Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 17:22

 Provencracie le Ven 22 Juil - 17:21

 

le site DRY (Democracia Real Ya) remet les compteurs en marche pour le
15 octobre : 89 jours pour préparer la mobilisation européenne convoquée
par le mouvement.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 16:01

spaanserevolutie

Cercedilla

In Sol on 19 July 2011 at 23:28

Cercedilla, July 19.

Dear people.

All of yesterday we had the Sierra de Guadarrama in front of us, the mountain range that divides the central highland of Castilia into two, and walking was easy. Today was different. This is what the Dutch and Flemish Tour de France adepts would call De Koninginnerit. The Royal Marching Day.

We have crossed the mountains. We took the pass of Fuenfría at an altitude of over 1.800 meters. It was a wonderful experience, even though, at dawn, it looked like it was going to be infernal. Heavy rains were hammering down on the tents and the sports center and an icy wind blew dark grey clouds over the valleys. We all wrapped up and we prepared for the worst.

Fortunately, it wasn’t going to be the worst. The rain duly stopped when we went out and the howling wind gave way to silence as we started our ascend through the meadows. The atmosphere is mythical. Long strokes of fog are floating along the slopes. The peaks are hidden by the clouds.

 

And yet again, I have this sense of gratefulness to be here. With these people, in this panorama, at this particular moment in history.

As we climb we enter the pine forests. The group spreads out. The difference between the first to arrive and the last is over half an hour. At the higher altitudes, where cows are walking loose in the forest, the local ranger guides us up. He is visibly happy to do so. He insists on being photographed with the Northern Column. “Go this way,” he says, “it’s probably another three hours to the top.”

From the group in the back I try to catch up with the people in front, walking along stupendous valleys of virgin forests, disappearing and reappearing from the fog. Suddenly it occured to me that I have been walking in circles all of my life, like most of us. Now, for the first time, I’m walking to get from one place to another. I’m walking to travel. And it feels good. It makes you appreciate the real human value of distance.

It’s cold and windy on the top, even though it’s July in the heart of Spain. We plant the flags of Castilia and the Rioja and the Basque country, and we eat a quick sandwich. A helicopter comes flying over low. We are used to being followed at a discreet distance by police cars. Later in the valley we find out it was a fire department helicopter who was filming the passing of the Northern Column from the air.

We take the flags and we start our descend over the ancient Roman road that crossed the peninsula. Now that we are on the southern side of the Guadarrama the weather definitely turns in our favour. The sun comes out and the hours of descend are pure fun. Just before we arrive at Cercedilla, the end of today’s leg, we are welcomed in a large meadow by local representatives of the Popular Assemblies in the Sierra.

We have left the region Castilia y León and we have entered the Comunidad de Madrid. The capital is still four days marching away but we are already in the orbit of Puerta del Sol. The villages here have started to organise themselves in the weeks after the 15th of May as part of the extension to the neighbourhoods and villages of the region. And they have prepared a stupendous lunch for us. After that, siësta and internal assembly in the shade of the trees.

At the end of the afternoon we triumphantly march the last few kilometres down to Cercedilla. We enter the village singing that we will hold an assembly at eight, and that everyone is invited. The popular participation in this town is significant. It’s like people have been waiting for us. They applaude us and they don’t hesitate to speak about their local problems, which appear to be much the same as on the other side of the Sierra. Corruption, the sale of natural resources to private companies, speculation, etc.

It’s the way of the world. And until now we accepted it, because we are told that our system is the best of all the ones that have ever been tried. But a lot of good people don’t believe that anymore. They are sick of it. Until not so long ago those people were dispersed and divided. Now they are starting to organise themselves. A married couple of school teachers join us with their baby and a backpack. They are the future, and they will march with us to Sol.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 15:58

spaanserevolutie

Valsaín

In Sol on 18 July 2011 at 22:13

Valsaín, July 18.

Dear people,

Today Jim and I joined the Northern Column. The wake up call is at dawn. The camp is divided between the square under the Aquaduct and the local sports center. We lift the tents, we have a quick breakfast together. At eight o’ clock we’re on the march.

Aquaduct at dawn. Foto: Jim.

 

Today’s leg is easy. Fifteen kilometres of flat land up to a small village in the foothills of the Sierra de Guadarrama. All the time we have the massive wall of the mountains straight ahead of us. Madrid is on the other side. Only towards the end the march becomes panoramically interesting. After we pass the village of La Granja de San Ildefonso we enter the pine forest, the long and winding road starts to go up.

One of our Basque comrades tells a funny story about the village of Otxandio, which they passed on their way through Biscay. As always they held an assembly at night on the central square, explaining to the local people how it works. Someone answered: “You don’t say. We have been holding regular popular assemblies for three years now.”

