Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 16:11

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Emancipation

En Syrie, une expérience de démocratie directe, égalitaire et multiconfessionnelle tient tête à l’Etat islamique

par

 

 

 

Les médias occidentaux relaient abondamment les décapitations, les appels au meurtre et les exactions perpétrés par Daech, le pseudo « Etat islamique ». Pourtant, face à cette barbarie, les populations kurdes, arabes ou yézidis de la région de Rojava, au nord de la Syrie, mettent en oeuvre un autre modèle de société, émancipateur, égalitaire, multiconfessionnel, et très démocratique. Une expérience qui pourrait même servir d’inspiration pour ramener la paix dans la région. En attendant, les Kurdes et leurs voisins combattent pour défendre cette utopie concrète, sans véritable soutien international. Entretien avec des chercheurs et activistes qui en reviennent.

Photo : © Michalis Karagiannis

 

Les raisons d’espérer sont rares en provenance de Syrie. Mais en janvier 2015, le monde découvre, ébahi, les images de femmes kurdes en treillis qui participent à la résistance puis à la libération de la ville syrienne de Kobané. Un mouvement démocratique et anti-patriarcal vient de défaire les forces ultra-réactionnaires de l’État islamique, victorieuses ailleurs. Deux modèles de société radicalement différents se font face. Car le Kurdistan syrien fait l’expérience depuis 2011 d’une révolution démocratique inédite.

Assez vite débarrassé des forces du régime de Bachar el-Assad, le mouvement de libération kurde y a développé une organisation politique basée sur la démocratie directe, l’organisation en communes et la libération des femmes. Malgré la guerre, les attaques de l’État islamique (EI), l’embargo turc, sur fond d’indifférence de la communauté internationale, la région poursuit la mise en pratique de ce confédéralisme démocratique, un modèle de société multiconfessionnelle et multi-ethnique, sans État, pour l’émancipation de tous. Entretien avec Ercan Ayboğa et Michael Knapp, co-auteurs de Revolution in Rojava, ouvrage d’enquête militante sur cette révolution en cours au milieu du chaos syrien.

 

Basta ! : Ce qui se passe depuis 2011 dans la région syrienne de Rojava (au nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie), représente-t-il le contre-modèle absolu de la violence de l’État islamique ?

Ercan Ayboğa [1] : L’État islamique représente la ligne la plus réactionnaire qui existe aujourd’hui et en Syrie et au Moyen Orient, plus réactionnaire encore qu’Al-Qaïda, et le pôle le plus opposé au mouvement de Rojava. Il y a d’un côté le modèle de société de Rojava, une démarche démocratique et émancipatrice, et de l’autre, l’EI, extrêmement réactionnaire, hiérarchique, misogyne, absolument anti-démocratique, violent, et qui exploite les populations.

Michael Knapp : Rojava ressemble évidemment à une antithèse de l’EI. Mais c’est beaucoup plus profond. L’EI est aussi l’expression du jeu des forces présentes au Moyen Orient. Rétrospectivement, vu de l’Occident, on peut avoir l’impression que le mouvement de Rojava est né en opposition à l’EI. Mais en fait, c’est plutôt l’EI qui a été renforcé par des puissances comme la Turquie, entre autres pour détruire ce projet de Rojava.

 

Comment le projet démocratique du mouvement kurde s’est-il mis en place en Syrie, malgré la guerre civile ? Un compromis a-t-il dû être passé avec le régime de Bachar el-Assad ?

Michael Knapp : Quand la guerre civile a commencé en Syrie, le mouvement kurde n’a pas voulu s’allier à l’opposition. Il soutenait bien évidemment l’opposition démocratique, celle qui misait sur une sortie de crise politique et pas sur une escalade de la violence. Mais il voyait aussi que les forces d’opposition étaient soutenues par la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar et les pays occidentaux. C’est pour ça que le mouvement kurde a décidé de prendre une troisième voie.

Du point de vue militaire, les forces combattantes d’autodéfense kurdes sont allées encercler les casernes du régime et leur ont dit : soit vous partez, soit on vous combat. Souvent, les soldats du régime se sont retirés relativement pacifiquement, pensant que les forces kurdes n’allaient pas combattre aux côtés de l’Armée syrienne libre. Le régime a donc préféré poster ses soldats ailleurs. Même s’il y a eu des combats autour des puits de pétrole. C’est dans ce vacuum que le modèle de Rojava a pu prendre naissance.

Les membres de la coalition nationale syrienne et de l’armée syrienne libre reprochent parfois aux structures d’auto-organisation de la région de collaborer avec le régime. Mais il faut comprendre que le mouvement kurde suit un principe d’autodéfense légitime et de primat de la politique civile. Cela veut dire qu’aussi longtemps qu’on n’est pas attaqué, il faut tout résoudre politiquement. C’est aussi la politique suivie par la guérilla du Nord-Kurdistan (Kurdistan turc).

 

Comment s’organise maintenant la vie politique dans la région ?

Michael Knapp : C’est complexe et dynamique à la fois. L’organisation s’adapte aux besoins. Les assemblées des conseils sont le moteur de tout. Il y a plusieurs niveaux de conseils : de rue, de quartier, de la ville… Chaque niveau envoie ensuite des représentants dans les structures du niveau supérieur : des conseils de rue aux conseils de quartiers, des conseils de quartiers aux conseils des villes, puis vers les conseils des cantons et jusqu’au conseil populaire de Rojava. Les communautés s’organisent aussi en commissions à ces différentes niveaux, pour la sécurité, l’économie, la justice…

Les commissions forment comme des ministères au niveau de la région. Les conseils sont toujours doubles, avec un conseil mixte et un conseil des femmes. Le conseil des femmes a droit de veto. Et dans tous les conseils mixtes, il y a une règle de parité, un quota de 40 % au moins pour chaque genre, et le principe d’une double direction, élue, avec une femme et un homme. Si dans une ville, il y a une communauté yézidie ou des communautés arabes, par exemple, ils ont aussi droit à une co-présidence dans les conseils. On a donc souvent une présidence de conseil triple voire quadruple.

Parallèlement aux conseils, il existe un parlement, parce qu’il y a encore des gens qui sont membres de partis et qui doivent aussi pouvoir s’organiser et être représentés. Dans ce parlement, il y a les partis, mais une partie des sièges sont réservés à des organisations de la société civile, associations de défense des droits de l’homme, de la communauté yézidie… Malheureusement, il n’a pas encore été possible de tenir des élections au niveau de toute la région pour désigner par le vote les membres de ce Parlement, à cause de la guerre.

 

D’où vient ce modèle de l’auto-organisation et de confédération démocratique ?

Ercan Ayboğa : Des structures d’auto-organisation communalistes sont nées au Nord-Kurdistan, en Turquie, en 2007-2008. Ces expériences se sont ensuite transmises à Rojava à partir de 2011. Le projet de confédération lui-même vient du KCK (Union des communautés du Kurdistan), une branche du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) créée en 2005. L’idée était de démocratiser le mouvement de libération kurde, de s’éloigner d’une structure de parti pour aller vers un mouvement porté par la société toute entière. Le mouvement a profité des héritages historiques comme la Commune de Paris (1871), mais surtout du mouvement zapatiste au Mexique. Avant, le PKK avait une démarche marxiste-léniniste. Le parti a lancé des discussions sur le « confédéralisme » démocratique au début des années 2000.

 

L’écologie joue-t-elle un rôle dans ce mouvement ?

Michael Knapp : L’écologie en est un point central. Pour développer le projet du confédéralisme démocratique, Öcalan (le leader du PKK, emprisonné en Turquie depuis 1999) s’est saisi du principe de l’écologie sociale du militant américain Murray Bookchin. Avec l’idée que le capitalisme est un système qui conduit à la destruction de la planète, et qu’il faut donc construire une économie basée sur une production régionale, écologique et décentralisée.

 

Quelles sont les structures d’émancipation des femmes à Rojava, à côté des conseils de femmes et des brigades féminines des forces d’auto-défense ?

Ercan Ayboğa : Dans chaque ville, il y a une maison des femmes. C’est un centre politique, mais aussi un centre de conseil, avec des séminaires, des cours, du soutien. Il y a aussi de nombreuses coopératives de femmes, des boulangeries, des coopératives textiles, de produits laitiers…

Michael Knapp : Le mouvement de libération des femmes profite aussi aux autres communautés, par exemple aux communautés suryoyes (chrétiens) et arabes. Sur la zone près de la frontière irakienne, il y avait des groupes arabes très conservateurs mais qui sont entrés en conflit avec l’EI et ont demandé aux unités kurdes des les aider à s’en libérer. Du coup, beaucoup se sont joints au mouvement. J’ai vu des unités de formations de ces hommes. Il ne s’agissait pas seulement de savoir-faire militaire, mais aussi de discussions sur les droits des femmes et sur la démocratie directe.

