Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 15:14

Soirée repas "champêtre" comme tous les samedis, une quinzaine de personnes présentes.

Jour de relâche, à peine arrivés, nous sommes accueillis par 2 poulets grillés aux petits légumes tout juste sortis du four et (cuisinés par Jonathann et surveillés par Rémi)...

La fatigue accumulée fait place à la décontraction et au rire, nous nous lâchons gentiment...mais ne lâchons rien!

Repost 0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 21:48

spaanserevolutie

Sol

In Sol on 23 July 2011 at 23:54

Sol, July 23.

Dear people,

This morning for the first time we didn’t get up before dawn. We spent the entire day in the Northern Park, resting and preparing signs and banners for the final leg. Eight kilometres through the city down to Puerta del Sol.

Once again at lunch we are treated by the local people to a wide variety of delicious Spanish food. Our march has been an inspiration to all. Our patience, conviction and endurance have proven the strength of this movement. This is what people are grateful for. We have taken away the cynicism of many. We have given them reason to believe that a more human world is really possible.

A couple of municipal police officers look on from a distance. They too have born us respect, and maybe even admiration, both here and on the march. Still, from the southern columns we have heard stories of police officers being ordered to molest the marchers and to deny them entrance to various villages. But just like all the previous police aggression against the movement it has proven to be counterproductive. Violence is a weakness. Peaceful resistance is a sign of strength.

At six we walk, people from the march and from the neighbourhood. More people join us as we take to the six lanes of the Passeo de la Castellana. A tent is being brought along. With people being at risk of eviction this is the ‘house of the future’. Lots and lots of signs are carried, as always, some of them pretty funny, some of them ready to be carved into marble. The flags that are waved are from the regions whence people have marched. Apart from that there are banners of the Spanish Republic.

People take the Paseo de la Castellana

The republic (1931-1939) represented the modern, autonomous and progressive spirit of Spain against the medieval spirit of the church and the army. And though hardly anyone lives to tell about those days, the republic is still very much alive in many people’s hearts and minds. Sooner or later it will be restored.

Spain has never digested forty years of dictatorship. After the civil war ended with the victory of the fascists, tens of thousands of republicans have been executed. Many more have been made to work as prisoners of war on the faraonic Valley of the Fallen, just North of Madrid, where the fascist ‘heroes’ and Franco himself have found their final resting place. Just like in ancient Egypt, and many times after that, thousands of people died through forced labour.

There has never been instituted a truth commission. Silence was part of the deal during the so-called transition. Franco’s heritage has been picked up by the present day Popular Party, and they have ‘coopted’ the socialists, saying: “Listen. We can share power, so we can enter in Europe. But not a word about the dictatorship. And don’t touch the civil apparatus that was installed by Franco.” The socialists accepted, of course. And that is the reason why the people on the streets are singing ‘They call it a democracy / Even though it’s not.’

The revolution will have to address the recent history of Spain. The truth will have to come out. Crimes committed under the regime will have to be ascertained. People will have to be exposed for what they did and have to be held accountable. Only if Spain can recover its historic memory and clear its conscience can we avoid that the revolution leads to further conflict in the future.

After many kilometres of singing and shouting and waving flags over the Passeo de la Castellana we enter the heart of town, through shopping streets where people are sitting unsuspectingly on terraces sipping their cocktails. ‘If you don’t move now / Then don’t complain tomorrow!’ we sing. Few of the people on the terraces are moving. Some of them are applauding. Most of them are shooting videos.

'My arms are tired'

We’re banging rhythmically on pans and empty boxes and bottles. On the Gran Vía we are sitting down. The excitement rises. Just down the street there’s Puerta del Sol. We’re waiting for the Southern Columns, so that we can all arrive simultaneously. Then off we go, the people from the march ahead of the rest, with flags. The last hundred meters we go running, into the square, where we receive the embrace of Madrid and all the other cities of Spain.

Arrival in Sol

Assembly in Sol

When people come back to their senses, we await the assembly. Looking around for a good spot I notice that no-one has climbed onto the scaffolding yet. “That sounds like a challenge,” says Jim. And next thing we’re up there, looking out over the National Assembly of Popular Marches. Representatives from all the columns share their experiences. We connect live to squares in Athens, Paris, London and Berlin. The sun sets on this historic event, and we have the full view from our royal revolutionary lodge up above…

Sunset in Sol


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 21:38

spaanserevolutie

Madrid, Parque Norte

In Sol on 22 July 2011 at 23:30

Madrid. Parque Norte, July 22.

Dear people,

Here we are. After a march of almost thirty kilometres, divided into two acts – ‘before lunch’ and ‘after lunch’ – we have arrived in the northern outskirts of Madrid. Jim and me, and many more people have accompanied the marchers for only the last hundred kilometres or so. The people who did the entire march from the Basque country and the Rioja are the real heroes of this trip. They couldn’t hide their excitement when the skyline of city appeared in the distance.

 

Just as all great cities, Madrid is like a star. The urban matter gets ever more dense when you close in on her center of gravity. Roads and motorways, factories, office buildings and powerlines cover the land. Just outside the city limits there’s the campus of the Autonomous University of Madrid. This is where we stop to eat and rest. On the grass in front of the Facoldad de Letras y Filosofia we meet up with the comrades of the Phantom Column from Cantabria.

Up until today the Phantom Column was pure legend. Nobody knew if it really existed. Not even at the Ministry of Extension in Madrid. Testimonies from people in the Northern Column who said they have marched together with the Phantom Column for various days between Burgos and Aranda del Duero couldn’t be verified. But now, here they are, a dozen people who had started their march in Santander, alive and well under the trees of the Philosophy Department with a Cantabrian flag.

To be honest I’m a bit sad that the march is almost over. I really started to like it, to be with these people, to see all these places, to start thinking about distances not in terms of time or kilometres, but in terms of days. I look at the vague outline of the Sierra de Guadarrama on the horizon. It’s maybe half an hour by car. For us it has been three days walking.

