Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 22:59

 

Le Monde.fr avec AFP | 14.11.2012 à 12h52

 
A la fin septembre, le pays comptait 870 900 chômeurs, soit 181 300 de plus qu'au troisième trimestre 2011.

Selon des chiffres publiés mercredi 14 novembre par l'Institut national des statistiques, le chômage au Portugal a une nouvelle fois battu un record au troisième trimestre, à 15,8 %  de la population active, alors qu'il s'établissait à 15 % au trimestre précédent et à 12,4 % il y a un an.

Ce chiffre dépasse déjà les prévisions du gouvernement et de ses créanciers internationaux, représentés par la "troïka" (Union européenne-Bancque centrale européenne-Fonds monétaire international), qui tablaient sur un taux de chômage de 15,5 % sur l'ensemble de l'année.

A la fin septembre, le pays comptait 870 900 chômeurs, soit 181 300 de plus qu'au troisième trimestre 2011 (+ 26,3 %), pour une population active estimée à 5,5 millions de personnes. Le taux de chômage chez les jeunes de 15 à 24 ans s'élève désormais à 39 %, contre 30 % il y a un an et 35,5 % au deuxième trimestre 2012. Le taux de chômage de longue durée s'est établi à 8,8 %.

 

 LA RÉCESSION SE POURSUIT

De son côté, le produit intérieur brut du pays a reculé de 0,8 % au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, et de 3,4 % face à la même période de l'an dernier, selon une première estimation publiée mercredi. Les prévisions officielles pour l'économie portugaise tablent sur une récession de 3 % sur l'ensemble de l'année.

Le PIB portugais, en recul depuis 2011 (-1,7 %), devrait connaître l'an prochain une baisse de 1 % selon le gouvernement et ses créanciers, l'Union européenne et le Fonds monétaire international. Plus pessimiste, la Banque du Portugal table sur une récession de 1,6 %.

En échange d'une aide financière accordée en mai 2011 par l'Union européenne et le Fonds monétaire international, le Portugal s'est engagé à mettre en oeuvre un programme de rigueur qui a aggravé une récession économique entamée au dernier trimestre 2010.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 18:03

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 12.11.2012 à 16h39 • Mis à jour le 12.11.2012 à 19h01

 

 

Le premier ministre portugais, Pedro Passos Coelho, et la chancelière allemande, Angela Merkel, à Lisbonne le 12 novembre.

Les Lisboètes ont essayé par tous les moyens d'exprimer leur rejet de l'austérité et leur mécontentement à l'occasion de la première visite officielle au Portugal de la chancelière allemande Angela Merkel lundi 12 novembre, soigneusement tenue à l'écart de la foule par un imposant dispositif de sécurité.
 

"Le Portugal n'est pas le pays de Merkel", "Angela Merkel assassin", "Une Allemagne européenne oui, une Europe allemande non", pouvait-on lire sur les banderoles tandis que des protestataires, réunis à l'appel de mouvements apolitiques, lâchaient des ballons noirs en signe de deuil. Dans la matinée des Lisboètes en colère avaient recouvert de draps noirs plusieurs monuments de la capitale pour marquer leur mécontentement.

 "Nous venons protester contre le gouvernement, contre Merkel et tous ceux qui représentent un pouvoir qui agit en toute impunité alors que les gens sont dans la misère", déclarait Ricardo Castelo Branco du collectif Anonymous, un mouvement qui se manifeste plus habituellement sur Internet.

 

Lire en édition abonnés : Portugal : la montée de l'amertume


Angela Merkel, dont c'est la première visite officielle au Portugal, est venue à Lisbonne pour soutenir les efforts de redressement économique entrepris par le gouvernement de centre droit en échange d'un plan d'aide de 78 milliards d'euros, accordé en mai 2011 par l'Union européenne et le Fonds monétaire international. Hasard du calendrier, la visite de la chancelière a coïncidé avec le début d'une nouvelle mission de la "troïka" (UE, FMI et BCE) représentant les créanciers du Portugal et chargée d'évaluer, trimestre après trimestre, les mesures de réformes et d'austérité mises en œuvre par le gouvernement en contrepartie du plan de sauvetage.

