Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 19:34

 

Rue89 - Effet Streisand 15/03/2013 à 19h26

 Elsa Ferreira | Rue89

 

L’entreprise française a voulu donner une bonne leçon à une poignée de militants, et à travers eux, au reste des écolos. Une stratégie « suicidaire ».

EDF s’incline face aux écolos. Après avoir réclamé près de 6 millions d’euros à des militants écologistes qui avaient campé au sommet de deux cheminées de la centrale de Nottinghamshire (propriété d’EDF), en Angleterre, la compagnie renonce, sous les huées de l’opinion publique.

 


Une militante, sur le site EDF de Nottinghamshire (No dash for gas/Facebook)


Des militants sur une des cheminées (No dash for gas/Facebook)

Personne ou presque n’avait eu vent de l’action des 21 activistes de No dash for gas (pas de ruée vers le gaz). C’était en octobre 2012 et tous les journalistes environnement avaient les yeux rivés sur l’ouragan Sandy. La menace d’une poursuite aura suffi à redonner aux militants une place parmi les gros titres, explique une militante :

« Le jour où on a fait la manifestation, il y avait l’ouragan et beaucoup d’autres infos dans les médias. Ce à quoi on ne s’attendait pas, c’était qu’une poursuite judiciaire ferait le gros du travail pour nous. »

Graham Thompson, autre activiste de No dash for gas, approuve :

« Ils nous ont donné un espace pour faire passer notre message. »

L’effet Streisand et la poursuite-bâillon

L’effet Streisand

En 2003, la chanteuse Barbara Streisand avait attaqué en justice un photographe : elle demandait qu’une vue aérienne de sa maison soit retirée d’un ensemble de 120 000 clichés, dont l’objet était de documenter l’érosion des côtes. Le mois suivant l’action en justice, plus de 420 000 personnes visitèrent le site du photographe.

Mauvais calcul pour la compagnie française. L’effet Streisand – la mise en avant d’une info que l’on essayait au contraire d’étouffer– est en marche, analyse George Monbiot, journaliste environnement au Guardian. La stratégie d’EDF est un « suicide d’entreprise et de relations publiques », estime-t-il.

La requête est disproportionnée. L’opinion publique et les commentateurs l’interprètent comme une menace à la liberté d’expression et de manifestation : une poursuite-bâillon – en anglais, SLAAP (comme une gifle). George Monbiot :

« On essaye d’effrayer ceux qui auraient pu joindre la campagne. Ceux qui par la suite aurait pu s’engager dans d’autres campagnes évitent la politique par peur des conséquences. Leur absence appauvrit la démocratie. »

Car 6 millions d’euros à se partager entre 21 activistes, c’est une dette de près de 300 000 euros. « Plus que nous ne gagnerons jamais », estimait une militante.

« Ils nous ont envoyé un inventaire où l’on devait détailler nos revenus, les dépenses en gaz, électricité, emprunt immobilier, redevance télé, vêtements pour les enfants, nourriture, cantine et le montant de nos dettes.

Tout ça pour qu’ils sachent combien on gagne et qu’ils puissent décider combien ils peuvent nous prendre, chaque mois, pour le reste de notre vie. »

Pour EDF, cette somme représente 0,3% de ses bénéfices au Royaume-Uni (qui s’élèvent à près de 2 milliards d’euros).

Epinglé sur Wikipédia

La réaction de l’opinion publique ne se fait pas attendre. La pétition mise en ligne par les parents de l’une des activistes récolte plus de 64 400 signatures – dont celles de Naomi Klein et Noam Chomsky. Sur la page, les signataires expliquent ce qui les a poussés à joindre le mouvement :

« Les gens normaux ne devraient pas être intimidés par les grosses compagnies et les riches à la recherche d’un peu plus de profit. Le climat mondial est plus important que les bénéfices. »

« Si cette affaire peut aller devant la justice, qu’est-ce qui va suivre ? »

« EDF, dans ses relations avec ses clients, n’est pas seulement incompétente mais aussi agressive, grossière et menteuse. »

 


Une militante, sur le site EDF de Nottinghamshire (No dash for gas/Facebook)

 

No dash for gas explique, sur le site EDFOff.org, comment se tourner vers d’autres fournisseurs d’énergie (ils proposent même de faire les démarches) et les futurs ex-clients font savoir leur colère.

