Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 13:17

 

Politiques 17/03/2009 à 06h51

Roosevelt n’épargnait pas les riches

Le point de vue de Thomas Piketty, économiste et chroniqueur à «Libé».


THOMAS PIKETTY

La taxation confiscatoire des revenus exorbitants est non seulement possible économiquement, mais souhaitable. En 1932, quand Roosevelt arrive au pouvoir, le taux de l’impôt fédéral sur le revenu applicable aux plus riches était de 25 % aux Etats-Unis. Le nouveau président décide de le porter immédiatement à 63 %, puis 79 % en 1936, 91 % en 1941, niveau qui s’appliqua jusqu’en 1964, avant d’être réduit à 77 %, puis 70 % en 1970. Pendant près de cinquante ans, des années 30 jusqu’en 1980, jamais le taux supérieur ne descendit au-dessous de 70 %, et il fut en moyenne de plus de 80 %.

Rapacité. Cela n’a pas tué le capitalisme et n’a pas empêché l’économie américaine de fonctionner. Pour une raison simple : ces taux ne s’appliquaient qu’à des revenus très, très élevés. En 1941, Roosevelt fixe le seuil du taux de 91 % à 200 000 dollars de l’époque, soit 1 million de dollars d’aujourd’hui (770 000 euros). Or à ces niveaux de revenus, ce ne sont pas les compétences ou le dynamisme que l’on rémunère : ce sont la rapacité, le court-termisme et des prises de risque excessives. Il ne s’agissait donc pas de matraquer n’importe quel cadre supérieur ou entrepreneur sortant du lot, ce qui aurait été dévastateur économiquement. En France, comme dans la plupart des pays développés, le taux supérieur atteint 90 % pendant l’entre-deux-guerres, puis se stabilisa autour de 70 % pendant les Trente Glorieuses - ce qui n’a pas empêché des taux de croissance économique de l’ordre de 4 % à 5 % par an tout au long de cette période.

Puis Reagan et Bush père et fils décidèrent, pour des raisons purement idéologiques, d’abaisser brutalement le taux supérieur à environ 30 %-35 %, soit à peine plus que les niveaux appliqués avant 1932. J’ai acquis la conviction que ce tournant fiscal explique pour une large part l’invraisemblable progression des inégalités observée aux Etats-Unis depuis les années 80, avec pour conséquence un transfert de l’ordre de 15 points de revenu national en direction des 1 % les plus riches et la stagnation du pouvoir d’achat du reste de la population. Les cadres dirigeants des grandes entreprises ont pris le contrôle et se votent à eux-mêmes des revenus exorbitants, sans rapport avec leur productivité. Pour une raison économique simple : pour ces fonctions peu réplicables, les productivités individuelles sont impossibles à mesurer. Dans le secteur financier, ces rémunérations indécentes ont en outre stimulé des comportements insensés en termes de prise de risque et ont clairement contribué à la crise actuelle. Face à une telle dérive, la seule réponse crédible est une taxation accrue des très hauts revenus - solution qui commence à émerger aux Etats-Unis et au Royaume-Uni et qui finira bien par atteindre la France, si Nicolas Sarkozy parvient à comprendre que le bouclier fiscal est l’erreur de son quinquennat.

Vérité. Le bouclier fiscal peut avoir un sens pour des revenus «normaux», y compris ceux nettement plus élevés que la moyenne (100 000 euros par an, voire d’avantage) - à condition toutefois de pratiquer une vérité fiscale complète, en intégrant la fiscalité indirecte, qui pour les bas revenus représentent plusieurs mois de salaire. Mais appliquer le bouclier fiscal sans aucun plafond n’a aucun sens. Antoine Zacharias, patron de Vinci, a ponctionné 120 millions d’euros de rémunérations à son entreprise. Au nom de quelle folie idéologique devrait-on lui garantir qu’il conservera quoi qu’il arrive 50 % de cette somme ? Même avec un taux d’imposition de 90 %, cela lui laisserait tout de même 10 millions d’euros d’argent de poche…

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 13:15

DERNIÈRE NOUVELLE : Mouvement historique : 150 000 indignés israéliens manifestent pour la justice sociale !

26 juillet. A TEL AVIV Le mouvement de masse continue depuis 5 jours, sans relais médiatiques. Version Franco-Anglaise.

 

Sur la pancarte : "Mubarak. Asad. Netanyahu."

 

Approximately 30,000 protesters marched in Tel Aviv last night, with social justice activists blocking central streets and chants of « Mubarak. Assad. Netanyahu » filling the air.
Tel Aviv police arrested 42 activists, which is an extremely rare number, « if not unprecedented, » according to +972 Magazine, which has been closely following the circumstances surrounding the sudden rise of Israel’s progressive left.

Environ 30 000 personnes ont protesté hier lors d’une marche a Tel-Aviv, des activistes pour une justice sociale ont bloqué les rues centrales et ont antonné des chants «Moubarak assad Netanyahu».

La police municipal rapporte l’arrestation de 42 activistes, se qui es rare sinon une première, selon le magazine +972, qui a suivi, avec grand intérêt le soulèvement soudain d’une gauche progressive en Israel.

The protests are part of a larger movement that began as opposition to rising housing prices, and indeed is still centered around that issue, but has spread to other social justice and progressive causes.

These protests are being described as « the greatest challenge PM Netanyahu faces on the home front, » and show that the progressive left in Israel has awoken.
Change in Israel may be coming.

La protestation a débutée sur l’augmentation des prix des appartements, et y est encore centrée, mais commence à se répandre sur les divers plans et causes sociales.

Le tout est décrit comme le plus grand défi a relever pour le premier ministre Netanyahu et démontre l’éveil de la gauche progressive en Israel. Des changements pourraient être a prévoir prochainement.

Noam Sheizaf offers a good visual description of how, last week, these protests began to foment:
It happened almost overnight: Friday morning a week ago, walking near Habimah Square in central Tel Aviv, I saw only a handful of tents, with no more than a few dozen Israelis who answered an internet call for an ongoing protest against rising rent costs. On Saturday evening the tents covered an entire block on Rothschild Boulevard, and protesters threw cottage cheese containers on the Likud HQ on nearby King George Street. A couple of days later, the tent protests came to dominate the news cycle.