 

 "LE FRANKENSTEIN DE L'ÉCONOMIE EUROPÉENNE"

"Dehors Merkel et la troïka" pouvait-on lire sur des petites affiches agitées par les manifestants devant la présidence, au moment où Mme Merkel s'entretenait avec le président Anibal Cavaco Silva. Le principal syndicat portugais, la CGTP, a prévu dans l'après-midi un défilé "en défense de la souveraineté nationale" en opposition à Mme Merkel, perçue comme imposant ses vues au gouvernement portugais.

Pour éviter d'autres mouvements de foule lors de l'entretien d'Angela Merkel avec le premier ministre, Pedro Passos Coelho, les autorités ont préféré organiser la rencontre loin du centre de la capitale, dans un ancien fort situé
à l'embouchure du Tage, dans la banlieue ouest de Lisbonne.

De manière inhabituelle, le principal quotidien économique portugais, Diario Economico, pourtant connu pour sa retenue, a joint sa voix aux critiques en affirmant dans un éditorial que "Merkel a fait du Portugal le Frankenstein de l'économie". "Merkel a voulu faire du Portugal et de la Grèce des cobayes pour ses expériences en matière économique économique. Elle a réussi. Le Portugal, sans monnaie pour dévaluer [...] est aujourd'hui un véritable Frankenstein de l'économie qui continue à rejeter la mise en œuvre de l'austérité pour l'austérité", a écrit le journal.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 21:21

 

euronews.com

16/10 11:33 CET

 

 

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté hier soir devant le Parlement portugais pour protester contre les nouvelles mesures d’austérité.

La gouvernement a annoncé une hausse d’impôts généralisée.

Pour le ministre des Finances Vitor Gaspar, il n’est pas question de reculer ou de remettre en cause le plan de sauvetage de 78 milliards d’euros accordé en mai 2011 par l’Union européenne et le Fonds monétaire international : “En 2013 le déficit budgétaire ne devra pas dépasser à 7,5 milliards d’euros soit 4,5% du PIB, c’est la limite décidée lors de la rencontre avec l’eurogroupe et l’ecofin.”

Depuis que Lisbonne est sous assistance financière, le mécontentement social grimpe en flèche.
Hier, les Indignés portugais avaient appelé à assiéger le Parlement.
Avec ce renforcement de l’austérité le Portugal est certain de connaître e

 

                                                                       *****************************************

 

Les Portugais manifestent contre l'austérité

Le Monde.fr | 16.10.2012 à 12h34 • Mis à jour le 16.10.2012 à 13h24

 

Des milliers de personnes ont manifesté lundi dans les rues de Lisbonne pour protester contre les mesures d'austérité proposées par le gouvernement dans son budget 2013.
D'une rigueur exceptionnelle, ce budget pourrait inclure des hausses d'impôts et des coupes, alors que le mécontentement social connaît une poussée sans précédent depuis que le Portugal est sous assistance financière.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 12:47

 

http://www.dailymotion.com/video/xubm1b_manifestation-d-envergure-a-lisbonne-contre-l-austerite_news

 

afpPar afp

 

 

 

La péninsule ibérique a été samedi 13 octobre à la pointe des protestations contre l'austérité avec plusieurs milliers de personnes qui ont notamment manifesté à Lisbonne

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 16:49

 

Le Monde.fr avec AFP | 30.09.2012 à 10h37

 

Samedi 29 septembre en fin d'après-midi, la place du Commerce à Lisbonne était noire de manifestants.

Des dizaines de milliers de Portugais se sont rassemblés samedi 29 septembre à Lisbonne à l'appel des syndicats pour crier leur refus de la politique de rigueur menée par le gouvernement de centre-droit, qui s'apprête à l'accentuer afin de tenir ses engagements internationaux. La place du Commerce, située au cœur de la capitale, était noire de monde en milieu d'après-midi. Selon les estimations de la presse, elle peut contenir entre 70 000 et 175 000 personnes.

