Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:33



Y ont participé : Guillaume (Bayonne), Thibault (Marseille), Fabien (Toulouse), Sophie (Paris), Adrien (Bordeaux), Wani (Paris), Michel (Rouen), des copains d’Annonay, Saint Etienne, Montpellier, et d'autres, dont, désolé, je n’ai pas pris le nom, mea culpa

 

Propositions issues du groupe de travail initial :

 

·         Chaque marche définie son projet en terme de messages et d’organisation. Elles doivent prendre contact entre elles afin de converger le même jour à la même ville étape

·         Arrivée Paris le 20 avril 2012

·         Proposition d’organisation issue de l’expérience des marches d’Espagne à Madrid :

o   Etapes de 20 km maximum, 4 heures maximum, afin d’avoir le temps de préparer l’Assemblé populaire ou tout autre événement.

o   Etape d’un we dans les grandes villes

§  Arrivée le vendredi

§  Départ le dimanche ou le lundi matin

o   Des marcheurs espagnols, issus des marches de cet été, se propose d’amener leur expérience dans les marches

·         Site internet en service http://www.marche-paris-2012.com/

·         Contact courriel : marcheparis2012@gmail.com

 

 

Thibault, marche partant de Marseille :

·         Départ le samedi 3 mars du Vieux Port

·         Arrivé le 20 ou le 21 à Paris, 7 semaines de marches, 900 km

·         Itinéraire :

o   Aix-en-Provence

o   Avignon

o   Chaîne humaine contre le nucléaire dimanche 11 mars

o   Convergence avec marche venant de M

o   Montpellier

o   Vallée du Rhône

o   Annonay

o   Saint Etienne

o   Lyon (pour une longue étape de 3 jours environ 23/ 24 mars)

o   Chalon

o   Dijon

o   Paris

·         Entre quinze et vingt marcheurs sont prévus.

·         Alternance d’étapes, villes et campagne

·         Utilisation d’un camion fonctionnant à l’huile de friture recyclée

·         A chaque étape, projection d’un film, l’énergie étant fournie par un vélo actionnant une dynamo

·         Idée aussi d’utiliser une éolienne >> étude en cours

·         Semoir :

o   On y plante des graines naturelles.

o   On donne lors des étapes ce qui y a poussé et de nouvelles graines

o   Semis dans les villes autour des arbres

·         Contact et implication de toutes assocs sur le parcours

 

Guillaume (marche Bayonne)

·         Il est en train de se créer un agenda hebdomadaire et international thématique des actions.

·         Il se trouve sur le site

·         La proposition est que les actions des marches suivent ce calendrier international, sauf étape sur un sujet précis.

·         Départ le 4 mars, suivant l’itinéraire de la marche Madrid >> Paris

o   Bordeaux

o   Saintes

o   Poitiers

o   Tours

o   Orléans

·         Communication permanente via les moyens internet >> Prévoir multiprises et prolongateur électrique.

·         2 camions, 1 caravane cuisine.

·         Anticiper les événements, les contacts.

·         Recueil de doléances aussi bien sur la route que sur le site

·         Avoir un message clair de revendications

 

Fabien (Projet de Toulouse) :

·         Projet qui démarre, expérience de la marche Toulouse>> Paris de cet été.

Michel (Projet de Normandie) :

·         Appel lancé sur Facebook

·         2 AG (Rouen, Caen, individus isolés à Evreux et au Havre)

·         Réunion régionale quasi-planifiée le 18 février.

·         Proposition d’une ébauche d’un itinéraire

o   Départ EPR Flamanville

o   Valognes (Départ des trains Castors, de déchets nucléaires)

o   Caen (activité à voir avec l’AG locale)

o   Renault Sandouville, usine du groupe qui végète (arrêt du véhicule Laguna)

o   Raffinerie Pétroplus, Grand Couronne, prés de Rouen. Arrêt de production prévu.

o   Rouen, mal logement avec le Dal

o   Mantes, Les Mureaux, cités « sensibles » de la région parisienne.

o   Environ 3 semaines de marches

·         Projet en cours de développement

 

Sophie : Marches des banlieues parisiennes :

·         Groupe de travail en cours

·         Prendre contact à l’avance auprès des assocs de quartier le « terrain ». Ne pas s’y imposer, (Thibault)

 

Arrivé à Paris :

 

Sophie a contacté un avocat. Il semblerait que nous puissions manifester à Paris samedi 21 la veille du premier tour des élections.