Arrival at La Granja

Three years ago the mayor of the village had decided to grant the right to build an incinerator to a certain a company. The citizens were against it. They presented a feasible ecological alternative, but the mayor persisted with his own plan. So one day the entire village went up to his house and the people simply said: “You are not our mayor any more.” Since then the citizens have instituted their own popular assembly. Every important decision that concerns them needs to be ratified by it.

We march on happily. Some people greet us by honking their horns. But not all of them are happy to see us. And it’s not because we are the 15M movement, but because we are waving Basque flags. This is the conservative hartland of Castilia. There are lots of people here who still love Spain, who love the king. I don’t understand them, just as I don’t understand the Basque nationalists. The era of kings and nation states is over. It just takes time for people to realise it.

Not long after noon we arrive at the small village of Valsaín. There’s room to camp on the grass in front of a little church. And there’s the local sportscenter for people who want a roof over their head. We have lunch on the steps of the church, a rich meal of beans and pasta and potatoes and meat. Real marchers’ food, offered and cooked with lots of love.

Lunch at Valsaín

The afternoon is dedicated to relaxing on the banks of a small mountain stream, and in the evening, as always at eight, there’s assembly. It’s curious that the participation of the local people is much bigger here in the village than it was yesterday in Segovia. There are elderly and mothers with children who sit down in our circle. They explain us a bit about the village.

All the pine forests and the springs around here used to be personal property of the king. Now they are the state’s. And the state lets all the richness be exploited by multinationals of wood and water. They cut down the trees, they take water from the springs and sell it back to the people in bottles of plastic.

We invite the citizens of Valsaín to form their own assembly. We tell them about the example of Otxandio. This is their valley. They can take back what’s theirs. There’s nothing the people can’t do, as long as they really want it.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 15:56

a créé le document : « Appel de 158 militants ouvriers et élus, 2 juillet 2011 »

French Révolution a créé le document : « Appel de 158 militants ouvriers et élus, 2 juillet 2011 »

NON À LA DICTATURE DE LA “TROÏKA”

  (FMI, BCE, UNION EUROPÉENNE)

  NON AU PLAN EUROPLUS

   NON À LA DICTATURE DES DÉFICITS

 

Pour sauver le système capitaliste, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque centrale européenne (BCE) et l’Union européenne prétendent imposer à tous les peuples et à la classe ouvrière un plan d’austérité d’une brutalité sans précédent.

Que ce soit en Grèce ou au Portugal, la troïka impose aux gouvernements-qui l’acceptent-la baisse des salaires, la liquidation de toutes les conquêtes sociales et brade au secteur privé toutes les entreprises publiques et nationalisées.

Face à cette politique, dans toute l’Europe, les travailleurs résistent, n’acceptent pas et combattent pour préserver leurs conquêtes, comme l’a démontré le mouvement massif des travailleurs en France pour s’opposer à la réforme des retraites.

En France, à la demande de l’Union européenne, le gouvernement tente d’imposer le plan Europlus- que ce soit par la constitutionnalisation de la rigueur ou par tout autre moyen-, plan Europlus qui prévoit, entre autres, des milliers de licenciements et de suppressions de postes, le blocage des salaires, la généralisation de la précarité, en particulier de la jeunesse, la liquidation des libertés communales et de nouvelles privatisations.

Pour mettre en œuvre cette politique réactionnaire, en France comme dans le monde entier, les gouvernements cherchent à associer les organisations du mouvement ouvrier. En Espagne, ils ont imposé un pacte social.

Les soussignés observent qu’en Tunisie, lorsqu’ils ont renversé la dictature de Ben Ali, les travailleurs ont su retrouver les voies de l’organisation syndicale, l’UGTT (renforcée, depuis, de 150 000 nouveaux adhérents, en particulier les jeunes) pour exiger la satisfaction de leurs revendications et le respect de la démocratie.

Les soussignés s’adressent à tous les travailleurs,militants du mouvement ouvrier et démocrates.

 

Il n’est pas possible d’accepter la politique que veut imposer la « troïka » (FMI- BCEUE). Pour aider à la résistance et préparer les combats inévitables à venir, les signataires appellent tous les travailleurs et démocrates et leurs organisations à se rassembler au delà de la diversité de leurs engagements.

Il revient au mouvement ouvrier de refuser le rôle que lui assignent les institutions internationales (FMI,BCE,UE) et les gouvernements.

Il revient au mouvement ouvrier d’organiser la résistance pour défendre les intérêts des travailleurs mais aussi les conquêtes démocratiques et les acquis de la civilisation.

