Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 12:22

spaanserevolutie

Dancing at the barricades

In Sol on 28 July 2011 at 18:39

Dear people,Yesterday after the police had lifted the siege of parliament, silence fell over Madrid. I couldn’t believe it. Nothing was happening. The acampada at Passeo del Prado was almost abandoned. It was as if the revolution had either ended or gone on holiday.I myself was already making plans to leave the city and look for the revolutionary vibe somewhere else. Because you have to know that sedition is like hard drugs. You get addicted. Once it’s going on, you keep on going indefinitely. But when it’s gone, things around you just seem bleak and miserable.

It’s already late in the evening when I’m walking over Alcalà with comrades Jim and Bob when suddenly, out of the distance comes shouting and singing. “Finally! Protest!” It’s a massive demonstration and it comes our way behind a banner that says: ‘No aggression without reaction!’

At Cibeles. Photo: Bob

Thank heaven, the revolutionary spirit is still alive. We walk along, behind a bagpipes player, singing and dancing and shooting pictures. The day before, we were hundreds at the assembly near the barricades, the same morning the siege was lifted by force, and now we are thousands. “To congress! To congress!”

Just before the march arrives there I run ahead to take a look at the situation, and I’m impressed. The police is prepared for the worst. They are dressed up in full riot gear, looking cool, holding up guns with teargas granates, ready to disperse the crowd if necessary. There’s only one thing that crosses my mind as I run back: batteries. I hope the batteries of Jim’s camera will hold out if things get ugly.

They don’t. We walk around the Neptune fountain and then we storm the barricade, running and yelling. We stop short at the fences, just metres from the police officers, and we start shouting: “No! No! / We are not afraid!”

'Culpables'. Photo: Bob

Photo: Bob

(all videos by Jim)

The rest of the evening is party and dancing. As if the revolution had already triumphed. Everyone is here, the people I know from Madrid, the people I know from the marches, people from other countries that have come to share their experience. Everyone is happy, sharing hugs and kisses in the face of the police officers. Just moments ago they were looking cool and intimidating. Now they only look ridiculous. When the people gather around in Assembly under the statue of Neptune in the middle of the roundabout, they take off their riot gear, and they start to look like real people once again.

Photo: Bob

Photo: Bob

Photo: Jim

Earlier that day, after the lifting of the siege, parliament had gathered and some of the indignados had wanted to present a list of all the problems that afflict the villages they encountered on the marches. Obviously everyone who looked like an indignado was not allowed beyond the blockade, on the grounds of his or her appearance. So three of us dressed up very elegantly, they told police that they were lodging in the Palace Hotel across from Congress, and they got through. They registered at parliament, and through one of the members from the ‘United Left’ who acted as a messenger they were able to present the document to the prime minister. It’s incredible, the things you need to cook up, just to inform the head of government about what’s going on in the country…

Today’s news comes from Spain’s biggest bank, Santander. Under pressure from the 15M movement they have announced that they will give people a break if they lose their job or at least 25 percent of their income. For a period of up to three years they will only need to pay the interest on their mortgage.

It’s a shrewd move to improve their image, an image that got very badly damaged lately. The movement has been preventing evictions on a daily basis in the last few months. But just over a week ago, for the first time, authorities have deployed riot police to prevent people from preventing an eviction. When it turned out that all this demonstration of force was necessary to throw a middle aged unemployed woman and her handicapped son out on to the streets, the mainstream media jumped on it. The bank seriously started to reconsider its public relations policy.

So now people who can’t pay their mortgage will see expenses halved, but the length of the mortgage will be extended. In the end they will end up paying more. Now, it’s very important to realise that they are paying back money that the bank never owned in the first place. When a bank grants you a loan, they don’t open a vault and take out a couple of hundred thousand euro. No, they just add it to their books, they create it out of thin air.

A deal is based on two parties putting up something of their own. You put up thirty years of daily labour to pay for a house. And the bank doesn’t put up anything at all. In the 1960s (citation needed) an American citizen at risk of eviction presented this case to the court saying that his deal with bank was not valid because of the fact that the bank never did own the money it lent to him. The judge ruled in his favour. Mortgage is a pure scam. And any good lawyer will be able to prove that in court


 

 


 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 21:31

Soirée tractage comme chaque jeudi pendant l'été, le marché nocturne et ses animations musicales prennent place autour de la maison carrée.

Nous sommes plutôt bien reçus dans l'ensemble. De temps en temps un peu obligés d'éveiller les consciences un peu endormies de certains et de booster ceux qui se sentent concernés mais impuissants...Difficile parfois de réactiver le souffle de la légitimité après tant d'années de "lobotimisation"..."Que pouvons-nous faire?" Nous disent certains..."Nous n'avons pas le choix"...

Si! Justement! Plus que jamais nous nous devons de nous accorder le droit d'avoir le choix et non pas de choisir par défaut!

Rencontre intéressante avec un journaliste de France3 venu se renseigner.  Nous aurons peut être l'occasion de les recevoir pour leur exposer nos indignations et nos revendications pour la démocratie réelle que nous souhaitons et défendons.

La soirée se termine sur le repas, nous ne lâchons rien.

