Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 15:47

 


http://www.dailymotion.com/video/xmi0f2_anonymous-message-a-occupy-the-world-nous-sommes-entrain-de-changer-le-monde_news?start=428#from=embediframe

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 15:42

indignonsnous-cornouaille.net

 

LES DROITS HUMAINS NE SONT PAS OPTIONNELS!

Appel à une Journée Alternative d’Action le Jour des Droits de l’Homme, Samedi, 10 Décembre, 2011

Le succès du 15 Octobre a créé un élan sans précédent vers une action globale. L’Humanité s’est unie à travers le monde dans une lutte pour une véritable démocratie et droits individuels. Ce qui est essentiel à cette lutte demeurent le respect pour la vie humaine et sa condition de vie, y compris leurs environnements.

La société civile est menacée globalement par un système basé sur le pouvoir et non les valeurs humaines. Jour après jour ce système réprime les libertés les plus basiques et favorise la rapacité d’une minorité au lieu des besoins de la majorité. Ce pouvoir finance des guerres, de la nourriture et des monopoles pharmaceutiques. Il sponsorise des dictatures autour du globe, détruit l’environnement, manipule et censure le flot et la transparence de l’information.

Malgré nos différences d’origines culturelles et de contextes sociaux, nous souffrons tous de ces mêmes menaces. Nos libertés et notre dignité sont agressées par cette dynamique économique et ces institutions gouvernementales corrompues qui transforment nos sociétés locales et globales en endroits de plus en plus injustes. Les gouvernements de cette planète doivent travailler au nom du peuple, et non contre.
Le temps est venu de s’unir pour réclamer les droits qui nous avait été promis en 1948 à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, signée et approuvée par la plupart des gouvernements mondiaux, la base de beaucoup de nos constitutions.

La lutte pour nos droits en tant qu’êtres humains enveloppe tout ce que nous avons protesté dans les rues et toutes les manifestations de cette année historique de changement globale. Il n’y a pas de meilleur point culminant qu’une journée d’action globale pour défendre l’équité humaine inaliénable contre ceux qui essaient de s’en emparer. De l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud : ce 10 décembre nous serons dans les rues ensemble pour réclamer les principes fondamentaux qui nous avait été promis et qui sont inhérentes aux êtres humains.

Nous aimerions proposer une semaine pour formes alternatives de contestation, commençant le 10 Décembre (10/12 – 17/12). Nous allons les trouver après un débat entre nous tous. L’idée est de participer à proposer des nouvelles formes d’action avec un esprit créatif: nous pouvons organiser des forums publics et des ateliers, flash-mobs, favoriser le mouvement dans les écoles locales et des quartiers ou entrer en contact avec des organisations humanitaires travaillant sur ces mêmes objectifs.

Cet appel est une initiative international, disponible dans 30 langues différentes :-)

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 15:27

   équipe Actualutte décembre 06, 2011

Par Samir Abi

Bien que les raisons et les motifs des mouvements populaires soient connus il est souvent difficile d’élucider les liens qui les unissent avec l’événement qui souvent est la source de leur déclenchement. En attendant le travail critique des historiens, le nom deMohamed Bouazizi reste pour le moment lié aux mouvements qui ont jalonné cette année 2011.

Du suicide d’un pauvre maraîcher dans un petit village tunisien à Sidi Bouzid va naître l’un des plus grands mouvements de libération de l’histoire post mondialisation. En effet, les événements de l’heure sont le reflux de la mondialisation à l’ère du libéralisme généralisé comme pensée unique depuis les années 70. Le suicide de Mohamed Bouazizi est en ce sens plus que l’acte de désespoir d’un jeune qui a perdu tout espoir en son avenir. C’est un acte de protestation envers une société, un système corrompu qui l’a empêché d’aller au bout de ses études et le prive enfin du seul bien qui lui assure encore sa dignité et sa survie : son étalage de légumes et de fruits. Dans le monde connecté du XXIème où l’information est la chose la plus partagée, les jeunes de partout vont se retrouver dans le portrait du jeune désespéré tunisien. Et ainsi nait le printemps arabo-berbère et les Indignés. L’occupation des places publiques en Tunisie à partir du 17 décembre 2010 qui conduit au « DEGAGE » du dictateur Ben Ali, va renouveler le mouvement nationaliste au Maghreb puis au Machrek et enfin illuminer le monde entier. Le mouvement des Indignés va ainsi voir le jour en Europe, cinq mois après le suicide de Bouazizi.