Nous avons aussi rencontré des jeunes femmes des communautés arabes qui ont rallié les forces combattantes d’autodéfense [2]. Elles nous ont dit qu’il y a deux ans, elles ne sortaient pas de leur maison, et maintenant, elles protègent la frontière les armes à la main. Ce modèle de confédéralisme démocratique n’est pas identitaire. C’est pour ça qu’on peut espérer qu’à plus grande échelle, il puisse aussi représenter un modèle de résolution des conflits ailleurs au Moyen Orient.

 

Comment s’organise l’économie ?

Michael Knapp : C’est très difficile notamment à cause de l’embargo imposé par la Turquie. Dans le canton de Jazirah par exemple [La région de Rojava a été découpée en trois cantons : Kobané, Jazirah et Afrin, ndlr] il y a, comme ressources, du pétrole et des céréales. Mais il n’y a pas de raffinerie et presque pas de moulins. Nous avons vu des silos assez pleins pour nourrir toute la Syrie pendant dix ans. Mais les céréales ne peuvent pas être transformés sur place. Une économie collectivisée se développe pourtant, avec des coopératives, qui raffinent, comme elles peuvent, le pétrole, des coopératives agricoles…

Ercan Ayboğa : Les coopératives jouent un rôle toujours plus important à Rojava. Elles sont soutenues par les conseils. Mais l’économie privée est aussi possible, ce n’est pas interdit.

 

Le mouvement reçoit-il des soutiens de l’étranger, du Kurdistan turc, irakien, ou de la communauté internationale ?

Ercan Ayboğa : Il y a quelques médicaments et des outils qui arrivent du Nord-Kurdistan, en Turquie. Mais la Turquie ne laisse passer que peu de choses. Le soutien du Nord-Kurdistan reste néanmoins très important. Les administrations auto-organisées du Nord-Kurdistan soutiennent vraiment Rojava. La ville de Diyarbakir a par exemple envoyé à Kobané des machines de construction, des ingénieurs, un soutien technique. Mais pas officiellement. Sinon, de l’aide arrive d’ailleurs, d’ONG, mais c’est très peu. La communauté internationale dit qu’elle a besoin de l’autorisation du gouvernement syrien pour envoyer de l’aide vers Rojava. Mais les gens à Rojava attendent évidemment plus de soutien international parce qu’ils considèrent qu’ils combattent pour l’ensemble du monde démocratique.

Michael Knapp : Rojava n’a presque pas de moyens financiers, et ne reçoit pas d’aide humanitaire. La communauté internationale dit que le problème, c’est que ce n’est pas un État. Manifestement, aux yeux de la communauté internationale, le système d’auto-organisation de Rojava n’a pas à être soutenu.

 

Pourtant, les forces combattantes kurdes d’autodéfense ont à leur actifs plusieurs succès militaires contre le pseudo État islamique...

Michael Knapp : Dans ces forces d’autodéfense, les gens combattent pour survivre, pour des convictions, et pour un projet de société. Certains ont longtemps combattu au Nord-Kurdistan auparavant. Ils ont déjà beaucoup d’expérience militaire. Mais leur armement est vraiment modeste, en comparaison à celui de l’EI par exemple.

Recueilli par Rachel Knaebel

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Syrie Ils réagissent
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 18:34

 

Source : http://cadtm.org

 

 

Les chaises des banques place Flagey se font la malle pour la transition écologique...

17 novembre par Collectif « qui vole qui ? »

 

 

 

 

Où est passé l’argent pour la transition écologique ? …

Ce n’est clairement pas ce genre de questions que vont se poser les dirigeants et autres experts réunis en décembre à la COP 21 à Paris pour, prétendument, lutter contre les changements climatiques. Des bruxellois-e-s ont donc décidé de l’imposer à l’agenda !

S’inscrivant dans le cadre d’un appel international qui invite « des citoyen.ne.s à réquisitionner 196 chaises d’ici à la COP 21, dans les agences des banques les plus implantées dans les paradis fiscaux », une soixantaine de personnes ont réquisitionné ce matin du mobilier des agences de Belfius, ING et BNP Paribas-Fortis Place Flagey à Bruxelles.

 

... Dans les paradis fiscaux :

Les banques jouent un rôle clé dans l’évasion fiscale, une pratique désastreuse qui prive la collectivité de ressources essentielles au financement des biens communs tels que l’éducation, la santé, les transports, le logement, la lutte contre les changements climatiques et la transition écologique en général. Rien qu’en Europe, les pertes liées à la fraude et à l’évasion fiscales s’élèvent à plus de 1000 milliards d’euros chaque année (selon la Commission Européenne) |1|.

En 2011, les groupes bancaires actifs en Belgique détenaient pas moins de 1.639 filiales dans des paradis fiscaux exotiques ou européens |2|. Parmi elles, le groupe BNP Paribas qui comptait 283 filiales, le groupe KBC 163 |3|, le groupe ING 27 et le groupe Belfius - aujourd’hui détenu à 100 % par l’État belge – qui en possédait 16.

 

... Dans les énergies fossiles :

BNP Paribas (par exemple) a annoncé mettre au rang de ses priorités le financement de la transition énergétique et fait partie des sponsors officiels de la COP 21.

Ces exercices de communication cachent le fait que ces banques soutiennent massivement les énergies fossiles (parmi d’autres activités écologiquement nuisibles, comme la déforestation).

 


voir : http://www.fairfin.be/over-fairfin/...


 

Des faucheurs et faucheuses de chaises à Bruxelles !

Au lieu de financer notre transition écologique et sociale, les banques nous lèguent dettes et austérité. Et alors que les États belge et néerlandais possèdent |4| tout ou parties de ces institutions financières, ils n’exercent absolument pas leur droit de regard sur les activités qu’elles mènent. Il est plus que temps de placer ces banques sous contrôle populaire afin de les empêcher de nous nuire et d’enfin récupérer ces outils qui doivent être au service de toutes et tous !

Pour répondre à la menace grave et imminente que représentent les négociations (ou plutôt, les tractations) sur le climat, on n’a pas fini de voir des chaises de banques se promener ! Tant que les banques ne seront pas mises au pas, tant que nos soi-disant représentants appliqueront la politique de la chaise vide lorsqu’il s’agit de prendre les décisions nécessaires au maintien de la vie, l’adage des faucheurs et faucheuses de chaises restera de mise : « On reviendra chercher le reste... » |5|


VIDÉO (à venir)

Click

Crédit : Collectif Krasnyi Crédit : Collectif Krasnyi Crédit : Collectif Krasnyi Crédit : Collectif Krasnyi Crédit : Collectif Krasnyi Crédit : Collectif Krasnyi Crédit : Collectif Krasnyi Crédit : Collectif Krasnyi Crédit : Collectif Krasnyi

 

 

Notes

|1| Source : Réseau Financité, « L’évasion fiscale vit-elle ses dernières heures ? », 2013, https://www.financite.be/sites/defa...

|2| En sachant que ce chiffre était probablement sous-estimé puisque fondé sur des données incomplètes. Source : http://pechesbancaires.eu/fourberie...

|3| Malheureusement il ne se trouve pas d’agence KBC place Flagey. Pour autant, que cette dernière ne s’inquiète pas, nous pensons à elle.

|4| Ou ont possédé, dans le cas de l’État hollandais et d’ING (jusque fin 2014).

|5| Voir : http://www.zintv.org/Action-BNP-Par...

Autres articles en français de Collectif « qui vole qui ? » (1)

Saisie mobilière chez BNP Paribas Fortis en Belgique : « ceci est un début de réappropriation ! »

20 février, par Collectif « qui vole qui ? »

 

 

Source : http://cadtm.org

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 18:29

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

Dans le métro parisien, des nez rouges contre la peur

17 novembre 2015 / Lorène Lavocat (Reporterre)

 

 

 

Ils descendent dans le métro parisien affublés du nez rouge caractéristique. Les clowns de la compagnie Solstice vont à la rencontre des voyageurs pour « provoquer l’ouverture » des cœurs et des visages. Depuis les attentats de vendredi, croiser leur chemin aide aussi à conjurer la peur.

« Bonsoir Madame, je m’appelle Saucisse, j’ai passé une belle journée et je vous aime. » Dans le métro parisien, hier soir, des sourires s’esquissent. Un monsieur aux yeux bleus pétillants et aux cheveux grisonnants vient d’entrer dans la rame, station Hôtel-de-Ville. Avec lui, deux comparses, tous dotés d’un attribut étrange : un nez rouge.

