Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:21

mondialisme.org -

publié le mardi 13 décembre 2011

 

Cette lettre de Barcelone est parue dans Echanges n° 138 - Automne 2011 - Sommaire.

Après les gran­des assem­blées de la place de Catalogne que je t’ai racontées (voir Lettres de Barcelone, place de Catalunya) on conti­nue à se ras­sem­bler dans les quar­tiers, à peu près 25 quar­tiers. Les com­mis­sions acti­ves à la place de Catalogne se sont dis­sou­tes dans les assem­blées de quar­tier, sauf quel­ques-unes trans­ver­sa­les (tra­vail, genre, santé...), ce qui a posé beau­coup de pro­blèmes et des méfi­ances et la mul­ti­pli­ca­tion d’actions.

Je te raconte donc un peu com­ment ça se passe dans notre quar­tier de Sant Andreu. Nous avons com­mencé fin mai par une assem­blée très large (700 per­son­nes) qui se répète chaque mardi (le nombre après l’été a dimi­nué, mais nous ne sommes jamais moins d’une cen­taine) sur la place en face de la mairie de quar­tier. L’appro­pria­tion de l’espace public sera une caractér­is­tique essen­tielle de toute la dém­arche ; on a com­mencé avec un cam­ping pen­dant une semaine active de prés­ence sur la place avec beau­coup d’acti­vités : débats, cinéma, cui­sine en commun... Beaucoup de ces acti­vités conti­nuent : mar­ches dans le quar­tier pour affi­cher nos argu­ments contre ce système capi­ta­liste ; éch­ange de savoirs dans une sorte d’uni­ver­sité popu­laire ; débats, manger en commun, occu­pa­tion des endroits pour cons­truire un jardin pota­ger ; essayer d’empêcher les expul­sions (on a réussi déjà quatre fois). Cette acti­vité pour empêcher les expul­sions (à Barcelone il y en a 18 chaque jour) est une des plus soli­dai­res, obli­geant à nous ren­contrer de bon matin à plus de 100 pour empêcher l’action judi­ciaire protégée par la police...

Je reviens à l’assem­blée heb­do­ma­daire : c’est le pivot qui sou­tient tout. Il y a une rota­tion des modé­rateurs, et l’ordre du jour qui se pré­pare une heure avant de com­men­cer com­prend tou­jours la prés­en­tation de ce qu’a fait chaque com­mis­sion (action, com­mu­ni­ca­tion, santé, aide mutuelle…), et une heure de débat sur la ques­tion qu’on envi­sage la plus per­ti­nente, plus adéq­uate à la situa­tion (par ex. la vio­lence, la répr­ession concrète, les formes de lutte, l’exten­sion au quar­tier, la rela­tion avec les ins­ti­tu­tions, les pro­chai­nes élections...). Dans les débats on va au-delà de la stricte reven­di­ca­tion contre les coupes budgét­aires (par exem­ple dans la santé ou l’édu­cation, pour ne pas perdre ce qu’on avait), on fait la cri­ti­que de l’école compé­ti­tive actuelle ou de la méde­cine et de la médi­ca­li­sation de notre vie… Après, il y a un tour de parole : éch­ange d’idées, de points de vue, de considé­rations vrai­ment riches… Pour des choses concrètes, par exem­ple, com­ment affron­ter la répr­ession déjà prés­ente, on crée des grou­pes de tra­vail qui se dis­sou­dront après avoir atteint leur objec­tif. L’assem­blée a lieu sur la place, les mardi, de 20 heures à 22 h 30 ou 23 heures. Nous ne sommes pas pressés, géné­ra­lement on arrive au consen­sus sans arri­ver à un vote qui nous sépare.

Il reste le pro­blème de la coor­di­na­tion entre quar­tiers : on a mis en place un espace de coor­di­na­tion des assem­blées des quar­tiers, avec délégués rota­tifs, sans pou­voir de décisions… sans pér­io­di­sation fixe… Nous sommes au début. A partir de tout ça la réalité d’une nou­velle rela­tion se dér­oule… Tout ça dans un contexte que expri­ment bien par exem­ple les leit­mo­tive « Nadie nos repre­senta » (per­sonne ne nous représ­ente), cri­ti­que de la représ­en­tation (partis, syn­di­cats, admi­nis­tra­tion…) et recher­che de nou­vel­les formes d’asso­cia­tion hori­zon­tale ; « Somos lentos porque vamos lejos » (on est lents parce qu’on va loin), qui exprime la cons­cience qu’on n’est pas ici pour réc­lamer deux ou trois choses, mais pour chan­ger un peu en pro­fon­deur….