L’Espagne, premier pays en Europe à voir émerger le mouvement, est traversé depuis 2010 par des mesures d’austérité économique qui rendent un peu plus précaires les conditions de vie déjà difficiles depuis l’avènement de l’euro. Bien que donnée comme exemple de transition réussie d’une dictature à une démocratie, l’Espagne baigne toujours dans l’héritage du dictateur Franco. Avant de quitter le pouvoir, le Général Franco crée l’architecture actuelle du système politique espagnol marqué par une royauté avec une bipolarité politique excluant les petits groupements politiques, une inféodation des partis aux banques pour leur financement et la « vache sacrée » de la puissante église catholique. Le mois d’avril 2011 va être par deux fois témoin d’événements majeurs qui vont conduire au déclenchement de l’indignation. Le premier est l’élection municipale qui marque le retour en force de la droite. Le second est le renforcement des mesures d’austérité en Espagne exigé par l’Union européenne et le FMI pour éviter un scénario à la Grecque. Face à un avenir qui s’assombrit un peu plus, les jeunes espagnols, prenant exemple sur les Tunisiens de la place de la Kasbah et les Égyptiens de la place Tahrir, vont lancer un mouvement d’occupation de la Puerta del Sol, une des principales places publiques de Madrid. Ils vont être rapidement suivis dans d’autres villes d’Espagne. S’inspirant du résistant français Stéphane Hessel, ils se considèrent comme les « Indignés » du système.

La progression du mouvement se déroule d’abord en Europe grâce aux réseaux sociaux et à la diaspora des étudiant-e-s espagnol-e-s, en échange universitaire Erasmus un peu partout en Europe, qui organisent des rassemblements populaires en soutien à leurs compatriotes en Espagne. De soutien aux indignés espagnols, les rassemblements vont voir émerger des revendications nationales dans les différents pays d’Europe. Ainsi, de la Puerta del Sol en Espagne à la place Syntagma en Grèce, en passant par la place de la Bastille en France, avec la même revendication, « DEMOCRATIE REELLE MAINTENANT », les indignés vont marquer le début de l’été par leur assemblée populaire et leur autogestion sur des places publiques transformées en campement solidaire. Hors d’Europe, le mouvement des Indignés s’étend d’abord en Amérique latine, dans les anciennes colonies espagnoles. Au début juin 2011, 500 villes de part le monde vont voir se développer des occupations d’espaces publics au nom de l’indignation et pour une démocratie réelle maintenant. On croyait le mouvement s’essouffler avec le départ pour les vacances d’été et la fin de l’occupation de la Puerta del Sol. Mais la surprise viendra du Proche-Orient et elle s’appelle Israël. L’été va être marqué par le mouvement des Indignés israéliens. Donnée en exemple dans une région où règne monarchies et dictatures à la solde des États-Unis, la démocratie israélienne va montrer ses failles en terme de justice sociale à la face du monde. Un demi-million d’israéliens vont descendre dans la rue contre les politiques néo-libérales et la vie chère qui sévissent actuellement en Israël. A la rentrée d’automne, c’est au tour des États-Unis de redonner un nouveau souffle au mouvement des Indignés par l’appel à occuper Wall Street lancé par les 99% d’américains qui subissent la crise.

