Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 17:22

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Des pesticides dans les mueslis du petit-déjeuner

 
 
Selon les résultats d'une étude publiée ce mardi 11 octobre par l’ONG Générations Futures, de nombreux résidus de pesticides ont été retrouvés sur un échantillon de quinze produits de mueslis aux fruits notamment consommés au petit-déjeuner. Des résultats qui mettent une nouvelle fois en évidence l'inaction de l'Union européenne sur le sujet...
 
Sur la quinzaine d’échantillons de mueslis testés par l’association Générations Futures, 141 résidus ont été retrouvés dont 81 suspectés d’appartenir à la classe des perturbateurs endocriniens - Martin Lee / Rex Featur/REX/SIPA
 

Des pesticides au petit-déjeuner ? C’est ce que trouvent dans leurs assiettes certains amateurs de mueslis aux fruits selon une étude publiée ce mardi 11 octobre par l’ONG Générations Futures, engagée contre les risques sanitaires et environnementaux liés à l’emploi des pesticides. Sur la quinzaine d’échantillons de mueslis testés par l’association, 141 résidus au total ont en effet été retrouvés, dont 81 suspectés d’appartenir à la classe des perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques qui perturbent, entre autres, le système hormonal.

Les produits passés à la loupe, commercialisés aussi bien par de grandes marques (Kellogg's, Nestlé, Jordans...) que par des marques distributeurs (Auchan, Leclerc, Carrefour...), consommés à dose quotidienne comprises entre 50 et 100 grammes ne présenteraient toutefois pas de risque "appréciable" pour la santé.

 

Néanmoins, l’ingestion de ces mueslis à petites doses chaque jour, à laquelle vient s’ajouter "la contamination par d'autres perturbateurs endocriniens (…) plastiques, cosmétiques, ignifugeants etc., vont exposer notre organisme à des cocktails (...) dont on sait qu'ils peuvent avoir des effets sur les organismes les plus sensibles", a expliqué le porte-parole de Générations Futures, François Veillerette, lors d'une conférence de presse ce mardi.

"Le gens ne vont pas être empoisonnés", conclut-il, mais les résultats de l’étude - qui n'a par ailleurs pas mis en évidence de pesticides parmi les cinq paquets de mueslis bio étudiés - interrogent. D’autant qu’un fongicide utilisé en viticulture, le pyriméthanil, a été détecté dans tous les échantillons non-bio analysés. Un fongicide notamment "classé cancérigène possible" aux Etats-Unis.

 

L'Europe impuissante face aux pesticides

Contacté par , Kellogg's n'a pas "pu trouver de porte-parole disponible pour répondre" avant la parution de l’étude, mais Nestlé, qui commercialise notamment les mueslis "Fitness 5 fruits" accusés de porter des traces de 13 résidus de pesticides différents, affirme "respecter" (…) "la réglementation en vigueur", et avoir mis en place "des règles de contrôle très strictes".

La publication de ces analyses intervient alors que l'Union européenne peine à se mettre d'accord sur une définition des perturbateurs endoctriniens qui doit permettre d'encadrer leur utilisation, ajoute quant à elle l’AFP. En juin dernier, avec plus de deux ans et demi de retard sur le calendrier, le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis a de fait suscité un tollé en dévoilant les critères que propose de retenir l'Union. 

En cause notamment, le fait que ladite définition ne retienne que des éléments "pertinents" pour la santé de l'homme "alors que certains signaux d’alerte proviennent du monde animaldétaille L’imposex par exemple poursuit le quotidien "est un trouble qui procure des pénis aux femelles bulots". (...) Bien "qu'aucune affection équivalente" n’a été, à ce jour, constatée chez les humaines, une alerte a bel et bien été lancée après que des perturbateurs endocriniens de la branche des organoétains "se sont avérés en être la cause".

Les responsables européens, sous le feu des critiques depuis plusieurs années pour leur inaction, apparaissent ainsi une fois encore impuissants alors que l'Organisation mondiale de la santé (l'OMS) a publié sa propre définition des perturbateurs endocriniens dès 2002...

 

 

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Repost 0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 17:08

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

En souffrance à La Poste

11 octobre 2016 | Par Rachida El Azzouzi

 

 

Le syndicat Sud-PTT veut briser le mur du silence, établi par la direction de la Poste, et qui entoure la souffrance au travail des postiers. Surcharge de travail, management par la peur, cadences infernales: les familles et les facteurs témoignent.

Pierre découvre la Bourse du travail à Paris, les syndicats et les médias. Il a 25 ans, vient des montagnes du Jura. Pour évoquer la mémoire de son père : Charles Griffond, mort à 53 ans à cause du travail, de La Poste, son employeur depuis 34 ans. Charles s’est pendu au croc de boucher qui lui servait à tuer ses animaux, le 17 juillet dernier. Il a laissé deux lettres, une pour ses proches, l’autre pour le journal local, L’Est républicain, pour qu’il informe le monde de « l’enfer » au sein de ce qui était sa vie, La Poste, une entreprise publique transformée au pas de charge en 2010, « plus préoccupée par le rendement, l’argent que par l’humain », dit son fils.

« Depuis trente-quatre ans, j’ai exercé mon métier avec l’amour de mon travail et de mes clients. Mais, depuis quelques années, la Poste a petit à petit détruit ses employés, les vrais postiers, ceux qui avaient le contact avec les gens. En ce qui me concerne, ils m’ont totalement détruit. Depuis décembre 2015, je suis en arrêt de travail et je souffre intérieurement le martyre. Personne, ni de mes collègues ou de ma hiérarchie, n’a pris de mes nouvelles. Alors bougeons avec la Poste et mourons grâce à la Poste. » C’est le meilleur ami de Charles qui a découvert les lettres, signées « Charles Griffond, facteur à Pontarlier », et le corps sans vie.

