Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 15:32

 

http://lesindignesduquebec.wordpress.com/2012/04/26/1000-etudiants-quebecois-arretes/

 

Les Indignés du Québec vous invitent à signer la pétition contre la brutalité policière. Depuis le début de la grève étudiante le gouvernement de Jean-James Charest c’est tout près d’un millier d’étudiants qui ont été arrêtés. Amnistie International, s’inquiète de ces arrestations arbitraires et déclare que «l’approche choisie pour assurer la sécurité lors des manifestations semble avoir entraîné des violations des droits fondamentaux associés aux manifestations pacifiques et au cours normal de la loi, notamment le droit à la liberté d’expression et le droit de réunion pacifique et d’association, ainsi que le droit d’être protégé contre les arrestations arbitraires».

Nous sommes les 99%, nous ne pardonnons pas , nous n’oublions pas. Redoutez-nous !


 

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 15:25

 

Publié par : M-C le avr 26, 2012
Après son succès initial, le mouvement cherche à se construire une pérennité et une méthode.

 

- A la Puerta del Sol à Madrid le 24 juillet Susana Vera / Reuters -

Où partent les indignés espagnols cet été? Fatigués de camper sur le bitume, certains vont substituer le slogan «Toma la plaza» par «Toma la playa».

 

Nouvelle campagne aux accents écolos, les cibles de cette indignation estivale sont des symboles de l’urbanisation du littoral comme le Palmar de Cadiz (un complexe touristique à 500m de la mer) ou l’hôtel Algarrobico à Almeria (un hôtel de 22 étages situé dans un parc naturel).

 

<a href=”http://ww400.smartadserver.com/call/pubjumpi/33259/230914/14321/S/[timestamp]/?”><img src=”http://ww400.smartadserver.com/call/pubi/33259/230914/14321/S/[timestamp]/?” border=”0″ alt=”" /></a>
publicité
 

D’autres préfèrent s’adonner à la randonnée pédestre. Depuis le 26 juillet, un groupe d’indignés a quitté Madrid pour Bruxelles. Arrivée prévue le 8 octobre après une pause le 17 septembre à Paris, jour où les indignés new-yorkais devraient envahir Wall Street. Derrière ces nouvelles formes de mobilisation, une même volonté de poursuivre le mouvement autrement avant la rentrée marquée par une manifestation internationale annoncée le 15 octobre.

 

Et après? Si le mouvement survit à la rupture estivale, peut-on prévoir son évolution à long terme?

«Les indignés inaugurent un nouveau cycle politique tant pour la société que pour les structures représentatives, dans le sillage des nouveaux mouvements globaux», annonce Angel Calle Collado dans une tribune publiée sur le quotidien espagnol Público.

 

Mais selon ce professeur de sociologie engagé dans le mouvement «Toma la plaza» à Cordoba, le mouvement émergent n’échappera pas à certains dilemmes: «comment construire des coordinations fluides entre les divers éléments qui composent le mouvement? Comment gérer les pressions internes et externes sans user l’horizontalité et la porosité du15M? Comment incorporer des dynamiques concrètes pour maintenir la tension militante? Quelles relations entretenir avec les «vielles formes» d’organisation politique?», se demande-t-il.

 

A circonstances inédites, nouveaux critères d’analyse

Le mouvement des indignés a trois têtes et d’autres pourraient pousser. A l’entité «Democracia Real Ya»s’ajoute l’activisme de «Toma la plaza» et des luttes contre les expulsions de logement. Et depuis qu’ils ont levé les acampadas des places publiques, les indignés nourrissent les assemblées de quartier des grandes villes espagnoles.

 

Ce qui fait dire à Luis Blanco, leader de l’Intersyndicale Alternative de Catalogne (IAC) que le mouvement tangue entre réforme et révolution: «On a d’un côté la volonté de transformation sociale avec des slogans comme “ce n’est pas une crise, c’est le système” (“no es una crisis, es el sistema”), et de l’autre des propositions concrètes plutôt réformatrices comme l’impôt sur les transactions financières ou la “dacion en pago” (une réforme législative qui permettrait aux ménages de rembourser la totalité de leur hypothèque avec la vente de leur logement. A l’heure actuelle, les banques exigent des ménages qu’ils continuent à rembourser leurs dettes même après avoir vendu leur logement, ndlr)», dit le syndicaliste.