Parties d’une revendication de démocratie réelle, les revendications du mouvement des Indignés tournent actuellement autour de la dénonciation des plans d’austérité prônés contre les peuples pour une sortie de crise. Le mouvement « Occupy Wall Street » vient donner un contenu politique nouveau à ce mouvement en appelant à occuper les places financières à l’origine des crises répétées dans le monde depuis le 19ème siècle. Le mouvement, bien qu’étant uniforme dans ses revendications, consacre pourtant des particularités d’un pays à l’autre. Aux États-Unis, la demande d’une justice sociale est plus forte par rapport à l’Europe où les Indignés sont plus portés vers l’exigence de nouvelles règles démocratiques participatives et une meilleure prise en compte de l’expression du peuple. Mais de fait, les Indignés dénoncent les liaisons dangereuses entre les politiques et le monde de la finance et remettent principalement au centre des préoccupations la question de la participation citoyenne et de la consultation populaire pour les prises de décision publique. Les Espagnols ont très bien traduit ce désamour envers le politique et la démocratie par des élections quinquennales, par la citation : « faire le sexe chaque cinq ans est-ce encore de l’amour » ?

Quelque soit le continent, les mouvements de révoltes du printemps arabo-berbères, des Indignés de l’été et de l’automne au Zuccotti Park de New York, ont pour caractéristique commune d’être menés par des jeunes. Une nouvelle génération issue souvent de la classe moyenne et forte en incertitude par rapport à son avenir. Une jeunesse ayant grandi avec la crise à l’oreille. Une vague nouvelle qui partage un nouveau continent virtuel, celui des réseaux sociaux. Mark Zuckerberg et ses ami-e-s n’auraient jamais cru qu’un jour, leur innovation virtuelle et apolitique, Facebook, puisse être un outil au service de la libération des peuples. Et pourtant, les réseaux sociaux sont au centre de tous les mouvements de cette année. « Facebooker », « twitter » ou « streamer » sont de nouveaux verbes versés dans le vocabulaire militant de l’heure. À chaque révolutionnaire son iphone ou autre smartphone capable de prendre des images et de les mettre en ligne. D’où les accusations, souvent lancés contre les indignés, de pourfendre le capitalisme tout en pleurant la mort de Steve Jobs, inventeur de l’iphone, dont la fabrication dépend de l’exploitation de milliers de chinois. Autre point commun, les Indignés, quelque soit leur pays, ont été formés par les mêmes médias et par une culture populaire de révoltes propagée par le biais de la musique et des films. De « La rage du peuple » de Keny Arkana à « They don’t care about us » de Mickael Jackson, e la « Matrix » des Wachowsky à « V pour Vendetta » de James McTeigue, la révolte gronde et monte contre une société où l’aliénation et l’oppression par le capital, les politiques et les médias sont généralisés contre les libertés fondamentales des citoyen-ne-s.

De l’indignation, le mouvement est à un tournant crucial de la mobilisation, le passage à l’action. La journée mondiale de mobilisation du 15 octobre 2011 a connu un grand succès mondial avec plus d’un million de personnes mobilisées sur tous les continents. L’hiver aura-t-il raison de ces milliers de jeunes qui résistent brillamment contre les persécutions d’une police armée et d’une justice pourtant silencieuse contre les banquiers ? Leur espoir, ces jeunes le retrouvent dans les leçons léguées par ces indignés du passés qui leur ont montré la voie de la non violence notamment le Mahatma Gandhi qui disait déjà le siècle passé : «  Ils nous ignorent, après ils nous méprisent, ensuite ils nous agressent et enfin vient la VICTOIRE  ».

 

Intervention de Samir ABI au Forum de la paix à Bezons, Ile de France, le 10 Novembre 2011. Samir Abi est secrétaire général d’Attac Togo, membre du réseau international CADTM

 

http://actualutte.info/2011/12/06/des-revoltes-arabo-berberes-a-l%E2%80%99indignation-mondiale-un-meme-combat/
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 15:18

Devant la grande arche de La Défense, lundi 5 Décembre 2011, les indignés, en place depuis plusieurs semaines, avaient appelé à manifester en marge de la venue du Président Nicolas Sarkozy au siège du CNIT (Centre des nouvelles industries et technologies) pour l’inauguration des nouvelles rames du RER A, à quelques mètres de leur campement.

