Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 19:10

 

 

Les Indignés, la Rue Kétanou et Akim Reubeu des Bois

La Rué Kétanou et Akim Rebeu des Bois avec les Indignés, par ProduccionesBuitre


« Et bourgeois, entends-tu ? … » Musique et mouvements de rue. A l’occasion de l’Épiphanie, La Rue Kétanou et Akim Reubeu des Bois ont accompagné, avec leurs guitares, l’assemblée des Indignés, organisée à la brasserie festive et créative La Rotonde à Stalingrad, au nord de Paris. Le froid de la nuit n’a pas intimidé les jeunes parisiens qui se sont retrouvés par centaines sur la place, pour danser sur les chansons qui racontent l’histoire et les injustices vécues par les hommes et les femmes ordinaires. Une soirée joyeuse, sans fin heureuse : après le concert, la manifestation des Indignés, qui s’est poursuivie aux abords de l’ambassade de Russie, a été stoppée par la police. Pour une cinquantaine de jeunes la nuit s’est terminée au commissariat du 18ème arrondissement. Loin des chemins de la bohème.  (Photo : alter1fo/flickr)

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 00:21

Ad Oriente!

In #globalrevolution on 8 January 2012 at 17:37

At sea, January 8

 

Dear people,

 

I left Madrid late at night, I spent two days in Barcelona, and now here I am, at sea. On the starboard side you can see the hazy outlines of Corsica, on the port side you can barely distinguish the coastal range of the Ligurian riviera.

The reason I left is because the revolution in Spain is hibernating. It will flourish again, but I’m not going to wait for it. I want to be where things are happening. And the next stop will be Rome. Yesterday evening the March to Athens arrived there, and on the 15th of January a demonstration is called for. It’s going to be a ‘Carnival of the System’. People are not only going to protest, they intend to show that the emperor wears no clothes.

 

Two days in Barcelona was just enough to enjoy some of the city’s strokes of beauty. It must be a fabulous place to live, and indeed, the place is inhabitated by people from all over the world. As for the state of the 15M movement, I haven’t noticed anything personally. All I know is what I heard from people I met before.

Catalonia is probably the most advanced region of Spain. It enjoys far reaching autonomy over internal matters. Last June the Catalan parliament was besieged by protesters when heavy austerity measures were voted. Health care spending was hit hardest of all.

As a result of this, numerous community health centres are being closed. According to the newspapers at least two people have died who couldn’t be assisted in time because of the cuts. The first victims of the crisis. It’s outrageous. With all the billions of dollars being used to save banks, there are people left to die for lack of medical personel. And we’re not talking about the third world here, we’re talking about one of the richest regions in Western Europe.

The actions of the 15M in Catalonia focussed a lot on the cutbacks in health care, and have being going on at local level for months. I haven’t got any details. The organisational structure of the movement is based on the neighbourhood assemblies. As I heard, there doesn’t exist a General Assembly in Plaça Catalunya any more.

 

Now the lights of Barcelona have faded away in the distance for some time already, a bright winter sun has risen over the sea. I love it. The ferryboat is definitely my favourite way of travelling. Nothing compares to these glorious floating hotels.

I sit on the deck and I wonder. About Aeneas and Dido, about Odysseus and Circe. Far far away I see the foggy silhouet of the shore. If I had gone east a month ago, which I was seriously planning to do, I would have gone over land. Nothing wrong with that. Everything has a fourth dimension, and I would have told you about Hannibal’s army marching along the shore from Cartagena and crossing the Alps into Italy with 20.000 soldiers and 39 elephants. Or I would have told you about Napoleon’s legendary first Italian campaign in 1796-97, when the 27 year old general took control of the delapidated Armata d’Italia on the Côte d’Azur, and went on to set the stage for his grand Homeric adventure.

But here on the boat, there’s another story that comes to mind. It started in Genoa, years ago. I was there for a few days and I teamed up with an American student from Yale, to discover the traces of flemish master Peter-Paul Rubens. For me it was just fun, but for my companion it was a very serious task. He got to travel all over the Mediterranean to write a paper about a famous American journalist. It’s one of the advantages of an Ivy League education.

“Who was this journalist?” I asked.

“Mark Twain. Do you know him?”

I did, actually. But I didn’t know anything about his memorable trip to Europe.

From the top of my head it must have been the late 1850s, just before the American Civil War, and in the first stages of the final conquest of the West. A newspaper from New York had organised a voyage by steamer to the Holy Land, calling at all of the major ports of the European shore of the Mediterranean. The American jetset of the day would all be there. They were modern pilgrims searching for their roots, and the young Mark Twain was sent along to document the trip.

His account was published under the title The Innocents Abroad. I laid my hands on a copy, and I was glad that I did. Not only is it one of the most enjoyable travel stories I have ever read, it’s also a priceless description of the time.

Just one example. In Venice, during most of the Venetian Republic, the jews were not allowed to live outside of their ghetto. For everyone to fit in the few guarded blocks of the Canaregio islands, the buildings of the jewish quarter were relatively high, reaching up to seven or eight floors. When Twain passes through the ghetto, he is impressed. Nowhere in America had he ever witnessed such ‘skyscrapers’.

 

Twain paints his fellow travellers with irony, and makes them look more like modern barbarians than pilgrims. They are so used to look towards the open space and the future that they have difficulty to comprehend and appreciate the past. In a certain sense they are the archetype of the contemporary American tourists who come to do ‘Europe in a week’.

As the pilgrim voyagers peal through history from the Rennaisance and the Middle Ages through Roman and Greek Antiquity, down to the Holy Land, the account of Twain tells you as much about the new world as it does about the old.

 

We have past Corsica. On the port side you can see the lights of Elba. There is a great story here to be told, but not today. In a few hours I will arrive at Civitavecchia near Rome. From there on, I might go looking for revolution further East.

 

Soon,

Oscar

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:59

 

 

 

 

Publié par
footballl

post non vérifié par la rédaction

 

ETATS UNIS : LA REPRESSION DES INDIGNES SE POURSUIT : Que fait l'ONU ? Que fait la Communauté internationale ?
    

