Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 17:11

 

Source : www.reporterre.net

 

 

Tout savoir sur le Testet, si on a loupé les épisodes précédents

Grégoire Souchay (Reporterre)

lundi 20 octobre 2014

 

 

 

Cécile Duflot et Noël Mamère se rendent aujourd’hui sur la zone humide du Testet. Alors que la lutte ne faiblit pas et qu’elle accède à la scène politique nationale, voici le B.A. BA du dossier, pour connaître les tenants et aboutissants de ce projet de barrage inutile et imposé.


Les députés écologistes Cécile Duflot et Noël Mamère se rendent aujourd’hui sur la zone humide du Testet. Ils tiendront une conférence de presse, et rencontreront le préfet du Tarn en fin d’après-midi. Samedi, plusieurs personnalités, dont Noël Mamère, José Bové, Pierre Larrouturou et Corinne Morel Darleux ont envoyé une lettre ouverte à Ségolène Royal pour lui demander de publier le rapport d’experts qu’elle a mandaté.

A l’heure où la bataille du Testet monte sur la scène politique, il est utile de faire le point sur le dossier, pour ceux qui ont manqué les épisodes précédents. En quinze questions et quinze réponses, voici le Testet pour les Nuls.

Qu’est-ce que le projet de barrage de Sivens ?

En 2001, la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG) réalise un rapport sur « le confortement de la ressource en eau du Tescou ». Elle propose dans ses conclusions la construction d’une retenue d’eau sur cette rivière qui coule dans les départements du Tarn et du Tarn-et-Garonne entre Gaillac et Montauban. Deux ans plus tard, l’Agence de l’Eau Adour-Garonne se base dans son Plan de Gestion des Etiages sur cette étude pour lancer le projet de barrage du Testet dont la réalisation sera confiée à la même CACG.

Le chantier est prévu sur 29 hectares, avec une emprise totale du projet sur 36 hectares, au niveau de la forêt de Sivens près du lieu-dit Testet, sur la commune de Lisle-sur-Tarn (département du Tarn). Or, cette forêt abritait jusqu’à septembre 2014 une zone humide boisée d’une superficie de 11 hectares, la zone humide du Testet. Avec 93 espèces protégées recensées, c’est l’une des deux dernières zones humides d’un seul tenant de cette nature qui existait encore dans le Tarn. Le barrage contiendrait 1,5 millions de mètres cubes d’eau, bien que le président du Conseil général ait reconnu depuis que ce volume était surdimensionné.


- Une vue de la forêt en août 2014, avant la destruction de la forêt -

À quoi ce barrage est-il censé servir ?

Selon la déclaration d’utilité publique délivrée en 2012, ce barrage vise pour 30 % à « soutenir le débit d’étiage », c’est-à-dire à augmenter le débit du cours d’eau en aval, afin notamment de diluer des pollutions dans la rivière. Problème, entre l’étude sur le projet et aujourd’hui, les principales sources de pollution ont été supprimées. L’essentiel du projet concerne donc en fait la « constitution de réserves en eau » destinées à l’irrigation (70%). Moins d’une trentaine d’irrigants de maïs semences aurait un intérêt réel à utiliser cette eau.

Combien coûterait-il ?

Le coût du projet de barrage est évalué à 7,8 millions d’euros. Il est entièrement financé sur des fonds publics, de France et d’Europe : 4,2 millions d’euros pour l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, 1 million d’euros chacun pour les Conseils généraux du Tarn et du Tarn-et-Garonne et enfin 2 millions via le fonds européen FEADER.

Mais cette dernière dotation est remise en cause : elle ne peut en effet être attribuée pour des projets servant uniquement à l’irrigation. De plus, l’Agence de l’Eau aurait suspendu le versement de ses fonds au résultat de la mission d‘expertise envoyée mi-septembre par le ministère de l’Environnement.

Le financement du projet est donc très fragilisé.

Qui promeut ce barrage ?

La CACG est une société d’économie mixte d’aménagement de projets territoriaux. C’est l’un des acteurs majeurs depuis 1945 du développement de l’irrigation dans le sud-ouest. À Sivens, la CACG joue à la fois le rôle de bureau d’études et de maître d’œuvre du chantier. Elle vend également du matériel d’irrigation.

La maîtrise d’ouvrage revient quand à elle au Conseil général du Tarn, dont le président est Thierry Carcenac (PS). Celui-ci est très favorable au projet et a refusé de rencontrer les opposants. Le projet est également porté par le Conseil général du Tarn-et-Garonne, l’Agence de l’eau Adour-Garonne et la Chambre régionale d’agriculture. Mais l’appui le plus puissant est bien celui de la FNSEA, dont certains adhérents bénéficieront directement de l’investissement pour le barrage. Le premier ministre Manuel Valls s’est aussi prononcé en faveur du barrage.


- Thierry Carcenac -

Y-a-t-il des conflits d’intérêts ?

