Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 17:49
radio-canada.ca
Mise à jour le vendredi 2 décembre 2011 à 10 h 42 HNE
 
Réunion des indignés à Québec Une cinquantaine d'indignés se sont réunis à Québec la semaine dernière.

Les mouvements Occupons de Québec, La Pocatière, Rimouski et Victoriaville comptent ériger un nouveau campement à Québec dans le cadre d'un sommet national de trois jours qui s'amorce vendredi.

Les indignés entendent monter leur campement au parc de l'Esplanade en face de l'édifice du Parlement, à compter de 15 h.

Les indignés souhaitent profiter de ce rassemblement citoyen pour dénoncer le démantèlement des différents campements dans le monde.

Plusieurs ateliers et assemblées sont par ailleurs prévus au cours de la fin de semaine. Les indignés tiendront des ateliers de vulgarisation sur les principales revendications internationales du mouvement Occupons. Ils souhaitent par ailleurs se concerter pour formuler des revendications plus précises au niveau national.

Rappelons que le campement du mouvement Occupons Québec à la place de l'Université-du-Québec a été démantelé par les autorités municipales le 22 novembre dernier, après un mois d'occupation.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 17:45

 

vendredi 2 décembre 2011


Publié le 02 décembre 2011 à 05h00 | Mis à jour à 09h44

Expulsés de la place de l'Université-du-Québec, les indignés... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)
Expulsés de la place de l'Université-du-Québec, les indignés ont choisi, le temps d'une fin de semaine, le parc de l'Esplanade pour ériger leur nouveau campement.
PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL, PATRICE LAROCHE
(Québec) Les indignés de Québec récidivent et comptent installer un nouveau campement au parc de l'Esplanade, situé devant l'Assemblée nationale, au cours de la fin de semaine, pour un «sommet national» qui réunira aussi leurs confrères d'autres villes de la province.
Le hic? Le lieu appartient à Parcs Canada, qui n'était pas au courant hier des intentions des indignés. L'administration fédérale n'a pas voulu préciser si elle entendait laisser les manifestants ériger des tentes.
De son côté, le porte-parole de la Ville de Québec, Jacques Perron, a indiqué que la mairie savait que les indignés souhaitaient établir un campement, mais qu'ils n'en avaient pas l'autorisation. «C'est clair que nous ne tolérerons plus d'installations de camping», a affirmé M. Perron, précisant que les éventuels campeurs «seront surveillés au départ».
«On verra pour la suite des choses», a-t-il ajouté lorsque questionné sur une éventuelle intervention policière.
Le sommet national des indignés devrait réunir des représentants de mouvements Occupons de Québec, de La Pocatière, de Rimouski et de Victoriaville. Le début des activités est prévu pour 15h aujourd'hui. Le démontage du campement est prévu dimanche à 16h.
 
Annie Mathieu
Le Soleil
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 17:42

Photo0035.jpg

Le mouvement des IndignéEs américainEs, parti de Wall Street à New York, prend de plus en plus d’ampleur aux États-Unis. La répression policière, loin de décourager les manifestantEs, contribue à amplifier le mouvement et à le rendre plus populaire. Thomas, éducateur investi dans le mouvement « Occupy Wall Street » depuis le début, a répondu à nos questions.

Peux-tu te présenter ? Quelle est ta place dans le mouvement et comment y es-tu entré ?
Je travaille comme éducateur dans un collectif qui emploie des méthodes pédagogiques démocratiques pour la justice sociale et pour la construction de groupes militants.
Je suis dans le mouvement depuis le début, j’ai participé à des réunions d’organisation et je suis dans le militantisme étudiant depuis plusieurs années. J’ai déjà participé à ce type d’occupation. Beaucoup de ceux avec qui j’ai milité se sont engagés dans cette occupation dès le début.
Au départ, j’essayais simplement de comprendre de quoi il s’agissait, de savoir si c’était quelque chose qui pouvait devenir un vrai mouvement. J’étais très sceptique au début.
Je pense que les événements dramatiques des premières semaines, la répression et la manifestation de masse qui a suivi... les flics nous ont vraiment aidés à construire le mouvement ! Cela m’a donné encore plus envie de me battre, et cela a permis aussi de voir le potentiel qui existait pour construire un vrai mouvement.

