Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 22:49

ledevoir.com

S'il y a des indignés — ces 99 % —, c'est qu'il doit y avoir aussi des indignes! Selon un rapport préparant le terrain au prochain Forum économique mondial de Davos, les inégalités croissantes figurent parmi les plus grands risques mondiaux. Loin devant la corruption généralisée, le terrorisme ou encore l'éclatement de la zone euro, la grande disparité des revenus et la concentration de la richesse constituent désormais les principales menaces, dont les grands mouvements sociaux de l'an dernier (printemps arabe, indignés et Occupons Wall Street) ne sont que les premiers symboles.

On ne doit pas sous-estimer le pouvoir des symboles. Et ce qui se passe présentement dans la zone euro, avec ces gouvernements quémandant la clémence des marchés en troquant l'austérité budgétaire pour des conditions de financement plus favorables, devient un autre de ces symboles qui attisent le ras-le-bol généralisé. La crise de 2008-2009, d'abord financière, a contraint les États à sauver leurs grandes institutions au prix d'une détérioration accélérée des finances publiques déjà en déséquilibre. Aujourd'hui, ces mêmes institutions se financent à un coût du crédit en définitive nul auprès de leur banque centrale alors que ces États, soumis à des taux de financement parfois usuraires sur les marchés, condamnent leur population à l'austérité. Tout cela sans que les hauts dirigeants de la finance soient inquiétés ou interpellés. Même dans leur rémunération.

Le directeur général du Forum économique mondial, Lee Howell, a résumé cette déconnexion entre l'économie réelle et les mondes de la haute finance et de la grande entreprise en disant craindre une remontée du nationalisme et du protectionnisme face aux «germes de la dystopie» que renferment la montée du chômage, davantage chez les jeunes, et la crise anticipée des régimes de retraite. On constate un creusement des écarts de richesse, mais on préfère s'en remettre à la classique lamentation exhortant les dirigeants politiques à se préoccuper immédiatement de la rupture sociale plutôt que de continuellement remettre le problème à plus tard.

On décrie ce surendettement des États, alimenté par des déficits budgétaires déjà chroniques exacerbés par les effets d'une crise 2008 d'abord financière, devenu pourtant l'illustration la plus criante des inégalités croissantes. Une autre illustration marquante vient de cette dislocation de la classe moyenne dans nombre de pays industrialisés, notamment aux États-Unis, une polarisation riches-pauvres provoquée par la montée du chômage et la chute tant des revenus que de la valeur du patrimoine des ménages. Pas étonnant que la montée d'une nouvelle classe moyenne, surtout dans les économies émergentes, vienne remplacer des valeurs occidentales jugées décadentes, et inféodées aux marchés, par une montée du nationalisme et du protectionnisme.

Une troisième illustration de la fracture sociale grandissante trouve sa pleine mesure dans cet écart croissant de la rémunération entre les hauts dirigeants et le travailleur moyen. Le Centre canadien des politiques alternatives a ouvert l'année 2012 avec cette statistique frappant toujours l'imaginaire. Alors qu'un écart de 20 paraît socialement acceptable, en 2010 les 100 p.-d.g. les mieux payés dirigeant des entreprises composant l'indice S&P/TSX de la Bourse de Toronto affichaient un revenu annuel supérieur de 189 fois à la moyenne canadienne.

La rémunération moyenne de cette élite est en progression constante depuis deux décennies maintenant. Malgré la crise de 2008-2009, bien que la Bourse n'ait, en définitive, produit aucun rendement sur plus d'une décennie pour le Canadien et pour la caisse de retraite moyenne, leur rémunération est en progression exponentielle. Elle atteignait 8,38 millions, en moyenne, par individu en 2010, contre une rémunération de 44 366 $ pour la moyenne des Canadiens.

En 2008, année de récession, leur comité de rémunération leur avait accordé une rétribution moyenne de 7,4 millions, soit 174 fois le salaire du travailleur canadien moyen à temps plein, et ce, malgré une chute de 40 % de l'indice boursier, ce qui n'a pas été sans affecter la valeur de leurs options d'achat d'actions. Le Centre canadien des politiques alternatives a déjà calculé que la hausse a été de 70 % entre 1998 et 2008 en tenant compte de l'inflation, contre un recul net de 6 % pour l'ensemble des travailleurs dans l'intervalle.