Cette manifestation "contre le vol des salaires et des pensions de retraite" était organisée par la CGTP, la principale confédération syndicale portugaise mais comptait sur le soutien des mouvements d'indignés et d'un groupe de citoyens qui, via les réseaux sociaux, avait mobilisé deux semaines auparavant plusieurs centaines de milliers de personnes dans une trentaine de villes. Témoignant d'une colère sociale grandissante, le rassemblement du 15 septembre avait été le plus important au Portugal depuis que le pays a obtenu, en mai 2011, une aide de 78 milliards d'euros de l'Union européenne et du Fonds monétaire international.

 

"Un avenir ? Je ne sais pas si j'en ai", peut-on lire sur une pancarte brandie par un manifestant, samedi 29 septembre dans le centre de Lisbonne.

 UNE GRÈVE GÉNÉRALE À L'ORDRE DU JOUR

 

Haranguant la foule réunie à Lisbonne, le secrétaire général de la CGTP, Arménio Carlos, a appelé à "l'unité de toutes les victimes de cette politique" et annoncé la tenue le 3 octobre d'une réunion de la centrale syndicale qui "discutera de la convocation d'une grande grève générale". Sur la place aux abords du fleuve Tage, les manifestants ont scandé "A bas l'austérité !" en brandissant pancartes et drapeaux des syndicats des administrations locales, des enseignants et même des forces de l'ordre, avant de se disperser dans le calme.

 En échange de son sauvetage financier, Lisbonne s'est appliqué à mettre en œuvre une sévère cure de rigueur mais la récession économique et le chômage se sont aggravés, et le gouvernement de centre-droit peine à assainir les comptes publics. Le déficit budgétaire du pays s'élevait fin juin à 6,8 % du PIB, un chiffre encore loin de l'objectif de 5 % pour l'ensemble de cette année, qui vient d'être revu à la hausse par ses bailleurs de fonds. Un contrôle renforcé des dépenses et une augmentation des impôts sur le patrimoine et le capital sont à l'étude afin de corriger ce dérapage. En 2013, le gouvernement devra ramener le déficit à 4,5 % du PIB, contre un objectif de 3 % auparavant, en faisant des économies supplémentaires de 4,9 milliards d'euros qui impliqueront une nouvelle hausse de l'impôt sur le revenu, a-t-il déjà prévenu.

 

A Madrid, les manifestants continuent de faire pression autour du Congrès

 

Dans l'Espagne voisine aussi, l'exaspération sociale devient plus pressante alors que le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy compte poursuivre sur le chemin de l'austérité. Aux cris de "démission", des milliers de manifestants ont répondu à l'appel de la mouvance des indignés et se sont une nouvelle fois rassemblés samedi en fin de journée autour du Congrès des députés à Madrid, pour dénoncer les coupes budgétaires face aux cordons de la police anti-émeutes déployée en masse.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 18:58

 

latribune.fr

Marie-Line Darcy, à Lisbonne | 26/09/2012, 18:39 -

 

Le 15 septembre, près de 700.000 personnes descendaient dans les rues de 40 villes portugaises pour réclamer le départ du FMI et la démission du gouvernement. Pedro Passos Coelho, le Premier ministre, a retiré les nouvelles mesures d'austérité et a révisé sa copie. Copyright Reuters
Le 15 septembre, près de 700.000 personnes descendaient dans les rues de 40 villes portugaises pour réclamer le départ du FMI et la démission du gouvernement. Pedro Passos Coelho, le Premier ministre, a retiré les nouvelles mesures d'austérité et a révisé sa copie. Copyright Reuters

 

    Après avoir temporisé face à une opinion publique en colère, le gouvernement portugais prépare de nouvelles mesures d'austérité. Une nouvelle manifestation est prévue à Lisbonne samedi prochain.
Pedro Passos Coelho, le Premier ministre portugais, avait jusqu'a présent bénéficié d'une relative passivité des Portugais face aux mesures d'austérité qui s'enchaînent depuis 2011. Mais il a lui-même allumé la mèche qui a mis le feu aux poudres en annonçant abruptement une majoration de 7 % des cotisations sociales (TSU-Taxe Sociale Unique) des travailleurs, assortie d'une diminution de 5,75% des cotisations du patronat.