 

Pierre Griffond, 25 ans. Son père, Charles, facteur depuis 34 ans, s'est suicidé en laissant une lettre accusant La Poste. © Rachida EL Azzouzi Pierre Griffond, 25 ans. Son père, Charles, facteur depuis 34 ans, s'est suicidé en laissant une lettre accusant La Poste. © Rachida EL Azzouzi

 

Trois fois déjà qu’en un an, Charles tentait le suicide avec des médicaments. Il avait perdu trente kilos, était méconnaissable dans la dépression, lui, si jovial, si fêtard. Facteur « à l’ancienne », apprécié à des kilomètres à la ronde, il assurait sa tournée par tous les temps, se déguisant même, décembre venu, en Père Noël, pour faire rêver les enfants. Mais ces dernières années, à force de restructurations, de pressions commerciales, il s’avouait « à bout ». Ne tenait plus la cadence. « Il avait récupéré 200 boîtes aux lettres supplémentaires alors que sa tournée était déjà l’une des plus dures de Pontarlier, raconte son fils, Pierre, qui ne veut pas lancer sa famille meurtrie dans des démarches judiciaires. Pas le courage. On n’ira pas plus loin que les articles dans la presse. »

La Poste avait bien intégré Charles dans un dispositif de pré-retraite, « mais à 53 ans et avec seulement 34 annuités, c’était le condamner à une vie de misère », estiment ses copains postiers… « Faux », réplique la direction de La Poste : « Charles Griffond avait demandé à bénéficier d’une pré-retraite et il n’aurait pas été lésé car la pénibilité de sa carrière aurait été prise en compte. L’incompréhension nous a saisis quand nous avons appris son suicide. Tout allait mieux pour lui. Il n’avait pas remis les pieds au travail depuis des mois. Il était suivi par le médecin du travail, l’assistante sociale. »...

 

*Suite de l'article sur mediapart

 

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

 

                                                                        ****************************************

 

 

 

 

Source : https://www.franceinter.fr/economie/souffrance-a-la-poste-si-j-etais-sortie-en-tournee-a-l-heure-actuelle-je-serais-peut-etre-morte

 

 

Souffrance à La Poste : "Si j'étais sortie en tournée, à l'heure actuelle je serais peut-être morte"

Pour le syndicat Sud-PTT, travailler à La Poste est de plus en plus une souffrance. Une situation illustrée à l'extrême, par le cas d'Émeline, qui a fait un AVC au travail.

 

La souffrance au travail, une réalité pour le syndicat Sud-PTT
La souffrance au travail, une réalité pour le syndicat Sud-PTT © Maxppp / Sebastien Jarry

Le syndicat lance aujourd'hui une campagne visant à dénoncer la souffrance des salariés qui travaillent à la Poste. Pour Sud-PTT, la direction n'a tiré aucune leçon de la vague de suicides de 2012 : management par la peur, répression des militants syndicaux, agents poussés à bout dans un contexte général de manque d'effectifs...

 

Et pour le démontrer, le syndicat compte sur la parole à des victimes, des familles de victimes et de leurs avocats, pour "briser le mur du silence". Émeline, 25 ans, employée de la Poste dans le Nord de la France, a fait en début d'année un AVC sur son lieu de travail.

► ► ► Écoutez le reportage de Manuel Ruffez Lien ici

Ce matin de février dernier, Émeline ne se sent vraiment pas bien. Elle prévient sa direction par SMS, mais son chef l'appelle : il a absolument besoin d'elle. Sur place, son état empire, elle donne l'alerte à plusieurs reprises, affirme-t-elle, mais aucun cadre ne réagit. C'est finalement un collègue qui appelle les pompiers. Émeline vient de faire un AVC.

Si ce collègue n'était pas intervenu, j'en suis sûre et certaine, ils m'auraient fait partir en tournée. Je serais sortie en tournée et à l'heure actuelle, je serais peut-être morte.

Pour Émeline, aucun doute possible, son accident cérébral, elle le doit bien à son employeur : "Ils m'envoyaient faire des tournées que je ne connaissais pas, faire des double-journées sans être payée... Je ne disais jamais non, et au final, ils profitaient. Aujourd'hui j'en veux à La Poste car j'ai une paralysie. J'ai 25 ans, je suis maman, je ne peux plus jouer à certaines choses avec eux."

Elle a donc décidé de témoigner, mais aussi de porter plainte notamment pour non-assistance à personne en danger.

 

 

Source : https://www.franceinter.fr/economie/souffrance-a-la-poste-si-j-etais-sortie-en-tournee-a-l-heure-actuelle-je-serais-peut-etre-morte

 

 

Repost 0
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 16:16

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

 

Maltraitance ?

Dans les maisons de retraite, manque de moyens et conditions de travail dégradées rendent la situation « explosive »

 

par

 

 

 

« On marche sur la tête ! », alerte une aide-soignante. Tandis que les baby-boomers quittent le monde du travail et que la population vieillit, les réductions budgétaires dans les maisons de retraite déstabilisent le travail des personnels. Les repas, les soins, l’hygiène, de même que les activités proposées aux personnes âgées subissent de plein fouet ces politiques d’austérité – quand il s’agit du public – ou de « préservation des marges » – lorsqu’il s’agit du privé. Pour quelles conséquences ? Une pression devenue insupportable pour les soignants, et des conditions d’accueil à la limite – voire au delà – de la maltraitance pour les résidents. Témoignages sur une situation explosive.

Les grèves de personnels de maisons de retraite se sont multipliées depuis le printemps, en Ile-de-France, à Niort, à Bordeaux, ou encore en Indre-et-Loire, dans des établissements privés comme publics. Les grévistes dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail, le manque de personnel, le non remplacement des salariés malades, le recours systématique aux vacataires et CDD… et l’effet désastreux de ces politiques sur les conditions de vie des résidents. Du fait du vieillissement de la population, ceux-ci sont de plus en plus nombreux : environ 700 000 personnes vivent en maison de retraite [1].

Pour en prendre soin, 360 000 professionnels s’activent à leurs côtés : infirmiers, aides médico-psychologiques, aides-soignants, agents de service hospitalier, cuisiniers, ou encore animateurs [2]. Les résidents intègrent une maison de retraite à plus de 80 ans en moyenne, et sont de plus en plus dépendants. « La forte dépendance des résidents contribue à faire réaliser aux professionnels des prises en charge plus lourdes, demandant donc un temps accru, qui ne sont pas compensées par un accroissement des moyens humains », pointe une toute récente étude du ministère de la Santé [3].

 

Une douche par semaine... voire toutes les deux semaines

« Aujourd’hui, avec les réductions de personnel, nous ne pouvons plus donner qu’une vraie douche par semaine aux résidents. Et encore, parfois c’est une douche toutes les deux semaines », témoigne Anne, aide-soignante dans un établissement public d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) dans une commune rurale près de Tours. Elle et ses collègues sont en grève depuis mai dernier pour demander davantage d’effectifs et de meilleures conditions de travail. Depuis cinq mois, tous les jours, elles se déclarent grévistes. Elles sont néanmoins assignées à travailler quand même pour dispenser les soins. Leur mouvement vient d’être reconduit jusqu’au 18 octobre.