 

Arrivé des marches en banlieue parisienne entre le 18 et le 20

Sélectionner 5 camps de nuits en banlieue parisiennes autour de Paris.

Propositions connues : Bagneux, St Denis-6B, La Défense

Samedi les marches rentrent dans Paris, pour camper quelque part (Place Stalingrad ?), le maximum de temps.

 

Entre le 22 et le 30 avril, participation à la marche des banlieues :

·         certains restent au camp à Paris (les plus fatigués)

·         D’autres participent à marche banlieue

 

Puis 1er mai manif syndicale. Nous y sommes présents et nous l’animerons comme des « indignés ». Le campement déménagera place de la Nation, ou la manifestation est dispersée.

12 Mai journée mondiale 15-M

15 mais Appel grève générale mondiale

 

Message clair de revendications général:

Il reste à définir, de façon claire

« Pourquoi je marche ? »

 

Prochains rendez vous :

 

Points à prendre en compte :

Commission juridique des marches

Veille helpdesk en cas de soucis, besoin d’informations, communications…

Infos des et d’éventuelles marches :

·         Est de la France

·         Bretagne

·         De Perpignan >> Montpellier

·         De Nice >> Marseille

·         Annecy, Grenoble, Genève

·         Clermont-Ferrand

·         DOM-TOM ??

·         Marches provinciales (sans arrivées à Paris) ? ?

·         Villes étapes

 

11 février réunion sur « mumble »

Télécharger le logiciel mumble:
http://www.clubic.com/telecharger-fiche43179-mumble.html

Paramètre de connections: 
Nom: occupytalk.org
adresse: occupytalk.org
port: 64738
nom: (votre prénom, pseudo)

Zone (dans la liste); Occupy France
Salle dans la zone: Marche populaire Paris 2012

A l'aide ? >> Skype: frodon27220 (Michel Gauthier)

 

20 février 2012 ?? Réunion marches en direct-live à Clermont-Ferrand

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:26
20min.ch - 06 février 2012 14:16; Act: 06.02.2012 14:25

 

Le mouvement de contestation altermondialiste a décidé de démonter son camp établi aux Bastions depuis la mi-octobre. Ils ne cesseront pas pour autant leurs activités.

Les tentes et les tipis qui occupent une partie du parc des Bastions vont bientôt disparaître. Le mouvement Occupy Geneva a en effet décidé de lever le camp. Les Indignés avaient établi leur quartier général devant le mur des Réformateurs le 15 octobre dernier. Ils avaient déménagé quelques mètres plus loin en décembre, mais toujours dans le parc du centre-ville de Genève.

 

Depuis le 1er janvier dernier en revanche, les Indignés avaient vu leur situation se compliquer. Jugés indésirables par une partie de la classe politique municipale, leur présence a toutefois été tolérée par les autorités exécutives. Ils avaient même reçu une autorisation pour rester jusqu'à la fin du mois de février.

La levée du camp, qui devrait se faire progressivement à partir de demain, ne signifie pas pour autant la fin du mouvement contestataire, assurent les organisateurs.

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:06

 

cyberpresse.ca

Publié le 05 février 2012 à 15h52 | Mis à jour le 05 février 2012 à 21h14

Dimanche matin, la police avait continué à nettoyer... (Photo: Reuters)

Dimanche matin, la police avait continué à nettoyer le square McPherson, où ne restaient plus en fin de matinée qu'une trentaine de tentes vides.

Photo: Reuters

 

Les manifestants d'Occupy de Washington, dernier bastion du mouvement anticapitaliste, assuraient dimanche que leur action n'était «pas terminée» malgré deux opérations de police pendant le week-end sur les deux lieux de protestation de la capitale américaine.

«Cette occupation est loin d'être terminée. On ne peut expulser une idée dont l'heure est arrivée», affirmait sur son site internet le mouvement, dernier bastion visible de la protestation depuis l'éviction des militants du square Zuccotti à New York.

