Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 20:55

 

Source : https://stoptafta.wordpress.com

 

 

CETA : MOBILISATION le 15 octobre en France dans plus de 40 villes

 

 

 

Carte des mobilisations en France le 15 octobre

 

15-10-2016-carte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 07 – Les Vans – 10h00 -au marché
 
11 – 10h00 – Bram – place Carnot
 
11 – 10h00 – Castelnaudary – marché
 
13 – 15h00 – Aix en Provence – Allées provençales
 
16 – Angoulême – 14h00 – place Hergé
 
17 – La Rochelle – 15h00 – Vieux Port
 
21 – Dijon – 10h30 – Place F. Rude (place du Bareuzai)
 
22 – Guingamp – 11h00 -Place de l’échiquier
 
24 – Saint-Léon-sur-l’Isle – 11h00 –  Léon sur l’Ilse
 
26 – Valence – 14h00 – Place Porte Neuve
 
29 – Quimper – 11h00 – Place Terre au Duc
 
31 – Toulouse – 15h00 – Square Charles De Gaulle
 
31 – Escalquens – 10h00 – Cour République – Lauragais
 
31- Saint Gaudens – 10h00 – place Jean Jaurès
 
33 – Bordeaux – 15h00 – Place Camille Jullian
 
34 – Montpellier – 10h00 – Place Jean Jaurès
 
35 – Rennes – 15h00 – Place du Parlement de Bretagne
 
35 – Saint Malo – 10h00 – Place de la Roulais
 
37 – Tours – 15h00 – place Jean Jaurès
 
40 – Montfort-en-Chalosse – 10h00
 
41 – Blois – 9h00 – Place Louis XII
 
42 – Saint Etienne – 10h00 – Place Jules Ferry en direction de la Place du peuple
 
44- Nantes – 15h00 – angle du Cours des 50 Otages et de la rue de la Barillerie
 
44 –  Clisson – 14h30 – place du minage
 
44 – Saint Nazaire – 15h00 – front de mer, trottoir du boulevard Albert 1er face à l’avenue Ferdinand Lesseps
 
49 – Angers – 15h00 – Place du ralliement
 
51-  Reims – 15h00 – place d’Erlon
 
54 – Nancy – 10h00 – place Charles III
 
59 – Boulogne sur Mer – 11h00 – angle des rues Thiers et Grande Rue
 
64 – Bayonne – 10h00 – 30 place Roland Barthes
 
 65 – Tarbes – 10h00 – marché Brauhauban
 
69-  Lyon – 11h00- fosse aux ours
 
71 – Mâcon – 10h00 – Marché de Macon
 
72 – Saint-Mars-d’Outillé – 14h30 – place de la République
 
73 – Annecy – 14h00 – face à la Préfecture
 
75 – Paris – 15h30 – place Stalingrad
 
76 – Dieppe – 14h30 – Puits Salé
 
85 – La Roche-sur-Yon – 10h00 – Marché Garenne
 
88 – Epinal – 10h00 – Marché Garenne
 
86 – Châtellerault – 9h30 – aux 2 marchés

 

 

 

Source : https://stoptafta.wordpress.com

 

 

 

Repost 0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 16:17

 

 

 

*Complément d'Info : Le 26 septembre 2016, Michael Punke, ambassadeur des États-Unis à l'Organisation mondiale du commerce à Genève, a déclaré que les pays négociateurs de TISA prévoient se réunir les 5-6 décembre 2016 pour tenter de finaliser cet accord : http://in.reuters.com/article/us-trade-services-idINKCN11W2BJ

 

 

 

                                                                  ******************************************

 

 

 

MANIFESTATION RÉGIONALE À AIX : STOP/TAFTA/CETA

 

 

Le Collectif STOP/TAFTA/CETA organise un départ collectif pour la manifestation régionale du 15 octobre 2016 contre les traités TAFTA et CETA à Aix en provence. Départs d'Alès, Nîmes et Arles.

Réponse urgente avant le 2 octobre

Dans la cadre de la journée de mobilisation contre les traités TAFTA et CETA les collectifs régionaux ont décidé de faire masse et de se rassembler sur certaines métropoles.

 

Pour le Sud-Est c’est Aix-en-Provence qui sera le point de convergence. À cet effet le collectif du Gard envisage d’affréter un car en partance d’Alès, via Nîmes et Arles.

 

 

Le départ serait vers 12 h30 à Alès pour une arrivée à 15 h à Aix, début des manifestations, expositions et de la joyeuse pagaille (voir le programme ci-dessous).
Le retour se ferait à partir de 18 h pour arrivée vers 20 h 30 à Alès.

Il est indispensable que nous sachions au plus tôt le nombre de participants et que ceux-ci fassent une réservation ferme auprès des organisateurs et fassent parvenir leur paiement.

Le prix pour un car plein est de 15 € par personne. Nous vous tiendrons informés si le car est rempli ; dans le cas contraire nous annulerions ce déplacement. Si nous n’atteignons pas le montant requis pour cet affrètement les sommes et chèques perçus seront restitués.

Le collectif TAFTA-CETA sera présent à la fête de la Conf dimanche 2 octobre, de 9 h à 19 h à Saint-Geniès-de-Malgoirès.

DANS LA MESURE DU POSSIBLE, APPORTEZ VOS CHÈQUES CE DIMANCHE 2 OCTOBRE.

 

Contacts pour vous incrire :

Contact : stoptafta30@orange.fr

 

Le tract pour le 15 octobre :

 

 

                                                                   *****************************************

 

 

[stoptafta30] STOP CETA première annonce : mercredi 26 octobre 19h à Nîmes

 

Réunion publique

Mercredi 26 octobre

19h auditorium du conseil départemental

LE CETA NE PASSERA PAS, Stop aux accords de libre-échange

avec Amélie Cannone, présidente, AITEC,

collectif national Stop Tafta

et des maires du département opposés au Tafta et au CEta

 

 

                                                                   *****************************************

 

 

Source : https://paris.demosphere.eu/rv/49350

 

 

samedi 15 octobre 2016 à 15h30

 

 

Journée internationale contre les traités Tafta et Ceta

 

  • 15h30 : rendez-vous public place de Stalingrad
  • 16h : départ de la marche de Stalingrad à République
  • 18h : assemblée citoyenne place de la République
  • 19h30 : buvette, grignotage (pas de stand repas ou autre annoncé de façon formelle) via les camionnettes sono.
  • 21h : Opéra sur la crise par l'orchestre Nuit Debout

 

On a toutes et tous une bonne raison de s'opposer au TAFTA et au CETA

 

Depuis 2013, une large mobilisation s'est mise en place contre le TAFTA, ce projet d'accord qui vise à libéraliser les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l'Union européenne. Les négociations vont plus lentement que prévu, mais contrairement aux annonces récentes du gouvernement, elles continuent !