I’m not the only one who got attached to walking. During our lunch break I meet people who are actively organising the next chapter. International marches, from all over Europe, to Brussels. The idea is to get there by mid October, in time for the worldwide protest day on the 15th. Two columns are supposed to leave from Spain, one from Madrid and one from Barcelona. Nothing is certain yet, but it seems the idea is also taking shape in Germany and France.

At the end of the afternoon we walk the last few hours to the Parque Norte. Our final descent on Madrid takes us through fields of gold where the hay has recently been cut. At the city border we’re welcomed by members from a neighbourhood assembly and applause. We take out our banners, we take the streets, and amidst the enormous human storage buildings of the outskirts we walk into the park.

 

 

We are welcomed with hugs and kisses as if we were soldiers returning victoriously from the front. And indeed, there is food enough to feed an army. But before we eat, we take the fountain. Overjoyed to be finally here, in Madrid, the people from the Northern Column jump into the water and splash around. The flags are waved until they’re soaked, and when everyone is wet we sit down, in a circle, laughing. The people from the neighbourhood look on in amazament as we spray columns of water around, shouting: “Assembly in the fountain! Assembly in the fountain!”

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 21:33

Arnie Gundersen, expert nucléaire étatsunien, suit avec régularité la situation au Japon. Depuis le début de la catastrophe, il nous fait part de ses analyses et de ses questionnements par l’intermédiaire de vidéos qu’il diffuse sur le site de Fairewinds. Ses commentaires sont toujours pertinents, et ils sont précieux car c’est l’un des rares scientifiques au monde qui s’exprime sur la catastrophe de Fukushima Daiichi. C’est pourquoi il est important de donner aux francophones la traduction de ses propos, car aucun scientifique de son envergure ne s’exprime en France sur ce sujet. Il est vrai que l’Hexagone est encore plus nucléarisé que le Japon et qu’il ne serait pas de bon ton de parler de pluie noire, ce qui ternirait l’image de cette énergie « propre ». Cette « black rain » est aussi une pluie « chaude », radioactive, qui contamine faune, flore et humanité pour des dizaines d’années.

 

 Un ex-inspecteur nucléaire attribue l’origine des fourrages radioactifs à la "pluie noire"

 Traduction P. Fetet, à partir du texte original édité par Fairewinds

http://fairewinds.com/content/x-japanese-nuclear-regulator-blames-radioactive-animal-feed-black-rain

 

 « Bonjour, je suis Arnie Gundersen, de Fairewinds, et nous sommes le mardi 19 juillet.

 

Aujourd'hui, j'ai l'intention de parler de l’état des réacteurs à Fukushima, et plus important encore, de la radioactivité qui a été détectée à travers le Japon, pas seulement sur le site. Enfin, j’aimerais parler de ce que les Japonais commencent à appeler « Black Rain » (pluie noire).

 

 

La première chose est la situation actuelle site même. Les trois réacteurs de Fukushima qui sont en cause, 1, 2 et 3, et la piscine de combustible du réacteur 4 continuent à libérer de la radioactivité.

 

Actuellement, vous ne pouvez pas la voir dans la journée, car les jours sont chauds, mais vous pouvez la voir durant la nuit. J'ai reçu énormément de courriels à ce sujet, où les gens pensent que le site est en train de sauter. En fait, c’est de la vapeur sortant de ces réacteurs qui rencontre l'air froid du Pacifique.

 

Alors, ils continuent à libérer de la radioactivité. Mais la plupart du rayonnement de Fukushima a été produit en mars et en avril. A l’heure actuelle, il y a beaucoup moins de radioactivité quotidiennement qu'il n'y en avait en mars et avril. Environ 90 à 95% de la radioactivité de Fukushima a été libérée dans les 6 premières semaines de l'accident.

 

Alors que des radiations continuent à être relâchées, en quantité journalière, il n'y en a plus autant qu'avant. Mais d’un autre côté, Fukushima peut continuer à libérer de la radioactivité pendant une longue période.

 

 

Les Japonais ont programmé de construire de grandes tentes pour couvrir chacun de ces réacteurs. La première tente est en cours de fabrication et couvrira le réacteur 1, puis ils passeront au réacteur 2, puis au réacteur 3, et enfin au réacteur 4. Ces tentes sont conçues pour empêcher la vapeur de sortir et de la recueillir sous forme d’eau pour la traiter. Donc à partir de septembre, la plupart des radiations atmosphériques seront éliminées de Fukushima, au moins pour un réacteur.

 

Cependant, de plus en plus, cela débouchera sur la contamination de l'eau souterraine et des liquides qui sont sur le site. On ne peut rien prévoir dans l’avenir qui permettrait d'éliminer cette contamination.

 

En fait, les Japonais ont annoncé qu'il faudra 10 ans avant qu'ils ne commencent à démanteler les cœurs à partir du bas de l'enceinte. Il n'y a pas de technologie en ce moment pour les enlever. N'oubliez pas qu'ils ont fondu à travers le réacteur nucléaire et ils se sont répandus à la base de l’enceinte nucléaire.

 

 

A Three Mile Island, ils avaient fondu au fond de la cuve du réacteur, mais n’avaient pas traversé le réacteur. Donc, c'est tout nouveau. C'est un peu comme essayer de peler un œuf au fond d'une poêle à frire. S’il cuit trop longtemps, c'est un processus très, très compliqué et difficile. Et c'est ce à quoi nous sommes confrontés à Fukushima, un nettoyage à long terme. Alors en attendant, il y aura énormément de déchets radioactifs liquides qui devront être traités pendant 10 ou peut-être 20 ans.

 

 

Eh bien, dans mon esprit, la chose la plus préoccupante est l'information provenant du site dernièrement. Certains de mes amis sont des biologistes qui ont travaillé à Tchernobyl et qui se sont rendus au Japon pour y faire quelques travaux scientifiques. Ils ont bien vu que les choses allaient mal tourner. J'ai reçu un appel de leur part cette semaine et ils ont dit que la situation était très mauvaise. A vrai dire ce sont des scientifiques endurcis qui sont habitués à traiter avec la radioactivité et ils croient que les conditions à Fukushima sont bien pires que ce qu'ils avaient pensé.

