Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 17:18

Dimanche soir, une assemblée générale est prévue sur la place des Terreaux.


Les Indigné-e-s feront alors le compte des militants présents. Car après une forte mobilisation internationale, le mouvement s'est quelque peu essoufflé. En France et à Lyon, les Indignés n'ont jamais eu la même portée qu'à Madrid ou à New York. Mais les membres lyonnais comptent encore faire parler d'eux pour combattre les injustices. L'assemblée générale débutera à 19h.

 

Rédigé par A.A. dans Divers le 26/02/2012 à 08h14
http://www.mlyon.fr/56500-les-indignes-de-lyon-veulent-faire-le-point.html
Partager cet article
Repost0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 17:15
Manif sur la dette publique de la Grèce NR 26/02/2012

 

Distribution de tracts hier matin à Poitiers.
Distribution de tracts hier matin à Poitiers.

La Grèce est le laboratoire de l’austérité en Europe. Non au sacrifice des peuples sur l’autel de la finance. Les tracts distribués hier matin devant l’agence du Crédit agricole de la rue du Marché Notre-Dame à Poitiers donnaient le ton de la manifestation. Une quinzaine de personnes, issues des formations de gauche et altermondialistes, s’est mobilisée samedi en fin de matinée pour dénoncer « les complices de la mainmise du monde de la finance sur le droit de vie ou de mort des populations ». Le Crédit agricole, l’un de groupes bancaires propriétaires de la dette publique grecque, se retrouve donc, dans les tracts distribués, parmi les accusés, au côté de l’Union européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international… Les manifestants réclament notamment « la nationalisation et le contrôle public et citoyen du secteur bancaire, le contrôle des mouvements de capitaux et l’interdiction des mécanismes spéculatifs et un impôt sur le revenu réellement progressif ».

à suivre

Rassemblements le mercredi 29 février à 10 h devant la mairie de Châtellerault et à 14 h devant celle de Poitiers en réponse à l’appel de la Confédération européenne des syndicats « pour une Europe sociale, de justice et de cohésion sociale ». Réunion de travail du collectif 86 pour un audit citoyen de la dette publique, jeudi 15 mars, 18 h, à la M3Q de Poitiers.

S. D.
http://www.democratiereelle86.fr/2012/02/manif-sur-la-dette-publique-de-la-grece-nr-26022012/
Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 23:54

 

ouest-france.fr

  Faits de société samedi 25 février 2012

Mégaphone, pancartes… Ils sont une poignée d’indignés réunis sur la place Terre-au-Duc, à Quimper, ce samedi matin. « Une action contre le traité Acta », explique Yves, un de ces militants quimpérois.

Le traité Acta (Anti-Counterfeiting Trade Agreement) a été signé le 26 janvier dernier à Tokyo entre les États-Unis, le Canada, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Maroc, la Commission européenne et vingt-deux états membres de l’Union européenne. Cet accord commercial est censé lutter contre la contrefaçon et le téléchargement pirate. Pour cela, il prévoit une coopération et une unification des législations entre les différents signataires, qu’il s’agisse de médicaments contrefaits ou du téléchargement d’œuvres soumises aux droits d’auteur.

Les indignés estiment qu’il représente une « menace majeure pour la liberté d’expression ». Et, tout comme plusieurs candidats à la Présidentielle et le parlement européen, critiquent « la façon dont il a été négocié dans le plus grand secret ».

Le texte a provoqué une levée de boucliers dans le monde entier avec des manifestations de milliers de personnes. Dernièrement, la Commission européenne a décidé de saisir à la Cour européenne de Justice afin de valider sa compatibilité avec les droits et libertés fondamentales européennes.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 20:33

 

sudouest.fr - 06h00 | Mise à jour : 08h59
Par Pierre Penin


Pau

 

Tony Gatlif : « pas indigné, horrifié ! »

 

[BANDE-ANNONCE] Le réalisateur Tony Gatlif sera ce soir à Bayonne et demain soir au Méliès pour évoquer son nouveau film « Indignados ». Entretien avec ce « ciné-poète » insurgé.