 

Basta ya

Repost 0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 13:22

10 juillet 2011

Les Indignés d'Europe en ligne de mire

Lis moi avec webReader


Bruxelles est en effervescence ces derniers jours. L'été a débuté avec son lot d'Apéros Urbains et de festivals. Les terrasses sont pleines à craquer et Bruxelles-les-bains a ouvert ses portes. La Foire du Midi s'installe et la Grand-Place et ses alentours sont bondés de touristes/paparazzi sans voix devant les attributs de notre ketje national. Il est vrai que je pourrais consacrer quelques lignes à ces évènements et aux nombreuses joyeusetés qui vont rythmer la période estivale sans oublier bien sûr les sempiternels combats de coqs de basse-cour qui se déroulent au sein de nos institutions nationales, mais il se fait que d'autres sujets me paraissent bien plus importants tant l'actualité du militantisme citoyen est chargée : les diverses tentatives d'expulsions des campements d'Indignés liégeois, les assemblées populaires qui continuent à se tenir aux quatre coins de la capitale et du monde, les milliers de personnes plus que jamais mobilisées en Egypte, des délégations d'indignés de plusieurs villes européennes qui se réunissent en ce dimanche 10 juillet à Lisbonne pour participer à une Assemblée Générale Internationale à laquelle seront également présents des citoyens venus d'Islande dont entre autres Gunnar Sigurdsson (Open Civic Forum of Iceland) qui y feront part de l'expérience de démocratie participative à laquelle la révolution citoyenne islandaise a donné naissance ainsi que des pistes de collaborations citoyennes internationales, les Indignés Grecs de la place Syntagma ont publié un avertissement adressé à la Troïka, aux banques et aux investisseurs suite à leur Assemblée populaire du 3 juillet dernier sans oublier l'actualité de la flottille vers Gaza et le blocage révélateur dont elle est victime.
Plus proche de nous encore, rappelons qu'alors que des dizaines de citoyens Européens du collectif "Bienvenue en Palestine" se sont vu interdir l'accès aux vols Bruxelles/Tel-Aviv et Paris/Tel-Aviv de ce vendredi matin sous prétexte d'être suspectés d'être des terroristes sanguinolants en puissance ou que sais-je encore, plus d'une trentaine d'entre eux ont néanmoins pu passer à travers les mailles du filet tendu par des compagnies aériennes (dont Swiss Air, Al Italia) qui - il faut le noter - ont accepté de filtrer le flux des passagers sur base d'une liste "noire" fournie par les autorités israéliennes. Les citoyens belges, français, espagnols, hollandais et allemands ayant donc pu atterrir à Tel-Aviv ont été interpellés par la police à leur arrivée à l'aéroport Ben Gourion et sont actuellement détenus à la prison Givon de Ramla. A noter que 5 mineurs belges feraient partie du groupe. Je vous laisse seul juge de ces pratiques illégales et révélatrices un fois encore du caractère violent et répressif de la politique du gouvernement israélien, sans oublier le concours de certaines compagnies aériennes privées européennes qui ont elles aussi, démontrer leur impuissance, leur soumission ou leur complicité avec la politique du gouvernement sioniste. Au-delà même de l'inadmissible que constitue cette machination antidémocratique dont l'autoproclamée "Communauté Internationale" est à la fois complice et commanditaire, comment peut-on décemment accepter que ces citoyens hier encore libres de leur mouvement en Europe, comme vous et moi, soient aujourd'hui illégalement détenus dans des prisons israéliennes ?
A l'aéroport de Bruxelles : (vidéo au bas de la page
A l'aéroport de Paris : (vidéo au bas de la page)


Message de l'équipe de Michel Collon que le Buvard a décidé de relayer :

Abdellah Boudami, co-auteur du livre Israël, parlons-en!, et d'autres pacifistes de la mission Bienvenue en Palestine sont retenus à l'aéroport de Tel-Aviv. Pour contacter le ministre belge des Affaires étrangères: Steven Vanackere,kab.bz@diplobel.fed.be, +32 (0)2.501.85.91 et l'ambassade belge à Tel-Aviv: http://www.diplomatie.be/telav​ivfr, +972 3 6138130

Merci pour votre soutien.


Ces multiples informations étant à présent relayées et la possibilité vous étant donnée de vous y intéresser plus en détail, je vous propose de prendre le temps de nous arrêter sur la problématique des réfugiés afghans grévistes de la faim à Bruxelles tout en essayant de comprendre la nature des liens qui peuvent exister entre eux et les Indignés bruxellois. Si je mets ce sujet sensible sur la table d'autopsie, c'est parce que comme prévu dans mon précédent buvard, je me suis rendu au Polygone ce samedi. Et que de fil en aiguille, j'y ai passé toute la journée. Des tas de rencontres et d'échanges. De points de vue en points de mire, je vais tenter de vous décrire ce qui s'y passe afin que vous compreniez ce qui se trame derrière les peu de propos dont la presse a daigné se faire l'écho.

Pour vous situer dans le contexte spatio-temporel des faits qui vont nous occuper, vous devez savoir que les réfugiés afghans dont il est question représentent une centaine de personnes ayant fui l'Afghanistan, pays en guerre depuis bientôt 10 ans (sans compter les précédentes guerres dont ce pays a été le théâtre). Certains d'entre eux sont en Belgique depuis plus de 5 ans, parfois même 7. Ils sont issus des plusieurs ethnies cohabitant tant bien que mal en Afghanistan, dont les plus importantes sont les Pachtouns, les Tadjiks et les Hazaras. Aussi divergentes puissent être leurs cultures et leurs spiritualités, ils ont uni leurs forces dans une lutte commune pour la régularisation administrative. Ils ont déjà tenté toute une série d'actions pour faire valoir leurs droits ainsi que les obligations des autorités belges à les accueillir et à leur permettre de retrouver la dignité à laquelle chaque être humain aspire. Je pourrais développer les raisons qui motivent leur arrivée en Belgique pendant des heures, mais je pense que la majorité d'entre vous se rend bien compte de l'horreur et de l'inhumanité que ces gens ont quitté pour arriver chez nous.