 

 

Il existe des preuves qui confirment cela. La première est que des champignons qui se trouvent à 30-40 miles des réacteurs se sont révélés être contaminés bien au-delà de ce que les normes japonaises le permettent. Ce qui est intéressant est que ces champignons n’ont pas été cultivés à l’extérieur. Alors, comment est-ce possible de dépasser les normes de rayonnement pour des champignons cultivés en intérieur ? C’est une préoccupation majeure, et encore, ce n’est qu’à 35 miles de la centrale  accidentée.

 

 

La deuxième preuve, c'est que des bovins ont été contaminés dans toute la préfecture de Fukushima et au-delà. La semaine dernière, ça a commencé avec 8 vaches contaminées, puis c'est passé à 40 vaches et maintenant il s’agit de plus de 130 vaches qui sont contaminées, et je suis sûr que le nombre va augmenter avec le temps.

 

Maintenant il y a quelques éléments intéressants ici. Le premier est que les vaches étaient à 30-40 miles de la centrale et que leurs niveaux de césium vont bien au-delà de ce qui est déjà toléré pour la consommation humaine. Quand les vaches sont arrivées sur le marché, les Japonais n'ont pas goûté la viande, ils ont frotté la peau de l’animal pour voir s’il n'y avait aucune contamination. Et sur cette base, ils l'ont mise sur le marché. C'est seulement après cela que l'on a découvert que la viande était contaminée. Ce n'est pas une façon acceptable de contrôler la viande de bœuf.

 

 

Mais la question la plus importante ici est de savoir comment les vaches ont été contaminées alors que tout le monde pensait qu'elles étaient nourries avec de l’ensilage, en d'autres termes, le foin qui avait été sauvegardé d'avant l'accident ?

Il s'avère que les Japonais utilisent les tiges de riz pour nourrir leurs vaches. Et les agriculteurs, à 45 miles et au-delà, coupaient leur tiges de riz pour l’expédier vers les fermes qui étaient à l'intérieur de la préfecture de Fukushima. La paille a été contaminée à 500 000 désintégrations par seconde, dans un kilogramme de paille. Maintenant, il s’agit de césium. Il a une demi-vie de 30 ans. Mais au bout de 30 ans, il se désintégrera à 250 000 désintégrations par seconde. Et 30 ans plus tard, à 125 000 désintégrations par seconde. C'est ce que ce terme de « demi-vie » signifie.

 

 

Cela s'est produit à 45 miles. Rappelez-vous, la Nuclear Regulatory Commission avait suggéré l'évacuation au-delà de 50 miles. Cela semble indiquer que la NRC avait raison. Les Japonais auraient dû évacuer leur population au-delà de 50 miles et à la place de cela, ils se sont contentés d’évacuer jusqu’à environ 12-18 miles.

 

 

Cette contamination s’est ensuite propagée au-delà de la préfecture de Fukushima. Pourtant, la préfecture elle-même semble être le seul endroit pour lequel les Japonais sont inquiets au sujet de cette exposition à la radioactivité.

 

 

La dernière chose dont je voudrais vous parler aujourd'hui, c'est ce qui arrive en dehors des 50 miles dont nous venons de parler. Il est déjà assez clair, sur la base de la radioactivité qui a été découverte dans la paille, que le rayonnement, même à 50 miles, est aussi élevé qu’il l’était dans certaines régions de Tchernobyl.

 

 

Eh bien, que dire de plus ? Jetons un œil sur Tokyo qui me préoccupe aussi. Tout d'abord, les stations d'épuration à Tokyo ont leurs boues contaminées. Normalement, cette matière est utilisé dans la construction de matériaux de construction. Mais elle est tellement radioactive qu'elle doit être stockée à l'extérieur sous des bâches, jusqu'à ce que quelqu'un trouve un moyen de s’en débarrasser.

 

 

La deuxième chose, c’est un rapport de laboratoire qu’un japonais m'a envoyé. Cette personne a pris sur ses propres deniers pour payer un laboratoire afin d’analyser les données sur une rue près d'un terrain de jeux à Tokyo.

 

 

Voici le rapport du laboratoire. Il montre qu'il y a 53 000 désintégrations par seconde dans un kilogramme, à partir de 2,2 kilos de matière prélevée sur le côté d'une rue près d'un terrain de jeux à Tokyo.

 

 

Cette personne était si préoccupée qu'elle est allé à la mairie de cette ville et le maire lui a répondu : je ne suis pas inquiet à ce sujet. Voici un citoyen qui, avec son propre argent, paye pour un rapport de laboratoire et ne peut rien obtenir de son gouvernement local.

 

 

Eh bien, il y a d’autres données. C’est celles que l’on obtient du National Cancer Center, hôpital également près de Tokyo. Ca a été publié sur leur site web quelques jours après l'accident. Le rapport montre que le 24 mars, soit 9 jours après l'accident, le fond radioactif en dehors de l'hôpital a été 30 fois plus élevé que le fond radioactif à l'intérieur de l'hôpital. Il y avait un dépôt de particules chaudes sur le sol. Et il était assez important pour augmenter la quantité de rayonnement que les détecteurs ont évalué à un facteur 30. A vrai dire, un hôpital national du cancer sait clairement comment mesurer le rayonnement, car ce sont des scientifiques expérimentés.

 

 

La dernière information que je veux partager avec vous provient d’un rapport que je reçois quotidiennement par courriel d'un éminent physicien japonais nommé le Dr Glen Saji. Il était secrétaire de la Commission de réglementation nucléaire au Japon. Il a écrit il y a deux jours ce qui suit, et cela a à voir avec la paille qui a été découverte près de Fukushima : « Je pense qu'ils ont dû stocker la paille dans un champ au moment du passage du panache, au cours de la première semaine de l'accident, en particulier à cause de la pluie noire ».

