Vendredi 13 avril 2012 5 13 /04 /Avr /2012 15:51

 

lefigaro.fr
AFP Mis à jour le 13/04/2012 à 15:13 | publié le 13/04/2012 à 15:10

 

 

Les trois grands syndicats italiens ont manifesté aujourd'hui à Rome pour défendre les dizaines de milliers de salariés qui se retrouveront sans pension en raison de la réforme des retraites du gouvernement de Mario Monti.

Cette manifestation à l'appel de la CGIL, de la CISL et de l'UIL a réuni des dizaines de milliers de personnes et a bloqué la circulation dans le centre de la capitale italienne.
Les trois grandes centrales italiennes dénoncent le fait que de nombreux Italiens ayant signé un accord de licenciement leur permettant de toucher le chômage avant d'avoir droit à leur retraite vont se retrouver sans revenu lorsque leurs droits au chômage seront épuisés en raison du relèvement de l'âge de départ en retraite introduit par la réforme. Le gouvernement, qui pointe du doigt un "alarmisme injustifié", assure que les personnes se trouvant dans ce cas sont 65.000 et qu'elles ne se retrouveront pas sans revenu, les sommes nécessaires ayant déjà été mises de côté.

Mais les syndicats rejettent ce chiffre et affirment que les sacrifiés de la réforme seraient au nombre de 350.000. "Les promesses, ça suffit", "Ensemble avec ceux qui se retrouvent sans travail, sans revenu et sans retraite", pouvait-on lire derrière le podium sur lequel les leaders syndicaux ont pris la parole. Des pancartes humoristiques émaillaient le cortège dont une montrant un retraité en train de sauter par dessus un plat de spaghettis avec pour légende: "le retraité italien, champion du saut de repas".
Rejetant une réforme "erronée" et appelant le gouvernement à faire "machine arrière", la secrétaire générale de la CGIL, le premier syndicat du pays, Susanna Camusso, a brandi la menace d'autres manifestations. "Nous ne laisserons pas les travailleurs seuls", a-t-elle assuré. Le numéro un de l'UIL, Luigi Angeletti, a accusé de son côté le gouvernement de technocrates de Mario Monti de "se moquer" des syndicats.
"Ceux qui ont signé des accords pour partir en retraite avec les anciennes règles doivent pouvoir partir. Nous ne voudrions pas avoir à faire la leçon à un gouvernement de professeurs sur ce qu'est un Etat de droit. Il doit y avoir une solution pour tous", a-t-il insisté.

Alors que l'Italie était menacée d'être emportée par la crise de la dette, le gouvernement de Mario Monti avait fait adopter en décembre une lourde réforme des retraites allongeant la durée des cotisations et relevant l'âge de départ.

 

                                                           *******************************************************

 

ROMEhttp://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL6E8FD46820120413


Unité syndicale à Rome contre la réforme des retraites

vendredi 13 avril 2012 15h54
 
  

13 avril (Reuters) - Des milliers de manifestants ont défilé sous la pluie vendredi dans le centre de Rome pour dénoncer la réforme des retraites du gouvernement de l'ancien commissaire européen Mario Monti, adoptée en décembre dernier.  

 

La CGIL, la principale centrale syndicale du pays, avait appelé à cette manifestation avec la CISL et l'UIL, deux confédérations plus modérées.

 

Cette mobilisation illustre un mécontentement grandissant contre les réformes économiques du gouvernement de "techniciens" formé à la fin de l'an dernier par Mario Monti pour faire face aux défis budgétaires.

 

"Ce sont des technocrates qui jonglent avec les chiffres sans se rendre compte que, derrière ces chiffres, il y a la vie de millions de gens", a déclaré l'un des manifestants, Antonio Lupano, 58 ans, ancien ouvrier du livre aujourd'hui à la retraite.

 

La ministre du Travail, Elsa Fornero, estime que 65.000 salariés prenant une retraite anticipée seront affectés par les réformes en cours, qui relèvent notamment l'âge légal de la retraite dans certains secteurs.

 

Elle affirme que les amendements au projet originel permettront d'assurer une couverture sociale adaptée à toutes les personnes concernées. Mais pour les syndicats, ce sont 300.000 salariés qui risquent de se retrouver du jour au lendemain sans emploi ni retraite.

 

Dans le cortège romain, Silvana Garzia, une Napolitaine de 57 ans qui travaillait à Telecom Italia et vient de prendre sa retraite anticipée, explique qu'elle risque de ne rien toucher pendant six ans. "Encore une fois, ce sont les plus pauvres qui paient et personne d'autre", dit-elle.

 

Le mécontentement est également nourri par le projet de loi sur la réforme du code du travail italien, que le gouvernement souhaite faire adopter avant l'été et qui prévoit un assouplissement des règles de licenciement. (voir ) (Steve Scherer avec Francesca Piscioneri, Guy Kerivel pour le service français)

 
Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Italie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Présentation

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Images Aléatoires

  • 5
  • 18
  • DSCF1152
  • DSC00504
  • DSC00720
  • 35

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés