Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 17:14

 

Land and Freedom

In Somonte on 9 December 2012 at 20:32

 


121209 02 Marco_IMG_3988

All photos by Marco Bellido

 

Somonte, Sunday December 9

Dear people,

After two weeks I have finally explored Somonte up to its outermost borders.

The main access road comes from the north, the direction of the river and the village. On the east and in northwest, the estate is bordered by small winter streams. On the west side the border is a straight path.

This is the entire territory of Somonte, as it has been handed over from father to son throughout the ages. It was expropriated by the Andalusian government during the transition period in the late seventies and early eighties. Since a couple of years the estate has been broken up after the northern part – about a third of the total terrain – was sold off to private agricultural industry.

 

121209 05 Marco_Somontejunio 165

The lone tree at the border between North and South Somonte

 

We consider North Somonte to be illegitimately occupied by capitalist forces, and we claim it as part of our own free autonomous zone. Nevertheless we have been planting trees all along the border from one stream to another.

You don’t need the trees to see where the border is. Our side is green. The capitalist side is brown. It has been recently plowed and poisoned. If you look closely you can see the thin veil of dying weed. After the terrain gets sprayed with herbicide, the leaves of grass first turn bright red, then they slowly get covered by yellow dry stains, then they just shrivel away. At that point the terrain is ready to be sown by modified corn.

Dozens of people came to help us in our reforestation effort. We planted about 650 trees of different types. The whole operation has been sponsored by sympathisers from France. And this is not yet all. Apart from the borders and the paths, more trees are to be planted along the streams to avoid erosion.

When the streams are revived as a result of the winter rainfall, they can dig deep into the terrain, and they can flush away the precious layer of humus which is necessary for anything to grow. The roots of the trees are supposed to prevent it.

After reaching the borders we turn back on board the tractor. It’s almost sunset. The banner of the Andalusian Workers Union is waving from the vehicle.

The citadel of Somonte consists of one double house and three barns. Together they form an inner and an outer courtyard. During the first four days of this week, one of the ‘ships’ housed the sixty odd people who came to Somonte for the meeting of rural collectives.

 

121209 01 Marco_003

 

Exchanges and workshops were held in between all the daily activity of the ranch. Many people here are from communities that have been operating more or less self sufficiently for years, sometimes decades.

One of these is Lakabe, an abandoned village in Navarra which was occupied thirty years ago. The abandonment of these mountain villages was encouraged under the Franco regime, by excluding them from electricity and other benefits of modern civilization. After the dictatorship ended, a handful of those places have been reoccupied. Lakabe is both the biggest and the oldest. It currently counts about fifty inhabitants.

Five more villages have been occupied in the region, but they all have a hard time to grow beyond a dozen inhabitants and evolve into a society with enough internal checks and balances to be able to survive.

The villages can neither be too big. A few years ago, members of the younger generation left Lakabe to colonise an abandoned village on their own. After that the hometown opened its doors for new people.

As a result of the crisis, the waiting list of people who want to join Lakabe has grown. But already the village has put immigration on halt, because the inhabitants still have to adapt to the latest influx.

 

121209 03 Marco_SOMONTE 033

 

Alternative ways of working the land and living together are possible and practicable, and very difficult. The scale is extremely small. It makes me think of the savages from Huxley’s Brave New World. We are free to live differently, because on the whole we are economically and demographically irrelevant.

Nonetheless, there is a lot and growing support in the cities for a move towards healthier food and sustainability. And here in Andalusia in particular there is a lot of support for Somonte.

We may only be about twenty people living here, but we are all fully aware of the importance of this struggle from a historical perspective.

 For centuries, and up until this very day, great parts of Andalusia are controlled by a handful of nobles, while multitudes of people can only survive by selling their labour day by day.

Somonte is a revolutionary act against a feudal economy. And the people who inspire this rebellion are neither hippies nor veggies nor gurus. Their philosophy is simple and logic.

 ‘The land to those who work it.’

 

121209 04 Marco_SOMONTE 057

About these ads  

 

 

Agrarian Revolution

In Somonte on 2 December 2012 at 19:38

The people's fire place in the ship.

The people’s fire place in the ship.

 

Somonte, Sunday December 2.

Dear people,

Since last spring I heard amazing traveller’s tales about a place somewhere over the hills, in the South. A place where the people had taken over the land. A place called Somonte.

The tales made me curious enough to venture into Andalusia, up the Guadalquivir valley to a village called Palma del Río, halfway between Seville and Cordoba.

From the village it’s another 11 kilometres southward into the hills before you get to ‘Finca Somonte’.

I have been here for a week now. It’s enough to give you a general idea. Which is what I will try to do for the moment.

Somonte is an estate of 400 hectares. In a square it would amount to 2 by 2 kilometres. It’s public terrain, legally owned by the regional junta of Andalusia. For thirty years the junta made Somonte bear fruit in various ways. It was planted with corn to get European subsidies, the corn was left to perish to cash in on the insurance, and ‘experimental’ biofuel trees were planted to cash in on some more subsidies. Actual agricultural production was practically zero. The fields around were abandoned, there was one person looking after the place.

This year with the crisis it was decided to auction it off among friends. The event was planned on March 5 of this year.

The day before the auction, Somonte was occupied by local day labourers of the Andalusian Workers Union. They had done symbolic occupations of abandoned estates before, but this time they decided to stay.

At the end of April, the occupation was evicted by 200 riot police. The day after, people returned, and invited everyone to a massive May day celebration on Somonte.

Currently there are about twenty people living and working here. Plus another twenty odd persons from the villages around who regularly lend a hand. There is a number of people from outside the valley as well, but the hard core is formed by the ancient race of Andalusian jornaleros, coming from centuries of struggle against the overlord.

Their fathers worked the land under Franco, their grandfathers fought in the civil war with the anarchists on the republican side, their ancestors worked the land under the Castilian nobles, under the Arab caliphs, under the governors of mighty Rome.

And now they occupy. The first thing you see when you enter the citadel of Somonte is a huge, elaborated Anarchy sign on the barn. On top there is the red-yellow-purple flag of the republic.

The next thing you notice is that the place is clean, cured, orderly. Both in the house, in the ‘ship’ as we call the barn, and in the vegetable gardens. It’s the fruit of hard work, every day of the week.

We work more or less from sunrise to sunset. At eight we have coffee, around eleven we have breakfast, at two we have lunch. From four to six we return to the fields. Six and a half days a week. Sundays in the afternoon we rest.

The daily routine consists in weeding, cleaning, harvesting, cooking, weeding, painting, building, weeding, and much much more. There is no lack of work here. Of all the terrain around, we have only about one and a half hectares planted, mainly with peppers. Other fields are being prepared with a tractor for this winter’s corn. With more people we could do much more.

 

One more time for Danish TV

One more time for Danish TV

 

All over Andalusia there are 8000 hectares of public land which the junta wants to sell. One of the successes of this occupation has already been that the auctions were called off, and that nobody dared to buy Somonte.

The peppers and other vegetables are being sold every week at a local market and to consumer groups in Cordoba. For our own consumption we also have potatoes, oranges, granadas and olives at the moment.

Somonte has a lot of weak spots too. The water for example. The water in the well is not drinkable. We have to import our drinking water from the village. And the electricity. We ‘inherited’ the connection from the junta. For some reason it was never cut off, but without solar panels on the roof, we could easily be left in the dark.

Problems can always be solved. Somonte is a long term project. That’s why we’re planting trees. Not so long ago a group of friends from Vallecas working class neighbourhood of Madrid came here to plant a battalion of olive trees. And next week, with the support of a French association, people will come to help us in a reforestation effort along the paths and the streams.

One of the things that no-one here has told me, but what I feel very strongly is that Somonte considers itself an example. And actually, it is. Somonte is something more than a demonstration, or an action, or an assembly, or all of those together. It’s the day-by-day practice of revolution. And I’m happy to be part of this.

That’s it for this week. Next week from Monday to Thursday people and collectives from all over the country will come together here in Somonte to create a web and share ideas. Then in the weekend, we will be planting trees.

 

DSCN0227

‘Somonte for the People – Let it be known to the World’

 

Letter from Greece #3

In #globalrevolution on 24 November 2012 at 00:06


Protest against the fascists. The banner says ‘exclusively public, for free health for everyone without terms and conditions’. Photo via http://taxikiantepithesi.blogspot.gr

 

Dear people,

I received another excruciating letter from a friend in Patras…

“Things are getting worse and worse. Fascists now make raids in public care and check if the health booklets of patients belong to a Greek citizen or a foreigner. They keep terrorizing the people undisturbed.