Selon d'autres observations, à la fin de 2007 ces hauts dirigeants étaient 259 fois mieux payés que le travailleur moyen. Ce rapport était de 115 à la fin de 2006, contre 24 en 1996. «Faible consolation», aux États-Unis, où l'on se fait plus généreux encore en matière d'options d'achat d'actions, on est passé de quelque 40 fois à 411 fois pour les dirigeants d'entreprise composant l'indice boursier S&P 500.

De toute évidence, à Davos, comme dans le capitalisme du laissez-faire ou du «tout pour la finance», on ne mesure pas toute la puissance des symboles.
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 22:35

 

http://lesindignesnarbonne.hautetfort.com/

10.01.2012 ASSEMBLEE POPULAIRE DU 10 JANVIER 2012

 

 

On était là dans le froid pour nous réunir et  préparer notamment

le 15 janvier ...

Ce sera une journée internationale des indigné-e-s pour que partout il y ait des assemblées populaires ... Qu'on se le dise !

Décisions prises pour le dimanche 15 janvier :

Le rendez vous est devant les halles de Narbonne à 10h30  2 personnes préparent le tract qui sera diffusé (le même que d'habitude) . On vient en vélo ou a pied suivant le nombre que l'on sera on pourra aller plus loin en vélo faire connaître le collectif que nous sommes avec les pancartes & les tracts et en discutant avec les gens.

 Ce jour là nous diffuserons le premier numéro de notre journal.

A midi et demi nous ferons repas partagé sur le parvis Mirabeau avec ce que chacun-e porte . Après ce temps se tiendra l'assembleé populaire . Espace de parole et de décisions .

Le souhait est que lors de celle ci on puisse rappeller les codes de communication dans un premier temps et  que l'on y aborde la situation nationale et internationale des collectifs d'indigné-e-s, les projets d'actions de notre groupe afin d'établir un calendrier 2012 et de rappeller la situation du projet de réaménagement des berges du canal par la mairie de Narbonne.  Nous allons faire un mail pour diffuser l'info au plus grand nombre pour dimanche 15.

Pour rappel il ya une enquéte publique consultable jusqu'au 23 janvier concernant ces travaux des "Barques". Tout cela va coûter beaucoup d'argent .. A quoi d'autres pourrais servir cet argent? Ces travaux sont-ils réellement nécessaire??


2 personnes ont rencontrés un avocat et vont essayer de nous faire un topo récapitulatif  (sous forme de fiche) de ce qui est légal ou non pour en être informer et faire en connaissance de cause.

Nous souhaitons pour l'avenir que les assemblée populaire puisse avoir lieu dans tous les quartiers de Narbonne mais aussi dans les villages autour..Cela est donc a organiser. 


A DIMANCHE ! VENEZ NOMBREUSES ET NOMBREUX 


10/01/2012 ES

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 22:31

tdg.ch - Par Julien Culet. Mis à jour à 17h27 

 

Illégale depuis le début de l’année, l’occupation du parc des Bastions a obtenu sa prolongation jusqu’à fin janvier. Les indignés devront en revanche trouver des revendications, sous peine de perdre leur dernier soutien.

 

Rémy Pagani et le Conseil administratif prolonge l'autorisation des indignés d'occuper le parc des Bastions.

Rémy Pagani et le Conseil administratif prolonge l'autorisation des indignés d'occuper le parc des Bastions.

Depuis le 31 décembre 2011, les indignés n’ont plus l’autorisation de rester au parc des Bastions. Le Conseil administratif a reçu un courrier qui pourrait régler le problème. «Les indignés nous ont fait parvenir une lettre que nous considérons comme une demande d’autorisation», informe Rémy Pagani.

Leur principal soutien commence lui aussi à douter des revendications du mouvement genevois. Leur absence pourrait sonner le glas de l’occupation. «C’est important que les indignés des Bastions défendent des idées. Mais il ne faut pas que ça devienne un endroit où les gens s’installent comme dans un camping.»