Il revient au mouvement ouvrier de s’unir au-delà des divergences compréhensibles pour refuser les diktats de l’Union européenne.

Sur ces bases, et face à la soumission des partis politiques liés à l’Union européenne, il revient aux travailleurs et aux militants qui partagent ces objectifs de se regrouper.

C’est pourquoi les soussignés proposent d’organiser une conférence nationale de militants afin d’échanger nos points de vue et de discuter des moyens à mettre en œuvre pour défendre l’indépendance de nos organisations, notamment à l’égard des gouvernements, pour faire échec à tous les plans antisociaux préparés par l’Union européenne.

Pour tout contact :

  appel2juillet@gmail.com

  Michel Allain : 14, rue Émile Zola, appt 215, 92600 Asnières-sur-Seine-Philippe Selva : 14, rue de la Boétie, 91210 Draveil

PREMIERS SIGNATAIRES

Michel Allain, syndicaliste équipement (92) ; José Alvarez, syndicaliste construction (75) ; Maria Alves, syndicaliste métallurgie (39) ; Xavier Amor, syndicaliste métallurgie (93) ; Richard André, syndicaliste bois (71) ; Dominique Arnaudies, syndicaliste télécommunicant (75) ; Jacques Aurigny, syndicaliste Education nationale (75) ; Myriam Bakowski, syndicaliste postière (47) ; Cendrine Ballon, syndicaliste services publics (86) ; Jacky Bara, syndicaliste (79) ; Paul Barbier, syndicaliste enseignement (49) ; Thierry Barbier, syndicaliste santé (71) ; Jean Bazelle, maire de Lascelle, ancien syndicaliste action sociale (15) ; Christophe Benoit, syndicaliste enseignant (34) ; Nicole Bernard, syndicaliste organismes sociaux (75) ; Sylvain Bernard, syndicaliste postier (93) ; Aurélien Bernier, auteur (86) ; Jacques Berthault, syndicaliste santé (39) ; Pierre Besse, syndicaliste cheminot (75) ; Denis Bézirard, syndicaliste agro-alimentaire (76) ; Jean-Simon Bitter, syndicaliste assurances (93) ; Serge Bloch, syndicaliste agro-alimentaire (67) ; Jean-Vincent Boudou, syndicaliste (15) ; Yves Bourdin, syndicaliste retraité métallurgie (85) ; Alain Boutareaud, syndicaliste Finances publiques (33) ; Fabrice Brucker, syndicaliste Équipement (07) ; Marc Buard, syndicaliste services publics (93) ; Raphael Cacioppola, syndicaliste métallurgie (69) ; Bruno Cailletaux, maire adjoint (44) ; Rémi Candelier, syndicaliste enseignant (76) ; Mireille Carrot, syndicaliste santé (42) ; Patrick Catrix, syndicaliste cheminot (75) ; Daniel Chalier, syndicaliste santé (63) ; Philippe Chamek, syndicaliste postier (93) ; Jean-François Chazerans, syndicaliste Éducation nationale (86) ; Jocelyn Clodine-Florent, syndicaliste postier (75) ; Pascal Costarella, syndicaliste enseignement (38) ; Olivier Crammer, syndicaliste Éducation nationale (59) ; Jean-Paul Crouzet, syndicaliste enseignement (69) ; Marise Dantin, syndicaliste hospitalier (75) ; Alain Davanture, syndicaliste bois-construction (71) ; Christian De Vito, syndicaliste commerce (13) ; Clarisse Delalondre, syndicaliste énergie (92) ; Jean-Michel Delaye, syndicaliste territoriaux (67) ; Cécile Delecray, syndicaliste enseignante (26) ; Claire Delore, syndicaliste santé (37) ; Gilles Denosjean, syndicaliste enseignement (71) ; Aline Dotto, syndicaliste hospitalière (38) ; Christian Duffy, syndicaliste services publics (75) ; Didier Dunant, syndicaliste hospitalier (75) ; Francis Durand, syndicaliste (74) ; Daniel Dutheil, syndicaliste hospitalier (92) ; Patrick Dutto, syndicaliste métallurgie (64) ; Gérard Euzenot, syndicaliste recherche (13) ; Christian Eyschen, syndicaliste, responsable mutualiste, libre penseur (92) ; Gilbert Faraci, syndicaliste Défense (83) ; Marie- Christine Fararik, syndicaliste santé (75) ; Salah Ferkoune, syndicaliste chimie (69) ; Didier Ferron, syndicaliste postier (86) ; Gérard Fijalek, syndicaliste métallurgie (30) ; Alexandra Fiquet, syndicaliste territoriaux (86) ; Catherine Fléchard, syndicaliste énergie (75) ; Christophe Fonte, syndicaliste recherche publique (54) ; Didier Fouché, maire de Soulitré, ancien syndicaliste SNCF (72) ; Gérald Fromager, syndicaliste (02) ; Didier Gadéa, syndicaliste viticulteur (34) ; Michel Gannereau, syndicaliste Équipement (49) ; Claude Gatard, syndicaliste cheminot (91) ; Gabriel Gaudy, syndicaliste (75) ; Patrick Gauthier, syndicaliste