Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 22:58
Marianne - Tefy Andriamanana - Marianne | Lundi 19 Décembre 2011 à 05:01

 

Le plan Marshall pour les banlieues est enterré, sacrifié sur l’autel du triple A. Une triste fin pour une politique de la ville mal ciblée, sans résultats, dans une seul but d'affichage politicien.



Ce fut un des ses grands moments politiques. Nous sommes en 2005, Nicolas Sarkozy est alors ministre de l’Intérieur. Le premier flic de France promet de « nettoyer » la Courneuve « au Kärcher », puis sur la dalle d’Argentueil, il harangue « la racaille » des cités. Devenu chef de l’Etat, il nomme Fadela Amara au secrétariat d’Etat à la Ville et lance, en 2008 un « Plan Marshall » pour les banlieues.   On attendait enfin une vraie rupture.
 
Mais, sept ans plus tard, rien n’a changé ou presque. Dans les grandes villes, l’insécurité continue de monter que ce soit à Paris ou Marseille. En Seine-saint-Denis, le préfet Lambert, chouchou de Guéant et Sarkozy, a fait un bide. La police perd des effectifs et doit se contenter d’un matériel au rabais. 
 
Quand aux promesses sociales, elles se sont aussi envolées. Maurice Leroy, ministre de la Ville, vient d’enterrer le Plan Marshall et ses millions pour les banlieues. « Les grands plans 'globaux', les grandes promesses, les plans Marshall, c'est inutile car personne n'y croit et de surcroît, c'est désormais irréaliste dans un contexte financier qui nous contraint à une grande vigilance budgétaire », a annoncé le ministre. A l’heure où la France cherche à garder son triple A, les promesses de campagne ne valent plus grand chose.

Budget divisé par deux en 4 ans

Mais le gouvernement n’a pas attendu les déclarations de Leroy pour tailler dans le budget de la politique de la ville. En fait, depuis 2008, ce budget ne cesse de baisser. En 2008, 1,02 milliards étaient consacrés à cette politique puis 794,6 millions en 2009, 704,8 en 2010, 624,3 en 2011 et, enfin 539,9 autres millions  sont prévus pour 2012. Bref, les crédits ont chuté de 47,06% en 4 ans. On est vraiment loin du plan Marshall.

Baisse de 62% des crédits pour l'emploi

En baisse, les crédits de la politique de la Ville sont aussi mal orientés. Ce sont les crédits en faveur des actions économiques qui souffrent le plus de la rigueur. Après une forte baisse entre 2008 et 2009, les crédits pour la rénovation urbaine ont bénéficié d'un beau coup de pouce pour 2012. On bétonne, on choisit les actions les plus visibles au détriment de l’emploi et du développement économique. C’est une faille qu’avait déjà détecté le rapport Kepel sur l’Islam et les banlieues.
 
En 2008, 227,3 millions ont été consacrés à la rénovation urbaine, les crédits tombent à 14,3 millions en 2009 mais remonteront en 2010 à 15,67 millions. En 2011, les crédits baissent à nouveau pour atteindre 7,33 millions et remontent à 16,1 en 2012.

A l’inverse, les crédits consacrés à la « revitalisation économique » et à l’emploi sont en baisse continuelle depuis 4 ans. Le budget de cette politique était de 382,2 millions en 2008, 344,03 en 2009, il continue de chuter en 2010 pour atteindre 272,85 millions puis 222,16 en 2011 et 144,83 en 2010. Soit une chute de 62,1% en 4 ans.

Politique vide

La politique de la ville, imaginée sous Mitterrand, est donc bien une simple politique d’affichage, sans moyens ni résultats concrets. Et Sarkozy n'a fait que pérpétuer cette tradition.  Ce n’est pas une politique sociale, puisque les crédits consacrés à l’emploi sont en baisse et qu’il y autant voire plus à faire dans les zones rurales ou péri-urbaines.

La politique de la ville n’est pas non plus une politique de sécurité dans un contexte de baisse des effectifs de police et de l’inexistence d’une liste officielle des quartiers les plus sensibles. Et c'est encore moins une politique d’intégration au vu du développement du repli religieux dans les quartiers comme l’a rappelé le rapport Kepel. Elle reste donc une pseudo-politique urbaine, où on se contente de ripoliniser les failles de la cohésion sociale. Au propre comme au figuré.

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22