 

Combien de temps peut-on concilier les deux? «On ne sait pas sur quoi va déboucher le 15M, mais il est fondamental qu’il maintienne sa méthodologie d’action, basée sur la décision collective et horizontale. Sur ce plan, l’apprentissage est permanent. Les militants plus expérimentés n’ont pas à imposer de grille de lecture».

 

Thomas Coutrot, vice-président d’Attac France, insiste aussi sur la nécessité de conserver l’essence du mouvement coûte que coûte: «Il ne faut pas retomber dans les ornières des formes politiques traditionnelle, où la parole est confisquée par quelques-uns, prévient-il. Mais il faudra trouver une traduction institutionnelle. On ne peut pas rester dans un mouvement de rue uniquement contestataire pour changer les institutions.»

 

D’ailleurs, «l’autre monde possible» des altermondialistes de 2001 n’est-il pas le même que celui qu’appellent les indignés de leurs vœux dix ans plus tard?

 

«Il y a certainement une filiation d’idées dans le constat commun de la crise de la démocratie et de la confiscation par l’élite politique et économique qui décrète que le seul horizon politique en vigueur est celui des marchés, admet Thomas Coutrot. La forme de mobilisation spontanée, horizontale et l’absence de porte-parole sont inspirés du mouvement altermondialiste. Mais les indignés vont plus loin.»

 

Les indignés se différencient dans les circonstances de leur naissance. En 2001, quand Attac parle d’altermondialisme pour la première fois, la crise économique ne touche que l’Argentine, pas l’Europe.

 

Dans le rapport à la violence aussi. Là où les altermondialistes étaient partagés entre une branche plus pacifiste que l’autre, les indignés font tout pour éviter le rapport de force.

 

Dans l’humour et l’originalité des initiatives: les indignés«ne sont pas anti-système, c’est le système qui est contre eux.» Et surtout dans l’éclectisme idéologique et générationnel du mouvement.

 

Alors quand on demande à David, spécialiste en marketing et engagé dans la commission communication de l’acampada de Barcelone, s’il qualifie plus le mouvement de réformateur ou de révolutionnaire, il répond forcément à côté: «Je préfère parler d’évolution. L’idée est d’aller au-delà de ce que nous connaissons et de créer quelque chose de nouveau parce qu’il a été démontré que ce qui a été fait jusqu’ici ne marche pas».

 

Une récupération, quelle récupération?

L’activiste de 32 ans souligne autant l’échec du système que des entités censées représenter une alternative. En Espagne et en Grèce où le mouvement a le plus d’écho, les gouvernements socialistes ont été critiqués tant pour leurs politiques d’austérité que pour la corruption de leurs dirigeants.

 

Le premier ministre socialiste espagnol vient d’appeler à des élections anticipées le 20 novembre (jour de la mort de Franco et du créateur de la Phalange José Antonio Primo de Rivera, ndlr) où selon le Centre d’Investigations Sociologiques (CIS), le parti populaire de Rajoy remporterait 43,1% des voix contre 36% pour les socialistes.

 

Dans ces conditions, ne pourraient-ils pas carrément créer un parti pour relancer la gauche, à l’heure où 79% des citoyens soutiennent les propositions des indignés selon une étude de Metroscopia pour El Pais?

 

«Je pense possible que demain, il se créé un certain type de parti politique, répond Ignacio Escolar, journaliste fondateur du quotidien Público. Mais à court terme, cela me paraît peu envisageable car les personnes impliqués dans les assemblées et dans le mouvement «Democracia Real Ya» ne sont pas dans cette démarche. Ils voient plus leur rôle comme celui d’un groupe de pression citoyen sur les partis pour peser sur l’agenda politique. Mais sans penser à devenir leader de cette masse citoyenne.»

 

Même opinion du côté de Joseph Stiglitz, le prix Nobel d’économie de passage au premier Forum Social des indignés lundi 25 juillet: «Il est important qu’ils maintiennent le mouvement politique mais qu’en parallèle, ils donnent une place au plan analytique», a-t-il affirmé sur Público, avant d’ajouter que cela ne devait pas «nécessairement» passer par la création d’un parti politique: «Tout dépend de comment réagit la scène politique».

 

Le dilemme que les indignés se posent quant à leur relation aux «vieilles formes»politiques et syndicales ne dépend donc pas que d’eux. On attend de voir comment le système politique va réagir face à cette nouvelle voix qui refuse tout type de catégorisation. Là-dessus, les citoyens espagnols y croient moins. Selon le baromètre du Cabinet d’Etudes Sociales et de l’Opinion Publique (GESOp), 68,5% d’entre-eux sont persuadés que les partis ne feront pas le moindre cas des indignés. Pourtant, «les partis ne peuvent pas se permettre de ne pas leur prêter attention», prévient une journaliste d’El Pais.

