Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 12:35
 

Lundi 29 août 2011

36e étape Mehun-sur-Yèvre - Vierzon

Quatre marcheurs et un éclaireur étaient au départ à Mehun-sur-Yèvre après avoir fait un passage par le Bar de l’Horloge qui aura été d’un  grand soutien. Les marcheurs ont pu y saluer une dernière fois les personnes qui étaient venues apporter leur soutien la veille.
Après un départ tardif, une erreur d’aiguillage, les marcheurs ont longé le canal du Berry sur une bonne partie du parcours, et n’ont pratiquement pas mis un pied sur la route.
Les marcheurs ont rallié Vierzon  en fin de journée, et n’ont pas pu tenir d’assemblée populaire. Cependant, de  multiples rencontres ont  été faites dans la soirée, et les marcheurs ont été accueillis chez plusieurs vierzonnais.
Les marches espagnoles progressent toujours pour rallier Paris le 17.
La marche méditerranéenne étaient sur St Ettienne , et arrivera sur Lyon dès ce soir.
La marche meseta était à Montlieu la Garde, leur itinéraire s’établit au jour le jour.
Programme de la suite :
29/08 : Villefranche-sur-Cher, rdv 19h00 place de l’Hôtel de Ville.
30/08 : Saint Aignan, rdv 19h00 , Place des Remparts.
31/08 : Montrichard
01/09 : Amboise
02/09 : Tours

                                                                            *******************************************

 

 

28 Août- 35e étape Bourges - Mehun-sur-Yèvre

Quatre marcheurs et un éclaireur ont repris la route au matin, après une journée de repos pluvieuse mais salvatrice.          
La journée n’a pas commencé sous les meilleurs hospices. Après  le vol de la caisse commune il y a quelques jours, la série noire continue, et c’est le vélo de l’éclaireur qui a disparu pendant la nuit. La troupe perd donc un éclaireur qui devient marcheur, ce qui complique encore un peu plus l’organisation de la marche.
Une fois le petit déjeuner avalé, la mauvaise nouvelle digérée, les marcheurs se sont mis en route guidé par un berruyer  très attachant. Ce grand monsieur est venu rendre visite et aider les marcheurs durant les trois jours de présence à Bourges, nous le remercions et garderons avec nous le souvenir d’une vraie belle rencontre.
La marche a reçu la visite d’une équipe de France 3 Centre, venus rencontrer les marcheurs et faire un petit reportage. Cette rencontre a beaucoup amusé les marcheurs et a animé toute la première partie de l’étape. Après une pause déjeuner à Berry-Bouy, les marcheurs ont rapidement rallié l’arrivée à Mehun-sur-Yèvre, où le  premier contact avec la population s’est très bien passé. Les marcheurs ont reçu de leur part de quoi se restaurer, et ont reçu la visite de plusieurs d’entre eux sur le camp où les débats ont pu se poursuivre une bonne partie de la soirée.
Programme de demain :
Vierzon : rdv entre 19h00 et 20h00 place Aristide Briand.
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 12:16

spaanserevolutie

In March on Brussels on 28 August 2011 at 21:03
Montlieu la Garde, August 28.
Day 34 of the March on Brussels. From St. Vincent de Paul, 42 km.

 

Dear people,

Up until now I have limited myself to walking the march and documenting it. I haven’t been active in it’s organisation. I waited until the march was such a mess that people came to me to ask if I wanted to play a role. So yesterday evening we sat in McDonald’s, the only place where we found access to internet, and we were plotting. The internal assembly isn’t working, so the idea surfaced to form a junta and to take things into our own hands. Nothing outside the principles of the movement of course, because there exists a concept called ‘liberty of action’, and you can stretch it as far as you like.

Wake up call in St. Vincent de Paul

This morning it turned out it wasn’t necessary to take far reaching measures. Something had changed overnight. As if we all felt that something had to be done, discipline had returned, and the marching spirit came with it. In retrospect I think the rain we experienced in Bordeaux had helped a lot. Instead of turning the march into a disaster, it brought us together. Apart from that the menace of rain scared away the hippies, and that’s a good thing. The people who remained were determined to bring this march to a good end.