 

Pendant ce temps, l'Union européenne s'apprête à signer un traité similaire avec le Canada : le CETA. Celui-ci doit être soumis à l'approbation des États membres le 18 octobre prochain. S'il est approuvé, il sera soumis à la ratification du Parlement européen dans les mois suivants.

 

Le TAFTA et le CETA auraient des conséquences graves, telles que l'abaissement des barrières tarifaires en matière agricole qui aggraverait la crise que vivent déjà des centaines de milliers de paysans et le nivellement par le bas des normes qui protègent la qualité de notre alimentation, la santé publique, la sécurité industrielle et l'environnement.

 

La « coopération réglementaire », conçue pour impliquer directement les multinationales dans l'écriture des lois et réglementations et « l'arbitrage d'investissement » mettraient en danger les droits sociaux, la lutte contre le réchauffement climatique et le principe démocratique même. Dès l'approbation du CETA, les multinationales américaines, qui possèdent de nombreuses filiales au Canada, pourraient utiliser ces mécanismes pour attaquer les réglementations qu'elles jugent défavorables.

 

Alors le 15 octobre, toutes et tous mobilisé.e.s


Programme de la journée TAFTA CETA du 15 octobre à Paris

Déroulé de la journée

  • 15h : arrivée des organisateurs place de Stalingrad
  • 15h30 : rendez-vous public place de Stalingrad
  • 16h : départ de la marche
  • 17h30-18h arrivée de la marche place de la République
  • 18h : assemblée citoyenne
  • 19h30 : buvette, grignotage (pas de stand repas ou autre annoncé de façon formelle) via les camionnettes sono.
  • 21H : Opéra sur la crise par l'orchestre Nuit Debout

La marche

La marche sera organisée avec 4 cortèges thématiques sur le modèle des marches pour le climat. Chaque cortège est préparé et animé par une ou plusieurs organisations.
Au moment du départ, les 4 cortèges auront des points de rendez autour de la place de Stalingrad pour distribuer les matériels.

  • Démocratie & Solidarité internationale
    Organisations impliquées à ce jour : Aitec, Attac
  • Agriculture & alimentation
    Organisations impliquées à ce jour : Les Amis de la Terre, la Confédération Paysanne
  • Climat
    Organisations impliquées à ce jour : Alternatiba
  • Emploi & Services publics
    Organisations impliquées à ce jour : FSU, Solidaires, Collectif Roosevelt

Les slogans de marche

9 slogans avec des textes "positifs" seront déclinés sur les supports de communication (flyers, autocollants A6, affiches A3) :

  • Pour sauver le climat
  • Pour sauvegarder les services publics
  • Pour défendre la culture
  • Pour protéger notre santé
  • Pour garantir la démocratie
  • Pour défendre l'emploi
  • Pour développer la solidarité internationale
  • Pour soutenir l'agriculture paysanne
  • Pour protéger notre alimentation
    1000 pancartes A3 seront fabriquées pour porter les affiches A3, soit environ 250 pour chaque cortège.

Visibilité des organisations

Toutes les organisations peuvent s'impliquer et inviter leurs membres à défiler dans un ou plusieurs cortèges thématiques.
Les personnes peuvent porter des badges, autocollants tee-shirts aux couleurs de leurs organisations.
Les pancartes, panneaux et banderoles sont communs.
Les drapeaux de toutes les organisations seront mis sur les camions sono de chaque cortège.

L'assemblée citoyenne

A la fin de la marche, une assemblée citoyenne se tiendra place de République autour d'un grand cercle central ou des personnalités et/ou des représentants de chaque cortège thématique auront 4 à 5 minutes pour expliquer leur opposition au TAFTA&CETA.

Timing de l'assemblée

Arrivée de la manifestation et installation des thématiques en cercle autour de l'assemblée ;
Introduction par un animateur et une animatrice de l'assemblée - 5 minutes ;
4-5 minutes d'intervention par des personnalités et/ou des représentants des cortèges thématiques - 20 à 25 minutes au total ;
5 minutes de conclusion par une personnalité ;
Temps photo avec déploiement d'une bâche ronde géante au centre du cercle comme celles réalisées pendant la COP 21 avec un message commun - 5minutes ;

Opéra Orchestre Debout

Nous terminerons la soirée avec un Opéra sur la crise joué par l'Orchestre Debout.

 

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/49350
Source : https://france.attac.org/agenda/article/15-oc...
Source : message reçu le 29 septembre 17h
Source : https://www.solidaires.org/Journee-d-actions-...
Source : http://local.attac.org/parisctr/spip.php?arti...
Source : https://france.attac.org/agenda/article/15-oc...


Appel à la marche contre TAFTA-CETA-TISA

Mobilisons-nous pour développer des services publics du 21ème siècle

Communiqué « Où va l'Europe ? »

Le peuple britannique a voté la sortie de l'Union européenne.

Les gouvernements européens, à de trop rares exceptions, ont fait le choix de la finance contre les peuples : destruction des services publics et de la protection sociale, dumping social... l'actuelle Union européenne qui en est leur émanation n'hésite pas à intensifier cette direction, conforme aux traités qui la fonde.

Ignorant la démocratie et la souveraineté populaire - cf le référendum de 2005 en France- ils portent donc une grande responsabilité dans la montée des extrêmes-droites et dans les propos xénophobes et anti-immigration qui s'expriment de plus en plus fortement à toute occasion.

Si le Brexit n'est pas la fin du monde, une approche punitive comme en Grèce ou en Russie vis-à-vis de la 2 ème économie d'Europe pourrait faire rebondir la crise de 2008. D'autant que l'Espagne et le Portugal sont menacés de sanctions.