De squat en squat, d'actions en actions, d'espoir en désillusion, ils n'ont jamais cessé de se battre pour être reconnus. Sur leur route, ils ont aussi rencontré une avocate belge il y a quelques années, Selma Ben Khelifa, elle-même mariée à un réfugié afghan. Au fil du temps, elle a gagné leur confiance. Elle serait d'après ce que j'ai pu obtenir comme informations auprès de diverses sources, à l'origine de leur décision d'entamer une grève de la faim. Selon elle, ce moyen s'impose à eux pour pouvoir faire pression sur les autorités compétentes et l'opinion publique. En parallèle, de nombreux Indignés sur place font m'ont fait part de leurs inquiétudes quant à l'influence que leur avocate pourrait avoir sur leur libre-arbitre. Ce qui, je le pense aussi, n'est pas dénué de sens. Ne perdons pas de vue que ces gens n'ont pas une connaissance suffisante des systèmes politiques de nos sociétés. En quelques sorte, leur avocat est aussi leur principal repère, à la fois porte-parole et conseillère. Expulsés de la rue de la Concorde à Ixelles il y a quelques semaines, certains se sont rendus au campement du Carré de Moscou à la rencontre des Indignés. Face à l'urgence de leur situation et dans un esprit de solidarité, les Indignés et les Afghans se sont indépendamment et conjointement décidés à occuper un bâtiment. Ce bâtiment porte le nom de Polygone et se situe en plein de coeur de la capitale, au 227b de la Chaussée d'Ixelles. Il abritait jadis les locaux de la chaîne de télévision belge AB3.

Parallèlement, les Indignés ont commencé à organiser la vie quotidienne du Polygone, par des ateliers, des assemblées quotidiennes et la mise en fonction d'une cuisine populaire par exemple. Mais il va s'en dire que le cas des grévistes de la faim est au centre des préoccupations. Il a quelques jours, le cabinet du Ministre Melchior Wathelet a proposé aux réfugiés grévistes de bénéficier, à titre exceptionnel, d'un permis de séjour C d'une durée de 6 mois, dont le renouvellement est sujet à une série de conditions telles que celle de pouvoir justifier d'un emploi, ce qui semble totalement inapproprié dans le cas présent. Comment pourrait-on imaginer que ces réfugiés, en grève de la faim depuis 40 jours, pourraient en l'espace de 6 mois, retrouver une santé qui leur permettrait de se mettre à chercher un hypothétique travail qu'ils ne trouveront sans doute jamais ? Il n'en demeure pas moins qu'une cinquantaine d'entre eux ont accepté la proposition du Ministre, qui notons le, a délibérément pris une décision politique sans qu'aucun organe juridique ou parlementaire du pays ne soit consulté. En revanche, quelque 35 réfugiés afghans ont décidé de refuser la proposition. Ils estiment que les conditions dont elle est assortie sont inacceptables. Pour eux, les autorités veulent gagner du temps, elle ne font que déplacer le problème à plus tard. Certains d'entre eux sont déjà passé par ce genre de procédure et ils savent pertinemment qu'elles ne mènent à rien et qu'à chaque fois, ils se retrouvent face aux même constat d'échec. Pour toutes ces raisons, ils ont décidé de poursuivre leur action jusqu'au finish.

Le propriétaire des lieux, jusqu'alors sympathisant de la cause des occupants, a été contacté par le cabinet du Ministre qui lui a suggéré d'introduire un recours en extrême urgence pour permettre l'expulsion des personnes qui occupent le bâtiment, et ce sous prétexte que s'il devait y avoir un mort, le propriétaire serait civilement et pénalement responsable. Ce qui, vous l'imaginer bien, n'a pas manqué d'inquiéter le propriétaire qui a donc prit contact avec des Indignés pour les prévenir que si les Afghans grévistes ne mettaient pas un terme à leur action, il serait contraint de permettre à la police d'expulser tous les occupants du bâtiment. Bien que ce ne soit pas son souhait, le propriétaire ne veut pas prendre le risque de se retrouver dans une situation qui pourrait avoir de graves conséquences pour lui. Ce qui, vous en conviendrez, est légitime.

Suite à l'Assemblée Populaire de ce vendredi soir, les Indignés ont réaffirmé leur intention de poursuivre l'occupation du Polygone et  ils ont contacté le propriétaire afin de le rassurer et de lui faire part de leur volonté de nouer le dialogue avec les grévistes. Jusque-là, tous sont d'accord. Mais il semble que les avis soient partagés quant à l'issue des actions entreprises. Certains veulent convaincre les grévistes d'arrêter leur action estimant que celle-ci est contreproductive car c'est leur santé et leur vie qu'ils mettent en otage. Le fait qu'ils soient prêts à sacrifier leur vie pour obtenir des papiers leur semble irrationnel et insensé. Et d'autres sont plutôt d'avis qu'il s'agit de leur liberté et que l'acte politique qu'ils posent est tout à fait sensé et qu'ils en sont les seuls responsables.