« Nous ne demandons pas d’augmentation de salaire. Nous voulons simplement des conditions de travail dignes. Lors des négociations, on nous dit que pour donner de l’oxygène au personnel, il suffit de ne donner aux résidents qu’une douche tous les 10 à 12 jours, et de l’expliquer aux familles. Mais nous ne pouvons pas accepter cela. Je ne peux pas défendre ça devant les familles ! Chez nous, tous les départs en retraite depuis 2014 ont été couverts par des contractuels, avec des temps partiels imposés, et des horaires qui changent tout le temps. Dans ces conditions, c’est impossible pour les filles de chercher du travail ailleurs pour compléter un temps partiel. Elles sont vraiment exploitées. »

 

Une employée renvoyée... après neuf ans de CDD

Anne est devenue aide-soignante après une reconversion, à 40 ans passés. « C’est toujours ce que j’avais voulu faire, et j’aime mon métier. » Il est pourtant difficile, mentalement et physiquement. « Dans notre établissement, les résidents entrent souvent à plus de 85 ans. Ils arrivent de plus en plus dépendants. Nous avons trois ou quatre centenaires. Et la moyenne d’âge du personnel est de 48 ans. Pour un travail aussi physique, ce n’est pas toujours facile. » Alors, quand les salariés malades ou en disponibilité ne sont pas remplacés pour faire des économies, continuer en se taisant devient impossible.

« Une nouvelle direction est arrivée en 2015. Elle a renvoyé les remplaçantes qui étaient en CDD. Puis les a reprises, mais uniquement sur des contrats au mois. Quand nous nous sommes mises en grève, cela faisait un an que nous subissions cela. Nous avions une collègue qui était en CDD depuis neuf ans, comme agente de service hospitalier. La direction l’a jetée, sachant qu’elle était sur le point de finir une validation des acquis de l’expérience pour acquérir le grade « d’aide-soignante », souligne Anne. C’est ce jour-là que les salariés se sont mis en grève. Il y avait alors six personnels de soins au lieu des neuf normalement nécessaires, « pour 83 résidents à lever, faire manger, laver… ». Soit une aide-soignante pour 14 personnes de plus de 85 ans.

 

Des élus qui « ne se sentent pas concernés »

C’est la première fois de sa vie qu’Anne fait grève. Ce qu’elle ressent, après cinq mois de cette lutte peu visible puisque le travail est fait chaque jour sur réquisition, c’est un grand mépris de la part des pouvoirs publics. Pour elles, aides-soignantes et agents de service, et pour les résidents. « Nous avons rencontré toutes les instances, l’Agence régionale de santé, le Conseil départemental, la maire de la commune qui est aussi présidente du conseil d’administration de l’établissement. Nous leur avons dit à tous la même chose : “les conditions de travail se sont fortement dégradées, cela ne peut plus durer”. »

 

 

Ces démarches n’ont rien donné de concret pour l’instant. « Nous avions déjà alerté en décembre les élus municipaux de la situation, sans réponse. Personne n’a réagi. Aucun membre du conseil municipal n’est venu nous voir. Nous avons l’impression que nos dirigeants ne se sentent pas concernés par ce qui se passe dans les maisons de retraites », conclut l’aide-soignante.

 

Équation intenable

Pourtant, la pression que subissent les personnels a des conséquences directes sur les résidents. « Certains soignants ont aussi un diplôme d’aide médico-psychologique. Ils sont là pour aider les gens les plus en difficulté. Normalement, du temps est dégagé pour cela. Mais ce temps, nous ne l’avons plus ! », décrit Anne. « Il y a des personnes atteintes d’Alzheimer, très angoissées. Ces postes nous permettaient de calmer ces angoisses. Nous avions mis en place de la relaxation, des discussions, des massages, pour traiter les personnes dépendantes comme des êtres humains et pas seulement comme des résidents qui mangent et qu’il faut laver. Nous faisions de la gym douce et des ateliers l’après-midi. Nous ne pouvons plus. Aujourd’hui, il y a même des salariés de l’équipe de nuit qui doivent coucher des résidents à minuit parce que nous n’avons pas assez de personnels pour le faire le soir. Des infirmiers sont obligés de venir aider à laver la vaisselle et à préparer les petits-déjeuners ! Le résident n’est plus pris en compte. On fait des économies sur de l’humain. On marche sur la tête ! »

L’équation devient d’autant plus intenable que les institutions leur en réclament toujours plus, avec toujours moins. « Avec la prévention antiterroriste, des caméras ont été installées à l’entrée de l’établissement. On nous demande qu’une personne surveille en permanence les écrans. Or, le week-end, il n’y a personne à l’accueil. C’est une aide-soignante qui doit le faire, rapporte Sandrine Ossart, aide-soignante dans une petite maison de retraite privée à Nantes. C’est impossible ! Nous ne sommes pas assez nombreuses pour avoir quelqu’un devant les écrans toute la journée. »

 

« Les pouvoirs publics n’appliquent rien de ce qu’ils préconisent »

Pourtant, les plans « dépendance », « canicule » ou « Alzheimer » se sont succédé. « En, 2012, avec le plan Alzheimer, des moyens avaient été débloqués. Mais depuis quatre ans, c’est une catastrophe ! Dans mon établissement, nous avons un pôle de soins dit "adaptés" pour les personnes les plus dépendantes. L’Agence régionale de santé dit qu’il faut deux personnes pour y travailler. Mais elle ne nous donne les moyens que pour une seule. Les pouvoirs publics n’appliquent rien de ce qu’ils préconisent, » poursuit-elle.

Résultat : sans les moyens nécessaires, la masse de travail augmente pour les personnels, et les conditions se dégradent. « Dans mon établissement, chaque aide-soignante doit faire la toilette de 12 résidents chaque jour », déplore Sandrine Ossart. Or, laver des personnes dépendantes qui, pour beaucoup, ne peuvent pas se lever de leur lit, prend du temps et beaucoup d’énergie. Ailleurs, l’« objectif » managérial à remplir peut monter jusqu’à 15 toilettes par jour pour une seule salariée. Il faut donc se dépêcher toujours plus pour les réaliser.

Ce constat vécu au quotidien par les personnels soignants est confirmé par la récente étude du ministère de la Santé sur les conditions de travail en maison de retraite. « La principale conséquence des évolutions du public [c’est-à-dire des résidents, ndlr] et des modes d’organisation durant la période récente est l’intensification des cadences qui apparaît, sans augmentation importante des moyens, comme la seule possibilité pour effectuer l’ensemble des tâches imparties aux soignants », expliquent les auteurs.