Photo : Nicolasm

Bien mal leur en a pris. La petite douzaine de CRS permanente a été remplacée par une cinquantaine de gendarmes mobiles, qui ont formé un cordon imperméable afin de contenir toute tentative de perturbation de la cérémonie officielle par les indignés.

Aucun incident majeur n’est à déclarer. Quelques curieux et sympathisants, venus manifester leur soutien (parfois avec du café et des croissants), ont été contraints de rester dans le cercle des forces de l’ordre, ce qui les a empêché de gagner leur lieu de travail pendant quelques temps.

Le dispositif policier sur l’esplanade de la Défense ne leur laissait guère espérer un autre scénario : plusieurs centaines de policiers, CRS gendarmes mobiles, policiers en civil, personnels du service de sécurité de l’état, et tireurs d’élite ont conféré au parvis de la Grande Arche, pendant quelques heures, des allures de loi martiale.

Très peu de journalistes étaient là pour écouter les indignés, les médias étant plutôt présents pour assister à la venue du chef de l’état.

Les seules interventions notables des forces de l’ordre ont été à destination de Congolais qui ont tenté de pénétrer bruyamment sur le parvis en scandant « Le FN, Président ! Le Congo aux Congolais ! »…

Étrange matinée…

Photo : Nicolasm

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 15:11

 équipe Actualutte décembre 06, 2011 Europe, Nouvelles du monde


  
 

Nous, personnes du monde, réunis dans l’Assemblée Continentale de Bruxelles (octobre 2011), déclarons ce qui suit :

  A plusieurs reprises à travers l’ Histoire Humaine, la société a été confrontée à la nécessité de changement, mais jamais, jusqu’ici, ce changement n’a été aussi impératif qu’aujourd’hui.
 Notre société mondiale actuelle est insoutenable. L’exploitation vorace des ressources naturelles et des êtres humains ont créé de profondes inégalités de richesses, de libertés et d’opportunités pour les différentes populations de la planète.
Cela a créé des conflits et condamné une grande partie de l’humanité à la pauvreté et à la faim
Cela a pollué nos rivières, notre terre, nos mers, l’air jusqu’à l’espace et un dangereux changement climatique se dessine, tout ceci pour la commodité de quelques uns et pour le bénéfice d’un très petit nombre.
Nous accusons la culture de l’avarice.
Nous accusons l’économie du gâchis.
Nous accusons l’existence de frontières.
Nous accusons le système financier global, (et toutes les entreprises et institutions qui le facilitent et le soutiennent); d’être  le responsable de la détérioration de notre planète et de la majorité des espèces qui l’habitent.
Nous l’accusons de mettre une hypothèque injuste sur la vie de nos enfants.
Nous l’accusons de mettre en péril la survie de l’espèce humaine.

Nous, le peuple, exigeons un monde soutenable et avons foi en la capacité humaine pour y parvenir.

Nous exigeons un monde dans lequel les individus et les communautés puissent être auto-suffisantes dans ses nécessités basiques  en eau, aliments et énergie.

Nous exigeons que chaque personne puisse faire usage de ses talents pour son bénéfice personnel et dans l’intérêt de la société.