La Commission européenne, rejointe par la Cour des comptes, doute des 2,7 % de déficit annoncé pour le budget français en 2017. Elle demande des mesures supplémentaires:

  • Plus de coupes budgétaires sur les services publics et la Sécurité Sociale, 50 Mds dont 19 dès 2017, ne suffisent plus (!).
  • Limiter les dépenses des collectivités territoriales, celles de Sécurité Sociale et de santé; elle demande une nouvelle réforme des retraites, de réduire les aides au logement...
  • le SMIC et les salaires seraient trop élevés, il faut donc maintenir les dérogations aux accords de branche du projet de loi El Khomri.
  • baisser les impôts des entreprises et augmenter de nouveau la TVA...

Comme si cela ne suffisait pas, alors que la pression populaire a mis au point mort les accords TAFTA, un accord transatlantique, le CETA, est déjà bien plus avancé et sera examiné en novembre par le parlement européen. Pendant ce temps le TISA (Accord sur le commerce des services) qui concerne spécifiquement la libéralisation des services publics au sens large continue son chemin en catimini.

Pour la Convergence ces orientations et propositions de traités austéritaires, de dumping social, de marchandisation des solidarités sont inacceptables : notre modèle social, la démocratie et l'idée d'une construction commune d'une Europe sociale, démocratique et solidaire sont en danger.

En France, comme en Europe et dans le Monde, la population a besoin de services publics de proximité, performants, d'une protection sociale de haut niveau, de personnels bien formés en nombre suffisant.

La Convergence appelle donc ses collectifs et les coordinations amies, les organisations syndicales, politiques et associatives partenaires ainsi que les usagers, les personnels des services publics et les élus :

  • à répondre présents à l'appel d'ATTAC à une marche le 15 octobre 2016 à Paris pour dénoncer les accords internationaux TAFTA-CERTA et TISA.
  • A participer à la mise en place des réflexions et débats en septembre et octobre en vue des assises nationales du service public du 21ème siècle qui se dérouleront le 19 novembre 2016 à la Mairie de Montreuil, Seine-Saint-Denis.

 

document au format PDF:

 

Source : https://www.solidaires.org/Ou-va-l-Europe-Mob...


Contre les

accords de libre-échange avec les USA et le Canada

Lutte Ouvrière

L'Union Européenne négocie depuis 2013 un accord commercial avec les USA, le TAFTA (Transatlantic Free Trade Agreement). Cet accord de libre-échange prévoie la suppression des barrières douanières, dans le secteur agricole principalement, et surtout la suppression des barrières non tarifaires, à savoir les règlements et les normes. Tous les secteurs de l'économie peuvent être touchés et cela affaiblirait les normes sociales, environnementales, sanitaires, culturelles…

En parallèle, un autre accord commercial, entre l'Union Européenne et le Canada, est en cours d'adoption, le CETA (Canadian European Union Trade Agreement). L'adoption de celui-ci est à l'ordre du jour de la réunion du conseil des ministres de l'UE le 18 octobre prochain. S'il était adopté, il devrait ensuite être voté par le Parlement Européen et pourrait être mis en oeuvre ensuite, et ce avant même que les parlements des Etats membres de l'UE, appelés à le ratifier également, ne s'expriment.

Cet accord est du même esprit néo-libéral que le TAFTA. Il prévoit également un mécanisme de règlement des différends qui permettraient aux multinationales d'attaquer les Etats quand elles estiment qu'une législation, des normes sociales ou environnementales contreviennent à leurs intérêts financiers.

La CGT, membre du collectif national « Stop TAFTA », appellent ses militants à participer à la journée d'action du 15 octobre pour s'opposer à ces accords commerciaux qui sont une menace pour nos modèles de société.

A Paris, une manifestation est prévue avec un départ à 15h30 à Stalingrad, pour une fin de manifestation vers 18h à République. De 18h à 19h, se tiendra une assemblée citoyenne sera organisée suivi à 19h30 par l'orchestre « Nuit debout ».

En région, d'autres manifestations et mobilisations sont en cours d'élaboration.

 

 

Source : http://cgtargenteuil.blogspot.com/2016/10/con...

 

 

Repost 0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 15:37

 

Source : https://france.attac.org/actus-et-medias/salle-de-presse/article/action-en-cours-ceta-avis-de-demolition-de-l-agriculture

 

 

Action en cours / CETA : Avis de démolition de l’agriculture

 

À une semaine du vote du Conseil des ministres du Commerce de l’UE qui devrait donner son aval à la signature de l’accord avec le Canada, des ouvriers viennent d’entamer la démolition du ministère de l’Agriculture en vue de son transfert au ministère de l’Industrie (photo).

 

 

Nos organisations dénoncent les effets dévastateurs du CETA sur l’agriculture. En effet, cet accord, dont la Commission européenne et le gouvernement français souhaitent une application « provisoire » dès cet hiver, entraînerait une accélération sans précédent de l’industrialisation de l’agriculture européenne.

Les élevages bovins et porcins, déjà extrêmement fragilisés, seront mis en concurrence avec des dizaines de milliers de tonnes de viande issue de fermes-usines qui entreront sur le marché sans droits de douane. Au-delà, le CETA se traduirait par un développement massif des cultures et importations d’OGM, dont le Canada est le 3e producteur mondial, et par un affaiblissement de la réglementation sanitaire et environnementale au profit des multinationales. Les mécanismes de coopération réglementaire et de protection des investissements permettraient, par exemple, de s’opposer à toute volonté publique de réduction ou d’interdiction de l’utilisation de certains pesticides, contrairement à ce qui a été prévu pour les néonicotinoïdes dans la loi Biodiversité.

Le gouvernement s’évertue à présenter le CETA comme un accord vertueux et bénéfique pour les intérêts français, tout en laissant croire qu’il ne veut pas de son grand frère le TAFTA. Nos trois organisations rappellent que la signature du CETA sacrifierait notre souveraineté démocratique et des pans entiers de notre agriculture. Accepter les accords de libre-échange, c’est renoncer à changer enfin de cap pour l’agriculture paysanne et une alimentation de qualité pour tous.

 

Aller plus loin

 

 

 

                                                                ******************************************

 

 

Source : https://reporterre.net

 

 

Ceta, l’accord de libre-échange avec le Canada, contesté devant le ministère de l’Agriculture

11 octobre 2016 / Barnabé Binctin (Reporterre)
 

 
 
 

Plusieurs associations opposées au traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne ont mené ce matin une action devant le ministère de l’Agriculture. Programmée pour le 27 octobre, la signature officielle du Ceta ouvrirait la porte à une libéralisation massive de l’agriculture et à une fuite en avant dans la logique productiviste.