« Par votre tentative de poursuivre ces manifestants, vous perdez à vie cinq contrats d’entreprise. »

« Merci EDF de me pousser à l’action. J’ai enfin changé de fournisseur d’énergie. Au revoir EDF. »

L’affaire No dash for gas est désormais mentionnée sur la page Wikipédia anglaise de la compagnie, signale Terence Zakka, spécialiste en communication digitale.

« Sur le long terme ce sera assez dommageable. La séquence sera difficile à effacer pour EDF. »

« Le syndrome David contre Goliath »

Ce que EDF n’avait pas prévu (ou pas compris), c’est que dans ce genre d’action, les activistes fonctionnent de pair avec le public. Les compagnies en revanche sont les « méchants » de l’histoire, explique Graham Thompson :

« Les grosses compagnies énergétiques ont mauvaise réputation : à cause de leurs tarifs, de leur manque de transparence, des affaires de piratage et de surveillance des activistes. Avec cette poursuite, ils ont prouvé qu’ils essayaient de supprimer le débat. »

Terence Zakka confirme :

« Lorsqu’une multinationale s’attaque à des activistes, et spécialement aux individus directement, c’est le syndrome David contre Goliath. Dans ce cas, la sympathie a plutôt tendance à aller vers le petit. »

« EDF a fait d’une crise un désastre »

EDF a donc abandonné sa folle requête au profit d’un compromis « juste et raisonnable » : une injonction qui interdit aux activistes de pénétrer sur les sites de EDF. Pour Kate Harrison, l’avocate qui a défendu les militants, la stratégie de EDF « a fait d’une crise un désastre ».

« Au final, tout ce qu’ils ont gagné c’est la promesse de 21 militants qu’ils ne s’approcheront pas de leurs sites. »

Pour les militants écologistes – qui devaient servir d’exemple « pour que ceux qui envisagent ce genre d’action comprennent qu’il peut y avoir des conséquences » –, c’est une victoire importante, estime Graham Thompson :

« EDF a perdu publiquement : les activistes vont s’enhardir et les grosses compagnies vont savoir qu’elles ne peuvent pas faire n’importe quoi, qu’il peut y avoir des répercussions. »

Les militants ont par ailleurs plaidé coupable à l’accusation d’intrusion sur une propriété privée et seront jugés prochainement.

Si une telle poursuite semble sévère, elle serait tout à fait possible en France. En 2009, EDF, en association avec Bouygues et Solétanche, avait poursuivi Greenpeace pour avoir occupé le chantier de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche). Les accusant de « violation de domicile », « entrave à la liberté du travail » et « opposition à des travaux publics et d’intérêt public », ils leur réclamaient 516 000 euros de dommages et intérêts.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 19:44

 

Médiapart - | Par La rédaction de Mediapart

 

 

Au deuxième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, des militants de Greenpeace ont investi pour quelques heures, lundi soir, le dôme d’une centrale nucléaire, à Embalse, près de Cordoba, en Argentine.

Sur leur banderole "Basta de peligro nuclear", le danger nucléaire, ça suffitSur leur banderole "Basta de peligro nuclear", le danger nucléaire, ça suffit© DR

Quarante membres de l’organisation écologiste ont été interpellés sur place, et l'un d'eux, un photographe, a été blessé lors de l’intervention des forces de l’ordre. Dans un communiqué, Greenpeace annonce avoir fait la « démonstration » des « failles dans la sécurité de la centrale ». Voir quelques images de l’action

 

http://www.greenpeace.org/argentina/es/

 

 

 