Crossing the bridge

We departed around eight this morning. The route we fixed the evening before was the longest up to date, marathon length. We arrived twelve hours after we left. We went in group, all the way. Almost everyone joined in, the supply along the route worked out perfectly, and despite the crazy length it was a great walk.

First thing we crossed the Dordogne in the mist, and while we walked the bridge, the fog lifted, the sun came out, and the East bank appeared in all its beauty. It was a good sign. We will reach Paris, we will reach Brussels, and we will be strong. After all, we are the arrowpoint of the revolution, and we are conscious of that.

Fog lifting over the Dordogne

It’s a great adventure, dear people. Long marches have been undertaken before, both military and civil. But we are different. We don’t have a leader, everything is self organised. We are anarchism in practice, and we’re proving it can work. Not only in an acampada, but also in a march, with all the practical and social problems it brings.

Today we brought a map, and that was a fabulous improvement. We took the old abbandoned roads and while we’re starting to make headway into central France, we are discovering a parallel infrastructure that leads through a phantom country.

Ever since the motorways were built, the small villages of France have been languishing. There was a time that all the traffic came through these villages. The bars and the taverns flourished. Now you can hardly recognise the old signboards bleached by the sun. The windows are blinded, the roofs fall apart. There isn’t a living soul on the streets and you can walk for miles without ever encountering a car.

Through the vineyards

The last part of our walk leads through the pine forests. The road goes on and on. But today the moral is stronger than the fatigue. The supply car brings us a hot meal in the middle of the woods. It brings us safely home.

Anonymous

Comrade Cubano

We arrive just before sunset in Montlieu. Most of the tourists seem to have gone home. Once again, we are the March on Brussels, and today we showed character. I am proud of my revolutionary brothers and sisters.

Afternoon light

Losing Time

In March on Brussels on 27 August 2011 at 21:01

St. Vincent de Paul, August 27

Day 33 of the March on Brussels. From Bordeaux, 18 km.

 

Dear people,

Today we had a little stroll through the sleepy suburbs of Bordeaux on the right bank of the Gironde. It was a ridiculously short leg, considering the distance we have to cover to get to Paris. I have the impression that the route commission is improvising and losing time. We are going to have to do something about this.

Crossing the Gironde

Still we enjoyed the walk. With four comrades we seceded from the group that was following the national road and we went village hopping up to today’s stop on the left bank of the Dordogne river. The rain only briefly interupted us. On our way we encountered a military dump store and we considered renting a tank. It would be an excellent support vehicle. But as comrade Perro rightly commented, there is a slight possibility that it will be misinterpreted. If we arrive in Brussels with a tank then maybe people won’t take our claim of being pacifists very seriously.

Yesterday evening I received a lesson from one of the hard core walkers, comrade Abdullah, the Methusalem of the march. “You think you’re documenting this march, but I have the idea that you are reasoning with your feet. Don’t you have eyes in your head? Don’t you see what’s happening?”

He gave me his analysis of the first few days in France, and why it went wrong, according to him. In Bayonne the few people that received us had put their hopes on this march. We were their heroes, the Spanish indignados. We had made a real change all over Spain, and now we were coming to France. When they saw that we lost hours and hours in an internal assembly trying to decide if we should deploy our tents or not they were a bit disillusioned. I remember that scene. The police had forbidden us to camp, but some of us wanted to make a statement. The rest just went to sleep under the stars. Very late at night the few people that remained in the assembly decided to camp. But as they didn’t want to wake up the rest, they desisted.

French Bluesmobile

In Tyrosse, the next leg, Abdullah claimed that we lost the support of the French intellectuals and the civil society. The assembly that evening was visited by many people from social organisations and unions. They came to offer their support. Bluntly, and a bit arrogantly, we explained to them that we do not associate with any organisation, only with individuals. They could have helped us with organisation, diffusion and logistics, because the civic associations are very well organised in France. Abdullah denounced a leaping lack in sense of strategy within our movement, and I fear he is right.

