Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 13:16

La panique boursière de mercredi s'inscrit, quelles qu'en soient les causes, dans ce qu'il faut bien appeler un « krach » boursier, un krach lent, donc plus angoissant qu'un krach rapide. L'indice CAC 40 de la Bourse de Paris a perdu 20,5% depuis début août, et 33% depuis juillet.

Les « marchés » sont censés s'être « aperçus » que les dettes publiques contractées par les Etats, pour soutenir les banques (qui, par parenthèse, sont les principales animatrices des dits « marchés » ! ) en 2008, puis la conjoncture économique en 2009, seraient difficilement remboursées par les pays les plus rigoureux et sans doute jamais, par certains autres.

A cette « cause » fondamentale, se sont ajoutées , comme je l'ai exposé précédemment, le spectacle d'impuissance transatlantique des « politiques » et le « souhait » anglo-saxon de torpiller l'euro.

Mais la journée de mercredi est particulière en ce que la chute de 5% du CAC 40 était due à deux rumeurs et à une seule cause réelle, un seul « fondamental » économique.

La France perdra peut-être son triple A, mais pas immédiatement !

Première rumeur : la dégradation de la note française ! Celle-ci n'est aucunement exclue, mais, si elle doit intervenir, ce sera lors des premiers débats sur le budget 2012.

Elle interviendra si Nicolas Sarkozy refuse obstinément toute vraie hausse des recettes fiscales. Apparemment, il veut se limiter à supprimer des niches. Tout dépendra alors desquelles et des sommes qu'elles représentent.

Disons que nous avons trois à quatre semaines de répit. C'était, en tous cas, une fausse rumeur mercredi.

Les banques françaises sont exposées à la dette italienne

Avant d'évoquer la seconde rumeur, il faut exposer la seule cause réelle, fondamentale, de la chute boursière : le risque auquel sont exposées les banques françaises sur les dettes italiennes et espagnoles. Fin 2010, elles détenaient 41,1milliards € de la dette italienne et 9 milliards € de la dette espagnole.

La dette italienne représente 22% des risques-pays totaux des banques françaises, contre 9% seulement pour les banque allemandes ; la dette espagnole représente à peu près 10% des mêmes risques dans les deux pays, et, de même, la dette grecque 3%.

Les banques françaises sont donc plus exposées que les allemandes à la dette italienne, et c'est ce qui explique la baisse de leurs actions (BNP Paribas -25% depuis début août, - 9,4 % mercredi, - 1,5% jeudi 15 heures ; Crédit agricole -33% depuis début août, - 11,8 % mercredi mais + 3,57% jeudi) qui a été la principale cause de la forte chute de l'indice CAC 40 de mercredi, laquelle se poursuit, ralentie, jeudi.

Dans cette dégringolade des actions bancaires, la Société générale a été l'objet de la seconde rumeur de mercredi : selon cette rumeur, elle aurait été « au bord de la faillite ». Rumeur immédiatement démentie, mais le mal était fait ! Le cours de son action, qui a baissé de 43% depuis début août, terminait mercredi avec une perte de 14,7% et semble stabilisé jeudi.

De petits malins ont pu gagner assez gros en rachetant mercredi, revendant ce jeudi matin tôt, puis en faisant un autre « aller et retour » jeudi.

Ventes à terme et CDS sont les deux mamelles de la spéculation actuelle

Dans ces mouvements de mercredi et jeudi, qui ne sont d'ailleurs sans doute pas terminés, les deux rumeurs ont donc joué un rôle clé. L'usage généralisé d'internet en accélère considérablement la transmission. Mais sont-elles purement fortuites ?

Sincèrement , je ne le crois pas. L'usage lucratif des rumeurs est vieux comme les bourses. Tous leurs historiens savent que Nathan de Rothschild, informé avant tout le monde de la défaite de Napoléon à Waterloo le 20 juin 1815, fit courir le bruit inverse et vendit ostensiblement ses titres.

Il fut alors suivi par la majorité des autres « boursiers » londoniens, provoquant une chute de tous les cours ; il put racheter les titres en fin de séance, asseyant, dit-on la fortune des Rothschild.

Qui donc peut aujourd'hui avoir « intérêt » à ces baisses de titres, ou, parallèlement, à la diffusion des rumeurs de faillite des Etats grecs ou italiens ? Tous ceux qui, soit ont des « positions » à terme sur les titres, soit ont acheté des CDS (credit default swap) concernant les titres de dette des pays menacés.

Explications ! Si vous vendez à terme à trois mois, par exemple, un titre à 10€, cela signifie que vous devrez le livrer, dans trois mois, à l'acheteur, à ce prix. Si, entre temps, le titre a baissé, et ne « cote » plus que 8€, vous l'achetez à ce prix et gagnez d'un coup 2€. Vous avez donc tout intérêt à cette baisse.

Les CDS sont des assurances sur une faillite

Si l'emprunteur fait faillite, et si vous détenez ces CDS, vous êtes couvert. Il est donc normal que, plus la rumeur de faillite se répand, plus on paye cher pour acheter ces CDS. Si vous avez eu l'intelligence d'en acheter quelques un à 10 000€, et qu'il valent 20 000€, vous pouvez les revendre avec profit. Vous aussi avez tout intérêt à ce que la rumeur de faillite se répande.

Il ne faut pas céder à la théorie du complot. Mais il y a quand même de fortes chances pour que les rumeurs d'hier, comme celle de demain, ne soient pas tout à fait spontanées

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22