  Aux Etats Unis, le mouvement des Indignés tente de s'organiser pour protester contre  le pouvoir de la finance, qui pénalise et écrase, le peuple américain.
Cette même finance, qui a provoqué la crise que nous connaissons , permettant  le vote de mesures restrictives, austérité, visant à écraser toujours plus les peuples,  y compris le peuple américain, victime, du chomage.  Aux Etats unis, la pauvreté, est un véritable fléau. 

Les gouvernants américains, se disent démocratiques, mais n'hésitent pas à réprimer sévèrement,  les manifestants américains, dénoncant les abus de la finance, dont le monde est victime aujourd'hui.  Ils n'hésitent pas à tourner le dos aux plus pauvres dont le nombre grandit.
Face à ces protestations à Wall Street,  les forces de l'Ordre sont de sortie, vous vous en doutez..  Le but est donc de réprimer les manifestants  pour éteindre le mouvement et la protestation.  De nombreuses arrestations, interpellations, ont lieu également. 

Pendant ce temps les banquiers ont obtenu leur Bonus à Noel .  youpi  !

L'ONU est étrangement silencieuse, face à cette forte répression particulièrement injuste.  C'est étonnant non ? lol   Ah non pardon , qui  a la main mise sur l'ONU au fait ????????? .
   Il en va de même de la communauté internationnale, qui ne s'offusque pas cette fois ci contre ces agissements qui s'abattent sur le peuple américain.    Tout dépent certainement de sa position économique dans le monde, c'est sans doute la raison pour laquelle, c'est tolérer dans ce cas précis, dans ce pays dit "démocratique".

Vagues de protestation, du peuple américain également contre une loi abusive,  digne d'un dictateur :  La  Loi Décret dite de  Défense nationale .

Loi qui permettrait à l'armée US , d'arrêter partout dans le monde les opposants aux politiques officielles ,  sans procès et  les enfermer de façon indéterminée, voire pire.

T es pas d'accord avec notre politique, donc tu es un terroriste, et on a le droit de t 'enfermer  sans motif, pendant une durée indéterminée.    Cool. Ca évite l'administratif, ca va plus vite. 


Belle démocratie, la constitution américaine est baffouée chaque jour un peu plus.  Et le pauvre peuple américain en subit les lourdes et graves conséquences.


Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:52

 

http://blog.slateafrique.com/femmes-afrique/2012/01/09/les-indignees-du-mali/

L'Auteur

Anne Collet


« Indignons nous ». « Indignons nous parce que la république du Mali ne respecte pas ses engagements », «indignons-nous face au nouveau Code des personnes et de la famille, qui vient d’être adopté en seconde lecture par l’Assemblée Nationale, le 2 décembre 2011. Ce code, qui était censé corriger les discriminations et améliorer le statut de la femme malienne et des enfants maliens, en réduisant les inégalités et en harmonisant les lois internes avec les conventions régionales et internationales ratifiées, a été une véritable déception et un vrai recul en matière de droits humains des femmes et des enfants », tel est le mot d’ordre de l’Espace d’échanges et de concertation des femmes du Mali, collectif qui rassemble une vingtaine d’associations de défense des droits des femmes. « Nous, Signataires de la présente pétition, demandons au chef de l’Etat de ne pas le promulguer et à nos députés de formuler, de proposer et de faire adopter par l’Assemblée Nationale un Code des personnes et de la famille conforme aux engagements internationaux du Mali », ajoute-t-il dans le communiqué de presse de présentation d’une pétition demandant au président Amadou Toumani Touré (ATT), de faire machine arrière.

De son côté, Femmes droits et développement en Afrique (Wildaf Mali) a organisé le 31 décembre dans un hôtel de Bamako une journée d’information sur le nouveau code qu’il dénonce. Le réseau créé en 1995 rassemble lui aussi une vingtaine d’associations dont le but est la protection et la promotion des droits de la femme et de l’enfant.

Pour rappel, le nouveau code fait la part belle aux considérations religieuses dans un pays qui pourtant proclame sa laïcité au travers de sa constitution. Lors de la réunion du 31 décembre, Wildaf a pointé du doigt quelques dispositions pour le moins surprenantes. «La femme reste et demeure une éternelle mineure (elle doit obéissance à son mari). Elle n’a pas à donner son consentement pour le mariage de sa fille mineure ce qui laisse la porte grande ouverte au mariage précoce et forcé. Elle n’a plus d’avis à donner sur la tutelle de ses enfants mineurs, Elle n’est plus responsable de sa famille en cas de décès du mari, qui sera alors remplacé par le conseil de famille. Pour Wildaf comme pour nombre d’associations, avec ces dispositions, la société malienne fait un bond en arrière de cinquante ans. En effet, même les droits acquis en 1962, lors de l’adoption de la première Constitution du Mali indépendant, ont été revus à la baisse. L’histoire de ce nouveau code des personnes et de la famille est pour le moins mouvementée. Pour en connaître les détails, relire sur ce blog la note datée du 9 décembre 2011 et intitulée « Les droits des Maliennes reculent ». 

Des femmes rurales du Mali

« La démocratie pour les citoyens, y compris, parmi eux, les plus pauvres et les plus défavorisés, se juge, avant tout, à l’aune du respect scrupuleux et de la pleine jouissance de tous les droits, civils et politiques, économiques, sociaux et culturels… », telle était en substance la déclaration de Bamako, signée le 30 novembre 2000 lors d’un symposium international sur le bilan des pratiques et de la démocratie, des droits et des libertés dans l’espace francophone, à laquelle le Mali avait pleinement souscrit, rapporte Ciwara Infos en relayant l’appel à l’indignation.

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:49

ledevoir.com

Jean Riopel - Montréal  9 janvier 2012  Actualités en société

Les occupations ont cessé ou elles sont devenues carrément symboliques. Les manifestations se poursuivent et elles sont réprimées dans le sang et la violence. Les médias ont fait le bilan de l'année qui s'est terminée et un prestigieux magazine a même désigné l'Indigné comme la personnalité de l'année.