Pirate kitchen

The result was that on our third leg, in Dax, we were received, under a bridge, by the local marginados. Because the fact of the matter is that many of the French indignados are people at the margin of society. People from the street, junkies, outcasts of all kind. The middle classes don’t want to be associated with them. Also the creative class of educated twenty-somes, which form the backbone of the movement in Spain, are fearful of embracing the movement because of the bad image of the remaining indignés.

 

Abdullah is worried about the remainder of the march and the direction that things are taking. Me too. We are picking up more and more ‘tourist of the revolution’ that come camping along with their hippie vans, turning the march into a kind of travelling circus.


“I have been talking to people here. And if I find a right opportunity, I might just take it.” Abdullah wants to create a social community of people willing to work towards a common goal. “I’m 63 years old, and I think the time has come for me to start thinking about what I want to do with my life. Some people already start worrying about that when they’re twenty. Can you imagine?!”

 

I really like the old man. It would be a shame to lose him, but in the end, each of us has to follow his own road, and this march is only one short leg of life in which we’re walking together.

Comrade Abdullah

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 20:05

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nos vidéos
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 16:00
Le Premier ministre est particulièrement attendu après l’incident du 9 août, qui a vu l’évacuation de gravats radioactifs vers une carrière de Pérouges / Archives Joël Philippon

 

Le Premier ministre est particulièrement attendu après l’incident du 9 août, qui a vu l’évacuation de gravats radioactifs vers une carrière de Pérouges / Archives Joël Philippon

  Saint-Vulbas. C’est désormais officiel, le Premier ministre visitera la centrale

On en sait un peu plus sur le déplacement de François Fillon dans l’Ain, prévu lundi. Le Premier ministre visitera la centrale nucléaire du Bugey en compagnie de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie et du Développement durable, et d’Éric Besson, ministre chargé de l’Industrie et de l’Énergie. « Pour un déplacement sur le thème de la sûreté nucléaire », précise le communiqué de Matignon.

François Fillon et les deux ministres sont attendus à 10 h 50 à Saint-Vulbas, par hélicoptère. Avant de visiter la centrale, Alain Litaudon, le directeur du site, leur exposera le dispositif de sécurité. Puis André-Claude Lacoste, président de l’Autorité de sûreté nucléaire, généralisera le propos aux équipements nucléaires français.

Des interventions particulièrement attendues après l’incident du mardi 9 août, qui a vu l’évacuation de gravats radioactifs vers une carrière de Pérouges. Certes les matériaux étaient très faiblement contaminés, mais ce transport allait à l’encontre de toutes les procédures de sécurité. Pour l’heure, aucune explication n’a été avancée. Pas plus qu’en ce qui concerne l’origine de cette radioactivité.

Le Premier ministre sera-t-il en mesure de répondre aux questions relatives à cet incident ? Il se voudra certainement rassurant sur le cas d’espèces, comme sur la sûreté des installations nucléaires françaises en général.

Au lendemain de l’accident de la centrale japonaise de Fukushima, le gouvernement avait engagé un contrôle de l’ensemble des sites tout en précisant que le nucléaire français était « l’un des plus sûrs » au monde.

Loin de remettre en cause la politique énergétique hexagonale, Nicolas Sarkozy a réaffirmé, au début de l’été, l’engagement de la France dans l’atome. Le président de la République avait même annoncé que l’État allait investir un milliard d’euros dans la filière. À contre-courant des autres pays européens, la France compte s’engager dans le nucléaire de 4 e génération.

  Frédérick Macé
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 15:36

Slovar sur Marianne2

L'annonce « tonitruante » de taxe exceptionnelle sur les plus riches a permis au gouvernement de ne pas s'étendre sur le relèvement important de la taxe sur les contrats santé des mutuelles et compagnies d'assurances. Décryptage d'une décision lourde de conséquences !



La santé des français principale victime du plan d'austérité gouvernemental ?