Noam Sheizaf décrit le tout avec une bonne vue d’ensemble de la situation lors de son début la semaine dernière : cela c’est pratiquement déroulé pendant la nuit : Vendredi matin, il y a une semaine, je marchais près du square Habimah dans le centre de Tel-aviv, quand j’ai vue une poignée de tentes, avec un peu moins d’une douzaine d’israéliens ayant répondu à un appel internet pour protester contre la hausse des prix de location. Samedi soir les tentes avaient couvert le bloc du Boulevard Rothschild en entier, les protestataires on même lancé des boites de fromage cottage sur le quartier général de Likud près de la rue King George. Quelques jours plus tard les tentes prenaient l’attention des nouvelles.

Housing minister Ariel Attias (Shas) argued that the protesters were spoiled kids that refuse to leave the fashionable center of the country, but by Tuesday there were tents in Jerusalem, the southern city of Beer Sheva and as far north as Kiryat Shmona, near the Lebanon border (see a map of all the protests here)

Le ministre des Logements Ariel Attias argumentait que la vague de protestation venait de la part de jeunes israelites mécontents et ne voulant pas quitter le quartier de la mode du centre du pays, mais mardi les tentes ont poussé à Jérusalem, la ville du sud de Beer Sheva et au nord dans la ville de Kyriat Shmona, près de la frontière du Liban.

By Wednesday protesters tried to break into empty apartments in Tel Aviv and Jerusalem; the tents on Rothschild Boulevard stretched several blocks, all the way from Habimah Square to Shenkin Street, and marches and rallies were scheduled for the weekend. The Friday papers declared that Binyamin Netanyahu sees the tent protest as the greatest potential political threat to his governing coalition.

Mercredi les protestataires ont essayé de s’introduire à l’intérieur d’appartements vides dans Tel-Aviv et Jérusalem ; les tentes sur le boulevard Rothschild se sont étendues sur plusieurs patés de maison du square Habimah à la rue Shenkin. Des marches et des ralliements étant prévues pour la fin de semaine. Dans les nouvelles du vendredi Binyamin Netanyahu percevait les tentes comme la plus grande crise vécu par sa coalition politique.

"Nous voulons la justice sociale !" - 972 Magazine.

These protests, which began as explicit anger at the rising rental prices in cities across the country, have been fueled by the response of Netanyahu’s government, which initially, with hostile rhetoric, dismissed them as being part of a large, leftwing movement being funded by outfits such as the New Israel Fund. The initial rhetoric, which claimed that the protests were not about anything other than the « Zionist Left’s » political agenda, only served to increase protesters’ anger and resolve.

Les manifestations auraient débuté par une colère explicite lié à la hause des prix au niveau des locations des habitations à la grandeur du pays et aurait été envenimé par les propos hostiles du gouvernement de Netanyahu qui se dégageait de toute faute pointant du doigt le New Isreal Fund. Le tout ferait partie de l’agenda des sionistes de gauche qui ne cherchent qu’a augmenter la protestation.

These reactions from Netanyahu and other government officials have served to broaden the protests, which have now moved from rent prices to a host of social justice issues: women’s rights, union rights and education reform, among other things, with general chants of « revolution » heard on the streets last night.

Les réactions du ministère et des acolytes de Netanyahu ont servi aux  manifestants et portent sur un large éventail de sujets tel que : les prix de location, les droits des femmes, les syndicats et leurs droits, réforme de l’éducation le tout accompagné de chants pour une Révolution entendues  dans les rues la nuit dernière.

What has yet to be heard, in the protests, are calls for more democracy in the wake of the anti-democratic laws that have recently been passed. Also absent has been the Israeli-Palestinian conflict.

However, as these protest spread, and all indications are that they are going to continue – as Israel’s progressive left awakens – I suspect that all of the above issues will become represented by the protests, which are taking on a large, general « anti-Netanyahu » bent.

Deux absences à remarquer dans ces manifestations; ce sont les appels à plus de démocratie vis a vis des lois anti-démocratiques récemment passées par les élus et bien sur le conflit israëlo-palestinien.

Les manifestations sont certes un mouvement anti-Netanyahu, mais il faut admette que plus le mouvement de la gauche progressiste sera fera fort et étendu, plus il faudra compter sur l’ajout de ces sujets pour le moment absents.

 

Ces réactions de Netanyahu et d’autres responsables gouvernementaux ont servi à élargir les protestations, qui ont maintenant dépassé la question des prix des loyers pour des questions de justice sociale : droits des femmes, droits syndicaux et la réforme de l’éducation, entre autres choses…

http://www.alternet.org/newsandviews/article/639318/israel_erupts_in_protest

 

 

Des villes de tentes commencent à s’élever  à travers tout le pays et des milliers de personnes protestent désormais dans les rues contre la hausse des prix du logement et la passivité du gouvernement.

 