Acción en central nuclear de Córdoba

 GreenpeaceArgentina

Publiée le 11 mars 2013

http://www.greenpeace.org.ar A dos años del desastre atómico de Fukushima, 40 activistas de Greenpeace ingresaron a la Central Nuclear Embalse en Córdoba para exigir que Argentina abandone el peligro de la energía nuclear. Luego de vulnerar sin violencia las medidas de seguridad de la usina atómica, escalaron el edificio del reactor y desplegaron un cartel con la leyenda "Basta de peligro nuclear". Durante la acción fueron agredidos por el personal de seguridad de la planta y luego detenidos y llevados a un juzgado de Río Cuarto. Estas son la imágenes que obtuvimos para mostrar la acción. Greenpeace exige a las empresas responsables del desastre nuclear de Fukushima que paguen por los daños ocasionados en la catástrofe. Participá ahora en www.greenpeace.org.ar

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 18:26

 

 

Médiapart

 

Deux ans après la catastrophe de Fukushima, les Jeunes Ecologistes appellent politiques et citoyens à profiter du débat sur la transition énergétique organisé par le gouvernement pour définir la place du nucléaire en France.

 


 

Il y a deux ans jour pour jour, le 11 mars 2011, un important séisme à l'est du Japon provoquait l'accident nucléaire de Fukushima, nouvelle catastrophe nucléaire d'importance après celle de Tchernobyl en 1986.

L'année dernière, le 11mars 2012, notre mouvement était à l'initiative de Génération Fukushima, un collectif d'organisations de jeunesse qui interpellait pour l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle sur les enjeux de la transition énergétique.
Dénonçant le fardeau énergétique dont nous héritions, notre appel expliquait que « si notre génération n'a pas choisi le nucléaire, elle peut aujourd'hui faire le choix d'en sortir! ».

Aujourd'hui, 11 mars 2013, alors que nous commémorons la catastrophe japonaise et que la Chaîne humaine du 9 mars a réuni 20 000 personnes à Paris, nous appelons l'ensemble des acteurs politiques et citoyens à saisir l'opportunité historique que représente le débat national sur la transition énergétique pour enfin discuter du nucléaire et de la politique énergétique de notre pays.

Ce débat, organisé par le ministère de l’Écologie, est bel et bien historique, car cela fait quarante ans maintenant que les écologistes demandent un débat national sur l’énergie. Quarante ans d’opposition au nucléaire civil et militaire, quarante ans de vigilance sur les risques liés à cette technologie, d’alertes sur l’épuisement des ressources fossiles et le changement climatique, quarante ans enfin d’appel au développement des énergies renouvelables et à un important effort d’efficacité énergétique.

Même si nous n’avons pas pu, du fait de notre âge, participer à ces décennies de lutte, les Jeunes Écologistes réalisent la victoire que constitue l’organisation d’un débat qui doit permettre aux citoyen-ne-s français-es, pour la première fois de leur histoire, de s’informer, de débattre et de s’exprimer sur ce que doit être la politique énergétique de notre pays.

Ce débat historique est aussi stratégique, ce à plusieurs titres.
D’abord parce qu’il doit déboucher sur un projet de loi de programmation à l'automne prochain, texte qui fixera les grandes lignes de la politique énergétique française pour les trente prochaines années.

Ensuite parce qu’il est global. Place du nucléaire et des énergies renouvelables dans la production, efficacité et sobriété pour lutter contre le gaspillage et la précarité énergétique, décentralisation et distribution, investissements futurs, impacts sur l’emploi, les transports ou l’agriculture, dimension européenne… même si toutes les options ne sont pas sur la table, le gouvernement a eu le courage d’aborder les questions énergétiques de façon large, en incluant le nucléaire, même s’il ne représente que 17% de la consommation finale d'énergie.

Enfin, le calendrier est éminemment stratégique sur le volet nucléaire, puisque la majorité des réacteurs nucléaires français vont atteindre leurs trente ans de fonctionnement avant la fin du mandat. L’hypothèse du prolongement de leur durée de vie étant coûteuse (rapport Besson de février 212) et risquée (au niveau mondial, moins de 10 réacteurs dépassent les 40 ans), et celle de la construction de nouvelles centrales complètement caduques (compte tenu des délais de construction), se pose pour la première fois la question de leur fermeture progressive, dans la foulée de celle de Fessenheim, prévue fin 2016.          

Le président de la République ne s’est pas trompé, en fixant, lors de la conférence environnementale du 14 septembre 2012, le cap pour notre pays : faire de la France la nation de l’excellence environnementale, en s’engageant clairement dans la transition énergétique, fondée sur la sobriété et l’efficacité, ainsi que sur la décentralisation et le développement des énergies renouvelables. Nous espérons maintenant que les actes du gouvernement seront à la hauteur des mots du chef de l'État.

En raison des enjeux économiques, politiques et environnementaux liés au débat national sur la transition énergétique, les Jeunes Ecologistes appellent l’ensemble des acteurs publics à se mobiliser sur le sujet, pour engager la France et l’Europe dans ce virage crucial en matière de politique énergétique. Persuadé que la transition est une issue à la crise que nous traversons, notre mouvement prendra toute sa place dans ce débat en proposant une vision ambitieuse de la transition, à travers sa campagne Révolution énergétique !          

Wandrille Jumeaux et Lucile Koch-Schlund, secrétaires fédéraux des Jeunes Ecologistes

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 21:56

 

Olivier Florens, élu EELV au CG84

10 mars 2013

 

 

Alors qu’'à Fukushima des enfants sont atteints de cancers de la thyroïde,

 
que des mamans demandent à leurs enfants de ne pas devenir parents,
 
que des personnes ne peuvent plus rejoindre leurs domiciles car ceux-ci sont contaminés
 
l'ancien  premier ministre Naoto  kan qui a géré la crise post accident avoue lui-même que se lancer dans le nucléaire était une grave erreur.
 
Alors que du mox se trouvait dans le réacteur trois, et que l’explosion a propagé du plutonium dans la région de Fukushima,
 
AREVA et  sa filiale MELOX  reprennent les ventes du mox au Japon. 
 
. A cet égard un départ est prévu au mois d'’avril de Cherbourg.
 

   Aprés avoir été acheminé  depuis Marcoule où est fabriqué  le mox

 
Par solidarité, nous devons marquer notre opposition à ce commerce de la mort.
 
Afin d'affirmer notre  je vous propose de nous réunir au plus tôt devant MELOX le 11 mars date symbolique de la catastrophe de Fukushima.
Nous pourrons ainsi collectivement décider des suites à donner à cette action
-vigies citoyennes pour dénoncer ce départ de mox à destination du japon.
-camps citoyens
-préparation d'une pétition
   -rédaction d'un appel
    que vous soyez citoyens ?associatif?ou de  tout bord politique

    Rendez vous tous a melox marcoule le 11 mars 16 het nous continuerons après pour attendre    les retardataires. 

 
    la présence de tous est importante !!!!!!

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 16:37

 

Le Monde.fr | 10.03.2013 à 09h42 • Mis à jour le 10.03.2013 à 09h44

 

 

 

A la veille du deuxième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, des dizaines de milliers de Japonais ont défilé dans tout le pays pour exiger l'abandon de l'énergie nucléaire.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche 10 mars dans tout le Japon pour exiger l'abandon rapide de l'énergie nucléaire, à la veille du deuxième anniversaire du déclenchement de la catastrophe de Fukushima.

A Tokyo, les manifestants se sont rassemblés dans un grand parc du centre pour écouter des concerts ou des discours sonorisés grâce à de l'électricité solaire. Ils ont ensuite défilé en direction du Parlement, en passant par le quartier des ministères, dans le but de remettre une pétition aux députés demandant au premier ministre japonais Shinzo Abe, au pouvoir depuis les législatives de décembre, le démantèlement de toutes les centrales nucléaires du pays. "Sayonara [au revoir], énergie nucléaire", proclamait une pancarte.

D'autres manifestations se sont tenues dans la capitale et le reste du pays. Selon les médias locaux, quelque 150 événements étaient prévus au total entre samedi et lundi. Samedi, des milliers de personnes avaient défilé à Tokyo, dont des résidents de la région de Fukushima (nord-est du Japon) et des personnalités parmi lesquelles le prix Nobel de littérature Kenzaburo Oe.

Seuls deux des 50 réacteurs de l'archipel nippon sont actuellement en fonctionnement, le parc nucléaire faisant l'objet de vérifications de sécurité poussées depuis l'accident de Fukushima.

 

Lire : Deux ans après Fukushima, où en est l'énergie nucléaire au Japon ?


M. Abe, dont le Parti Libéral-Démocrate (droite) a de proches relations avec les milieux d'affaires, prône le redémarrage des réacteurs dont la sécurité aura été établie. Le gouvernement de centre-gauche sortant, dirigé par Yoshihiko Noda et battu dans les urnes en décembre, avait promis pour sa part d'abandonner l'énergie nucléaire d'ici à la fin des années 2030.

 

 "NOUS ALLONS RECONSTRUIRE UNE BELLE VILLE"


A Rikuzentakata, dans le nord-est du Japon, près de 1 600 personnes ont péri et 217 sont portées disparues.

 

Dans de nombreuses communes touchées par le tsunami, les habitants vêtus de noir ont assisté dimanche à des cérémonies de commémoration. A Rikuzentakata, où près de 1 600 personnes ont péri et 217 sont portées disparues, le maire Futoshi Toba a redit son engagement à reconstruire la ville. "Nous allons reconstruire une belle ville qui fera la fierté du pays et dont les habitants vivront heureux et confortablement", a-t-il assuré.

Ces manifestations interviennent à la veille du deuxième anniversaire du séisme et du tsunami du 11 mars 2011 qui ont fait près de 19 000 morts et disparus dans la région du Tohoku (nord-est) et entraîné un accident nucléaire majeur à la centrale Fukushima Daiichi. Cette catastrophe nucléaire a représenté le pire désastre pour le secteur depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986. Elle a entraîné le rejet massif de radiations et poussé quelque 160 000 personnes à abandonner leur domicile.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 16:13

 

 

Le Monde.fr | 10.03.2013 à 15h28 • Mis à jour le 10.03.2013 à 15h28 Par Antonio Pagnotta, photojournaliste

 
 

Après deux ans de photojournalisme intensif sur les conséquences des catastrophes nucléaires de Fukushima, certaines conclusions se sont imposées qui rendent obsolètes tous les débats sur le coût du mégawatt électronucléaire et sur la sûreté de fonctionnement des centrales nucléaires.

Prenons l'hypothèse d'un accident nucléaire en France : les conséquences ne seraient pas seulement économiques – le coût s'élèverait à 430 milliards d'euros par réacteur explosé, selon un rapport de l'IRSN. Ni vitales ou écologiques : avant l'irradiation de la population et la contamination de l'environnement, le premier danger auquel il faudrait parer serait d'ordre social et politique : l'effondrement de l'Etat, pesant sur la démocratie, voire sur la République.

Le gouvernement se trouverait alors face à un choix ici sommairement résumé : vendre le château de Versailles pour dédommager les victimes ou abandonner la population irradiée à elle-même afin d'éviter la faillite de l'Etat.

Que nous apprend le cas Fukushima ? Aujourd'hui, dans la zone touchée par le panache radioactif, c'est l'abandon de la population qui prévaut : elle n'a pas été évacuée, elle est restée confinée dans les villes contaminées : Minami-soma, Koriyama, Nihonmatsu, Hirono et la ville Fukushima (homonyme de la préfecture qui en tire son nom).

Le déni du danger est l'aboutissement d'une campagne de communication intensive de l'Etat Japonais, relayée par tous les médias. Si bien que ce danger a été, au mieux, intériorisé par les habitants de ces villes, au pire, imposé.

(En 2013, s'agissant de la liberté de la presse, le Japon a chuté de la 22e place à la 53e, selon le classement de Reporters sans frontières). Dans cette cathédrale de déni, le réveil face aux maladies et à la mort n'en sera que plus douloureux.

 

LES IRRADIÉS SONT TRAITÉS COMME DES PARIAS

Dans la préfecture de Fukushima, l'Etat s'est effondré et n'offre plus aucune protection aux citoyens. Les irradiés sont traités comme des parias lorsqu'ils demandent le respect de leurs droits, à commencer par l'accès à un air sain et à une nourriture sans radiation.