JPEG - 137.7 ko
Daniel : « Bonjour, je m’appelle Saucisse »

Ils serrent les mains, entonnent « Mon beau sapin, roi des forêts », offrent des ballons en forme de cœur. Bref, ils distribuent de l’amour. Daniel, Guillaume et Angélina se rendent régulièrement dans les souterrains de la capitale pour dérider les passagers et « provoquer l’ouverture ».

JPEG - 145.3 ko
Angélina, qui travaille à Reporterre, offre des sourires aux voyageurs

Mais ce lundi soir est particulier. Plusieurs clowns assidus ont renoncé à venir, « à cause des événements de vendredi ». Sur la ligne 1, direction La Défense, les visages sont fermés et les regards fixés sur les écrans des téléphones. « C’est difficile d’entrer en relation avec les autres, car je me sens moi-même très affectée », explique Angélina. « Les énergies sont vers le bas », confirme Daniel, comédien et consultant en maïeutique, « l’art d’accoucher de soi-même ».

 

« Merci, c’est super ce que vous faites »

Convaincu que rire est un besoin aussi essentiel que manger ou respirer, il cherche à « rendre visible l’amour ». Sa compagnie se nomme [Solstice->http://compagnie-solstice.net/stagesrire.htm) et propose aussi des stages de yoga du rire. Ses outils ? Un nez rouge, quelques respirations profondes, un sourire « naturel » et des mots simples. « Dire bonjour et bonsoir aux inconnus, c’est du savoir-être que nous avons perdu, c’est s’adresser à l’humanité qui est en chacun de nous. »...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 18:14

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

Des jeunes Mexicains font reculer la destruction d’une forêt à Cancun

16 novembre 2015

 

113 jeunes écologistes au Mexique ont réussi à faire suspendre de façon permanente le développement d’un projet immobilier de 69 hectares à Cancún, qui aurait anéanti une grande partie d’une forêt de mangroves, projet contre lequel les écologistes locaux se battent depuis vingt ans en vain.

En septembre, ces enfants militants, faisant valoir leur droit constitutionnel à un environnement sain, ont intenté un procès pour arrêter la construction du projet de 900 millions de dollars qui aurait bétonné la mangrove. Le 4 novembre 2015, un juge a accordé aux enfants plaignants de suspendre définitivement le projet , mais a jugé que les enfants devraient payer une caution de 21 millions de pesos (environ 1,2 million de dollars étatsuniens) pour compenser les pertes des développeurs. Leurs avocats tentent de convaincre le tribunal que la caution ne devrait pas appliquer aux mineurs.

- Source : Quartz

 

 

Source : http://www.reporterre.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Ailleurs dans le monde
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 18:50

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

« Monsieur le Président, vous êtes tombé dans le piège ! »

L'auteur et historien David Van Reybrouck.

David Van Reybrouck, d’expression néerlandaise, est l’auteur de nombreux ouvrages dont Congo, une histoire, pour lequel il a reçu en 2012, notamment, le prix Médicis Essai. L’écrivain et historien interpelle le président français sur le champ lexical guerrier de son discours, samedi 14 novembre, lendemain des attentats qui ont endeuillé Paris. Et sur la surenchère que cela pourrait entraîner.

 

Monsieur le Président,

Le choix extraordinairement irréfléchi de la terminologie que vous avez utilisée dans votre discours de samedi après-midi [14 novembre 2015], où vous répétiez qu’il s’agissait d’un « crime de guerre » perpétré par « une armée terroriste » m’a interpellé. Vous avez dit littéralement :

« Ce qui s’est produit hier à Paris et à Saint-Denis, près du Stade de France, est un acte de guerre et, face à la guerre, le pays doit prendre les décisions appropriées. C’est un acte de guerre qui a été commis par une armée terroriste, Daech, une armée de terroristes, contre la France, contre les valeurs que nous défendons partout dans le monde, contre ce que nous sommes, un pays libre qui parle à l’ensemble de la planète. C’est un acte de guerre qui a été préparé, organisé, planifié de l’extérieur et avec des complicités intérieures que l’enquête fera découvrir. C’est un acte de barbarie absolue. »

Si je souscris pleinement à la dernière phrase, force est de constater que le reste de votre discours est la répétition angoissante et presque mot à mot de celui que George W. Bush a tenu devant le Congrès américain peu après les attentats du 11-Septembre : « Des ennemis de la liberté ont commis un acte de guerre contre notre pays. »

Les conséquences de ces paroles historiques sont connues. Un chef d’Etat qui qualifie un événement d’« acte de guerre » se doit d’y réagir, et de rendre coup pour coup. Cela a conduit M. Bush à l’invasion de l’Afghanistan, ce qui était encore admissible parce que le régime avait offert asile à Al-Qaida. Même l’ONU avait approuvé. S’en est suivi alors l’invasion totalement démente de l’Irak, sans mandat de l’ONU, pour la seule raison que les Etats-Unis soupçonnaient que ce pays détenait des armes de destruction massive. A tort, s’est-il avéré, mais cette invasion a conduit à l’entière déstabilisation de la région, qui se prolonge jusqu’à aujourd’hui.

Le départ des troupes américaines en 2011 a laissé le pays dans une vacance du pouvoir. Et c’est peu après, lorsque, dans le sillage du « printemps arabe », une guerre civile a éclaté dans le pays voisin, que l’on a pu constater à quel point l’invasion militaire américaine avait été pernicieuse. Dans le nord-ouest de l’Irak déraciné et l’est de la Syrie déchirée, entre l’armée gouvernementale et l’Armée syrienne libre, assez d’espace s’était manifestement créé pour que se lève un troisième grand acteur : l’Etat islamique, ou Daech.

Bref, sans l’invasion idiote de Bush en Irak, il n’aurait jamais été question de Daech. C’est par millions que nous avons manifesté contre cette guerre en 2003, moi aussi, et la désapprobation était universelle. Et nous avions raison. Cela, non pas parce que nous étions capables de prédire l’avenir, nous n’étions pas clairvoyants à ce point. Mais nous en sommes pleinement conscients aujourd’hui : ce qui s’est passé dans la nuit de vendredi à Paris est une conséquence indirecte de la rhétorique de guerre que votre collègue Bush a employée en septembre 2001.

Et pourtant, que faites-vous ? Comment réagissez-vous moins de vingt-quatre heures après les attentats ? En employant la même terminologie que votre homologue américain de l’époque ! Et sur le même ton, bonté divine !

Vous êtes tombé dans le panneau, et vous l’avez fait les yeux grands ouverts. Vous êtes tombé dans le panneau, Monsieur le Président, parce que vous sentez l’haleine chaude de faucons tels que Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen vous brûler la nuque. Et vous avez depuis si longtemps la réputation d’être un faible. Vous êtes tombé dans le panneau. Des élections se préparent en France, elles auront lieu les 6 et 13 décembre, ce ne sont que des élections régionales, mais, après ces attentats, elles seront placées sous le signe de la sécurité nationale, à n’en point douter. Vous êtes tombé dans le panneau à pieds joints, parce que vous avez fait mot pour mot ce que les terroristes espéraient de vous : une déclaration de guerre. Vous avez accepté leur invitation au djihad avec enthousiasme. Mais cette réponse, que vous avez voulue ferme, fait courir le risque monstrueux d’accélérer encore la spirale de la violence. Je ne la trouve pas judicieuse.

Vous parlez d’une « armée terroriste ». Pour commencer, rien de tel n’existe. C’est une contradictio in terminis. Une « armée terroriste », c’est un peu comme pratiquer un régime boulimique. Des pays et des groupes peuvent avoir des armées ; s’ils ne parviennent pas à en former, ils peuvent opter pour le terrorisme, c’est-à-dire pour des actions ponctuelles dont l’impact psychologique est maximal, au lieu d’un déploiement structurel de forces militaires avec des ambitions géopolitiques.

Mais une armée, dites-vous ? Soyons clairs : jusqu’ici, nous ignorons si les auteurs des faits sont des combattants syriens revenus ou envoyés. Nous ne savons pas si les attentats ont été tramés au sein du « califat » ou dans les banlieues et « quartiers ». Et bien que certains indices laissent supposer qu’il s’agit d’un plan global émanant de la Syrie (la quasi-simultanéité de l’attentat-suicide au Liban et de l’attaque éventuelle d’un avion russe), force est de constater que le communiqué de Daech est venu bien tard, et qu’il ne contient pas d’autres éléments que ceux qui circulaient déjà sur Internet. Ne serait-il pas question de coordination ou de récupération ?

Pour autant que l’on sache, il pourrait s’agir d’individus incontrôlés, sans doute pour la plupart des citoyens français revenus de Syrie : ils y ont appris à manier des armes et des explosifs, s’y sont immergés dans une idéologie totalitaire, cryptothéologique, et s’y sont familiarisés aux opérations militaires. Ils sont devenus des monstres, tous autant qu’ils sont. Mais ils ne sont pas une « armée ».