 

Tony Gatlif se définit comme un témoin, acquis à la cause des plus faibles de ce monde.
Tony Gatlif se définit comme un témoin, acquis à la cause des plus faibles de ce monde. (photo martin bureau)
 

Avec « Indignados », son nouveau long-métrage, le réalisateur Tony Gatlif porte, encore et encore, son regard de « ciné-poète » sur l'injustice du monde. Le mouvement des Indignés en est le résultat bouillonnant et populaire mais à travers lui, ce sont les pauvres, les persécutés, les oubliés, pourchassés, damnés du libéralisme, qui importent au cinéaste. Il sera ce soir à Bayonne, invité du cinéma l'Atalante. Et demain soir à Pau, au Méliès, après une projection d'« Indignados » à 20h30.

Pourquoi ce travail sur les Indignés ?

J'avais lu le livre d'Hessel, « Indignez-vous ! » (Indigènes éditions) et je sortais d'une année difficile avec le traitement fait aux Tziganes (1). J'avais envie moi aussi de voir les gens s'indigner, quand les CRS chassaient des gens des terrains vagues.

Diriez-vous que vous vous indignez depuis 30 ans à travers vos films ?

Oui. Il y a une logique quand je vais vers les Indignés. Cela correspond à mon parcours. J'étais ''anar'' au départ. Quand un peuple se lève, je suis derrière. Mais je ne suis pas indigné aujourd'hui. Je suis horrifié par ce système d'injustice qui broie les êtres. Je crois que le vrai mot d'ordre doit être « occupy » ! Il faut occuper la Concorde, il faut occuper Bayonne !

 

 

Votre film mêle les révolutions arabes et le mouvement des Indignés : voyez-vous des ressorts communs ?

Les révolutions arabes sont nées contre des dictateurs. On ne peut pas vraiment parler de dictatures européennes, quoi qu'en Hongrie… En tout cas pas la dictature d'un homme. Ici, le dictateur, c'est les banques. Voyez le diktat que subit la Grèce. J'y suis allé, j'ai vu et j'ai parlé avec des Grecs. Ils ne veulent pas payer la dette mais leur gouvernement qui a eu peur de son peuple et des banques a reculé au moment d'interroger le peuple par référendum. C'est un constat terrible. Le système et les banques ont bâillonné le peuple. L'argent est le dictateur du monde.

Acceptez-vous d'être qualifié de « réalisateur politique » ?

Je ne fais pas de la politique. Je suis dans le social, dans l'humain. Disons que je suis obligé de faire de la politique, mais je préfère la poésie à la politique.

Vous vous dites « obligé » : le monde façonne votre œuvre et cela à quelque chose de viscéral ?

Malheureusement, je ne peux pas faire mon métier sans aborder l'injustice du monde. Je ne peux pas être conscient du pouvoir de l'image et du cinéma sans l'employer à témoigner. Cette injustice me sidère, je ne peux pas m'en extraire.

La poésie peut être un bel instrument de politique…

Regardez Aragon ! La poésie peut soutenir le propos politique. Elle peut soutenir la lutte, être précieuse dans cette bagarre non violente contre l'injustice qui nous concerne tous. Mon film, je le considère comme un « ciné-poème ».

C'est-à-dire ?

Pas un film de propagande pour qui que ce soit. Je ne suis pas le porte-parole des Indignés. D'ailleurs, ce mot finit par sonner étrangement, un peu comme une marque et au final, me gonfler. Je préfère celui d'insurgé.

« Indignados » flirte avec le documentaire sans en être vraiment un...

Mon film n'est pas une analyse. Je ne suis pas quelqu'un qui analyse. Par contre, je suis quelqu'un qui va voir la réalité et s'y confronte. Je montre ce que j'ai vu, que je connais. Je suis un témoin. Et je dis « attention ». Je donne un avertissement. Quand vous voyez de toutes l'Europe ou d'Afrique des gens venir travailler dans des champs en Espagne pour 2 euros par jour… C'est une guerre, tout ça.

Quel regard portez-vous sur la campagne présidentielle ?