 

- Paris, reportage

« Ceta – Permis de démolir. » Le message est affiché clairement, sous le fronton du ministère de l’Agriculture. Combinaisons blanches et casques de travail, plusieurs ouvriers s’activaient, tôt ce mardi 11 octobre, aux préparatifs du chantier, rue de Varenne, à Paris. Un chantier évidemment « interdit au public ». Cerné de rubalise, encerclé de grillage, le bâtiment ministériel a vu ses fenêtres placardées de ses faux-panneaux de permis de travail, sur lesquels on pouvait lire : « Bénéficiaire : les multinationales. Nature des Travaux : Transfert au ministère de l’Industrie. Superficie du terrain : 28 millions d’ha. Le dossier peut être consulté sur le bureau de Matthias Fekl. »

 

 

Un démantèlement de l’agriculture française ? « Nous allons tout simplement perdre le contrôle de notre politique agricole si l’on signe le Ceta », explique Thomas Borrell, chargé de mission Tafta aux Amis de la Terre. « Ce traité promet une destruction en règle de l’agriculture française », poursuit Emmanuel Aze, secrétaire national à la Confédération paysanne et arboriculteur dans le Lot-et-Garonne. Aux côtés d’Attac, les deux organisations menaient ce matin cette action pacifique pour dénoncer les « lobbys du commerce » et leur représentant, Matthias Fekl, le secrétaire d’État chargé au commerce extérieur, qui font planer avec le traité de libre-échange UE-Canada d’importantes menaces sur l’avenir de la profession agricole, et ses 28 millions d’ha de terres en France.

« Il faut sensibiliser nos concitoyens aux nombreux risques du Ceta », lance au micro Dominique Plihon, porte-parole d’Attac. L’accord avec le Canada reste encore, certes, moins connu que son jumeau le Tafta. « Il est loin d’être abandonné, disons plutôt qu’il est suspendu. Mais si le Ceta venait à être signé, cela pourrait bien relancer le processus », met en garde Emmanuel Aze.

Quoiqu’il en soit, les dangers restent semblables. « Le Ceta comporte toutes les dispositions promises dans le Tafta, qui nuiront à l’environnement, à la qualité de vie, à l’emploi ou aux services publics en Europe comme en Amérique du Nord, écrivait ainsi Amélie Canonne dans une tribune publiée sur Reporterre, le mois dernier. Il comprend aussi une version à peine édulcorée du fameux “ISDS”, qui conserve intact l’arbitrage d’investissement et assure des privilèges inacceptables aux multinationales canadiennes ».

 

JPEG - 375.1 ko
L’économiste Dominique Plihon, porte-parole d’Attac.

Pouvoir exorbitant des investisseurs privés sur les représentations nationales, manque de transparence dans les négociations –, incohérence avec les objectifs de la COP21,… Les motifs de contestation de ces accords de libre-échange ne manquent pas...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

 

Source : https://reporterre.net

 

 

 

Repost 0
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 13:06

 

Source : http://www.bastamag.net

 

 

ça bouge ! Négociations commerciales

La carte des mobilisations contre les traités de libre-échange

par

 

 

Le projet de traité de libre échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA) doit être soumis à l’approbation du Conseil européen le 18 octobre. Négocié dans une grande opacité, ce traité, s’il est adopté, aura des conséquences sur nos vies quotidiennes : l’emploi, la santé, l’alimentation, les services publics... Le 15 octobre, des manifestations sont prévues dans toute la France. Voici l’appel des organisations à l’initiative de l’événement et la carte des mobilisations.

Depuis 2013, une large mobilisation s’est mise en place contre le TAFTA, ce projet d’accord qui vise à libéraliser les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l’Union européenne. Les négociations vont plus lentement que prévu, mais contrairement aux annonces récentes du gouvernement, elles continuent !

Pendant ce temps, l’Union européenne s’apprête à signer un traité similaire avec le Canada : le CETA. Celui-ci doit être soumis à l’approbation des États membres le 18 octobre prochain. S’il est approuvé, il sera soumis à la ratification du Parlement européen dans les mois suivants.

Le TAFTA et le CETA auraient des conséquences graves, telles que l’abaissement des barrières tarifaires en matière agricole qui aggraverait la crise que vivent déjà des centaines de milliers de paysans et le nivellement par le bas des normes qui protègent la qualité de notre alimentation, la santé publique, la sécurité industrielle et l’environnement.

La « coopération réglementaire », conçue pour impliquer directement les multinationales dans l’écriture des lois et réglementations et « l’arbitrage d’investissement » mettraient en danger les droits sociaux, la lutte contre le réchauffement climatique et le principe démocratique même. Dès l’approbation du CETA, les multinationales américaines, qui possèdent de nombreuses filiales au Canada, pourraient utiliser ces mécanismes pour attaquer les réglementations qu’elles jugent défavorables.

 

- Voir aussi notre dossier, Traités de libre-échange : les multinationales contre la démocratie ?

 

Cliquez sur la carte ci-dessous pour avoir le détail des mobilisations prévues 

 

:

Alors le 15 octobre, toutes et tous mobilisés :
- Paris, rendez-vous place Stalingrad à 15h30
- Aix-en-Provence, lieu à préciser, à 15h
- Annecy, lieu à préciser, à 14h
- Bayonne, place Rolland Barthes, à 10h
- Boulogne-sur-Mer, rue de Thiers et Grande rue , à 11h (mobilisation centralisée pour le Pas-de-Calais)
- Carcassonne, place Carnot, à 10h (action centralisée pour l’Aude)
- La Roche-sur-Yon, lieu à préciser, à 10h
- Lyon, lieu à préciser, heure à préciser
- Macon, marché de Macon, heure à préciser
- Montfort-en-Chalosse, lieu à préciser, heure à préciser
- Nancy, place Charles III, heure à préciser
- Nantes, lieu et horaire à préciser
- Quimper, place Terre aux Ducs, à 11h (rassemblement)
- Rennes, lieu à préciser, heure à préciser
- Saint-Etienne, lieu à préciser, à 10h (manifestation + picnic, ramenez de quoi faire du bruit)
- Valence, place Porte Neuve, 14h

Plus d’infos sur la page facebook de l’événement.