Que penses-tu des perspectives du mouvement après l’évacuation du square Zucotti ?
Tout d’abord, nous avons perdu une bataille très importante, mais en réalité le mouvement va bien au-delà de ce square, et c’est le cas depuis longtemps. Cela n’a pas affecté le mouvement qui est plus large. Nous avons besoin d’un endroit symbolique où les gens peuvent se réunir, l’idée de l’occupation est de reprendre le contrôle de l’espace public, donc c’est essentiel. En même temps, l’important est de passer de l’action symbolique à l’action réelle, et c’est une opportunité de ce point de vue.
Il faut prendre toutes les merveilleuses idées alternatives que les gens sont en train de créer, comme des écoles démocratiques, ou une façon égalitaire de faire du travail social, ou des logements pour les gens qui en ont vraiment besoin... Il faut faire cela de façon radicale tout en le connectant à un mouvement créatif. Je pense qu’il est important de créer une alternative tout en luttant pour protéger un espace où la créer. L’alternative doit devenir réelle, et pas seulement symbolique.

Quel message à livrer aux autres IndignéEs, européens, français ?
C’est une inspiration incroyable pour nous. Les projecteurs sont sur New York, mais l’important c’est tout le travail d’organisation qui se fait partout, dans les petites villes, dans tout le pays et dans le monde entier. Nous avons été énormément inspirés par... vous ! Par les gens qui se sont soulevés en Europe, au Moyen-Orient et qui continuent de se battre non seulement à des moments politiques importants, mais aussi comme partie d’un mouvement mondial.

Propos recueillis par Olivier Besancenot (traduction : Sylvestre Jaffard)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 17:39

Publié le 01 décembre 2011 à 17h17 | Mis à jour le 01 décembre 2011 à 17h17

Des indignés se sont installés au parc du... (Photo: Martin Chamberland, La Presse)


Des indignés se sont installés au parc du Mont-Royal le 25 novembre.

Photo: Martin Chamberland, La Presse

Après avoir été évincés du square Victoria, les indignés du mouvement Occupons Montréal seront forcés de trouver un autre emplacement pour planter leurs tentes, alors que des employés municipaux ont amorcé, jeudi, les travaux pour l'aménagement du futur pavillon Mordecai-Richler, dans le parc du Mont-Royal.

Un petit groupe de manifestants du mouvement s'y était établi vendredi dernier, après que les policiers eurent démantelé le campement occupé pendant six semaines au square Victoria, au coeur du quartier des affaires de Montréal.

Jeudi matin, des cols bleus équipés de tronçonneuses ont toutefois commencé à couper des parties du plancher de bois du petit pavillon qui fait face à l'avenue du Parc.

Les travaux de rénovation du pavillon devraient être complétés à l'été prochain, afin de souligner le dixième anniversaire de la mort du célèbre écrivain montréalais Mordecai Richler, dont la tombe se trouve par ailleurs un peu plus haut, dans le cimetière du Mont-Royal.

Il n'y avait aucune trace, jeudi, d'«indignés» du mouvement Occupons Montréal, et le pavillon était vide lorsque les employés de la Ville ont commencé les travaux.

Le groupe espère maintenir en vie le mouvement en organisant des rassemblements hebdomadaires les samedis, au square Victoria. Les manifestants planifient également tenir des rassemblements plus modestes à divers endroits de la ville.

Les indignés des autres villes canadiennes prévoient par ailleurs des actions semblables. À Edmonton, où le campement des manifestants a été démantelé vendredi dernier, on prévoit notamment organiser des «occupations éclairs».

Les principaux campements du mouvement Occupons au Canada ont été démantelés récemment par les forces policières.