 

En termes de solidarité face à la dette, François Fillon s'avère être le digne héritier de Joseph Caillaux ministre des finances de Clémenceau qui déclarait : « Faites payer les pauvres ! Bien sûr, les riches ont la capacité de supporter des impôts plus lourds, mais les pauvres sont tellement plus nombreux »

Et oui, entre créer une nouvelle tranche d'impôts sur les plus riches d'entre nous et taxer un peu plus la santé de tous les français, le gouvernement n'a pas eu la moindre hésitation. En effet, écrit Viva Presse : « (...) La « taxe sur les riches » rapportera 200 millions d’euros, alors que la nouvelle taxation brutale des garanties santé qui touchera l’ensemble des Français, s’élèvera à 1,2 milliards d’euros (...) »

On peut trouver trace de cette décision dans le communiqué publié sur le portail du gouvernement sous forme de deux petites lignes : « Suppression de l'exonération partielle de taxe spéciale sur les conventions d'assurance pour les contrats solidaires et responsables »

C'est à dire ?

Jusqu'à présent, l'état appliquait : « une fiscalité différente en fonction des caractéristiques de la complémentaires santé afin de rendre cohérente sa politique de maitrise des dépenses de santé (...) » Cette fiscalité s"appliquait aux : contrats de complémentaire santé solidaires et responsables

Définition : « L'organisme assureur ne doit recueillir aucune information médicale auprès de l'assuré, les cotisations ou les primes ne sont pas fixées en fonction de l'état de santé de l'assuré l'assureur doit respecter l'esprit du parcours de soin, notamment en ne remboursant pas les franchises, la part du ticket modérateur majoré ou les dépassements d'honoraires des spécialistes consultés en dehors du parcours de soin. le contrat doit intégrer certains remboursements minimum tels que le Ticket Modérateur sur les consultations, la pharmacie, les actes techniques ou le forfait hospitalier. il doit prendre en charge deux actes de prévention parmi une liste définie le 8 juin 2006 (conformément à l'article R 871-2 du code de la Sécurité sociale) » Définition complète sur le site Devis Mutuelle

Ce type de contrat qui couvre aujourd'hui plus de 90% des assurés avait déjà subit le 1 janvier 2011, un prélèvement de 3,5%. Ce qui avait permis à l'état d'empocher 1,1 milliard d'euros. Or, le gouvernement vient de décider de le porter à ... 7% !

Coût de l'opération chiffré par la Mutualité Française : « (...) Tous comptes faits, cette nouvelle taxe coûtera donc 2,2 milliards aux complémentaires santés dès 2012 et donc aux ménages (...) » qui précise que : « (...) la simple augmentation de cette taxation et l'évolution que l'on connait des dépenses de santé laissent présager des augmentations au minimum de l'ordre de 5% (...) »

De son côté, L’Unocam, qui réunit toutes les familles de l’assurance ( mutuelles d’assurance, compagnies, bancassureurs, institutions de prévoyance) intervenant dans le domaine de la santé, on explique clairement l'impact de cette mesure sur les assurés : « (...) Compte tenu de l’ampleur de la hausse, les assureurs n’auront, en effet, pas d’autres choix que de la répercuter sur leurs tarifs (...) Et l'Unocam de préciser : Cette mesure (...) a été prise sans concertation, ni même information préalable et va ainsi renchérir considérablement le coût de la santé, peser sur le pouvoir d’achat des familles et des classes moyennes, et donc constituer pour certains un frein supplémentaire à l’accès aux soins. »

On notera au passage que la taxation et donc le renchérissement des complémentaires santé est une spécialité du gouvernement puisque : Avec la taxe CMU portée à 6,27% en 2010 et une TSCA (taxe sur les cotisations d’assurance) à 7%, la fiscalité des contrats responsables va atteindre… 13,27% !