 

 

A vrai dire, « black rain » n'est pas un terme dont je sois sûr qu'il utilise à la légère. Mais cela a été clairement expérimenté au Japon après l'accident. Ce à quoi il fait référence est qu’il y a eu des nuages de particules radioactives chaudes qui se sont déposées partout dans le nord du Japon.

 

 

Eh bien, les Japonais sont des gens débrouillards, comme en témoigne leur victoire en Coupe du monde ce dimanche. Mais ils ont besoin de connaître l'ampleur du problème auquel ils font face afin de le traiter correctement. Plutôt que de limiter l'information, il est important qu'ils limitent la radioactivité.

 

 

Je vous remercie beaucoup et à bientôt. »

 

 

Note :

Merci à Pom’Verte, Bernie, Idrissa et Hervé du groupe Facebook « Fukushima informations » pour m’avoir aidé à finaliser la traduction ! N’hésitez pas à rejoindre ce groupe convivial qui partage une somme considérable d’informations sur Fukushima, mais aussi sur le nucléaire en général.

 

 

Autre traduction d’Arnie Gundersen :

Interview édité le 3 juin

http://fukushima.over-blog.fr/article-traductions-fran-aises-de-l-interview-d-arnie-gundersen-76244009.html

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Fukushima
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 21:30

 

Attac a décidé de proposer la constitution d'un comité national pour un audit citoyen de la dette publique. Le comité est ouvert à la participation de toutes les organisations associatives, syndicales et citoyennes ainsi qu'aux personnes qui le souhaitent, sur la base de l'appel ci-dessous (à amender éventuellement). Les partis politiques qui désirent soutenir l'initiative sont invités comme observateurs.

Une première réunion de discussion autour de cette initiative se tiendra le mardi 30 août à 18 h au 21 ter, rue Voltaire - 75011 Paris

Thomas Coutrot, Aurélie Trouvé, coprésidents d'Attac


Appel à constitution d'un comité pour un audit citoyen
de la dette publique

Les plans d'austérité qui se multiplient en Europe placent la dette publique au coeur du débat politique. Pour rembourser cette dette, doit-on vraiment
 sacrifier les emplois et les services publics, les salaires et les retraites, les investissements indispensables à la transition énergétique ? A-t-elle été contractée dans l'intérêt général ou au profit de minorités déjà privilégiées ? Qui détient ses titres et profite de l'austérité ? Peut-on alléger son fardeau autrement qu'en appauvrissant les populations ?

Ces questions, de plus en plus nombreux sont ceux qui se les posent . Les indignés espagnols refusent que les gouvernements y répondent contre la volonté du peuple. En Grèce un comité pour l'audit de la dette mobilise de nombreux citoyens. Dans toute l'Europe et en France un large débat démocratique est urgent, car les réponses apportées à ces questions détermineront l'avenir du pays et de l'Union.

C'est pourquoi nous créons un Comité pour l'audit citoyen de la dette publique. Ce Comité vise à rassembler données et analyses pour comprendre et mettre en débat dans la société l'origine et l'état actuel de la dette publique et stimuler la réflexion sur les alternatives à l'austérité. Il recueille témoignages et propositions sur l'origine et l'avenir de la dette publique, publie des documents, organise des débats publics et des actions citoyennes. Il interpelle pouvoirs publics, élus et candidats sur leurs projets en la matière. Il se coordonne avec d'autres initiatives européennes et internationales sur le même thème.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 14:17

Des tubes (Sean Rogers1/Flickr/CC).

Les mauvais coups se font généralement le 14 juillet ou le 15 août. C'est encore plus tentant en période de crise majeure, comme actuellement. C'est sans doute pour cette raison que le Journal officiel du 13 juillet publie un nouveau décret concernant les associations.

Celui-ci fixe les modalités d'application au niveau national de la condition prévue au premier point de l'article R.141-21 du code de l'environnement, concernant les associations et fondations souhaitant participer au débat sur l'environnement dans le cadre de certaines instances.

Pour pouvoir participer, une association devra désormais compter au moins 2 000 adhérents. Quant aux associations d'utilité publique, elles devraient exercer leur action sur la moitié des régions au moins, et disposer d'un minimum de 5 000 donateurs, pour pouvoir se faire entendre.

Les seuls organismes ayant le droit de le faire entendre leur voix sur les politiques environnementales sont des organismes publics au sein desquels seules ces grandes associations ont le droit d'être représentées. De plus, l'Etat s'octroie le droit de vérifier les conditions de financement des associations pour s'assurer « de leur indépendance ».

Les assos les plus gênantes pour les lobbies handicapées

Ce texte est liberticide au regard de la liberté d'association ou plus précisément du droit des associations à se faire entendre. Il exclut en particulier toutes les associations d'experts qui ont fait l'essentiel du travail en termes d'alerte au cours des dernières années.

Mouvement des générations futures – Criirad, Criigen, réseau santé environnement, Inf'OGM, pour n'en citer que quelques-uns – n'auront aux termes de ce texte plus le droit de participer, voire plus le droit d'être agréés puisque c'est l'agrément au titre de l'environnement lui-même qui est touché par ce décret scélérat.

Autrement dit, non seulement aucun texte de protection des lanceurs d'alerte n'a jamais été pris par ce gouvernement, du temps de monsieur Borloo comme a fortiori du temps de madame Kosciusko-Morizet, mais plus encore, c'est la capacité des associations les plus dérangeantes pour les lobbies défendus par le gouvernement qui est ici mise en cause. En effet, sans agrément, la capacité de porter plainte avec constitution de partie civile reste très réduite. Dans ces conditions, les procès mettant en cause ces lobbies deviennent beaucoup plus difficiles.

De la même manière, le fait que les agréments soient conditionnés par le nombre de personnes rendra très difficile la tâche des associations locales, constituées contre tel ou tel projet, telle ou telle infrastructure. Les préfets pourront toujours soutenir qu'elles ne remplissent pas les conditions.

Ainsi le gouvernement s'est-il attaqué avec efficacité, une fois encore, aux modestes contre-pouvoirs que notre pays compte encore.