Le conseiller administratif nous a fait parvenir le courrier, daté du 8 janvier. Les occupants du parc ne formulent pas de demande directe. M.Pagani reconnait lui-même qu’ «il faut lire entre les lignes.» Nous sommes donc loin de la demande «en bonne et due forme» promise il y a une semaine. Mais l’élu se veut conciliant. Les campeurs reconnaissent dans leur lettre recommandée «être confrontés à des difficultés en matière de propreté et de sécurité». Ces problèmes seront traités avec le magistrat d’À gauche toute ! «Le Conseil administratif a décidé de prolonger l’autorisation jusqu’à la fin du mois, sous réserve d’un entretien entre eux et moi dans mon bureau», poursuit Rémy Pagani.

Les indignés commencent à construire en dur

Le campement prend de plus en plus d’ampleur. Les protestataires installent des constructions toujours plus imposantes et solides, au moyen de planches notamment. Un poêle réchauffe une tente alors qu’un brasero avait été interdit précédemment. «Nous discuterons des conditions de prolongation et notamment de la taille du campement et des installations. Nous insistons pour qu’elles ne soient pas permanentes.»

Indignation des libéraux

Les libéraux-radicaux critiquent la décision du Conseil administratif. «Il n’y a rien d’acceptable dans tout ça, s’indigne Adrien Genecand, Monsieur Pagani saborde le parc des Bastions, c’est dans la lignée de ce qu’il fait déjà avec les espaces publics.» Selon le jeune élu, « les indignés ne respectent pas les réglementations en place. C’est incompréhensible pour les Genevois.» Il s’oppose à cette autorisation renouvelée après une semaine et demie d’illégalité du campement. «On fait des misères aux commerçants lorsqu’une terrasse dépasse de quelques centimètres.»

Rémy Pagani, quant à lui, se refuse à dire qu’il fait une exception à la loi avec les indignés. «Nous agissons comme avec toute autre manifestation à caractère collectif, le 1er mai par exemple.» (TDG)

Créé: 12.01.2012, 17h31

 

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 23:00

 

occupygeneva.ch

 11/01/2012


« Problèmes sociaux, si criants. Mais les problèmes ultimes reposent muets dans les profondeurs de chacun. » Louis Pauwels


« Tout le monde voudrait changer le monde, mais personne ne pense à se changer soi-même. » Léon Tolstoï


« L’homme ordinaire est exigeant avec les autres. L’homme exceptionnel est exigeant avec lui-même. » Marc Aurèle


« La responsabilité de chacun est d’opérer un changement radical en soi. » Jiddu Krishnmamurti 


« L’insensé reconnaissant sa folie est , en vérité, sage. Mais l’insensé qui se croit sage est vraiment fou. » Bouddha


« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. » Gandhi


« La plus grande sagesse est la simplicité, l’amour, le respect, la tolérance, le partage, la gratitude, le pardon. Tout cela n’est ni difficile, ni complexe. La véritable connaissance est gratuite. Elle est encodée dans votre ADN. Tout ce dont vous avez besoin est à l’intérieur de vous. De grands Enseignants l’ont dit depuis le commencement des temps : Trouvez votre cœur, et vous trouverez votre chemin ». Carlos Barrios, prêtre maya


« Il n’y a pas de qualité de vie sans qualité des êtres. Et pas de qualité certaine sans un certain détachement. «  Louis Pauwels

 


Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 22:55

http://www.lecourrier.ch/avec_les_indignes_de_hong_kong_1

 

JEUDI 27 OCTOBRE 2011

Formé par Julien (guitare/chant), Fonk (basse) et Jo (batterie), Zeppo joue un punk-rock engagé sur des thèmes écolos et anarchistes. Les Neuchâtelois effectuent leur première tournée en Chine et nous livrent leurs impressions à chaud. (réd.)


Fausse note

Samedi 22 octobre, 18h30, décollage de Zurich, direction Francfort. Notre voyage de seize heures doit se dérouler en trois étapes: Francfort-Pékin-Hong Kong. Malheureusement, par un concours de circonstances inexplicable, nous ne recevons qu’une carte d’embarquement par personne... Résultat: nous manquons notre correspondance à Francfort! Cet incident nous fera rater notre prestation prévue le lendemain. Mauvais début de tournée, donc.