Malaise. Les nombreuses analyses me laissent à la fois songeur et dubitatif. J'en ai surtout contre cette manie qu'ont les médias de vouloir tout formater et je m'indigne de leur propension à poser un regard sur les gens et les événements qui reste marqué par la superficialité. On effleure le sujet, mais on se permet malgré tout de se lancer dans une sorte de post-mortem du mouvement qui en banalise plusieurs aspects.

D'abord, au sujet des raisons qui ont permis au mouvement de s'étendre à la planète toute entière. Les origines sont définies avec justesse, même si elles ne font que souligner les aspects les plus spectaculaires de l'indignation. La vague de fond qui a balayé la planète s'est gonflée dans des pays corrompus et répressifs. Pays qui, selon certains critères, trônaient parfois au palmarès des économies émergentes et prospères. Les éléments déclencheurs les plus sensationnalistes (le suicide d'un jeune désespéré) suffisent-ils à déclencher les soulèvements populaires? S'il en était ainsi, le chaos régnerait dans de nombreuses régions. L'utilisation des réseaux sociaux y est bien pour quelque chose, mais je suis avant tout scandalisé par l'engouement manifesté par les médias en général. Pourquoi l'information devrait-elle servir de véhicule promotionnel et publicitaire? On se garde une petite gêne!

Ras-le-bol

Personnellement, je considère que les raisons de s'indigner sont à ce point nombreuses que j'aurais peine à les énumérer sans craindre d'en omettre quelques-unes. Il en va de même avec le nombre de personnes en droit et en position de s'indigner; elles sont innombrables et insaisissables. La rage, la colère, la rancoeur, la révolte sont désormais présentes dans la plupart des sociétés. Elles sont la plupart du temps endiguées par la peur, le cynisme et l'individualisme, mais elles n'attendent que le moment propice pour éclater au grand jour. Je me dois d'ailleurs de saluer le pacifisme et le courage des tous ces gens qui sont descendus dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol.

Mon bilan à moi n'a rien de reluisant, car il s'attarde surtout aux réactions des pouvoirs politiques et financiers. En Occident, cette crise a été gérée en utilisant les méthodes éprouvées du monde merveilleux des relations publiques. Les politiciens ont fait preuve d'une certaine sympathie envers ces indignés; certains acteurs de la finance et de l'économie ont dit comprendre, eux aussi! Les belles déclarations de principe ont fait écran au mépris et à l'inertie. C'est assez simple: on fait la sourde oreille, on adopte le profil bas dans les hautes sphères du pouvoir et de la richesse. C'est tellement simple, on laisse le temps passer et les choses aller. Tôt ou tard, le mouvement va s'essouffler, il va être démantelé et il va se retrouver dans les bilans de fin d'année sans influer négativement sur celui des entreprises.

Discours contaminés

Ma réalité n'est pas faite de ces espoirs de changement pointés par ce soulèvement, elle est celle des pays et des populations qui sont à la merci des marchés et de leur cruauté ou sous la botte des dictateurs et des militaires. Ma réalité est celle de ces jeunes hommes et de ces jeunes femmes privés d'avenir, de ces nations dépouillées d'une économie susceptible de leur offrir salaire et dignité. Elle est contaminée par ces beaux discours sur les vertus de la mondialisation et les prouesses des réseaux sociaux. Un parti pris pour une idéologie et des entreprises qui sont, rappelons-le, en tête de peloton dans la course aux profits.

Ma réalité est celle de la classe politique qui n'en finit plus de s'enfoncer dans la mauvaise foi et la cacophonie sans parvenir à cacher sa duplicité, son incompétence et ses incapacités. Je crois sincèrement que certaines choses ont changé dans la conscience d'un grand nombre de citoyens et que le mouvement est toujours vivant. Mais force est de constater que, pour l'essentiel des nombreuses raisons que l'on a de s'indigner, c'est business as usual!

***

Jean Riopel - Montréal

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:45
Arnaud LE BOT - aka - HARNELBE
Assemblée populaire des indignés de Saint-Brieuc #02 2012

Détails de l'événement

 

Assemblée populaire des indignés de Saint-Brieuc #02 2012

 

Heure: 9 Janvier 2012 de 11 00 à 13 30
Emplacement : 1 Place du Chai, 22000 Saint-Brieuc, France
Ville : Saint-Brieuc
Site web ou carte : http://www.indignago.org
Téléphone : O6 2I 6I IO B3
Type d'événement : assemblée, populaire, -, indignés, 99%, uncut, occupy
Organisé par: Arnaud LE BOT - aka - HARNELBE
Activité la plus récente : Vendredi


Description de l'événement

Lundi 9 Décembre aura lieu notre Deuxième assemblée populaire de l'année. Les deux sujets principaux abordés seront les actions du 14 et du 17 Janvier prochain.

 

RSVP pour Assemblée populaire des indignés de Saint-Brieuc #02 2012 pour ajouter des commentaires!

Rejoindre Breizhbook

 

http://www.breizhbook.com/events/assembl-e-populaire-des-indign-s-de-saint-brieuc-02-2012

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:41

http://democratiereelledunkerque.wordpress.com/2012/01/09/communique-des-indigne-e-s-de-dunkerque/

 

“Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade” Jiddu Krishnamurti philosophe indien.

La revue anglaise Times a visé juste lorsqu’elle a élu comme personnalité la plus importante de cette année “The Protester”, “Le Protestataire”. Car 2011 a été l’année du soulèvement citoyen, à la fois éclairé et pacifique, qui prit naissance d’abord en Islande, puis s’est diffusé dans le Monde Arabe (Tunisie, Maroc, Egypte, Syrie, Bahreïn,etc), en Europe (Grèce, Portugal, Espagne, Irlande, Italie, Belgique, Allemagne, France), mais aussi de l’autre côté de l’Atlantlique (USA, Chili, Brésil, etc) et émergeant désormais en Asie (Chine, Inde, Japon,etc)

L’émergence d’une conscience citoyenne s’élève en dépit du silence complice des médias traditionnels. C’est donc par la voie des médias alternatifs et des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter que l’indignation des peuples est une force qui est parvenue à s’étendre au monde entier.