Le communiqué de Daech glorifait les « lieux soigneusement choisis » des attentats, vos propres services soulignaient le professionnalisme de leurs auteurs : sur ce point, remarquons que vous parlez la même langue. Mais qu’en est-il, en réalité ? Les trois hommes qui se sont rendus au Stade de France où vous assistiez à un match amical de football de la France contre l’Allemagne semblent plutôt être des amateurs. Ils voulaient sans doute pénétrer dans l’enceinte pour commettre un attentat contre vous, c’est fort possible. Mais celui qui se fait sauter à proximité d’un McDonald’s et n’entraîne « qu’une » victime dans sa mort est un bien piètre terroriste. Qui ne fait « que » quatre morts avec trois attentats-suicides, alors qu’un peu plus tard une masse humaine de 80 000 personnes sort de l’enceinte, est un bon à rien. Qui veut décimer le public d’une salle avec quatre complices sans bloquer les issues de secours n’est pas un génie de la stratégie. Qui s’embarque dans une voiture et mitraille des citoyens innocents et sans armes attablés aux terrasses n’est pas un militaire formé à la tactique, mais un lâche, un enfoiré, un individu totalement dévoyé qui a lié son sort à d’autres individus du même acabit. Une meute de loups solitaires, ça existe aussi.

Votre analyse d’une « armée terroriste » n’est pas probante. Le terme que vous avez employé, « acte de guerre » est extraordinairement tendancieux, même si cette rhétorique belliqueuse a été reprise sans honte aucune par Mark Rutte [premier ministre] aux Pays-Bas et par Jan Jambon [ministre de l’intérieur] en Belgique. Vos tentatives de calmer la nation menacent la sécurité du monde. Votre recours à un vocabulaire énergique ne signale que la faiblesse.

Il existe d’autres formes de fermeté que le langage de la guerre. Immédiatement après les attentats en Norvège, le premier ministre Jens Stoltenberg a plaidé dans détours pour « plus de démocratie, plus d’ouverture, plus de participation ». Votre discours fait référence à la liberté. Il aurait aussi pu parler des deux autres valeurs de la République française : l’égalité et la fraternité. Il me semble que nous en avons plus besoin en ce moment que de votre douteuse rhétorique de guerre.

Traduit du néerlandais par Monique Nagielkopf

 

 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 18:10

 

Source : http://orientxxi.info

 

 

Pour combattre le djihadisme, moins de bombes et plus de politique

 

 

 

La principale réponse apportée aujourd’hui au djihadisme consiste à perpétuer ce qui l’a provoqué. L’Occident mésestime les fondements politiques de la violence « islamique » exercée contre lui et soutient des régimes qui l’instrumentalisent pour se maintenir en place. La France s’enferme dans cet aveuglement. Face aux attentats qu’elle subit, elle refuse la part de responsabilité de sa politique étrangère et la renvoie vers sa population musulmane.

 

Les organisations djihadistes sunnites (aucun équivalent n’existe chez les chiites) ne sont pas une génération spontanée, consubstantielle à l’islam, mais une extension violente de l’islam politique apparu au début du XXe siècle avec les Frères musulmans en Égypte. Le mot d’ordre «  l’islam est la solution  »   Al-islam howa al-hal  ») de ces derniers était alors une réponse à l’agression politique et culturelle de l’Occident. Il offrait l’alternative d’un retour aux référents islamiques dans un monde musulman laïcisé depuis la suppression en 1924 du califat par la Turquie kémaliste. Le mouvement s’opposait aux États nationaux construits sur le modèle occidental, contraire au principe supranational de l’oumma, la communauté des croyants. Sa répression par les régimes nationalistes postcoloniaux a fait basculer certains de ses acteurs dans le djihadisme  ; ainsi, en Égypte, de Sayyid Qutb sous la présidence de Gamal Abdel Nasser et d’Ayman Al-Zawahiri sous celles des successeurs du Raïs, Anouar El-Sadate et Hosni Moubarak.

En Arabie saoudite, Oussama Ben Laden de retour d’Afghanistan se «  révolte  » en 1990 contre l’acceptation par la monarchie wahhabite du déploiement de l’armée américaine sur le «  sol sacré  » de La Mecque et Médine. En Irak, les groupes djihadistes apparaissent après 2003 en réaction à l’occupation américaine. En Algérie, ils naissent de l’annulation, fin 1991 par l’armée, des élections législatives favorables au Front islamique du salut (FIS). Les groupes algériens, repoussés vers le Sahel après une décennie de guerre civile, se sont par la suite alliés avec les mouvements identitaires touareg réprimés par les États sahéliens soutenus par la France et les États-Unis.

Enfin, bien sûr, il y a la création par la force de l’État d’Israël par et avec le soutien de l’Occident. L’appui indéfectible qu’apportent la plupart des États occidentaux au gouvernement israélien, malgré ses guerres meurtrières et sa colonisation croissante des territoires occupés, nourrit en permanence le ressentiment arabe et musulman contre «  les successeurs des Croisés  ». Et ce ressentiment est accru par l’assimilation de mouvements de résistance comme le Hamas à des groupes terroristes, par Israël et l’Occident.

L’État islamique en Irak et au Levant, «  enfant  » de l’invasion de l’Irak par les États-Unis et de la guerre civile en Syrie, marque une nouvelle évolution du djihadisme qui va bien au-delà du terrorisme. Il recrée un «  État  » territorial devant être purifié, siège d’un nouveau califat qui efface les frontières tracées par les puissances coloniales au lendemain de la première guerre mondiale. Il pousse au paroxysme le principe de l’idéal islamique blessé, le sentiment d’injustice subie et l’esprit de vengeance.

 

Instrumentaliser le confessionnalisme

À ces moteurs du djihadisme s’ajoute l’instrumentalisation des appartenances confessionnelles par des régimes du Proche-Orient, du Maghreb et jusqu’au Pakistan, dans leurs différends régionaux. En Syrie, l’Arabie saoudite et le Qatar ont favorisé l’émergence des groupes armés d’obédience salafiste et Frères musulmans. Ils ont accompagné ce faisant la confessionnalisation de la rébellion orchestrée par le régime de Damas pour décrédibiliser l’opposition, qui était au départ supra-confessionnelle. Ils ont ainsi aidé Bachar Al-Assad à faire le lit des factions djihadistes Front al-Nosra et organisation de l’État islamique (OEI) au détriment des composantes non islamistes.

Les exemples de connivences d’États avec les groupes djihadistes ne manquent pas. Al-Assad se sert de l’invasion du territoire syrien par l’OEI — qu’il s’est gardé d’attaquer —, pour «  démontrer  » le caractère terroriste de la révolution. Dix ans auparavant, ce même régime offrait un refuge complaisant aux djihadistes qui combattaient l’occupation américaine en Irak. Le Pakistan a pour sa part soutenu et aidé les talibans dans les années 1990 à prendre le pouvoir en Afghanistan — talibans qui ont ensuite accueilli Oussama Ben Laden. Quant au Yémen, lors de la guerre civile de 1994, le président Ali Abdallah Saleh a utilisé des djihadistes anciens d’Afghanistan pour combattre avec son armée la tentative de sécession du sud du Yémen. Puis, devant se ranger du côté des États-Unis au lendemain du 11 septembre 2001, il n’a lutté que très sélectivement contre les précurseurs d’Al-Qaida au Yémen, allant jusqu’à faire «  évader  » certains d’entre eux de ses prisons en 2005. En Algérie, dans les années 1990, le pouvoir a manipulé des composantes des groupes islamistes armés pour servir ses intérêts et discréditer leur combat, y compris dans les attentats qui ont frappé la France en 1995. Et au Liban, Damas s’est également servi ces dernières années de groupuscules djihadistes pour défendre ses intérêts, tandis que l’Arabie saoudite y a fait de même contre l’influence iranienne.

La liste est longue de l’instrumentalisation du djihadisme par des États. Ceux-ci se trouvent être en majorité des régimes alliés de l’Occident ou qui ont voulu se poser comme tels : Algérie, Arabie saoudite, Qatar, Yémen, Pakistan, Syrie. Sans ces agissements pour des intérêts propres à chacun, l’étendue du terrorisme dit «  islamique  » serait certainement plus circonscrite.

 

La désastreuse «  guerre contre le terrorisme  »

Les États–Unis, suivis par leurs alliés européens, mènent une «  guerre contre le terrorisme  » depuis bientôt quinze ans. De l’Afghanistan, elle a été étendue à l’Irak, au Yémen, à la Somalie, aux pays du Sahel et à la Syrie. Aujourd’hui c’est la Libye qui est sur la sellette.