Quelques minutes avant l'Assemblée Populaire à laquelle j'ai assisté ce samedi soir, la confirmation d'un avocat quant à la pertinence des menaces émanant du cabinet du Ministre est tombée. Il en ressort clairement qu'en aucun cas, le propriétaire ne pourrait être considéré comme responsable de la mort ou des problèmes de santé qui pourraient survenir dans son bâtiment, tout comme personne ne peut être reconnu comme responsable d'un suicide qui se serait déroulé chez lui. L'unique raison pour laquelle il pourrait être inquiété serait due aux dégâts que le bâtiment pourrait causer aux occupants, risque pour lequel il est assuré. En d'autres termes, il ressort que l'argument utilisé par le Cabinet du Ministre des Affaires Etrangères pour faire pression sur le propriétaire et in fine, sur les Afghans et les Indignés, est un piètre mensonge. Je suppose que vous conviendrez que ce constat est plutôt accablant ?

Un élément important à relever également est le défilé des ambulances qui est pour le moins impressionnant. Rien que pour la journée de samedi, l'ambulancier que j'ai pu voir intervenir avant l'Assemblée Populaire de 20h aurait affirmé en être à sa 8ème intervention de la journée. Ce qui commence à créer des problèmes de saturation au niveau des services 100 et 101 d'après les agents de police avec qui j'ai pu m'entretenir au cours d'une d'entre elles.

Lors de l'Assemblée Populaire, une dizaine de réfugiés ayant pris la décision d'arrêter le grève ainsi que 3 grévistes dont leur représentant étaient présents. La session fut l'occasion de prendre connaissance des informations que chacun pouvait avoir à partager et des solutions à trouver avec les Afghans pour éviter le pire. Malgré les tentatives de négociation et d'explication qui se sont succédées, les grévistes ont réaffirmé leur volonté d'aller jusqu'au bout de leur action. Ils sont conscients des risques graves qu'ils encourent mais ils sont déterminés à poursuivre leur combat. Ils ont par ailleurs tenu à remercier les Indignés pour le soutien et l'énergie dont ils ont témoigné. Suite à l'Assemblée Populaire, le sentiment d'impuissance des Indignés sur place était indéniable, bien qu'ils fassent beaucoup pour soutenir les réfugiés. Il est fort probable que des évènements importants aient lieu dans les jours qui viennent. Je vous suggère de rester à l'écoute si le coeur vous en dit. Car il paraît évident dans cette urgence que le risque d'expulsion ou encore de décès sont très importants. Et la position des autorités face aux problèmes ne fait qu'appuyer d'avantage ce triste constat.

Voilà, je pense que je vais poser le stylo ici en espérant que tous les éléments dont vous avez pris connaissance vous seront utiles pour vous faire votre opinion ou du moins qu'ils vous auront donné envie d'en savoir plus et de vous aussi vous faire relai des innombrables voix de citoyens écrasées sous le poids de la pensée unique que l'on nous sert en permanence. N'hésitez pas à en débattre autour de vous, à prendre des initiatives et à vous joindre à cette dynamique citoyenne historique qui, je l'espère, n'a pas fini de faire parler d'elle.

A bon entendeur,


Badi BALTAZAR
* Pour visualiser les vidéos cliquer sur "link (ici bas) +Ctrl"

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 13:19

Par Nicolas Gauduin

Publié le 27 juillet 2011 à 15h55 Mis à jour le 28 juillet 2011 à 10h13

Anonymous affirme que 35.000 comptes Paypal ont été supprimés par leurs utilisateurs.

Anonymous affirme que 35.000 comptes Paypal ont été supprimés par leurs utilisateurs. © Reuters

Le collectif de hackers avait appelé au boycott du site de paiement, mercredi.

Avec son appel au boycott de Paypal lancé mercredi, Anonymous pourrait bien avoir fait perdre 1 milliard de dollars en quelques heures à son propriétaire Ebay. L'action a immédiatement chuté mercredi à l'ouverture du Nasdaq (15h30, heure française) et a terminé la séance à - 3,08%. Anonymous, qui assure avoir provoqué la fermeture de 35.000 comptes Paypal , s'était dit impatient de constater les effets de cette opération "100% légale" sur le cours des actions Ebay Inc.

Coïncidence... ou pas : dans le même temps, la police britannique a annoncé l'arrestation mercredi d'un jeune homme de 19 ans suspecté d'être "le porte-parole" des collectifs Anonymous et LulzSec. "L'homme arrêté est suspecté d'être lié à l'enquête internationale sur l'activité criminelle des groupes pirates Anonymous et LulzSec et utilise le pseudonyme de Topiary en ligne, qui est présenté comme le porte-parole des groupes", a précisé Scotland Yard.

Sur Twitter, Anonymous laisse entendre que quelque chose de "sympathique" pourrait à nouveau se produire jeudi. "On dirait que le FBI a envie de prendre une claque"...

Anonymous contre Paypal : deuxième round

Personne ne les attendait sur ce terrain-là. Le collectif de hackers Anonymous s’est lancé, mercredi matin, dans une démonstration de force inédite. Car totalement légale. Dans un communiqué, le réseau a tout simplement appelé les utilisateurs de Paypal à fermer leur compte.