Bien entendu, tout ça ne va pas sans contra­dic­tions : il faut pas mythi­fier l’assem­blée, qu’on peut bien sûr mani­pu­ler ; il y a les pro­blèmes de coor­di­na­tion ; les gros­ses ques­tions sur les buts : aller contre les dys­fonc­tion­ne­ments du système capi­ta­liste, en modérer ses effets plus mau­vais, ou aller – et com­ment ? – contre les causes mêmes dudit système… ; la diver­sité d’âge, d’idéo­logies, de pers­pec­ti­ves, des rela­tions avec la tech­ni­que, les médias… Mais on essayes de trou­ver des rép­onses à tout ça en avançant…contre la situa­tion de malaise aggravée par les mesu­res «  anti­crise  » chaque fois plus dures.

Q.

Voir aussi En Espagne, la rév­olte citoyenne de mai 2011 : malaise social et régé­nération démoc­ra­tique, Chronique d’une journée intense, le 27 mai 2011 à Barcelone, Indignes et indi­gnés.


Dans les publi­ca­tions

◆ En mai 2011, les Indignés espa­gnols, couvés par les médias, ont occupé des places dans plu­sieurs villes espa­gno­les une semaine avant les élections rég­io­nales et muni­ci­pa­les. Un arti­cle, « La place prend la parole : Espagne, mai 2011 », dans le n° 48 (juin 2011) de la revue bar­ce­lo­naise Etcétera, (« La plaza tiene la pala­bra »), sou­li­gne les ambi­guïtés d’un mou­ve­ment qui prospère du buzz alors que les mou­ve­ments de base (de quar­tiers, contre des atta­ques concrètes du capi­tal, comme par exem­ple à Barcelone, contre les expul­sions de squatts ou de loca­tai­res, etc.), peu méd­iatisés, se sont par­fois vus pha­go­cytés par les Indignés. « Il n’est pas facile de faire une lec­ture de la signi­fi­ca­tion de ces mou­ve­ments dans les­quels nous savons être impli­qués ».

◆ Le mou­ve­ment des Indignés espa­gnols s’orga­nise de manière anar­chiste selon les nos 380 (juillet 2011) et 381 (août-sep­tem­bre 2011) de l’organe de la Confédération natio­nale du tra­vail espa­gnole, CNT.

◆ Une des­crip­tion du mou­ve­ment des Indignés en Espagne dans le cahier n° 219 (août 2011) de la revue alle­mande Die Aktion, « Révolution espa­gnole : Feu de paille ou com­men­ce­ment d’incen­die de savane ? », par Horst Rosenberger, un Allemand vivant à Barcelone.

« Mouvement des “indi­gnés” en Espagne » dans Le Prolétaire n° 500 (mai-sep­tem­bre 2011).

« Les indi­gnés : écart ou sur­place ? », texte de Temps Critique repro­duit dans A Contre Courant n°227, sep­tem­bre 2011.

« Agoraphilie madrilène » et « Séville ville ouverte » dans CQFD n° 90, juin 2011.

« De l’indi­gna­tion à la rév­olte » dans Alternative liber­taire, n° 208, juillet-août 2011.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:15
french-revolution.fr
Posté par SoldatduWeb décembre - 12 - 2011  

Plusieurs centaines d'"indignés" ont manifesté dans le calme samedi à Paris, se rassemblant place de Clichy en début d'après-midi, a constaté un journaliste de l'AFP. ( © AFP Fred Dufour)

 

Les indignés demandent un « droit de l’humain » – Paris

 

Les Indignés à Jaurès « La bourse est morte ce soir » – Paris

 

 

PARIS (AFP) – Plusieurs centaines d’ »indignés » ont manifesté dans le calme samedi à Paris, se rassemblant place de Clichy en début d’après-midi, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les manifestants (200 selon la préfecture de police) brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: « Indignez-vous », « Je suis indigné parce que je ne vois pas le peuple vivre avec plaisir », ou encore « Céder ou s’aider ».