Loin d’«  assécher  » le djihadisme, cette guerre l’a densifié, a multiplié ses foyers. Le mode d’action militaire n’est pas remis en cause alors que ses fréquents «  dégâts collatéraux  » attisent la haine à l’égard de ceux qui bombardent. Cette «  guerre  » s’attaque aux effets et non aux causes. Personne ne songe à fonder cette lutte sur les données aux origines du djihadisme ni sur celles qui le perpétuent, pas plus que ne sont vraiment remis en cause ces «  alliés  » qui instrumentalisent le djihadisme ou qui en font le lit. Les pressions sur l’Arabie saoudite, le Qatar ou la Turquie, lorsqu’il y en a, sont insuffisantes ou trop timorées. Les États-Unis et l’Europe ont quasiment laissé agir leurs alliés régionaux, comme en Syrie où le principal soutien concret à la rébellion a été celui de ces acteurs régionaux, concourant ainsi à la prédominance des groupes islamistes et djihadistes. Et les Occidentaux reprochent aux rebelles encore «  modérés  », très affaiblis, leur coordination sur le terrain avec le Front al-Nosra.

 

Les choix politiques erronés de la France

Le soutien de l’Occident à des régimes autoritaires qui se posaient en remparts contre le djihadisme, a entretenu ce qui avait provoqué ce dernier face à la répression des régimes nationalistes postcoloniaux. Cette politique est renouvelée avec le nouveau pouvoir égyptien. Le maréchal Abdel Fattah Al-Sissi a en effet lancé son armée contre les djihadistes du Sinaï. Les actions terroristes se sont multipliées en Égypte depuis son coup d’État — soutenu par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis — contre le premier président égyptien démocratiquement élu, mais qui était Frère musulman.

En en faisant le premier acquéreur du Rafale, la France cautionne un régime emblématique de la répression et de l’étouffement chez lui du printemps 2011 et qui amalgame sciemment tous ses opposants intérieurs à des terroristes, qu’ils soient Frères musulmans ou laïcs. Moins d’un mois après les attentats de début janvier à Paris, c’est un message tout sauf neutre de la part de la France. Le terrorisme dit «  islamique  » n’est pas né du Printemps arabe ni de l’effondrement des régimes de Zine El-Abidine ben Ali, Hosni Moubarak ou Mouammar Kadhafi. Le respect de l’arrivée au pouvoir dans la légalité d’acteurs de l’islam politique, comme les Frères musulmans en Égypte, aurait sans doute été plus efficace pour le contrer sur le terrain politique.

La France, comme d’autres pays occidentaux, est en outre aveuglée par la recherche frénétique de débouchés commerciaux, ce qui lui lie les mains à l’égard de ses clients. On habille ainsi les succès de vente d’armements par des arguments politiques sur mesure. Le contrat Rafale en Égypte — pays qui possède déjà plus de 200 F16 — est justifié par les «  menaces qui existent autour de ce pays  » (François Hollande) et parce que «  La France et l’Égypte mènent un combat commun contre le terrorisme  » (Jean-Yves le Drian).

À l’instar de la mondialisation économique, nous pouvons parler d’une mondialisation politique. Dès lors, notre comportement en politique étrangère se répercute sur notre situation intérieure de par les composantes de la population nationale. En France, la réponse aux attentats des 7 et 9 janvier 2015 perpétrés par de jeunes Français musulmans, est de vouloir transformer l’islam en France en un «  islam de France  » pour combattre toute radicalisation. Opposée au communautarisme, la France a décidé de mieux structurer celui des Français musulmans. Le gouvernement s’attache à réformer leurs institutions représentatives et se penche sur les critères de choix et de formation des imams. C’est à peu près la démarche que pratiquent depuis des années les régimes arabes autoritaires pour empêcher toute contestation intérieure au nom de l’islam : contrôler les mosquées, trier et «  mouler  » les imams (souvent recrutés en accord avec des pays comme l’Algérie, le Maroc ou la Turquie  !), contrôler les prêches. Cela n’a jamais empêché dans ces pays les déviances radicales, et cela ne les empêchera pas davantage en France, car ces mesures ne s’attaquent qu’à un support de la radicalisation et non à ses causes, qui ne sont pas religieuses.

On refuse de voir la responsabilité de notre politique étrangère et de la poursuite de ses errements. On continue à se lier avec des régimes discutables, souvent au nom d’intérêts purement commerciaux. On continue à soutenir indéfectiblement Israël, même lorsque celui-ci fait sciemment des centaines de morts civils à Gaza. Au lieu de remettre à plat la politique étrangère, on stigmatise encore un peu plus les Français musulmans. Pour analyser et combattre les replis identitaires et la radicalisation, on se focalise sur leurs vecteurs socio-économiques et sociologiques, mais pas sur leurs causes. On cite la pauvreté, les ghettos de banlieue, la non-intégration et une mauvaise lecture du Coran. On se leurre en pensant qu’une réforme de l’islam en France et son encadrement plus serré pourraient contribuer à immuniser la France contre de nouveaux attentats. On refuse obstinément de voir que le vrai problème de fond est avant tout politique.

Les acteurs du djihadisme comme Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef de l’OEI, ne cherchent qu’à nous enfermer davantage dans un cercle vicieux à leur profit. La France s’y précipite avec une politique réactive de court terme, sans voir qu’elle sert finalement le discours mobilisateur de ceux qu’elle prétend abattre.

 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Economie et social
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 17:35

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Attentats de Paris : reculer sur nos libertés, ce serait capituler

La logique de "guerre", martelée par Hollande, ne doit faire oublier que la lutte contre Daesch passe avant tout par la défense de nos valeurs: liberté, ouverture, non-discrimination, respect de la vie privée, présomption d’innocence. 

 

15 novembre 2015, fleurs et bougies devant le Carillon, bar du 10e, victime de l'attaque terroriste du 13 novembre à Paris. (AFP / BERTRAND GUAY)15 novembre 2015, fleurs et bougies devant le Carillon, bar du 10e, victime de l'attaque terroriste du 13 novembre à Paris. (AFP / BERTRAND GUAY)
 

 

Le mot "guerre" est passé dans le vocabulaire. Il s’est répandu dans les médias, il est entré dans les têtes et dans les conversations. Nous sommes en guerre. 

François Hollande a répété lundi le mot, tout au long de son discours solennel devant le Congrès. Un discours dur, martial, sans un mot pour la cohésion du pays, pour le vivre ensemble, pour la démocratie. Un discours de chef de guerre.

Certes, ce que Paris a vécu vendredi est une situation de guerre, effroyable. Les blessures sont "de guerre". Les frappes en Syrie sont des actes, elles aussi, "de guerre". Pourtant, faut-il déclarer la "guerre contre Daech" ? Comme le remarque le "Guardian", c'est un cadeau fait à l'organisation terroriste. C'est considérer Daech comme un Etat, ce qui est précisément ce que ses dirigeants attendent. 

Daech n’est pourtant pas une puissance souveraine, c’est un groupe terroriste. Il faut certes l’éradiquer militairement sur le terrain en Syrie, mais la France ne fera rien seule : elle devra s’appuyer sur les pays arabes, les kurdes, les alliés et surtout sur un intense travail diplomatique pour mettre d’accord Russes, Américains, Iraniens et Saoudiens.

 

Le piège de George W.Bush

Je me souviens de la visite de Jacques Chirac à Washington, une semaine après les attentats du 11-Septembre 2001. Dans le bureau ovale, Bush et Chirac, assis côte à côte devant une table basse, commentaient leur rencontre devant la presse. Un journaliste américain demande à Chirac : "Dans cette guerre, vos citoyens se battront-ils au côté des nôtres?" "Je ne sais pas s'il faut employer le mot de guerre...", avait tiqué Chirac, promettant une "détermination sans réserve" pour se battre contre le "mal absolu qu'est le terrorisme". Les diplomates américains l’avaient mal pris. Ils avaient tort, Chirac avait compris le piège.

Le piège s’est refermé sur les Etats-Unis et le reste du monde : du Patriot Act à la guerre en Irak, les décisions de l’administration américaine, toutes marquées par l’obsession de la guerre, ont été catastrophiques. Car on ne combat pas le terrorisme, fût-il le plus organisé et monstrueux, par la guerre, mais par des opérations de police et une concertation internationale serrée.

François Hollande, qui propose de réviser la constitution, est-il en train de tomber dans le même piège qu'avant lui George W.Bush ? Dans son discours devant le Congrès, il a souligné la nécessité de préserver les libertés publiques, de ne pas abîmer la déclaration des droits de l'homme, de se battre pour que l'on puisse continuer à vivre dans un Etat de droit. Cette insistance est rassurante, et montre qu'il a conscience du danger. Mais la société française devra rester très vigilante sur les réformes qui vont maintenant être engagées dans le sillage de ce discours et sur les nouveaux pouvoirs que l'exécutif demande pour mener cette "guerre".