Un nouveau round dans le combat qui oppose Anonymous au géant américain. Les hackers s’étaient déjà livrés à des attaques contre Paypal , du 6 au 10 décembre 2010, grâce à une méthode plus "habituelle" : celle du "déni de service", qui consiste à saturer un serveur de "requêtes" pour le rendre totalement indisponible.

Cette offensive était une réaction à la décision de Paypal, en décembre 2010, de geler les comptes appartenant au site Wikileaks , qui faisait alors scandale avec ses "fuites" diplomatiques relayées sur toute la toile. Le 19 juillet dernier, les polices américaine, britannique et néerlandaise avaient annoncé l’arrestation de 14 membres d’Anonymous suite à une plainte de la société américaine.

"Nous ne sommes pas les terroristes, c’est vous !"

Après ce vaste coup de filet, Anonymous a donc adopté une nouvelle stratégie, mercredi, avec cet appel au boycott on ne peut plus légal. L’occasion de prendre une nouvelle posture, à la limite du chevalier blanc : "Nous ne sommes pas les terroristes, c’est vous !", a lancé le collectif à Paypal dans son communiqué.

Les lecteurs ont été invités à vider leur compte en reversant son contenu à des œuvres caritatives, puis à le supprimer en informant Paypal de leur soutien à cette opération... Avant d’effectuer une capture d’écran du message et de la poster sur Twitter à l’attention du collectif.

Twitter s'enflamme pour "OpPayPal"

Sur Twitter, le fil de discussion #OpPayPal informe les 135.000 abonnés du compte d’Anonymous, minute par minute. Apparemment, le succès de l’opération a dépassé les attentes de ses auteurs, qui la qualifie d’ "opération la plus réussie jamais lancée" d’après l’indicateur de tendances Twitter trends.

Il multiplie également les provocations envers le compte Twitter de leur cible, avec des mots doux tels que : "Paypal, nous aurions pu balancer directement 150 gigas sur votre serveur… mais ça fait tellement 2010" . Goguenard, Anonymous a également lancé une tombola. Le participant tiré au sort s’est vu promettre… un document confidentiel de l’Otan, que le réseau prétend avoir piraté à la mi-juillet.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 13:10

Groupe « ouvert »

Description

Bienvenue à 15m canal presse internationale!

Lien international d'échange de nouvelles sur les mouvements.


OBJECTIFS

Ce site web a été créé avec l'objectif principal de réunir gens de partout dans le monde dans un réseau international d’information unique. Le but est de répandre ce qui se passe sur les principales places du monde.

Il est plus qu'évident que la presse officielle et les médias censurent les informations sur le mouvement qui est en cours pour éviter le risque de contagion.

Afin de faciliter l'information du citoyen moyen, qui ne peut pas comprendre d'autres langues et ainsi ne pas savoir ce qui se passe dans d'autres pays, plusieurs groupes ont été créés dans le but de compiler des documents au niveau international.


Beaucoup de gens veulent coopérer, mais ils ne savent pas comment le faire. Eh bien, c'est une chose facile. La première chose à faire est de créer un réseau de bénévoles, la publicité de ce canal et tous les autres dans les différentes langues. Une fois cela fait, alors les gens seront en mesure de se réunir là-bas et beaucoup d'autres choses sera possible de le faire.


Une fois que les différents canaux auront assez de membres, la meilleure chose à faire sera de diviser les tâches en différents groupes selon les choses qu'ils peuvent faire: certains des traductions d'articles et de documents, d'autres de trouver des vidéos, des photos ou des articles dans leur propre langue à traduire,…Le travail de certains est de rester en contact avec les places et les aider à les assemblées d'expurger les décisions prises et d’autres se créer des groupes dans des langues qui n'ont pas été ajoutés à la liste pour le moment.


L'objectif final est la création d'un site de référence.
Cette site est encore en construction, mais son but est de publier là-bas tout le matériel qui est en cours de compilation et le publier dans les plus quantité de langues que possible.
Notre mouvement est démocratique et participatif , ce qui est la façon dont un site Web international doit être. Donc la première chose que tout le monde doit penser est: "Que puis-je faire pour aider à répandre le mouvement comme celui-ci?". Eh bien, ce n'est pas une tâche facile, et ce n'est que le début ... alors faire preuve de créativité !


BASE ORGANISATION

L’Anglais est le référent principal . En effet la majorité de la population est anglophone et ne peut donc communiquer l'un avec l'autre dans cette langue. Ici se rencontrent beaucoup de nouvelles de différents endroits dans le monde entier. Il est recommandé que, outre le groupe national, toute personne qui désire faire de la publicité des nouvelles de leur propre pays ou les recevoir de ceux différents, se faire enregistrer ici et entrer en contact avec le site. Beaucoup d'entre nous auront à coopérer dans le canal de la langue des autres, en plus de l'international:

https://www.facebook.com/home.php?sk=group_147033695369242

Les autres canaux existent pour soutenir les personnes qui ne connaissent pas d'autres langues et que vous souhaitez des informations, envoyer des vidéos, des photos ou des articles qui aideront certains autres bénévoles qui les traduire en anglais ou en d'autres langues afin d'être difusé dans le canal international anglais .