Nous citoyennes et citoyens du dunkerquois, nous nous devions de créer le mouvement des Indignés dans notre ville. Nous n’appartenons à aucun parti politique, aucun syndicat, aucune institution; nous sommes de tous âges, de toutes catégories sociales confondues. Nous sommes pacifiques et fonctionnons de manière horizontale et autogérée. Nous considérons que la place publique est un haut lieu de rencontres, d’agora, de démocratie directe. Nous agissons au travers d’assemblées populaires pour lui rendre ce rôle oublié de tous ; Nous voulons vivre pleinement notre citoyenneté.

Nous sommes fatigués de nous plaindre dans notre quotidien sans apporter de réponse aux enjeux globaux qui le détermine, cela n’a aucun sens et ne fera jamais bouger les choses. Nous sommes fatigués d’être accablés par la crise, les plans de rigueur, l’injustice sociale, le massacre de notre éducation et de notre système de santé. Nous rejetons ce système qui privilégie les profits avant l’humain, qui détruit les droits des travailleurs et ne laisse aucune chance aux plus démunis. Nous sommes indignés par cette classe politique, qu’elle soit de gauche ou de droite, dont la seule préoccupation est de rassurer les agences de notations et les marchés financiers avant de rassurer les citoyens qui les ont élus ! 

C’est pourquoi depuis le 16 novembre 2011 nous nous réunissons chaque mercredi à 19h Place Jean Bart. Au départ nous étions cinq, puis dix, la semaine suivante une trentaine… Nous nous rendons compte au fil du temps que nous ne sommes pas seuls à vouloir être acteur du changement, et vous non plus maintenant !

Mais cela ne suffit pas, nous voulons accueillir un maximum de personnes, pour rendre le débat plus riche et plus représentatif, pour renforcer ce mouvement démocratique et ainsi avoir plus de poids et de visibilité sur le dunkerquois.

 Il ne s’agit plus de nous regarder et d’être passif, mais de nous rejoindre et de participer à ce grand mouvement citoyen d’ampleur internationale.

Nous vous invitons à assister à nos assemblées tous les mercredis à 19h Place Jean-Bart, de diffuser cette information à vos différents réseaux et de vous informer sur le mouvement en consultant les pages suivantes :

facebook : les indignés de dunkerque ( http://facebook.com/indignes.dunkerque )

twitter : indignés dunkerque ( https://twitter.com/#!/AcampadaDunkerq )

 

Les indigné-e-s de Dunkerque


Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:38

 

 

#14JA (en langage indigné sur twitter cela signifie « Journée Mondiale du14 janvier ») -

 

Les Indigné-e-s d'Aix Réelle Démocratie Maintenant en collaboration avec l'ATMF, Attac Aix, Anonymal et le soutien de Radio Zinzine participent à la 4ème Journée Mondiale des Indigné-e-s le14 janvier, journée internationale des Assemblées Populaires.

Ils seront au Jas de Bouffan, entre les immeubles Castor et Pollux, dès 9h du matin ce samedi 14, afin de préparer et déguster ensemble un couscous géant auto-géré et solidaire à midi dans une ambiance conviviale !

Le repas sera suivi d'une assemblée populaire sur le thème suivant : "violence et non-violence".

Venez nombreux participer à cette rencontre citoyenne, au-delà de toute appartenance politique ou syndicale afin de devenir force de proposition.

Pensez, si c'est possible, à amener vos assiettes et couverts pour éviter tout gaspillage. Pour compléter le plat pricipal, vous êtes invités à amener  une boisson et/ou une entrée ou un dessert

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:03

AdTech AdAdTech Ad

 

Colère

08/01/2012 à 18h26
Zineb Dryef | Journaliste Rue89 Audrey Cerdan | Photographe Rue89


 

Lassés par des politiques déconnectés de leur vie et par une pauvreté croissante, des citoyens révoltés se réunissent pour trouver le moyen de « vivre heureux ».

(De Corrèze) Ils sont vingt, assis en rond dans le salon de Corinne, une grande pièce éclairée par des guirlandes lumineuses et réchauffée par des dessins d'enfants. Sur les murs ont été punaisés, en prévision de la réunion, un « bout d'espérance » signé Hundertwasser, des slogans et un ordre du jour, encore vierge lorsqu'on arrive enfin.

Puy d'Arnac, à quelques 5 948 kilomètres de (Occupy) Wall Street et à un peu moins de 500 kilomètres de (Occupons) La Défense.

Pour arriver, on traverse en voiture de minuscules villages corréziens, on grimpe une pente impraticable l'hiver tant elle est raide, on se dit que cette campagne là est belle.

Il est 19h30. Tout le monde est déjà assis. Une grande table est dressée façon buffet au fond de la pièce. Chacun a apporté quelque chose. Certains se connaissent tous de longue date. Ils sont amis ou voisins. Ceux qui se connaissent peu se sont au moins aperçus une fois, au marché ou peut-être ailleurs.

« Vous voulez boire quelque chose ? »

On veut bien. La réunion doit commencer.


« La misère est plus cachée qu'en ville »

Corinne se lève. Elle sort son gros feutre et attend. « On doit faire l'ordre du jour. » Bavardages. Elle rit :

« Ce ne sont plus les “Indignés” mais les “Indisciplinés”. »

Elle noircit la feuille au fur et à mesure. « Consommer autrement », « Redéfinir notre identité », « Comment se faire entendre »... L'ordre du jour terminé, il faut maintenant déterminer dans quel sens le prendre : de haut en bas ou de bas en haut ?

Mais avant de débattre, certains veulent s'exprimer. Evelyne, calmement :

« A la campagne, il y a de la misère. Beaucoup de misère. On voit tous ces petits retraités... Les Restos du cœur de Beaulieu sont de plus en plus fréquentés, on le voit tous les jours. C'est plus caché qu'en ville mais ça existe. »

Les autres font oui de la tête.