700.000 personnes dans les rues

La réaction a été à la hauteur de l'incrédulité : le 15 septembre, près de 700.000 personnes descendaient dans les rues de 40 villes portugaises pour réclamer le départ du FMI et la démission du gouvernement. Plus que le nombre impressionnant de manifestants pour un tout petit pays de 10 millions d'habitants, c'est bien la détermination nouvelle des Portugais et leur ton  revendicatif qui a frappé. Conspué dans la rue, lâché par le parti des chrétiens démocrates, partenaire de la coalition opposé à la mesure, confronté à une crise politique, le premier ministre a dû reculer : il reverra sa copie sur la question de la TSU et la fera valider par les partenaires sociaux.

Pour financer la baisse de la TSU patronale, mesure maintenue car figurant dans le Mémorandum signé avec la troïka représentant les institutions qui fournissent l'aide internationale (FMI, UE, BCE), la CIP-Confédération Industrielle préconise l'imposition d'une taxation de 30 % sur le tabac et les cigarettes, avec pour objectif une recette escomptée de 485 millions d'euros. De son côté, la CGTP- Confédération des travailleurs recommande la taxation des dividendes (recette escomptée de 1,2 milliard d'euros).

 

Nouveau tour de vis

Le gouvernement prépare un budget de l'État pour 2013 qui sera lui aussi dominé par l'austérité. Car si le FMI et l'Union européenne ont bien accordé un délai supplémentaire d'un an pour ramener le déficit public à 3 % du PIB  - 2014 au lieu de 2013 -, il n'en reste pas moins que le Mémorandum d'ajustement appliqué au Portugal contre un prêt de 78 milliards d'euros n'a pas changé d'une virgule. Outre la délicate question de la TSU, le gouvernement doit pouvoir compenser par de nouvelles recettes la réintroduction d'une partie des primes dans la fonction publique, dont la suppression a été considérée comme inéquitable par la Cour constitutionnelle.

Il faudra passer par une réforme du système fiscal incluant une diminution des échelons intermédiaires de l'impôt sur le revenu, mais également par l'augmentation de ce même impôt. Par ailleurs, le gouvernement envisage de mettre à contribution le secteur privé, en opérant une nouvelle ponction des primes de fin d'année, pour rétablir le principe d'égalité des citoyens. L'impôt exceptionnel a déjà été levé en décembre 2011 sur une partie des revenus. Vitor Gaspar, le ministre des Finances, a évoqué un possible relèvement de la taxe sur les biens immobiliers, et sur le patrimoine.

 

Manifestation syndicale le 29 septembre

Très prudent, le gouvernement s'est bien gardé de faire des déclarations à l'issue du conseil extraordinaire des ministres qui a duré sept heures ce mercredi. Il est vrai qu'une autre manifestation est prévue samedi 29 septembre à Lisbonne, à l'appel de la CGTP, la Confédération Générale des Travailleurs, proche du Parti Communise. Les organisateurs des manifestations « civiles » précédentes ont appelé à rejoindre ce mouvement à Lisbonne. Une manifestation à laquelle devraient prendre part égalemetn policiers et militaires. Nul ne sait combien de temps les Portugais resteront pacifiques, alors qu'en Espagne et en Grèce la tension ne cesse d'augmenter.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 14:44

http://p3.publico.pt/actualidade/sociedade/4707/dois-irmaos-andam-por-portugal-procura-de-emprego

 

Polícias juntam-se à manifestação de sábado

25.09.2012 - 08:22 Por Romana Borja-Santos

Samedi 29 le Portugal manifestera encore ... contre le "casse de classe" ... et cette fois plusieurs organisations syndicales de policiers et de forces de sécurités appellent à rejoindre la lutte ...  (Police de Sécurité Publique, Garde Nationale Républicaine, Gardiens de Prisons, Services des Etrangers et des Frontières, Autorité de Sécurité Alimentaire et Economique, Police Maritime)

http://www.publico.pt/Economia/policias-juntamse-a-manifestacao-de-sabado-1564423?showVideo=1

Traduction partielle :

A partir de maintenant, la police va rejoindre toutes les actions que les deux syndicats s'organisent contre les mesures d'austérité..../...«Nous avons décidé de participer à toutes les actions organisées par les syndicats, CGTP ou UGT, et pour commencer à la manifestation de la CGTP. Les policiers manifesteront leur mécontentement et assureront aussi qu'ils sont à côté de tous les citoyens qui se battent pour une solution conforme à leurs
attentes », a déclaré Paulo Rodrigues
PSP, GNR, Guardas Prisionais, SEF, ASAE e Polícia Marítima são as autoridades envolvidas
PSP, GNR, Guardas Prisionais, SEF, ASAE e Polícia Marítima são as autoridades envolvidas (Foto: Pedro Cunha)
As várias forças de segurança nacionais vão juntar-se ao protesto convocado pela CGTP para o próximo sábado e ponderam fazer greve.
Com vídeo

A decisão foi tomada numa reunião que decorreu na noite de segunda-feira e onde estiveram representantes da Polícia de Segurança Pública (PSP), Guarda Nacional Republicada (GNR), Guardas Prisionais, Serviço de Estrangeiros e Fronteiras (SEF), Autoridade de Segurança Alimentar e Económica (ASAE) e Polícia Marítima, adianta a TSF.

“A única forma que temos de dar voz e manifestarmos a nossa não concordância com estas medidas é participar em todas as acções de protesto organizadas pelas centrais sindicais”, explicou o coordenador e porta-voz da comissão de sindicatos das Forças de Segurança, Paulo Rodrigues, citado pela mesma rádio.

O responsável adiantou, ainda, que as forças de segurança não excluem marcar eventuais greves através dos seus sindicatos, ainda que assegurando os serviços necessários no âmbito dos Guardas Prisionais, ASAE ou SEF.

“Decidimos participar em todas as acções de protesto convocadas pelas centrais sindicais, seja a CGTP seja a UGT, iniciando já à manifestação da CGTP. Os polícias irão demonstrar o seu descontentamento e também dizer que estão ao lado de todos os cidadãos que estão a lutar por uma solução de acordo com as suas expectativas”, afirmou Paulo Rodrigues à Rádio Renascença.

Apesar de o Governo ter recuado nas medidas relacionadas com a Taxa Social Única (TSU) – que previa o aumento das contribuições dos trabalhadores para a Segurança Social de 11% para 18% e a redução da taxa a pagar pelas empresas de 23,5 para 18% –, a CGTP decidiu manter o protesto de sábado. Isto porque, para a central sindical, as alternativas que o executivo está a estudar, nomeadamente ao nível do IRS, visam “os mesmos objectivos à custa dos salários, reformas, pensões e direitos sociais”.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 14:41

 

 

Le 7 septembre 2012, le gouvernement portugais a adopté une des attaques au plan social les plus brutales à avoir eu lieu jusqu’à présent dans les pays «sauvés»: élever jusqu’à le 7% l’ensemble des cotisations sociales de tous les travailleurs et travailleuses et réduire de 5,75% celles des entreprises. Cette mesure équivalait à un transfert direct de 2000 millions d’euros nets (2 milliards) pour les employeurs. Un hold-up de classe. «Jamais le Portugal n’avait été attaqué si durement», a déclaré Francisco Louça (ex-porte-parole du Bloco d’Esquerda). 
Le samedi 22, a midi, après une réunion marathonienne du Conseil d’Etat présidée par le président et entourée (une idée qui s’étend…) par des manifestants en colère, le premier ministre Passos Coelho a été forcé de battre en retraite et a annoncé qu’il chercherait des «alternatives».
C’est une victoire exemplaire et extraordinaire, d’autant plus qu’elle est le résultat direct d’un grand mouvement social. Sans aucun doute, ces «solutions de rechange» de Passos Coelho annoncent de nouvelles menaces. Mais le peuple portugais est maintenant beaucoup plus fort pour y faire face.
Selon les informations de esquerda.net, le magazine en ligne du Bloco, les manifestations de vendredi étaient très amples et décidées
Des milliers de personnes ont manifesté avec force en face du Palace Belém à Lisbonne [siège de la présidence de la République] lors la réunion du Conseil d’Etat. Ils exigeaient la démission du gouvernement et rappelaient: «Ils sont une demi-douzaine, nous sommes des millions.»
A Porto s’est tenue une assemblée populaire. Il y a eu également des manifestations à Faro, Viseu, Pombal, Leiria, Braga, Funchal, Aveiro, Bragança, Evora et Coimbra.
A Lisbonne ont également été scandés: «La voix appartient au peuple. Nous sommes le Conseil» et «Troïka et gouvernement, dégagez!» Le mot d’ordre plus populaire était sans doute «Voleurs!».
Comme prévu, à 18 heures, a été chantée «Acordai», de José Gomes Ferreira et Fernando Lopes-Graça, l’une des chansons préférées des prisonniers politiques avant la révolution du 25 avril 1974. Des manifestations de masse ont duré toute la nuit.


Tiré du site de Viento Sur


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 15:52

 

Le Monde.fr avec AFP | 15.09.2012 à 20h39 • Mis à jour le 16.09.2012 à 17h06

 

 

Manifestation contre l'austérité à Lisbonne, le 15 septembre.

 

Un ténor de la coalition de centre droit au pouvoir au Portugal, le chef de la diplomatie Paulo Portas, a préconisé dimanche 16 septembre une révision des mesures d'austérité, contre lesquelles plusieurs centaines de milliers de Portugais ont manifesté la veille du nord au sud du pays.

"Le gouvernement doit avoir une position d'ouverture pour évaluer la situation avec les partenaires sociaux et les institutions du pays", a déclaré M. Portas, leader des conservateurs du Parti populaire (CDS-PP) qui fait partie de la coalition au pouvoir aux côtés du Parti social-démocrate du premier ministre, Pedro Passos Coelho.

M. Passos Coelho a annoncé la semaine dernière de nouvelles mesures pour renforcer l'austérité. Un flot de critiques s'en est suivi qui ont culminé, samedi, avec des manifestations d'une rare ampleur à Lisbonne et dans une trentaine de villes du pays.

 

"CE GOUVERNEMENT VA TUER LE PORTUGAL"

"Stop au terrorisme social", "Ceux qui volent le Portugal doivent être jugés", "Bientôt l'Etat volera les morts", pouvait-on lire, samedi, sur les nombreuses banderoles et affiches brandies à Lisbonne par les manifestants. "Que la troïka aille au diable" était le principal slogan pour signifier le rejet des mesures de rigueur imposées par les trois bailleurs de fonds du Portugal, l'UE, le FMI et la BCE, en échange du plan de sauvetage de 78 milliards d'euros accordé au pays en mai 2011. "Ce gouvernement va tuer le Portugal, et si nous ne faisons rien ce sera pire", déclarait Ivan Rodriguez, un trentenaire qui reconnaissait manifester pour la première fois.

 

Lire l'éclairage : Face à l'austérité, les Portugais se rebiffent

  Les manifestations qui, outre Lisbonne, avaient également lieu dans une trentaine de villes portugaises, convoquées sur Facebook par des universitaires, artistes, poètes ou musiciens, revendiquaient un caractère apolitique. Elles étaient toutefois soutenues par des partis d'extrême-gauche et le principal syndicat portugais, la CGTP qui a prévu un grand rassemblement le 29 septembre.

A Lisbonne, dans une ambiance bon enfant, de nombreux manifestants frappaient sur des tambours, donnaient des coups de sifflets, actionnaient de petits avertisseurs ou tapaient dans leurs mains pour faire le plus de bruit possible. A Porto, la grande ville du nord du pays, des milliers de personnes ont réclamé samedi la démission du premier ministre.