Castellano:
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_163202087077554

Italien:
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_220486104646198

Allemand:
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_212467285450802

Français:
http://www.facebook.com/home.php?sk=group_148513328554923

Grec:
http://www.facebook.com/home.php?sk=group_148513328554923

Arabe:
http://www.facebook.com/home.php?sk=group_122531527829581

Russe:
http://www.facebook.com/home.php?sk=group_127916413954055

Chinois:
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_153118448089739

Japonais:
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_204825182894440&ap=1

Polonais:
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_197130220333824&ap=1

Portugais:
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_135825323162499&ap=1

Coréen:
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_176487562409881

Turc:
https://www.facebook.com/home.php?sk=group_115330891888654
English:

https://www.facebook.com/home.php?sk=group_147033695369242


Croate:

https://www.facebook.com/home.php?sk=group_210672162302671



Hindi:

https://www.facebook.com/home.php?sk=group_154190971319271



Bulgare:

https://www.facebook.com/home.php?sk=group_243712935643392



Irlandais:

https://www.facebook.com/home.php?sk=group_216827838356791



Finnois:

https://www.facebook.com/home.php?sk=group_165469833520821



Tcheque:

https://www.facebook.com/home.php?sk=group_182498895141227

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 12:47


--- En date de : Ven 22.7.11, Attac France <attacfr@attac.org> a écrit :

Les pyromanes saluent le plan anti-incendie de la zone euro

Réuni le 21 juillet à Bruxelles, le sommet de la zone euro a élaboré un nouveau et nième “plan de sauvetage” de la Grèce. Outre le déblocage à court terme de nouveaux prêts pour la Grèce, ce plan comporte une nouveauté principale: le Fonds européen de stabilité financière pourra être autorisé à acheter les obligations grecques, irlandaises et portugaises sur le marché secondaire. En clair, les États  et donc les contribuables européens vont pouvoir débarrasser les banques et les fonds d'investissement de ces titres,  considérés comme « pourris » puisque les pays débiteurs sont en voie de faire défaut sur leur dette.

La Banque centrale européenne, jusqu'à présent seule à pouvoir décharger les banques de ces créances douteuses, exigeait que l'Union européenne prenne le relais: elle a eu satisfaction. C'est donc une nouvelle étape de la socialisation des pertes, que les banques européennes auraient théoriquement dû prendre en charge pour avoir prêté de façon inconsidérée à des pays surendettés. Une socialisation par anticipation, à la différence de celle de 2008-2009 : brillante manière de tirer les leçons de la crise financière, puisqu'aujourd'hui les États déchargent les banques de leurs pertes avant même qu'elles ne soient réalisées !

Certes, l'accord européen prévoit une « participation volontaire » des banques privées sous la forme d'un renouvellement des prêts, d'un rééchelonnement (allongement de la durée du prêt) ou d'un rachat. Mais les spéculateurs ne s'y sont pas trompés : ce défaut sélectif et volontaire ne coûtera pas cher aux banques, dont les actions ont spectaculairement grimpé jeudi à Paris, Londres, Milan, Francfort... Les pyromanes saluent ainsi le plan anti-incendie de la zone euro.

Enfin l'accord organise un certain allègement du fardeau de la dette des pays attaqués par les marchés, avec un allongement des durées de prêt (à 15 ans minimum) et une diminution d'un point (de 4,5% à 3,5%) du taux d'intérêt consenti par le Fonds de stabilité financière à l'Irlande, au Portugal et à la Grèce. Il s'agit d'un « défaut sélectif » qui ne coûtera qu'aux contribuables européens. Les dirigeants européens prennent ainsi acte de l'échec de la ligne dure qui consistait à punir les pays en difficulté par des conditions de crédit draconiennes. La Grèce en particulier s'enfonçait manifestement dans une crise sans issue, et il fallait adoucir un peu ce traitement de choc.

Cependant les chefs d'État et de gouvernement européens réitèrent  leur engagement à une austérité sans faille: ils appellent à l'adoption rapide par le Parlement européen du « Pacte pour l'euro - plus »et exigent explicitement « le retour des déficits publics au dessous de 3% du PIB dès 2013 ». Ceci implique un tour de vis draconien sur les finances publiques partout en Europe et notamment en France, où le déficit dépasse encore les 6%.

Le sommet de la zone euro a donc confirmé le choix politique des dirigeants européens: faire payer aux contribuables et aux peuples européens le coût de la crise via le Fonds européen de stabilité financière (FESF) et les plans d'hyper-austérité. Nous exigeons au contraire que soit mis un terme au diktat des banques et des marchés financiers. Une véritable solution à la crise de l'euro passe par  l'arrêt des plans d'austérité et l'annulation partielle des dettes, des réformes fiscales revenant sur les cadeaux faits depuis vingt ans aux entreprises et aux riches, la possibilité donnée à la Banque centrale européenne de prêter directement aux États-membres, la régulation stricte et la mise à contribution des marchés financiers.

Attac France propose à toutes les forces sociales de s’inspirer des initiatives des « indignés » pour mettre la démocratie à l'ordre du jour. Nous voulons décider tous ensemble de Europe de nos vies. Attac propose ainsi la mise en place d'un Comité pour l'audit citoyen de la dette publique pour mettre en débat l'origine de la dette publique, travailler à des alternatives aux plans d'austérité,  évaluer qui doit payer pour cette dette et à quelle hauteur celle-ci est réellement légitime. Nous refusons la socialisation des pertes des banques et des fonds d'investissement : c'est à leurs actionnaires de supporter tout le coût des nécessaires restructurations et dénonciations des dettes publiques en Europe.

Attac France,
Paris, le 22 juillet 2011


-----La pièce jointe associée suit-----

Pour rejoindre Attac : http://www.france.attac.org/adherer
Désinscription : http://list.attac.org/wws/signoff/informons

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 13:05

Et si on ?

par Bruno San Marco, mardi 26 juillet 2011, 12:02

Partir, sourire aux étoiles, se lever et marcher, rejoindre les insoumis, les rebelles, les apatrides, les sans-étiquette, les indigents, les magiciens, les saltimbanques, les dissidents, les bateleurs, les bohémiens, les vagabonds, les fantasques, les alchimistes, les rocamboles, les hurluberlus, les gavroches, les boutefeu, les sans-toit, les dilettantes, les anticonformistes, les réfractaires, les insurgés, les trublions, les indignés.... tous ceux qui courent dans les marges... tous ceux qui voient les choses derrière les choses... tous ceux qui se moquent des règles et des normes... tous ceux qui dès le matin inventent, créent, explorent, dérangent, réveillent... tous ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent rendre le monde moins fou !

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 13:02

Par David Servenay | Rue89 | 01/06/2010 | 17H44

Ecran de la bourse de Londres, derrière les ballons de la sculpture "La Source" (Luke MacGregor / Reuters)

Ils sont arrivés en catimini, juste au moment où Nicolas Sarkozy entrait à l'Elysée en 2007. Les « dark pools » sont en passe de devenir les trous noirs de la finance mondiale. La ministre des Finances et l'Autorité des marchés financiers (Amf) s'en inquiètent depuis un an, mais rien ne bouge.

En pleine campagne présidentielle, une réforme de fond

11 avril 2007 : dix jours avant l'élection présidentielle, le Conseil des ministres valide le projet de transposition en droit français de la directive MIF (marché d'intermédiaires financiers), un texte européen de 2004. Objectif : libéraliser le marché des actions, jusque-là réservé aux bourses.

En résumé, Bruxelles autorise désormais les grands acteurs de la finance à créer leur propre bourse : les systèmes multilatéraux de négociations (SMN) ou, en anglais, multilateral trading facility (MTF). Le principe est de multiplier les lieux où les gros investisseurs peuvent échanger des liquidités. La fluidité de circulation des capitaux, estiment les économistes, a toujours été un avantage concurrentiel.

1er novembre 2007 : la loi française entre en vigueur. Toujours dans la plus grande discrétion… l'information ne sort pas des milieux spécialisés. Pour comprendre le fonctionnement de ces marchés alternatifs, il faut savoir qu'ils reposent sur deux principes simples :

  1. Ils ne sont ouverts qu'aux zinzins (les investisseurs institutionnels). Comprenez que l'investisseur particulier n'y a pas accès, notamment parce que le montant des paquets d'actions négociés se chiffre en millions, voire en milliards d'euros. 
  2. Les ordres de vente et d'achat se font « à l'aveugle », c'est-à-dire que nul ne connaît leur prix avant la réalisation de l'opération.

D'où l'appelation de « dark pools ». Traduisez : bassin de liquidités opaque et non piscine noire. Ou encore « bourse noire », comme l'expliquait notre blogueur Jean de Maillard il y a quelques mois dans son dernier livre. (Voir la vidéo)


Londres rachète le premier dark pool européen

Septembre 2008 : neuf grandes banques (BNP Paribas, Citygroup, Morgan Stanley…) lancent Turquoise, le premier dark pool européen, au moment où la crise financière s'ouvre sous leurs pieds. Les banques et sociétés de gestion européennes mettent les bouchées double parce que les Américains ont quelques longueurs d'avance. Visiblement, il y a urgence, car une part croissante des échanges d'actions ont désormais lieu sur ces places alternatives.

A tel point que le London Stock Exchange (LSE) se fait tailler des croupières sur l'année 2009. Tout comme le Nasdaq et le Nyse Euronext. En volume, la baisse atteint parfois 20 à 30% des échanges sur un semestre. Pire : en valeur, certaines places reculent de 50 à 60%…

En décembre 2009, le LSE, la bourse de Londres, a d'ailleurs racheté 60% de Turquoise pour avoir son propre dark pool. Avant d'en revendre 9% à trois nouveaux entrants pour une valorisation globale de 36,6 millions d'euros.

Dernière innovation : le crossing network. Cette fois-ci, il s'agit d'une sorte de mini-dark pool, à l'échelle d'une banque ou d'un courtier, qui négocie les ordres de ses clients, avec pour contre-partie les clients d'un autre partenaire. Et ce, sans aucune publicité, ni aucun contrôle.

Soupçons de délit d'initiés

Reprenons. La justification de l'existence des dark pools est de pouvoir s'échanger de gros paquets d'actions en toute tranquillité, sans influer sur les cours de bourse. Sauf que cet argument va à l'encontre des règles d'efficience des marchés :

  • disponibilité de l'information
  • transparence
  • pas d'assymétrie de l'information

En réalité, certains observateurs soupçonnent ce nouveau dispositif d'abriter :

  • des délits d'initiés
  • des manipulations de cours

Or, les autorités de régulation n'ont pas vraiment les moyens de savoir ce qui se trame dans ces « bourses noires ». C'est exactement ce que souligne l'AMF dans un avis public rendu en octobre 2009, par le biais de deux questions pertinentes :

« - La fragmentation de la liquidité et la baisse du montant moyen des transactions sur le marché réglementé n'altèrent-elles pas la qualité du processus de formation du prix ?