« Les familles très pauvres ne savent pas qu'elles peuvent faire un potager, c'est hallucinant. Ils ont des terrains et ils ne savent pas. Ils n'ont plus le savoir. »

La pauvreté, Marie connaît. Avec quelques centaines d'euros par mois à plus de 50 ans, elle vit mal. « Survit ». Lorsqu'elle intervient, sa parole de colère et d'exaspération installe le silence parmi les autres :

« Il faut que les politiques sachent l'état de délabrement de nos vies. Le choix aujourd'hui, c'est de payer ses factures ou de manger. Il faut que les politiques parlent de ça, soient plus concrets. C'est une grande révolte. Les petits raccommodages ne suffisent pas. »

Djemel, futur crieur public des environs, timidement, suggère que les « Indignés », c'est justement de « faire sans les politiques ». Marie explose :

« Mais on ne veut pas faire avec, on veut aller contre ! Sur les plateaux télés, ils parlent de leur dette, mais on n'est pas économistes, on ne va pas hypothéquer la vie des gens ! On doit être intrusifs, aller à la télé, les faire parler de la vie des gens. »

« Les gens sont encore trop gentils »

De son sac, elle sort « L'Horreur économique », paru en 1996, de l'essayiste Viviane Forrester (la photo de quatrième est incongrue).

« Lisez-le, elle dit tout ! Ils nous écrasent. »

Le livre circule. Il est feuilleté longuement – de nombreux passages ont été soulignés avec vigueur.


Marie montre le livre de Viviane Forrester, « L'Horreur économique » (Audrey Cerdan/Rue89)

Louise, sa fille de 20 ans, se tient silencieuse à ses côtés. C'est la première fois qu'elle participe à une réunion politique.

« Ma mère m'a traînée là mais elle a raison, les gens sont encore trop gentils. »

Ces derniers jours, quelqu'un du conseil général de Corrèze lui a annoncé qu'elle n'aurait pas de bourse pour ses études d'arts appliqués à Bordeaux. Il n'y a plus d'argent. Ça la secoue, elle ne sait pas bien comment elle peut faire.

Ce qui la secoue plus encore, c'est ce suicide à Collonges-la-Rouge, il y a quelques jours. Quelqu'un que tout le monde dans ce salon connaissait. Peut-être s'est-il suicidé à cause de ses dettes, personne ne sait. Marie s'énerve :

« Ce n'est plus possible. »

« Peut-être que les “Indignés”, c'est cela, recréer des liens pour éviter ces drames », dit Corinne. Quelqu'un qui n'était pas au courant pleure.

Evelyne reprend la parole pour dire que les « Indignés » servent à éveiller. Parce que la majorité de la population n'est pas dans la prise de conscience mais dans la survie :

« Quand je parle du potager, c'est pour dire aux gens, leur montrer qu'ils peuvent être autonomes. Il faut montrer qu'il y a des alternatives de vie et qu'on est heureux. »

Une participante réplique :

« Mais si on est heureux, on n'a pas à se réunir. »

Anne, l'une des plus engagées, clot le débat :

« C'est vrai, en face de nous, on a des pouvoirs qui nous écrasent, on est sacrifiés mais on doit pouvoir vivre heureux. »

Corinne qui reçoit ce soir – les lieux de réunions sont tournants – lève la séance. On reprendra après avoir fumé et un peu mangé.

« C'était bien, les vœux écrits sur les étoiles »

Qui sont-ils ces « Indignés » corréziens ? Il y a là des agriculteurs, une maraîchère, un plombier-chauffagiste, des artistes, une femme au foyer revendiquée, un menuisier, des artisans...

Parmi eux, rares sont ceux qui ont un passé d'engagement politique mais ils sont tous plein de cette révolte nouvelle contre « eux ». Eux, ce sont les politiques, les médias, les grands groupes, leurs logos au-dessus des factures qui montent.

Par petits groupes, ils allument des cigarettes dans l'obscurité du dehors ou se resservent autour de la table. Ils parlent de tout et aussi de la dernière manifestation à Tulle, ils étaient cinquante, c'était pas mal.

« C'était bien aussi, à Meyssac, les vœux écrits sur les étoiles. Les gens s'arrêtaient pour les lire », dit quelqu'un lorsque la réunion reprend. Ils ont l'air comme ça d'être ce qu'on désigne par « doux rêveurs » mais non, ils sont décidés à tout changer, à « tout faire basculer », à se mettre hors du système.

C'est pour cela que sont nées ces réunions. Alors, depuis la fin du mois d'octobre, ils discutent et manifestent sous la bannière des « Indignés » en se demandant encore ce que ça peut bien vouloir dire.

Ils disent ne pas vouloir de chef, ils disent vouloir communiquer leur révolte, apporter des réponses, non, pas apporter des réponses plutôt des pistes. Ils disent aussi vouloir transmettre ce qu'ils vivent, être entendus mais pas par des syndicats et des partis perçus comme opportunistes.


« Il faudrait raper son savon devant un Lidl »

Kevin, 28 ans, propose d'organiser des rencontres entre associations du coin, petits producteurs et consommateurs. Circonspects, certains font observer que ça s'est déjà fait, qu'on retrouve toujours les mêmes personnes.

« Moi, j'aimerais qu'on aille à la rencontre des gens qui ne vont jamais à ces trucs là.

– On peut aller sur les marchés où on trouve M. et Mme Tout le Monde. Le but c'est de toucher des gens ordinaires.

– C'est vrai, parce que si c'est pour tomber sur les convaincus...

– Dans les marchés, ce sont des gens aisés.

– Moi pour faire ma lessive, j'utilise du savon de Marseille râpé. On pourrait, par exemple, au supermarché, se mettre à râper des savons de Marseille pour montrer aux gens que ça coûte moins cher que des packs de lessive et que ça lave aussi bien.

– Oui, mais ça existe déjà dans les bouquins.

– C'est bien de le montrer. Ca fera faire des économies à ceux qui en ont besoin.