Les seniors, les plus de 50 ans, s'affrontent avec la jeune génération. Conscients du risque d'effondrement du pays, les anciens nés dans la notion du sacrifice personnel pour le groupe, intiment aux jeunes de se taire pour ne pas endommager davantage la nation.

Bien que le Japon soit le seul pays au monde à avoir subi deux bombardements atomiques, pour la jeune génération, la situation se résume en une phrase : "A Hiroshima ce fut la colère, à Nagasaki la prière, et aujourd'hui à Fukushima, on exige notre silence."

Dans le cas d'une fusion de cœur de réacteur nucléaire en France, il serait impossible à l'Etat de débourser les 430 milliards d'euros nécessaires (pour 2013 son budget voté est d'à peine 395,5 milliards euros). Comme il serait impossible de compter sur la soumission des Français devant les mesures draconiennes imposées par la force : verrouillage de la zone rouge pour éviter la propagation de la contamination, loi martiale sur la région pour éviter les pillages, censure sur l'information pour éviter la panique.

Les Français sont plus "subversifs" que les Japonais qui n'ont jamais pris une seule Bastille. L'Etat serait alors pris en étau entre risques de faillite et chaos social, et n'aurait d'autre solution, pour survivre, qu'appliquer les drastiques et cruelles normes sanitaires imposées à Fukushima.

Une mini-zone d'évacuation de 20 km de diamètre autour la centrale sinistrée (deux fois le territoire de Belfort, soit 1200 km2), décréter que les zones de 20 millisieverts par an (soit le niveau de radiations acceptée pour les travailleurs du nucléaire) restent habitables et autoriser des taux élevés de radiations dans la nourriture, dont les aliments pour bébés.

Les populations irradiées seraient abandonnées à leur sort, c'est-à-dire que, face aux radiations, elles n'auraient d'autres recours que l'autoprotection.

C'est la tragique conclusion tirée de ces deux années de reportages sur le désastre de Fukushima. Parmi les risques les plus redoutables de l'industrie nucléaire, rôde la menace politique. En cas de désastre, l'électronucléaire mettrait assurément en danger la République et la démocratie.

 

Antonio Pagnotta, photojournaliste

 

 

Antonio Pagnotta, photojournaliste et  auteur de Le dernier homme de Fukushima, éditions Don Quichotte, 280p., 17,90 euros.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 18:47

 

Libération

  9 mars 2013 à 15:06 (Mis à jour: 18:49)

Les milliers de manifestants ont encerclé des «lieux de pouvoir» qui contribuent à promouvoir l'énergie nucléaire, comme l'Assemblée et le Sénat, des ministères, les sièges d'EDF et d'Areva et des banques.

Plusieurs milliers de personnes (20.000 selon les organisateurs, 4.000 selon la police) ont formé une vaste chaîne humaine, samedi dans Paris, pour réclamer l'arrêt du nucléaire civil et militaire en France, deux ans après la catastrophe de Fukushima.

Aux cris de «Fukushima, plus jamais ça», les manifestants, vêtus pour la plupart de gilets fluos jaunes et dont beaucoup étaient venus de province, se sont déployés à partir de 18 points de ralliement pour former une longue chaîne humaine allant du quartier de la Défense au ministère de l'Economie.

Ils se sont donné la main et ont scandé des slogans anti-nucléaires sur des trottoirs encombrés de badauds, notamment dans le quartier de l'Opéra où ils ont «encerclé» symboliquement le siège de la BNP et de la Société générale, deux banques qui financent des projets de centrales nucléaires. D'autres «lieux de pouvoir» ont également été visés comme l'Assemblée Nationale, plusieurs ministères dont celui de l'Economie, l'Autorité de Sûreté nucléaire (ASN), ainsi que les sièges d'EDF et d'Areva.

Coordonnée par le réseau Sortir du nucléaire, la mobilisation était notamment destinée à «envoyer un message d'indignation aux décideurs» ainsi qu'un message de solidarité au peuple japonais. «Nous demandons la fin du nucléaire civil et militaire, et notamment l'arrêt de toutes les centrales nucléaires de plus de 30 ans», a précisé le porte parole du Réseau, Pierric Duflos. Une vingtaine des 58 réacteurs nucléaires français ont plus de 30 ans.