Équipement (22) ; Christophe Gentile, syndicaliste travailleurs de l’État (83) ; Marc Georges, syndicaliste (74) ; Bernard Giusti, syndicaliste hospitalier (75) ; Orlando Gomes, syndicaliste métallurgie (39) ; François Grazza, syndicaliste cheminot (75) ; Gérard Gressot, syndicaliste métallurgie (69) ; Jean-Louis Guérin, syndicaliste docker (35) ; Franck Guilbert, syndicaliste spectacle (75) ; Yacine Hadj-Hamou, syndicaliste fonctionnaire (31) ; Patrick Hebert, syndicaliste (44) ; Lucette Hohmann, syndicaliste textile (67) ; Daniel Jeannin, maire de Montenois, ancien syndicaliste automobile (25) ; Claude Jenet, syndicaliste (84) ; Daniel Juret, syndicaliste hospitalier (49) ; Jacques Lafouge, humaniste libre penseur ; Denis Langlet, syndicaliste métallurgie (78) ; Gilles Larrieu, syndicaliste métallurgie (64) ; Jacques Le Beuvant, syndicaliste Education nationale (29) ; James Le Cabellec, syndicaliste territoriaux (47) ; Sébastien Le Dû, syndicaliste postier (86) ; Gérard Le Goff, syndicaliste métallurgie (67) ; Martine Lehemonet, syndicaliste enseignement (75) ; Marie-Paule Lemonnier, médecin hospitalier (75) ; Bernard Lempereur, syndicaliste enseignant (75) ; Luc Lestrade, syndicaliste Finances publiques (40) ; Gérard Luiggi, syndicaliste équipement (83) ; Lina Maillard, syndicaliste Sécurité sociale (75) ; Jean Markun, syndicaliste mines de fer (57) ; Jean-Charles Marquiset, syndicaliste services publics (91) ; Françoise Martinez, syndicaliste Finances (83) ; Christophe Massé, syndicaliste postier (86) ; Christian Mérot, syndicaliste métallurgie (49) ; Alain Millard, syndicaliste postier (93) ; Hugues Miller, syndicaliste, services publics (57) ; Christian Moreau, maire de Dannemoine, syndicaliste Éducation nationale (89) ; Lilian Mounard, , syndicaliste (93) ; Suno Navarro, syndicaliste énergie (31) ; Philippe Navarro, syndicaliste santé (69) ; François Nicolaï, syndicaliste nettoiement (75) ; Fabrice Olsak, syndicaliste Éducation nationale (33) ; Lionel Parlant, syndicaliste postier (69) ; Frédérique Paul, syndicaliste (86) ; Jean-Claude Perou, syndicaliste enseignement (86) ; Yan Perrotte, militant ouvrier (50) ; Michel Petrequin, syndicaliste enseignant (34) ; Hervé Picamelot, syndicaliste métallurgie (71) ; Pierre Piccarretta, syndicaliste métallurgie (38) ; Marc Pipeau, syndicaliste Culture (75) ; Jean Placenti, syndicaliste éducateur spécialisé (94) ; Emmanuel Poisson, syndicaliste (28) ; Fabrice Pone, syndicaliste métaux (39) ; Pascal Poyen, syndicaliste Finances publiques (71) ; Philippe Quintard, syndicaliste (92) ; Odile Raffini, syndicaliste (77) ; Daniel Rassat, syndicaliste enseignant (26) ; Michel Raynaud, syndicaliste travailleur de l’Etat (36) ; Jean-Louis Remande, syndicaliste cheminot (76) ; Bruno Ricque, syndicaliste santé (76) ; Alain Rivron, syndicaliste postier (30) ; Marie-Line Robinet, syndicaliste fonctionnaire (75) ; Sylvie Roger-Pons, syndicaliste (19) ; Alain Roques, syndicaliste recherche agronomique (45) ; Rose-May Rousseau, syndicaliste santé (94) ; Didier Rouze, syndicaliste énergie (31) ; Bernard Saas, syndicaliste chimie (71) ; Joachim Salaméro, syndicaliste (33) ; René Sale, syndicaliste hospitalier (13) ; Pascal Samouth, syndicaliste (43) ; Roger Sandri, syndicaliste ; Marc Sauterey, syndicaliste transports (91) ; Arsène Schmitt, syndicaliste travailleur frontalier (57) ; Philippe Selva, syndicaliste Finances publiques (75) ; Alain Serre, syndicaliste professionnels de vente (75) ; Christian Sourbès, maire de Lagrange (40) ; Sylvain Sourdillat, syndicaliste Finances publiques (40) ; Maurice Stobnicer, syndicaliste enseignant (93) ; Thierry Teruel, syndicaliste postier (93) ; Olivier Tomnet, syndicaliste métallurgie (92) ; Jacques Tournat, syndicaliste banque (86) ; James Treuil, syndicaliste services publics (86) ; Michel Trougnou, syndicaliste enseignement (86) ; Jean-Paul Villette, syndicaliste métallurgie (71) ; Vincent Vilpasteur, syndicaliste (95) ; Alain Vollaro, syndicaliste territoriaux (13) ; Laurent Weber, syndicaliste Sécurité sociale (92) ; Hubert Whitechurch, syndicaliste Enseignement supérieur (67) ; Dolores Wickramasinghe, syndicaliste postière (93) ; Pascal Zadikian, syndicaliste transports (93).