► Référence concernant l'arrêté du 12 juillet 2011 fixant les modalités d'application au niveau national de la condition prévue au 1° de l'article R. 141-21 du code de l'environnement concernant les associations et fondations souhaitant participer au débat sur l'environnement dans le cadre de certaines instance (JORF n°0161 du 13 juillet 2011, page 12 154).

Photo : des tubes (Sean Rogers1/Flickr/CC).

Rue89

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 14:12

link

Agrobusiness

Comment Monsanto transforme miraculeusement son soja OGM en soja « responsable »

Par Simon Gouin (13 juillet 2011)

La production de soja « responsable » arrive sur le marché européen. Responsable ? Parce que certifié par la Table Ronde sur le Soja Responsable, lancée par le WWF. Une certification qui fournit aux entreprises une belle façade verte. Ou comment Monsanto, Glencore, Nestlé ou Carrefour, grâce à ce label, deviennent d’ardents défenseurs du développement durable, et pourraient toucher des « crédits carbone » pour une culture qui contribue à la déforestation, véritable désastre écologique et social en Amérique latine.


Monsanto n’a pas dû se faire prier. Quelle aubaine, pour le principal fournisseur de soja OGM en Amérique latine et dans le monde, de s’asseoir à la Table Ronde sur le Soja Responsable ! Désormais, le géant américain des OGM, à l’instar de Cargill, BP, ou Shell, participe à la culture d’un soja estampillé « responsable », dont les premières récoltes sont arrivées sur le marché européen en juin 2011 [1]. Glencore, modèle de l’entreprise « irresponsable », participe aussi à ce projet, tout comme Carrefour, Unilever ou Nestlé. Principaux usages du soja produit ? L’alimentation des animaux et les agrocarburants.

« Nous aidons les agriculteurs à cultiver leurs champs de façon soutenable […] tout en réduisant aussi l’impact de l’agriculture sur notre environnement », affirme Monsanto sur le site de la table ronde. Peu importe que son soja Roundup Ready ait des effets désastreux sur l’environnement, la santé et les communautés locales où il est cultivé. Il sera labellisé « responsable ». Et risque, grâce à ce label, de gagner de nouvelles parts de marché.

« Pour les industries des OGM, il est très commode de s’asseoir autour de cette table ronde », explique Nina Holland, du Corporate Europe Observatory (CEO), un organisme qui observe le lobbying des entreprises auprès de l’Union européenne. « Cela vous apporte beaucoup de bénéfices sans que vous n’ayez à changer quelque chose. » Faire évoluer les pratiques, c’était pourtant l’objectif initial de la Table Ronde sur le Soja Responsable (RTRS), qui fixe quelques critères, comme « minimiser la pollution » ou « ne pas étendre les champs sur les forêts ».

Un désastre écologique et social

Lancée en 2006 par le WWF et COOP, une chaîne de supermarchés suisses, la RTRS vise à rassembler tous les acteurs de la culture du soja en Amérique latine. Pour 2.500 euros, des producteurs, des semenciers, des industriels, des financeurs, et, normalement, des membres de la société civile, siègent autour d’une même table pour « promouvoir la production d’un soja responsable, à travers la collaboration, le dialogue et le consensus ». « Tenter de les convaincre, et avec eux les autorités politiques des régions cultivées, de limiter les dégâts, d’adopter des critères de production "plus responsables", plus "propres", plus "développement durable" », écrit Jean-Stéphane Devisse, responsable des programmes du WWF France.

Une belle idée. Car la monoculture du soja en Amérique latine est un désastre. Environnemental, sanitaire, social. 90% des cultures de soja, en Amérique du Nord et en Argentine, sont OGM. Au Brésil, au Paraguay, en Uruguay et en Bolivie, les OGM sont aussi largement utilisés. Et 95% du soja OGM est du Roundup Ready, conçu pour tolérer l’herbicide à base de glyphosate. Le Roundup est aspergé par avion ou par « mosquitos » (d’énormes tracteurs) sur les cultures… et sur les communautés qui vivent au bord des champs. D’autres pesticides sont également utilisés : le 2,4-D, l’atrazine et le paraquat (interdit dans l’Union européenne). Conséquences ? Les malformations des enfants à la naissance se multiplient, les taux de cancer explosent (ils ont été multipliés par trois entre 2000 et 2009 dans la ville de La Leonesa, en Argentine, où les cultures environnantes sont abondamment pulvérisées). La déforestation augmente, pour libérer de nouveaux espaces aux exploitations de soja. Et les animaux et insectes envahissent les champs des petits agriculteurs qui vivent à côté, les forçant à quitter leur exploitation et à rejoindre les bidonvilles des grandes métropoles sud-américaines.

Un nouveau label

En Argentine, le soja représente désormais plus de la moitié de la surface cultivée. Et les mauvaises herbes deviennent de plus en plus résistantes au Roundup, entraînant une baisse de la productivité. « Les industries des OGM comme Monsanto cherchent désormais à créer un soja résistant à d’autres herbicides comme le Dicamba, explique Nina Holland. Tout cela pour continuer le même système de production. »

Vidéo de présentation des enjeux de la RTRS

La Table ronde sur le Soja Responsable n’est pas la première initiative en matière de certification. Depuis 1998, IMCOPA, la plus grande entreprise de concassage de graines de soja au monde a fait le pari de la certification du soja non-OGM. « En relativement peu de temps, grâce à cette certification, IMCOPA a multiplié sa production par douze, se souvient Jochen Koester, le fondateur de TraceConsult, une agence de consulting et d’information qui s’intéresse au soja non OGM. Depuis plusieurs années maintenant, environ 10% du total de la production brésilienne de soja ont été certifiés par ce label. » Ce label non-OGM rencontre ainsi une forte demande des consommateurs. En 2005, WWF lance les critères de Bâle qui doivent servir à « certifier une production de soja soutenable, n’impliquant ni la destruction de la forêt, ni l’expropriation de la terre des petits paysans… et surtout sans OGM », raconte Jochen Koester. IMCOPA annonce qu’il souhaite certifier sa production selon ces critères. ProTerra, un nouveau label, qui incorpore les critères de Bâle, est créé en 2006 par Cert-ID, une entreprise de certification.