 

Revendiquons nos valeurs

Le problème de la guerre, c’est qu’elle éclipse tout le reste. Notamment certaines valeurs chères à une nation comme la France : l’ouverture aux réfugiés, la liberté, la non-discrimination, la fraternité... Autant de valeurs qui sont justement dans la mire des terroristes. Ils veulent les détruire et ne s’en cachent pas. Pour leur répondre, il serait absurde de les mettre martialement en veilleuse.

Lutter contre Daech, c’est rester debout, ferme sur ces valeurs que les terroristes honnissent. Ne pas brutalement fermer les frontières aux réfugiés. Ne pas restreindre la liberté d’aller et venir des habitants. Ne pas empiéter sur leur vie privée. Ne pas écorner la présomption d’innocence. Surtout ne pas stigmatiser les musulmans : rien ne ferait plus plaisir à l’Etat islamique qui ne rêve que d’une chose, attiser ces tensions françaises pour mieux destabiliser le pays - et pour mieux recruter.

Ce n’est pas en transformant la France en "pays en guerre" qu’on résistera contre la menace des fanatiques : c’est au contraire en restant solides sur nos modes de vie et nos principes. Reculer, ce serait déjà perdre face aux terroristes.

 

Pascal Riché

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Economie et social
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 17:25

 

 
 
 

Daech déteste le hasard

Paris, le 13 novembre 2015 I REUTERS/Philippe Wojazer

Paris, le 13 novembre 2015 I REUTERS/Philippe Wojazer

 

Connaissant les méthodes des djihadistes, le choix des cibles et du jour a forcément été mûrement réfléchi. Décodage.

Ne pas se contenter de la qualification de «barbare», ô combien justifiée pourtant. Questionner la date, l’heure, le lieu. Pourquoi ce jour-là et pourquoi à cet endroit-là? Car les lieux et le jour sont presque toujours soigneusement choisis par les terroristes. Les djihadistes de l’État Islamique ne dérogent pas à la règle: ils ne  croient pas au hasard.

C’est banalité de le dire. Mais aussi choquant cela soit-il, il faut  garder à l’esprit que ces actes de terreur ont leur «rationalité», une rationalité atroce mais une rationalité.

Ils avaient «le regard fou», expliquait un rescapé du Bataclan sur BFM. «Des machines à tuer […] froids et méthodiques, aucune hésitation dans leurs gestes. […] Ils étaient en mission. Tout cela avait été pensé, tout cela avait été planifié.»

 

Sans doute est-on enfin en train de comprendre que nous sommes aussi en guerre sur notre territoire et que notre ennemi commet des actes de guérilla urbaine avec des méthodes, des techniques et un savoir-faire militaire et psychologique éprouvés qui ont pour but de déstabiliser l’État français et de créer la psychose. La preuve? Leur sélection de cibles, réfléchie, précise. Les experts le savent depuis longtemps qui ne le disent jamais qu’à demi-mot. 

 

Quoique beaucoup d’informations nous échappent encore, on peut émettre quelques hypothèses:

 

1.Le Stade de France

Était-ce le président de la République qui était visé par les kamikazes qui se sont fait exploser au match France-Allemagne? Après tout François Hollande pour l’État islamique, c’est un chef de guerre, le chef des armées qui se battent contre les djihadistes au Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso) et en Syrie depuis septembre. C’est également l’homme qui ordonne les bombardements en Irak et en Syrie et surtout les exécutions extra-judiciaires de djihadistes menées, selon la terminologie officielle, au nom «de la légitime défense collective»

 

 

Ainsi, dans la nuit du 8 au 9 octobre 2015 avons-nous bombardé un camp à Raqqa où des membres de l’État islamique s’entraînaient pour frapper le sol français et européen. Dans ce camp, la France aurait particulièrement visé Salim Benghalem, 35 ans, originaire de Cachan, qui tenait un rôle pivot dans la formation de ces djihadistes d’origine française et francophone. Les attentats de vendredi à Paris ont en partie sans doute été effectués en représailles à ces exécutions.

Pour autant, il est fort possible que les djihadistes n’aient pas eu l’assurance de la présence du président Hollande au Stade de France, car celle-ci aurait peut-être été décidée à la dernière minute.

En revanche –c’est ce que dit l’État islamique dans son communiqué du 14 novembre au matin–, ce match a été visé car il réunissait «deux pays croisés l’Allemagne et la France», ce qui inscrit ces attentats dans l’histoire violente des relations entre la chrétienté et l’islam et les légitiment. Et puis, «l’Allemagne et la France, c’est en foot, pour des Français, la quintessence. Et c'est bien sûr un signal fort avant l’Euro 2016 en termes de sécurité», suggère Yannick Cochennec.

 

2.Le Bataclan

Ce n’est pas nouveau cette salle parisienne est régulièrement la cible de groupes antisionistes. Elle accueille souvent des rassemblements en soutien à Israël. Et le groupe de rock américain Eagles of Death Metal qui y jouait vendredi 13 novembre avait effectué une tournée en Israël cet été, malgré des appels au boycott.

 

3.Les fusillades du Xe et du XIe

Plusieurs fusillades ont visé des restaurants, leurs terrasses ou les alentours dans le Xe et le XIe: au petit Cambodge, rue Bichat et au Carillon, 18, rue Alibert ( 12 tués ) dans le Xe arrondissement, à la Casa Nostra, rue de la Fontaine au roi (5 tués) et à la Belle Équipe, rue de Charonne (19 tués) dans le XIe. Pourquoi ces restaurants dans ces quartiers-là? L’idée est bien sûr de créer un effet de masse et de saturation pour affoler la population et les services de sécurité. 

Est-ce un style de vie qui a été visé, celui d’une jeune bourgeoisie blanche, hipsters, bobo qui aime à se retrouver le week-end pour draguer, discuter autour d’un verre dans des lieux fréquentés par une population qui s’amuse? Les djihadistes ont-ils voulu cibler un quartier où il existe un peu plus de mixité sociale et ethnique qu’il n’y en a rive gauche ou à l’ouest de Paris, comme  pour polariser encore un peu plus la société française là où justement elle l’était –polarisée– un peu moins qu’ailleurs. Ce n’est pas exclu, l’un des moteurs de ce terrorisme-là est de creuser le fossé entre les communautés, de dresser les «croisés» justement contre les musulmans, mais il y a d’autres hypothèses.

 

 

L’un des restaurants, par exemple, se situerait à 300 mètres du domicile de notre Premier ministre, une manière de personnaliser la menace, ce dont l’opinion publique n’a pas toujours connaissance. Il n’était pas loin non plus de la synagogue Don Isaac Abravanel de la rue de la Roquette où des manifestants pro-palestiniens et des groupes de défense juifs se sont affrontés le 13 juillet 2014. À chaque fois, l’attaque s’inscrit précisément dans la géographie politique et sociale française, d’une manière qui parfois nous échappe…

 

4.Place de la République et Boulevard Voltaire

Surtout, plusieurs de ces attentats ont eu lieu dans le périmètre situé entre la Place de la république et le boulevard Voltaire. À l’endroit même où il y a dix mois, le 11 janvier 2015, les télévisions du monde entier s’étaient donné rendez-vous pour retransmettre l’image d’une cinquantaine de chefs d’État défilant, solidaires et serrés aux côtés de François Hollande. L’opinion publique internationale découvrait avec admiration la manière dont plusieurs millions de Français répondaient à l’attentat contre Charlie Hebdo: dans le silence, le recueillement et la dignité transgressive d’une marche républicaine pour la paix.

Les lieux sont les mêmes mais les images ont désormais la couleur du sang et de la nuit. Le silence a été remplacé par le bruit des fusillades, des explosions, des sirènes d’ambulances, des pleurs et des cris.

La guerre que nous mène l’État islamique est aussi une guerre d’images, ne l’oublions pas. Vendredi 13 novembre, Daech a voulu effacer de notre mémoire visuelle les images de solidarité du dimanche 11 janvier pour les remplacer par des images d’effroi et de désolation. Là encore, du travail de «professionnel».

 

5.Le vendredi 13 novembre 2015

Reste la date de cette série d’attentats. Un vendredi 13 diront ceux qui n’ont pas perdu le sens de la dérision. Plus certainement, il a lieu la veille, ce samedi 14, de la réunion à Vienne (Autriche) d’une vingtaine de pays invités à réfléchir à la transition syrienne ainsi que la veille de la tenue du G20 qui devait réunir dimanche 15 et lundi 16 les chefs d’États et de Gouvernements de 19 pays à Antalya en Turquie voisine de la Syrie.

 

Daech a repris l’initiative, et s’est imposé dans l’agenda de ces deux rendez-vous internationaux importants. La contre-attaque française sera sans doute de maintenir la tenue de la COP21 à Paris.