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 15:27

link

 

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/Synthese_Securite.pdf

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 15:03

Découvrez la LOPPSI 3 - oui, la 3

mardi 19 juillet 2011 par Pièces et main d’œuvre

Vous dirait-il d’assister à un complot en direct ? A un complot, c’est-à-dire à « un projet concerté secrètement contre la vie, la sûreté de quelqu’un ou contre une institution » (dictionnaire Le Robert).

 

Les comploteurs ? Claude Guéant, ministre de l’Intérieur ; Eric Ciotti, député UMP, président du Conseil général des Alpes maritimes, rapporteur pour la commission des lois de la LOPPSI 2 - loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure ; Xavier Raufer, de son vrai nom Christian de Bongain, criminologue et ancien d’Occident ; des préfets ; des parlementaires ; des hauts responsables de la police ; un général d’armée cinq étoiles ; Olivier Darrason, le président du conseil d’administration de l’Institut des hautes études de la défense nationale.

 

Leurs complices et « partenaires » ? SFR, IBM, Safran-Morpho, l’Imprimerie nationale, Xiring, SAP, Secuneo et le Syndicat national des entreprises de sécurité - bref, l’industrie et l’administration du contrôle, de la surveillance et de la contrainte.

 

La date, le lieu, les circonstances du complot ? Le 22 mars 2011, un mois seulement après l’adoption de la LOPPSI2, lors des « 4e rencontres parlementaires sur la Sécurité » organisées à la Maison de la chimie à Paris sur le thème : « Sécurité et services : quels besoins ? Quelles réponses technologiques ? »

 

Les cibles du complot ? Vous, nous, tous. La sûreté des citoyens et résidents de ce pays soumis à un nouvel assaut de l’appareil techno-sécuritaire. Ce document n’est pas littéralement secret. Pour l’avoir, il suffit juste de savoir que ces « rencontres » ont lieu ; que des actes sont disponibles, moyennant finances, sur commande auprès de la boîte de com’ M&M Conseil, spécialisées dans ce genre d’événements. Puis, de vous acharner à les obtenir. Bon courage et bonne chance.

 

Nous vous les offrons ici bruts et in extenso. A vous de reconnaître les « pistes » de la future LOPPSI 3. Pour une mise en bouche, voici Eric Ciotti, le « monsieur sécurité » de l’UMP, dans son discours d’introduction : « Les technologies représentent d’abord de nouveaux outils au servce de la sécurité. Nous venons d’adopter la LOPPSI. L’un des objectifs principaux assignés à cette loi d’orientation et de programmation pour 2008-2013 vise naturellement à s’inscrire dans cette problématique. La modernisation de l’organisation de nos politiques de sécurité s’appuie naturellement sur les nouvelles technologies. »

 

Tout naturellement, ses invités se félicitent des dernières avancées scientifiques : scanner corporel, papiers d’identité biométriques, vidéosurveillance, lecture automatisée des plaques d’immatriculation, logiciels de « rapprochement judiciaire », « fichiers d’analyse sérielle », extension du fichier des empreintes génétiques qui n’est, selon Guéant, « que la modernisation du fichier des empreintes digitales, avec la pleine utilisation des technologies les plus modernes ».