Les hommes et femmes qui s'y affrontent ont une énorme responsabilité car nous sommes dans une crise humaine d'abord. Celui qui devra gérer ce merdier devra être très fort et je doute que les grandes gueules soient les meilleurs pour ça. Les grandes gueules, comme en Hongrie, vont nous mettre dans la catastrophe. Pour moi, celui qui viendra va devoir connaître le langage du peuple et lui parler sincèrement. C'est à ne pas confondre avec le populisme.

(1) Allusion au renforcement de la législation permettant de démantèlement de campements des communautés nomades, généralement d'Europe de l'est. Tony Gatlif a des racines gitanes de par sa mère.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 20:20

 

http://www.occupygeneva.ch/

 

Discours sur la loi anti-manif

24/02/2012  

 

 

NON au bâillon!
Les temps sont durs pour un canton qui se vante d’être démocratique, et égalitaire.
Avec cette nouvelle loi, notre liberté d’expression est gravement menacée.
Cette liberté d’expression, le mouvement occupy geneva la revendique depuis plus de 4 mois et il est important que le peuple Genevois puisse continuer à descendre dans la rue quand bon lui semble pour faire entendre ses opinions. Depuis le début de notre mouvement, nous nous sommes battus pour offrir aux citoyens un espace d’échange dans un cadre de démocratie directe non hiérarchisé.
Il nous paraît évident de soutenir aujourd’hui les partisans du « NON » à cette loi.
La rue fut de tous temps le théâtre de l’expression libre de la population et à maintes reprises, un vecteur de changement, tant il est vrai que la misère ne se voit pas de la fenêtre des palaces. À nous de la rendre visible à celles et ceux qui détournent leur regard.

Quand la voix du Peuple ne remonte plus, quand ses droits les plus fondamentaux sont menacés, il est impératif pour lui de pouvoir reprendre l’espace public qui lui appartient de droit et de se faire entendre :

Refusons que nos rues ne soient réservées qu’aux honnêtes moutons blancs suivant le mouvement d’un troupeau résigné et docile.

Refusons que Genève ne soit qu’un repère de banquiers et de multinationales véreuses sous couvert d’une fausse propreté. Cette ville appartient à tout le monde, spécialement à celles et ceux qui chaque jour sont écrasés par le poids d’un modèle économique profondément injuste !

Refusons de sacrifier notre droit au rassemblement pour un argument sécuritaire plus que douteux misant une fois de plus sur de faux sentiments de peur et d’insécurité.

Refusons de nous taire à un moment de l’histoire où plus que jamais nos acquis sociaux sont attaqués de toutes parts. Les récents événements catastrophiques offrent un terreau fertile pour la plantation de cette loi anti-démocratique. Cette lois n’arrive pas maintenant par hasard, nous ne sommes pas dupes.

Refusons d’entraver les syndicats en leur empêchant de se rendre sur les lieux de travail où ils mènent leur actions de protection du salariat!

Refusons d’être les spectateurs bâillonnés des ravages de l’économie de marché qui nous plonge peu à peu dans la misère n’acceptant même plus que nous mendions dans les rues les miettes qu’elle daigne nous laisser.

Refusons l’hypocrisie des auteurs de cette loi liberticide ; nul besoin de descendre dans la rue pour revendiquer le droits de s’enrichir lorsque l’on vit déjà dans une société où l’exploitation des masses est légale et quotidienne. Cette loi n’est qu’une attaque ciblée contre une certaine partie de la population qu’ils aimeraient pouvoir faire taire !

Pour finir cette intervention, j’aimerais citer l’écrivain Suisse Max Frisch qui disait très justement:
« Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles. »
Et bien évidemment, le 11 mars, nous invitons tous les citoyens et toutes les citoyennes à quitter leurs pantoufles pour aller voter « NON » à cette tentative de nous retirer le droit à l’indignation et à la protestation. Et tant qu’à faire nous vous demandons de ne pas laisser le silence s’installer dans les rues de Genève, la rue est à nous, occupons-la!
Indignons-nous, révoltons-nous, insurgeons-nous, ou engageons-nous mais par pitié ne nous résignons pas!