 

Peter Rakobowchuk
La Presse Canadienne
Montréal

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 17:35

Les indignes de la defense par Boursesdesquartiers

02-12-2011

Reportage de Laure Sizaire

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 17:31

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 17:44

lecourrier.ch

JEUDI 01 DéCEMBRE 2011

Pierre Maudet lâche l’affaire. Minorisé au sein de l’exécutif de la Ville de Genève, le maire a décidé de ne plus s’occuper du cas des indignés. Hier, il souhaitait faire évacuer le camp des Bastions dans l’après-midi contre l’avis des autres membres du Conseil administratif, réunis pour leur séance hebdomadaire. Du côté du mouvement, la nouvelle a filtré prématurément via un appel de la Mairie. De quoi leur donner des sueurs froides. Ils s’attendaient à voir la police et la voirie arriver à 14h.

En réalité, Pierre Maudet n’a pas réussi à imposer son point de vue. Ses quatre collègues de gauche ont décidé de permettre aux indignés de continuer leur occupation sans restriction de périmètre et de durée. Pour marquer son désaccord, le maire souhaite se dessaisir du dossier.

Les occupants sont dans le collimateur du magistrat depuis un certain temps. Ce dernier constate une «réelle dégradation du site tant d’un point de vue sécuritaire qu’au niveau de la salubrité». A sa demande, les campeurs affirment avoir promis lundi de redimensionner le camp afin qu’il se rapproche davantage d’une plate-forme démocratique que d’un camping.

D’après un membre, les déménagements ont commencé aussitôt. Hier, la partie su camp située en contrebas n’était cependant pas encore totalement vidée. Le mouvement attendait son AG d’hier soir pour décider de la nouvelle structure. Et d’assurer que Pierre Maudet en était prévenu.

Vraisemblablement, le maire attendait d’eux qu’ils se restreignent dans de plus brefs délais à une occupation de jour limitée à l’accueil, la tente de réunion et au tipi. «Malgré les bonnes intentions théoriques des délégués, aucun changement n’a été constaté, dit un communiqué de la Mairie. Ce qui n’est pas tolérable compte tenu de l’occupation illicite du domaine public par ce mouvement.» Le conseiller administratif a toutefois admis que la demande d’autorisation a été déposée dans les délais. Mais «sans  personne de référence, ni date de fin du mouvement, ni même un but».

Dans l’imbroglio général, le conseiller administratif Rémy Pagani a repris en mains le dossier, provisoirement. Hier soir, il devait se rendre à l’assemblée générale pour discuter des problèmes de salubrité, à l’invitation du mouvement.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 16:39

 

 

Publié par
enréfléchissant

Les Indignés de Marseille organisent une projection-débat vendredi 2 décembre

lepost.fr 
   

Les Indignés de Marseille existent, et ils sont de plus en plus nombreux!

Ainsi, depuis le mois de septembre ils sont passés d'une quinzaine chaque semaine en assemblée populaire, à plus de 50 régulièrement ces derniers temps. Sans oublier le temps fort qu'à été la journée mondiale d'action du 15 octobre, avec 200 Indignés à Marseille: une première.

Les Indignés veulent expliquer leur démarche et amener les gens à prendre le contrôle de leur vie, pour cela ils nous invitent tous à venir visionner des vidéos sur le mouvement et à participer à un débat sous forme d'assemblée.

Ce débat ouvert portera sur les revendications du mouvement, sur ses méthodes et sur son futur, ainsi que sur d'autres choses si les gens le désirent.

L'évènement aura lieu au Théâtre No! Un théâtre laissé en friche puis squatté par un collectif d'artistes. 14 rue Ferdinant Ray 13006 Marseille.

Voici l'évenement facebook.

Les Indignés disposent d'un facebook et d'un site internet officiels (tenu par leur commission communication) et organiseront aussi, comme tous les samedi, une marche festive et une Assemblée Populaire, à 13h00 sortie métro Vieux Port puis l'AP à 15h00 au Cours Julien.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 16:32


L'animosité du mouvement Occupy Wall Street envers les banques gagne les campus et entrave le recrutement des jeunes diplômés par les sociétés financières.

01.12.2011 | Kevin Roose | The New York Times

 

Manifestation d'étudiants sur le campus de l'université Davis, en Californie, le 28 novembre.

Manifestation d'étudiants sur le campus de l'université Davis, en Californie, le 28 novembre.