Dimanche soir, les deux sites occupés depuis octobre par les manifestants anticapitalistes de Washington - le square McPherson et Freedom Plaza, tous deux près de la Maison Blanche - avaient été vidés de toute affaire (sacs de couchages, matelas, etc) pouvant permettre de dormir sur place.

Après avoir quasiment démantelé samedi le campement du square McPherson occupé depuis le 1er octobre, la police a mené dimanche la même opération sur Freedom Plaza.

Il s'agissait dans les deux cas de vérifier que les campeurs respectaient le règlement du National Park Service qui gère les parcs de la capitale, et interdit le camping.

«Si les gens respectent les règles, les tentes peuvent rester en place», a indiqué à l'AFP David Schlosser, porte-parole de la police du National Park Service (NPS).

Onze personnes ont été interpellées samedi et une douzième qui menaçait les policiers dimanche, a indiqué David Schlosser.

Dimanche soir, une centaine de protestaires étaient revenus sur le square McPherson où une trentaine de tentes restaient en place, telles qu'une librairie ou une «université».

Une assemblée générale s'est tenue en fin d'après-midi, à la fois pour organiser la nuit des manifestants dans les églises voisines, des veillées possibles sur place ou évoquer des actions à venir, à Washington ou dans le pays.

«Nous allons maintenir la présence policière nécessaire», a indiqué de son côté M. Schlosser sans plus de détails.

Pendant la journée, des techniciens du NPS en combinaisons et masques de protection avaient fouillé les tentes de Freedom Plaza, en démontant une dizaine, alors que des dizaines de policiers contrôlaient des barrières montées pour tenir les occupants à distance.

La police avait également continué à nettoyer le square McPherson, où ne restaient plus en fin de matinée qu'une trentaine de tentes vides.

Des «centaines» de rats vivants ou morts ont été repérés, a indiqué à l'AFP un des techniciens du NPS, au milieu des matelas, bâches et autres palettes de bois qu'une dizaine de personnes s'occupaient à jeter dans un camion-poubelle.

Samedi à l'aube, des dizaines de policiers avaient pris position sur le square lors de l'une des plus importantes démonstrations de force des autorités contre les protestataires, jusque-là acceptés.

Le NPS avait distribué il y a dix jours un «avis» aux manifestants indiquant que «tout le matériel» de camping (tentes pour dormir, sacs de couchage, réchauds, etc.) devait être enlevé sous peine d'arrestation et de saisie des biens.

Le NPS n'empêche pas les protestataires de manifester mais ne veut pas qu'ils campent et dorment sur place, disait en substance l'avis.

 

Agence France-Presse
Washington

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 12:01

 

LEMONDE | 18.01.12 | 16h14   •  Mis à jour le 06.02.12 | 10h02

 
 

 

Le président roumain, Traian Basescu, reste impopulaire : les manifestants réclament l'organisation d'élections anticipées sur fond de crise.

Le président roumain, Traian Basescu, reste impopulaire : les manifestants réclament l'organisation d'élections anticipées sur fond de crise.AP/VADIM GHIRDA


Bucarest Correspondant - Ils n'ont sans doute pas lu l'appel de Stéphane Hessel - Indignez-vous ! - mais ils en sont une parfaite illustration. Depuis le 13 janvier, un millier de Roumains se rassemblent tous les soirs sur la place de l'Université, en plein centre de Bucarest, pour manifester contre la politique d'austérité mise en oeuvre par le gouvernement de centre-droit.

"Qu'est-ce que ça veut dire, la démocratie roumaine ? demande le jeune informaticien Petre Tudor. Le communisme est tombé depuis plus de vingt ans, mais notre vie ne s'est pas améliorée. Les hommes politiques n'ont cherché qu'à s'enrichir. Nous ne quitterons pas la rue tant que nous n'aurons pas obtenu des élections anticipées."

Retraités en colère, étudiants désabusés par un système d'enseignement précaire, infirmières exaspérées par le manque de moyens sont venus crier leur mécontentement sur la place publique. "On n'en peut plus ! s'étrangle l'infirmière Adriana Vintila. Quatre millions de Roumains sont partis travailler à l'étranger parce qu'ils ne peuvent plus survivre dans leur propre pays. Je ne veux pas partir, c'est le gouvernement qui doit dégager."