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 20:14

 

Alain Grandjean répond aux questions d’OccupyFrance

 


 

Economiste, co-auteur des livres « Le plein s’il vous plaît » et « C’est maintenant », Alain Grandjean travaille à concevoir et pousser des mesures visant à faire émerger un nouveau modèle économique, sobre et solidaire. Son blog, le site d’Alain Grandjean, lui permet de diffuser ses prises de position, ses analyses et les solutions qu’il envisage pour sortir de la crise actuelle. Dans son dernier billet, il pointe le fait que la BCE finance directement l’industrie automobile. Pourquoi ne pas opérer une révolution et faire en sorte qu’elle finance la transition écologique? « Sans doute la seule solution concrète pour nous sortir de la seringue suicidaire des politiques d’austérité« .

Le 10 février 2012, Alain Grandjean a accordé une interview à OccupyFrance. Il y donne son sentiment sur le mouvement, porteur d’espoir et engagé dans une lutte constructive et responsable. Il revient avec nous sur les errements terribles des politiques d’austérité et l’urgence à trouver des solutions radicalement nouvelles.

 

http://occupyfrance.org/24-02-2012/alain-grandjean-repond-aux-questions-doccupyfrance/infos/857

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 20:09

 

Point 1, Actualité

  • mardi 28 février 2012 : La “caravane de l’eau” (“collectif EAU pour une régie publique”); de 14h à 20h place de la République, BUS d’information; 18h Maison de l’Éducation Populaire (place Georges Lyon), projection du film “Water makes Money” + débat.
  • mercredi 29 février 2012 : Manifestation Européenne contre l’austérité, à l’appel de l’ensemble des syndicats européens.
    Soutien à la Grèce, lutte contre le MES (Mécanisme Europée de Stabilité) ! Rendez vous à Lille, 14h30 Porte de Paris.
  • invitation renouvelée au Barabao, à Bailleul, pour tous les alter-rassemblement !

Point 2, Dynamisation de Assemblées

Pour améliorer le déroulement des assemblées et faciliter la communication entre leurs membres, il a été décidé de réunir une commission “dynamisation des assemblées” (le 21/2/2012 au bar l’Écart) dont le travail sera de produire un court texte décrivant une proposition de base pour le fonctionnement d’une assemblée. Ce texte pourra être utilisé pour appeler à former des AP improvisées sur les places, pour y offrir des explications sur le mode et les raisons de notre organisation aux nouveaux participants, et pour “recadrer” les anciens participants (respects des tours de paroles, utilisation des signes…).

Concernant la préparation des Ordres du Jours, nous invitons les gens à écrire sur le groupe facebook “démocratie réelle lille” ou dans les “commentaires” du blog. La première partie de l’AG serait dédier à l’énoncé de ces propositions, ainsi qu’à compléter l’ordre du jour.

 

Point 3, Marches sur Paris

Départ 24 mars, arrivée prévue le 20 avril. Les informations sur la marche de Lille sont disponibles (notamment) ici : http://www.scoop.it/t/marches-lille-paris-2012

La production d’un tract pour les marches est en cours. Nous appelons à contribution tou-te-s celles et ceux qui ont les moyens d’imprimer et photocopier des tracts et affiches, ainsi que le manifeste (toujours en préparation), l’objectif étant de rassembler plusieurs milliers de copies avant le départ de la marche. Nous appelons aussi les bonnes volontés à commencer à réunir le matériel nécessaire pour la marche : http://www.randonner-malin.com/wp-content/uploads/Liste_de_materiel_pour_la_randonnee.pdf

Point 4, Manifestations du samedi 18 février

  • 14h30 Porte de Paris, manifestation contre la casse de l’éducation nationale,
  • 15h00 Grand Place, manifestation anti-fasciste, en opposition à la venue des Lepen à Lille.

Point 5, Soupe populaire du dimanche 19 février

  • rdv 11h au marché de Wazemmes, sortie métro Gambetta, un copain viendra jouer de la guitare, proposition à généraliser !
  • proposition de la “Tente des Glaneurs” de participer à l’organisation de la soupe populaire de indignés.

Point 6, Radio Campus

Proposition acceptée d’enregistrer une émission sur les indignés avec Radio Campus. Rdv 11h30 mardi 21/2/2012.