Les étudiants souhaitant travailler à Wall Street ont toujours eu des tas d'obstacles à surmonter : la phase épuisante des candidatures, les interminables séries d'entretiens et une concurrence féroce pour les rares postes offerts par les sociétés financières de premier plan. Cette année, les candidats sont confrontés à un obstacle supplémentaire : la colère de leurs pairs.

Jusqu'ici les banques et les fonds spéculatifs courtisaient les étudiants des universités d'élite par le biais de somptueux dîners, de courriels personnalisés et de voyages gratuits à New York pour y passer les entretiens d'embauche. Tout cela faisait parti d'un rituel annuel bien huilé baptisé "recrutement sur les campus". Mais, cet automne, l'animosité du mouvement Occupy Wall Street envers les banques a gagné les universités et, dans certaines facultés, ce mode de recrutement est devenu sujet à polémique.

Même dans les universités d'élite qui ont toujours alimenté Wall Street, les associations d'étudiants se polarisent de plus en plus sur cette question. A Harvard, Dartmouth et Cornell, des journaux étudiants ont publié des tribunes exhortant les jeunes à chercher un emploi au-dehors du secteur de la finance. A Stanford, un article de la page Opinions du journal de l'université qui s'en prenait au "système de recrutement offensif, sophistiqué et bien nanti" de Wall Street a déclenché une campagne sur Internet baptisée Stop the Brain Drain (Arrêtez la fuite des cerveaux), visant à endiguer l'exode des meilleurs éléments vers les banques, les fonds spéculatifs et les sociétés de capital-investissement.

"La situation est vraiment problématique", estime Nathan Gusdorf, un étudiant de 22 ans du Darmouth College et l'un des organisateurs du mouvement Occupy Dartmouth. "Il y a une tendance ici à diriger les jeunes vers l'industrie de la finance. Nous formons une grande partie des technocrates qui administrent le système financier mondial."

Depuis la crise financière, qui a obligé beaucoup de banques à réduire les embauches et à laisser un grand nombre de jeunes diplômés sur le bord de la route, Wall Street n'a cessé de perdre de son attrait sur les campus universitaires. En ces nouveaux temps d'incertitude où les profits diminuent, le secteur bancaire a recommencé à licencier et ceux qui y travaillent encore voient fondre leur rémunération.

Goldman Sachs, qui a été durement touchée par le ralentissement économique de cette année, a annulé sa réunion d'information annuelle pour les diplômés de l'Université de Pennsylvanie, l'une de ses principales sources de nouvelles recrues. Selon un sondage sur les étudiants de la dernière promotion de Harvard, seuls 17% d'entre eux projetaient de travailler dans les services financiers, contre 25% en 2006.

Et cette année, avec les répercussions du mouvement Occupy Wall Street, le tableau est encore plus sombre. Ce nouveau climat était perceptible à Yale à la mi-novembre, quand un groupe d'étudiants s'est servi d'une réunion d'information de la banque Morgan Stanley pour exprimer son mécontentement. Alors que leurs camarades, en costume et leur CV sous le bras, se pressaient au Study at Yale, un hôtel local, pour participer à cette réunion sur la banque d'investissement, un groupe d'environ 25 étudiants manifestaient à l'extérieur. Ils brandissaient des banderoles et scandaient des slogans comme "Prenez position, évitez la finance" et "25 %, c'est trop de talents gâchés", faisant allusion aux 25 % des diplômés de Yale qui s'orientent généralement vers la finance et le management après leurs études.

Mais, même sans le mécontentement actuel et les manifestations, les sociétés de Wall Street auraient probablement attiré moins d'étudiants des prestigieuses universités de l'Ivy League que les grandes entreprises d'autres secteurs. Selon un sondage réalisé récemment par la société de conseil Universum, les jobs les plus convoités ces derniers temps sont des postes dans des sociétés technologiques comme Google, Apple et Facebook. La banque d'investissement la mieux notée, JP Morgan Chase, n'arrivait qu'au 41e rang du classement et ne constituait le meilleur choix que de 2 % des personnes interrogées.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 16:26

 

France24 - 
Dernière modification : 01/12/2011 
- Crise financière - Dette souveraine - États-Unis - Indignés - Manifestations - Wall Street

Démantèlement des camps des Indignés de Los Angeles et Philadephie

Démantèlement des camps des Indignés de Los Angeles et Philadephie

Les manifestants anti-Wall Street essuient un nouveau revers avec le démantèlement des deux campements les plus importants. Quelques échauffourrées ont éclaté et environ 350 personnes ont été arrêtées au cours de ces expulsions.