 

Affirmer que la technologie est la continuation de la politique et de la guerre par d’autres moyens vous semble exagéré ? Vous doutez du lien entre innovation technologique et progrès de la police des populations – de « l’organisation rationnelle de l’ordre public » ? Vous pensez que les opposants à la tyrannie technologique, les luddites, les anti-technosciences se jouent des films d’épouvante ? Lisez les propos de nos comploteurs et repensez-y à deux fois.

 

(Pour lire le document, cliquer sur l’icône ci-dessous.)

 

PS : par ailleurs, le CEA vous invite à perfectionner ses systèmes biométriques en donnant vos empreintes digitales. Pour télécharger le formulaire de consentement à remplir par les donateurs, et bien sûr, le courrier d’accord de la CNIL : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/...


Synthèse Sécurité
Version prête à circuler
3 Mo

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 14:57

spaanserevolutie

Segovia

In Sol on 17 July 2011 at 21:38

Segovia, July 17

Dear people,

For the first time in almost two months I have left Madrid. Together with comrades Jim and Nacho we drove up to the old city of Segovia to witness the arrival of the Northern Column, the one from the Basque country. I took some pictures.

It feels great to be out of Madrid for a while. You can smell the air of the pine trees in the mountains, you can finally see the horizon. And you can also see the devastating impact of the Spanish building fury on the landscape.

We cross the Sierra de Guadarama and descend on Segovia. The city is famous for its Roman aquaduct. I remember a photo from an old Italian schoolbook with a sheperd and his herd walking underneath. It’s absolutely stunning. When I look at it, I don’t understand how it can stay up, let alone for two thousand years, without cement. I have seen Roman buildings and ruins all over Italy and in Rome itself, but I don’t remember ever being as impressed by a feat of engineering as I was here, today. But then again, putting things into perspective, I can imagine that people loathed it back then, just like we would hate to see an elevated highway running through a city.

Another good thing of being out of Madrid is getting in touch with the movement in the province. There’s a small 15M information point right next to the tourist office on the central square. The funny thing is the little differences. The slogans, the logos, the manifestos. They all express the same feelings, but every city, every acampada has developed its own style.

 We meet a marcher on reconaissance. He announces that the column is near, only five kilometres from here. We check our batteries and our memory cards, so as to be able to document the event, and we go ahead to meet them. It’s July 17 2011, the Northern Column arrives at Segovia.

We hear them before we can see them. It’s the sound of drums and chanting. An emotional moment. Up to now for me the marches had been coloured lines on a map of Spain. But today, finally, I can feel the vibration of the tambourines. I can see the Basque flags appearing and the people dancing down the road behind a huge yellow banner.

 Panoramically, the arrival under the Aquaduct is priceless. I’m happy we came to witness this, I’m happy to see the smiles of the these people, and to feel their strength. This is history on the march

We have lunch with the column in one of the parks. They have their lodgings at the municipal sports center right down the aquaduct. Jim and me and are seriously considering to join them.

The marchers put up their camp in the municipal sports center, they take a shower and hold an internal assembly. When it’s finished, people hurry down along the aquaduct to the central square for another assembly, this time in public.

People explain what the 15M means to them. They talk about the marches, about the people they encountered in the villages. “Many of the elderly that we came across were very sympathetic to our cause. The only thing they feared is that this movement will be short lived. Well, I’ll tell you, they don’t have to worry. This movement is slow, but it will go on, and it will go a long way.”

 Popular participation in Segovia is minimal. People in this well-to-do little town prefer to walk up and down the street in scenes from the Belle Epoque. But that doesn’t prevent comrade Jim to immortalise the assembly. Not in photo, not in video and neither with words, but with paint…

Jim, painting

Popular Assembly in Segovia, oil on fruitcase

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les marches des indignés vers Bruxelles
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 14:52