Plus grave, nous dit La Mutualité Française : « (...) La taxation quasi uniforme des garanties complémentaire santé ne permettra plus de valoriser les contrats solidaires et responsables, accentuant ainsi la dérégulation et l’exclusion par la sélection des risques (...) »

Traduction : En perdant cet avantage fiscal, les assureurs et mutualistes vont progressivement se remettre à sélectionner les « bon profils » au travers de questionnaires de santé qui élimineront impitoyablement les plus fragiles d'entre nous. Ceux-ci n'ayant plus, comme seul recours que les urgences des hôpitaux, tout en présentant des pathologies beaucoup plus lourdes !

Pour les autres, entre les franchises médicales, les dépassements d'honoraires et les déremboursements, et la taxation accrue des complémentaires santé, la seule question qui mérite d'être posée, est celle de Philippe Mixe, le président de la Fédération nationale indépendante des mutuelles (FNIM), « la santé ne serait-elle donc plus un produit de première nécessité ? » Avec ce gouvernement, il est clair que la réponse est non !

Crédit photo
FlickR CC - Ma Gali 

 

Vendredi 26 Août 2011
J-C Slovar
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 11:57

page0001-copie-2

 

Pour agrandir l'image, cliquer dessus

Pour revenir sur l'article, cliquer sur la flèche que vous utilisez en général pour reculer d'une page

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 11:56

page0004

 

Pour agrandir cliquer sur l'image 

Pour revenir sur l'article, cliquer sur la flèche que vous utilisez en général pour reculer d'une page

 

 

page0003

 

Pour agrandir cliquer sur l'image 

Pour revenir sur l'article, cliquer sur la flèche la que vous utilisez en général pour reculer d'une page

 

page0001

page0002

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 11:23

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Comprendre la dette
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 09:45

Agoravox

 

Saviez-vous qu’en ce moment même, des Indignés parcouraient l’Europe à pied, défendant une autre conception de la démocratie, différente de celle du simulacre dans laquelle nous vivons ? J'ai décidé de les rejoindre, pour quelques jours... 

Vous avez surement entendu parlé du mouvement des Indignés, né en Espagne le 15 mai dernier, qui depuis résonne dans toute l’Europe sur fond d’une profonde et complexe crise économique, et d’une prise de conscience des limites du modèle démocratique occidental.

Partie prenante en dilettante de la mouvance parisienne du mouvement du 15M, ou des Indignés, j’ai profité de mes courtes vacances pour aller rejoindre la Marche partie de Barcelone le 8 août dernier, histoire d’en savoir un peu plus sur la version contemporaine d’un mode de protestation historique, et aujourd’hui passé de mode.

Comment j’en suis arrivé là ?

Mes premiers pas dans la Révolution citoyenne, je les faisais alors que je n’en avais même pas encore pas encore conscience. C’est lorsque, au rythme de rencontres, de lectures et de cours d’université, je me suis mis à aller plus loin que les postulats, évènements et les faits qui nous sont assénés chaque jour par un flux continu d’informations dont les sources sont, la majeure partie du temps, biaisées de façon inconsciente ou idéologiques, que j’ai commencé à développer un esprit critique et engagé politiquement, malgré moi.

Une bien longue phrase pour décrire une partie de la complexité du processus qui fait passer l’individu « mouton » (ou Madame Michu, selon les publicitaires…), au statut de citoyen conscientisé. Les dogmes de notre société actuelle tendent à faire paraître ces ces homo-politicus comme au mieux de doux rêveurs caressant des utopies, ou pire, les prennent pour des esprits subversifs constamment en opposition, révolutionnaires, qui ne chercheraient qu’à détruire le système actuel, sans offrir de solution viable. TINA (There is no alternative) en quelque sorte. Circulez, il n’y a rien à voir…

Pourquoi diable devrait-on se charger du fardeau de la pensée dominante, et se retenir de poser des questions pertinentes, qui ne trouvent aucun écho dans la sphère politico-médiatique ? Si les médias ne remplissent plus leur rôle, à savoir de diffuser des informations complètes, vérifiées, ainsi que non amputées ou dénaturées ; d‘être le dernier rempart de la démocratie face aux influences politiques et économiques en somme, n’est-il pas nécessaire de développer de nouvelles stratégies et modes de pensée ?