Et puis, mais qui s’en est souvenu?, ce vendredi marquait un «anniversaire». Il y a un an, le Parlement français votait la loi renforçant les dispositions de lutte contre le terrorisme. C’était le 13 novembre 2014. Un an, jour pour jour, avant ce macabre 13 novembre 2015,  qu’aucune disposition d’aucune sorte n’aura pu empêcher. Humiliation suprême pour le gouvernement français.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 17:14

 

Source : http://science21.blogs.courrierinternational.com/

 

 

16/11/2015

Attentats de Paris et mondialisation du capitalisme (I)

 

 

 

Le 16 novembre 2015, suite aux attentats meurtriers du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, Les Echos diffuse une nouvelle interview du juge Marc Trévidic avec le titre fort parlant « Marc Trevidic : " D’autres attentats sont à prévoir"  ». Marc Trévidic déclare notamment à propos de la situation de la justice et de la loi sur le renseignement : « Malheureusement, nous n’avons pas voulu mettre le renseignement au service du judiciaire. (...) Nous faisons face à un goulet d’étranglement : quand près de 2.500 personnes travaillent au renseignement, en face, il n’y a que 150 personnes du côté judiciaire ». Ce qui, d'après Trévidic, empêche les magistrats de traiter les dossiers. Est-ce autre chose que le résultat de la politique générale de limitation des effectifs et des prestations des services publics sous prétexte de la prétendue « dette » de l'Etat ? Et cette prétendue « dette publique » est-elle autre chose que le « résultat » de trois décennies d'une politique systématique de privatisations et de délocalisations sous tous les gouvernements et toutes tendances politiques confondues ? Quant à la forte consommation de pétrole, donc le caractère nuisible pour l'environnement n'a pas besoin d'être rappelé ici et qui de surcroît constitue la source principale des moyens financiers de l'Etat Islamique et de certains gouvernements intégristes, pour quelle raison n'a-t-elle pas été empêchée chez nous par un développement conséquent des transports publics et d'autres mesures analogues ? Les constructeurs de voitures et d'autres industriels associés seraient-ils plus importants que la salubrité publique ? N'est-il pas possible de développer de manière conséquente des industries alternatives ? Le 16 novembre, Que choisir met en ligne un dossier intitulé « Scandale Volkswagen. Les questions-réponses de l’UFC-Que Choisir », alors que Capital écrit « VOLKSWAGEN : 430 000 véhicules seraient concernés par le scandale au CO2 ». Les délocalisations de capitaux, d'industries et de technologies à la recherche des plus bas salaires et standards sociaux sont devenues depuis les années 1980 un phénomène général dans le cadre de la mondialisation du capitalisme. Elles n'épargnent d'ailleurs pas l'industrie automobile. Dans l'ensemble, les « puissances occidentales » ont créé elles-mêmes, avec la mondialisation du capitalisme, tous les ingrédients qui se trouvent à l'origine de la situation catastrophique actuelle. Y compris, la détresse des populations dans les pays « occidentaux » résultant de la désindustrialisation, de la suppression progressive des services de l'Etat et de la chasse au « modèle français ». Dans Le Dauphiné, Marc Trévidic évoque le désarroi des jeunes Français de retour de Syrie qui, de son point de vue, ne connaissent rien à la religion « à part trois versets » mais éprouvent tout simplement une « envie d’en découdre, de se venger de quelque chose ». Est-ce autre chose que le résultat accablant de l'évolution du capitalisme ? Et quelles mesures est-il impératif de prendre à ce sujet ? Des questions de fond que « nos décideurs » et l'ensemble du monde politique ne semblent pas aborder vraiment. Il s'agit pourtant d'une réelle urgence dans la situation actuelle.

 

Sur le blog consacré à son livre L'Enigme Bogdanov, notre collègue Luis Gonzalez-Mestres diffuse un article intitulé « De Mossoul et Palmyre aux attentats de Paris » dont l'introduction souligne d(émblée :

Dans mon livre L'Enigme Bogdanov, un sous-chapitre intitulé De l'Astronomie à la Cosmologie (page 102 de l'édition parue le 5 novembre) rappelle le rôle précurseur, culturel et scientifique, de l'ancienne Mésopotamie. A cette occasion, je dénonce les pertes de vies humaines et les destructions du patrimoine intervenues notamment à Mossoul (l'ancienne Ninive) et à Palmyre. Des zones de l'Irak et de la Syrie passées sous le contrôle de l'Etat Islamique. En écrivant pendant l'été ce sous-chapitre de L'Enigme Bogdanov, j'étais loin de me douter que je devrais aujourd'hui exprimer ma profonde solidarité et mes condoléances attristées aux victimes des attentats de Paris et à leurs familles.

(fin de l'extrait)

Force est de constater la longue passivité des « puissances occidentales » devant les tueries de populations et les destructions du patrimoine archéologie dans des zones stratégiques de l'Irak et de la Syrie. Une situation abordée dès mai dernier dans nos articles « Palmyre : un patrimoine mondial menacé » (I), (II) et (III).

L'article « De Mossoul et Palmyre aux attentats de Paris » poursuit également : « ...les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis sont intervenus dans un contexte qui se rapporte très directement à la situation actuelle dans les Etats ayant hérité du territoire et des richesses culturelles de la Mésopotamie de l'Antiquité. Les effroyables tueries d'avant-hier soir chez nous ont eu lieu juste avant le sommet de Vienne sur la Syrie tenu le 14 novembre ». De même, Luis Gonzalez-Mestres rappelle le bombardement par l'armée française, le 8 novembre, d'un objectif pétrolier sur le territoire syrien contrôlé par Daesh. Une action, pour le moins, tardive par rapport à la situation réelle mais qui mettait en évidence l'évolution prévisible du sommet de Vienne vers une plus grande fermeté.

Tel a été le contexte immédiat des attentats de Paris et Saint-Denis. Mais que penser de leur contexte stratégique ?

Et quels milieux d'affaires vivent actuellement des marchandises (pétrole, « produits » de pillages et destructions archéologiques...) provenant de Daesh ?

 

Jusqu'où dégringolera le capitalisme dans sa crise permanente devenue un gouffre sans fond ?

Dans notre article « Philippe Aghion, la mondialisation et la casse sociale (I) », nous rappelions encore :

Le site de l'Université de Harvard nous présente une liste de publications de Philippe Aghion, dont les deux premières par ordre chronologique datent de 1985 et 1987 respectivement.

Précisément, c'est de février 1986 que date l'Acte Unique Européen adopté sous la présidence européenne de Jacques Delors. La même année, les négociations en vue de la création de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ont commencé.

Et c'est en 1987, que Philippe Aghion obtiendra son titre de docteur à Harvard, université dont l'initiateur de la Commission Trilatérale, David Rockefeller, est un mécène connu. A cette époque, le déclin de l'Union Soviétique était manifeste et le grand capital a entrepris résolument la mondialisation du système qu'il incarne.

En même temps, le « couteau entre les dents » battant de l'aile, l'Europe occidentale avec ses acquis sociaux cessait d'être nécessaire en tant que vitrine de la société capitaliste. La casse sociale pouvait commencer ouvertement.

C'est d'ailleurs en 1986, que Daniel Cohen a soutenu son doctorat d'Etat à l'Université Paris X (Nanterre). Comme Daniel Cohen, de trois ans son ainé, Philippe Aghion est un conseiller de François Hollande.

Mais que peut nous apporter cette fournée d'économistes du système dont les « belles carrières » ont commencé pour l'essentiel en même temps que la mondialisation accélérée du capitalisme ?

Les exportations massives de capitaux à l'échelle planétaire depuis les années 1980 n'ont pas été par elles-mêmes un phénomène nouveau. Elle étaient déjà évoquées, par exemple, dans le Manuel d'Economie Politique de l'Académie des Sciences de l'URSS. Voir, entre autres, l'édition en ligne de ce Manuel par Dominique Meeus à l'adresse http://www.d-meeus.be/marxisme/manuel/chap18sect05.html .

Mais l'Europe occidentale avait largement échappé à ce processus après la Deuxième Guerre Mondiale, et l'existence d'un « bloc de l'Est » limitait considérablement les possibilités d'expansion offertes au grand capital planétaire.

Avec l'évolution des rapports entre les Etats-Unis et la République Populaire de Chine depuis les années 1970 et le déclin de l'URSS dans les années 1980, la situation a considérablement évolué. Dans la deuxième moitié des années 1980, c'est une nouvelle mondialisation capitaliste impliquant fortement l'Europe et l'Asie, qui a soudain vu le jour.

Quel en est à présent le bilan ?

(fin de l'extrait)

 

Philippe Aghion et Daniel Cohen sont des économistes proches de l'actuel pouvoir politique. Que nous proposent-ils ?