Nous croyons au talent humain.
Nous croyons à la technologie à des fins pacifiques et pour le bien commun.
Nous croyons dans le libre échange de l’information et du savoir.
Nous croyons dans le libre accès à l’héritage culturel de l’Humanité.
Nous croyons que les valeurs humaines ne peuvent s’exprimer en termes économiques.
Nous, le peuple, réclamons notre droit à la vie.
Nous, le peuple, réclamons notre droit à la liberté.
Nous, le peuple, réclamons le droit à la recherche du bonheur.
Notre forme de gouvernement est devenue destructrice de ces principes et c’est donc notre droit, notre obligation, de la réformer ou de l’abolir.
Nous le peuple, réclamons et proclamons la souveraineté populaire.
Nous appelons toutes les personnes partout dans le monde:
 - à résister pacifiquement par la désobéissance civile,
 - à occuper les espaces publics,
 - à se réunir en assemblées,
 - à participer au gouvernement,
 - à libérer la créativité de chaque individu et utiliser notre intelligence collective pour asseoir les bases du monde que nous voulons pour nous et notre descendance.
Nous sommes le peuple,
Nous avons la force d’atteindre notre but.

http://actualutte.info/2011/12/06/indignes-declaration-de-souverainete-populaire/

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 14:54

par caleb irri (son site) lundi 5 décembre 2011 

Ecouter en mp3 (Synthèse vocale par ReadSpeaker)


Mondialisation contre mondialisation : et pourquoi pas une "Internationale des indignés" ?

Il y a quelques jours, une nouvelle initiative a été lancée sur le blog de Paul Jorion, intitulée “l'utopie réaliste“. En moins de 1500 mots et jusqu'au 31 décembre 2011, toutes les contributions qui imagineront les bases d'une nouvelle société seront récoltées, et j'imagine sélectionnées ultérieurement (je ne sais sous quelle forme).

Bien tenté d'apporter ma petite pierre à l'édifice, je me préparai donc à engager ma contribution, et commençai à faire la liste des mesures me semblant essentielles :

- transparence absolue des comptes de l'Etat et de ses représentants, avec abrogation du “secret-défense” et du secret d'Etat, fin de l'immunité présidentielle et interdiction des conflits d'intérêts.

-fin des paradis fiscaux et contrôle strict des chambres de compensation.

- programmes de recherche pour éradiquer la pollution, favoriser l'émergence des énergies réellement renouvelables (c'est-à-dire inépuisables), re-localisation de la production agricole.

-programmes de relance pour plus d'éducation, plus de santé, plus d'emplois, plus de social : chaque besoin devant trouver une solution.

- réforme fiscale plafonnant les revenus, taxant les riches et aidant les pauvres, interdiction des paris sur les fluctuations des prix et de la spéculation sur les matière premières, fermeture de la bourse.

- etc…

Cela avait de quoi faire rêver n'est-ce pas  ? Pour ce qui est de l'utopie nous y sommes… Mais cette utopie est tout bonnement non pas irréalisable mais irréaliste.

Car en s'opposant à la logique de marché imposée par le capitalisme, une nation qui s'engagerait dans la voie de la justice sociale se retrouverait rapidement isolée sur le plan international, puis exclue de cette “mondialisation” qui effraie tant aujourd'hui, et à laquelle il n'est pourtant plus aujourd'hui possible d'échapper. Les taux d'emprunts de la France flamberaient, empêchant toute dépense et asphyxiant aussitôt l'économie : un Etat seul ne peut pas s'opposer aux règles qui régissent les échanges mondiaux, et encore moins les changer.

Cela prouve une fois de plus que la démocratie au niveau “national” n'a désormais plus aucun sens. Et cela signifie aussi que dans la mondialisation, il faut que tous soient d'accord pour changer les règles, ou au moins que les plus forts parviennent à l'imposer aux plus faibles. Aujourd'hui la démocratie doit être mondiale, ou ne pas être. Mais “mondialement”.

Et c'est bien de cela dont nos dirigeants ont déjà pris conscience : les règles du capitalisme international ne leur permettant pas, à terme, de perpétuer leur domination sur le reste du monde, ils tentent actuellement d'imposer aux peuples la mise en place d'une “Alliance” assez forte pour transformer radicalement les règles de fonctionnement de nos sociétés. En quelque sorte, ils font le même travail que celui proposé par monsieur Leclerc chez monsieur Jorion, mais à l'envers ; sauf qu'ils ont un coup d'avance.