Repost 0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 14:21

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr/

 

 

 

MANIFESTATION RÉGIONALE À AIX : STOP/TAFTA/CETA

 

 

 

Le Collectif STOP/TAFTA/CETA organise un départ collectif pour la manifestation régionale du 15 octobre 2016 contre les traités TAFTA et CETA à Aix en provence. Départs d'Alès, Nîmes et Arles.

Réponse urgente avant le 2 octobre

Dans la cadre de la journée de mobilisation contre les traités TAFTA et CETA les collectifs régionaux ont décidé de faire masse et de se rassembler sur certaines métropoles.

 

Pour le Sud-Est c’est Aix-en-Provence qui sera le point de convergence. À cet effet le collectif du Gard envisage d’affréter un car en partance d’Alès, via Nîmes et Arles.

 

 

Le départ serait vers 12 h30 à Alès pour une arrivée à 15 h à Aix, début des manifestations, expositions et de la joyeuse pagaille (voir le programme ci-dessous).
Le retour se ferait à partir de 18 h pour arrivée vers 20 h 30 à Alès.

Il est indispensable que nous sachions au plus tôt le nombre de participants et que ceux-ci fassent une réservation ferme auprès des organisateurs et fassent parvenir leur paiement.

Le prix pour un car plein est de 15 € par personne. Nous vous tiendrons informés si le car est rempli ; dans le cas contraire nous annulerions ce déplacement. Si nous n’atteignons pas le montant requis pour cet affrètement les sommes et chèques perçus seront restitués.

Le collectif TAFTA-CETA sera présent à la fête de la Conf dimanche 2 octobre, de 9 h à 19 h à Saint-Geniès-de-Malgoirès.

DANS LA MESURE DU POSSIBLE, APPORTEZ VOS CHÈQUES CE DIMANCHE 2 OCTOBRE.

Contacts pour vous incrire :

Contact : stoptafta30@orange.fr

Le tract pour le 15 octobre :

 

 

Source : http://www.ensemble-gard.fr/

 

 

                                                                     **********************************

 

 

Source : https://www.collectifstoptafta.org

 

 

 

15 octobre : journée d’actions Stop TAFTA & CETA

 

 

 

On a toutes et tous une bonne raison de s’opposer au TAFTA et au CETA

Depuis 2013, une large mobilisation s’est mise en place contre le TAFTA, ce projet d’accord qui vise à libéraliser les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l’Union européenne. Les négociations vont plus lentement que prévu, mais contrairement aux annonces récentes du gouvernement, elles continuent !

Pendant ce temps, l’Union européenne s’apprête à signer un traité similaire avec le Canada : le CETA. Celui-ci doit être soumis à l’approbation des États membres le 18 octobre prochain. S’il est approuvé, il sera soumis à la ratification du Parlement européen dans les mois suivants.

Le TAFTA et le CETA auraient des conséquences graves, telles que l’abaissement des barrières tarifaires en matière agricole qui aggraverait la crise que vivent déjà des centaines de milliers de paysans et le nivellement par le bas des normes qui protègent la qualité de notre alimentation, la santé publique, la sécurité industrielle et l’environnement.

La « coopération réglementaire », conçue pour impliquer directement les multinationales dans l’écriture des lois et réglementations et « l’arbitrage d’investissement » mettraient en danger les droits sociaux, la lutte contre le réchauffement climatique et le principe démocratique même. Dès l’approbation du CETA, les multinationales américaines, qui possèdent de nombreuses filiales au Canada, pourraient utiliser ces mécanismes pour attaquer les réglementations qu’elles jugent défavorables.

 

Alors le 15 octobre, toutes et tous mobilisé.e.s

https://www.facebook.com/events/939861132824306/

 

Carte des mobilisations en France le 15 octobre

 

Liste des évènements

Date Ville Lieu Descriptif
15/10/2016 à 15:00 Aix-en-Provence Aix

Mobilisation Régionale PACA, en cours de préparation

15/10/2016 à 14:00 Valence Valence

Grand rassemblement place Porte Neuve

15/10/2016 à 14:00 Rennes Rennes

Initiative centralisée pour la Bretagne en cours de préparation.

22/10/2016 à 10:00 Montfort-en-Chalosse Montfort-en-Chalosse

Fête des « 100 communes landaises Hors tafta & Ceta » : débats, prise de paroles d"élu.e.s locaux, animations et repas collectif !

15/10/2016 à 10:00 Saint-Étienne Saint-Etienne

Manifestation puis pique-nique.
Chacun.e invité.e à venir avec sifflet, pipo, castagnettes, casserole... ou chorale !

15/10/2016 à 00:00 Nantes Nantes

Initiative centralisée pour les Pays de la Loire

15/10/2016 à 10:00 Nancy Nancy

Manifestation à 10h Place Charles III

15/10/2016 à 11:00 Boulogne-sur-Mer Boulogne-sur-Mer

Mobilisation centralisée pour le Pas de Calais à Boulogne-sur-Mer, angle rue des Thiers et Grande rue, sensibilisation du public aux dangers du CETA et du TAFTA

15/10/2016 à 10:00 Bayonne 30 place Rolland Barthes

Rassemblement et déambulation dans les rues de la ville de Bayonne pour dire non au TAFTA et au CETA !

15/10/2016 à 14:00 Lyon Lyon

De nombreuses initiatives sont en préparation à Lyon !

15/10/2016 à 10:00 Mâcon Marché de Macon

Grosse action à venir du Collectif Stop TAFTA de Macon, plus d’informations dans les jours à venir

15/10/2016 à 14:00 Annecy Annecy

Mobilisation mutuelle entre Annecy et Chambéry, Manifestation musicale à 14h

15/10/2016 à 15:00 Paris Paris, place de la République

Manifestation et concert prévu à République.
Initiative centralisée pour l’Ile de France, la Normandie et les Hauts-de-France

15/10/2016 à 10:00 La Roche-sur-Yon La-Roche-sur-Yon

Rassemblement au marché Garenne


 
Repost 0
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 15:26

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Le CETA contre l’intérêt général

mercredi 21 septembre 2016, par AITEC, Attac France, Corporate Europe Observatory

À la veille de la rencontre des ministres européens du commerce à Bratislava, où ils décideront du processus d’approbation du CETA par l’UE, Attac France, l’AITEC et Corporate Europe Observatory (CEO) publient, avec une vingtaine d’autres organisations de la société civile en Europe, le rapport « CETA : Marchander la démocratie ». Il démontre que le chapitre 8 du CETA, consacré à la libéralisation et à la protection de l’investissement, demeure une menace substantielle pour nos démocraties.