 

« Nos groupes maintiennent leurs marges opérationnelles »

Face à ces difficultés, que font les autorités ? Qu’il s’agisse de maisons de retraite publiques ou privées, ce sont en partie les pouvoirs publics qui les financent, à travers une convention tripartite entre l’établissement, le conseil départemental et l’agence régionale de santé (ARS) – c’est à dire l’État. Dans ces conventions, les effectifs sont définis et budgétisés. Mais sur le terrain, les embauches ne suivent pas toujours, les remplacements non plus.

« Nous n’avons pas accès à ces conventions. Nous ne savons pas ce que les tutelles, ARS et conseils départementaux, donnent à nos établissements, précisent Guillaume Gobet et Albert Papadacci, cuisiniers en maison de retraite privée et responsables syndicaux dans deux des plus importants groupes privés à but lucratif du secteur. Ce que nous savons, c’est que le bénéfice est le nerf de la guerre. Nos groupes maintiennent leurs marges opérationnelles en jouant sur les CDD. Les directions réduisent aussi de plus en plus les coûts sur l’entretien, le matériel – comme les gants – et la cuisine. On fait baisser les coûts en cantine, avec une dégradation des produits et des rations. Face à cette situation, nous n’avons pas de soutien des tutelles. Car moins elles donnent, mieux elles se portent. »

 

« De l’argent, si on veut il y en a »

Une place en maison de retraite coûte cher. Au moins 1 800 euros dans l’établissement public où travaille Anne, 3 à 4 000 euros dans le privé. Anne, elle, gagne 1 600 euros nets par mois, en travaillant en horaires décalés, et un week-end sur deux. Dans la maison de retraite de Sandrine Ossart, à Nantes, aucune catégorie de personnel, sauf ceux qui sont au Smic, n’a été augmentée depuis six ans. « Les aides-soignantes finissent par être payées au même niveau que les agents de service. Dans ces conditions, notre diplôme ne vaut plus rien. Nous ne trouvons plus d’aides-soignants à embaucher dans nos maisons. Et ce sont des personnels sans diplôme qui arrivent. Tant que les familles ne se plaindront pas pour demander des conditions de prise en charge dignes et les conditions de travail qui vont avec, rien ne changera. »

Avec un nombre de personnes de plus de 85 ans qui devrait quadrupler en France d’ici 2050, passant de 1,4 à 4,8 millions, et donc un besoin en personnels de maisons de retraite qui va s’accentuer d’année en année, il serait pourtant urgent que la situation évolue [4]. « Les autorités tentent de mettre le dossier de la dépendance dans un tiroir. Mais un jour, il va exploser », alertent Albert Papadacci et Guillaume Gobet. « On nous fait des grands plans “Alzheimer“, des plans “canicule“, mais il n’y a pas les moyens pour les mettre en œuvre, pointe Anne. C’est de la maltraitance institutionnelle. De l’argent, si on veut, il y en a. C’est une question de volonté. »

Rachel Knaebel

Notes

[1Fin 2011, 693 000 personnes vivaient dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées, selon une étude de 2014 de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère de la Santé. Cela représentait 5,5 % de plus qu’à la fin 2007.

[2En équivalents temps plein. Source : « Des conditions de travail en EHPAD vécues comme difficiles par des personnels très engagés », Les Dossiers de la Drees, n°5, septembre 2016.

[3« Des conditions de travail en Ehpad vécues comme difficiles par des personnels très engagés », Les Dossiers de la Drees, n°5, septembre 2016.

[4Source.

 

 

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

Repost 0
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 17:58

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

 

Glyphosate

Deux militants anti-pesticides poursuivis en justice

par

 

 

 

 

Deux « faucheurs volontaires », opposés aux OGM et aux pesticides, comparaissent ce vendredi 30 septembre à 10h au tribunal de grande instance de Privas en Ardèche. Deux magasins, Bricomarché et Gamm Vert, ont déposé plainte à leur encontre pour « dégradation de biens en réunion », suite à une action du 19 mars 2016. Ce jour-là, les faucheurs volontaires organisent une action nationale contre les pesticides. Elle vise en particulier le glyphosate, produit phare de la multinationale Monsanto qui entre dans la composition de près de 750 produits dont l’herbicide RoundUp. En mars 2015, le glyphosate a été classé « cancérogène probable » pour les humains, par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), chargée d’inventorier et de classer les agents cancérogènes. Un avis contesté par l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Objectif de l’action : « Alerter la société sur le problème majeur de santé publique que cause l’utilisation des herbicides et en particulier du glyphosate ». Ce 19 mars, des dizaines de faucheurs volontaires s’introduisent dans 34 magasins en France proposant ces produits herbicides. Ils s’emparent des bidons à base de glyphosate en vente dans les linéaires, les disposent au sol sur une bâche, avant de les « neutraliser pacifiquement » avec une bombe de peinture afin de les rendre impropres à la vente.

 

Interdiction totale de la vente dans les jardineries repoussée à 2019

Le glyphosate a frôlé le non-renouvellement de son homologation mais a finalement obtenu le 29 juin 2016 un sursis de dix-huit mois, accordé par la Commission européenne. Une décision qui marque pour les faucheurs volontaires « la soumission des pouvoirs publics aux lobbies agro-alimentaires et donc leur irresponsabilité face au problème des pesticides et des OGM ». Et de rappeler que « ces produits sont liés aux OGM car la majorité de ceux-ci sont développés uniquement pour être tolérants aux herbicides. »

Les deux Ardéchois poursuivis encourent une amende de 75 000 euros et cinq ans de prison. Les faucheurs entendent porter leur revendication en justice : « Le glyphosate doit être retiré de la vente, avec effet immédiat pour la vente aux particuliers, qui en consomment 2000 tonnes chaque année. Arrêtons l’empoisonnement ! » Il y a un an, Ségolène Royal avait annoncé en grandes pompes l’interdiction à partir du 1er janvier 2016 de la vente en libre-service aux particuliers des produits désherbants contenant du glyphosate, dont le fameux Roundup (voir ici). L’interdiction totale dans les jardineries a depuis été repoussée en 2019 [1]. Quant à l’interdiction de l’utilisation de glyphosate par les agriculteurs, aucune date à ce jour n’a été fixé.

- Lire tous nos articles sur les pesticides

Repost 0
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 17:29

 

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com/blog/technoverdose

 

 

 

Sésame, connecte-toi ! Les dangereuses failles de l’Internet des objets

 

Publié le

 

 

Après le web 2.0 dit social, où nous, internautes, avons découvert les possibilités d’interaction, est venu l’ère du Web 3.0 dit sémantique. Son infrastructure ne repose plus uniquement sur les terminaux que nous utilisons. C’est aussi celle des objets connectés.