En réalité, le grand capital mondialisé se retrouve pris à son piège. Avec la stratégie récurrente de délocalisations financières, industrielles et technologiques, il a affaibli les « puissances occidentales » chargées de faire respecter « l'ordre mondial » qu'il a lui-même instauré.

 

Indépendance des Chercheurs

indep_chercheurs@yahoo.fr

http://science21.blogs.courrierinternational.com

http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

Groupes de discussion :

http://groups.yahoo.com/group/problemes_des_scientifiques

http://groups.yahoo.com/group/combatconnaissance

 

 

 

Source : http://science21.blogs.courrierinternational.com/

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 21:52

 

Source : http://www.bastamag.net
 

 

Résistance

Attentats : entre le marteau et l’enclume

par

 

 

Le marteau s’est abattu. Un coup assourdissant, encore plus terrifiant que le précédent, il y a dix mois. Ensanglantant une fois de plus Paris et sa banlieue : au moins 129 morts, une centaine de blessés dans un état très grave. L’attaque contre des quartiers multiculturels parisiens et le Stade de France en Seine-Saint-Denis a été revendiquée par l’Etat islamique. Les évènements n’étaient même pas encore terminés que les droites extrêmes ont commencé leurs basses œuvres de récupération politique.

Le marteau s’est abattu. Un coup assourdissant, encore plus terrifiant que le précédent, il y a dix mois. Ensanglantant une fois de plus Paris : au moins 129 morts, une centaine de blessés dans un état très grave. Ce vendredi 13 novembre, entre 21h20 et 21h50, la capitale française et sa banlieue nord ont été attaquées en six endroits différents. Au moins sept personnes ont tué méthodiquement (écouter ce témoignage sur le Bataclan).

Les cibles étaient des hommes et des femmes attablés à des terrasses de cafés et de restaurants des quartiers du multiculturel Est parisien, des spectateurs et spectatrices d’un concert de rock californien du Bataclan – proche de la place de la République où se tient traditionnellement nombre de rassemblements de solidarité – et d’une rencontre amicale de football au Stade de France, en Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de France. Vu de l’étranger, c’est « le cœur du Paris progressiste, pas les Champs-Élysées ou Notre-Dame, fréquentés par les touristes, ni la rive Gauche, bourgeoise et conservatrice » qui a été visé (lire ici en anglais).

 

L’échec de la guerre contre le terrorisme

Comme partout où sévissent les fanatiques de l’État islamique, ce ne sont pas les symboles d’une domination ou d’une oppression – militaire, économique ou politique – qui sont frappés. En Turquie, c’est une manifestation du parti de gauche kurde HDP (102 morts le 10 octobre à Ankara) ou une délégation de jeunes socialistes se rendant par solidarité en Syrie (31 morts le 20 juillet à Suruç). A Beyrouth ou Bagdad, ce sont des marchés très fréquentés (76 morts à Bagdad le 13 août) et des rues commerçantes (37 morts à Beyrouth le 10 novembre) qui ont été ciblés. Les 128 morts de Paris allongent cette macabre liste des pseudos « croisés » et « mécréants » que les communicants de l’État islamique se vantent d’avoir tués.

L’objectif ? Faire basculer ce que le groupe terroriste considère comme des dominos. L’État islamique a prospéré sur le chaos irakien généré par la guerre contre le terrorisme de George W. Bush, lancée en 2003. Une guerre dont l’échec est patent, douze ans après son déclenchement : « Jamais autant d’attentats n’ont été commis — souvent dans les pays musulmans eux-mêmes ; récemment encore, l’attaque contre l’avion russe au-dessus du Sinaï ou les attentats à Beyrouth dans une banlieue populaire. Jamais non plus autant de personnes, majoritairement des jeunes, ne se sont engagés dans des groupes extrémistes, qu’il s’agisse d’Al-Qaida ou de l’OEI, convaincus qu’ils sont de participer à une résistance contre l’agression internationale visant le monde musulman », rappelle le site Orient XXI. Il serait grand temps de débattre des bilans des interventions françaises en Libye, au Mali et en Irak.

 

« Ils veulent la guerre civile en France »

C’est ensuite la guerre civile syrienne, déclenchée par la brutale et sanglante répression déployée par la dictature de Bachar el-Assad, qui a nourri Daech. Une guerre civile qui a déjà fait plus de 200 000 morts et des millions de réfugiés. L’organisation État islamique cherche désormais à relancer la guerre civile en Turquie entre le régime autoritaire et conservateur d’Erdogan et la gauche kurde (qui d’ailleurs le combat efficacement au nord de la Syrie et de l’Irak). Elle tente de rompre le fragile équilibre libanais. Le pays est en crise politique, alors que la population de toute confession a récemment manifesté contre la corruption généralisée du pouvoir.

Avec la plus importante communauté musulmane d’Europe – environ 7% de la population –, la France est sur la liste. « La menace est à un niveau maximal, jamais atteint jusqu’alors. (…) Nous sommes devenus pour l’État islamique, l’ennemi numéro un », alertait il y a un mois l’ancien juge antiterroriste Marc Trévidic. « Ce qu’ils veulent ce sont des représailles, qu’aujourd’hui à Paris et en France on tue des musulmans. Ils veulent la guerre civile en France », prévient désormais Jean-Pierre Filiu, professeur d’histoire du Moyen-Orient (écouter ici). Les cibles n’étaient pas un hasard. « C’est cette société ouverte que les terroristes veulent fermer. Leur but de guerre est qu’elle se ferme, se replie, se divise, se recroqueville, s’abaisse et s’égare, se perde en somme », écrit Edwy Plenel, sur Médiapart.

 

Récupération politique

Et c’est là qu’est l’enclume sur laquelle nous risquons d’être fracassés. Elle a déjà vibré à l’écho du marteau. L’enclume, ce sont ceux qui veulent faire avancer le pays sur le chemin de l’arbitraire, de la répression aveugle, de la stigmatisation et suspicion généralisée. Plusieurs leaders de la droite extrême n’ont même pas attendu que l’ensemble des victimes soient identifiées. « Immense drame à Paris, voilà où nous a conduit le laxisme et la mosqueïsation de la France », a clamé le revenant Philippe de Villiers. « Derrière les auteurs de ces tueries, il faudra pointer les vrais responsables qui, eux, sont politiques ! », a renchérit Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN et candidat du parti en Ile-de-France.

Les évènements étaient encore en cours que la récupération politique commençait : « Identité nationale, Marine au pouvoir vite ! », s’exclamait le député du Rassemblement bleu marine Gilbert Collard, accusant « ceux qui gouvernent directement ou par leurs idées aujourd’hui en France » d’être « des traîtres à notre nation, et à désormais nos vies ». Alors que la stupeur et l’effarement envahissaient les rues de la capitale ce soir du 13 novembre, les charognards s’en donnaient déjà à cœur joie, sans aucune pudeur (lire ici et ).

 

Les droites extrêmes font le jeu de l’État islamique

« Dans la quasi-totalité des attaques terroristes que nous avons connues, il s’agissait d’individus qui étaient déjà surveillés. On ne peut plus attendre qu’ils passent à l’acte », affirme de son côté Laurent Wauquiez, candidat de la droite et du centre en Auvergne-Rhône-Alpes aux régionales. Avant même que le Procureur de la République François Molins ne livre les premiers éléments de l’enquête, à peine 24 heures après le drame. Des éléments qui montrent que, parmi les sept meurtriers présumés, plusieurs étaient inconnus des services de renseignement.

Ces droites extrêmes font le jeu de l’État islamique : amplifier la peur et la suspicion, pointer l’Islam comme ennemi mortel. Pour l’EI, la France est « une nation qui opprimerait délibérément son importante communauté musulmane. Ce dernier argument est un axe de propagande essentiel pour l’EI », soulignait le juge Marc Trévidic. Néo-conservateurs et extrême droite relaient, de fait, allègrement cette propagande. « Ceux qui partent faire le jihad agissent ainsi à 90 % pour des motifs personnels : pour en découdre, pour l’aventure, pour se venger, parce qu’ils ne trouvent pas leur place dans la société... Et à 10 % seulement pour des convictions religieuses : l’islam radical. La religion n’est pas le moteur de ce mouvement et c’est ce qui en fait sa force », expliquait encore le magistrat.

Nous voilà donc pris entre le marteau et l’enclume. Mais nous ne sommes pas encore écrasés, loin de là : en témoignent les mouvements spontanés de solidarité, locaux ou internationaux, qui se sont propagés le soir même des attaques. Le combat contre la peur, l’obscurantisme, l’égoïsme et le repli sur soi s’annonce quotidien.

Ivan du Roy

Illustration : Jean Julien

Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22