De nombreux Japonais participaient à la chaîne humaine dans le quartier de l'Opéra. «Il faut réagir dès maintenant pour l'avenir de nos enfants», expliquait Chiso Takemoto, une mère de deux enfants, tandis que Yuki Takahata, une représentante du réseau japonais Yosomono-net dénonçait «l'arrogance des élites» sur la question du nucléaire.

Une dizaine de députés d'Europe Ecologie les Verts (EELV), mais également des représentants du Parti de Gauche, du NPA et de CAP 21 participaient à la mobilisation, tout comme le syndicat SUD-rail qui s'oppose au transport des déchets nucléaires par le train. Pour Denis Baupin, député EELV de Paris, «la France n'a toujours pas tiré les enseignements de la catastrophe» de Fukushima, alors que le député européen vert, Yves Cochet, juge le nucléaire «dangereux, inutile et dispendieux». La manifestation s'est terminée par une minute de silence, ponctuée à la Bastille par des tambours japonais.

Une première chaîne humaine pour sortir du nucléaire avait été organisée l'an dernier entre Lyon et Avignon, le long de la nationale 7, rassemblant 60.000 personnes selon les organisateurs et 31.000 selon la police.

(AFP

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 18:40

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 09.03.2013 à 11h46 • Mis à jour le 09.03.2013 à 17h17

 

 

 

Des milliers de manifestants ont défilé samedi à Tokyo pour exiger l'abandon rapide de l'énergie nucléaire au Japon, près de deux ans jour pour jour après le début de la catastrophe de Fukushima.

Des milliers de manifestants ont défilé samedi 9 mars à Tokyo pour exiger l'abandon rapide de l'énergie nucléaire au Japon, près de deux ans jour pour jour après le début de la catastrophe de Fukushima.

Les participants se sont d'abord rassemblés dans un parc du centre de la capitale : la foule comprenait des résidents de la région de Fukushima (nord-est du Japon) et des personnalités, dont le prix Nobel de littérature, Kenzaburo Oe. Les protestataires ont ensuite défilé dans les rues de Tokyo pour appeler le premier ministre japonais Shinzo Abe, au pouvoir depuis la victoire de son parti aux élections législatives de décembre, à ordonner le démantèlement de toutes les centrales nucléaires du pays.

Les organisateurs ont affirmé que 15 000 personnes avaient participé à la manifestation, tandis que la police n'a fourni aucune estimation dans l'immédiat.

 

 GRANDE CHAÎNE HUMAINE À PARIS

En France, des militants anti-nucléaires ont commencé à former dans plusieurs quartiers de la capitale française une longue chaîne humaine pour réclamer l'arrêt du nucléaire civil et militaire en France. Coordonnée par le réseau "Sortir du nucléaire", la mobilisation se déroule dans dix-huit points différents de Paris d'où les manifestants partiront pour former en milieu d'après-midi une longue chaîne humaine allant du quartier la Défense, au nord et où se trouvent les sièges des grandes sociétés, au ministère de l'économie au sud de la capitale.

 

Des manifestants antinucléaire ont formé une chaîne humaine devant le ministère de l'économie, samedi 9 mars.

 

"Deux ans après la catastrophe de Fukushima, la France n'a toujours pas tiré les enseignements de la catastrophe", a déclaré pour sa part le député d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de Paris, Denis Baupin, qui participe à la mobilisation. Des représentants d'une trentaine d'associations ou organisations nationales soutiennent la manifestation pour laquelle les organisateurs espèrent rassembler plusieurs dizaines de milliers de personnes au total.

C'est dans ce contexte qu'un sondage (IFOP pour Dimanche Ouest-France) indique que 42 % des Français se disent inquiets à propos des centrales nucléaires sur le territoire national. Ils étaient toutefois 56 % en avril 2011, deux semaines après l'accident de Fukushima.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 18:39

Incident électrique à la centrale nucléaire du Tricastin

Créé le 01-03-2013 à 10h11 - Mis à jour à 10h35

Les riverains du site nucléaire ont été alarmés par un flash bleu suivi d'un grand bruit de claquement provenant du réacteur numéro un.

