Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 13:17

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/jerome-fraisse

 

 

Au pays de la désinformation

 

 

Les manifestations que je vois de l'intérieur et celles racontées par les médias ne se ressemblent pas du tout. Plus les années passent et plus l'écart se creuse. Démonstration à travers la manifestation du 14 juin 2016 contre la loi travail : le point de vue du simple manifestant avec ses jambes, ses yeux et ses oreilles en parallèle de celui du simple français moyen avec son canapé et sa télé...

Partis tôt (6h45) de Limoges en bus affrété par la FSU pour rallier la manifestation nationale du 14 juin 2016, le voyage commence par un débat animé sur l'heure de retour. En effet, les contraintes du voyage en bus nous imposent de revenir à 16h45 à la Gare d'Austerlitz, ce qui ne nous laissera pas à priori le temps de terminer la manifestation, surtout s'il y a du monde. Une petite négociation (syndicale!) nous permet de gratter 1/2h pour un retour vers 17h15 à Austerlitz, loin de la fin de la manif mais qui devrait nous faire gagner du temps pour nous extraire de la capitale.

Arrivés dans les bouchons parisiens, nous voici largués près de la Porte d'Orléans pour rallier par nos propres moyens la place d'Italie. La plupart choisissent les pieds comme mode de transport, et les diverses applications de guidage, toutes plus efficaces les unes que les autres, nous dispersent dans les rues parisiennes. C'est donc séparé de mes camarades que j'arrive vers 12h15 sur la Place d'Italie qui commence à se remplir bruyamment.

Quelques textos et coups de fils plus tard, je dois rejoindre les copains sur l'Avenue d'Italie. Facile, ils sont près d'une grande tour ronde avec leurs drapeaux SNES au milieu de drapeaux rouges! Alors je remonte l'avenue... Des drapeaux rouges il n'y a que de ça, les convois CGT descendant en masse l'avenue d'Italie, et les drapeaux FO étant rouges aussi. Je vais bien repérer des drapeaux SNES dans tout ça! J'en trouve en effet, mais pas les bons. 15 minutes et un kilomètre plus loin je retrouve la délégation limousine. Et il y a encore beaucoup de monde qui convergent derrière eux. C'est comme une pré-manif avant la manif...

Nous rejoignons alors notre position attitrée sur le Boulevard de l'Hôpital pour le départ prévu à 13h. Nous cassons la croûte comme il se doit, avec rouge, saucisson et fromage! 14h, nous n'avons pas bougé d'un iota, c'est plutôt bon signe pour la mobilisation... 14h30 toujours pas de mouvement et nous devrons quitter le cortège avant 16h30 pour arriver à l'heure à notre bus... Tans pis, nous trichons, raccourci par une petite rue perpendiculaire, pour rejoindre l’avenue des Gobelins où le cortège est en marche.

Nous marchons un peu plus vite que le cortège pour sonder son ampleur et rejoindre l'arrivée la manif avant de devoir la quitter pour attraper notre bus. Ambiance sonore et bon enfant, et chapeaux bas à la CGT pour sa mobilisation et son animation. Mention spéciale aux CGT Dockers : leur nombre, la carrure des gaillards et leurs joueurs de tambour imposent le respect!

 

CGT Docks © Jérôme FRAISSE CGT Docks © Jérôme FRAISSE

 

Sinon, nous étions bien parqués : toutes les rues adjacentes étaient verrouillées par les CRS qui interdisaient de sortir de la manif ou d'y rentrer. Pour protéger qui, pour protéger quoi? Le mystère reste entier... Ça donnait en tout cas la drôle d'impression d'être dans un zoo. Le manifestant serait-il une espèce protégée?

 

Grille pour ne pas se tromper de direction © Jérôme FRAISSE Grille pour ne pas se tromper de direction © Jérôme FRAISSE

 

Petites rues ou grandes avenues, aucune chance de s'échapper!

 

Barrage anti-fuites © Jérôme FRAISSE Barrage anti-fuites © Jérôme FRAISSE

 

Il ne s'agissait pas non plus de prendre le métro!

 

Verrouillage des bouches de métro © Jérôme FRAISSE Verrouillage des bouches de métro © Jérôme FRAISSE

 

De la casse? Oui il y en a eu, même si nous n'avons été témoins d'aucun acte. Les cibles? A de rares exceptions près, les banques quasiment exclusivement les banques.

 

Vitrine de banque cassée © Jérôme FRAISSE Vitrine de banque cassée © Jérôme FRAISSE

 

Et aussi les panneaux publicitaires de Jean-Claude Decaux dont assez peu ont été épargnés.

 

Panneaux publicitaires cassés © Jérôme FRAISSE Panneaux publicitaires cassés © Jérôme FRAISSE

 

Personnellement, je ne me serais pas interposé entre la massette d'un blackbloc et une de ces plaques de verres... Je pense que la police ne l'a pas fait non plus, trop occupée qu'elle était à empêcher les journalistes et les passants de quitter la manif...

 

Négociations sans succès pour quitter la manifestation © Jérôme FRAISSE Négociations sans succès pour quitter la manifestation © Jérôme FRAISSE

 

Tout ce spectacle sous le regard bienveillant de l'hélico dont on ne verra jamais les photos vues d'en haut...