 

 

L’Accord économique et commercial global (dit CETA du fait de son acronyme anglais – Comprehensive Economic Trade Agreement) pourrait exposer les États membres de l’UE à des plaintes coûteuses de la part d’investisseurs nord-américains contestant des mesures d’intérêt général.

Une fois approuvé et ratifié, le CETA autoriserait les investisseurs canadiens, et leurs homologues américains disposant de filiales au Canada, à poursuivre les États membres de l’UE et l’UE elle-même pour toute législation affectant négativement leurs bénéfices. Le CETA ne comprend en revanche aucune obligation pour ces investisseurs.

Les accords de libre-échange existants tels que l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) montrent que la majorité de telles poursuites incrimine des lois et réglementations protégeant la santé publique, l’environnement et le droit du travail, et permet aux intérêts lucratifs particuliers de supplanter l’intérêt général. Comme le souligne le rapport, le chapitre investissement du CETA conduirait à l’explosion des plaintes d’investisseurs contre des États. Ces plaintes sont tranchées dans des cours d’arbitrage sises hors des juridictions nationales ou européennes. Ce système de justice parallèle rend les procédures extrêmement coûteuses, opaques et partiales ; il alourdit par ailleurs les dépenses publiques et met la décision démocratique en péril.

 

Lora Verheecke, chercheuse et chargée de campagne chez CEO, observatoire des lobbies à Bruxelles, coordinatrice du rapport, souligne : « Ce nouveau rapport passe en revue les promesses de la Commission européenne censées rassurer les citoyens sur l’innocuité du chapitre investissement du CETA. Mais en dépit des changements apportés aux dispositions du précédent chapitre, le CETA ne démontre toujours pas qu’il protégera les États membres et l’UE d’une pluie de plaintes de la part d’investisseurs estimant leurs espoirs de profits frustrés ».

 

Amélie Canonne, présidente de l’AITEC, complète : « Le système juridictionnel sur l’investissement ne présente aucune évolution significative qui permettra aux États de retrouver leurs capacités à légiférer et réglementer sans crainte d’être poursuivis. Les plaintes liées aux secteurs pétrole-gaz/mines/électricité sont de plus en plus nombreuses, et représentent déjà un tiers du total des poursuites. Cela signifie que les entreprises canadiennes qui sont leaders de l’extraction énergétique et minière dans le monde ne se priveront pas d’attaquer des politiques conçues pour lutter contre le changement climatique. »

 

Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac France, conclut : « Au nom de la protection de leurs investissements, les multinationales américaines et européennes pourront bien davantage imposer leurs desideratas aux citoyens : moins de normes environnementales, sanitaires et sociales pour plus de profits financiers. Cet énorme risque, qui a été mis en évidence dans le TAFTA, est bien présent dans le CETA. Voilà pourquoi, tout comme le TAFTA, il faut repousser le CETA. »

En dépit des mobilisations massives de l’opinion publique contre le traité, et notamment son chapitre investissement, les gouvernements de l’Union européenne et du Canada prévoient la signature de l’accord avant la fin de cette année. Des marches et des actions exigeant de renoncer au CETA sont organisées dans toute l’Europe dans le cadre de l’Automne d’action. En France et notamment à Paris, une initiative portée le Collectif Stop TAFTA/CETA aura lieu le samedi 15 octobre.

 

Lire le rapport complet

lien ici

 

P.-S.

Photo : Foodwatch, CC 2.0.

 

Documents joints

 

 

Source : https://reporterre.net

 

 

L’Allemagne se lève contre CETA, le traité de libre échange avec le Canada

19 septembre 2016 / Violette Bonnebas (Reporterre)
 


 

 

En Allemagne et en Autriche, de grandes manifestations ont eu lieu samedi 17 septembre contre les traités de libre échange que veut signer l’Union européenne. En ligne de mire : le CETA, accord avec le Canada, qui pourrait être validé en octobre. Mais lundi 19 septembre, le parti social-démocrate SPD s’est déclaré en faveur du traité.

 

- Actualisation - Lundi 19 septembre, 22 h - Les deux-tiers des délégués du SPD ont voté lundi après-midi en faveur de CETA, après qu’un compromis a été trouvé entre les défenseurs et une partie des opposants au traité :
- le texte doit être clarifié : mention explicite du principe de précaution en matière de protection des consommateurs, mais aussi des secteurs concernés par le traité (seuls les secteurs cités peuvent être soumis à libéralisation, les autres en sont exclus d’office) ;
- le traité ne doit pas entrer en vigueur avant que les parlements nationaux des Etats membres et la société civile n’aient été consultés - sans toutefois que leur avis ne soit contraignant ;
- doivent également être clarifiées les dispositions du traité qui sont de la compétence des Etats membres, et non seulement de l’Union européenne.

La nouvelle a été accueillie avec colère par les détracteurs de CETA, notamment les Grünen (les Verts) qui accusent le SPD d’avoir agi par manoeuvre politicienne, pour renforcer leur chef et vice-chancelier du pays Sigmar Gabriel avant les élections l’an prochain - il devrait se lancer dans la course à la chancellerie.


- Berlin, correspondance

Les banderoles brandies pendant les manifestations de samedi 17 septembre contre les traités transatlantiques en Allemagne ressemblaient à s’y méprendre à celles des précédentes mobilisations. Même graphisme, mêmes couleurs. Un détail pourtant a changé : le CETA a remplacé le TAFTA dans la hiérarchie des projets à combattre. Le CETA ? Canada-EU Trade Agreement, en français Accord Économique et Commercial Global (AECG).

Dans les sept grandes villes où se sont déroulés les cortèges (Berlin, Munich, Leipzig, Stuttgart, Hambourg, Cologne, Francfort) ainsi qu’à Vienne, en Autriche, l’impression était la même : l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada est devenu la nouvelle cible, depuis que les négociations sur son cousin américano-européen TAFTA ont du plomb dans l’aile.

Samedi, entre 188.000 et 320.000 opposants ont repris des slogans tels que “Seules les grandes entreprises aiment CETA ou CETA c’est du bidon, arrêtez les négociations !”. Le nombre de manifestants a dépassé celui du défilé géant du 10 octobre 2015.