– Il faudrait le faire devant un Lidl alors. »

La soirée avance, les idées surgissent. Pourquoi ne pas encourager ceux qui ont un jardin à produire ? Mais ceux qui n'ont pas de jardin ? Ils peuvent acheter des produits à ceux qui en ont, leurs produits en plus, ça se faisait autrefois. Se pose alors la question de la légalité. Une participante se fait pédagogue :

« Je ne paye pas mes factures. De toute façon, même si je voulais, je ne peux pas. Du coup, je ne paye que ce que je dois. Pour l'eau, par exemple : les taxes d'assainissement, le forfait de je ne sais pas quoi et l'aménagement de la station d'épuration, c'est non. Je paye uniquement ce que je consomme. Parce que je ne trouve pas ça juste. Je leur écris pour leur dire. »

L'assemblée est perplexe : mais il se passe quoi ?

« Je paye uniquement ce que je dois, et sinon j'écris à Hollande [président du conseil général de Corrèze, ndlr].

– Et tu fais ça depuis quand ?

– Depuis que je suis pauvre. Depuis trois ou quatre ans. »

Indignation en Corrèze, mode d'emploi

Cette vingtaine de Corréziens s'indigne et a l'intention de faire plus encore. Ensemble, ils veulent peser. Leur mode d'emploi :

  • une assemblée générale d'information sur la désobéissance civile pour échanger des « trucs » ;
  • des actions concertées pour ne pas « que quelqu'un se retrouve seul au tribunal » ;
  • des actions locales  ;
  • des manifestations, encore et encore, pour rassembler autour d'eux.

Le 15 janvier, ils seront à Brive. Ce sera la journée mondiale des Indignés.

Vous faites aussi partie d'un groupe qui s'indigne ? Racontez-nous dans les commentaires.

 


Partager cet article
Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 16:13

2011 ! COUPS D’ETAT FINANCIERS  
 En une semaine fin 2011 trois gouvernements ont été remplacés  par l’action  conjuguée “des marchés” de la BCE et de l’Europe
Je reprends ici en le complétant mon billet publié le 1 décembre 2011 intitulé MARCHÉS FINANCIERS ET DEMOCRATIE

- En Grèce les invraisemblables ukases  du couple Merkel Sarkozy ont privé d’expression le peuple grec.
Sommé d’abandonner le pouvoir Papandreou est remplacé par Lucas Papademos ex vice président de la BCE et de Goldman Sachs, qui n’ignorait rien des magouilles des comptes grecs. Il devient chef d’un gouvernement qui va de l’extrême droite au parti socialiste
Le budget 2012 adopté en décembre comporte notamment de nouvelles hausses d'impôts, baisses des salaires des fonctionnaires et réductions du nombre de salariés dans le secteur public, qui déboucheront vraisemblablement sur un abaissement sensible du niveau de vie d'une grande partie de la population. Faut-il rappeler que ce pays d’un peu plus de 11 millions d’habitants comporte, avant la cure d’amaigrissement de Papademos, 3 millions de pauvres soit 27 %

- En Italie Mario Monti universitaire économiste de renom remplace Berlusconi. Ancien commissaire européen chargé du marché intérieur et de la concurrence, acteur de la dérégulation, ancien conseiller  international de Goldman Sachs, il forme un gouvernement de  “techniciens” et déclare «Je suis parvenu à la conclusion que l'absence de responsables politiques dans le gouvernement faciliterait la vie à l'exécutif, enlevant des motifs d'embarras»,
On n’hésite pas à parler d’un putsch Goldman Sachs. Le nouveau président de la BCE  Mario Draghi ancien gouverneur de la banque d’Italie fut lui aussi vice-président de Goldmann Sachs Europe inventrice des instruments financiers de manipulation des comptes grecs permettant à ce pays d’entrer dans la zone euro par effraction

- Sans vote d’un parlement ni élections. “les marchés” ont donc changé les gouvernements. Exit Papandréou, Berlusconi et Rodriguez Zapatero EXIT LA DEMOCRATIE même si en Espagne on veut croire que les formes démocratiques ont été respectées. Sous la pression, Zapatero avait dû anticiper les élections laissant au gouvernement de droite de Rajoy le soin de poursuivre sa politique de coupures

L'Europe est celle des banquiers et non des  citoyens. Les gouvernements sont aux ordres, les véritables dirigeants sont les banquiers et le marché.
En Belgique après 550 jours sans gouvernement il a suffi que  l’agence de notation Standard & Poor’s dégrade sa note de AA+ en AA pour que le pays se dote enfin d’un gouvernement.

Il semblait absolument nécessaire de renflouer la Grèce afin de “sauver la Grèce, sauver l'Europe et sauver l'euro“. Mais le plan de sauvetage financier prévoie que nous, les contribuables, renflouions les banques à hauteur de 90% de leurs placements hasardeux. Les Grecs ne reçoivent pas un centime, et nous donnons d'énormes montants aux riches banquiers, 30% de notre argent ira aux spéculateurs qui vont faire d'énormes profits en spéculant sur le sauvetage financier. Les gouvernements offrent sans cesse plus d’argent des contribuables aux banquiers.
L’Euro n’est pas sauvé. Doit-il l’être ?

Au Portugal des mairies ont laissé ouvertes les cantines scolaires pendant les vacances pour permettre aux enfants de prendre au moins un repas par jour, mais le premier ministre socialiste Socrates a baissé le taux de TVA sur les terrains de golf de 23 % à 6 %.  Il fut contraint à la démission. Après des élections anticipées Pedro Passos Coelho du Parti social démocrate devenu premier ministre concocte avec les instances internationales un plan d'austérité. Dès son adoption Moody's  baisse de 4 points sa note souveraine lui en interdisant de fait son application. Le quotidien Diário Económico demande que les agences de notation passent en jugement.
Répondant  “non” par près de 60 % au référendum de “rébellion contre la finance internationale et les banksters”, les Islandais ont refusé de payer l'ardoise de la faillite de la banque Icesave qui avait spolié près de 340000 épargnants Le premier ministre Geir Haarde, actuellement poursuivi par une cour spéciale pour sa gestion de la crise, a été contraint  à la démission.