Des critères inappropriés

Pourquoi alors, un an plus tard, lancer une Table ronde sur le Soja Responsable ? « Les plus gros acteurs ne participaient pas à l’initiative de Bâle, résume Nina Holland. Pour rassembler tout le monde, le WWF a donc créé une nouvelle table ronde, avec des critères plus faibles, et tout à fait ouverts au soja Roundup Ready. » Bref, tout est fait pour séduire Monsanto. La nouvelle table ronde ne pose aucun critère : les OGM sont permis, pas besoin de plans de réduction des herbicides ni de système de protection empêchant l’expropriation des terres ou la déforestation.

Pour John Fagan, fondateur et responsable scientifique de Global ID Group, qui a participé à une étude sur la « soutenabilité » du soja OGM, la RTRS ne fixe pas de standards appropriés pour protéger les communautés rurales. «  Ce que dit la RTRS, explique-t-il, c’est qu’il est possible d’accaparer les terres des petits paysans, à condition de les dédommager. » Mais comment compenser le bouleversement d’un mode de vie traditionnel ? Et qui payer ? Le gouverneur de l’État ? Le chef du village ? Chaque habitant ?

Un processus opaque

Autre incohérence : la protection des ouvriers agricoles, dont les critères ont été affaiblis. En 2009, les ouvriers pouvaient effectuer des heures supplémentaires pour des « courtes et exceptionnelles circonstances » (pour la récolte par exemple). En 2010, la mention « courtes et exceptionnelles circonstances » a été remplacée par « des périodes de temps limitées »...

Pour justifier la légitimité de ses choix, la RTRS organise des réunions avec les communautés. Mais ces dernières n’en sont pas informées, dénoncent ses détracteurs. Seule une publicité est publiée dans des journaux… qu’elles ne reçoivent pas ! « Quant aux acteurs de la société civile que la RTRS rassemble normalement, ils ne sont pas représentatifs des petits agriculteurs, des peuples indigènes, ou des communautés rurales », ajoute Nina Holland. Ces derniers, très critiques envers la RTRS, refusent de prendre part à cette initiative. Et les acteurs de la société civile présents ne sont pas toujours indépendants. Comme par exemple la Fondation Moises Bertoni, du Paraguay, qui est financée par le Grupo DAP (Groupe de développement de l’agriculture paraguayenne), pour réaliser des projets sociaux autour de ses champs de soja, et dont le directeur est aussi le vice-président de la table ronde.

Une étude scientifique pro-OGM sponsorisée par le WWF

Mais c’est sur la question des OGM que de nombreuses associations environnementales (dont CEO, Global Forest Coalition, GM Watch) s’opposent le plus à la RTRS. Comment les monocultures du soja OGM peuvent-elles être « responsables » ? Rien de mieux qu’une étude scientifique « indépendante » pour le prouver. En 2008, des militants découvrent sur internet l’existence du « GM Soy Debate » (le débat sur le soja OGM). Le site web annonce que le Plant Research International de l’université de Wageningen, aux Pays-Bas, va réaliser une étude sur les OGM. Mais de nombreux biais sont décelés. Qui trouve-t-on à l’origine du site ? Solidaridad, une ONG néerlandaise, et la branche néerlandaise du WWF. Deux organisations membres de la RTRS ! « Des études biaisées sur les OGM, il y en a partout, explique un écologiste. Mais c’était la première fois qu’une ONG associait son nom à cette étude. »

Face à la pression, le site web est refait à neuf (l’ancien site/le nouveau). Les hypothèses biaisées n’apparaissent plus. L’étude finale est discrètement publiée. Dans ses conclusions, les chercheurs admettent que la culture du soja OGM entraîne une augmentation de l’utilisation d’herbicides, contrairement à ce qu’avance l’industrie des OGM. Mais, pour contrer ce problème, ils préconisent l’utilisation d’une grande diversité d’OGM ! Ce qui colle étrangement avec le discours de Monsanto et Syngenta.

La panda du WWF, une image qui s’achète

Pour répondre aux critiques, la RTRS a finalement décidé d’inclure une « option non OGM » dans ses critères. Une option soumise à l’approbation du Conseil d’administration de la table ronde en novembre 2010. « En juin 2011, elle n’a toujours pas été approuvée, note John Fagan. Les résistances internes sont très grandes pour refuser cette option. Les entreprises n’en veulent pas. » « Il y a déjà un label qui certifie le soja non OGM, c’est le label ProTerra, ajoute Nina Holland. Et pourquoi les entreprises de transformation du soja achèteraient-elles un soja non OGM, un peu plus cher que le soja OGM, si les deux ont le même label « responsable » avec le panda du WWF ? »

Car les acteurs de la chaîne du soja membres de la RTRS vendent désormais du soja « responsable ». Et ils le font savoir, à l’image de Cargill, qui aurait écrit à ses clients, il y a deux ans, qu’il leur fournissait désormais du soja « responsable »… alors que les discussions de la RTRS ne portaient encore que sur l’élaboration des critères ! « Participer à la RTRS assure une forme de publicité, explique Nina Holland. Les membres de la table ronde l’utilisent dans leurs relations publiques. Ils montrent ainsi une façade verte. »

Quand le soja intensif permet de toucher des « décrits carbone »

Une façade verte qui leur permettrait d’obtenir de nombreux bénéfices. Des crédits carbones, d’abord, à travers le projet REDD+ des Nations unies. Parce que les membres de la RTRS luttent officiellement contre la déforestation et que la culture de soja OGM n’exige pas de labourage des sols ! Pas de labourage, donc pas de rejet de CO2 dans l’atmosphère, clame Monsanto. « Il existe de nombreuses formes de compensation pour les agriculteurs engagés dans ces problématiques [ndlr : environnementales], et la RTRS veut que ces bénéfices soient accessibles à ses membres », résume Miguel Hernandez, secrétaire exécutif de la table ronde.