On Saturday we had the celebration of the Insurrection of Politechneion (university students in 1973 went into the university, occupied, made a radio station, stayed there and demanded the fall of the junta of Papadopoulos). Every year we march. This year police officers were so harsh even here. They threw teargas in the middle of the crowd to break up the march.

My friend and I feel that we live under a junta again, and the biggest problem is that Greek society cares about silly things on youtube and on TV. They are blind (…)

Many people commit suicides… last month only in Patras I heard about 3 people from 15 to 34 I think (…)

I want to leave Greece. I don’t want when I narrate the story of my life to have a civil war as a chapter. I love Greece, I really do, but I can’t stand fanaticism, racism and violence. I don’t know how to react to all this. I don’t know what to do. I want something creative to unite people. Greek society won’t go out on to the streets for another “useless protest”, they don’t believe that something can change. You were here, you saw, you know. We are people that wait for someone else to save us and we don’t care if this someone else is crazy, or fascist, or murderer.”

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 16:56

 

 

Appel à la troisième réunion en ligne Occupy le FSM - Mardi 18 Décembre of 2012 à 19H00 GMT
À : walktoparis17s@lists.takethesquare.net


Du   26- au 30 Mars 2013, le Forum social mondial (FSM) se tiendra à Tunis. Le FSM est un rendez-vous mondial regroupant des organisations de la société civile, les mouvements sociaux et les militants pour discuter  de  nos luttes pour construire un autre monde.
Lors des récentes réunions de Agora99 et Firenze10+10 un groupe diversifié de personnes, actives dans 15M, Occupy et d'autres mouvements sociaux et des réseaux horizontaux de base dans le monde entier, ont commencé à parler des possibilités de participer au FSM en Tunisie, en reconnaissant que cela peut être le bon moment et le lieu pour se réunir et partager nos expériences et nos pratiques.

Pour discuter et organiser notre participation au FSM, nous avons commencé  un processus de communication ouvert en organisant régulièrement des réunions en ligne et une liste de diffusion inclusive  qui est un espace  ouvert a une variété d’initiative rassemblant en  particulier des  participants dans les différents mouvements qui ont émergé pour la  plupart tout au long de  l’année 2011 (Tunisie, Egypte, Sénégal, Maroc, Espagne, Chili, USA, Québec, etc.). 

Au  cours des réunions des 30 novembre et 8 décembre des propositions nombreuses ont été faites: une série d'assemblées dans le programme officiel du FSM, un espace ouvert sur l'avenir de nos luttes, des ateliers de partage d’expérience sur la communication, un camp et  des  caravanes à Tunis, et plus encore. Afin de rendre nos activités aussi ouvertes et inclusives que possible, nous avons également discuté des options d'un fonds de solidarité pour le voyage et  de connexion interactive en direct avec nos activités en Tunisie.

Les prochains mois nous allons continuer à développer ces plans. Nous avons l'intention de toujours garder notre processus ouvert à de nouvelles personnes, de nouvelles propositions, des critiques constructives et des apports venus de tous les coins du monde. C'est  pourquoi nous saluons vivement de votre participation à nos réunions en ligne et / ou listes de diffusion.

Vous pouvez rejoindre la liste courriel ici:
 
Notre prochaine réunion es:
Date: Mardi, 18th of Décembre, 2013
Heure: 19:00 GMT / UTC
Selon où vous êtes s'il vous plaît utiliser le convertisseur de fuseau horaire: http://www.timeanddate.com/worldclock/converter.html 
Pad: http://titanpad.com/agora99firezneWSF3  (suggérer des points d’agenda ici)

Mumble est un logiciel de chat vocal Open Source ( fonctionne de manière similaire à Skype mais n'est pas un outil d'entreprise). Comment télécharger-installer-connecter le programme de participation: http://occupytalk.org/article/how-connect-our-server 

Configuration:
Label: Occupii
Serveur: occupytalk.org  (doit être écrit exactement comme cela)
Port: 64738
Canal : Assemblies & Round Tables > OPEN SPACE
Pseudo: Votre nom / pseudo

--

The International Network of Occupy/Indignados/Indignés/OWS/15M

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 21:29

 

 

Compte-rendu de la rencontre du 7 décembre 2012 avec un activiste de Strike Debt 

http://paris.reelledemocratie.net/node/1690 

 

 

Etaient présent-e-s : Nicholas (Strike Debt / Occupy Wall Street), Joan, Sophie, Jean-Jacques (Démocratie Réelle Maintenant ! Paris)

 

Le mouvement Occupy Wall Street (OWS) à New York

 

Cela fait plusieurs mois que l’Assemblée générale d’OWS ne s’est plus réunie. Il y a eu des difficultés, liées notamment aux discussions sur l’utilisation des dons qui étaient très importants. Cela a pris beaucoup de temps de discuter de l’utilisation de tout cet argent, et cela a paradoxalement plombé les assemblées générales.

 

Toutefois, l’Assemblée a essaimé entre 15 et 20 groupes de travail qui restent aujourd’hui très actifs, parmi eux : Strike Debt (http://strikedebt.org/), Occupy University, Occupy Sandy (Ouragan – enjeux écologiques), Groupe de liaison avec les syndicats, Groupe sur l’économie alternative (publications)…

 

La situation de l’endettement aux Etats-Unis.

 

Aux Etats-Unis, 27% des étudiants endettés ne payent pas leurs dettes, parce qu’ils n’y arrivent pas, mais sans le revendiquer. Il y a des mesures de rétorsion, par exemple, le prélèvement des sommes dues directement sur les retraites des parents, notamment quand ils sont garants. Même si les parents ne sont pas garants, les banques iront les chercher, les harceler au téléphone… Les banques peuvent aussi revendre les dettes à des institutions qui sont spécialisées pour harceler les endettées et leurs garants ou parents, les appeler chaque jour, tôt le matin tôt, tard le soir…

 

Il y a d’autres dettes que la dette étudiante, en particulier les dettes de santé et les dettes de logement. Aujourd’hui aux Etats-Unis, 62% des personnes qui sont en situation de banqueroute le sont pour des raisons de santé. Quant à la crise du logement, elle a déjà fait perdre leur logement à 5 millions de personnes, tandis que 5 millions d’autres personnes sont en train de le perdre (procédures de saisies en cours).

 

Les actions du mouvement sur la dette et la création de Strike Debt.

 

En octobre 2011, Occupy Wall Street a lancé une campagne sur la dette étudiante : « occupy student debt campaign ». Le groupe a proposé une « pétition promesse », les signataires s’engageant à ne plus payer leurs dettes (grève de la dette) dès lors qu’ils auront atteint le seuil de 1 millions de signatures. Finalement, ce sont seulement 3000 signatures qui ont été obtenues. Selon l’activiste de Strike Debt, la raison principale de cet échec est simplement la peur des personnes à devoir faire face à des mesures de rétorsion (saisies, blocages des cartes de crédit etc.).

 

Suite à cela, le groupe Strike Debt a été créé en mai 2012. 

 

Il y a eu une assemblée en juin 2012 pour décider quelles actions poursuivre. Des assemblées « dette » ont été mises en place avec comme objectif une entraide mutuelle entre endettés.

 

Une brochure sur la dette (« manuel de résistance ») a été réalisée : http://strikedebt.org/The-Debt-Resistors-Operations-Manual.pdf. Les auteurs de cette brochure ne sont pas des économistes pour la plupart. Elle contient des conseils pratiques pour résister à la dette, et elle recueille aussi des données précises sur la situation de l’endettement aux Etats-Unis (à partir notamment des dossiers mensuels de la FED) ainsi que des analyses plus théoriques.

 

Strike Debt a mis en place enfin une action dite « Jubilé Roulant » (« Rolling Jubilee ») : http://rollingjubilee.org/. Cette action fait référence au Jubilé biblique qui prévoit l’annulation de toutes les dettes tous les 25 ans. Elle consiste à racheter les dettes sur le marché secondaire (où elles sont vendues à 5% de leur valeur) pour les annuler. Pour financer le fond de rachat, il y a eu un concert de soutien et un appel à dons. Alors que 50 000$ étaient attendus, ce sont 500 000$ qui ont pu être recueillis et qui ont permis à ce jour d’annuler 10 millions$ de dette. C’est une sorte d’action directe qui détourne le marché de sa finalité.