Pourtant, il suffirait de presque rien pour que les peuples dépassent le mur de la mondialisation financière : il leur faudrait juste, en retour, créer une “mondialisation de la contestation” pour résister à celle de la finance. Une sorte “d'Internationale des Indignés”, capable de se rassembler et d'agir partout en même temps, sous un mot d'ordre commun, avec un discours unique, à travers une nécessaire organisation de leurs structures locales. Car ce n'est qu'en unissant, en agrégeant, en organisant, en unifiant tous ces petits mouvements indépendants, encore “purs” de “science politique”, que les peuples trouveront l'espoir d'une “autre” société. En s'appuyant sur les outils dont nous disposons aujourd'hui, nous avons l'opportunité de fédérer, et aussi d'internationaliser un vaste mouvement démocratique.

Car il faut se rappeler que l'internet est encore libre : que ce soit par l'intermédiaire des réseaux sociaux, des forums, des blogs, des pétitions ou de la vidéo en ligne, les peuples indignés ont le pouvoir de se rassembler, de communiquer, d'échanger et de débattre d'un bout à l'autre de la planète. Les peuples ont aujourd'hui plus que jamais la possibilité (et le devoir ?) de mettre en place, au niveau international, toute l'infrastructure nécessaire à cette “Internationale des Indignés”, seule capable de répondre aux enjeux de la mondialisation financière. Ils peuvent engager eux-mêmes les consultations, les débats et les réflexions sur ce que pourrait être une nouvelle société. Ils peuvent organiser eux-mêmes le fonctionnement de leurs futures Assemblées Constituantes, partager leurs réussites et leurs échecs locaux, échanger leurs méthodes. Ils peuvent coordonner leurs actions, leurs mouvements de grèves ou leurs manifestations. Ils peuvent établir eux-mêmes les règles auxquelles ils désirent se soumettre, car ils seront alors, véritablement, les 99%

Car la révolution ne se décrète pas : elle se prépare. Comme le disait déjà Marx en son temps la révolution, pour fonctionner, doit être mondiale. Elle doit se produire partout en même temps, pour ne pas se trouver enfermée ni contrainte par le reste du monde. Pour qu'elle se réalise, il faut qu'elle soit considérée comme juste par tous, et que toutes les règles de fonctionnement du nouveau régime mis en place soient définies et acceptées en amont.

Imaginez après que la révolution se produise partout et en même temps, de manière coordonnée et réfléchie, pacifique car soutenue par tous les 99% ; et alors tout devient enfin à la fois réalisable… et réaliste.

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 14:35

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=A0SxHc7tBBE

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 14:28

hitwest.com -il y a 7 heures

 

Les indignés de l’Ouest se structurent… Venus de Brest, Lorient, Morlaix, Quimper, Rennes, St-Nazaire ou encore Vannes, ils se sont donnés rendez-vous à Nantes ce week-end afin de s’organiser.
Vous le savez St-Brieuc a également ces indignés. Ils font ainsi partis de cette coordination de l’Ouest… mais se structurent aussi par leurs propres actions. Depuis 8 semaines maintenant, ils se donnent rendez-vous pour leur Assemblée populaire chaque lundi de 11h à 14h place du Chai… place renommée place des indignés. Petit bilan des actions des indignés briochins avec leur "fondateur" Arnaud...

Pour écouter, appuyer sur la touche "Ctrl" (clavier) + cliquer sur le lien ci-dessous

http://www.hitwest.com/index.php?option=com_content&view=article&id=34887:les-indignes-briochins-poursuivent-leur-mouvement&catid=13617&Itemid=25

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 14:21

tvanouvelles.ca

Première publication 4 décembre 2011 à 20h57
Crédit photo : Agence QMI
 Par Kathryne Lamontagne | Agenc QMI

 

 

Des indignés d'un peu partout à travers la province ont envahi un McDonald's de Québec, dimanche.