Ce mouvement de colère spontané, très médiatisé, s'est rapidement répandu dans tout le pays. Les réseaux sociaux ont fait le reste et une trentaine de villes roumaines ont répondu à l'appel. Dimanche soir, les manifestations ont dégénéré, mettant la police aux prises avec des casseurs.

Le président Traian Basescu, au pouvoir depuis 2004 après avoir obtenu un deuxième mandat de cinq ans en 2009, est devenu la cible des manifestants. "Mort au dictateur Basescu", "Casse-toi, sale cabot", "A bas les mafieux", "Basescu nuit gravement à la santé", figurent parmi les slogans.

"Le mouvement des "indignés" en Roumanie est une réponse civique à une question politique : peut-on gouverner contre le peuple ? explique le politologue Cristian Pirvulescu. Le pouvoir a voulu ignorer les événements afin de minimiser leur impact. Mais cet autisme politique n'a fait qu'augmenter le manque de confiance dans le gouvernement et le chef de l'Etat."


"Psychose publique"

Pour faire face à la crise économique qui a frappé le pays de plein fouet, les autorités roumaines ont emprunté en 2009 vingt milliards d'euros auprès du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque mondiale et de l'Union européenne (UE).

A la suite de cet accord, le gouvernement a dû mettre en oeuvre une politique d'austérité qui a conduit à des réductions drastiques de personnel, à une baisse de 25 % des salaires dans la fonction publique et à une augmentation de la TVA de 19 % à 24 %. De mauvaises nouvelles pour la majorité de la population qui, depuis la chute de la dictature communiste en 1989, a dû se serrer la ceinture avec l'espoir d'une vie meilleure.

Le traitement réservé par le président Basescu au secrétaire d'Etat Raed Arafat a mis le feu aux poudres. Ce médecin d'origine palestinienne, venu faire ses études en Roumanie à l'âge de 16 ans, est devenu très populaire en raison de son rôle dans la création d'un service d'urgences hospitalières. Nommé secrétaire d'Etat au ministère de la santé en 2007, il s'est opposé au projet de réforme de la santé soutenu par le président Basescu, qui prévoyait une privatisation partielle des services médicaux.

Le 9 janvier, le chef de l'Etat a accusé M. Arafat d'avoir créé une "psychose publique" contre son projet et l'a poussé à démissionner, décision que l'opinion publique a aussitôt sanctionnée. "Le président s'est opposé à une personne qui bénéficie d'une forte cote de confiance, ce qui a déclenché un mécontentement général à tous les niveaux de la population", affirme le sociologue Mircea Kivu.

Après une série de manifestations qui ont embrasé le pays, le président a retiré le projet de loi et demandé à M. Arafat de réintégrer son poste de secrétaire d'Etat, proposition que ce dernier a acceptée le 17 janvier. Mais ce mea culpa du président n'a pas calmé la colère des Roumains.

Le mouvement de protestation pourrait être fatal au chef de l'Etat. "Nous ne quitterons pas la rue tant que nous n'aurons pas fait tomber le président Basescu, déclare Remus Cernea, un jeune homme venu manifester place de l'Université. Il n'a rien dit depuis le début des protestations. Il a peur, il sait qu'il a perdu la partie."

Mirel Bran

 


Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 19:01

 

 

 

Ajoutée par telelibre le  4 févr. 2012

 

http://www.youtube.com/watch?v=kvA_0teghtQ

 

 

 

 

Ajoutée par telelibre le  4 févr. 2012

 

http://www.youtube.com/watch?v=54rfCg6Dfjo

 

 

 

 

 

Ajoutée par telelibre le  4 févr. 2012

 

http://www.youtube.com/watch?v=7DUZQQjGKmo&feature=player_embedded

 


Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 18:53
Week End Coordination 11 et 12 février – Bretagne – Locarn (22)

5 fév

Journées du 11 et 12 février à Locarn , Centre Bretagne
Ordre du jour (à fignoler par tous et chacun)

Le onze février
Discutions de 10h00 à 18h00 puis création de groupes de travail sur certains sujets
A partir de 21/22h débats libres

Pourquoi et comment nous coordonner ?