- N'y a t-il pas une distorsion de concurrence induite par les régimes juridique différents qui s'appliquent aux SMN et marchés réglementés d'une part, et aux crossing networks, d'autre part ? »

Comme souvent, ces questions contiennent aussi leur réponse. Malgré les préventions exprimées à plusieurs reprises par Jean-Pierre Jouyet, patron de l'AMF, le gouvernement n'a pas l'air pressé de s'attaquer au problème.

Christine Lagarde en aura pourtant l'occasion jeudi et vendredi en Corée du sud, où la ministre des Finances retrouvera ses homologues du G20. Comme le souligne l'invitation faite aux journalistes pour une conférence de presse avec la ministre ce mercredi à Bercy, l'enjeu de ce sommet est le suivant :

« L'action du G20 et la mise en œuvre de ses décisions sont un enjeu essentiel pour tirer les leçons de la crise financière et refonder la finance sur des bases saines au service du financement de l'économie. »

Photo : écran du marché des échanges de Londres, derrière les ballons de la sculpture « La Source » (Luke MacGregor / Reuters)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 12:59

spaanserevolutie

Police lift siege of parliament by force

In Sol on 27 July 2011 at 10:02

Dear people,

This morning at 7:30 AM we woke up to see the sight of a line of police vans moving towards parliament. People were calling “Arriba! Arriba! Everyone get up! The police is clearing the square!”

I encounter a comrade from the northern march, we run towards parliament, and we arrive just in time. Behind us the police seals off the Prado so that no more people can reinforce the campers outside of parliament.

Everyone is sitting down in the middle of the road. Police are lined up on two sides in riot gear. I arrive in the middle of all the action. The clearing of the square is just beginning. I start filming. Check out how the officers take people by their ears, hair and jaws to take them away.

 

As they get carried off to the side one by one, the rest of the people are shouting, “No to violence!” It doesn’t take long before three officers physically ‘convince’ me to leave the road as well. From that moment onwards I can only look on from behind the police cordon as our camp gets cleared out, the barriers get opened, and traffic starts to flow again.

When people get dragged away, in the heat of the moment, they turn their rage against the police. I can understand it, but I don’t share the feeling. These people in their uniforms are still our brothers. They are just executing orders, and they are doing it professionally. Jim has got some bruises on his arms and on his back. Other people will do as well, but as far as I can see no-one got really injured.

Still, many of the police officers do not have their ID numbers clearly visible as regulations prescribe. They get photographed one by one by some of our people while they are guarding us on the pavement. At the same time the police are fighting back in the information war as well. One of them is constantly filming protesters from close up with his hand held camera.

When the road is cleared, spirits calm down a bit. One of us is allowed to gather stuff from the pile and distribute it. Someone else is walking around shouting: “Lawyer! Lawyer! Does anybody want a lawyer!” The people who do, write a name and a telephone number on their arms. In the end, just before they let us go, five by five, we hold a collective embrace.


The movement is strong. But it’s important, even in the face of police action, to keep cool. There are undoubtedly some bastards among the police who really like to do this and who would love to use their clubs if they got the order, but I’m convinced they are a minority. These people in uniform are not our enemy. Our enemy is somewhere else. And he doesn’t dare to show his face.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 12:58

Des « indignés » espagnols marchent vers Bruxelles

Rédaction en ligne

mardi 26 juillet 2011, 21:10

Une cinquantaine d’indignés espagnols a quitté Madrid à pied pour Bruxelles. « Nous allons donner aux gens des informations sur notre mouvement, nous voulons qu’ils nous rejoignent ».

Des « indignés » espagnols marchent vers Bruxelles

©Belga

Un groupe d’une cinquantaine « d’indignés » espagnols a quitté mardi Madrid à pied pour Bruxelles, soit un parcours d’environ 1.500 kilomètres, pour faire entendre leur message à travers l’Europe. La plupart des manifestants étaient arrivés ce week-end à Madrid, déjà à pied après avoir parcouru plusieurs centaines de kilomètres depuis différentes régions d’Espagne.

« Du nord au sud, de l’est à l’ouest, le combat continue, peu importe ce qu’il coûte », scandaient les manifestants en quittant la place de la Puerta del Sol, sous un soleil brûlant et les applaudissements de leurs sympathisants.

Le groupe a l’intention de parcourir 24 kilomètres par jour en moyenne, de traverser la France et d’arriver à Bruxelles le 8 octobre.

« Nous allons donner aux gens des informations sur notre mouvement, nous voulons qu’ils nous rejoignent », expliquait Enrique Gasch, 32 ans, la peau noircie par le soleil après avoir parcouru 600 kilomètres à pied entre Barcelone et Madrid pour participer à la manifestation des « indignés », dimanche dans la capitale.

« Nous allons continuer, devenir plus forts, nous allons nous unir avec l’Europe parce que les problèmes auxquels nous faisons face sont globaux. Ils existent aussi à Paris, Montpellier, Bruxelles », ajoutait Enrique Gasch, qui a abandonné un travail saisonnier pour participer à la marche.

« À Bruxelles pour un monde plus humain », « Peuples d’Europe levez-vous », proclamaient quelques pancartes.

AFP

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22