Point 7, Eco-activisme

Il a été mentionné qu’un nombre important d’arbres pourtant sains ont été coupés en ville récemment. Lille est la ville la moins pourvue en espaces verts de france, de même que le Nord est le département le plus déboisé. Quelqu’un se demande si il s’agit de dégager les perspectives pour les caméra de vidéo surveillance….

Le maïs transgénique monsanto 810 de Monsanto sera planté de manière industrielle ce printemps en france. En espagne le monsanto 810 a été planté l’année dernière, son pollen est toxique et le miel espagnol a été décrété impropre à la consommation, menant les apiculteurs espagnols à la faillite. En France, ce sera donc notre premier printemps sans miel, à moins que la lutte ne change la donne… Les Faucheurs Volontaire proposent une charte de fauchage, ainsi qu’une liste des champs plantés en monsanto 810.

En terme de convergence des luttes pour la question écologique, l’assemblé a proposé de contacter, pour organiser des actions, les associations suivantes : Faucheurs Volontaires, Saprophite, Guérilla Jardinière, les AJONC, les lycées horticoles, Jardiniers de France, les Brigades Vertes, etc (liste à compléter, n’oubliez pas les “commentaires” et n’hésitez pas à nous contacter !).

 

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 18:50
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6076

Publié, le jeudi 23 février 2012 |


Dernière modification : jeudi 23 février 2012

 

"Car si ça continue comme ça, nous précaires, chômeurs, salariés nous allons commencer à imprimer nous-mêmes les dollars et les euros dont nous avons besoin pour financer l’égalité et les bien communs"
Richard Mac Laren - campeur d’Occupy Wall Street, 22 novembre 2011

 

 

 

Chers amis,

Tant sur le plan de la dette [1] que des libertés sur internet ou du renforcement du contrôle propriétaire de la création et de l’innovation, une seule politique impériale de prédation accumule ses ravages : la dette et l’ACTA (Accord Commercial Anti-Contrefaçon) sont les deux faces de cette politique.

L’offensive impériale est globale, impulsée par les banques et les multinationales de la culture et du multimédia, relayée par le gouvernement d’Obama et par la Commission Européenne.
La propriété privée des droits et l’enchaînement des populations à la dette privée et publique déterminent une paupérisation de masse de l’imaginaire, de l’innovation et de la création. S’y couplent la précarisation des existences, l’asservissement à l’emploi [2] et aux salaires à 600 euros, la contraction du périmètre déjà résiduel des libertés.

Au nom de la défense du droit d’auteur et du devoir absolu de régler la dette, les gouvernements n’ont de cesse de consolider le droit propriétaire des méga firmes et de leurs actionnaires, de renflouer les banques et de paupériser les chômeurs, les précaires, les salariés.

Comment se loger dans des studios à 700 euros, comment vivre en multipliant les stages gratuits, comme subsister avec un CDD à 800 euros mensuels, comment être autonome avec des miettes de revenu de plus en plus chiche ? Comment ne plus dépendre de sa famille quand on 22, 23, 28 ans ? Comment acheter des médicaments, comment se soigner à l’heure de la privatisation des systèmes de sécurité sociale et du renchérissement brutal des tarifs des mutuelles ? Comme payer des frais de scolarité de plus en plus élevés dans une économie du savoir asservie au crédit ? Comment exister dans la concurrence de tous contre tous ? Comment acquitter des droits d’auteurs à des agences chargées de nous traquer ?

Alors tous entrepreneurs de soi ? [3] Tous endettés à perpétuité auprès de Cofinoga ou à travers le marché des obligations souveraines ?

Ils disaient : vous serez tous propriétaires [4], tous actionnaires, vous vous enrichirez grâce à vos diplômes [5], vos enfants auront un meilleur avenir que le votre, le Net est ce paradis où vous serez tous égaux échangeant librement des fichiers, des informations, des affects. La vraie vie est la propriété privée. Le plein emploi sera le soleil de cet Eden.