Hong Kong et ses surprises

Lundi 24, 29 degrés, humidité étouffante, nous voici enfin arrivés à Hong Kong! Il est 12h30, heure locale, soit six heures de plus qu’en Suisse. Stéphane, un ami du groupe français Amer Béton – avec qui nous effectuons cette tournée chinoise –, nous accueille. Nous prenons un bus, direction le Hidden Agenda, salle de concerts où nous devions jouer le soir précédent et où nous serons hébergés les deux prochains jours. Durant le trajet, Stéphane nous explique que des activistes proposent d’enregistrer un morceau dans l’après-midi pour une compilation antinucléaire. Faute de titre sur le sujet, nous en composons un, et quatre heures plus tard, le mettons en boîte!
Avant l’enregistrement, nous sommes passés par le centre anarchiste du cru, Autonomous (ou Social Movement Resource Center). Là-bas, il est décidé que nous jouerons le soir même pour soutenir les Indignés hong-kongais. Les militants campent sous l’énorme tour de la banque HSBC et le concert sauvage aura lieu juste devant.

Temple de la finance

Notre décor est constitué des buildings démesurément grands de la place économique de Hong Kong. Les Indignés protestent contre l’économie mondiale vampirisante, mais aussi contre les conditions de vie lamentables des immigrantes indonésiennes et philippines. Des femmes exploitées comme jamais et jetées à la rue dès que leurs patrons ne les jugent plus utiles. Ce cas reflète malheureusement la situation de la région. Paradis fiscal, symbole du capitalisme en Asie, Hong Kong entasse sa population à bas revenus dans d’immenses tours quasi concentrationnaires.
Jamais le fossé entre riches et pauvres ne nous avait paru si marqué. Ici, les patrons et propriétaires fortunés paient peu ou pas d’impôts. Le petit peuple, par contre, raque et travaille comme s’il ne s’arrêtait jamais. Cette mégapole est une vraie fourmilière, sans cesse en mouvement. Une ronde dédiée au dieu Argent. Une danse sinistre et mortifère qui donne le tournis.

Premier concert

Il est 20h, les premiers powers chords d’Amer Béton font trembler la City! Nous poursuivrons dans la même veine, pour la joie des dizaines de personnes qui auront répondu présent au rendez-vous lancé sur Facebook dans l’après-midi. La soirée est bon enfant, des badauds se mêlent au public sous les regards d’une dizaine de policiers. Paradoxalement, un tel concert ne pourrait jamais avoir lieu dans une ville comme Zurich sans l’intervention musclée des anti-émeutes. Cette expérience restera gravée dans nos mémoires!

 

Retrouvez les chroniques de Zeppo en direct de Chine dans Le Courrier, dès aujourd’hui, les jeudis et samedis jusqu’au 12 novembre. Et notre portrait réalisé avant la tournée: www.lecourrier.ch/zeppo

 

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 22:47

 

http://www.youtube.com/watch?v=lX0wV2DovHA

 

 

 

 

Ajoutée par BXLaique le 11 janv. 2012

Dans le cadre de la campagne "engagement citoyen" du Centre d'Action Laïque (CAL) nous avons rencontré le mouvement des "Indignés" à Bruxelles.

Durant l'été 2011, des "Indignés" d'Europe ont marché vers Bruxelles pour manifester. Ce rassemblement s'est organisé en une semaine d'assemblées et d'ateliers à Koekelberg, où un bâtiment universitaire (HUB) avait été mis à disposition.

Le 15 octobre, les citoyens se sont "indignés" contre les dérives du capitalisme lors de grandes marches dans le monde entier.

La musique est de Emmanuel St Laurent et a été enregistrée alors qu'il grattait sa guitare au coeur de la manifestation du samedi 15 octobre.

emmanuelstlaurent.be

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 22:33

On Pasolini

In #globalrevolution, Agora Roma on 10 January 2012 at 16:59


Rome, January 10

 

Dear people,

 

I wake up in the cold morning to take a walk through Rome. There are so many stories to tell about this place that I don’t know where to start. I won’t start at all. I’m here to report on the revolutionary movement of the indignados, and besides, to be perfectly honest, I don’t really like contemporary Rome.

Rome is all about tourism and shopping. You can find that anywhere. Instead of a visit to this city I definitely prefer a well written book about it.

So I wonder, not about all the monuments, but about the great Italian thinker Pier Paolo Pasolini. He saw it coming. In the sixties and seventies Pasolini was one of the most fervent critics of modern capitalism. He decried the devastating effects of the economic boom on popular culture. He witnessed how the traditional meeting places of the Roman people – le bettole – slowly disappeared as people were induced to stay home and watch tv.