Par Dépêche (texte)
 

AFP - Les autorités américaines ont porté un nouveau coup aux anti-Wall Street en démantelant dans la nuit deux de leurs plus gros campements à Los Angeles et Philadelphie, deux semaines après l'évacuation des manifestants new-yorkais à l'origine du mouvement.

Au total, quelque 350 personnes ont été arrêtées au cours de ces expulsions qui marquent un nouveau coup dur pour le mouvement, qui peine à trouver un second souffle depuis son apparition à New York le 17 septembre.

Cependant, les militants anti-capitalistes des villes californiennes San Diego, Los Angeles et Oakland, dont le port avait dû être fermé il y a deux semaines en raison d'une action, ainsi que de Portland (Oregon, nord-ouest), Tacoma et Seattle (Etat de Washington) ont annoncé une journée d'action le 12 décembre lors de laquelle ils comptent fermer les ports.

Cette journée d'action "contre les attaques coordonnées au niveau national contre le mouvement Occupy" sera également suivie à Vancouver, au Canada, ont-ils indiqué.

A New York, coeur symbolique du mouvement, les manifestants ont dû quitter le square Zuccotti il y a deux semaines. Ils se retrouvent encore pour des manifestations ponctuelles mais la dernière remonte au 23 novembre. Sur leur site internet, les manifestants confient "chercher désespérément des abris".

A Oakland ou à Portland des campements de protestataires ont également été démontés à la mi-novembre.

Dans la capitale Washington en revanche, les anti-Wall Street occupent toujours deux camps non loin de la Maison Blanche, mais des rumeurs commencent à courir parmi les médias locaux et les manifestants, à propos d'une note des autorités évoquant "l'augmentation des incidents" et qui serait le signe annonciateur d'une prochaine expulsion.

Plutôt confiants, les anti-Wall Street de la capitale se préparent pourtant à passer l'hiver sous leurs tentes.

A Los Angeles, environ 500 personnes étaient présentes au moment de l'intervention de la police dans la nuit de mardi à mercredi, selon un photographe de l'AFP. Le démantèlement du camp est finalement intervenu 48 heures après l'expiration d'un ultimatum fixé par le maire.

Peu après minuit (08H00 GMT mercredi), les forces de l'ordre ont annoncé avec des mégaphones que le campement était désormais considéré comme illégal, et que les manifestants devaient quitter les lieux "immédiatement" sous peine d'être interpellés.

Après avoir passé des heures à se demander d'où les policers surgiraient, les anti-Wall Street ont finalement vu les forces de l'ordre sortir directement des locaux de l'hôtel de ville, pendant que leurs collègues qui cernaient les manifestants procédaient à de premières arrestations.

L'opération s'est ensuite poursuivie dans le calme et les policiers se sont mis à démonter les tentes.

Quelque 1.400 policiers ont été réquisitionnés et ont arrêtés 292 manifestants, a indiqué le maire de la ville Antonio Villaraigosa qui s'est dit très "fier" du déroulement pacifique des opérations.

A peu près au même moment, à l'autre bout du pays, la police a également démantelé un campement à Philadelphie (Pennsylvanie, Est). La police a arrêté 52 personnes, a indiqué un porte-parole des forces de l'ordre.

A Philadelphie comme à Los Angeles, les policiers étaient suivis par des camions poubelles, pour emporter les tentes, bâches et pancartes accumulées dans les deux campements.

Quelques échauffourées ont éclaté au cours de ces deux opérations, mais elles se sont déroulées dans l'ensemble dans le calme.

A Phoenix, en Arizona (sud-ouest), la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants et six personnes ont été arrêtées.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22