    Une autre dictature est née alors que celles ayant marqué le 20e siècle ont     disparu .La plupart des derniers bastions  se sont écroulés dans les pays arabes où     le peuple s’est joint au mouvement de liberté. La démocratie et les droits humains  individuels, collectifs  et sociaux  seraient devenus la règle dans nos sociétés pensait-on. Mais les inégalités s’aggravent entre le nord et le sud, des millions de     gens meurent de faim, n’ont pas droit à l’eau potable, à une nourriture suffisante ni     à l’instruction pendant qu’au nord on n’envisage pas de vie sans blackberry. Et même dans ces     pays les inégalités croissent et la pauvreté s’étend aux couches jusque là     épargnées.

Dans notre société post industrielle, l’économie repose exclusivement sur la finance.  Les industriels du siècle passé produisaient en exploitant la force de travail qu’ils jugeaient nécessaires  Aujourd’hui dans une économie libérale globalisée on a de moins en moins recours à cette force de travail de proximité, on la trouve dans des pays où elle est abondante et disponible comme en Asie.
“Les marchés”, qui ont déjà spolié les pays riches en matières premières, contrôlent les prix du pétrole, du nickel du cuivre ... spéculent sur les prix des productions  comme blé soja riz café coton ...“Pour le marché” qui recouvre les spéculateurs anonymes ces produits ne sont que des monnaies virtuelles. Il fixe le taux des devises, des emprunts entre Etats banques et particuliers.
Le capital voit décupler ses profits et la main d’œuvre partiellement inutilisée des pays dominants  grossit  la masse des chômeurs. Faux nez des puissances financières, les agences de notation, organismes privés, enseignes abstraites sous lesquelles se cachent les puissances financières  contrôlent ou influencent de manière décisive les gouvernants et les médias. Ces insatiables opérateurs du capitalisme financier sauvage, exigent de plus en plus de “sacrifices” aux victimes que sont les peuples.

Certains, comme l’économiste Jacques Sapir (Le Monde du 1.12.2011) préconisent de “Réquisitionner les Banques “La réquisition existe dans notre droit“, écrit il “La hausse des taux d'intérêt est, ou sera sous peu, insoutenable pour de nombreux pays. Plus généralement, la défiance des marchés financiers ne connaît plus de limites : même l'Allemagne est touchée“ Il note les obstacles institutionnels et explique comment passer outre.
De son côté l’agence de presse alternative SERPAL (Serpal contra el silencio de los corderos “contre le silence des agneaux“) écrit dans un récent bulletin 
« Pour l'instant, la réalité est exactement le contraire de ce qui a été réclamé ces derniers mois dans toutes les rues des grandes villes européennes par des centaines de milliers de personnes: L'Europe pour les citoyens et non pour le marché: nous ne sommes pas des marchandises entre  les mains des politiciens et des banquiers.»

 Victime de coups d’état financiers, la démocratie est en péril. . Déjà les lois et circulaires sécuritaires de circonstances se sont accumulées sous l’ère Sarkozy Guéant et portent atteintes aux libertés citoyennes.
 
Incapables de prendre les mesures nécessaires les politiciens s’agitent à travers le monde, de dîners en réunions, petits déjeuners et mises en scènes dramatiques de conférences de presse. En réalité chacun défend “son bout de gras” dans une vision de court terme au nom d’une conception étriquée et dépassée de l’indépendance nationale. Le lamentable et inutile G20 de Cannes, le psychodrame médiatique des gouvernants européens à Bruxelles fut pitoyable révélant leur incapacité à mettre sur pied une politique économique sociale et monétaire commune en Europe

Démocratiquement élus les gouvernements ont l’obligation d’assurer le bien être des populations, développer l’économie défendre le pouvoir d’achat et le plein emploi, veiller à l’équilibre des finances publiques. Au lieu de cela nos gouvernants suivent docilement ce que leur dictent les marchés. Le nombre de chômeurs s’accroît. 24 millions en Europe, 17 millions soit 10,5 % dans la zone euro, dont 5 millions de moins de 25 ans soit plus de 20 % de cette tranche d’âge. Près de 5 millions en France soit 10 % de la population active, 4,5 millions en Espagne soit 21,60 % et 41,5 % des moins de 25 ans. En Grèce 18 % de chômeurs et 35 % des 15/29 ans. En novembre 2011 le taux de chômage en Suisse, longtemps épargnée, a été de 3,1 % et 5,6  % dans le canton de Genève. La dette extérieure de la France est de 4700 milliards d’euros représentant 235 % du PIB et la dette souveraine qui en 2002 était à 59,1 %  du PIB est passée à 90 % soit 1800 milliards sous l’ère Sarkozy  ce qui n’empêche pas le président français  de donner des leçons de bonne gestion aux autres gouvernements.

Acceptant une dépendance aveugle aux agences championnes des conflits d’intérêt, les gouvernants réduisent les dépenses et augmentent les recettes. De nombreux économistes ont montré la voie à suivre démontrant qu’il serait facile d’économiser de 50 à 100 milliards d’euros en peu de temps sans toucher au pouvoir d’achat. Inspirés par les maîtres de la finance, les gouvernants ont fait le choix de diminuer les prestations sociales, réduire les salaires et les pensions, augmenter la durée du travail en Espagne Grèce Italie Portugal France,  Ils multiplient les niches fiscales pour les riches et réduisent les déductions fiscales sur les aides à la personne et les énergies renouvelables. On ne taxe pas les plus importantes sociétés aux bénéfices scandaleux  on ne crée pas de nouvelles tranches d’imposition pour les hauts revenus. Le gouvernement Sarkozy fait très exactement le contraire de ce qu’il fallait, sa potion magique comme celle de Zapatero en Espagne, de Passos Coelho au Portugal  de Monti en Italie et Papandreou puis Papademos en Grèce c’est l’austérité sauf pour les couches favorisées. En réalité ces gens  ne décident rien  ils exécutent ce que disent les marchés financiers.
En Espagne où le taux de chômage s'élève à 21,60 % il n’y a pas de limite au cynisme. La population subit depuis deux ans  une  cure d'austérité « Nous sommes face à une situation extraordinaire et imprévue  » déclare  le nouveau gouvernement il faudra donc « prendre des mesures extraordinaires et imprévues »  l'enjeu est de rassurer les marchés. Aucun nouvel impôt sur la fortune n’est envisagé. Les salaires des fonctionnaires qui ont subi une baisse de 5 % en mai 2010, décidé par le gouvernement socialiste avant d’être  gelés en 2011 le seront à nouveau. Luis de Guindos, ancien ministre d’Aznar , membre du comité exécutif mondial de la banque d’investissement américaine Lehman Brothers et ancien président pour l'Espagne et le Portugal  de cette banque dont la faillite en 2008 est largement responsable du chaos financier mondial est nommé ministre de l’économie.