> Dans le bourg de Peyrelevade, sur cette vieille terre de résistances, nous
> avons décidé de fêter à notre manière l’abolition des privilèges que la
> Révolution française proclama, et qu’il nous reste à réaliser. Deux
> siècles et demi après la première nuit du 4 août, la mise à sac de la
> planète par une oligarchie prédatrice qui vaut bien les aristocraties d’antan,
> atteint un point de non-retour. Les gouvernements qui avaient renfloué la
> Banque aux dépens des peuples prétendent maintenant sacrifier les peuples
> pour satisfaire la Banque.
>
> Mais, des revolutions arabes aux places occupées d’Espagne et d’Europe,
> des émeutes de Grèce à celles de Londres, des blocages français aux grèves
> chinoises, le rêve d’un monde plus libre, plus égalitaire et plus
> fraternel connaît une nouvelle jeunesse.
>
> Du 4 au 6 août prochain, venus des quatre coins du monde, insurgés
> victorieux, musiciens, travailleurs en butte à l’exploitation,
> saltimbanques, chômeurs heureux, étudiants enragés, citoyens au bord de la
> crise de nerf, cinéastes, irradiés en furie, militants lassés de s’indigner
> ou radicaux mélancoliques, écrivains, habitants des campagnes et des
> banlieues, bloggeurs, tous peu soucieux de leur reconnaissance par la
> société existante, se retrouveront dans les rues du bourg de Peyrelevade.
> Deux jours et deux nuits durant, il y aura des films, des interventions,
> des discussions, de l’ivresse, de la musique et des chants, l’inattendu au
> coin de la ruelle et les murs couverts d’expressions énigmatiques, un
> banquet et un bal populaire aussi. Il y aura sur cette nouvelle place
> Tahrir en zone rurale la même disposition à se rencontrer et à se parler
> que dans les rues de Tunis le 14 janvier dernier ou sur les piquets de
> blocage en France pendant le mouvement contre la réforme des retraites.
> Pour s’arracher ensemble au cours programmé de la catastrophe, et crier
> « Dégage ! » à tout ce qui entend nous gouverner.
>
> Il y aura à la fin une assemblée d’où partiront, à coup sûr, des projets
> de bouleversement pour le siècle qui vient.
>
> Comme disait un graffiti de la Puerta del Sol : « L’impossible ne peut qu’advenir.
>  »
>
> Nous vous attendons donc à Peyrelevade pour les Nuits du 4 août.
>
>
> ==========
>
> Les 4, 5 et 6 août, à Peyrelevade
>
> En présence de Satoshi Ukai, Fantazio, Gilles Clément, Zoubeir Chahab,
> Gilles
> Perrault, Ouffnoon, Eric Hazan, Hakima Berrada, Quntet de bœufs, John
> Jordan,
> Isabelle Frémeaux, Krekekekex koax koax, Florent Gouget, Danser dans le
> silence, Arterroriste, Mylène Sauloy, bien d’autres encore et vous
> peut-être.
>
> Le site des Nuits du 4 août :
> http://www.nuitsdu4aout.com
>
> Pour télécharger l'affiche :
> http://ddata.over-blog.com/4/54/92/03/nuitsdu4aoutweb.pdf
>

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les Actions
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 10:56

12 personnes présentes au début, 16 à la fin dont deux nouveaux : Christophe et Magali.

Distribution de la parole : Marleen.
Lecture de l'ordre du jour : Bruno.

Compte-rendu : Bruno.

 

La lecture traditionnelle du manifeste démarre la séance.

 

ORDRE DU JOUR

1. Situation en Espagne

2. Texte pour l'amphithéâtre

3. Lettre ouverte au Maire

4. Action anti-nucléaire

5. Propositions création amphithéâtre

6. Divers

 

 

 

1. Situation en Espagne

 

Thomas nous expose son ressenti dans l'ensemble positif suite à son voyage en Espagne où l'action des indignés poursuit son évolution avec notamment des assemblées de mille personnes et des marches en direction de Madrid avec un important regroupement. Les destinations de Paris et Bruxelles ne sont pas confirmées.

Un campement en bois très solide (15-20m) habitable a été construit en face de l'Hôtel de Ville sur la Puerta Del Sol.

 

2. Texte pour l'amphithéâtre.

 

Ce texte écrit par Thomas est dans l'ensemble accepté. L'idée est de réclamer aux élus un lieu pour se réunir afin de se rapproprier l'espace public, un lieu où la parole citoyenne sera sacralisée.

En cas de refus les élus s'autodétermineront comme antidémocrates.

Deux «ambassadeurs» peuvent présenter ce texte aux AG d'autres villes. Thomas, Marleen, Johnatann, William se proposent.

 

3. Lettre ouverte au Maire

 

La lettre reprend la majeure partie du texte en s'adressant au Maire de Nîmes. En cas de refus ce sont les indignés qui construiront eux-mêmes leur amphithéâtre.

Anthony propose une lettre plus agressive en ajoutant quelques phrases et en changeant un mot ou deux et se mettra d'accord avec Thomas pour élaborer la version définitive qui conservera l'esprit originel du texte volontairement consensuel.

 

4. Action anti-nucléaire jeudi 20 juillet

 

Guillaume a beaucoup parlé des indignés en Ardèche et quatre personnes viendront se mêler à la troupe nîmoise.

 

5. Propositions pour la construction d'un amphithéâtre

 

Une commission chargée de la com avec les médias est composée de Xavier et Johnatann afin de signaler le chantier.

La construction doit être solide (palettes) et difficile à déboulonner. Le sujet est lancé, il sera à l'ordre du jour de la prochaine AG.

