Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 19:02

 

 

C'est plutôt oui, mais toujours pas un « oui » franc. Après plusieurs semaines de tergiversations, la France pourrait approuver la reconnaissance de la Palestine lors de l'assemblée générale de l'Onu jeudi 29 novembre. « C'est la position de François Hollande dont il a souligné qu'il s'agit d'une constante de la politique étrangère de la France. L'objectif d'une reconnaissance de deux États est au cœur de notre position au Proche-Orient », explique-t-on à la cellule diplomatique de l'Élysée.

Sans être affirmatif, le ministre des affaires étrangères a également indiqué, jeudi au Sénat, « une direction ». « Le gouvernement actuel inscrit son action dans la perspective de l’engagement no 59 du candidat François Hollande, aujourd'hui Président de la République, en faveur d’une reconnaissance internationale de l’État palestinien », a expliqué Laurent Fabius.

 


 

Mais, à trois jours du vote, les discussions sont toujours en cours entre la France, l'Autorité palestinienne et les autres pays européens, dont la Grande-Bretagne qui hésite, comme Paris, entre un « oui » et l'abstention. Elles portent notamment sur la possibilité de saisine du tribunal pénal international (TPI) prévue par le statut d'État non-membre des Nations unies – un statut spécial que détient par exemple le Vatican. Or Israël, vent debout contre la reconnaissance de la Palestine, craint tout particulièrement une plainte auprès de la justice internationale et la France tente d'obtenir des Palestiniens qu'ils renoncent à poursuivre Israël pour des faits antérieurs à une reconnaissance comme État non-membre de l'Onu.

« Les Palestiniens travaillent encore sur la résolution. L'important, c'est que la démarche palestinienne ne compromette pas une reprise des négociations de paix », explique un diplomate français, sous couvert d'anonymat. Des négociations, au point mort depuis deux ans, auxquelles François Hollande n'a eu de cesse de marquer son attachement, notamment lors de sa récente rencontre avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. « Le statu quo actuel de blocage des négociations pour une paix durable n'est pas tenable. Il est impératif que les négociations reprennent », insiste la cellule diplomatique de l'Élysée.

 

« Il faut tout faire pour aider le président Abbas »

Ces dernières semaines, François Hollande a semblé revenir sur sa promesse de reconnaître un État palestinien (lire notre précédente enquête), sous la pression continue des États-Unis et d'Israël, et menaçait de s'abstenir à l'Onu le 29 novembre. Plusieurs personnalités, comme Stéphane Hessel ou l'ancien ambassadeur de France en Tunisie Yves Aubin de la Messuzière, s'en étaient émues, une délégation de parlementaires socialistes avait été reçue à l'Élysée (lire leur lettre à François Hollande sous l'onglet Prolonger), une quarantaine de députés ont signé un appel.

Ces derniers jours, le député PS des Français de l'étranger Pouria Amirshahi a aussi lancé une campagne sur le réseau social Twitter et son camarade de Lorient, Gwendal Rouillard, très proche du ministre de la défense Jean-Yves Le Drian et partisan « historique » de François Hollande, a publié un communiqué pour rappeler à ce dernier sa promesse de candidat. Même le maire de Paris, Bertrand Delanoë, s'en est mêlé : « Il faut que la Palestine obtienne le statut d’État observateur à l'ONU et que la France soutienne les Palestiniens dans cette démarche », a-t-il écrit sur Twitter.

Le PS avait voté l'an dernier, à l'unanimité, une résolution favorable à la reconnaissance internationale de la Palestine et le groupe à l'Assemblée, alors présidé par Jean-Marc Ayrault, avait déposé un texte en ce sens.


G. Rouillard 
G. Rouillard

« Contrairement à la mi-novembre, on est plus proche d'un vote pour de la France que de l'abstention », se réjouit Jean-Claude Lefort, ancien député communiste, président de l'Association France Palestine Solidarité. Mais, nuance le député Gwendal Rouillard, « si le ministre des affaires étrangères l'a clairement sous-entendu et que le quai d'Orsay plaide très clairement pour un vote “oui”, François Hollande est toujours en réflexion ». « À 72 heures du vote, il faut tout faire pour aider le président Abbas. D'autant que le Hamas prétend sortir victorieux de la dernière confrontation avec Israël. Je demande à François Hollande de la cohérence avec 50 ans de politique étrangère française et par rapport à ses propres engagements », explique-t-il.  

« Il est temps que la France prenne sa décision ! Reconnaître enfin l’État palestinien constitue la seule issue pour éviter le chaos, les violences et l’injustice », s'exclame également le député Front de gauche François Asensi. Il a prévu de poser une question au gouvernement mardi à l'Assemblée. Laurent Fabius pourrait alors rendre le verdict de la France.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Palestine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22