 

JPEG - 200.9 ko
A Berlin samedi. Encore plus de monde cette année en Allemagne contre les traités Tafta et Ceta que l’an dernier

Signe de la défiance qu’il suscite, le traité CETA est traîné devant les tribunaux par la plus grande action groupée en justice de l’histoire de l’Allemagne. Plus de 125.000 personnes ont déposé plainte, il y a trois semaines, auprès de la Cour constitutionnelle. Ils remettent en cause la compatibilité de certaines dispositions avec la Loi fondamentale allemande mais aussi sa procédure de validation : le traité pourrait entrer provisoirement en vigueur, avant même que les parlements nationaux ne se soient prononcés.

Signé en septembre 2014, le traité entre l’Union européenne et le Canada était passé jusqu’ici plutôt inaperçu. Il comporte pourtant les mêmes dispositions controversées que le TAFTA. Pour l’association Campact, l’une des organisatrices de la journée de mobilisation de samedi, “les deux traités instaurent une justice parallèle favorable aux grandes entreprises, ils représentent un danger pour la démocratie, pour les normes sociales et environnementales et les services d’intérêt général. Ils doivent tous les deux être stoppés. CETA, c’est TAFTA qui revient par la fenêtre.” ...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : https://reporterre.net

 

 

Repost 0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 16:03

 

Source : http://www.humanite.fr

 

 

Allemagne : plus de 300 000 personnes défilent contre le Tafta

L'Humanité.fr avec agences
Samedi, 17 Septembre, 2016
Humanite.fr
 

 

A Berlin, de 50.000 à 70.000 personnes se sont rassemblées contre le traité de libre-échange transatlantique (TTIP).
A Berlin, de 50.000 à 70.000 personnes se sont rassemblées contre le traité de libre-échange transatlantique (TTIP).
Photo : AFP
 
 

Selon les syndicats, 320 000 manifestants ont défilé samedi dans sept villes allemandes pour dénoncer le projet de traité de libre-échange transatlantique (TTIP) ainsi que leur opposition au Ceta, le traité de libre-échange avec le Canada dont la signature finale est attendue à la fin du mois prochain.

Dans un pays où la population est largement hostile à ce traité en cours de négociation entre les Etats-Unis et l'UE, les organisateurs des manifestations de samedi - une trentaine d'ONG, de syndicats et partis politiques - ont affirmé avoir mobilisé quelque 320 000 personnes. La police dans les 7 villes concernées par les défilés avançait pour sa part une estimation de 163.000 à 188.000 manifestants. A Berlin, de 50 000 à 70 000 personnes se sont rassemblées, malgré les fortes pluies qui se sont abattues en début de manifestation, à la mi-journée. La mobilisation a également été forte dans les deux autres principales villes du pays, Hambourg et Munich, moins importante à Francfort, Cologne, Stuttgart et Leipzig. Mille pancartes et drapeaux bariolées y étaient tenus à bout de bras, barrés de slogans comme "Démocratie au lieu du TTIP", "Non c'est non", ou encore "Partager plutôt que diviser". Outre le TTIP, pour lequel un nouveau round de négociations vient d'être fixé à début octobre, les manifestants entendent exprimer leur opposition au Ceta, le traité de libre-échange avec le Canada dont la signature finale est attendue à la fin du mois prochain.

 

Des négociations tenues dans le plus grand secret

Ces deux traités inquiètent de longue date de nombreux Allemands, alors que Mme Merkel n'a cessé d'insister sur les "chances de créations d'emploi" qui doivent en découler. "En Europe, il faut que ce soient les gens qui reviennent au premier plan (...) c'est pour ça qu'il faut stopper le TTIP", juge à Berlin Axel Kaiser, coordinateur d'une plateforme de petites et moyennes entreprises contre ce traité. "Nous nous battons pour des processus de décision démocratiques, pour que les principes de l'Etat de droit s'appliquent dans les accords commerciaux", estime un autre militant, Ulrich Schneider. Négocié depuis mi-2013 par le gouvernement américain et la Commission européenne, l'accord TTIP (Transatlantic Trade Investment Partnership, également connu sous un autre acronyme anglais, Tafta), vise à supprimer les barrières commerciales et réglementaires de part et d'autre de l'Atlantique pour créer une vaste zone de libre-échange. Ses détracteurs craignent, outre une remise en cause des normes sociales, sanitaires et environnementales européennes, la création d'un mécanisme d'arbitrage parallèle pour les investisseurs étrangers qui viendrait affaiblir le pouvoir des autorités publiques face aux grandes entreprises.

 

Allemagne: grandes manifestations contre le traité de libre-échange transatlantique http://u.afp.com/ZFiH 

 

Les organisateurs des manifestations en Allemagne ne cessent également de dénoncer des négociations tenues dans le plus grand secret. "Nous avons besoin d'accords commerciaux meilleurs, (que) nous pouvons avoir si nous stoppons les mauvais accords (...) en nous battant pour une économie équitable", a dénoncé Jennifer Morgan, dirigeante de Greenpeace International. Soutenu par la chancelière Merkel, le TTIP divise aussi son gouvernement, le vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel ayant vertement critiqué le traité au début du mois en assurant que le TTIP avait "de facto échoué". Le SPD doit décider lundi lors d'un mini-congrès s'il approuve ou non le Ceta, que le gouvernement juge être "un accord très réussi". Selon un sondage de l'institut Ipsos, 52% des Allemands estiment que le libre-échange mène à un affaiblissement des normes sociales et permet l'importation de produits dommageables pour la santé.

Lire aussi :

 

 

 

Source : http://www.humanite.fr

 

 

Repost 0
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 21:09

 

 

Source : https://act.wemove.eu/campaigns/isds-fr?utm_source=member&utm_medium=facebook&utm_campaign=VQBKmWLNft

 

 

 

 

 

Empêchez les multinationales de nous bâillonner

 

To Cecilia Malmström et Secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur Mr Matthias Fekel

 

 

Pétition:

Dites non aux multinationales qui veulent pouvoir poursuivre les États en justice dans des tribunaux spéciaux, que ceux-ci s'appellent ISDS ou ICS. N'incluez pas cette disposition dans les accords TAFTA ou AECG avec les États-Unis, le Canada ou aucun autre État européen. Ni maintenant, ni jamais.