He went as far as to say that capitalism was even worse than fascism, because under the surface of Italian fascist rhetoric there was still an Italian people with local customs and traditions.

Capitalism destroys the soul. It has wiped out countless cultures on a global level. Italian culture today isn’t fundamentally different from French, Spanish or American culture. We have all adapted to the same way of life. If there are still differences, they are differences of flavour, not of substance.

Typically, Pasolini was also very critical of the social upheaval in the late 1960s. When one of the Roman faculties of architecture was occupied in 1968 and students armed with red flags were shouting proletarian slogans to the police, he couldn’t surpress an ironic smile. ‘Look at yourselves. You are all figli di papà, sons and daughters of the bourgeoisie. You have the privilege to go to university. The real proletarians, the sons of the working class are the police officers on the other side of the barricades.’

 

I wonder what Pasolini would have thought about the movement of the indignados. In the end, we are denouncing the same ferocious capitalism that he had warned against when it had only just begun to assimilate the peoples and nations of Europe.

Pasolini wanted to preserve the authenticity of cultures, but for us, a generation or two down the road, it’s too late. We can’t go back. For better or worse, the world is globalised, and so our revolution will have to be a global one. If we can’t reclaim our culture, as humans, we can at least reclaim our human dignity.

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 15:26

 

http://fr.euronews.net/2012/01/11/les-indignes-americans-et-les-primaires-republicaines/

11/01 01:04 CET

 

 

Les primaires républicaines du New Hampshire n’ont pas entamé la mobilisation du mouvement “Occupy”. Ces “indignés” ont installé leur campement dans un park de Manchester. Certains ont fait un long chemin pour arriver jusqu’ici et faire entendre leurs voix. Pour eux les candidats de l’opposition ne représentent en rien leurs idées, mais sont un symbole de l’injustice sociale.

“Ce ne sont que des hommes blancs et riches qui sont au pouvoir, s’insurge Wendy. Ils n’ont aucune idée de la façon dont les 99% vivent.”

Les 99% dont parle Wendy, ce sont les classes moyennes ou défavorisées, l’essentiel de la population américaine, par opposition aux multimillionnaires tels que le favori de ces primaires, Mitt Romney.

Mais les militants ne sont pas plus tendres avec les démocrates. Ainsi Steve, pour qui “Obama et ses pairs ont contribué au déclin du pouvoir d’achat des travailleurs”, et selon lui, “ils continuent à distribuer d’immenses sommes d’argents à ceux qui sont à l’origine de la crise, aux capitalistes qui en ont déjà beaucoup trop.”

Ces indignés ont peu de chance d’influencer le cours de ces primaires. Mais ils bénéficient de la médiatisation des élections. L’occasion de rappeler que le mouvement perdure.

Plus d'actualités sur : Élection présidentielle américaine de 2012, Manifestation, Républicain

Copyright © 2012 euronews

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 14:13

Indignati a Roma

In Agora Roma on 9 January 2012 at 22:46

Assamblea @ Laterano

Rome, January 9

 

Dear people,

 

I arrived in Rome with a fellow traveller from Croatia. We took a long walk circling the centre, we enjoyed the sun in the park of Villa Borghese, and then we descended.

We entered through the Porta del Popolo, straight in front of the Twin Churches and one of the numerous Egyptian obelisks. At that moment, I couldn’t help but think of Martin Luther.

As a young monk in the early 1500s, Luther made a pilgrimage to Rome. They say that when he entered through the Porta del Popolo, he fell to his knees and raised his arms in veneration of the Eternal City, home of the Holy Mother Church.

When he left Rome again, after having witnessed the putrid decadence of a church that had sold its soul to the earthly demons of money and power, Luther was a changed man. He probably didn’t imagine that his indignation would make the church tremble on its very foundations.

 

 

At nightfall we find the acampada of the March to Athens, right in front of San Giovanni in Laterano, the cathedral of Rome. Comrade Marianne is at the information point. It was fun to see the surprise on her face, and then the big smile when she comes up to greet me. She wasn’t the only person I knew. Not by a long shot. People from France and from Spain are here, some of them I have seen only a week ago at the New Year’s Eve celebration in Móstoles.