Pourquoi

Pour pouvoir, en cas de besoin, mutualiser
- les moyens, barnum, poids lourds, matos en tout genre, de cuisine, de sons et lumière, d’informatique pointue, affiches, tracs….
-les idées: codes barres, flash mob, blocages de lieu, camp, marches….
-les expériences : qui a fait quoi? ce qui a fonctionné, ce qu’il faut modifié, ce qu’on en a retiré comme intérêt, ce qu’il faut éviter de faire;
-les connaissances: qui sait faire quoi, informatique, organisation de spectacles, conférencier, cuisinier, mécano, chauffeur poids lourds, clowns…

Définir nos revendications : A quoi adhérons-nous en tant qu’Indignés, quels mouvements soutenons-nous en tant que personnes, en tant que groupe…,
La dette publique: demande d’audit citoyen (révolution fiscale, annulation des emprunts toxiques…..)
La sortie du nucléaire (énergies renouvelables, mutation énergétique,….)
La mutation de l’agriculture, (OGM, algues vertes, concentration animale, pesticides……)
L’Économie Sociale Solidaire et Écologique (Amap, gratuité, SEL…..)
Le droit au logement décent pour tous (Dal, Halem…..)
.Ce que vous proposerez, nouvelle constitution ou autre…
A partir du moment où nous aurons définis quelles luttes les indignés de Bretagne soutiennent, n’importe quel groupe ou personne pourra sans AG préalable faire une action ou en rejoindre une en notre nom.
Ce qui facilitera les actions et clarifiera nos revendications en cas d’interview.

Définir nos alliés: les 99%
- nationaux (uncut, attac, anonymous, sortir du nucléaire, plan ESSE, Dal.. etc. …)
- la convergence des luttes au niveau local (lister les associations que nous soutenons avec lesquelles nous pouvons créer des alliances et faire des actions communes)
La réponse aux points précédents facilitera celui-ci

Choisir les évènements locaux, internationaux et nationaux, pour lesquels nous agirons en commun ou non,
Ceux auxquels nous nous joindrons auprès d’autres groupes
Caravane des indignés du 22 mars au 8 avril en centre Bretagne Pontivy Carhaix
Le 24 mars à Nantes contre l’aéroport de Notre Dame des Landes
La journée du 12 mai et les suivantes
Un camp d’été à Notre dame des Landes le plus long possible et pourquoi pas international, Le site peut accueillir des milliers de personnes. visibilité
rajoutez vos idées d’actions.

Comment:

Par une plateforme FB régionale,
un blog ,
un PAD
un listing des indignés,
un échange d’adresse i-mail, de téléphones
des référents volontaires tournants par groupe (attention à la lassitude et la fatigue si ce sont toujours les mêmes qui s’y collent) faire tourner les rôles, déléguer les tâches, créer des groupes travail sur chaque sujet ou chaque action commune.
rajoutez vos idées….

.Le 12février

Organisation de la caravane qui partira de Centre Bretagne du 22 mars au 8 avril

Orga : chaque participant ramène de la nourriture (pas de cuisines).
Le couchage est possible sur place (pour l’instant 25 personnes ont répondue présentes et l’info continue de circuler).
Il est conseillé de ramener tracts, textes, affiches etc. … en format numériques, un ordi et une imprimante si possible par groupe pour travailler aux comptes rendus.

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 13:51

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 05.02.12 | 09h50

 
 

 

Face à face entre manifestants d'occupy DC face aux policiers, le 4 février 2012.

Face à face entre manifestants d'occupy DC face aux policiers, le 4 février 2012.REUTERS/JOSHUA ROBERTS


Le campement occupé depuis octobre par les manifestants anticapitalistes du mouvement Occupy de Washington était pratiquement démantelé samedi soir, après l'intervention de la police pour faire respecter le règlement interdisant de dormir sur place.

Toute la journée, la police en tenue anti-émeute a démonté des dizaines de tentes l'une après l'autre, laissant une quarantaine d'entre elles en place mais totalement vides, tout en repoussant les protestaires à l'extérieur du square McPherson qu'ils occupent depuis quatre mois, près de la Maison Blanche.

En début de soirée, des dizaines de personnes continuaient malgré une pluie glacée à protester devant les cordons de police, renforcés par des policiers à cheval. Certains indiquaient qu'ils envisageaient d'aller dormir dans des églises voisines.