 
 

1 L’invasion des objets connectés

 

De nombreuses études estiment qu’ils seront 25 milliards d’ici 2020, et peut-être 150 milliards d’ici dix ans. Cette prolifération attendue n’est pas anodine, surtout quand ces objets s’intègrent de plus en plus dans notre vie quotidienne, comme le montre la liste des start-up sélectionnées pour représenter la French Tech au prochain salon de l’électronique de Las Vegas en janvier 2017.

Sur les 28 produits présentés, 24 se basent sur l’Internet des objets : un tapis anti-escarres, un oreiller high-tech, des capteurs pour surveiller des animaux... A peu près tout et n’importe quoi, sans oublier, évidemment, les chaussures et les brosses à dents connectées.

On peut s’interroger sur cette abondance de nouveaux objets alors que leur manque de sécurisation constitue un vrai risque sociétal.

 
 

2 Une infrastructure au service du crime organisé

 

En effet, OVH annonçait il y a quelques jours avoir subi la plus grosse attaque par déni de service jamais enregistrée sur le Web. Cette attaque, dont le débit dépassait le térabit par seconde (c’est considérable), était menée par un botnet formé de 145 000 caméras connectées, après une précédente tentative avec 25 000 caméras en juin dernier. 

Il ne s’agit là que de l’énième reproduction d’un type d’attaque informatique dont la mécanique est bien connue. En janvier 2014, c’était environ 100 000 téléviseurs et réfrigérateurs connectés qui avaient été asservis pour expédier des millions de courriels frauduleux, initiant un nouveau type de botnet. La menace vient réellement de n’importe quel objet connecté.

 

Illustration

 

Les experts en cybersécurité ne sont pas surpris. Cela fait des années qu’ils dénonçaient les faiblesses en sécurisation de ces objets connectés et les perspectives que leur relative puissance de traitement, ainsi que leur intégration dans des méga-systèmes connectés (de type domotique par exemple), offrent à des petits malins.

Une équipe de chercheurs a ainsi développé un drone capable de repérer les objets connectés, de capter les données qu’ils émettent et même d’en prendre le contrôle grâce aux failles du protocole zigbee, qui est le standard de communication des objets connectés le plus répandu actuellement.

Après l’envoi de spams, le vol de données privées, la pédopornographie ou l’attaque informatique, on peut imaginer de nombreuses applications à ce genre d’asservissement. Un bâtiment sécurisé par un système domotique connecté pourrait devenir une passoire si les cambrioleurs savent comment procéder.

Et dans le cas de système de santé, pour peu que l’aspect connecté permette de moduler les soins prodigués, cela devient une menace pour la vie même des utilisateurs.

 
 

3 La cybersécurité à l’heure du Web 3.0

 

L’usage d’objets connectés nous rend d’autant plus vulnérables que le consommateur croit acheter un produit sûr. D’ailleurs, même s’il le voulait, il ne pourrait pas se protéger contre ses failles, n’ayant pas accès aux logiciels de l’objet qu’il achète. Le seul moyen réellement efficace de s’en protéger serait de ne pas s’en servir...

On peut recenser une dizaine de problèmes relatifs à la faible sécurisation de l’Internet des objets, parmi lesquels le contrôle des données privées (90 % des objets en manipulent, et la majorité ne chiffre pas ses transmissions), ou l’usage pouvant être fait de l’appareil. 

Selon une étude de HP [PDF], 80 % d’entre eux ne demandent pas de mot de passe ou sont trop facile à deviner. Ce qui est d’autant plus grave que la plupart sont connectés à un stockage en cloud, où un maliciel pourrait faire des dégâts.

C’est une hypothèse réellement plausible à l’heure où même les appareils les plus évolués servent déjà de cible aux criminels informatiques, et que même les Tesla n’y échappent pas. Aucun dispositif n’est infaillible, et ceux à moindre coût encore moins.

Plus d’objets connectés dans notre vie, c’est inévitablement plus de menaces envers nos données privées, envers nos libertés. Il est encore temps de refuser ce risque.

 

 

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com/blog/technoverdose

 

 

Repost 0
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 20:50

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Pourquoi la fachosphère devrait arrêter de nous bassiner avec Charles Martel vainqueur des arabes

 

 

 

 

 

Longtemps, la pauvre Jeanne d’Arc, qui en voulait aux Anglais, a été leur star absolue. Depuis peu, Florian Philippot, membre d’un parti fondé par d’anciens collabos et des activistes de l’OAS (Organisation armée secrète), ose se réclamer de De Gaulle, preuve qu’il ne recule devant rien. Au tiercé des grands héros de l’extrême droite, Charles Martel est toujours en bonne place.

Il y a peu encore, lors d’un reportage dans un bar d'"identitaires" qui s’est ouvert à Lille, notre amie Doan Bui a découvert qu’un de leurs objets fétiches est un porte clé orné du numéro 732, date d’une certaine bataille de Poitiers.

Dans le fantasme que s’en font les nationalistes, le rude guerrier, en effet, à tout pour plaire : ce grand héros ne stoppa-t-il pas l’invasion des hordes d’arabes fanatisés prêts à déferler sur la France ? Non. C’est bien le problème dans cette affaire.

Toute la représentation que ces gens se sont de cet épisode n’a, sur un plan historique, absolument aucun sens.

 

C’est ce que vous explique cette semaine Oncle Obs, un homme qui n’hésite jamais à faire tomber son martel sur les lectures délirantes de l’histoire, pour rétablir le seul règne qui vaille, celui des faits.

 

François Reynaert

Repost 0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 14:53

 

Source : http://www.franceculture.fr

 

 

 

Demain, aura lieu un événement majeur dans l'Histoire d'Internet. Ou pas

 

 

Le 1er octobre, les Etats-Unis doivent abandonner la tutelle de l'ICANN, un des principaux organismes de gouvernance de l'Internet.

Un serveur à New York

Un serveur à New York Crédits : Michael Bocchieri / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - AFP

 

Et pour saisir tout l’enjeu de cet événement - c’est un peu compliqué, je vous demande toute votre attention.

L’ICANN, c’est un des organismes qui gouvernent l’Internet mondial. Créé en 1998 sous impulsion américaine, il chapote la gestion de deux fonctions très importantes de l’Internet, les adresses IP et les noms de domaine. Les adresses IP identifient les machines qui se connectent au réseau. Et les noms de domaine (le .com, le .net, le .fr etc) , c’est ce qui dessine la carte du monde numérique. Organiser tout ça n’est pas neutre.