 

 

Un incident électrique sans gravité a eu lieu jeudi 28 février dans la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme). (MICHEL EULER / AFP)

Un incident électrique sans gravité a eu lieu jeudi 28 février dans la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme). (MICHEL EULER / AFP)

Un flash bleu très intense suivi d’un grand bruit de claquement dans l’air a surpris les riverains de la centrale nucléaire du Tricastin dans la Drôme jeudi 28 février vers 20 heures, rapporte France Bleu Drôme Ardèche. L’incident, sans gravité selon EDF, a eu lieu sur une ligne évacuant l’électricité du réacteur numéro un. La centrale du Tricastin est la première en France à avoir vu sa durée de vie prolongée en 2010. Elle avait déjà connu plusieurs incidents, dont deux incendies en 2009 et en 2011.

Un isolateur sur une ligne électrique à 250.000 volts du réacteur numéro un a cessé de fonctionner en fin de journée, provoquant un court-circuit visible à des kilomètres à la ronde. Les pompiers ont été submergés d’appels de riverains inquiets par la lumière émise et par le grand claquement entendu aux alentours. Par chance, il n’y avait personne à proximité de la zone de production. La seule conséquence de l’incident a été l’arrêt automatique du réacteur, faute de possibilité d’évacuer l’électricité produite.

EDF a précisé qu’il n’y avait pas de problème d’alimentation à craindre sur son réseau et "aucun danger pour la sûreté de ses installations", même si on ignore encore quand le réacteur sera remis en marche.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 18:47

 

Le Monde.fr avec AFP | 23.02.2013 à 18h55 • Mis à jour le 23.02.2013 à 18h56

 

 

 

Vue aérienne du site de Hanford, prise le 21 mars 2011.

Des fuites ont été détectées sur au moins six citernes de stockage souterraines contenant des déchets nucléaires dans l'Etat de Washington. Les autorités ont demandé à l'Etat fédéral plus d'aide pour nettoyer le site, mais la nature exacte des matières fuyant des cuves n'a pas été précisée.

Selon le gouverneur de cet Etat situé au nord-ouest des Etats-Unis, Jay Inslee, l'étendue des fuites sur le site d'enfouissement de Hanford, autrefois utilisé pour produire les bombes atomiques américaines, est "inquiétante".

 

"CELA SOULÈVE DE SÉRIEUSES QUESTIONS"

"Il n'y a pas de risques immédiats ou dans un futur proche pour la santé avec ces fuites que nous venons de découvrir. Elles sont situées à plus de 5 miles (environ 8 km) de la rivière Columbia", a déclaré M. Inslee après une rencontre avec le secrétaire américain à l'Energie, Steven Chu. "Malgré tout cette nouvelle est inquiétante pour tous les habitants de l'Etat", a-t-il ajouté.

cc à propos des 149 cuves à simple coque qui contiennent des boues et des liquides radioactifs à Hanford", a ajouté Jay Inslee. "Je pense que nous avons besoin de nouvelles procédures pour vider ces cuves vieillissantes", a-t-il encore déclaré.

 

DÉCHETS CHIMIQUES ET RADIOACTIFS

Le site nucléaire de Hanford est situé à environ 300 km au sud-est de Seattle. Il avait été à l'origine utilisé pour produire le plutonium utilisé dans les deux bombes nucléaires larguées sur le Japon en 1945, qui ont mis fin à la Seconde Guerre mondiale. Par la suite la production nucléaire du site avait été augmentée durant la guerre froide, mais le dernier réacteur a été fermé en 1987.

"La production d'armes nucléaires a laissé des déchets solides et liquides qui comportaient des risques pour l'environnement local", notamment la rivière Columbia, selon le site internet d'Hanford. Les autorités fédérales et de l'Etat ont donc conclu un accord en 1989 pour nettoyer le site et ses 177 cuves. Le groupe français Areva, associé à la gestion du site depuis 2008, a un décompte un peu différent et parle de 170 cuves contenant 200 000 m3 de déchets chimiques et radioactifs.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22