 

Le groupe a choisi d’annuler en priorité les dettes médicales, car elles sont particulièrement insupportables : c’est une double peine d’avoir un cancer et d’être endetté… De plus, ce ne sont pas ces dettes qui sont les plus élevées.

 

Depuis la création de Strike Debt à New York, beaucoup d’autre groupes strike debt se sont créés aux Etats-Unis, y compris dans de petites villes. Les médias étaient au début hostiles, et sont finalement favorables vu le succès des actions. Un groupe strike debt s’est aussi créé à Londres.

 

Cette action, est une étape pour constituer un mouvement populaire d’opposition à la dette. Il est important de gagner quelque chose de précis pour redonner confiance aux personnes. Un slogan phare du mouvement est « you are not a loan » (tu n’es pas un prêt / une marchandise) qui est phonétiquement similaire à « you are not alone » (tu n’es pas seul).

 

Afin d’assurer le succès des assemblées dans la perspective d’un mouvement vraiment populaire, des efforts sont faits pour s’adapter aux besoins des personnes qui travaillent : mises en place de crèche, réunions plus courtes…

 

La question démocratique et le système politique.

 

Il n’y a pas de groupe à New York travaillant sur un projet de constituante. L’activiste explique : « on change le système en se changeant nous même ». Pour autant, cela ne veut pas dire que les activistes ne désirent pas un changement du système politique. Le contexte est celui d’un pays très grand, d’une élite corrompue… La question démocratique se traduit d'abord par la pratique interne au mouvement. C’est un début.

 

Le mouvement a commencé par l’entraide mutuelle, et maintenant commence à se tourner vers les autres pour leur proposer une aide. Un petit espace politique a été ouvert, et peut s’élargir, le premier pas est toujours le plus difficile.

 

Les relations avec les syndicats.

 

Les relations avec les organisations ne sont pas simples. Les syndicats sont souvent très hiérarchiques. Le taux de syndicalisation est faible (11%), les syndicats ont été très affaiblis par les années Reagan. Les syndicats sont plutôt implantés dans les services publics.

 

La manifestation du MayDay (1er mai) a été l’occasion de tisser des liens avec les organisations.

 

Pendant 50 ans il n’y avait plus eu de manifestation aux Etats-Unis le 1er mai, jusqu’en 2006 où les manifestations du 1er mai ont repris, à l’initiative de communautés hispanophones, en lien avec le réseau international MayDay, qui lançaient dans plusieurs pays des manifestations du 1er mai parallèlement aux traditionnelles manifestations syndicales. Le 1er mai 2012, il y a eu une réunification aux Etats-Unis des initiatives MayDay et des syndicats, et une seule manifestation à laquelle a appelé Occupy Wall Street. Ce jour là, il y a eu aussi une université libre, des piquets de grève, et le soir, une assemblée. Cette assemblée n’ayant pas été autorisée par les autorités, elle a choisi de se disperser quand la police a menacé d’arrêter les manifestants.

 

Il y a un groupe issu d’Occupy Wall Street qui est en lien avec les syndicats.

 

Le mouvement face à la répression policière.

 

La répression des mouvements sociaux s’est d’une manière générale aggravée à New York à partir de 2001. La police est très violente.

 

Quand le mouvement Occupy Wall Street a démarré, il a subi une très forte répression qui a en fait augmenté le niveau de mobilisation. Plus il y avait de violence, plus il y avait de personnes qui rejoignait le mouvement. La police s’est alors adaptée et a privilégié une violence plus discrète, mais toujours aussi forte, quand il n’y avait pas les médias.

 

Le mouvement Occupy Wall Street a développé des stratégies pour faire face à la répression. Par exemple, le 17 septembre 2012, pour l’anniversaire du mouvement, il n’y a pas eu une grande manifestation, mais des petits groupes, moins contrôlables, qui ont pris pour cibles de manifestation des banques, des compagnies d’assurance…

 

Le 13 octobre 2012, un rassemblement a été organisé devant la maison du dirigeant de Goldman Sachs. Le lieu de l’action avait été gardé secret, seules quelques personnes savaient et ont guidé les autres. Cela a permis d’éviter la répression policière et de pouvoir parvenir au lieu : ce succès a permis de rendre confiance aux personnes.

 

Il y a une culture de sécurité qui se forge : par exemple, ne pas parler quand il y a des policiers à proximité.

 

Il faut néanmoins toujours faire face à une répression qui se durcit et s’adapte elle aussi aux stratégies du mouvement. Par exemple, des personnes ont été arrêtées pour le simple fait de venir fermer leurs comptes bancaires.

 

Concernant la crise du logement, il y a des personnes qui s’organisent pour empêcher les huissiers d’accéder aux habitations. D’autres actions consistent à perturber la procédure de revente des maisons, par simplement en chantant quand les commerciaux présentent les maisons à des clients : des personnes ont été arrêtées pour ce type d’action, simplement parce qu’elles ont chanté…

 

L’extrême droite aux Etats-Unis.

 

L’extrême droite est organisée essentiellement avec les « Tea Parties. » Il y a plus largement le problème du racisme notamment au Sud des Etats-Unis.

 

L’extrême droite semble en perte de vitesse, notamment grâce à Occupy Wall Street selon l’activiste de strike debt. En effet, beaucoup de personnes qui jusque là pouvaient être séduites par l’extrême droite « contestataire » écoutent maintenant le discours égalitaire d’Occupy.

 

Le président Obama ayant été attaqué sur sa couleur de peau, Occupy Wall Street préfère dire que la crise n’est pas la faute du président mais de Wall Street. En même temps, l’échec d’Obama renvoie aux limites de ces institutions et ouvre un espace pour une politique non traditionnelle, hors parti.

 




Liste d'échange et de coordination des assemblées du mouvement "indignés - démocratie réelle - occupy " en France


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 16:21

 

 

1st December: European day of action against precariousness and social insecurity
1 de dezembro: Dia europeu de acção contra a precariedade e injustiça social
1 de diciembre: ¡Jornada europea de acción contra la precariedad!
1° dicembre : Giornata europea d’azione contro la precarietà
1η Δεκέμβρη: Ευρωπαϊκή Ημέρα Δράσης ενάντια στην Οικονομική Επισφάλεια!
1. Dezember: Europäischer Aktionstag gegen die soziale Unsicherheit
1 december: europæisk aktionsdag mod afhængighed og social usikkerhed!
1er décembre : journée européenne d'action contre la précarité !


 

[Français] 1er décembre: Journée européenne d'action contre la précarité !
Chômeurs, précaires, travailleurs, licenciés, retraités, étudiants, sans-papiers, sans-logis... : manifestons ensemble, le même jour en Europe, contre la précarité, pour construire une solidarité transnationale et avancer dans l'unification de nos mouvements.
L'agora99, rencontre européenne des mouvements sociaux réunis à Madrid en novembre, appelle dans la suite de la grève européenne du 14 novembre, à une journée européenne d'action contre la précarité le 1er décembre, ainsi qu'à l'élaboration d'une nouvelle charte des droits sociaux.
Quelle nouvelle charte imaginer et comment défendre ensemble nos droits ? Le 1er décembre, ouvrons le débat, et organisons partout où nous nous trouvons assemblées populaires, casserolades, manifestations, actions directes, occupations...

[English] 1st December: European day of action against precariousness and social insecurity!
This is a call to unemployed and precarious people, workers, retired, students, undocumented migrants, homeless… Let us all demonstrate together on the same day all over Europe against poverty-inducing policies in order to build transnational solidarity and to move forward in the convergence of our various movements.
In the wake of the European general strike on November 14, Agora99, a European conference of social movements meeting in Madrid in November (http://99agora.net/) calls for a European day of action against precariousness on December 1 as well as to the drafting of a new charter of social rights.
What new chart can we imagine and how to defend our rights together? On December 1 let us organize public debates, popular assemblies, cacerolas, marches, direct actions, occupations, etc.

[Portuguese] 1 de dezembro: Dia europeu de acção contra a precariedade e injustiça social
Este é um apelo aos desempregados e aos precários, trabalhadores, reformados, estudantes, migrantes sem papéis, sem abrigo,... Vamo-nos manifestar em conjunto, no mesmo dia, por toda a Europa, contra as políticas de empobrecimento, de forma a construir a solidariedade transnacional e a caminhar no sentido da convergência dos nossos vários movimentos.
No seguimento da greve geral europeia de 14 de novembro, a Agora99, encontro europeu de movimentos sociais em Madrid (http://99agora.net/) apela a um dia europeu de acção contra a precariedade, a 1 de dezembro, assim como à redacção duma nova carta de direitos sociais.
Que nova carta podemos imaginar e como defender os nossos direitos em conjunto? No dia 1 de dezembro, organizemos debates públicos, assembleias populares, caçaroladas, marchas, acções directas, ocupações, etc..