La centrale syndicale nationale, la Histadrout, s’est jointe aux protestataires le 27 juillet et somme le gouvernement de mettre en place, des négociations, et de fournir de véritables solutions, à la crise du logement, faute de quoi, de nouvelle protestations, sont à attendre.
Ce qui a d’abord commencé comme une petite protestation d’étudiants à Tel Aviv a rapidement pris de l’ampleur et s’est métamorphosée en un mouvement national avec des gens de tout âge et de tout niveau social.
On répertorie à présent des sites de tentes dans plus de 20 villes israéliennes, la dernière étant Netanya.
Dans cette ville, 22 tentes ont été montées. Contacté par Guysen International News, l’organisateur de ce rassemblement Shlomo Sarfati, explique qu’il souhaite agrandir ce campement et toucher la communauté francophone très présente et influente dans cette ville.
Le campement compte aujourd’hui 15 personne mais 120 autres y sont attendues.
« On espère que la communauté francophone va se joindre à notre cause car cela les concerne», explique-t-il.
Sur le plan régional, une pression constante est faite sur la mairie de Netanya, afin qu’elle arrête  d’entreprendre des projets d’appartements de 4 ou 5 pièces et qu’elle s’occuppe des étudiants et jeunes couples.
Autre symbole fort, les jardinières d’enfants et jeunes parents se sont joints  au mouvement général de protestation. Ils ont notamment prévu d’organiser une « marche des poussettes » dans plusieurs grandes villes d’Israël pour dénoncer le coût élevé des frais d’éducation.
Une autre manifestation est prévue samedi à Tel Aviv. Ce soulèvement national est en grande voix de faire tomber le gouvernement.
La grogne sociale est donc de mise en Israël. D’autant que le mouvement de grève des médecins se poursuit et que la controverse autour du prix des produits alimentaires, n’est pas éteinte.
Un durcissement du mécontentement qui tombe au plus mal pour un Benyamin Netanyahou déjà très occupé par les grands dossiers internationaux.
Signe de l’importance de cette crise, le Premier Ministre a annoncé le report de toute prise de décision définitive concernant l’attitude à adopter vis-à-vis de la Turquie quant à d’éventuelles excuses pour le raid mené l’an passé contre le Mavi Marmara. Raison officielle invoquée pour expliquer ce report : la contestation sociale.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 13:13

Voir interview compléte sur liberation

« Il y a un conflit d’intérêt majeur au sein des banques. On a vu par exemple Natixis acheter récemment de la dette grecque sur le marché secondaire (elle ne vaut pas grand chose mais rapporte beaucoup d’argent puisque les taux d’intérêt sont élevés). Natixis prend le risque que la Grèce ne rembourse pas.

Le problème c’est quand on voit dans le même temps, François Pérol, patron de Natixis et de la fédération bancaire française, faire du lobbying contre le défaut de paiement! Il joue totalement en fonction de son intérêt. Il est totalement dans la défense des positions prises par Natixis. Ce genre de chose n’a pas été assez relevé dans le débat, je trouveVoir interview sur Liberation

Les banques françaises ne veulent pas d’une taxe « dette grecque »

François Pérol estime que les banques ont « fait le job » et que les autorités européennes peuvent désormais prendre une décision en tout état de cause.

Une plainte pour «prise illégale d’intérêt» a été déposée à Paris en 2009 par une association anti-corruption contre l’ex-conseiller de l’Elysée François Pérol sur les conditions de sa nomination à la tête du groupe Caisse d’Epargne-Banque populaire.

Cela se précise pour jeudi. Les chefs d’État européens qui se réuniront à Bruxelles pour décider des modalités du deuxième plan d’aide à la Grèce, auront sur la table des propositions concrètes des banques européennes. En effet, le président de la Fédération bancaire française (FBF), François Pérol, a indiqué ce mardi que l’Institut de la finance internationale (IFI) avait proposé aux dirigeants européens un « menu d’options » pour résoudre la crise du moment, à condition que le Fonds monétaire international et le conseil européen continuent de soutenir la Grèce. « Les autorités européennes ont maintenant sur la table tous les outils pour leur permettre de répondre aux questions posées », a indiqué l’intéressé, qui cédera la présidence de la FBF à Frédéric Oudéa (Société générale) le 1er septembre prochain.

François Pérol n’a pas voulu détailler les propositions mises en avant par l’IFI malgré les questions incessantes des journalistes présents à la FBF durant le point presse. Il s’est contenté d’indiquer que les propositions des banques françaises avaient pour but de permettre à la Grèce de « bénéficier d’un financement aussi long que possible de façon à étaler la charge de la dette ». Pour lui, le problème aujourd’hui n’émane pas des banques mais bien de l’attentisme des autorités européennes, qui tardent à prendre une décision. « Le sujet est de savoir si les Européens peuvent s’entendre sur le plan de sauvetage de la Grèce. Le sujet est politique, pas technique ».

Absence de réponse claire

François Pérol apprécie très moyennement l’idée qui émerge au sein des autorités européennes d’instaurer une taxe aux banques. Celle-ci répond pour lui à une « logique étrange ». « On est en Europe, donc il est très probable que la solution au problème soit un impôt », poursuit-il en ironisant. Il ne voit pas pourquoi le secteur serait obligé de mettre au pot directement, « les banques ont eu une attitude parfaitement responsable depuis le début. Dès qu’il a été question de participation du secteur privé dans le deuxième programme d’aide à la Grèce, des propositions ont été faites par les banques. Ce qui crée de l’instabilité, c’est l’absence de réponse unique claire » des autorités européennes. Les banques l’ont d’ailleurs payé en Bourse, les françaises en tête : Société Générale Générale, Crédit Agricole et BNP Paribas ont chacune perdu entre 15% et 18% depuis le début du mois de juillet.

François Pérol s’estime malgré tout confiant sur la capacité de la zone euro à trouver une solution au problème grec « comme elle l’a déjà fait à chaque fois qu’elle s’est retrouvée face à des enjeux fondamentaux ». De plus, « la Grèce ne représente que 2,5% su PIB de l’Europe et 4% de sa dette. Le problème a donc la taille d’un problème soluble ».

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 14:52

http://mobile.agoravox.fr/actualites/economie/article/une-crise-financiere-98252

vendredi 29 juillet - par Morad EL HATTAB

Une crise financière internationale… l’orage approche

Les grandes crises financières sont précédées par des signes avant coureurs. Séparément, leur importance n’est pas déterminante, ensemble ils peuvent annoncer l’orage. 

Les crises financières sont d’abord des crises de liquidités, plus exactement de disparition des liquidités, il n’y a donc plus d’argent pour investir et les différents marchés s’assèchent, au début, cela se traduit par la hausse des taux des marchés les plus sensibles.

Or, un grand titre du Financial Times du 19 juillet 2011 annonce qu’en Europe, les émissions d’actions s’arrêtent et que les projets sont retirés. Alors, s’il n’y a plus d’émission d’actions, comment les banques européennes vont-elles pouvoir trouver des capitaux propres ?