Maintenant que cette pyramide de Ponzi s’est écroulée sur les clients, et que « les marchés » ont capté le produit de la valeur du travail de tous, l’oligarchie bleue et la rose disent : le maintien de notre gouvernance par la dette exige de ta part des sacrifices. Pour garantir le flux béni de crédits et la très sainte croissance, soumets-toi à l’ACTA, paie ce que tu dois à nos banques, à nos fonds de pension, à nos compagnie d’assurance. Résous-toi au chômage, au licenciement, à la baisse des salaires et des allocations sociales, au RSA-Travail Obligatoire, à l’emploi précaire à mi-temps, aux agences privées qui font régner l’ordre propriétaire sur Internet.

Que sont les droits de propriété si ce n’est des sortes de crédits à régler aux firmes transnationales du multimédia ? Que sont les abonnés, les usagers, les forces de la création et de l’innovation sinon d’inédits endettés menacés de devoir régler des droits astronomiques aux actionnaires et à la poignée d’auteurs qui vivent du travail et de la création de millions d’autres dépourvus, eux, de droits ?

Sois compétitif, aide par ton travail nos firmes à le devenir. Le CAC 40 et le NASDAQ devant, et nous derrière tous paupérisés (stagiaires, retraités [6], CDD, smicards, Rsastes, intermittents, SDF, etc) encadrés par la gendarmerie d’Hadopi et le FBI d’Acta.

Comme le Net, la dette est un prolongement de soi. La dette est la loi insérée dans le corps des multitudes. Le traité Acta est la loi insérée dans ce corps en réseau, incessante circulation de désirs de démocratie radicale et de créativité socialisée.

Pour les banques et leurs gouvernements, les échanges de connaissances, les soins aux malades, la liberté de création s’apparentent à de la contrefaçon criminelle. Créer, soigner, apprendre doivent être soumis aux droits de douane des firmes propriétaires. Pour eux nous sommes tous des frontières où ils prétendent installer leurs péages et prélever les intérêts de leurs crédits-marchandises, voire infliger des agios constitutionnels à ceux qui peinent à les régler.

Dans la colonie néolibérale la frontière a été internalisée. Elle se trouve partout d’où sourd le désir de démocratie, d’invention, d’échanges, de savoir. La dîme est prélevée sur les fichiers MP3, les molécules pharmaceutiques, le génome humain.

Alors, après les gouvernements techniques, les gouvernements Acta-militaires ? L’état d’urgence ou d’exception pour appliquer l’austérité et la ponction des droits jusque dans le dernier Pôle emploi au fond du désert, jusqu’au tréfonds du dernier disque dur aux confins de la biosphère ? Jusque dans le silence des organes ?

Refusons de payer les copyright !

Refuser de rembourser la dette, ce n’est pas voler, c’est affirmer l’égalité, c’est notre droit d’auteur !

Ni Goldman Sachs, ni Time Warner ! Ni Société Générale, ni Google !

La propriété intellectuelle, c’est le vol ! Écartons les firmes transnationales du Net !

Communisons la Banque centrale européenne !

Démocratie réelle ! Revenu garanti pour tous !

 

Bienvenue à l’assemblée populaire des Indignés de Belleville

SAMEDI 3 MARS 2012 à 14h30 (sortie métro Belleville, coté 19ème arr.)

-------- Assemblée.belleville@gmail.com --------

 

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 15:34

 

Avatar of Les Indigné-e-s

 

occupygeneva.ch - by Les Indigné-e-s

 

PV du mardi 21 février 2012

22/02/2012 in Procès Verbaux  

PV DU 21 FEVRIER 2012

 

Modérateur: Ismael                      Rédaction PV : Nicole                    Durée AG : 20.00-21.30

 

Ordre du jour :

  1. Situation sur la  salle à la Maison des Associations
  2. Manifestations contre la loi anti-manifestations
  3. Compte bancaire
  4. Formation du groupe modération
  5. OccupyLondon

 

Annonces :

  • Déménagement : le démontage de la tente AG doit être fini pour dimanche, car lundi le propriétaire vient au camp pour la récupérer. On fixe le rendez-vous pour dimanche à 14 heures afin de faire ce travail : le plus grand nombre de monde possible doit être présent afin de finir rapidement ce travail.

Les gens qu’ont encore leurs affaires sur le camp sont invités d’aller les chercher.