[Español] 1 de diciembre: ¡Jornada europea de acción contra la precariedad!
Cesantes, precarios, trabajadores, finiquitados, jubilados, estudiantes, indocumentados, sin techo...: manifestemos juntos, el mismo día en Europa, contra la precariedad, para construir una solidaridad transnacional y avanzar hacia la unificación de nuestros diversos movimientos.
El agora99, encuentro europeo de los movimientos sociales reunidos en Madrid en noviembre, llama a continuación de la huelga europea del 14 de noviembre, a una jornada europea de acción contra la precariedad el 1º de diciembre, así como a la redacción de una nueva carta de derechos sociales.
¿Qué nueva carta imaginar y cómo defender unidos nuestros derechos? El 1º de diciembre, abrimos el debate y organizamos en todas partes allí donde nos encontremos, asambleas populares, cacerolazos, manifestaciones, acciones directas, ocupaciones...

[Italianio] 1° dicembre : Giornata europea d’azione contro la precarietà
Disoccupati, precari, lavoratori, licenziati, pensionati, studenti, clandestini, sfrattati…. : manifestiamo insieme, lo stesso giorno in tutta Europa, contro la precarietà, per costruire una solidarietà transnazionale e far avanzare l’unità dei nostri movimenti.
L’agora99, incontro europeo dei movimenti sociali riuniti a Madrid nel mese di novembre, chiede di dar seguito allo sciopero europeo del 14 novembre con una giornata europea di azione contro la precarietà il 1° dicembre e di elaborare una nuova carta dei diritti sociali.
Che tipo di nuova carta? Come difendere insieme i nostri diritti? Il 1° dicembre apriamo la discussione e organizziamo ovunque ci troviamo delle assemblee popolari, cortei rumorosi, manifestazioni, azioni dirette, occupazioni….

[Greek] 1η Δεκέμβρη: Ευρωπαϊκή Ημέρα Δράσης ενάντια στην Οικονομική Επισφάλεια!
Άνεργοι, Επισφαλείς, Εργαζόμενοι, Απολυμένοι, Συνταξιούχοι, Φοιτητές, Μετανάστες "χωρίς-χαρτιά", Άστεγοι... : ας διαδηλώσουμε όλοι μαζί, πανευρωπαϊκά, κόντρα στην Οικονομική Επισφάλεια, για να οικοδομήσουμε μία δι-εθνική αλληλεγύη και να προχωρήσουμε στην ενοποίηση των κινημάτων μας.
Η Αγορά99, ευρωπαϊκή συνάντηση των κοινωνικών κινημάτων που συναντήθηκαν στη Μαδρίτη το Νοέμβρη, καλεί, σε συνέχεια της πανευρωπαϊκής απεργίας της 14ης Νοέμβρη, σε μία Ημέρα Δράσης ενάντια στην Οικονομική Επισφάλεια την 1η Δεκέμβρη.
Επίσης καλεί στην επεξεργασία μία νέας Χάρτας για τα Κοινωνικά Δικαιώματα.
Ποια καινούρια Χάρτα μπορούμε να φανταστούμε και πώς να προασπίσουμε όλοι μαζί τα δικαιώματά μας; Την 1η Δεκεμβρίου, ας ανοίξουμε τον διάλογο, και ας οργανώσουμε όπου κι αν βρισκόμαστε λαϊκές συνελεύσεις, κατσαρολάδες, διαδηλώσεις, άμεσες δράσεις,καταλήψεις...

[German] 1. Dezember: Europäischer Aktionstag gegen die soziale Unsicherheit
Arbeitslose, Geringverdiener, Arbeiter, entlassene Arbeitnehmer, Rentner, Studenten, Menschen ohne Papiere, ohne festen Wohnsitz… : lasst uns gemeinsam gegen die soziale Unsicherheit demonstrieren, am gleichen Tag in ganz Europa, um eine nationenübergreifende Solidarität zu schaffen und um die Vereinheitlichung unserer Bewegung voranzutreiben.
Agora 99, das europäische Treffen sozialer Bewegungen in Madrid im November ruft im Nachgang zum europäischen Streik am 14. November zu einem europäischen Aktionstag gegen soziale Unsicherheit am 1. Dezember sowie zur Erarbeitung einer neuen Sozialcharta auf.
Welche neue Charta ist vorstellbar und wie können wir gemeinsam unsere Rechte verteidigen? Am 1. Dezember eröffnen wir diese Debatte und organisieren überall dort, wo wir uns versammeln, öffentliche Vorträge, Demonstrationen, direktes Handeln, Beschäftigung…

[Danish] 1 december: europæisk aktionsdag mod afhængighed og social usikkerhed!
Dette er en opfordring til arbejdsløse og usikre mennesker, arbejdere, pensionister, studerende, udokumenterede indvandrere, hjemløse ... Lad os alle demonstrere sammen på den samme dag over hele Europa mod fattigdom-fremkaldende politikker for at opbygge tværnationale solidaritet og til at bevæge sig fremad i konvergens mellem vores forskellige bevægelser.
I kølvandet på den europæiske generalstrejke den 14. november Agora99, kalder en europæisk konference for sociale bevægelser møde i Madrid i november (http://99agora.net/) for en europæisk aktionsdag mod usikkerhed den 1. december samt til udarbejdelsen af en ny charter om sociale rettigheder.
Hvad nyt diagram kan vi forestille os, og hvordan det skal forsvare vores rettigheder sammen? Den 1. december lad os arrangere offentlige debatter, populære forsamlinger, marcher, direkte aktioner, besættelser osv.

[Français] 1er décembre: Journée européenne d'action contre la précarité !
Chômeurs, précaires, travailleurs, licenciés, retraités, étudiants, sans-papiers, sans-logis... : manifestons ensemble, le même jour en Europe, contre la précarité, pour construire une solidarité transnationale et avancer dans l'unification de nos mouvements.
L'agora99, rencontre européenne des mouvements sociaux réunis à Madrid en novembre, appelle dans la suite de la grève européenne du 14 novembre, à une journée européenne d'action contre la précarité le 1er décembre, ainsi qu'à l'élaboration d'une nouvelle charte des droits sociaux.
Quelle nouvelle charte imaginer et comment défendre ensemble nos droits ? Le 1er décembre, ouvrons le débat, et organisons partout où nous nous trouvons assemblées populaires, casserolades, manifestations, actions directes, occupations...

--

The International Network of Occupy/Indignados/Indignés/OWS/15M

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 16:07

 

The Revolution is Already Here

In #globalrevolution on 5 November 2012 at 14:30


Photo by CaptSpaulding

 

Madrid. November 5, 2012.

 

Dear people,

Over twenty years ago, CNN brought us live war in the living room. And not just war, they brought every kind of live news, from all corners of the globe. Television had turned into a real time ‘window on the world’.

Back then, it was amazing. But to make it possible, CNN had to maintain an army of reporters, cameramen, editors and additional crew, working on different news desks in different countries. It was still Internet prehistory, and to lighten up the window with news was a very costly operation.

Now, November 2012, anyone, anywhere, can create CNN on his or her laptop. All you need is a decent Internet connection. The content won’t be provided by professional reporters or cameramen, but by the people themselves.

In occasion of Agora 99 we are launching ‘Occupy the Comms’, the ultimate toolkit for popular news reporting.

Occupy the Comms has been developed over the past five months by a dozen people in New York, California, Brussels, France, Madrid and elsewhere. The beta version has been online for a few weeks.

So what is Occupy the Comms?

In the first place, it’s a statement. The commons belong to everybody. You cannot occupy them. The only thing you can do is make them available, to all, as a means to cover the news and to spread it.

For the last decade and a half, step by step, Internet has offered people all the necessary tools to report on the news themselves. First came weblogs, then came photo and video sharing, then social networking greatly enhanced the quick exchange of information. The latest development has been live stream, the opportunity to broadcast video directly from your mobile phone.

Occupy the Comms is the next step in this evolution. It brings everything together. It allows everyone to participate in a horizontal way. And there’s no catch. Money is not an issue.

In short OtC works on three different levels. The first level is real time news, the second is editing, the third is all-round broadcasting.

The site is structured around groups. You create a group for a certain event. Automated bots can scan the Internet for all content related to that event, like live streams. The users watching those streams can collaborate by creating a pad that indexes what happens at what time and what additional information like photos, tweets and blog posts is available.

On the second level, contributors from around the world can use the primary information to create videos or articles that capture the event from any perspective in word and image. The site features a chat which enables online editors to work together on a project, to divide the tasks, and to minimise the time necessary to finish it.

On the third level, streams and edited content can be broadcast and mixed on specific channels like GlobalRevolution.TV, or any other channel you want to create yourself. Aside from those, they can be distributed through regular outlets like YouTube and Vimeo.

These are the basics. There are even more interesting features which make OtC a formidable weapon of 21st century news reporting.

For one, participation is completely anonymous, if desired. You don’t need a valid email to sign up. A fake one will do. You will not be asked to confirm. All communication is encrypted and will be automatically deleted after an hour. For two, a special application has been developed which anonymises the streamer. He or she will be known only by username. This will ensure the safety of people who are reporting from particularly repressive societies, where news casting is a dangerous activity. For three, the application features direct anonymous group chat from mobile phones. This will allow people not only to coordinate their coverage, but also to prepare and execute specific actions.

In many countries, journalists get threatened, molested or even killed every day, because their reports embarrass the powers that be. Through Occupy the Comms it’s no longer necessary for people to risk their lives to expose the truth.

The most powerful tool of contemporary media is live streaming. It’s still a very recent technology, we have only just started to understand the way it works and the limitless possibilities it creates. Technologically we are already able to live stream HD quality video, capable of matching professional broadcasting. The next step is to package it in a way that can rival any existing television station, and that can break the stranglehold of authorities and corporations on the dissemination of news.

Occupy the Comms creates the potential for popular media to compete with corporate media, and eventually to obliterate them. Corporate media can be made irrelevant by a joint popular effort in the same way that Wikipedia has made the Encyclopaedia Britannica and every other authority-based knowledge repository practically obsolete.

The reasons why this is possible are few and simple. First, we are omnipresent. At the moment there are almost a thousand streamers covering worldwide resistance. This number will keep growing fast. Streamers will invariably get to the scene before their professional colleagues will. Second, and most important, we have an immeasurable economic advantage. Because we don’t need to pay an army of journalists, we are completely cost effective. And third, we will be able to bring the news much quicker than any traditional news outlet. Streams will be live, and collaboratively edited videos or articles can be up in a matter of hours, sometimes even minutes. Once they go viral, we will reach millions of people, and we will ‘define the story’. No corporate medium will be able to manipulate the truth without being exposed almost instantaneously.

The Internet is reaching maturity. We are becoming aware of the full impact this will have, not just on the way we communicate, but also on the very structure of our society.

The nature of Internet calls for a society based on unity, equality and collaboration. It has already cancelled out borders, it has opened the doors to universal knowledge, and it is exposing corruption, manipulation, and oppression. In every sense it is causing a revolution.

Many of the features of OtC have been available for some time, thanks to websites like Facebook, Google, YouTube, Flickr etc. But all of these platforms have a fundamental flaw. They are hierarchical corporate entities. They will sell out data for profit. They will forcefully or voluntarily collaborate with authorities. They will extradite their users to any malevolent government in order to protect themselves, their shareholders, their revenues.

Occupy the Comms is not an organisation, it doesn’t have a board, it doesn’t serve any shareholders. It doesn’t respond to any authority. It’s a toolbox for people, and nothing else.

Obviously this is an enormous potential danger for anyone interested in maintaining the status quo. Powerful people may seek to destroy it. For this reason, most of the effort in developing OtC was spent on security.

The physical machine itself is invisible. It doesn’t have an IP address. It serves to run various virtual machines which host the content and the communications. There is a backup server in a safe country. Neither of the physical machines are located in the United States.

Instant torrents will be created for all the important content which is uploaded. In case of cyberattack, it can easily be mirrored on dozens of other sites. OtC is like a mythological creature. You can cut off its head, but then ten new heads will sprout up on the spot.

The communications part is not yet completely secure. Last month, Anonymous was asked to scan it for holes, and they found more than one. These issues are being addressed. They will be solved. Once they are, it will be extremely hard for even the most advanced intelligence agency to lay their hands on the communications. They would have to freeze the memory of the physical machine. And even if they did, they would have nothing more than a heap of encrypted data, which in general will not be linked to any personal identity, and which will only be related to the last hour of activity.

During the past few weeks I have had the privilege to witness the development of this ground breaking tool. The backbone of the project was created by comrade ‘Jack’, the man who started the Audiovisual commissions of Acampada Sol and Occupy Wall Street, and who continues to play a vital role in training people in the art of tactical media. He is a Russian-born mathematician who used to work as a Wall Street banker. In the 1990s he was among those who created the infamous collateralised debt obligations. “Dude, I was one of the people who built the bomb that blew up the economy.”

With Occupy the Comms, he has created a device that is potentially even more devastating.

OtC was built specifically for tactical media purposes, but its uses go far beyond the coverage of news. Collaborative art, science and entertainment projects are next. With all visual content generated around the world, and the evolving communications possibilities, you will soon be able to make feature length movies and documentaries on practically everything, at home, at zero cost.

Still, Occupy the Comms is very primitive. For the moment it even lacks an accessible, intuitive interface. But appearance is beside the point. Contrary to any institution, OtC doesn’t aim to last. People will create better technology to take its place in the years to come. What counts is that collaborative efforts can cover reality in all its dimensions. They can change our views, and in doing so they can change the world.

The tools to make it happen are already available. The revolution is already here. All you need to do, is plug in, and play the game.

*

Check out the OtC Manual

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 15:21

 

FRANCE 24

Par Electron Libre

 

 

Au lendemain du passage de l’ouragan Sandy, les activistes du mouvement « Occupy Wall Street » ont appelé les new-yorkais à faire preuve de solidarité et à se mobiliser pour venir en aide aux sinistrés. Ces militants anticapitalistes se sont ainsi associés au site Recovers.org pour coordonner leurs initiatives.

Des efforts qui se concentrent essentiellement sur les quartiers les plus défavorisés de la ville. Comme en témoignent ces photos publiées sur Facebook, des distributions de nourriture ont ainsi été organisées auprès des habitants de Red Hook ou de Rockaway, des zones où les dégâts causés par la tempête ont été particulièrement importants.

Et alors que des milliers de foyers sont toujours privés d’électricité, des activistes ont mis en place des centres d’accueil comme celui-ci, où les riverains peuvent recharger leurs téléphones portables, mais aussi se fournir en produits de première nécessité.

Sur les réseaux sociaux, les internautes sont de leur côté invités à utiliser le hashtag #Sandyaid pour signaler aux bénévoles les endroits où de l’aide est requise. Des appels aux dons ont également été lancés sur la Toile pour récolter du matériel d’urgence comme des couvertures, des bougies, ou des piles, mais aussi des fonds pour financer des projets de reconstruction sur le long terme.

La côte est des Etats-Unis tente donc de se relever petit à petit du passage de la violente tempête. Des internautes organisent notamment des opérations de nettoyage dans leur voisinage. Des initiatives lancées en parallèle de celles menées par les autorités qui recrutent également des volontaires via Internet pour aider la région à se remettre sur pieds le plus rapidement possible.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 17:17

 

COMMUNIQUE RÉPRESSION 13OCTOBRE : Mouvement pour une Démocratie Réelle Maintenant ! Paris - Ils nous ont appelés les indignés




« Ils ont peur de la liberté »

 
Après avoir rassemblé témoignages, photos, vidéos... la commission juridique du mouvement Démocratie réelle maintenant ! Paris publie ce jour-ci un dossier sur la répression de la manifestation du 13 octobre 2012 à Paris pour l'annulation de la dette illégitime : http://paris.reelledemocratie.net/node/1651 (au format PDF ici). 
 
Cette  manifestation était appelée par le mouvement Démocratie réelle maintenant ! Paris (dit les "indignés"), la Coordination des sans-papiers de Paris, Attac France, Attac Wallonie Bruxelles, CADTM, Sud BPCE, dans le cadre de l'action mondiale des mouvements Occupy / 15M / Indignés / Démocratie réelle maintenant. Ce jour-là, le bruit des casseroles a résonné dans le monde entier et de nombreuses actions ont été organisées, de New York à Tokyo en passant par Istambul, Barcelone et Melbourne (photos, vidéos... : http://paris.reelledemocratie.net/node/1648).  
 
Notre mouvement est international, pacifique, démocratique, indépendant de toute organisation, constitué de personnes ordinaires et non violentes. Nous dénonçons les injustices de tout type et nous voulons construire une voie pour sortir de la crise économique internationale sans violence. Nous valorisons le respect de chacun, la coopération, l'horizontalité, les relations justes et humaines, la créativité et l’intelligence collective en tant que piliers pour instaurer une véritable démocratie. 
 
Face à cela, le pouvoir a peur, réprime et intimide. Le changement c'est maintenant ? Le 13 octobre, un seuil a été franchi en matière de contrôle policier, d’interdiction, de répression, d’intimidation et d’atteintes aux libertés fondamentales.
 
Pour la première fois depuis le début du mouvement, le préfet de police a pris un arrêté préfectoral d'interdiction pour obliger le mouvement à signer un nouveau parcours conforme aux exigences de la préfecture et symboliquement moins puissant. On notera que M. Paquette, chef d’état major à la préfecture de police a admis que l'interdiction de se rassembler place du Palais Bourbon (en face de  l'Assemblée nationale) n'était « pas vraiment rationnelle », mais liée  au caractère « sanctuarisé » du lieu.
 
Le  jour de la manifestation, un dispositif policier exceptionnel et disproportionné a encerclé, intimidé, séquestré, ostracisé les manifestants. Aussi nombreux, sinon plus, que les manifestants, les forces de l’ordre en « armures », lourdement équipées (flash-ball en main et prêts à l'emploi, boucliers, matraques, bombes lacrymogènes, casques intégraux, masques à gaz...) ont interdit aux manifestants de quitter la manifestation et aux personnes à l’extérieur de la rejoindre, en faisant usage de la force le cas échéant. Il était interdit de donner des tracts aux passants, de prendre des photos de l’extérieur de la manifestation, d’aller aux toilettes… Des manifestants qui avaient réussi à s’échapper ont été ramenés de force dans le cortège. A  l'assemblée populaire qui a suivi la manifestation, de nombreuses personnes souhaitant nous rejoindre se sont vues interdire l'accès au rassemblement par les agents de police, et celles et ceux désirant sortir ne pouvaient le faire qu’au compte-goutte en étant escortées par plusieurs gendarmes jusqu'au métro.
 
Cet encerclement et cette séquestration ont généré stress, tensions, peur, mise en danger de certains participants (notamment personnes âgées, fragiles ou malades), intimidations (en particulier des nouveaux arrivants), séparation du reste de la population, et a abouti au sabotage et à la défiguration de notre manifestation qui se voulait festive. Malgré tout cela, les manifestants sont restés profondément pacifiques, calmes et créatifs. 
 
Nous vous invitons à consulter le dossier de la commission juridique qui décrit précisément les faits avec témoignages, photos, vidéos... à l'appui :http://paris.reelledemocratie.net/node/1651. Nous sommes en train d'étudier les moyens juridiques à mettre en œuvre face à ces atteintes aux libertés fondamentales que sont le droit de manifester, la liberté d'expression et la liberté de circulation. Une telle répression lors d'une manifestation pacifique, parfaitement légale, témoigne encore plus, s'il en était besoin, de l'état de délabrement dans lequel se trouve notre « démocratie »  Ainsi scandaient les manifestants : « ils ont peur de la liberté ».
Nous vous informons par ailleurs que deux manifestants pacifiques ont été arrêtés  de façon complètement abusive lors  de la dispersion brutale de  l'assemblée populaire qui se tenait dans le calme le 30 septembre, suite à la  manifestation unitaire contre le traité  d'austérité européen. Ces deux  manifestants vont devoir  comparaître au Tribunal de Grande Instance de Paris,  une audience étant prévue le 19 Novembre. 
Cette répression du mouvement  fait écho à celle subie à Notre-Dame-des-Landes, ou encore dans les quartiers populaires, dans un contexte où la brutalisation des mouvements citoyens s'aggrave en Europe. Récemment les images des violences policières le 25 septembre en Espagne ont fait le tour du monde. Un glissement insidieux est en train de s'opérer dans les « démocraties » européennes. Jusqu'où cela ira-t-il ? 
 
Notre mouvement pour une démocratie réelle maintenant continue dans un contexte de mobilisations européennes et internationales. La Conférence européenne de Madrid du 1er au 4 novembre nous permettra de mieux nous coordonner avec le réseau international Indignés / (block)Occupy / 15M / Démocratie réelle  maintenant (http://99agora.net/). Une grève générale européenne est appelée le 14 novembre (http://europeanstrike.org/). Le 1er décembre aura lieu une manifestation unitaire contre le chômage et la précarité à laquelle nous appelons toutes et tous à participer avec les organisations de chômeurs et précaires.
 
 
Mouvement pour une Démocratie Réelle Maintenant ! Paris - Ils nous ont appelés les indignés
Twitter:  @acampadaparis
Contact mail : prensa.acampada.paris@gmail.com

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 22:41

 

http://indigne-e-s.net/2012/10/les-incroyables-comestibles-%E2%80%93-bilan-d%E2%80%99un-changement-de-paradigme/

Les premières actions menées avec les incroyables comestibles à Clermont-Ferrand ont une vocation de sensibilisation à caractère pédagogique sur la démarche participative citoyenne Incredible Edible qui se développe dans le Monde actuellement sur le changement de regard et la reconnexion des habitants entre eux en lien avec la Terre nourricière pouvant conduire de proche en proche à l’autosuffisance alimentaire.

Ces actions sont légères, ludiques et conviviales. À mesure que la mobilisation prendra de l’ampleur, il sera possible d’envisager des programmes et des coopérations de plus grande importance comme des sites pilotes de jardins partagés ou autres.

Le public est vraiment séduit par l’idée, les rencontres avec les habitants sont d’excellente qualité dans la plupart des cas. Les gens comprennent tout de suite le message des incroyables comestibles : l’abondance est le fruit du partage.
Plus on sème, plus on récolte, et avec les incroyables comestibles plus on sème, plus on s’aime les uns les autres…

C’est mercredi 1 Aout que le groupe clermontois s’est formé. Nous avons fait la photo de groupe devant un panneau de la ville, puis Place de Jaude, devant la statue de Vercingétorix (et d’autres photos aussi). Le lendemain, a été créé la boite mail et le blog, puis j’ai contacté Incredible Edible France. Le jour suivant, nous étions cités sur leur page facebook.

Un vide Jardin à été organisé à Aulnat (63) samedi 29 septembre avec échanges de semences et de boutures, bourse des outils de jardin,  livres et échange de conseils de jardinage de passionnés du potager, d’amateurs de la décoration du jardin.

Incredible Edible Clermont-Ferrand et les Indignés de Clermont ont organisé ensemble deux marchés gratuit, précédé d’un pique-nique commun, place de Jaude, le samedi 15 septembre et samedi 20 octobre. Il s’agit d’une autre forme d’action basée sur le don et le partage.

A la recherche d’un visuel plus représentatif pour remplacer le poing levé (victime de trop d’interprétations différentes), les Indigné-e-s de Clermont ont choisi d’intégrer celui des Incroyables comestibles pour en faire leur nouveau logo.

Le 4 octobre, de 18 h à 18 h 30. Emission sur les incroyables comestibles, sur Radio Arverne ;)  Merci à Alain, Scott, Yann et Audrey pour cette émission, et merci à Radio Arverne pour les avoir invité.

Le 6 octobre à l’assemblée des indignés, place de la victoire, le groupe d’Incredible Edible Clermont-Fd a présenté son premier bac à plantes construit, les visuels, et les plants qui vont être installés devant le local de Parenthèses, rue de Serbie.

Le 8 octobre à Clermont-Ferrand, le premier bac est installé devant l’Anim’café, local de Parenthèse, rue de Serbie. C’est modeste, certes, avec deux poireaux et quelques semis de radis, mais c’est déjà ça, comme dit Souchon :)

Pour participer, c’est simple et accessible à chacun. Cela ne demande aucun moyen particulier. Il s’agit seulement de changer de regard et de faire le choix de s’engager dans un processus de co-création joyeux librement consenti où vous décidez de vivre l’expérience ici et maintenant de l’abondance partagée dans une dynamique bienveillante et vertueuse de co-responsabilité commune de femmes et d’hommes libres sur Terre, dans le respect mutuel, l’entraide et la bienveillance.