L’obtention d’une accréditation européenne, ensuite. Celle d’une « production de soja responsable » pour les agrocarburants, décernée par l’Union européenne, à travers la Directive sur l’énergie renouvelable (EU Renewable Energy Directive RED). La RTRS, qui réunit Shell, BP, ou Biopetrol, a donc ajouté une annexe RED à ses critères. Bientôt, le soja « responsable » pourrait ainsi alimenter notre réservoir. « L’annexe du critère RED de la RTRS encouragera le défrichage de la forêt et d’autres écosystèmes pour une production d’agrocarburants destructive de l’environnement, afin de faire tourner nos voitures », conclut un rapport de GM Watch, des Amis de la Terre et du Corporate Europe Observatory.

Les liens ambigus entre le WWF et Monsanto

Des associations environnementales se sont élevées contre ces projets. Elles dénoncent une vaste opération de greenwashing et pointent du doigt la participation du WWF à cette table ronde. « Mais nous ne sommes pas naïfs, répond Jean-Stéphane Devisse, du WWF France. Si l’on n’en connaît pas l’efficacité, on sait seulement que si l’on n’y siège pas, ou si cette RTRS n’existait pas, on perd la possibilité de la discussion avec les principaux responsables. »

« Le WWF se défend toujours de la même façon, répond Nina Holland. Il dit : "Si nous partons, toute la production va continuer comme avant." Mais les critères de la RTRS n’entraînent aucun changement dans les pratiques actuelles des producteurs de soja. » La participation du WWF à la RTRS contrebalance également les dénonciations des petites ONG engagées dans la lutte contre les méfaits du soja. Comment critiquer une entreprise qui est labellisée « responsable » par une organisation aussi importante que le WWF ?

« Alors qu’elle est une organisation qui a beaucoup de pouvoir, le WWF continue de faire la même erreur », estime John Fagan. La RTRS n’est pas la seule table ronde lancée par l’organisation. En 2010, le WWF a par exemple initié la table ronde sur l’huile de palme, une production tout aussi critiquable. Plus globalement, le WWF a choisi de travailler avec les gros pollueurs pour les faire évoluer et s’assurer d’importantes rentrées d’argent. Quitte à ce que son image soit utilisée par les principaux responsables du changement climatique. Comme Shell ou ExxonMobil, Monsanto feraient partie des principaux bailleurs de fonds du WWF. Ce qui permet de mieux comprendre des prises de positions parfois pro-OGM du WWF États-Unis [2]… et l’engagement de l’ONG dans la RTRS.

Critique interne

Pourtant, un mouvement de protestation interne montre que la RTRS est loin de faire l’unanimité au sein de l’organisation environnementale. L’organisation française a déjà pris position contre les OGM. Et concernant la RTRS, bien que son directeur des programmes, Jean-Stéphane Devisse, défende publiquement la politique du WWF, le WWF France aurait participé à la rédaction d’une lettre critique de la table ronde et de son approche du soja OGM, aux côtés de neuf autres branches du WWF.

Cette protestation interne entraînera-t-elle un changement de position de la RTRS ? Plusieurs associations ont lancé une campagne [3] pour demander aux supermarchés de refuser de vendre les produits fabriqués à partir de ce soja « responsable ». Aura-t-telle un impact ? Rien n’est moins sûr : le label « responsable » ne sera pas indiqué sur les emballages. Lles supermarchés ou les consommateurs devront se renseigner auprès des producteurs pour savoir si le soja provient de la RTRS ! Ce qui ne facilitera pas le boycott des produits… Le désastre de la culture de soja, en Amérique latine, n’est pas près de s’arrêter.

Simon Gouin

Notes

[1] Le 8 juin 2011, la RTRS a annoncé que les premiers sojas certifiés « responsables » venaient d’être achetés par plusieurs entreprises néerlandaises. Au total, une production de 85.000 tonnes de soja, cultivée par le Grupo André Maggi, une entreprise brésilienne qui est la première à avoir obtenu la certification.

[2] Dans un documentaire sur le WWF, sorti au mois de juin, Wielfried Huisman, un réalisateur allemand, rapporte les propos d’un vice-président du WWF, Jason Clay, sur les OGM : « Nous devons geler l’empreinte écologique de l’agriculture. Pour cela, nous proposons 7 ou 8 mesures que nous devrions discuter. Et premièrement, les biotechnologies. Nous devons produire plus, avec moins de moyens. Les manipulations génétiques ne doivent pas se limiter aux céréales que nous devons replanter chaque année. Nous devons les utiliser aussi avec les fruits tropicaux mais aussi avec les plantes à tubercules et les plantes à racines. Ces fruits doivent produire plus de calories à l’hectare. (...) La pendule tourne, le temps presse. »

[3] la lettre de la Confédération paysanne, des Amis de la Terre, Générations futures, Combat Monsanto et Nature et Progrès

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 13:59

spaanserevolutie

Colmenar

In Sol on 21 July 2011 at 23:38

Colmenar Viejo, July 21.

Dear people.

Today’s march was pretty easy. We took the main road from Manzanares, circling the lake on our way to Colmenar. It was only about 15 kilometres. To my great surprise there wasn’t one single house built on the lakeside during the speculation bubble. Of course there’s a reason for that. The lake is part of Madrid’s drinking water supply. As I heard it’s one of the best functioning public utilities in Spain, the water is of high quality and offered almost freely to the consumers.

Things like this can’t last in a postmodern society. It’s anti-economic. Water can be privatised. People can be fired, quality can be reduced, and prices could go up. Water is business. And Spain’s health care system is next.

Personally, I’m convinced that turning drinking water and health care into a vulgar quest for profit is not only immoral, it’s illegal as well. A government that claims to be democratic cannot deprive the people from its properties without the people’s explicit consent. In Italy, citizens have managed to collect the ridiculous ammount of signatures required to organise a referendum against the privatisation of water. The campaign was almost completely ignored by the prime minister’s media sources, but through grassroots organisation enough people were mobilised to reach the quorum. Over ninety percent of the voters said ‘no’, don’t touch our water.