En plein milieu de l'après-midi, une vingtaine d'entre eux ont pénétré à l'intérieur du restaurant de la rue Saint-Jean pancartes en main pour prononcer un discours dénonçant les politiques de la chaîne américaine.

Tous se sont par la suite dirigés vers la place D'Youville, où ils ont passé le reste de la journée. Cette dernière «occupation» a marqué la fin du premier sommet national des indignés au cours duquel ils ont dénoncé les abus du capitalisme. Leur campement provisoire avait été installé vendredi au parc de l'Esplanade, tout juste devant l'Assemblée nationale.

Durant ce rassemblement, les militants anticapitalistes ont formulé une vingtaine de recommandations pour poursuivre leurs objectifs. Ils sont notamment en quête d'un nouvel espace public à occuper «légalement» d'ici le printemps.

 

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/archives/2011/12/20111204-205749.html
Action éclair des indignés dans un McDo
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 14:15

Façade de l'hôtel Madrid (S.M./Lemonde.fr).

Une vingtaine de fourgons de police et quelque 200 agents antiémeutes ont délogé ce matin, lundi 5 décembre à 7 heures, les 93 personnes qui se trouvaient dans l'hôtel Madrid, occupé depuis le 15 octobre dernier par les indignés, à Madrid. Dix d'entre elles ont été arrêtées car elle se trouvaient en situation irrégulière en Espagne, selon le site Internet d'El País.

Situé près la Puerta del Sol, l'hôtel Madrid, abandonné depuis une dizaine d'années, avait été transformé en centre d'hébergement temporaire pour les victimes d'expulsions immobilières et en lieu de réunion pour les assemblées populaires et les groupes de travail durant les mois d'hiver.

"Depuis un mois, l'augmentation de la répression policière est brutale, dénonce Chema Ruiz, porte-parole de la Plateforme des victimes des hypothèques (PAH). Lors de nos cinq dernières tentatives pour paralyser des expulsions, des dizaines de policiers nous ont délogés alors que nous manifestions pacifiquement."

Le 10 novembre, Chema Ruiz lui-même avait été arrêté alors qu'il tentait de stopper l'expulsion d'une famille – une femme, ses deux enfants et sa mère de 74 ans –, dans le quartier madrilène d'Hortaleza. Assis devant la porte du logement, refusant de se lever, il avait été conduit au commissariat, accusé de "résistance à l'autorité".

Depuis, d'autres compagnons de la PAH ont subi le même sort et surtout, le mouvement a échoué dans sa tentative de paralyser quatre des cinq dernières expulsions auxquelles il a participé. "Maintenant que les élections sont finies, nous commençons à déranger, insiste M. Ruiz qui a aidé à stopper une vingtaine d'expulsions cette année. Les autorités veulent faire pression sur le mouvement, nous faire peur et nous démobiliser. Pas seulement sur le thème des expulsions..."

Les forces de l'ordre ont récemment empêché la tenue de réunions en plein air, saisi des pancartes dans des rassemblements ou simplement interdit l'usage de haut-parleurs lors d'assemblées de la Puerta del Sol, en perturbant sérieusement le fonctionnement.

"Nous savons ce que pense la région de Madrid du mouvement", souligne Carles Paredes, porte-parole de la plateforme Démocratie réelle maintenant (DRY), qui rappelle que la présidente conservatrice de la région, Esperanza Aguirre, avait comparé les indignés aux "enragés" de la Révolution française, les avait appelés les "chiens-flûtes" et avait menacé de créer une police régionale si l'Etat n'agissait pas contre les campements. "Or le nouveau gouvernement est de la même couleur politique..."

Ce matin, l'hôtel Madrid a été délogé sans incident. Les indignés ont l'obligation selon leur charte de n'opposer aucune résistance aux forces de l'ordre...

Ce soir, à 20 heures, un rassemblement pour protester contre l'action policière est prévu Puerta del Sol. L'appel est notamment relayé sur Twitter par le mot-clé #desalojohotel.

Sandrine Morel

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22