  • Le 29 février, à l’EPFL à Lausanne, Ismaël va donner une conférence avec Fabrizio Sabelli sur le sujet de mouvements sociaux. Tout le monde est invité à y participer (éventuellement Ismaël va se renseigner sur la possibilité de mettre cette conférence online en streaming).
  • Occupy The Caquelon : il faut trouver des bois, des caquelons et tous ce qui est nécessaire pour une fondue. Cet évènement sera jeudi 23 février à 20 heures sous la tente AG.  Pour une alternative vegan, ou pour ceux qui n’aiment pas le fromage, il faut prendre contact avec Clémentine.

1. Salle à la Maison des Associations : plusieurs possibilités nous sont offertes. On pourra avoir ou une salle à nous à 350 francs par mois, ou on pourra avoir la possibilité de partager des salles plus grandes avec d’autres groupes ou encore on pourra avoir la possibilité d’obtenir une salle de conférence plus grand au sous-sol pour les AG (car la salle à 350 francs par moi n’a pas assez de place pour beaucoup de monde).

La décision sur quoi faire est renvoyée car pour le moment nous n’avons encore rien de précis et défini : Stéphane affirme que, étant donné que depuis lundi on n’aura plus la tente AG, jusqu’à quand on n’aura pas une autre solution, nous pouvons nous réunir au 10bis (à l’exception du jeudi). 

2. Manifestation contre la loi contre les manifestations.

Deux manifestions contre cette loi sont prévues cette semaine :

-          Jeudi 23 février à 18 heures, à la rue de Mont- Blanc, devant la Poste

-          Samedi 25 février à 13. 30 heures, au rond Pont de Rive

Pendant la manifestation de jeudi, les Indignés auront la possibilité d’avoir une tribune de 2 minutes afin de se présenter et expliquer pourquoi on est contraire à cette loi : l’AG vote au consensus qui sera Clémentine à prendre la parole. 

3. Compte bancaire : pour le moment est encore Martin qui a en charge le compte. Il propose de créer un groupe ad hoc qui prend en charge toute la question financière et ensuite il faut changer les procurations (même si avoir plusieurs signatures s’avèrera être comme difficile).

Ramona est intéressée à faire partie de ce groupe finance : si quelqu’un d’autre est intéressé doit la rejoindre.

Xavier soulève la question des remboursements, car ça fait depuis quelques mois qui doit avoir un remboursement de 100 francs. Sarah affirme que pour le futur, il faut faire une liste des biens communs et que les gens qui font un achat pour la collectivité doivent être mis sur cette liste afin d’obtenir un remboursement.

En ce qui concerne l’argent pour les papiers de Florin, Fred affirme que la somme lui a été déjà donnée. 

4. Formation du groupe modération : le groupe structure a décidé qu’il faut réactiver le plus rapidement possible ce groupe. Sarah affirme que le but de ce groupe est de préparer l’ordre du jour à l’avance (histoire de le poster dans le même temps que le PV, afin que tout le monde soit au clair sur quoi on va parler), préparer les gens qui doivent faire la modération et aussi décider le trio d’animation pour la modération de l’AG suivante. Ismaël affirme que pour apprendre à modérer, il faut le faire une fois et après accepter et raisonner sur les critiques qui seront faites.  Nicole affirme que l’ordre du jour doit être décidé à l’avance, mais que d’autre part il faut qu’il reste un peu flou, car nous ne savons pas si d’autres choses vont se passer entre une AG et l’autre. Stéphane affirme que l’intérêt de poster le PV à l’avance est aussi celui de motiver les gens à venir.

Sarah affirme que quand tout le mouvement sera restructuré, l’AG sera utile seulement pour prendre des décisions, elle ne sera plus une place de discussion, car les travaux seront fait dans les groupes de travail. Stéphane  dit que le groupe structure a besoin de l’avis de tout le monde afin de restructurer le mouvement d’une manière optimale. Stéphane, Sarah et Léo ont créé un plan de structure du mouvement, qui sera présenté la semaine prochaine en AG, diffusé sur le net, afin qu’elle puisse être encore discutée et ensuite validée, la version corrigée, dans l’AG suivante. 