 

L'hélico à Montparnasse © Jérôme FRAISSE L'hélico à Montparnasse © Jérôme FRAISSE

 

Vers 16h, alors que nous avions passé la tour Montparnasse, le cortège devenait de plus en plus dense pour finalement s'immobiliser. On a su par des copains postés à l'avant que ça chauffait là bas et qu'ils étaient noyés sous les lacrymos. Ça ne sentait pas très bon et il était de toute façon temps pour nous de partir pour rallier notre bus. Nous avons donc demandé aux CRS postés sur la rue adjacente s'ils pouvaient nous laisser passer pour rentrer à la maison. NON! et pourquoi? Pas de réponse. On est bloqués et on va bientôt être comprimés les uns sur les autres, comment on fait? Vous n'avez qu'à remonter le cortège, nos collègues vont sûrement ouvrir les rues précédentes. Y a-t-il un responsable avec qui on peut négocier réellement? OUI, le Préfet de Paris, vous n'avez qu'à l'appeler. Rien à faire! Au bout d'1/2h de négociations, personne n'a pu sortir, même pas un vieux parisien coincé là avec son vélo. Seul un handicapé sur un fauteuil roulant a suffisamment ému les robocops pour qu'ils le laissent passer sous les applaudissements de la foule.

 

Négociation avec les CRS pour quitter la manif © Jérôme FRAISSE Négociation avec les CRS pour quitter la manif © Jérôme FRAISSE

 

Et puis, on voit sortir des personnes au compte-goutte les mains en l'air moyennant un semblant de fouille au corps. Les ordres auraient-ils changé? Nous nous approchons espérant sortir également. On nous demande alors de ranger les drapeaux et d'enlever tous les autocollants et autres signes d'appartenance à la manif. Les ordres sont de laisser sortir uniquement les gens normaux, alors vous comprenez....

Après une traversée de Paris au pas de course, nous arrivons à l'heure au RDV à Austerlitz avec même 5min pour nous jeter une petite bière bien méritée dans un troquet.

Débriefing dans le bus.

On a bien fait de se donner RDV à Austerlitz. Un autre bus Limousin qui a voulu attendre vers l'arrivée de la manif a perdu toutes ses vitres sur un côté... Les bus garés aux Invalides étaient toujours bloqués à 19h.

Ceux qui étaient remonté jusqu'à l'avant de la manif ont vu débouler les blackblocs sur les CRS et ont subit les dommages collatéraux de la lacrymo.

Un copain FO cheminots n'avait toujours pas bougé de sa rue adjacente à la place d'Italie à 17h et n'aura finalement pas défilé.

Que disent les médias sur nos smartphones? Entre 90 000 et 1 000 000 de manifestants! Non de Dieu! Je déplorais qu'en quelques années les écarts entre les chiffres de la police et des organisateurs avaient glissé progressivement de 1 à 2 puis de 1 à 4, là on a dépassé le 1 à 10!

Je ne suis pas expert en comptage de manifestants dans les rues de Paris et je conçois que les organisateurs aient une tendance à gonfler les chiffres, mais j'ai quelques éléments qui m'ont toujours fait douter de la véracité des chiffres des préfets:

- J'ai déjà vu des marées humaines sur des autoroutes près d'un certain projet d'aéroport nantais où, juché sur un pont transverse, je ne voyais ni le début, ni la fin de la manif, pendant que la PQR locale affichait sur mon smartphone le chiffre de la préfecture d'une extrême précision: 7200 personnes.

Nantes 9 janvier 2016 © Jérôme FRAISSE

 

- Nous avons des relations cordiales avec les RG Limougeauds qui font du comptage sérieusement mais avouent que les chiffres qu'ils font remonter ne sont pas ceux publiés par la préfecture.

 

De retour à la maison et à la vie active les réactions ne se font pas attendre:

- Tu étais à la manif? Alors, tu as vu, ils ont tout cassé! Ils ont cassé l'hôpital Necker, les salles d'opération, avec des enfants dedans! C'est la CGT? On les a vus sur les vidéos!

Le grand amalgame comme d'habitude!

Je ne savais pas pour l'hôpital Necker, je n'étais pas du bon côté et je ne suis pas arrivé à sa hauteur. Alors j'ai essayé de me renseigner jonglant entre les titres racoleurs comme "Loi travail : les casseurs s'en prennent à l'hôpital Necker" pour essayer de capter des faits, pas des émotions:

- 15 vitres dégradées sur le bardage vitré qui cache la façade du bâtiment. Une détruite par un écervelé avec une massette, les autres fissurées par des jets de projectiles à destination des CRS, sur un lieu où ça a chauffé et où les lances à eau poussaient les affrontement vers l'hôpital.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/06/15/degradations-a-l-hopital-necker-ce-qu-il-s-est-passe_4951016_4355770.html

- 1 manifestant portant un gilet rouge filmé devant les invalides avec un pavé à la main.

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/reforme-code-travail-el-khomri/20160616.OBS2737/loi-travail-y-avait-il-des-militants-de-la-cgt-parmi-les-casseurs.html

Alors cet amalgame suffit au dictateur en puissance à dire qu'il faut interdire les manifestations!

Et pourquoi pas la coupe d'Europe de foot tant qu'on y est?

Nous vivons une période trouble, et il faut se poser la question: à qui profite le trouble?

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/jerome-fraisse

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22