 

 

La réunion se termine vers 21h15, elle est suivie du repas.

Repost 0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 10:50

12 personnes présentes du début à la fin. Peu de monde qui passe, qui s'informe : quand verra t-on les indignés à la plage tracter entre deux pâtés de sable ?

Distribution de la parole : Joëlle.
Lecture de l'ordre du jour : Johnatann.

Compte-rendu : Bruno.

 

La lecture traditionnelle du manifeste (ponctuée du Basta Ya) démarre la séance. Certains éléments du groupe ne parlent pas assez forts et sont aimablement vilipendés par d'autres éléments du groupe. Dans quel monde vit-on ! :-)

 

ORDRE DU JOUR

Action anti-nucléaire

Lettre ouverte au Maire

Tracts

Brocante Alès

Divers

 

 

Action anti-nucléaire jeudi 20 juillet

Elle est maintenue car déjà trop annulée par le passé, on fera avec les bonnes volontés présentes.

Rendez-vous place d'Assas (proche maison carrée) à 18H pour répétition.

Guillaume a pris contact avec la porte-parole du collection anti-nucléaire d'Ardèche et viendra avec des renforts tandis que que Johnatann qui dirige l'action essayera de faire venir des amis pour jouer les figurants lors de cette action.

Tout le matériel requis (tracts, combinaisons, mégaphone) semble opérationnel. Yaka !

Le même soir, Johnatann invite les participants à un repas chez lui et proposera des couchages aux ardéchois. Thierry indique qu'il peut en héberger deux.

 

Lettre ouverte au Maire

Joëlle lit une lettre écrite par Thomas adressée au Maire de Nîmes qui exprime le souhait d'obtenir un endroit pour se réunir dans de meilleures conditions (notamment l'hiver).

Anthony intervient en disant que la formulation est incorrecte et que l'on a l'impression de quémander quelque chose alors qu'il faudrait exiger (ce qui nous revient d'ailleurs de droit). Il dénonce aussi l'expression « apolitique » qu'il faudrait remplacer par « sans appartenance politique ». ! Jean-Paul exprime la légitimité de s'adresser au premier élu de la ville.

Fanny rebondit sur le sujet et informe Anthony de l'intérêt de cette lettre déjà exprimé lors d'une précédente assemblée.

Anthony craint néanmoins une possible récupération politique en contactant les élus qui viendront bien assez tôt ! Bruno surenchérit en comparant révolte (« stade actuel des indignés ») et révolution. « La première a plusieurs objectifs plus ou moins cohérents, la seconde n'en a qu'un : changer le pouvoir et le remplacer. Conclusion : il faut prendre et non demander ».

L'idée de la lettre est bonne mais Anthony est chargée de proposer une nouvelle version plus incisive et moins « quémandeuse ».

Cette lettre sera adressée à toutes les AG d'indignés et éventuellement au Conseil Municipal. Par la suite elle peut servir de soutien à une pétition, à contacter les médias, les maires des autres communes, etc.

Il en sera reparlé au plus tôt.

 

Tracts

Fabrice s'est engagé à apporter un grand nombre de tracts d'ici jeudi et Bruno en apporte le soir-même 50 de celui remis en forme de Martin (Que font nos dirigeants ?). Deux modifications seront à apporter mais dans l'ensemble le nouveau tract est beaucoup plus lisible.

 

Brocante Alès dimanche 31 juillet.

Inscription et réservations à faire.

Renouveler et trier le matériel, faire appel aux bonnes volontés.

Il convient de voir qui vient, qui prend sa voiture en l'absence de Vincent pour cette action. Marleen propose de prêter sa voiture.

Bruno propose dans l'avenir de diffuser une annonce dans la gazette (conviviales, gratuit) pour faire un appel aux dons.

Bruno propose une voiture (exigeant une réparation) qu'il offre aux indignés.

 

 

 

Divers

 

Action anti-nucléaire à Avignon 24 juillet.

RDV à 13h30.

Tracts en plusieurs langues.

Fanny (chargée du blog) signale des redites dans la traduction et souhaite faire quelques modifs.

Mailing List

Il est proposé de stocker les adresses électroniques inconnues dans un répertoire afin d'éviter un grand nombre de retours.

Atelier

Johnatann propose un atelier mercredi 19 juillet 16h.

Badges

Johnatann propose d'avancer les 80 euros nécessaires au lancement d'une première fabrication car il ne reste que 50€ dans la cagnotte. Bruno propose une souscription.

Brocante saint-Charles

Elle aura lieu le 7 août avec présence d'un stand d'indignés en principe.

 

La réunion se termine vers 20h45, elle est suivie du repas.

Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22