 

 RENFORCEMENT DE L'AUSTÉRITÉ

Le mécontentement s'est nettement amplifié après les récentes décisions du gouvernement du premier ministre Pedro Passos Coelho de procéder cette année à de nouvelles augmentations d'impôts et de prévoir pour l'année prochaine une hausse de 11 % à 18 % des cotisations salariales, une mesure qui, selon des experts, équivaut à la perte d'un mois de salaire.  

Depuis l'obtention du plan de sauvetage, le gouvernement a déjà procédé à des baisses de salaires des fonctionnaires et des augmentations d'impôts avec en particulier des hausses sensibles de la TVA. "Les impôts et la TVA m'ont étranglée. Il m'est impossible de conserver mon personnel", indiquait Ana Paulo Figueiredo, une restauratrice d'une cinquantaine d'années. "Il faut un referendum. Le peuple doit donner son avis", ajoutait-elle.  

Depuis qu'il a annoncé un renforcement de l'austérité, le premier ministre essuie un flot de critiques non seulement de la part de l'opposition de gauche, mais aussi de plusieurs de ses alliés politiques et même du patronat. Principal axe de sa politique, l'austérité a entraîné une forte contraction de l'économie – 3,3 % au deuxième trimestre –, tandis que le chômage dépasse les 15 % de la population active. Pris à la gorge, le gouvernement a dû admettre qu'il ne pourrait remplir cette année son engagement de ramener le déficit public à 4,5 % du PIB. Face à cette situation, la troïka a accordé au gouvernement un délai supplémentaire pour réduire les déficits.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 17:27

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 23.08.2012 à 17h52

 
 
Troisième pays de la zone euro à obtenir une assistance financière, le Portugal a reçu un prêt de 78 milliards d'euros en échange d'un plan de réformes.

Au Portugal, certains bénéficiaires de l'allocation pour la réinsertion sociale  devront exercer une "activité socialement utile", jusqu'à quinze heures par semaine, pour continuer de bénéficier de cette aide, a décidé le gouvernement, jeudi 23 août.

Pour le ministre de la solidarité sociale, Pedro Mota Soares, le revenu social d'insertion (RSI), une allocation qui a pour objectif d'aider les personnes sans ressources jusqu'à ce qu'elles retrouvent un emploi, "est un droit qui comporte aussi des devoirs".

Cette mesure concernera les personnes aptes à exercer une activité professionnelle et qui n'ont pas d'enfant ou de personne âgée à leur charge. Ceux qui refuseront se verront privés du RSI.  Les bénéficiaires seront notamment appelés à participer "au nettoyage de jardins publics, à des travaux de rénovation dans des institutions sociales ou à l'organisation d'évènements sportifs et culturels", a cité en exemple M. Mota Soares.

 PROMESSE DE CAMPAGNE

A la fin de juin, quelque 339 000 Portugais percevaient ce revenu d'insertion, dont le montant moyen s'élevait à un peu plus de 92 euros par mois, d'après des données de la sécurité sociale. Le gouvernement estime pour sa part que près de 60 000 personnes touchent le RSI sans être inscrites dans un centre de recherche d'emploi.

Cette mesure était une promesse de campagne du gouvernement de centre-droit, au pouvoir depuis que le Portugal s'est vu accorder, en mai 2011, une aide internationale de 78 milliards d'euros, en échange d'un vaste programme de rigueur et de réformes pour assainir ses finances publiques. Ce plan d'économies sans précédent comprend notamment une hausse généralisée des impôts et la baisse des salaires des fonctionnaires ainsi que des prestations sociales.

La recette prônée par les créanciers du Portugal, l'Union européenne et le Fonds monétaire international, provoquera cette année une récession économique estimée à 3 % du PIB, alors que le taux de chômage a atteint au deuxième trimestre le niveau record de 15 %.

Lire aussi : Face à l'austérité, les Portugais se rebiffent

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Portugal
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22