Le fait est qu’à partir de juillet 2008, les Hedge funds (fonds de placement, souvent spéculatifs) avaient vendu à terme les actions de deux grandes banques britanniques pour les empêcher d’émettre des actions nouvelles.

Tout ceci semble sinon le sapin du moins les canots de sauvetage des Etats.

Le 20 juillet 2011, un autre article du Financial Times annonce que les émissions des obligations des sociétés européennes privées sont tombées de 40 Milliards € en mai 2011 à 18,5 Milliards € en juin et semble-t-il vers 12,3 Milliards € en juillet.

Mais l’impossibilité d’émettre des obligations s’applique aussi aux banques…

Effectivement, les marchés interbancaires connaissent un début de fièvre, l’Eurolibor à 24 heures est passé le 20 juillet 2011 à 1,1% (0,25% pour l’US Libor), cela signifie que sur les marchés européens les banques ont de moins en moins confiance entre elles, or qui mieux qu’un banquier connaît les banques ? D’ores et déjà, les banques espagnoles et italiennes ne trouvent plus de financement sur les marchés interbancaires.

Enfin, aussi bien les entreprises que les banques stockent les liquidités. En temps normal, la Banque Centrale Européenne (BCE) prête toutes les semaines 95 Milliards €, le 13 juillet 2011, ce montant est passé à 153,6 Milliards € et le 20 juillet 2011, il atteint 197,7 Milliards €…les ânes ont soif !

En apparence, tous ces événements sont assez discrets pour être peu visibles, ensemble ils annoncent l’orage aussi sûrement que lorsque les hirondelles volent en rase-motte pour attraper les moucherons qui se rapprochent du sol…la crise bancaire internationale approche !

 

Autre point d’actualité : Les Etats européens surendettés se surendettent encore plus pour aider des Etats en faillite, qui ne les rembourseront jamais…mais d’après Le Parisien du 23 juillet 2011 : « Le Plan de sauvetage de la Grèce semble – pour le moment – rassurer les marchés. Un succès dont Nicolas Sarkozy, très actif ces derniers jours, espère bien tirer profit. »…mieux : « "Beaucoup de choses ont changé hier", a dit François Baroin, Ministre français de l’Economie. "C'était un vrai rendez-vous d'histoire. Vous me permettrez de saluer la dimension, l'énergie, l'impulsion et le sens du mouvement que le président de la République a eu depuis mercredi dans ses discussions avec la chancelière (Angela Merkel) et hier avec l'ensemble des chefs d'Etat et de gouvernement." » (Reuters, 22 juillet 2011)

Point nécessaire d’ajouter la conséquence indirecte de ce plan de sauvetage pour la Grèce, soit que « l’endettement de la France augmentera de 15 milliards d’ici 2014 », a déclaré M. Fillon, le premier ministre français…effectivement, un très beau succès !

 

Après l’enthousiasme béat, un simple rappel des faits : Ce qui s’est passé depuis jeudi est très clair : les investisseurs internationaux n’ont pas du tout été rassurés par le sommet européen.

En zone euro, les dominos vont continuer à tomber : l’Italie et l’Espagne sont les prochains dominos.

Jeudi 21 juillet 2011 : réunion des chefs d’Etat et de gouvernement européens.

Vendredi 22 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne repartent à la hausse.

Lundi 25 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne sont en hausse.

Mardi 26 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne sont en hausse.

Mercredi 27 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne sont en hausse.

Italie : les taux obligataires s’envolent.

« Les taux obligataires italiens se sont de nouveau envolés mercredi 27 juillet lors de l’émission par le Trésor de 942 millions d’euros de titres à échéance dix ans, signe des inquiétudes persistantes des investisseurs, a annoncé la Banque d’Italie.

Le Trésor italien, qui a presque atteint le maximum prévu fixé à 1 milliard d’euros, a placé ces obligations à dix ans indexées sur l’inflation en zone euro à un taux de 4,07 %, contre 2,51 % lors de la dernière opération similaire le 27 mai 2011. »

(Dépêche AFP)

Et pour le journaliste économique Stefano Lepri : « La crainte d'une contagion de la crise liée à la dette italienne inquiète les responsables européens. L'avenir de l'Europe est en jeu. La crise de l'euro s'accentue. Alors que l'UE devait impérativement boucler un nouveau plan de sauvetage le 21 juillet, l'Italie, troisième économie de la zone euro, est la cible des marchés financiers. Malgré un PIB qui progresse, la croissance italienne demeure anémique et la dette atteint des records (1 900 milliards d'euros, soit 120% de son PIB). (...) Ce chaos a été déclenché par l'impression que le gouvernement italien n'était pas en mesure de réagir efficacement aux événements et que l'instabilité politique pouvait durer même après son éventuelle chute. » (La Stampa, 21 juillet 2011)

Nous voilà rassurés !

 

Morad EL HATTAB & Irving SILVERSCHMIDT

Auteurs de La Vérité sur la crise (Ed. Léo Scheer)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 11:22

Fin du voyage : le 8 octobre à Bruxelles. D'ici là ces jeunes Espagnols partis de Madrid le 26 juillet rencontreront sur les routes de France toute l'Europe indignée.

29.07.2011 | Elena Herrera 

France
Courrier international
 

"On meurt d'envie d'arriver, et on n'est même pas encore partis." Piotr Lewandowski, un Polonais de 22 ans, a perdu en janvier son emploi dans une cartonnerie espagnole. En juin, il est parti de Santander, dans le nord-ouest du pays, et a marché pendant vingt-trois jours aux côtés des "indignés" pour rejoindre Madrid. Le 26 juillet dernier, il a une nouvelle fois décidé, avec une trentaine de membres du "mouvement du 15 mai", de prendre la route jusqu'à Bruxelles. A pied. Son objectif ? Une "révolution mondiale".