Qui et que reste-t-il alors au citoyen pour assurer sa défense ? Grossièrement, et en n’oubliant pas ceux qui défendent encore le droit à l’information : ses pairs, la rue et la toile.

Concernant l’échelle des masses, penser que tout le monde pourrait être actif politiquement, au sens du militantisme serait irraisonné. Par contre, il est probable qu’une partie de la population ne soit pas encore résignée, et caresse des espoirs de jours meilleurs, tout en étant convaincu que cela resterait irréalisable. Tout le monde ne peut être humaniste certes, mais peut être serait-il temps d’objectiver les dégâts et les dérives de notre société afin de faire un constat sans appel : nous ne vivons pas en démocratie. La conscience de cet enjeu doit appeler à remettre en question les dogmes qui régissent notre vie, notre habitus dirait Bourdieu, afin d’apposer un regard nouveau sur le monde dans lequel nous vivons.

Quant à Internet, même s’il n’est pas le Saint Graal (et oui, certains y passent leur temps à… perdre leur temps, se divertissent, entretiennent leurs fantasmes…) permet pourtant à un nombre infiniment plus grand de citoyens cherchant l’information d’y accéder presque librement, et par la même, devenir des citoyens-journalistes, à des échelles bien sûr variées. Faut-il voir le spectre d’Internet dans les mouvements qui secouent le monde ? Tous les pays qui voient certaines parties de leur population se soulever n’ont pas la même utilisation d’Internet, cela serait à voir au cas par cas. Me concernant, je suis en tout cas bel et bien un enfant de la Révolution par Internet. L’aurais-je été autrement ? Impossible de répondre…

 Après un bref aperçu de ce qui m’a mené à être sensible au mouvement du 15M, qui dans sa globalité, cherche à redonner plus de pouvoir au peuple, et à lui donner les moyens de s’armer politiquement, afin qu’il ne soit non plus figurant d’un monde sur lequel il n’a presque aucune emprise, mais qu’il devienne un groupe dont la collaboration, et la compréhension des différents enjeux, se feraient sous le sigle de la transparence.

Quelques mois après avoir observé le mouvement depuis Londres, je suis finalement revenu sur la terre ferme et j’ai pu voir les Indignés français d’un peu plus près. Ma première expérience avec eux a été plutôt curieuse... Je comptais les rejoindre à l’Hôtel de Ville pour assister à une de leurs AG, afin d’en savoir un peu plus sur ce qui se tramait, et puis j’ai été témoin d’une chose qui m’a paru complètement incrédule, moi, petit novice dans la vie militante : la répression policière. Alors que nous souhaitions simplement discuter entre citoyens, la police a finalement arrêté 127 personnes devant le Parvis Notre-Dame, où nous avions décidé de nous déplacer. Dites vous que c’est tout de même étrange de se retrouver dans le parking sombre d’un commissariat pour un contrôle d’identité, pour avoir voulu s’informer et partager des idées.

Des semaines, soit des séances de travail, des commissions, des débats, et quelques querelles plus tard, j’appris qu’une marche internationale partaient des foyers d’indignés, pour une escapade européenne vers Bruxelles. Mes vacances pour cause de chômage technique approchant, je décidai de partir rejoindre l’une de ses ramifications.

En route pour Barcelone ! Puis Bruxelles…

Alors que je pensais rejoindre la Marcha Meseta, je pris finalement la décision d’aller à la rencontre de la Marcha Mediterranea qui partait le lundi 8 de Barcelone, bien plus commode à rejoindre en auto-stop depuis Paris. J’ai donc eu mon premier contact avec eux à Mataro, le mardi 9 août.

Au départ, je me suis dit : « Pfff, ils ne sont que 17, j’aurai dû aller à l’autre marche ! ». Et puis les heures passants, je me retrouva bien vite absorbé par la petite famille de la Marcha Mediterranea. Quelle chance de voir une organisation de ce genre à ses balbutiements ! Voir ses erreurs, ses hésitations, mais aussi son sens de la débrouillardise et de la créativité à l’œuvre, fût extrêmement enrichissant. Je ne vais pas vous conter les querelles internes et autres broutilles, mais plutôt le quotidien de cette marche, et ce qu’elle est en train d’accomplir.

