!


Une fois de plus, l’UE a décidé d’utiliser les fonds publics pour couvrir les pertes des institutions privées. Cette fois, l’Espagne demande une caution en vue de recapitaliser le système bancaire. Nous savons avec certitude que les banques ne vont pas rembourser cette injection de capital et finalement ce seront les contribuables (peu importe qu’ils soient européens ou en espagnols) qui paient pour la cupidité du système financier. Les politiciens jouent avec l’avenir de leurs concitoyens européens en vue d’accroître leur popularité dans leurs propres pays, en jouant au jeu du perdant perdant. Par de fausses allégations les gouvernements défendent leurs propres intérêts nationaux, pointant du doigt les autres pays. En réalité, Merkel & Co ne défend pas le peuple allemand, Angela Merkel prend la défense de l’intérêt des investisseurs allemands, et ce sont les contribuables allemands qui sont contraints de payer la facture.

La dette publique de l’Espagne est inférieure à la moyenne des dettes publiques des pays européens. Toutefois, les banques privées doivent 300% du PIB espagnol à des investisseurs privés étrangers. Il est important de rappeler que cette dette privée est détenue par les institutions financières et pas par les citoyens. La plupart des institutions financières créancières étaient des banques qui ont utilisé l’ingénierie financière (avec des produits dérivés risqués, subprimes…) pour augmenter leur capacité de prêt. La bulle immobilière a été possible grâce à un crédit abondant et la passivité des autorités de réglementation (tel que la BCE, la Banque d’Espagne, …), autorités qui ne sont pas des responsables démocratiques. Si l’Espagne organisait une fête à la maison, les investisseurs étrangers devraient payer la note pour l’alcool. Maintenant, imaginez que vous obtenez une hypothèque de 3 fois la valeur de votre maison, qui supporte le risque de défaut de paiement? Une question à laquelle il aurait fallu répondre avant que l’hypothèque n’ait été vendue.

Cette crise a lieu en raison de l’irresponsabilité des banques espagnoles, des banques européennes, de leurs complices de la Banque Centrale Européenne ainsi que des superviseurs européens et nationaux et de leurs organismes de réglementation. Pendant ce temps les gouvernements européens ne répondent pas aux besoins réels de leurs populations et dictent un changement dans le modèle social sans que les citoyens ne soient consultés ou leurs opinion prise en compte. Lorsque les gouvernements défendent les intérêts des établissements privés en oubliant le bien-être de leur peuple, il est temps pour nous, les citoyens, de nous lever et de nous défendre!!!

Quatre ans après le début de la crise, il est clair que ce n’est pas une crise économique, il s’agit d’une crise politique. Et ce n’est pas une crise espagnole, il s ‘agit d’une crise européenne. Nous avons besoin de dire STOP!!! Et nous exigeons que nos gouvernements fassent leur travail et défendent nos intérêts. Il existe des alternatives. L’Islande a utilisé l’argent public uniquement pour dépôt de garantie et a laissé tomber toutes les banques irresponsables. Le gouvernement, la banque centrale et le régulateur national sont actuellement soumis à la justice. Le peuple islandais a décidé de ne pas payer la dette privée avec de l’argent public et a créé une nouvelle constitution pour empêcher que cela ne se reproduise. Actuellement, leur économie présente une croissance trois fois supérieure au taux de l’UE. Rejoignez-nous ce lundi à 18h et nous appellons à une manifestation dans votre ville

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 18:40

 

http://www.youtube.com/watch?v=TfCgdOfdYKw

 

 

Publiée le 12 juin 2012 par MrMondialisation

Après l'indignation viennent la réflexion et l'action. Il est temps pour le citoyen de prendre conscience qu'il détient le pouvoir de changer son monde. Ce court-métrage vous invite à découvrir des "clés" qui vous ouvrirons les portes de la vie alternative. A vous de jouer ! Pour un avenir serein, merci.

Notre DVD Gratuit ici : http://www.facebook.com/pages/Mr-Mondialisation/177043642312050?sk=app_128953...