Une délégation venue de Lyon était présente dans leurs rangs. Parmi les participants, figuraient des jeunes comme des personnes âgées.

Ils devaient se rendre place Stalingrad pour y tenir une assemblée générale, suivie d’un concert.

© 2011 AFP

S'abonner à SoldatduWeb sur Twitter Suivre SoldatduWeb sur Twitter

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:12
Médiapart - 12 Décembre 2011 Par MARIE THERESE FERRISI

 Written by Kevin Figuier de l'équipe Carré d'info, Toulouse

Photo CC François NYS

 

 http://carredinfo.fr/toulouse-sous-le-masque-des-indignes-4033

Puerta del Sol, Wall Street, La Défense… Aux Etats-Unis, en Espagne ou en France, les « Indignés » manifestent pacifiquement et demandent un changement de politique. Ils dénoncent par leur mouvement qui ne se revendique d’aucune obédience politique ni partisane, le manque de volonté claire de changement de politique des partis traditionnels face à la crise économique et aux dérives de la finance mondiale.

Opération de « nettoyage des banques » à Toulouse

Le mouvement étonne parfois par son absence de toute hiérarchie et les difficultés de mises en place d’opérations type « Occupy » comme nous nous en faisions l’écho à Toulouse.

Parmi les nombreuses actions récurrentes entreprises par les « Indignés » ou #occupy de Toulouse, ont organisé le samedi 10 décembre une action de « nettoyage » dans les grandes banques de la ville.

Au-delà de la manifestation qui revendique « sus à l’argent sale » préviennent les « Indignés », nous avons voulu savoir qui étaient ces indignés toulousains. (voir le diaporama sonore).

Place du Capitole: Xavier Lalu

 

 Photo :Xavier Lalu

 

 

 

Place Arnaud Bernard (Toulouse)© youtube
 
 Un nouveau média toulousain est né sur le Net : Carré d’info. Ce site généraliste, d’accès gratuit, a pour créateurs deux jeunes journalistes : Xavier Lalu et Bertrand Enjalbal. Carré d’info se propose de parler de Toulouse et de son agglomération sur « des thèmes jusqu’ici peu ou mal traités » par les médias. Il y est question de culture, de sport, de société et bien sûr de politique : « Nous voulons faire naître le débat, donner la parole à tout le monde », explique Xavier Lalu. Carré d’info revendique son indépendance et se veut complémentaire de l’offre d’information déjà existante. Le nouveau média espère atteindre l’équilibre économique en attirant des annonceurs. Objectif : 100.000 visiteurs par mois d’ici un an.

 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:05
Romandie News - (©AFP / 13 décembre 2011 00h38)

 

USA/Canada: Les "indignés" tentent de bloquer les ports du Pacifique
OAKLAND, 12 décembre 2011 (AFP) - Des manifestants "indignés" du mouvement "Occupy" ont tenu des rassemblements dans plusieurs ports américains et canadiens des côtes du Pacifique lundi, perturbant le trafic de marchandises et entraînant quatre arrestations.

Quelque 200 personnes ont manifesté de cette manière à Oakland, en Californie, où les "indignés" avaient fait fermer ce grand port pendant 24 heures le mois dernier.

Les animateurs du mouvement avaient annoncé le blocage des ports "d'Oakland à Anchorage" en Alaska il y a quinze jours sur leurs sites internet.

"Les opérations maritimes continuent avec des perturbations sporadiques dues aux manifestations", a indiqué le port d'Oakland dans un communiqué publié après que les contestataires eurent commencé leur action avant l'aube.

Les autorités d'Oakland avaient adressé aux manifestants une lettre ouverte la semaine dernière pour leur demander de ne pas interrompre le travail du port qui voit transiter quelque 39 milliards de dollars de marchandises par an, ce qui donne du travail à 73.000 personnes dans la région et à plus de 800.000 dans le pays.