Voici une proposition de méthode en 5 étapes, réalisable en un temps très court :

Étape 1 : on constitue une équipe locale avec d’autres familles pour initialiser l’action à plusieurs. Mais, on peut aussi commencer par se lancer seul si on ne trouve personne d’autre dans sa commune, vous serez vite rejoints par de plus en plus de volontaires connus ou inconnus qui se reconnaitront dans l’expérience et qui vous proposeront de participer à vos côtés

Étape 2 : chaque membre du groupe prend une bêche de jardinier en main et va poser, avec les autres, devant la pancarte de la commune, en tenant le visuel « Incroyables Comestible France » pour donner de la force au mouvement global etenraciner l’action sur votre territoire. Vous pouvez aussi ajouter la pancarte« Nourriture à partager », cela donnera une portée plus grande encore au message. Soyez souriants, joyeux et spontanés, mettez en offrande devant vous quelques fruits et légumes qui marqueront votre engagement dans la démarche d’abondance partagée desincroyables comestibles pour tous. Associez les enfants si c’est possible, ils sont notre devenir et en même temps nos guides dans cette nouvelle ère de rapports aimants spontanés et sincères. Vous pouvez aussi associer vos amis musiciens si le coeur vous en dit, c’est vraiment l’entrée dans une nouvelle expérience joyeuse. Faites plusieurs clichés, sélectionnez les meilleurs et envoyez-les à François pour la France ou à Estelle, à Todmorden, pour l’Angleterre et l’international, les coordonnées se trouvent sur la page contact, ICI pour la France, et  pour l’Angleterre. Et c’est parti, dès cette étape 2, vous êtes déjà entrés dans cette magnifique vague de partage planétaire « Incredible Edible »

Étape 3 : chaque foyer réalise une plantation sur son espace privé, en bordure “non fermée” de l’espace public et prend des photos de l’installation avec la mention“nourriture à partager” des « incroyables Comestibles »

Étape 4 : l’équipe crée son blog et met les photos en ligne avec des commentaires montrant comme c’est simple, joyeux et convivial. Penser à organiser des petits repas de fête, associer les voisins et vos proches, faites des petits clips vidéos à mettre en ligne sur internet, et surtout, mettez bien en évidence votre photo de groupe (ou vous seul) devant la pancarte de la commune avec le visuel des Incroyables Comestibles

Étape 5 : une fois l’action d’initialisation démarrée et devenue une nouvelle réalité locale, on passe à la “pollinisation” du territoire, de proche en proche, pour gagner l’espace public, comme à Todmorden. On sensibilise ses voisins des autres rues pour se lancer à leur tour, puis on tente de rallier le conseil municipal pour ouvrir l’espace public à la co-création du partage des Incroyables Comestibles, comme nos amis anglais ont réussi à le faire en 4 ans et ainsi devenir une collectivité auto-suffisante pour son alimentation locale, simplement par la reconnexion des habitants les uns aux autres, en lien avec la terre. Avec l’expérience acquise à Todmorden, il est possible à présent, pour toute collectivité qui désire s’engager dans le processus d’auto-suffisance alimentaire du territoire, de le réaliser en 4 mois, si c’est la désir de sa population.

De proche en proche, nous devenons les jardiniers d’abondance de notre lieu de vie, celui du partage et de la bienveillance envers chacun. Nous préviendrons aussitôt nos cousins anglais de votre action locale. Une balise sera alors plantée sur la Carte Mondiale qui se trouve 

ICI, avec un hyperlien actif en direction de votre blog.

Ainsi, avec cette méthode, en moins de deux heures, vous êtes passés d’une action de partage de niveau local de votre commune, à une immense vague de reconnexion consciente au niveau planétaire. Vous n’êtes définitivement plus seuls. Par cet acte libre et délibérément consenti, vous avez effectué un retournement conscient de votre vie, vous avez changé de regard et avez retrouvé votre souveraineté en tant que femme ou homme, co-créateur libre de votre Nouvelle Réalité.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 22:29

 

Médiapart - Blog -

 

Zones/ La Découverte, 2012 & Occupy Wall Street ! Textes, essais et témoignages des indignés
Les Arènes, 2012.

 

 

Mais que pensent et qu’ont vraiment à dire celles et ceux, un peu partout dans le monde, que l’on a appelés les « indignés », le « mouvement des places » ou les « 99% » ? Deux ouvrages récemment publiés tentent de répondre à cette question.
« Occuper Wall Street, ça a été comme d’envoyer sa lettre de démission du rêve américain » affirme un des acteurs de l’incroyable histoire que raconte Occupy Wall Street ! livre radical et émouvant. De mi-septembre à mi-novembre 2011, de nombreuses revues accompagnèrent la dynamique des contestataires installés au Zuccotti Park, au sud de Manhattan. Les occupants publièrent eux-mêmes des textes et documents réunis dans un livre préfacé par la journaliste de Mediapart, Jade Lindgaard. Près de quarante textes, traduits par Laure Motet et Judith Strauser, dessinent les contours de cette gauche américaine qui entend s’émanciper de la toute puissance du système économique. Bref Occupy Wall Street ! rassemble – et ce n'est pas désagréable – des récits sous tension des occupants, des essais et des reportages, des illustrations et des photographies.
# Indignés ! D’Athènes à Wall street, échos d’une insurrection des consciences se veut plus exhaustif. Il explore des expériences variées, de la place de la Puerta del Sol à Madrid jusqu'à la place Syntagma à Athènes sans oublier un crochet par New York (ni l’éphémère et  groupusculaire mouvement français). Il rassemble des analyses de fond. À côté de contributions d’intellectuels critiques y sont publiés des textes anonymes et collectifs, des récits, des dialogues, des règles de fonctionnement, etc.
Certains – dont je suis – souriront à la lecture des règles de fonctionnement, au temps perdu à les faire appliquer et s’interrogeront de bonne foi sur la pratique dite du fonctionnement au consensus. Un processus décisionnel inventé par les Quakers il y a trois siècles et dont une des études incluse dans cet ouvrage stipule que, s’il a des vertus considérables, il favorise ceux qui ont beaucoup de temps à consacrer aux réunions.
Quoi qu’il en soit, toutes les forces politiques – et singulièrement celles qui souhaitent que le peuple s’approprie le pouvoir – doivent s’interroger sur ce mouvement planétaire (la lecture des différents Manifestes est symptomatique de l’élargissement de la crise du capitalisme et des formes de la lutte des classes) et, au-delà de ses formes, sur ce qu’il révèle. La lecture de ces ouvrages y contribue.

 

 

« Face à la crise et voyant bien la manière dont elle est gérée par le système politique actuel, les jeunes qui peuplent les différents campements ont, avec une maturité inattendue, commencé à poser une question complexe : si la démocratie – c'est-à-dire la démocratie que nous avons reçue – titube sous les bourrasques de la crise économique et qu’elle est impuissante à défendre les volontés et les intérêts de la multitude, peut-être est-ce le moment de considérer que cette forme de démocratie est obsolète ». Cette interpellation de Michael Hardt et Toni Negri est de ce point de vue utile au débat.
Comme l’est cette interrogation : la question la plus pressante à laquelle les militants d’Occupy font face tient dans leur capacité à construire une unité qui respecte et célèbre les différences immenses qui traversent les 99 %. Comment apprendre à s’unir ? C'est là quelque chose que peuvent nous apprendre celles et ceux qui vivent sur les sites du mouvement Occupy. Comment concevoir une unité qui ne soit pas simpliste et oppressante, mais complexe et émancipatrice, en reconnaissant, que « nous sommes celles et ceux que nous attendions » ?
Je le mentionnais plus haut : quelques intellectuels contribuent à la richesse de ces pages. On citera Angela Davis, Edith Butler, David Harvey ou encore Naomi Klein.
Terminons en citant l’avertissement de Slavoj Žižek : «  Ne tombez pas amoureux de vous-mêmes, avec tous ces bons moments qu’on est en train de passer ici. Les carnavals viennent souvent à peu de frais, et le vrai test de leur valeur est ce qu’il en reste le lendemain, la manière dont la vie normale en sera changée. Tombez amoureux d’un dur et patient travail – nous sommes le début, pas la fin. Notre message est simple : le tabou est brisé – nous ne vivons pas dans le meilleur des mondes – et il nous est permis, nous y sommes même obligés, de penser à des alternatives ».