La police a indiqué avoir interpellé sept manifestants qui refusaient de quitter les lieux et avoir arrêté un huitième qui avait frappé un policier, lequel a été blessé.

Quelque 50 policiers, dont certains à cheval, avaient pris position au petit matin sur le square McPherson, en plein centre de Washington non loin de la Maison Blanche, dont les accès avaient été bloqués par des voitures de police.

Au fur et à mesure de la journée, les policiers dont certains en combinaisons jaunes et lunettes de protection, ont vidé des tentes de leurs affaires de camping alors qu'ils en démontaient d'autres, emportant palettes de bois et autres cartons avec un engin de chantier. Quelque 200 manifestants les ont regardés faire tout au long de la journée, scandant des slogans mais sans opposer de résistance. Les manifestants avaient dans la matinée démonté eux-mêmes une grande "tente des rêves" érigée en début de semaine au milieu du campement.

Inspiré du mouvement espagnol des Indignés, le mouvement Occupy a été lancé le 17 septembre dernier à New York, où des militants se sont installés dans le parc Zuccotti, avant d'essaimer aux Etats-Unis et dans d'autres pays. Les interventions des forces de police en novembre et décembre ont rendu le mouvement moins visible, même si le thème de la répartition des richesses a trouvé un écho dans la campagne en vue de l'élection présidentielle du 6 novembre prochain.

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 18:21

tdg.ch - Mis à jour il y a 43 minutes     

 

La police a saisi samedi des tentes des manifestants anticapitalistes d'Occupy de Washington, interpellant 4 personnes, à l'occasion d'une démonstration de force des autorités pour faire respecter le règlement interdisant de dormir sur place.

 

 

Aujourd'hui à Washington, la police a fait une démonstration de force pour faire régner l'ordre.

Aujourd'hui à Washington, la police a fait une démonstration de force pour faire régner l'ordre.
Image: Keystone

 

La police a arrêté 4personnes qui «refusaient d'obéir aux ordres», s'accrochant à une statue au milieu du square, a indiqué David Schlosser, porte-parole de la police.

Quelque 50 policiers, dont certains à cheval, ont pris position au petit matin sur le square McPherson, en plein centre de Washington non loin de la Maison Blanche, dont les accès ont été bloqués par des voitures de police.

 

La «tente des rêves»

Les manifestants ont enlevé d'eux-mêmes une grande «tente des rêves» érigée en début de semaine au milieu du campement, et un masque blanc qui recouvrait le visage du général McPherson, héros de la Guerre de Sécession dont la statue équestre orne le square, était retiré par la police.

Un peu plus tard, des policiers en combinaisons jaunes et lunettes de protection, ont commencé à vider des tentes de leurs sacs de couchage qu'ils ont placés dans des sacs plastiques.«Les tentes ne sont pas un problème. Elles peuvent rester, tant qu'elles sont symboliques» (d'une protestation), a indiqué M. Schlosser.

En fin de matinée, plusieurs tentes ont néanmoins été démontées de toute la partie sud-est du square, alors que d'autres étaient laissées en place.Des dizaines de manifestants criaient et lançaient des slogans dans le calme, alors qu'un cordon de police occupait toujours le centre du square.

 

Une expulsion?

Un responsable de la police a dit aux protestataires: «Nous ne sommes pas ici pour vous expulser» mais pour vérifier que les manifestants se conforment aux règles.Néanmoins, une manifestante, Melissa Byrne, a indiqué qu'à son avis, il s'agissait d'une expulsion : «nous sommes expulsés, mais cela va se savoir et nous allons revenir plus forts que jamais», a-t-elle dit.Pour Virmeko Scott, 30 ans, «il va y avoir de plus en plus de tentes».

«Elles vont se multiplier», a dit le manifestant, en regroupant ses affaires pour aller les porter dans une église voisine.«Si le gouvernement américain faisait respecter les lois sur les banques aussi bien que le règlement sur ses parcs, nous ne serions pas ici», a commenté le manifestant Todd Fine, 31 ans.Le NPS (National Park Service), qui gère les parcs de la ville, a distribué il y a huit jours un «avis» aux manifestants indiquant que «tout le matériel» de camping (tentes pour dormir, sacs de couchage, réchauds, etc.) devait être enlevé sous peine d'arrestation et de saisie des biens.