Twitter : www.twitter.com/Mondi_Alisation

Web : www.mrmondialisation.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 18:29
radio-canada.ca - Mise à jour le mardi 12 juin 2012 à 3 h 36 HAE
  Melanie Julien  |  Radio-Canada
 
 

Quelques centaines de manifestants ont de nouveau sillonné les rues de la métropole lundi soir dans le cadre de la 49e manifestation nocturne d'affilée contre la hausse des droits de scolarité et la loi 78.

Les étudiants et leurs sympathisants se sont rassemblés vers 20 h 30 à la place Émilie-Gamelin, avant d'entamer leur marche sur la rue Berri, dans une ambiance survoltée. La veille, la manifestation s'était soldée par des actes de vandalisme et une dizaine d'arrestations.

Aucun itinéraire n'ayant été fourni aux policiers, la 49e marche a été déclarée illégale d'entrée de jeu, mais elle était tolérée si aucun geste répréhensible n'était commis, avait indiqué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), utilisant sa formule habituelle.

Les manifestants ont déambulé sur les boulevards Saint-Laurent et René-Lévesque, ainsi que sur les rues Sherbrooke, Ontario, de Maisonneuve, Saint-Antoine et Sainte-Catherine. Ils se sont notamment arrêtés un instant devant le Centre du commerce mondial, à la place Victoria.

 

Les policiers du SPVM surveillent de près le déroulement de la 49e manifestation. Les policiers du SPVM surveillent de près le déroulement de la 49e manifestation.

 

Vers 22 h 20, les manifestants ont traversé la foule rassemblée au Quartier des spectacles dans le cadre des Francofolies de Montréal. Le spectacle tirant à sa fin, aucun incident n'a été signalé.

Munis de leurs casseroles, étudiants et citoyens ont poursuivi leur marche dans une ambiance festive. Vers 23 h, la manifestation s'est immobilisée à l'angle des rues Saint-Denis et de Maisonneuve.

Le SPVM a alors donné son premier avis de dispersion de la soirée, après que des projectiles eurent été lancés en direction des policiers. Une vitre d'un bâtiment de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) a également été fracassée.

Plusieurs personnes ont décidé de quitter les lieux dans le calme, d'autres ont choisi de poursuivre leur route sur la rue Sainte-Catherine Est. La manifestation a finalement pris fin vers 23 h 30.

Le SPVM n'a rapporté qu'une seule arrestation pour entrave au travail des policiers, arrestation survenue plus tôt en soirée lors d'une manifestation organisée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC).

 

Les policiers protègent l'entrée de l'édifice du Centre de commerce mondial. Les policiers protègent l'entrée de l'édifice du centre de commerce mondial.

 

Manifestation de la CLAC

Vers 19 h, plusieurs dizaines de manifestants étaient descendus dans les rues pour dénoncer la tenue du Forum économique international des Amériques, qui se déroule jusqu'à jeudi à la Place Bonaventure.

Organisée par la CLAC, la manifestation s'est mise en branle de façon pacifique sur le boulevard René-Lévesque, sous haute surveillance policière. En plus des étudiants, des syndicats et des employés de Postes Canada étaient sur place.

Les protestataires se sont arrêtés devant l'hôtel Hilton de Montréal, où se tient le sommet économique, ainsi que devant le Centre de commerce mondial. Les participants à la marche ont notamment distribué des doigts d'honneur aux policiers qui protégeaient l'entrée de l'édifice.

Bien que peu nombreux, les manifestants se sont fait entendre bruyamment à coups de slogans et sous le thème de La marche impériale de Star Wars. « Le capital nous fait la guerre, guerre au capital! » ou « La police au service des riches et des fascistes », scandaient les contestataires.

Le cortège s'est ensuite dirigé vers le square Phillips, avant d'emprunter les boulevards René-Lévesque et Saint-Laurent, pour finalement déboucher à la place Émilie-Gamelin, point de départ habituel des manifestations nocturnes.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Québec
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22