Patrick Coulon


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 21:41

 

CATDM - 23 octobre par Esther Vivas

 

Nous n’aurons pas un automne placide et mélancolique comme les autres. L’ambiance est si tendue qu’on pourrait presque la couper au couteau. Plus de pauvreté, plus de chômage, plus de faim, plus d’austérité, plus d’expulsions de logement... telles sont les conséquences, pour des millions de personnes, de la “sortie” de crise concoctée par le gouvernement de Mariano Rajoy. Plus d’indignation, plus de dégoût et plus de désobeissance, telles sont les réponses dans la rue.

La situation sociale est cependant contradictoire. Le potentiel de lutte est plus fort que jamais et le bouillonnement incessant peut à tout moment se solidifier en une nouvelle vague de mobilisations, un nouveau choc social. Mais en même temps, les tendances à la fragmentation et à la dispersion pèsent de tout leur poids. Campagnes et mouvements sociaux souffrent d’une faible capacité d’initiative.

Face à une crise économique, sociale, politique et écologique sans précédent, les élites économiques et politiques, quant à elles, ont fait le choix d’appuyer sur l’accélérateur. Les mesures d’austérité s’intensifient au même rythme de progression que la “prime de risque” tandis que pour des milliers de familles, et tout spécialement dans la périphérie sud de l’Union européenne, joindre les deux bouts devient tout bonnement une “mission impossible”. La crise clarifie les choses. Les rideaux de fumée se dispersent. Le capitalisme a perdu son masque.

Des slogans du mouvement du 15-M tels que “ceci n’est pas une crise, c’est ne escroquerie” ; “nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiciens et des banquiers” ; “nous ne devons rien, nous ne payons rien”, ce sont popularisés avec l’approfondissement de la crise, l’impunité de ceux qui n’ont entraîné jusqu’ici et la complicité politique dont ils bénéficient.

Encore fragile, une conscience anticapitaliste diffuse s’étend sans cesse plus. Nous avons pu entendre crier sur les places et dans les manifestations : “La révolution commence aujourd’hui”, ou encore “Ce n’est pas la crise, c’est le capitalisme”. Le défi consiste à élaborer collectivement pour donner un contenu programmatique et stratégique à ce malaise social et indigné. Etre capables de tracer peu à peu l’ébauche d’un projet alternatif de société et la manière d’y parvenir, afin d’approfondir ainsi la portée et la consistence du rejet croissant envers le monde actuel.

Du légal et du légitime

L’intensification de la crise, combinée à la difficulté d’obtenir des victoires concrètes, entraîne une radicalisation croissante. Depuis la naissance du 15-M, l’occupation (des places, des logements vides, des banques et même des supermarchés), est devenue une pratique courante. Et le plus important : ces actions ont un soutien social significatif. La désobéissance civile a commencé à récupérer l’espace public. Face à des lois et des pratiques injustes, il n’y a en effet pas d’autre choix que de désobéir.

Occuper un logement est considéré comme illégal. Mais dans un pays où l’on expulse chaque jour 517 familles de leur logement alors qu’on estime qu’il y a entre 3 et 6 millions de logements vides, occuper est sans doute un acte illégal mais c’est d’une légitimité absolue.

Entrer dans un supermarché comme Mercadona et repartir sans payer avec neufs chariots d’alimentation de base pour les donner à ceux qui en ont besoin, comme le firent les militants du Syndicat Andalou des Travailleurs (SAT), est peut être illégal. Mais le véritable “crime”, c’est que plus d’un million de personnes ont faim dans l’Etat espagnol tandis que les supermarchés jettent quotidiennement des tonnes de nourriture et que des patrons comme Juan Roig, propiétaire de Mercadona, amasse l’une des plus grandes fortunes du pays en payant les paysans à des prix de misère et en exploitant les salariés de ses magasins.

Par contre, les pratiques des banques, elles, sont “légales” (escroquerie des “préférentiels” |1|, spéculation sur le logement, jeter des familles à la rue, hypothèques à vie, etc.) mais sont profondément illégitimes. Ce sont au contraire ces banquiers et les politiciens qui les soutiennent qui devraient s’expliquer devant les tribunaux pour leurs pratiques. Dans le monde à l’envers dans lequel nous vivons, c’est la prison pour les pauvres et la liberté pour les riches. Heureusement, de plus en plus de gens commencent à en prendre conscience.

Ciseaux et matraques

Face cette montée de la riposte sociale dans la rue, la peur a partiellement commencé à changer de camp. Cela explique l’escalade répressive contre ceux qui luttent afin d’étouffer la protestation et séparer le noyau dur des activistes de l’opinion publique en général. Mais, du fait de la profondeur de la crise, de la perte de légitimité du gouvernement et du soutien important envers la mobilisation sociale, cette stratégie n’est pas aussi facile qu’ils le pensaient,.

Des amendes pour un total de 6.000 euros pour les étudiants du “Printemps valencien” ; plus de cent personnes arrêtées en Catalogne après la grève générale du 29 mars ; l’ouverture d’une page web du gouvernement catalan pour appeler à dénoncer des manifestants ; des sanctions de plus de 300 euros pour avoir protesté contre les “préférentiels” ; deux jeunes qui ont perdu un oeil après avoir été touchés par des balles en caoutchouc lors de la journée de grève générale à Barcelone. Et la liste s’allonge.

Telle est l’autre face de l’austérité, l’autre visage des “ciseaux” (avec lesquels on “coupe” dans les budgets sociaux, NdT) : le visage de la répression et de la violence d’Etat. La recette est connue : moins d’Etat social, plus d’Etat pénal. La “latino américanisation” de la périphérie sud de l’Europe ne concerne pas que les aspects économiques, c’est aussi le cas sur le terrain répressif. Mais il faut en prendre bonne note : la répression est, par elle même, un symbole de faiblesse de ceux qui nous gouvernent, car elle signifie qu’ils ne peuvent plus appliquer leurs politiques par simple consensus. La machine de l’austérité écrase tout sur son passage, mais c’est un géant aux pieds d’argile. Une affiche dans un centre social disait : “quand ceux d’en bas bougent, ceux d’en haut tremblent”. Telle est la vérité.

Bye bye Matrix

Nous nous réveillons de Matrix. Ils ont tenté de nous rendre complices, pour ne pas dire coupables, de cette situation de crise. Ils nous ont répété jusqu’à la nausée que nous avons “vécus au dessus de nos moyens”. Mensonge. Ce disours n’a pas fonctionné. Car celui qui a vécu au dessus de ses moyens depuis des années, c’est bien le capital financier et spéculatif qui a joué en bourse avec nos terres et l’immobilier (aéroports sans avions, infrastructures pharaoniques vides, millions d’appartements inoccupés...), qui a offert du crédit facile à des milliers de familles. Ce sont eux les responsables qui doivent payer aujourd’hui la crise qu’ils ont provoqué.

Des antiennes inlassablement répétées comme “il faut payer sa dette” commencent à perdre toute efficacité. A qui profite cette dette ? Qui l’a contractée ? Pour quoi faire ? Qui doit payer ? Autant de questions que le mouvement indigné à mis en évidence. Le paiement de la dette implique un transert de richesses systématique du public au privé, et c’est en son nom que l’on privatise, qu’on ajuste et qu’on coupe dans les budgets publics. C’est par elle, en définitive, qu’on transfère le coût de la crise sur le dos de la majorité de la population. La dette publique augmente, dans une bonne mesure, parce qu’on fait le choix de sauver les banques (Catalunya Caixa, Banco de Valencia, NovaCaixaGalicia...) au lieu de sauver les personnes. On a socialisé les pertes avec notre argent.

Tels sont les premiers pas pour changer les choses. Ouvrir les yeux face à ce Matrix quotidien qui ne nous laisse pas voir la réalité et nous réveiller de la prison virtuelle qu’est l’idéologie du capital.


Artucle publié dans le journal “Diagonal”, n°182, 2012.
Traduction française pour Avanti4.be : Ataulfo Riera.

 

Notes

|1| Des milliers de petits épargnants ont été ruinés après avoir acheté des “préférentiels”, sorte d’actions bancaires qui sont parties en fumée avec la crise (NdT).

 

Esther Vivas est coauteure de “Planeta indignado” (éd. Sequitur) avec JM Antentas. Plus d’infos : http://esthervivas.com/francais

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22