Le message a été répété lundi, alors que les manifestants préparaient de nouvelles actions et que d'autres personnes devaient se joindre au mouvement plus tard dans la journée, selon un organisateur.

A Long Beach, au sud de Los Angeles, deux personnes ont été interpellées lors d'une manifestation au terminal de SSA Marine, une société contrôlée par la banque Goldman Sachs, une des principales cibles du mouvement anti-Wall Street. Dans l'après-midi, les autorités du port ont affirmé que cette action avait eu un "impact minimal sur le fonctionnement du port".

Plus au nord, à Portland en Oregon, deux manifestants ont aussi été interpellés pour possession d'armes, selon une chaîne de télévision locale. A Seattle (Etat de Washington), le rassemblement était programmé plus tard dans la journée, tandis qu'aucune manifestation n'était signalée à Anchorage, en Alaska.

Au Canada, quelques dizaines de manifestants du mouvement Occupy Vancouver ont bloqué des entrées du grand port, sans entrer en conflit avec la police, a indiqué cette dernière. Ils ont empêché l'entrée de camions dans le port et des dockers ont signalé des difficultés pour se rendre à leur travail, mais la police a dit n'avoir noté aucun délit.

Le mouvement de contestation avait commencé cet automne par l'érection de nombreux villages de tentes à travers l'Amérique du nord. Plusieurs d'entre eux ont été démantelés depuis par la police.


(©AFP / 13 décembre 2011 00h38)

 

 


 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 22:59

france24.com -

 

 
Après avoir dû évacuer les campements installés à travers les Etats-Unis, des Indignés ont choisi de ne pas rentrer chez eux et d’occuper des maisons abandonnées par des propriétaires victimes de la crise des subprimes.
 
Ainsi, dans une vingtaine de villes, les Indignés ont investi depuis le 6 décembre plusieurs maisons saisies par les banques. Ils ont commencé à les rénover afin de pouvoir les rendre de nouveau habitables. Cette nouvelle forme de protestation, qui a pris le nom de Occupy Our Homes [Occuper nos maisons], est pour eux une autre manière de dénoncer les "pratiques frauduleuses en matière de prêt " et les "expulsions illégales" menées par les banques.
 
Les participants de la campagne "Occupy Our Homes" ont aidé une famille sans-abri à emménager dans une maison saisie à New York.
 
La campagne "Occupy Our homes" a également pour objectif de perturber les mises aux enchères des maisons saisies et d’encourager les personnes recevant des avis de saisie à continuer à occuper leur maison. Selon une récente étude, la crise immobilière est loin d’être achevée alors que 4 millions de maisons sont menacées de saisie.
 
Squatter des maisons en signe de contestation n’est pas nouveau. Mais cette stratégie semble donner un second souffle au mouvement "Occupy Wall Street", après le démantèlement par la police des plus importants campements installés à travers le pays. Le 15 novembre, les Indignés du camp le plus emblématique, celui du Zucotti Square (près de Wall Street à New York), ont dû plier bagages. Des clôtures ont depuis été érigées autour de la place.
 
Contributeurs
"Ce n’est pas aussi facile pour la police de nous faire partir maintenant que nous sommes à l’intérieur d’une maison"
Karanja Gaçuça travaillait dans la finance. Après avoir été licencié en septembre, il a rejoint en octobre le mouvement "Occupy Wall Street".
 
Cela a toujours fait partie des projets du mouvement "Occupy Wall Street" de faire la lumière sur les injustices économiques en mettant un visage sur les pratiques dangereuses des banques, notamment les "prêts prédateurs" qui ont conduit aux saisies immobilières. C’est donc une progression naturelle pour nous.
 
Je fais partie d’un groupe qui occupe une maison dans l’est de New York. Nous sommes en train de la nettoyer et de la rénover pour permettre à une famille sans-abri de venir s’y installer. Cette famille occupe actuellement une autre maison menacée de saisie. C’est une mère célibataire avec deux enfants de cinq et neuf ans qui vivent dans une situation impossible : la maison où ils vivent n’a pas d’eau courante et n’avait pas d’électricité il y a encore peu de temps. La mère a été accueillie dans plusieurs centres d’hébergement au cours des dernières années. Quand elle a finit par recevoir l’autorisation d’emménager dans un nouvel appartement, son déménagement a été annulé presque aussitôt en raison du manque de ressources du programme social de la ville.
 
“D’une manière ou d’une autre, 'Occupy' sera présent pendant encore quelque temps"
 
 
Le voisinage a réagi de façon très positive à notre occupation. Les saisies immobilières se sont multipliées dans tout le quartier. Les voisins nous ont dit : "Notre communauté a été abandonnée par les banques et les autorités." Nous sommes ici pour leur montrer que nous nous intéressons à eux, que nous faisons tous partie des 99% . Les voisins sont ravis que nous nous engagions dans cette rénovation. Plusieurs maisons du quartier ont été condamnées, elles sont remplies d’ordures, ce qui attire des rongeurs, entre autre. Sans un entretien régulier, les maisons abandonnées finissent par s’effondrer.
 
Les politiques essaient de rejeter la faute sur les propriétaires qui ne paient pas leurs prêts. Mais on ne peut pas s’attendre à ce qu’une personne qui a commencé par payer 1 500 dollars par mois continue de faire des remboursements à hauteur de 4 000 dollars quelques années plus tard. Cela doit être rendu illégal d’augmenter à ce point les remboursements.
 
Je crois que "Occupy Our Homes" donne à notre mouvement un nouvel élan, mais nous prévoyons aussi beaucoup d’autres choses dans l’avenir, notamment des occupations de ports. D’une manière ou d’une autre, "Occupy" sera présent pendant encore quelque temps.”
 
 
Une maison "occupée" en Californie.
 
Une maison "occupée" dans le quartier est de New York.
 
Une maison "occupée" à Atlanta, en Géorgie.
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 22:03
Infos suite à la répression significative et à la violence policière de ces 2 derniers jours à Marseille :
 
Après les violences policières et les 8 arrestations à Marseille de cet après-midi, le préfet est intervenu pour faire annuler les gardes à vues, et a manifesté son désaccord face aux bavures des CRS nationaux. Les Indignés marseillais ont eu également le soutien actif d’associations comme la LDH et le MRAP et de radios locales engagées ainsi que de médias venus filmer.

Communiqué des indignés marseillais journée du 11/12 : http://marseille.indigne-e-s.net/2011/12/communique-suite-aux-8-arrestations-a-marseille-dimanche-111211-2130/

Communiqué de DRM Paris journées 10/12 et 11/12 à Marseille (une dizaine d'indignés parisiens sont à Marseille ce we) : http://paris.reelledemocratie.com/node/844


Il est vivement recommandé de porter plainte aux victimes et de témoigner à ceux qui étaient présents qui ont pu voir la violence non fondée exercée par les forces de l'ordre durant ces 2 jours, c'est inadmissible, les droits de l'homme sont bafoués !
Relayez à vos listes de contacts, informez les assos, collectifs,... contactez les médias locaux et nationaux susceptibles d'être intéressés par de tels actes fascisants !  Il faut que cela se sache ailleurs qu'au sein des indignés !

Lien vidéo youtube : http://www.dailymotion.com/video/xmwle2_vid-20111210-00003_news
                                    http://www.youtube.com/watch?v=aSlggGbz8cE&feature=share



Les indigné-e-s Aix Réelle Démocratie Maintenant
web : http://aixreelledemocratie.jimdo.com/

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 14:35

lesindigneslyon.fr -

Grand rassemblement le 17 décembre à Bellecour - 14 H - Ce n'est pas fini, cela commence !

Dans le cadre de la semaine de mobilisation internationale des indignés, les indignés lyonnais ont choisi d'atteindre le paroxysme de sa mobilisation le 17 décembre

Une étincelle encore, un coup de semonce pour une société dans le cadre d'une occupation générale pour un changement global.

L'humain doit primer sur l'argent

Apportez créativité, TENTES, débats et (r)évolution !

Pour rappel :
Le jeune vendeur Tunisien, Mohamed Bouazizi, 26 ans, s'est immolé par le feu le 17 décembre à Sidi Bouzid (centre de la Tunisie) après s'être fait confisqué sa marchandise par la police. Il était père de famille et ne trouvait pas de travail malgré ses diplômes.

Il a incarné l'injustice sociale et le désespoir auquel est condamné le peuple soumis à l'injustice du système oligarchique dans lequel nous vivons.

C'est pourquoi, du fait que cet acte désespéré a entraîné l'étincelle de la révolte, du fait qu'à un moment donné le peuple a décrété que la ligne de l'inacceptable avait été franchie et que l'on ne peut pas toujours impunément remettre en cause la dignité humaine, les indignés lyonnais appellent à un rassemblement le 17 décembre 2011, à 14 heures Place Bellecour.

Venez étendre la flamme la résistance mondiale.

http://www.facebook.com/events/307932932... 

Samedi, Décembre 17, 2011 - 14:00
Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 14:27

 

 

 

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xmx1xr_11-decembre-indignes-place-stalingrad-les-indignes-se-preparent-pour-le-printemps-des-lutte_news

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 14:24

 

nicematin.com
Publié le samedi 10 décembre 2011 à 07h14  
   
 
Les « indignés » ont quitté l'accueil de jour - 15273212.jpg
Depuis lundi soir, neuf « indignés » avaient planté leurs tentes sur le stade d'accueil de jour des SDF. S.W.

Lentement, mais sûrement, ils se sont levés du matelas qui trônait au milieu du stade Tony-Russo. Hier en début d'après-midi, neuf « indignés » ont été expulsés de l'espace d'accueil de jour des SDF.

Partis de Madrid, où le mouvement est né en mai dernier, les jeunes nomades parcourent l'Hexagone depuis deux mois. Belges, Espagnols, Français… Ils viennent de plusieurs pays d'Europe. Et c'est lundi soir qu'ils ont installé leurs tentes dans la cité.

« Nous étions à Sainte-Agnès et nous sommes arrivés à Menton par hasard »,expliquait Gabriel Carvajal, le porte-parole du mouvement.

« Nous vivons au jour le jour »

« Les riverains ont appelé la police car ils ont été effrayés par leur venue. Et nous ne pouvons pas les laisser ici car ne nous bénéficions pas de l'accueil de nuit », justifiait David Claude, directeur du Centre communal d'action sociale (CCAS).

Jeudi soir, une équipe de la BAC et deux de la police nationale ont tenté d'expulser les jeunes… Sans succès car hier matin, ils avaient de nouveau installé leurs duvets et matelas.

« À 8 h 30, les policiers nous ont fait démonter les tentes avec autorité. Pourtant, nous sommes pacifistes et nous ne faisons de mal à personne », déplorait Gabriel. En fin de matinée, alors que la police nationale tentait de leur faire entendre raison, les « indignés » acceptaient le compromis proposé par David Claude.

« Deux voitures du CCAS et une de la Croix-Rouge sont prêtes à vous amener à Nice. Nous pouvons même transporter votre charrette… »,argumentait le directeur du CCAS.

Gabriel pose une condition… Inattendue : « Nous avons lancé la machine à laver. Il va falloir attendre que nos habits sèchent. »

Dans le calme, leurs sacs à dos, chaises, vélos, nourriture sont placés dans les véhicules. Arnaud, l'un des SDF qui assistait à la scène leur glissait des paroles d'encouragement : « Je n'aurais pas eu le courage de marcher durant autant de jours. »

Et ce n'est qu'en début d'après-midi que les neuf nomades ont enfin pris la route… Mais pour quelle destination ?

« Nous vivons au jour le jour. Peut-être les montagnes pour y faire un feu le soir… », avançait Gabriel. «Faites attention. Respectez le règlement de chaque ville…», prévenait Khadra, de la Croix-Rouge. Le jeune tirait une bouffée de cigarette et acquiesçait avec un sourire.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 14:21

occupyfrance.org

Web-reportages sur les Indigné-e-s de Toulouse

 

Samedi 10 décembre, les Indignés de Toulouse ont procédé au « nettoyage » d’une agence du Crédit Agricole.

Web-reportage sur les « Indignés » ou #occupy de Toulouse.
Crédits photos: Kevin Figuier / François Nys.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22