 

Pour signer la pétition, cliquer ici

 

C'est important

Nos pays pourraient bientôt avoir peur de défendre nos droits au travail, notre vie privée ou même notre santé si les multinationales ont désormais le droit de les assigner devant des tribunaux privés lorsqu’ils adoptent des lois qui réduisent leurs profits. Pourtant, c’est très précisément ce que l’UE et les États-Unis veulent inclure dans le projet d’accord commercial nommé TAFTA.

Ces traités sont scandaleux de A à Z. Ils ont été négociés dans le plus grand secret. Le CETA, l’accord entre l’UE et le Canada, est sur le point d’être approuvé sous notre nez, sans l’approbation des parlements nationaux.

La commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström a parfaitement conscience que nous n’aimons pas l’idée d’étendre le pouvoir des multinationales. Elle a donc apporté des changements cosmétiques à ces tribunaux et prétend qu’ils sont maintenant plus respectueux des droits des citoyens. Mais c’est faux [1]. (Pour en savoir plus, voir cette fiche d’informations).

30 milliards d’euros payés par le contribuable européen ont déjà été versés dans les poches des grandes entreprises sur décision de ces cours spéciales. Si la Commission n’écoute pas les inquiétudes des citoyens, cela pourrait encore empirer. Même l’Union internationale des Magistrats et l’expert de l’ONU pour la promotion d'un ordre international ont fait part de leurs inquiétudes. Cette proposition pourrait même être illégale au regard du droit européen.

Pourquoi les entreprises pourraient-elles avoir accès à des tribunaux dédiés où elles pourraient extorquer des sommes jamais vues à nos démocraties ? Nous, les citoyens, nous nous rendons dans des tribunaux publics pour résoudre nos griefs. Les entreprises doivent faire de même. Et aujourd’hui, nous avons l’occasion de nous faire entendre ! Agissez ! Nous n’avons plus que quelques jours.

 

Références :

ISDS/ICS factsheet.

 

 

Source : https://act.wemove.eu/campaigns/isds-fr?utm_source=member&utm_medium=facebook&utm_campaign=VQBKmWLNft

 

 

Repost 0
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 21:00

 

Source : Maxime Combes

 

 

ALERTE - Merci de relayer et de soutenir !
Blocage complet des négociations TAFTA ce matin à Bruxelles !
Je vous poste quelques photos !
Pour rappel, nos révélations de la semaine :
- le chapitre énergie : https://france.attac.org/…/tafta-une-nouvelle-fuite-revele-…
- les propositions climat - développement durable de la Commission européenne : https://france.attac.org/…/tafta-l-ue-repond-a-l-urgence-ci...

 

 

 

Repost 0
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 21:32

 

Source : https://1-m.cc/2016/le-lieu-secret-des-n%C3%A9gociations-du-ttip-d%C3%A9busqu%C3%A9-et-s%C3%A9rieusement

 

Le lieu secret des négociations du TTIP débusqué et (sérieusement) perturbé par les activistes de l'EZLN #TTIPgo

4 min read

 

A Bruxelles, ce lundi matin, débutait le 14ème round de négociations sur le TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership). Cette nouvelle semaine de négociations a été marquée par l'irruption de plusieurs dizaines d'animaux dans le périmètre de sécurité du Centre Albert Borschette où les négociateurs se trouvaient. Tout avait été fait pour tenir ce lieu secret. Même les invités à la journée des parties prenantes1 devant se tenir mercredi ne devaient être prévenus qu'à la dernière minute.

Les activistes de L'EZLN, dont la particularité est d'être déguisés en animaux, ont pu débusquer les négociateurs grâce à leur flair. Dans un premier temps, ils ont pénétré un des bâtiments de la DG Commerce de la Commission européenne pour y mener un happening dont la symbolique reste identique à leurs actions précédentes (pour voir leurs actions menées dans le cadre de la COP212: incarner la "nature qui se défend" contre les gouvernements et multinationales qui menacent l'environnement, les droits de l'homme et la démocratie. Environ 70 animaux en tout genre, armés de légumes, dansant au rythme d'une musique classique (Le carnaval des animaux), ont laissé derrière eux un tapis de feuilles, de fleurs et de branchages. Ils se sont ensuite rendus au Centre Albert Borschette où les négociateurs se trouvaient à huis clos. Les crocodiles, accompagnés d'autres animaux, ont réussi à sérieusement perturber le périmètre de sécurité, bloquant l'entrée pendant qu'une autre partie de la meute dansait joyeusement, face au service d'ordre et à la police, peu habitués à gérer ce genre d'action de désobéissance civile dont la détermination n'a d'égal que le caractère humoristique. 

La sous-commandante Pingouin explique "Nous étions prêts à nous faire arrêter aujourd'hui car nous savons à quel point ils veulent préserver le secret sur ces négociations et à quel point ils sont déterminés à faire passer la TTIP de manière anti-démocratique. Les responsables politiques sur ce dossier font semblant de ne pas voir l'opposition citoyenne à ce traité, ils ignorent les pétitions et les manifestations.... Nous n'avons plus d'autres moyens aujourd'hui que de mener ce genre d'actions afin qu'ils interrompent les négociations et qu'ils enterrent ce projet liberticide et écocide." 

Cette action s'inscrit dans le cadre d'une initiative appelée TTIP GAME OVER (https://ttipgameover.net/blog/) dont le principe est d'appeler les citoyens à des actions directes non violentes en vue de revendiquer la fin des accords de libre-échange. Plusieurs actions de lancement ont déjà retenu l'attention des médias. D'autres actions sont prévues durant toute la semaine des négociations. 

Contact Presse :  
Tel :  0465/836300    Mail : ezln-zoologique@riseup.net
Des photos et vidéos supplémentaires peuvent être envoyées sur demande.  

En savoir plus sur EZLN : http://climatealert.be/
Revue de presse : http://climatealert.be/index.php/la-presse-en-parle/ 
Longue Interview de EZLN sur TV5 : https://www.facebook.com/occupy.brussels.media/?fref=nf

 

Action EZLN TTIPGAMEOVER

Plus de Photos & Video : https://ttipgameover.net/blog/en/reso/

 

Source : https://1-m.cc/2016/le-lieu-secret-des-n%C3%A9gociations-du-ttip-d%C3%A9busqu%C3%A9-et-s%C3%A9rieusement

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22