"La décadence sociopolitique, économique et environnementale qui règne dans nos systèmes est un ennemi international complexe et intangible contre lequel nous devons lutter en se mobilisant en bloc." Derrière ce mot d'ordre, un groupe d'indignés a décidé d'avancer le départ de la marche vers la capitale administrative de l'Union européenne au cours d'une assemblée qui s'est tenue le 25 juillet dans le parc madrilène du Retiro. "Le 'mouvement du 15 mai' continue, nous n'avons rien à perdre", expliquaient certains d'entre eux, rassemblés par petits groupes sur la place de la Puerta del Sol avant le grand départ.

Les marcheurs ont prévu d'arriver à Bruxelles le 8 octobre pour présenter au Parlement européen leurs revendications. Ils profiteront du chemin pour "dialoguer". Ce parcours sera ainsi l’occasion d’améliorer la coordination du mouvement au niveau international et de parvenir à un cadre d'action commun.

Comme l'explique l’un des porte-parole, il s’agit de "diviser la France en terrains d'action". A chaque étape, des indignés venus de différents pays rejoindront la marche. Le 17 septembre, ils seront tous rassemblés à Paris. Les organisateurs attendent encore des confirmations d'autres indignés venus d'Italie, de Grèce, d'Allemagne, de Suisse et du Royaume-Uni. A priori, ils sont tous prêts à entreprendre ce chemin pour "porter le message du mouvement partout en Europe" et arriver simultanément à Bruxelles. Par ailleurs, un autre groupe devrait quitter Barcelone dans les jours à venir. Les deux convois se rejoindraient alors à Tours et termineraient la route ensemble.

Le jour du départ, le "mouvement du 15 mai' a largement incité ses sympathisants par l'intermédiaire des réseaux sociaux à se rendre à la Puerta del Sol pour dire au revoir aux pèlerins. Ils étaient une centaine à avoir fait le déplacement, pour les soutenir et les accompagner sur la première étape. Parmi eux, Beatriz, une jeune fille de Bilbao, assure qu'elle les rejoindra quand ils passeront par le Pays basque : "A Bruxelles, nous allons prouver que, si les gouvernements ne sont pas capables de s'unir, les peuples le peuvent."

Juste avant le départ régnait la même ambiance festive et revendicatrice qui caractérise le mouvement depuis le début. Le cri de guerre des manifestations indignées : "Du nord au sud, d'est en ouest, la lutte continue coûte que coûte !" a été repris en chœur par les participants. On a pu entendre d'autres slogans traditionnels du 'mouvement du 15 mai' du genre : "Non, non, non, ils ne nous représentent pas !" ou "Le peuple uni jamais ne sera vaincu !".

Guillermo, arrivé à Madrid à pied depuis Alcázar de San Juan (dans la province castillane de Ciudad Real [à environ 140 km de la capitale]), a rejoint lui aussi la grande marche. "Nous voulons faire passer à la société et au monde politique un message de changement et, par ce modeste symbole, montrer que rien n'est impossible."

A Bruxelles, les marcheurs indignés sont attendus par Carmen Gil, une Sévillane installée dans la capitale belge depuis deux ans. Avec d'autres membres du mouvement, elle se chargera de coordonner l'accueil des voyageurs: "Il y a beaucoup de gens, des Espagnols et des Belges, qui les attendent déjà."

commenter            
à lire également
POUR ACCEDER AUX LIENS, APPUYER SUR "Ctrl (clavier)+lien"(à droite de chaque ligne ici bas)


• Les “Indignés” marquent des points - El País
• Nouvelle mobilisation massive des "indignés" - El Periódico de Catalunya
• Les Indignés préparent d'autres manifestations - Público
• Les "indignés" dénoncent les politiques corrompus - Público
• Deux semaines d'indignation - Courrier international
• Un printemps espagnol - Courrier international
• Un signal pour toute l’Europe démocratique - Die Zeit
• Sans dirigeant, point de salut ? - La Stampa
• Ces pamphlets qui ouvrent la voie à la révolte - El País
• S’indigner pour que rien ne change - El País
• Même pas vrai !
• Populistes, indignés, même combat ? - Courrier international
• Le mouvement des "indignés" s'invite dans la campagne électorale - Público
• La “jeunesse sans avenir” dans la rue - El País
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 00:30

 

POUR VISUALISER LA VIDEO? APPUYER SUR "Ctrl" (sur votre clavier) et cliquer sur link (ci-dessous)

link

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Photos - Vidéos - Sons
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 22:09

Présentation

 

Une famille (dont un handicapé) va perdre son logement parce que le proprio a décidé de vendre et qu'en tant que handicapé, il ne peut pas obtenir de crédit bien qu'il règle son loyer sans problème depuis 15 ans.

Le projet consiste à racheter la maison au propriétaire via une SCI constituée de 3500 parts sociales à 20,00€. Une sorte de "révolution solidaire", un genre de "capitalisme populaire" en somme...
Puisqu'on en parle, autant le faire...
Et quitte à le faire, autant que ce soit du CONCRET !

Cette SCI que nous allons donc créer, il faut d'abord qu'elle soit UTILE ; et le mot UTILE prend ici tout son sens premier si l'on sait qu'à l'aide de cet "outil immobilier" nous allons nous efforcer, dans un premier temps, de faire acquisition d'un petit ensemble immobilier.
Ce petit "ensemble" ici évoqué est situé dans la région d'USSEL ; fait de solides pierres "du pays" et entouré de quelques parcelles de bois et de prés, il abrite aujourd'hui une famille qui nous est chère,... y d'ailleurs installée depuis une quinzaine d'années.
Les choses étant par nature "impermanentes", il arrive que la "Gaudinus familia" va devoir quitter les lieux qu'elle loue et ce avant le 01/12/2011 !
La raison de ce départ est simple : les propriétaires disposent d'un capital immobilier et ont donc décidé de financièrement le réaliser ; ceci est la Loi et on n'y peut mais...
Il nous est par contre possible, pour éviter l'expulsion de cette famille GAUDIN de laquelle nous nous sommes "cybernétiquement" rapprochés tout au long de ces longs mois passés, de maintenant démontrer que nous ne sommes pas QUE des théoriciens de la SOLIDARITE CITOYENNE mais que nous sommes aussi des CITOYENS "SOLIDAIREMENT" ACTIFS !
Dès lors, fi maintenant des "expériences" que, tout un chacun, nous aurions (ou avons) pu vivre ou connaître ; foin également des "commentaires" qui, le plus souvent, sont faits pour notre propre satisfaction... épistolaire : il nous faut, maintenant, nous ENGAGER pour un "pote" !