L’ICANN fonctionne sur un mode théoriquement multipartite, c’est-à-dire qu’il comprend des représentants des gouvernements, des représentants du monde de l’entreprise et de la société civile, mais dans les faits, les Etats-Unis pèsent lourd dans la composition et les décisions du conseil d’administration qui assure la gestion effective de l’ICANN, au point que la nomination il y a quelques mois d’un président européen a été considérée comme une étape. Par ailleurs, l’ICANN est une association de droit californien, qui en dernier ressort, dépend du département du commerce des Etats-Unis.

Cette mainmise américaine est dénoncée depuis longtemps, et pas seulement par les Russes et les Chinois. La France aussi râle de longue date. En 2013, suites aux révélations par Edward Snowden du système de surveillance mis en place par les Etats-Unis, Barack Obama a décidé de défaire l’ICANN de la tutelle américaine, comme un signe adressé au monde qu’une nouvelle ère de l’Internet allait s’ouvrir. En effet, Mathieu Weill, qui dirige l’AFNIC (l’association gère les noms de domaine français), résume très bien dans Le Monde d’aujourd’hui, ce qui signifie concrètement cette tutelle : "Jusqu’à présent, quand nous prenions une décision concernant notre domaine.fr, nous avions besoin du tampon des Etats-Unis pour la valider. Pour nous, c’était une souffrance symbolique.”

Donc, une négociation dure depuis deux ans, qui a abouti à un accord qui vise en gros à faire à instaurer un nouveau mode de fonctionnement au sein de l’ICANN (je vous passe les détails), mais surtout à le détacher de la tutelle américaine. Un calendrier a été fixé. Tout devrait se passer demain. Voilà l’événement.

Sauf, que…. c’est plus compliqué que ça….

D’abord, les Républicains américains ne l’entendent pas de cette oreille et depuis des mois, ils tentent de retarder, voire d’empêcher ce désengagement. Donald Trump lui-même a promis qu’il l’empêcherait (ce qui n’est pas anodin, parce qu’à part ça, il se prononce assez peu sur les questions technologiques). Ted Cruz, le candidat malheureux à la primaire républicaine, s’est trouvé là un nouveau combat, il a saisi la justice fédérale amériaine pour cession d’une propriété du gouvernement, ce qui serait selon lui inconstitutionnel. Les juges fédéraux ont jusqu’à demain pour se prononcer. Donc, il est possible que l’accord capote.

Et puis, même s’il ne capotait pas, est-ce que cela changera vraiment quelque chose à l’avenir d’Internet ? Eh bien, on ne sait pas vraiment. Certes, l’ICANN deviendrait indépendant, mais il ne deviendrait pas une agence des Nations Unies comme le désirait par exemple la France, il resterait une association de droit californien et dans son nouveau fonctionnement, la place des géants de la Silicon Valley resterait importante.

Et puis, comme le rappellent les spécialistes de l’Internet, l’un des grands sujets de l’avenir de l’Internet, c’est la surveillance des Etats, or on a pu constater lors des révélations d’Edward Snowden qu’aucune des méthodes employées par les Etats-Unis pour surveiller les réseaux du monde entier n’avaient à voir avec les prérogatives de l’ICANN. Bref, que les Etats-Unis cèdent la tutelle de l’ICANN serait avant tout symbolique.

Eh bien voilà, j’ai occupé 4 minutes de votre temps à vous parler d’un événement imbitable, qui n’aura peut-être pas lieu et qui, même s’il avait lieu, ne changerait sans doute pas grand chose. J’espère que vous êtes content d’avoir écouté.

 

 

 

 

 

Source : http://www.franceculture.fr

 

 

 

Repost 0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 14:37

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

#Charbon La Banque mondiale finance en secret l'industrie du charbon en Asie, accuse une ONG

 

 

 

Andy Wong/AP/SIPA

 

La Banque mondiale finance indirectement la construction de centrales à charbon polluantes en Asie en dépit de son engagement à limiter ses aides à ce secteur et à combattre le changement climatique, affirme l'ONG Inclusive Development International (IDI) dans un rapport ce lundi.

En 2013, l'institution avait assuré qu'elle ne soutiendrait les projets de développement reposant sur le charbon que dans les "rares circonstances" où il n'existe pas d'autres alternatives énergétiques. Mais, selon ce rapport, la Banque mondiale a, depuis, indirectement aidé à co-financer 41 projets associés au charbon en Asie via sa branche dédiée au secteur privé, la Société financière internationale (SFI).

D'après l'ONG, la SFI aurait plus précisément accordé des prêts à des banques et fonds d'investissements de pays en développement qui auraient ensuite été utilisés pour financer des énergies polluantes, notamment la construction d'une centrale au Bangladesh.

Un porte-parole de la SFI a dit prendre le rapport très "au sérieux" en ajoutant qu'il montrait la nécessité de créer plus d'incitations pour que les Etats et le secteur privé investissent dans les énergies renouvelables. La SFI a par ailleurs, selon ce porte-parole, investi plus de 15 milliards de dollars depuis 2005 dans les énergies propres et les économies d'énergie.

La branche de la BM dédiée au secteur privé a été plusieurs mois critiquée par des ONG qui l'ont notamment accusé de financer indirectement des projets ayant conduit à des violations des droits de l'Homme.

(Avec AFP)

 

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Repost 0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 15:08

 

Source : http://garetgvaucoeurdenimes.collectif-citoyen.fr/2016/08/lignes-a-grande-vitesse-la-gabegie-des-partenariats-public-prive/

 

 

 

Lignes à grande vitesse : la gabegie des partenariats public-privé

 

 

 

SNCF : les dix scandales

Politis-10-scandales-SNCFAutrefois fleuron français, la compagnie nationale souffre désormais d’une très mauvaise réputation auprès des usagers. Entre les prix élevés, les retards et de graves manquements en matière de sécurité, et en attendant l’ouverture prochaine à la concurrence. Extrait du dossier consacré par Politis :

 

Lignes à grande vitesse : la gabegie des Partenariats Public-Privé (PPP)

Après les stades vides et hors de prix et les universités ne pouvant pas accueillir de public, on découvre désormais que les partenariats public-privé (PPP) font aussi des ravages sur les lignes à grande vitesse. Une filiale de Vinci, Lisea, a été choisie en 2007 pour construire le TGV Tours-Bordeaux et financer la moitié des 7,8 milliards d’euros d’investissement, à parité avec des fonds publics. L’affaire a tourné l’automne dernier à la tragi-comédie. Il y a d’abord la grogne de 48 collectivités locales, qui ont cofinancé le projet en rêvant d’être desservies par le train à grande vitesse, l’ouverture de la ligne étant prévue pour 2017. Problème : celle-ci ne pourra pas compter 48 gares. D’où le sentiment d’avoir été les vaches à lait du consortium.