Chaque jour, une distance de marche entre 20 et 35km est à accomplir. Une voiture de soutien logistique – lorsqu’il y en a une… - transportera vêtements, tentes et nourriture jusqu’au point d’arrivée. Et marcher ces distances sous le soleil catalan n’est pas de tout repos ! Peu importe, les marcheurs savent pourquoi ils sont là, je m’étonne même de n’entendre presque aucun gémissement. Moi qui fut scout dans le passé, j’ai encore le souvenir des pleureuses aux ampoules !

Levé 5h ou 6h, selon la distance à parcourir (les horaires du matin étant les plus précieuses pour éviter de subir trop longtemps la hargne du soleil catalan, il est nécessaire de partir tôt !). L’heure d’arrivée dépendra de notamment de comment aura été géré l’itinéraire, ou encore du nombre de villages visités pour mener des actions, discuter avec les habitants, donner rendez-vous à l’assemblée populaire du soir, ou encore récupérer de la nourriture.

Le groupe fonctionne en auto-gestion, c’est à dire qu’il est plus ou moins indépendant de tout infrastructure extérieure. La nourriture nous est soit fournie par des Indignados locaux qui nous reçoivent dans les villes qui se trouvent sur notre chemin, soit nous la récupérons nous-mêmes en allant voir les commerçants qui nous font don de leurs invendus, produits périmés etc, ou encore, nous récupérons divers aliments dans divers endroits (poubelles des marchés, champs…), bref, la débrouille. Une des seules nécessité pécuniaire étant celle du carburant pour la/les voitures d’appoint. Là, des spectacles peuvent être donnés dans la rue, des quêtes organisées, des petits objets confectionnés et vendus ou bien, les marcheurs mettent la main à la poche, lorsque c’est matériellement possible pour eux. 

Car la population des marcheurs est tout de même assez spécifique. Elle nécessite que l'on ai du temps à consacrer à cette cause. On retrouve donc des chômeurs, mais aussi des étudiants, des retraités, mais aussi des personnes ayant pris des congés simplement pour accompagner la marche quelques jours, ou quelques semaines... L'important étant d'en être, rien qu'un peu !

Pourquoi faire au juste ?

Le but affiché de la marche, est donc de rallier Bruxelles à pied le 8 octobre, afin de protester devant le parlement Européen, et de présenter des doléances récoltées le long du périple (ce qui n’est pas sans rappeler 1789…). Car soyons clairs, les marcheurs s’accordent sur un fait : peu ont un réel espoir que les choses changeront le 8 octobre à Bruxelles, par contre, ce qui est important, c’est de semer des graines le long de leur chemin, de marquer le territoire par leur passage. Aller à la rencontre des gens, leur parler, les écouter… C’est pour cela que chaque soir, des Assemblées Populaires sont organisées dans les villes et villages dans lesquels les marcheurs résident pour un soir, afin d’informer sur le mouvement du 15M, la marche, mais aussi pour parler d’actualité économique, politique ou de sujets sociaux. Les locaux nous confient leurs problèmes, nous encouragent, parfois nous questionnent sur nos intentions. Si le peuple espagnol était assez réceptif (parce que fortement touché par la crise, et parce que le mouvement des Indignés y a eu une important plus significative qu’ailleurs, et plus couverte médiatiquement), il y a évidemment des sceptiques, ou bien des individus opposés à cette initiative.