 

Autorités à bout de patience

Le NPS n'empêche pas les protestataires de manifester mais ne veut pas qu'ils campent et dorment sur place, ce qui est interdit par le règlement des parcs, dit en substance l'avis.Les autorités, longtemps bienveillantes, ont montré récemment des signes d'agacement devant la persistance du mouvement à Washington, dernier bastion visible de la protestation depuis l'éviction des militants du square Zuccotti à New York.

Le mouvement d'occupation anticapitaliste, qui a commencé en septembre à New York avec Occupy Wall Street, se partage à Washington entre deux campements: Occupy DC sur le square McPherson, et Occupy Washington DC sur Freedom Plaza, les deux étant proches de la Maison Blanche dans le centre ville. (afp/Newsnet)

Créé: 04.02.2012, 19h11

 

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 18:15

 

lamontagne.fr - Auvergne > Puy-de-Dôme > Clermont-Ferrand 04/02/12 - 17h42


Le rassemblement national a réuni une centaine d'Indignés (vidéo)


Même s’il ne réunit pas encore des milliers d’individus, le mouvement des “indignés” poursuit son chemin. Via les réseaux sociaux. Ils étaient une petite centaine, cet après-midi, au pied de la statue de Desaix, à braver le froid pour dire leur hostilité face aux mesures que les gouvernements européens proposent face à la crise.
Venus d’une vingtaine de villes de la moitié sud de la France, ils participent jusqu’à demain à des ateliers de discussions à la Maison des Sports (où ils ont, pour la plupart, passé la nuit). Pas de porte-parole, pas d’orateur vedette, mais une défiance commune pour les politiques prônées pour lutter contre une crise qui ne cesse de s’aggraver.
Vidéo : http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/2012/02/04/le-rassemblement-national-a-reuni-une-centaine-d-indignes-video-170544.html
Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 18:11

 

fév 4 2012


Démocratie, la solution existe ! Oligargie, corruption …

  Publier par Sébastien 

 

Democratie, la solution existe !

Democratie, la solution existe !

 

Une démocratie représentative est un oxymore …


Dans l’histoire du monde que nous connaissons, une seule réelle démocratie a existé, c’était en Grèce antique. Une démocratie représentative est un oxymore, ou on participe, ou nous sommes en oligarchie. Les choses sont faites par les puissances de sorte que le peuple ne se rebelle pas. À Rome, ils disaient « donnez-leur des jeux et du pain » , les choses n’ont pas changé depuis. Nous sommes les petits enfants des plus barbares des hommes : ceux qui ont anéanti les plus pacifistes et de ce fait fait les plus avancés.

 

La génétique ne nous aide pas, mais nous avons l’évolution de notre côté : nous sommes voués à être plus intelligent, à mieux utiliser notre cerveau et de ce fait à avancer de manière évidente, c’est à dire avec respect pour soi-même comme pour les autres. Pourquoi avons nous besoin d’écrire les droits de l’homme, ces droits ne sont-ils pas évidents ?

 

Bref, je vous conseille fortement l’article sur la clé de la démocratie de nexus « démocratie, la solution existe » qui traite les sujets tels que la corruption, les conflits d’intérêts, l’oligarchie, l’élitisme … (Lien: http://www.nexus.fr/nexus_en_kiosque.php)


D’autre part, cela fait des années que je me bats pour la liberté informatique. J’ai rassemblé toutes les lois liberticides et anticonstitutionnelles que j’ai trouvées et j’ai envoyé parlé, créé des articles, crié… rien à faire nous étions une poignée à s’époumoner pour rien. Aujourd’hui, ACTA change la donne. Je pense que c’est le trop-plein de soucis qui nous a fait à tous ouvrir les yeux sur ce problème. Mon site (lelutinlibre) n’a pas été remis à jour depuis longtemps : j’avais baissé les bras. Mais vous trouverez différents articles très intéressants avec les sources nommées, si cela peut vous être utile.

 

Connaissez-vous le principe de la grenouille dans la marmite ? J’ai bien peur que même en sachant que l’eau va devenir chaude, personne n’ose sauter, écologie, sécurité routière, démocratie…. On attend toujours le dernier moment pour agir. Comment changer ça ?

Soizic


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22