La SOLIDARITE que tous nous prônons, c'est maintenant qu'il faut que nous la mettions en oeuvre.
Et donc, pour parler CONCRET, cette SOLIDARITE se nomme à présent SCI "Solidair'home" : elle représente un Capital "Financier" de départ de 70.000€ (soit 3500 parts sociales de 20,00€ chacune). Vous achetez une part ou plusieurs et vous êtes ainsi actionnaire solidaire !

La solidarité, c'est maintenant !

Amitiés à tous !
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 22:07

 

LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ EST DE DIFFUSION MONDIALE PAR L'EMPLOI DE TOUS LES MOYENS DE COMMUNICATION QUE NOUS AVONS À NOTRE DISPOSITION.

--------------------------------------------------------------------------------------------------

 

NOUS,

PEUPLE FRANÇAIS,

PEUPLE MULTICULTUREL ET MULTIRACIAL,

EN CETTE SECONDE DÉCADE DU 21ÈME SIÈCLE,

 

                                                                           DÉCLARONS

 

1/ QUE NOUS SOMMES LE TIERS ÉTAT 

 

2/ QUE NOUS REVENDIQUONS LES DROITS INVIOLABLES DE NOTRE PEUPLE

 

3/ QUE LES CLASSES PRIVILÉGIÉES TENDENT A MÉCONNAITRE CES DROITS DEPUIS LE COMMENCEMENT DE LA FÉODALITÉ

 

4/ QU'ELLES COMMETTENT DES CRIMES CONTRE NOTRE PEUPLE

 

CE COMMUNIQUÉ DU PEUPLE FRANÇAIS EST UN AVERTISSEMENT LANCÉ CONJOINTEMENT À :

 

1/ L'ACTUEL GOUVERNEMENT FRANÇAIS QUI SE REND COUPABLE D'ABUS DE BIENS SOCIAUX ET DONC DE DÉTOURNEMENT D'ACTIFS PUBLICS APPARTENANT AU PEUPLE FRANÇAIS

 

2/ LA TROÏKA, AUX BANQUES ET AUX SOI-DISANT INVESTISSEURS, LOCAUX OU ÉTRANGERS, QUI FANTASMENT SUR LES BIENS DES CITOYENS FRANÇAIS.

 

EN CONSÉQUENCE, NOUS,

PEUPLE FRANÇAIS,

PEUPLE MULTICULTUREL ET MULTIRACIAL,

 

                                            

                            MANIFESTONS NOTRE VOLONTÉ CITOYENNE

 

Face à l’oppression et au pillage par l’oligarchie financière, le PEUPLE FRANÇAIS invoque le devoir de résistance inscrit dans sa constitution car les autorités légales, actuellement en place, sont en train de légiférer pour pouvoir procéder à la légalisation et à l'institutionnalisation dudit pillage.

 

Elles se rendent ainsi complices de l'oligarchie financière mondiale et sont par delà en train de commettre des crimes économiques contre le PEUPLE FRANÇAIS TOUT ENTIER.

 

Lesdites autorités légales commettent des fautes et des crimes et doivent donc être punies pour cela.

 

Messieurs les soi-disant représentants du peuple,

 

Le peuple est à bout.

Ne le provoquez pas.

 

Votre acharnement à poursuivre ceux que vous qualifiez aujourd'hui de fraudeurs et d'assistés sont en réalité les citoyens les plus vulnérables de notre société que vous avez volontairement précarisés tout au long de ces 20 dernières années.

 

Aujourd'hui, comme vos caisses sont vides et que votre endettement public est exponentiel, vous reproduisez un schéma que notre peuple a vécu il y a de cela maintenant 222 ans.

 

Votre actuel régime est le vivier de toutes les injustices. 

 

Lorsqu'un gouvernement décide de récupérer de la trésorerie sur le dos des plus démunis, il démontre ainsi toute son indécence, son niveau de cynisme et de persécution ainsi que son degré de complicité avec les spéculateurs.

 

Non seulement vous avez créé sciemment cette situation en soumettant  notre Nation à des organismes internationaux mais vous la détruisez en la sacrifiant à l'oligarchie financière.Soyez bien certains que vous n'êtes que les valets de cette dernière et rien de plus.

 

La France, bien que votre gouvernement prétende le contraire, enregistre 6 millions de chômeurs. De plus, 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

 

Votre  Ministère du travail présente comme « emplois durables » tous les contrats de travail de plus de 6 mois. A titre d’exemple, en mars 2011, 57 % des offres d'emplois sont des CDD d'une durée inférieure à 6 mois (Dares indicateurs n° 32, avril 2011, p. 14 publié sur le site du Ministère du travail le 27 avril 2011).

 

Les aides sociales distribuées ne coûtent que 800 millions à l’Etat français par an mais, en revanche, votre budget "Défense" atteint la somme de 45 milliards! 

 

L'Etat français, nous vous le rappelons, c'est avant tout son peuple et, par voie de conséquence, ses contribuables... Sans nous, vous n'êtes rien.

 

Même Le Figaro écrit "Une paille" ... et reconnaît « que les assistés ne nous coûtent pas cher » en se référent à toutes les personnes qui reçoivent le maigre et chiche filet de sécurité qui empêche encore la France et l’Europe occidentale de ressembler aux Etats-Unis, votre modèle de prédilection!

 

Aujourd'hui, le peuple français constate que le triste résultat de détruire les emplois et de ruiner notre pays  avec toutes vos autres dépenses inconsidérées est inacceptable et qu'il lui est impossible de cautionner de tels actes irresponsables et criminels.