 Certains assument leur opposition en nous taxant d’irréalistes, d’autres ne croient en rien d’autre que l’individualisme ou au libéralisme économique comme porte de sortie de la crise. Peut être… Il n’empêche que l’opportunité qui s’offre à nous aujourd’hui est à saisir, et que la laisser filer serait la pire des erreurs. A l’heure où le système dans lequel nous vivons montre ses limites d’une façon criante, il faut avoir une sacrée poutre dans l’œil pour refuser de faire le constat amer de notre mode de vie…

Eloignées du modèle classique des cortèges de syndicats qui se cantonnent bien sagement aux itinéraires et aux horaires de manifestations, les marches continuent aujourd’hui leur inexorable progression vers Bruxelles, et ont plus que jamais besoin de vous. Besoin de votre soutien, aussi bien intellectuel que matériel, mais aussi et surtout, de votre contact. Si elles passent près de chez vous, allez donc y faire un tour, vous serez surpris ! Personnelement, j'en suis ressorti grandit, c'est bien difficile de revenir à une vie normale après ça... 

Grand rendez-vous à Paris le 17 septembre

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 09:44

spaanserevolutie

Four Seasons in a Day

In March on Brussels on 26 August 2011 at 22:57

Bordeaux, August 26

Day 32 of the March on Brussels. From Leagnon, 20 km.

 

Dear people,

Wet weather is becoming an increasing menace. This morning for the first time we woke up and found it was raining. It was late, yet again, when we woke up. After we had breakfast in the barn, the rain still hadn’t stopped. It meant that the tourists and the sunday walkers would definitely wait for transport on four wheels to Bordeaux. Still, we left with a significant group of walkers and we did the walk together, cheerfully.

Through the vineyards towards Bordeaux, under the watchful eye of the gendarmerie

The Gendarmerie escorted us for the first part, through the vineyards. They had come to our camping site in the morning to inform us. Like the Guardia Civil in Spain, they are friendly and helpful.

 

The wet weather came and went today. Sun and rain and wind and clouds all substituted one and other, often in a matter of minutes, giving us hardly the time to adapt our outfit.

Entering the city

When we arrived in Bordeaux we found the police well prepared, nervous, and a little scared as well. We were escorted by two vans, one car and three motorcycles, not counting the undercover officers. It was a bit exagerated. Our group was small, but loud. We sang our slogans in French and Spanish, even though strangely there wasn’t a single Frenchman among us when we reached Place de la Victoire.

They were all in the square, though not very numerous. After Bayonne and Dax I stopped expecting anything from the cities here in France, so it wasn’t a surprise to me. Many of the people who received us were middle aged and elderly lefties. There were maybe a dozen people from the indignés Bordeaux.

The nicest thing of the welcoming ceremony in Bordeaux was the French cheese and the wine. After that we all went together, French and Spanish, to have a little manifestation through the center of the city.

It was happy and colourful. The tourists and the locals looked on curiously from the terraces as the rain gave us a break. Only the police looked worried. Counting all the vehicles in the side streets I think there were more police officers on duty than indignados protesting. They sealed off the city hall with a cordon of officers with riot gear at hand, as if they expected that we were going to storm the place. Instead, we sat down, and we raised our hands. “These are our arms! These are our arms!”

Police cordon at City Hall

Collective embrace

 

They walked along with us all the way, in uniform, and in civilian outfit, talking nervously into their walkie talkies. Only when the protest ended in the Place de San Michel they left us alone to eat lunch.

 

Place San Michel is the place at the heart of the old working class neighbourhood in the center of the city where the indignados from Bordeaux tried to start an acampada in late May. The police moved in immediately, there was a small battle, and the square had to be abbandoned. The French government has quelled the indignado movement right at the beginning. If it had been able to create lasting acampadas, the movement could have gone up to another level. But for now, it was the end of it. There are not many active indignados left in Bordeaux. Not for the moment. It could be they are on holiday.

'We are going slowly, because we're going far.'

After lunch it started to rain again, and the gathering dispersed. People retreated to the camping site along the Garonne or into the little pubs around the square.

 

We made it up to Bordeaux, dear friends, and we will go on. But we have no idea of how and what, or even where. The only sure thing is that the next big city will be Poitiers and we should get there in little over a week. We don’t have a fixed route yet, but rumours say it’s going to be hell. The distances will be longer and longer. And as for the weather, we really have been lucky so far. But looking up at the dark clouds floating over the clock towers of Bordeaux, I realise that we could soon be out of luck.

'Nothing stops a people on the march'

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22