Le voyageur pourrait aussi avoir cette désagréable impression. Car, pour se rembourser, Lisea fera payer l’accès aux rails à la SNCF pour une durée de cinquante ans, avec un tarif 2,5 fois plus cher que sur la section Paris-Lyon, et l’autorisation d’augmenter chaque année ces droits de passage jusqu’à 3,5 fois l’inflation.

Mais ce n’est pas tout. Selon les calculs de Lisea, cette activité sera rentable à partir d’une vingtaine d’allers-retours Paris-Bordeaux par jour. Or, la SNCF estime ses besoins à seulement 13 allers-retours. Comme il est d’usage dans les PPP, l’entreprise renégocie le contrat lorsque ses bénéfices sont menacés. En novembre 2015, les banquiers du consortium ont donc suspendu le versement d’une des tranches de crédit jusqu’à gain de cause. Le gouvernement a tranché : il y aura 16,5 allers-retours par jour.

Tant pis si ces trains sont vides et que la SNCF ne rentre pas dans ses frais.

Lisea, de son côté, continue de demander une intensification du trafic.

À l’avenir, seul l’État financera ce type de projet, laisse entendre, échaudé, le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies. Pas question en revanche de freiner la course à l’ultravitesse, malgré son coût énergétique et des finances dans le rouge vif pour la branche infrastructure de la SNCF. Prochain projet : mettre Toulouse à 3 h 15 de Paris d’ici à 2030. Mais à quel prix ?

Lire l’article complet original de Politis ici.

 

 

Source : http://garetgvaucoeurdenimes.collectif-citoyen.fr/2016/08/lignes-a-grande-vitesse-la-gabegie-des-partenariats-public-prive/

 

 

Repost 0
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 16:10

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

#Assezdeviebroyée

Coup de gueule d’une infirmière. « Un citron pressé qui voit rouge et qui rit jaune »

Publié le 28 septembre 2016

 

 

 

 

Nous relayons ci-dessous le « coup de gueule » d’une infirmière, publié sur le blog C’est l’infirmière, Brèves et chroniques d’une infirmière rurale http://cestlinfirmiere.blogspot.fr/2016/09/les-infirmiers-ces-gros-citrons.html?m=1. Très beau témoignage sur la dureté et la beauté d’une profession pourtant bien méprisée par les politiques de santé de ces dernières années.

 

—Ah oui oui, j’ai vu à la télé l’autre jour, y’avait des infirmières qui parlaient de leurs conditions de travail et tout. C’est vrai que vous avez pas un boulot facile hein… Vraiment dur et ingrat des fois… ‘Pis vous êtes mal payé… Mais c’est un beau métier hein attention ! Mais moi j’voudrais pas l’faire…

 

«  J’voudrais pas l’faire…  » .

Le gentil petit père qui me tendait le bras pour sa prise de sang semblait presque peiné pour moi que je sois infirmière. Que je sois celle qui tenait l’aiguille à la recherche de l’unique micro-veine dans le pli de son coude, pour 3€04 net. Que je sois celle qui venait laver, habiller sa femme, dans une maison inadaptée pour 5€20 net la demi-heure. Que je sois celle qui parcourait les kilomètres au milieu des champs qui les séparaient du bourg dans lequel ils ne pouvaient plus se rendre, pour 2€50 à chacun de mes déplacements…

Mais voilà même si mon métier est parfois« dur et ingrat », mes patients restent le formidable moteur de ma motivation à me lever tous les matins. Grâce à eux, je n’ai presque pas besoin d’un pied de biche pour me décoller du matelas. Parce que je sais que ma petite-mamie-soleil va me sourire comme la veille, parce que je sais que mon autre patient-chouchou me demandera comment je vais moi et que ça me touchera comme la dernière fois, parce que je sais que sans mes soins, beaucoup de mes patients ne pourraient pas rester chez eux à profiter de ces maisons qui les ont parfois vus naître…

Mais alors que j’aime profondément mon métier, ceux que je soigne me font parfois l’effet d’un morceau de sucre dans le réservoir tellement certaines de leurs réflexions, volontaires ou non, ralentissent voire stoppent mon envie de continuer à aider l’autre :

« Vous êtes en retard !… Et c’est déjà bien assez cher !… Vous trouvez pas ma veine alors que vot’collègue, lui, il y arrive toujours !… Vous êtes en avance !… Ah parce que vous travaillez aussi le dimanche et à Noël ? Vous avez une sale mine ce matin !… Ah mais si, je suis sûr de vous avoir payée !… Ah bah pour une fois vous êtes à l’heure !… ».

« J’voudrais pas l’faire… ». Voilà ce qu’il m’a dit ce matin. Quelques mots tout cons, comme autant de petits sucres dans mon moteur un poil fatigué je dois l’avouer. Et d’un coup, sans crier gare, je n’ai plus eu envie. Je me suis garée sur le bas-côté tout près de ce grand chêne, un des rares endroits où je captais suffisamment pour écouter mon répondeur :

— Oui bonjour, voilà, je voulais savoir si vous pouviez venir voir mon pied parce que la plaie coule beaucoup et ça sent quoi… Ça sent pas bon en fait. J’ai une ordonnance mais le chirurgien m’a dit de faire mes pansements moi-même parce que je n’avais pas besoin d’une infirmière… Mais là ça fait dix jours que c’est rouge et ça coule et ça fait mal, voilà. Je serais chez moi qu’en début d’après-midi parce que je dois sortir faire des courses. À tout à l’heure !

Pfff.

J’ai reposé ma tête contre le siège de ma voiture en soufflant ce bruit de ras le bol, comme si mon envie se dégonflait. Quelques semaines plus tôt, c’étaient des injections ratées d’anticoagulants que j’avais dû rattraper chez une dame et peu de temps après, c’étaient carrément des agrafes qu’un patient s’était enfoncé profondément dans la peau en voulant les enlever lui-même, parce que son médecin lui avait dit qu’il n’avait pas besoin d’infirmière pour faire ça s’il se procurait un ôte-agrafes… J’ai imaginé ces médecins dire à leurs patients combien mon travail était inutile et j’en ai eu marre, d’un coup, qu’on puisse supposer que je ne serve à rien. Et, comme un engrenage à la con, je me suis mise à penser à tout ce que j’essayais de mettre de côté durant ma tournée pour ne pas parasiter mes soins et cet esprit Full of love avec lequel j’essayais de soigner chacun de mes patients.