 

Par conséquent, nous exigeons, en notre qualité de peuple et donc d’actionnaire majoritaire de notre Nation, que vous nous rendiez des comptes immédiatement :

 

Votre budget de guerre, officiellement dénominé « la Défense », représente 45 milliards de NOS IMPÔTS et, dans le même temps, le TPE vous oblige à faire disparaître l’arme atomique.

 

 L'actuelle dette publique de la FRANCE atteint la somme vertigineuse de 1.646.100.000,00.-€ ( Mille six cent quarante six milliards et cent millions d'euros ) et représente «approximativement»84,5% du PIB à la fin du premier trimestre 2011.

 

1- Qui vous a autorisé à bombarder les Libyens, les Afghans, à intervenir en Côte d’Ivoire et autres OPEX (opérations extérieures) ?

 

2- Qui vous a autorisé à dilapider notre trésor public (composé de NOS IMPÔTS) en bombes et en kérosène pour n'obtenir que de catastrophiques résultats ?

 

3- Qui vous autorise à conserver, voire augmenter, une force de dissuasion aussi disproportionnée qu'injustifiée et à nos frais ?

 

4- Qui vous autorise à distribuer 3 milliards d'euros d’avantages fiscaux aux enfants des riches privilégiés pour qu’ils réussissent mieux que les enfants du peuple ?

 

5- Qui vous autorise à dénaturer notre Constitution pour la convertir en une pantomime du texte original garant de nos libertés, égalités et fraternités ?

 

6- Qui vous autorise à modifier nos institutions pour quitter, recouper, restreindre et diminuer l’expression portée aux urnes de la volonté du peuple ?

 

7- Qui vous autorise à dilapider notre patrimoine public pour camoufler vos incompétences de gestion comptable et financière ?

 

8- Qui vous autorise à fermer les yeux sur l'évasion fiscale des grandes compagnies qui composent le CAC40 ?

 

9- Qui vous a autorisé à faire ces choix unilatéraux ?

 

Certainement pas le peuple.

 

Messieurs les soi-disant représentants du peuple,

 

Le peuple n'a plus de pain et n'a pas la moindre intention de grignoter des brioches !

 

Le peuple est à bout.

Ne le provoquez pas.

 

Votre gouvernement, de type dictatorial, n’est plus représentatif du peuple de ce pays car il impose des lois ou des décrets qui sont une atteinte directe aux droits fondamentaux. Avec ces lois et décrets ce même gouvernement prétend pouvoir brader les biens publics en toute impunité et mettre ainsi en péril l'avenir des citoyennes et des citoyens français.

 

Ce gouvernement n'a plus aucune légitimité et son président de la république encore moins ; sans parler des députés et des sénateurs car les décisions qui sont prises viennent directement contre la volonté de la grande majorité du peuple français.

 

Par conséquent, nous nous voyons dans l'obligation d'informer tous ceux qui veulent participer à l'annexion du  bien commun que nous ne tarderons pas à renverser ledit gouvernement par les voies légales et démocratiques ainsi que le suivant s'il poursuit dans la même voie. Les français appelleront rapidement leur gouvernement à rendre compte de ses crimes devant la nation.

 

Les signatures et les lois sont nulles et non avenues.

 

Elles ne sont pas validées par le peuple français, qui ne les reconnait pas.

 

D'autre part, nous mettons en garde tout soi-disant investisseur, afin qu’il ne lui vienne même pas à l’esprit de développer des stratégies pour s’approcher de quelque vente aux enchères de nos biens publics ou braderie de nos vies et encore moins de penser à les acquérir. Ces investisseurs perdront le bénéfice de tout ce qu’ils auront acheté en spéculant quand nous retrouverons la souveraineté de notre pays en tant que peuple de sorte que les sommes engagées pour ces achats illégitimes ne leur seront pas remboursées.

 

De même, nous les prévenons que jusqu’à ce que nous recouvrions le contrôle du pays, dans le cadre de la défense de nos droits tels qu’ils découlent de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen mais aussi des droits des peuples et des personnes reconnus internationalement, nous ferons tout ce qui est nécessaire par le biais de notre auto-organisation pour annuler en faits et en actes tous les éventuels investissements spéculatifs de ce type.

 

Qu'aucun soi-disant investisseur n’ose faire ses courses dans les biens publics soldés et les activités comme l'énergie, l'eau ou les ressources alimentaires actuellement bradées par nos gouvernants. Le peuple français recevra et traitera ces investissements illégaux comme des indemnités compensatrices qui lui permettront de reconstituer son patrimoine public légitime sans aucun droit pour les lobbys privés qui auront participé directement ou indirectement dans ces opérations frauduleuses.

 

Dans notre pays, quand le peuple se voit privé de ses libertés fondamentales et spolié de ses biens publics, ledit peuple sait donner naissance à des héros et se livre à de hauts faits de résistance.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Tracts
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 13:09

FRANCAIS

Le 15 Octobre 2011 sera une date inoubliable pour la race humaine. Ce sera la première réunion UNIVERSELLE des citoyens pour un monde meilleur.
Ce N' EST PAS une question d'idées politiques, de religion ou de philosophie.
La question est de savoir combien nous nous soucions de notre futur et du futur de la Terre.

Nous avons besoins de créatifs, monteurs vidéo, compositeurs, écrivains, spammeurs, hackers, artistes, blogueurs, orateurs, etc.. Pour promouvoir cette date et tout ce que nous allons faire à partir de ce jour là.

Que pouvez-vous faire, idées, participer:
- Parlez à vos voisins, vos amis, aux gens du bistrot, au travail.
- Envoie des e-mails et/ou des lettres à tous tes contacts.
- Utiliser Twitter, Facebook et autres réseaux sociaux.
- Écrire sur les forums, blogs, journaux, etc.
- Coller des affiches, distribuer des brochures et tracts.
- Créer des vidéos, musique, livres, articles, bandes dessinées et les diffuser.
- Sort à la rue avec un mégaphone si besoin est pour se faire entendre.
- Lors d'une assemblée ou réunion en tout genre lève une pancarte avec la date, faites-vous entendre partout.
- Changer la photo de votre profil sur les réseaux sociaux à cette date.