5. OccupyLondon : Stéphane a été contacté par des indignés anglaises qui sont entrain de faire un projet de dénonciation sur des sociétés étrangères, lesquelles viennent en Suisse afin de ne pas payer les taxes dans leur pays. Ils nous ont demandé d’obtenir des informations sur ces sociétés : Stéphane a déjà pris contact avec un journaliste du Courrier pour considérer une collaboration (les indignés anglaises collaborent avec la BBC).  Afin de mieux mener ce travail, il faudra prendre contact aussi avec les Indignés d’OccupyZurich et OccupyBern.  Maya a déjà cherché de prendre contact avec ces groupes sur facebook, mais elle n’a pas eu des réponses, il faut chercher des contacts précises. Maya propose aussi d’utiliser cette argumentation pour faire des actions ponctuelles, se concentrer sur cette chose pour avancer dans le travail politique. Cette chose est seulement un exemple, mais elle peut représenter une ouverture. Maya suggère à tout le monde de lire le livre Swiss trading SA, afin de comprendre ce qui se passe réellement en Suisse. D’ailleurs, Stéphane propose aussi de prendre contact avec les écrivains pour les mettre en contact avec les indignés anglaises.

Ismaël affirmer qui va travailler sur la question dans le groupe Inégalités sociales pour avancer des propositions.

Finalement, Stéphane se demande si la Suisse ne pourrait pas avoir un rôle différent : les indignés sont aussi nés car ils demandaient plus de moralité dans la finance et celui-ci pourrait-il être un premier pas.

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 15:30

http://www.zinfos974.com/Appel-des-indignes-contre-l-abolition-de-la-societe-injuste-inegalitaire-et-neocoloniale-de-La-Reunion_a38038.html

 

Mouvement des Indignés de La Réunion

Mercredi 22 Février 2012 - 09:43

 

Appel des indignés contre l’abolition de la société injuste, inégalitaire et néocoloniale de La Réunion
Suite au mouvement de protestation contre le prix de l’essence, de la vie chère, détonateur et révélateur de l’état inégalitaire et injuste de la société réunionnaise, le mouvement des indignés réunionnais appelle solennellement  la population à se rebeller pour un véritable changement mené par le Peuple Réunionnais.

Nous appelons toutes les forces vives, les syndicats, les partis politiques, les jeunes, tous les citoyens au black out total de l’île avec comme objectif une prise de conscience populaire réunionnaise pour changer radicalement la société réunionnaise minée par des monopoles économiques coloniaux dans la distribution du carburant, du gaz, la grande distribution, les commerces, les services. Contre les positions dominantes de la SRPP, du Groupe HAYOT, Caillé, des banques françaises installées à La Réunion, des opérateurs téléphoniques français… et pleins d’autres qui se font des profits de type coloniaux et d’économie de comptoir sur le dos des Réunionnais.

Il est temps de faire un large front populaire avec comme revendication première l’abolition de tous les monopoles, favoriser les opérateurs privés et le capital réunionnais, favoriser l’accès des Jeunes Réunionnais à l’emploi dans la fonction publique et dans le secteur privé. La valorisation de la culture réunionnaise, de son identité, de sa langue par l’instauration de l’obligation de connaitre et de parler le créole pour tous les fonctionnaires et haut fonctionnaires de l’Etat dans l’île. L’accès aux responsabilités des Réunionnais dans tous les appareils d’Etat. (Direction centrale, justice, police, education nationale, par dérogation en raison de la situation exceptionnelle et dramatique que connait La Réunion (plus de 60% des jeunes au chômage).

Enfin, nous demandons la constitution des Etats généraux démocratique de Réunion chargés de mettre en place une nouvelle gouvernance institutionnelle plus efficace pour le développement harmonieux et respectueux de l’Identité Réunionnaise.  

Des propositions existent émanant de plusieurs partis politiques de l’île, de personnalités qualifiées, des syndicats. Mais elles ont du mal à percer car le pouvoir central parisien ne les écoute pas. C’est la rue qui doit les faire entendre, la rue des Réunionnais indignés et laissés pour compte.

Mouvement des Indignés de La Réunion

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22