 

« Qu’on arrête d’assimiler la santé à la rentabilité »

J’ai repensé aux cinq infirmiers qui s’étaient donnés la mort cet été et à notre profession toujours dans l’attente que notre Ministre exprime une peine qui ferait écho à la nôtre. J’ai repensé à sa réponse sous la forme d’une « Prévention des risques psychosociaux-bla-bla-bla-ressers-moi-un-café », alors qu’on aurait besoin d’actions concrètes et non de tables rondes qui ne feraient que confirmer ce que l’on sait déjà. On a besoin de moyens et qu’on arrête d’assimiler la santé à la rentabilité. J’ai repensé à l’infirmière et à cette kiné libérale abattues il y a deux ans pendant leur tournée de soins et dont on n’a jamais entendu parler dans les médias. J’ai repensé à ce patient qui me doit 17€ et qui refuse de me payer malgré mes relances depuis deux mois.

J’ai repensé à la visite annuelle de l’agent de la CPAM la semaine dernière à mon cabinet et qui a conclu notre entretien par un : « Nous allons augmenter les contrôles concernant les IK (le paiement des déplacements hors commune) et les tarifications de nuit, attention à vous ! », alors que ces deux points ne concernaient même pas mes soins. Je me suis dit que j’étais une fraudeuse avant même de l’être, je me suis dit qu’on se foutait bien de ne pas me payer, je me suis dit qu’on se foutait bien que les patients mettent leur santé en danger et qu’on n’en avait rien à faire que les soignants aillent mal… Je me suis dit que j’étais un citron.

J’ai regardé mes mains qui tenaient fermement le volant, pas décidées à passer la première. Je me suis revue regarder ces mêmes mains la veille au soir, posées sur le clavier de mon ordinateur, et ces doigts qui ne savaient plus quoi écrire alors que je relisais pour la énième fois le message de cette jeune femme en souffrance que j’avais reçu sur mon blog :

— Je suis émue et enragée car il n’y a pas eu cinq infirmiers suicidés cet été, mais 6. La sixième, c’est ma Maman. Un lundi matin, elle n’a plus eu la force de se lever pour aller travailler. Elle était infirmière. C’était le 4 juillet, elle avait 48 ans.

J’ai dégluti une boule de tristesse aromatisée à la colère dont l’amertume me fit monter les larmes… À l’époque de mes coups de mou à l’hôpital, je refilais mon couloir à ma collègue en l’implorant de me laisser descendre fumer une clope deux minutes. Mais en libérale j’étais seule et j’avais eu depuis, l’excellente idée d’arrêter de fumer. ’Chié.

 

J’ai baissé ma vitre. Dehors, le soleil se levait, le ciel était clair et l’air était frais. J’étais garée en bordure de ce champ de vaches dont les pattes étaient perdues dans la brume, putain que c’était beau ! C’était ma « rephase » à moi ça, les vaches, les champs et tout le kit d’infirmière de campagne. Ça marchait plutôt bien d’habitude, mais ce matin-là je regardais mes mains qui ne bougeaient plus et qui agrippaient le volant.

Le regard perdu sur du rien, j’ai senti monter en moi la fatigue. Puis, la fatigue a laissé place à un ras-le-bol qui lui a laissé place à la colère. Et de la colère est apparue l’évidence : je suis un citron.

Un putain de gros citron d’infirmière. Un citron pressé qui voit rouge et qui rit jaune.

Les politiques et les institutions du soin ont raison finalement. Ils ont tellement raison en fait de nous presser puisque tout le monde s’en fout de la santé des gens. Parce qu’ils chercheront toujours à faire des économies sur la santé, au risque de mettre celle des patients et des soignants en danger, et tout le monde continuera de s’en foutre.

Mais ils ont raison parce que tant qu’il y aura des citrons, il y aura du jus. Tant qu’il y aura du jus, ils continueront de nous presser. Et on continuera de boire cette limonade dégueulasse avec laquelle ils nous rincent le gosier depuis trop longtemps… J’ai l’impression que ceux qui nous gouvernent, que ceux qui nous embauchent et que ceux qui nous payent pensent qu’ils nous tiennent par le bout de notre empathie. Ils sont persuadés qu’on continuera de soigner nos patients, parce que le droit de grève est inexistant dans les services et en libéral, parce qu’on aura toujours peur de mettre nos collègues et nos patients dans la panade. Ils se disent qu’on n’intentera jamais rien qui pourrait mettre en danger les autres parce qu’on les aime trop nos patients.

Parce qu’on est des gros citrons de soignants.

Parce que tant qu’il y aura du jus… Les politiques continueront de nous presser. Mais les soignants se tuent de soigner, les cinq suicides officiels de cet été auront au moins servi à le mettre en lumière : l’empathie et la bienveillance ne suffisent plus à garder un soignant droit dans ses crocs, nous avons besoin de moyens et de reconnaissance.

Il y a un effet-buzz autour du mal-être des soignants en ce moment. Des micro-reportages dans les journaux télévisés, des interviews données dans les émissions de radio. Je ne sais pas combien de temps ça va durer. La parole se libère et je suis consternée, mais à peine étonnée, d’entendre ces discours de soignants que j’entendais déjà à l’école. Mais combien de temps va durer l’intérêt des médias pour notre cause ? Ils vont forcément se détourner de nous et demain on ne s’inquiétera plus de savoir comment nous allons, comment nous soignons et combien se sont tués de ne plus réussir à soigner ceux qui s’indignaient hier derrière leurs écrans de télé…

J’ai finalement dû redémarrer ma voiture parce que je commençais à être sacrément en retard. Et alors que je venais de pousser la porte de maison d’une dame que je connaissais à peine, son accueil pourtant souriant m’a fait grincer des dents : « Mais vous êtes en retard ce matin, vous devez être pressée ! ». N’ayant pas eu le temps de m’expliquer et me voyant vexée elle a rajouté : « Ah mais non, c’est pas pour vous faire la remarque, j’ai eu peur qu’il vous soit arrivé quelque chose sur la route, tout va bien ? ».

Tout va bien, c’est juste une histoire de citron… De citron pressé qui a un coup de mou…

 

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22