La CACG est à la fois juge et partie, puisque cette compagnie a fait l’étude concluant au besoin du barrage, et qu’elle doit le réaliser, ce qui représente une volume d’activité important pour elle. Le conseil d‘administration de la CACG est essentiellement composé d’élus. On y retrouve ainsi André Cabot, à la fois conseiller général et rapporteur de la commission permanente en charge du projet au Conseil Général du Tarn ; membre du conseil d’administration de l’Agence de l’eau Adour Garonne et vice-président de sa commission des interventions. Francis Daguzan, qui préside le Conseil d’Administration de la CACG, est également l’un des vice-présidents du Conseil général du Gers. Or, jusqu’en juillet 2013, celui-ci était présidé par Philippe Martin, ministre de l’Ecologie entre juillet 2013 et mars 2014. A ce poste, il a donné son aval au projet malgré les avis défavorables de ses services. Le directeur même de la CACG, Alain Villocel, est également vice-président de la commission Programme, finances et évaluation de l’Agence de l’eau Adour-Garonne.


- Répartion du capital de la CACG -

Qu’en pensent les experts environnementaux ?

Tous les conseils environnementaux ont rendu des avis défavorables. Le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) a pointé « une expertise écologique souffrant d’insuffisances et d’interprétations non pertinentes ». À sa suite, le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN), qui dépend du ministère de l’environnement a également relevé dans un premier avis de 2013 « des inventaires faunistiques très insuffisants ». Re-saisi après une réécriture de forme du projet, il persistait dans son avis défavorable en septembre 2013 soulignant « qu’aucun nouvel élément probant sur le fond n’a été fourni ».

- Télécharger le 2e avis du CNPN :

PDF - 466 ko

- Télécharger l’avis du CSRPN :

PDF - 864.9 ko

De son côté, l’ONEMA (Office national de l’eau et des milieux aquatiques) a indiqué dans un avis du 22 juin 2012 que « les mesures de correction et de compensation restent insuffisantes » en ajoutant : « Le maintien du bon état chimique et écologique de l’eau en aval immédiat de la retenue ne semble pas garantie ».

L’enquête publique a conclu à un avis favorable, mais conditionné à l’existence d’un avis favorable de la CNPN, qui n’existe donc pas.

Le projet menace-t-il des espèces protégées ?

Les naturalistes employés en 2008 par la CACG semblent avoir réalisé un inventaire précipité peu rigoureux, soulignent les avis de la CNPN et du CSRPN. Un inventaire complémentaire a été réalisé au printemps 2013 par le bureau d’études AMIDEV, mais là encore, aucune garantie n’a été fournie sur la fiabilité de ce travail. Au moins vingt espèces protégées ont échappé aux observations du bureau d’étude. Autre problème : l’enquête publique ne prend aucunement en compte la présence sur la zone de migrateurs amphihalins, ce qui va à l’encontre du Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE).


- Ampuse, espece protégée non répertoriée, mais présente au Testet -

Qui sont les opposants au barrage de Sivens ?

La lutte est menée par deux principaux collectifs. D’un côté, le Collectif pour la Sauvegarde de la Zone Humide du Testet, né en 2011, mène la contre-expertise citoyenne et les recours juridiques. Il rassemble militants, écologistes et citoyens de tout bords. Le collectif Tant qu’il y aura des Bouilles est né avec les premières occupations de terrain, le 23 novembre 2013. Ce collectif informel, mouvant, sans porte-parole, fonctionne de manière horizontale et en démocratie directe, avec une autonomie dans les choix. L’ensemble des lieux d’occupation constitue une ZAD (zone à défendre), relevant de la même orientation que celle existant à Notre-Dame-Des-Landes. À ces collectifs s’ajoutent des riverains qui appuient la lutte via des dons de vêtements, de nourriture et d’objets, et qui permettent à la ZAD de continuer à vivre.


- La ferme de la Métairie, centre de la ZAD -

Comment agissent ces opposants ?

Si quelques jets de cocktail molotov artisanaux ou de pierre ont pu être observés lors d’affrontements avec les forces de l’ordre début septembre, la stratégie des barricades s’est rapidement épuisée, en raison de son inefficacité. Les opposants tentent la plupart du temps de s’opposer de manière non violente : action de clowns, sit-in pacifique devant les cordons de gendarmes ou les centres de décision, occupation des arbres menacés d’abattage et bien sûr vie au quotidien sur les lieux.

Les plus téméraires se sont enterrés dans le sol pour freiner le passage des machines. Enfin, une grève de la faim a été entamée début septembre 2013 par certains membres du Collectif Testet, et se poursuit à la date du 20 octobre.

Qui d’autre soutient cette lutte ?

Les associations environnementales comme Nature Midi-Pyrénées ou Les Amis de la Terre, ont été parmi les premières à soutenir l’opposition, avec quelques élus écologistes locaux. La mobilisation a pris un autre tour avec l’appui, y compris logistique, de la Confédération Paysanne début septembre. Puis, ce furent les lycéens du département qui tentèrent spontanément de bloquer leur lycée en soutien aux opposants au barrage. Egalement, la solidarité est venue des autres ZAD du pays, notamment de Notre-Dame des Landes. Des actions de solidarité se sont organisées dans divers secteurs du Tarn ainsi qu’à Toulouse, Bordeaux, Nîmes, Nantes ou Auxerre. Enfin, au niveau politique, la Confédération paysanne, le Parti de Gauche, EELV, Ensemble, le Parti pour la Décroissance, ATTAC et Nouvelle Donne ont appelé à un moratoire sur le projet.

Y-a-t-il eu des violences policières ?

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 


Source : www.reporterre.net

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans ZAD du Testet - Barrage de Sivens
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22