We are constantly honked by the cars and the vans and the trucks. 15M is cool lately, even under the unforgiving sun. For the first few kilometres out of Manzanares we are escorted by a man from the local 15M movement. At roughly half way he hands us over to a girl from the Popular Assembly of Colmenar. She’s regularly calling the home base to prepare the arrival.

This close to Madrid we need to worry less about logistics. It’s all taken care off. The local Assembly welcomes us on the Plaza del Pueblo in front of the town hall with drinks and suncream and applause. Lunch is duly prepared. The best gazpacho and the best paella you can imagine, and lots more. The only thing that amazes me, a bit, is the complete absence of local or national media. The papers dedicate pages upon pages to the internal convulsions of the big parties, but they don’t seem to know what’s news any more.

This is not necessarily a bad thing. Quite the contrary. They are delegitimising themselves in a certain way. Also during the first days of the Acampada in Sol they more or less completely ignored what was going on. Thankfully there was an internet newspaper called periodismo umano that covered it all, and they have seen their visits go up from thousands to millions. We don’t depend on main stream media any more. Thanks to the internet news will surface, and people will find it.

'Jim'

In the evening, after a nice siesta in front of the town hall, the united Assembly of the march and the local town is held. But not only. In a corner of the square there is also a children’s assembly, moderated by people from the march. It’s a great sight. This is education. ‘Suppose you are with six friends who all want to play at a different game, how would you solve that?’ At the end the answers from the kids are presented to the grown-up’s assembly: ‘If everyone wants to play a different game, you should invent a new game all together’. Applause and waving hands. Sometimes the common sense of a child is all we need.

 

Scenes from an Assembly

 

 

 

When the assembly is over, there’s is more food offered by the local population, there’s music, there’s a movie projection, there’s party. People are preparing beds and tents in front of the town hall. If this is really Plaza del Pueblo, then the place is ours.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 13:56

spaanserevolutie

Manzanares

In Sol on 20 July 2011 at 23:54

Manzanares el Real, July 20.

Dear people,

“It’s all downhill from here,” they said, this morning. And on the whole it’s true. But that doesn’t mean that the remainder of the march is going to be easy. Our Basque comrades, who have been walking for almost a month are already used to it, but today Jim and me got introduced to an exceptional opponent. The sun.


The first few hours it’s still a nice walk in the shade through the forests of the foothills. We arrive in the small village of Mataelpino, where a very pleasant surprise awaits us.  Members of the local assembly welcome us on the town square with a banquet of sandwiches, juices, gazpacho, sweets and even beer. I love this solidarity. We thank them.

“No,” they say, “thank you.”

We march on. To the left we see the rough and rocky peaks of the Guadarrama. The sun is rising to its highest point. But before we take up the challenge, another surprise awaits us. Our arrival in the Comunidad de Madrid doesn’t go unnoticed. We are invited to visit an organic farm, where we are once again received as heroes. We lay down on the grass under the trees. We talk about things like bio-architecture, about the use of straw and other cheap sustainable materials. It’s the agricultural side of the revolution. I will shed light on that in due time. For now we’re here.

Xantippe with ukelele

Some people propose to stay in this place. But in the end the assembly votes them down. We march on.

The people from the farm accompany us to the end of today’s leg, Manzanares. It’s straight ahead over a dusty road in the blistering sun. The earth is scorched. Even the wind is hot.  Just a few rare trees give you a precious moment of shadow. We long for water. After a few kilometres we start to hallucinate. We see a lake in the distance. And, what’s even better, our support van with juices and water and nuts.

It’s enough to take us to the end of the leg. The lake turns out to be real after all, it’s nurtured by a small stream that runs through Manzanares. We follow the stream. This land may seem dry, but whenever there is just a bit of water, plants and trees sprout up to form a thick and almost impenetrable forest. So from the dusty highlands we suddenly find ourselves to be wrestling our way through the jungle. When we finally reach an open space next to the river, we find the rest of the group, and lunch already prepared. People are eating, some are bathing. It could easily be an eighteenth century romantic painting.

People are joining us. The Northern Column is swelling by the day, like a river flowing to the sea. We have visitors. Emissaries from the Southern columns of Sevilla and Málaga have come to coordinate the actions we want to undertake once we get to Madrid. There’s also a television crew from South America which found its way down to the waterside. The cultural link with Latin America is strong. Sancho, one of our iconic comrades who held up high the sign of 15M through the mountains, is a Mexican.

The goodwill we are harvesting doesn’t end. Since we left Segovia we have been desperately looking for access to the internet, to inform the world about what’s happening on the march. We meet comrade Petra and her family. They offer to take us home to connect us. So there we go, speeding away in a Mercedes towards the onramp of the digital highway. This is an emergency.

When we get back to the square today’s assembly is already over. The afterparty is in full swing. The drums are out and all is groovy. The comrades from Acampada Bilbao are transmitting live on their revolutionary radio station. But the best is still to come. When I get back from a quick caffeine boost I look on in complete amazement as the entire square is filled with food. Pasta, soup, various types of delicious Spanish salami, tortilla, rice, sweets and finally, a huge flying soucer filled with paella. A present from the people of Manzanares…

Midnight Assembly in Manzanares

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 08:46

Le nombre de présents est vraiment limité, nous commençons à 3 mais ne lâchant rien, nous finirons à 9 (ah les vacances, vivement la rentrée!) 11 indignés seront passés au cours de cette soirée.

 

La soirée débute sur l'échange des dernières informations politiques mondiales. On en vient naturellement à l'identité des peuples et Marleen nous fait un bel exposé sur les raisons des différents auxquels sont confrontés les belges ses derniers temps. Très intéressant. Nous confrontons gentiment nos visions sur le mouvement des indignés. Les avis diverges, certains restent optimistes d'autres moins. Notre petit nombre ne nous empêche pourtant pas de nous enrichir mutuellement. Réunion tranquille qui se terminera sur notre repas et une belle humeur.

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22