Le plus important de cette diffusion est d'être partout, perdre la honte et l'afficher dans les endroits les plus imaginatifs, ne vous limitez pas à le diffuser en des lieux proche de vos idéaux.

Nous ajouterons les ressources collectées à travers le monde dans n'importe quelle langue vers cette page afin que vous puissiez les exploiter.

 

ENGLISH

The date of October 15th is going to be unforgettable for the human kind. It is going to be the first UNIVERSAL citizens meeting for a better world.
It is NOT a matter of political ideas, religion or philosophy.
It’s a matter of how much we care about our future and the future of the planet.

Its need creative people, video creators, music composers, writers, spamers, hackers, artists, bloggers, speakers, etc. To promote this date and all that is going to happen further from this date.

What can be done, ideas, get involved:
- Talk with you neighbors, friends, bar people, work colleges.
- Send e-mails or letters to all your contacts.
- Use Facebook, Twiter, Tuenti, and any other social nets.
- Write on on forums, blogs, newspapers, etc.
- Stick banners, distribute pamphlets.
- Create videos, music, poems, books, comics, and spread them.
- Go out to the streets with a megaphone if necessary so they can hear you.
- Show a banner with this date on any meeting of any kind so you will be hear on every place.
-Change your photo on all your social networks for this date.

The most important part of this promotion is that it has to be every where, get rid of your shame and expose this on the most original places, do not limit yourself to post this on the friendly sites, search for other places.

We will be adding resources collected worldwide on any language into this page so you can use them.

ESPAÑOL

El 15 de Octubre del 2011 va a ser una fecha inolvidable para la raza humana. Este sera el primer encuentro UNIVERSAL de ciudadanos por un mundo mejor.
NO es un tema de ideas políticas, religión o filosofía.
El asunto es sobre cuanto nos importa nuestro futuro y el futuro de la Tierra.

Se necesita creativos, montadores de vídeos, compositores, escritores, spamers, hackers, artistas, blogers, oradores, etc. Para promover esta fecha y todo lo que vamos ha hacer que ocurra a partir de ese día.

Que puedes hacer, ideas, paticipa:
- Habla con tus vecinos, amigos, gente del bar, del trabajo.
- Envía e-mails y/o cartas a todos tus contactos.
- Utiliza twiter, facebook, tuenti, y cualquier otra red social.
- Escribe en foros, blogs, periódicos, etc.
- Pega carteles, distribuye panfletos.
- Crea vídeos, música, poemas, libros, artículos, cómics y difundelos.
- Sal a la calle con un megáfono si es necesario para que te escuchen.
- En cualquier reunión de cualquier tipo levanta una pancarta con esta fecha, que se te oiga en todas partes.
- Cambia tu foto de perfil en las redes sociales por esta fecha.

Lo mas importante de esta difusión es que ha de ser en todos los sitios, pierdan la vergüenza y expónganlas en los sitios mas imaginativos, no se limiten a exponerlas en los lugares afines a sus ideales, busca otros sitios.
Añadiremos recursos recogidos por todo el mundo en cualquier idioma a esta página para que los podáis aprovechar.
GREEK

Η ημερομηνία της 15ης Οκτωβρίου θα είναι αξέχαστη για το ανθρώπινο είδος.Πρόκειται να είναι η πρώτη παγκόσμια συνάντηση των πολιτών για ένα καλύτερο κόσμο. Δεν είναι θέμα πολιτικών ιδεών, θρησκείας ή φιλοσοφίας. Είναι θέμα του πόσο νοιαζόμαστε για το μέλλον μας και το μέλλον του πλανήτη.Χρειάζονται δημιουργικοί άνθρωποι, δημιουργοί βίντεο, συνθέτες μουσικής, συγγραφείς, spamers, hackers, καλλιτέχνες, bloggers, ομιλητές, κλπ. Για να προωθήσουμε αυτή την ημερομηνία και όλα όσα πρόκειται να συμβούν περαιτέρω από την ημερομηνία αυτή. Τι μπορεί να γίνει, ιδέες συμμετοχής: - Κάντε συζήτηση με τους γείτονές σας, τους φίλους, τους ανθρώπους στα μπαρ, στις μπιστρό, στη δουλειά.Στείλτε e-mail ή επιστολές σε όλες τις επαφές σας.Κάντε χρήση του facebook, twiter, tuenti, καθώς και άλλων κοινωνικών δικτύων. Γράψτε σε σχετικά forums, blogs, εφημερίδες, κλπ.Τοιχοκολλήστε αφίσες, κάντε διανομή ενημερώτικών εντύπων. Δημιουργήστε βίντεο, μουσική, ποιήματα, βιβλία, κόμικς, και διαδώστε τα. Βγείτε στους δρόμους με ένα μεγάφωνο εάν είναι απαραίτητο, ώστε να μπορούν να σας ακούσουν. Δείξτε ένα πανό με την εν λόγω ημερομηνία σε οποιαδήποτε συνάντηση κάθε είδους ώστε να εξακολουθήσετε να ακούγεστε σε κάθε μέρος.Αλλάξτε τη φωτογραφία σας σε όλα τα κοινωνικά σας δίκτυα για αυτή την ημερομηνία. Το πιο σημαντικό μέρος αυτής της προώθησης είναι ότι πρέπει να είναι παντού. Απαλλαγείτε από τη ντροπή σας και εκθέστε το στα πιο πρωτότυπα μέρη. Μη περιορίζετε τον εαυτό σας να στείλετε αυτό το μήνυμα σε φιλικές τοποθεσίες, αναζητήστε άλλα μερη.

 Voir l'entête complet
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Tracts
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 12:45

POUR VISUALISER CETTE VIDEO appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier + link (ci-dessous)

 

link

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Photos - Vidéos - Sons
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22