Entering the acampada is a bit like coming home, even though the surroundings are continually changing. There were more people than I expected. About thirty tents, about fifty people, a kitchen with barbecue, and a statue of St. Francis. He is one of us.

After the March on Brussels, and considering all the troubles that came along with it, I must say that I had little faith in a March to Athens. But they made it up to here, in wintertime, mainly without support vehicles. And that is definitely an achievement.

Of course the revolution is not just walking marches, but deep down I’m a little sorry that I didn’t come along with them from the start. Their itinerary must have been marvellous. Nice, Genoa, Parma, Bologna, Florence, Siena, Perugia. I know all those cities, I lived in three of them, and it would have been great to travel from one to the other on foot.

I cannot tell you much about the state of the group right now. There are assemblies and working groups like always, and social frictions. The languages spoken are mainly Spanish, Italian and French. The comrades from Accampata Roma are active in preparing the coming week of ‘Agora Roma’.

 

If Agora Roma is going to be anything like Agora Brussels, we’ll have a ball. But it won’t. We don’t have a revolutionary headquarters here, so everything will be outside. Debates, assemblies and actions are planned on various subjects. If they will ammount to something, I will let you know.

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 19:15

actualutte.com

 10 janvier 2012 Écrit par  Yonosoy

 

 

 

Chute de l’euro: La démocratie directe et les Indignés pour sauver le monde

La plupart des économistes sérieux s’accordent à dire que la chute de l’euro n’est qu’une question de temps, face à l’asservissement des gouvernements aux marchés qui veulent en découdre. Les problèmes risquent alors de vite arriver : émeutes, non paiement de salaires, peur, coups d’état, répression, anomie.

Nous ne pouvons pas prévoir ce qui se passera exactement, mais dès aujourd’hui il est primordial de s’organiser afin d’être fort pour faire face aux attaques qui vont arriver.

Dans de telles situations, nous ne pouvons pas nous en remettre à une personne ou à un groupe de personne qui représenterait nos intérêts, car l’abattage du château de carte pourrait faire changer bien des personnes.Nous ne pouvons donc faire confiance qu’à nous même, et ainsi coopérer avec les gens qui nous sont égaux : les simples citoyens.

Les citoyens, les gens moyens, les pauvres, les étudiants, les chômeurs, les fonctionnaires, les ouvriers, les entrepreneurs, les médecins, les petits cadres, bref, le prolétariat moderne.

Il nous faut à tout prix que ces gens (nous), qui ne possèdent pas d’organisation démocratique qui puisse les aider à subsister (l’état et es institutions agissent pour des intérêts privés), pratiquent dès maintenant la démocratie directe. Il leur faut le plus vite possible obtenir l’habitude de lutter, de s’organiser et de communiquer afin de pouvoir réagir dès que la menace dictatoriale apparaîtra de manière plus forte que jamais. En effet, nul ne sait ce qui va advenir dans les prochaines années, et l’État d’aujourd’hui, en apparence, fidèle au peuple, pourrait bien, par le jeu d’intérêts supérieurs, se mettre à devenir toujours plus autoritaire et aller toujours moins dans le sens de l’intérêt commun.

Il nous faut donc dès à présent créer des assemblées populaires partout, que ce soit en lien avec le mouvement des Indignés ou pas. C’est le seul moyen qu’à le « peuple » d’être autonome et ainsi de se protéger des aléas qui enfonceront le monde des affaires (politiques et économiques) dans la folie et la lutte pour le pouvoir. Les gens doivent apprendre à se faire confiance d’égal à égal et à fonctionner sur un modèle de démocratie directe, c’est la seule alternative qui puisse évacuer le risque de la montée d’un élan populaire qui porterait au pouvoir un gouvernement réactionnaire ou nationaliste.

Tout va s’écrouler, et nous devons donc construire un monde juste et raisonnable dès maintenant, afin que nos systèmes vicieux ne soient pas remplacés par quelque chose de pire.

Partout sur la planète, les peuples doivent apprendre l’autogestion et la démocratie directe, en acceptant tout le monde du moment que les gens se présentent en simple citoyens. Dans cette optique le mouvement global des Indignés constitue déjà une avancée majeure dans la mise en place d’une résistance et organisation populaire face aux grands risques que courent les 99 face aux 1%.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22