Pour certains  pourtant il y a des alternatives. Lire "Hay alternativas, propuestas para crear  empleo y bienestar en España" ( Propositions pour créer emploi et bien-être en Espagne) avec un prologue de Noam Chomsky  »
        
    « Les mobilisations du 15M sont une illustration inspiratrice qui montre ce qui peut et doit être fait pour ne pas poursuivre dans la voie qui nous mèneà un abîme, à un monde qui devrait terroriser toutes les personnes décentes qui serait encore plus oppressif que la réalité actuelle »
Noam Chomsky - Boston août 2011


    http://www.attac.es/2011/10/20/hay-alternativas-nuevo-libro-de-vicenc-    navarro-juan-torres-y-alberto-garzon/

Les similitudes de la situation actuelles avec « la longue dépression » du 19e siècle davantage qu’avec la crise de 1929  sont frappantes. La dépression économique était largement liée aux mouvements boursiers spéculatifs, l’effondrement en France du Crédit  Mobilier, le krach de la Banque de l'Union Générale, sa mise en faillite rappellent celle de Lehman Brothers de 2008. Les banques et les marchés boursiers ont causé cette crise faisant s’effondrer l'ensemble du système économique. « Vous ne pouvez pas utiliser le poison qui a créé la crise comme un remède pour la guérir ». anticipait Marx quand l’Angleterre créait un gouvernement de techniciens  pour sortir de la crise  » Et dans son roman « l’Argent » Emile Zola regardant la spéculation écrivait «Comprenez donc que la spéculation est  la vie même des grandes affaires. La Banque universelle, dit son héros, c’est simple, c’est grand, ça englobe tout, ça couvre le monde, Oui Oui excellent ! La Banque universelle !  »

La liberté d’opinion et d’expression n’est plus réprimée mais cette liberté est un mirage. De quelle liberté jouissent les jeunes qui ne trouvent pas  d’emploi ? De quelle liberté jouissent le père et la mère de famille qui ne peut pas se loger faute de pouvoir payer un loyer exorbitant ? Et les millions de personnes qui se nourrissent aux restaurants du cœur ?

D’une dictature l’autre, on peut craindre qu’il soit plus difficile de se débarrasser de la dictature des marchés financiers que de celles des militaires. Il est vain de compter sur les partis politiques ou sur les syndicats installés dans leur confort et leurs certitudes, incapables de faire leur propre révolution.

Le mouvement des “indignés” largement approuvé par les populations, montre peut-être une voie. Il n’a pas encore pu se donner les moyens qui déboucheraient sur les changements qu’il réclame Pour financer ses activités “occupy wall street”  aux Etats Unis  a réuni 500000 US$ déposés dans une banque mutualiste « qui ne spécule pas sur notre argent pour engraisser ses actionnaires». Cet engouement pour les banques coopératives a fait des émules, 650000 Américains auraient ouvert un compte dans une de ces banques au mois de novembre 2011.
Le caractère non-violent des manifestants leur confère une grande légitimité
http://www.mediapart.fr/journal/international/091211/reportage-et-webdoc...
En effet les seules violences aux Etats Unis comme en Europe ont été le fait de  la répression policière.

S’ils parviennent à entraîner des couches plus larges de population, refusant toute compromission, ces indignés pèseront durablement car ce mouvement mondial non organisé et non hiérarchisé représente un immense espoir. “Vous ne pouvez pas expulser une idée quand son temps est venu.” Les indignés et le mouvement "occupy" ont déclenché une extraordinaire bataille d'idées et l'élite corrompue qui représente 1% du monde risque de tout perdre.

Les médias “officiels“ comme les chaînes de télévision ou des journaux comme le Monde ou Libération sont étrangement muets sur un phénomène nouveau absolument unique qu’est la MARCHE VERS ATHÈNES commencée en octobre dernier. Des dizaines de personnes, en majorité des jeunes gens partis de Madrid, Barcelone, Bruxelles, ont participé au contre sommet  début novembre à Nice en marge du G20 de Cannes. Un certain nombre avec d’autres venus les rejoindre, poursuivent leur marche vers Athènes à travers l’Italie. Ils s’arrêtent dans villes et villages italiens, organisent des réunions et rencontrent les populations. D’autres s’intègrent à leur marche. Allemands , Anglais, Belges, Espagnols, Français, Grecs, Italiens, Néerlandais avancent inexorablement vers Athènes comme une « armée pacifique » internationale, solidaire, antiraciste, pour que la vie soit plus humaine, égalitaire et juste, contre la corruption et pour ne plus dépendre des financiers.
Ils sont arrivés à Rome dimanche 8 janvier  2012 vers midi pour se diriger à la piazza del Poppoloou une Agora aura lieu du 9 au 18 janvier .

Ce n’est pas une révolution mais pendant que les politiciens professionnels se livrent à de pitoyables et honteuses comédies tenant lieu de campagnes électorales, les “indignés“  quel que soit le nom qu’on leur donnera représentent peut-être aujourd'hui  le seul véritable avenir. Il faut être avec eux, les écouter.


http://www.scoop.it/t/international-agora-of-rome

International Agora of Rome

http://www.scoop.it/t/march-to-athens

Marche des indignés vers Athènes - Programme agora de Rome


Bernard  Riguet 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22