 

«A court terme, le 15M peut faire augmenter le vote blanc, mais il n’aura pas d’influence réelle sur les élections, estime Luis Blanco. Après, en fonction de la manière dont le probable gouvernement Rajoy se positionne, ça peut changer. Et les partis de la gauche parlementaire pourraient opter pour le soutenir plus… D’ailleurs, ça commence déjà… »

 

Un parti aurait en effet bien du mal à se dire ouvertement contre le mouvement des indignés aujourd’hui, même si son slogan principal est «no nos representan»(«ils ne nous représentent pas»).Résultat, «que ce soit les partis de gauche ou de droite, tous essaient d’inclure les idées du 15M, précise Ignacio Escolar. Le candidat socialiste Rubalcalba en a reprises beaucoup, même si ce n’est pour l’instant qu’un discours de façade. Mais ça signifie que les idées du 15M se sont diffusées dans la société. Et pour les partis à la gauche de la gauche comme Izquierda Unida (IU) ou les Verts, l’attention va beaucoup plus loin car ils sont conscients que 90% ou 100% de leur électorat sont des sympathisants des indignés

 

«Si le mouvement meurt, un autre prendra sa place»

Une chose est sûre pour le journaliste espagnol, les indignés ont déjà fait bouger les lignes. «Le mouvement des indignés a réussi à amener sur la place publique des thèmes dont jusque-là personne ne s’intéressait vraiment: la question de l’absence d’alternance politique, celle de la réforme de loi électorale, le drame de l’endettement à vie des familles sous le coup de l’hypothèque».

 

 Les mouvements sociaux espagnols aussi sont à jamais bousculés. «Le 14 mai, la veille du 15M, les syndicats avaient réunis 50.000 personnes, soit cinq fois plus que le lendemain. Désormais, le rapport des forces est inversé: le 19 juin, 200.000 personnes sont descendues dans les rues de Barcelone à l’appel des indignés. Deux jours plus tard, la mobilisation de la Confédération Européenne des Syndicats a rameuté 500 personnes…», sourit le syndicaliste, bien content d’être plus proche des indignés que des syndicats majoritaires qui ont participé à cette marche ridicule. Il évoque les dissensions internes au sein des deux grands syndicats (UGT et CC OO), incapables de se mettre d’accord sur la relation à établir avec le mouvement citoyen.

 

Quel que soit l’avenir du 15M, «la plus grande erreur de tous ceux qui cherchent à l’enterrer est de croire que ces protestations peuvent disparaître avant que les causes qui ont provoqué leur naissance aient été résolues »,écrit Ignacio Escolar sur son blog politique, le plus lu en castillan. «Même si le 15M finissait par perdre le soutien populaire dont il jouit, un autre mouvement viendrait prendre sa place.»

 

Quant à savoir si le mouvement peut s’internationaliser, difficile à dire sur quoi va déboucher la marche populaire qui s’achèvera à Bruxelles le 8 octobre, date à laquelle ils livreront aux eurodéputés leurs revendications «globales».

 

Le fait que des Allemands d’Aquisgrán (à la frontière avec la Belgique) se joignent à la fête, ainsi que des Français partis de Toulouse et de Paris, n’augure pas encore la naissance d’un mouvement européen structuré.

 

L’appel des indignés américains à inonder Wall Street de «tentes, cuisines et barricades» le 17 septembre n’annonce pas non plus la promesse d’un soulèvement mondial. Mais pour Thomas Coutrot, la protestation espagnole a bien une saveur européenne, car «les racines des mouvements espagnol et grec sont présentes dans toutes l’Europe. La crise de la dette va s’étendre et atteindre d’autres pays qui appliquent le même type de restrictions budgétaires.»

 

Entre les Cassandres du 15M et celles des finances européennes, les paris sont ouverts.

 

Emmanuel Haddad

 

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 15:18

 

BERLIN (ALLEMAGNE) [27.04.12] – Le mouvement des Indignés s’est emparé de la 7e édition de la Biennale de Berlin, à la demande de son Commissaire, l’artiste polonais Artur Żmijewski. Le ton est donné pour cet événement où le politique prend le pas sur l’art, du 27 avril au 1e juillet. PAR ISABELLE SPICER


 
La Biennale de Berlin n’avait pas encore commencé qu’elle suscitait déjà des polémiques. Les commissaires associés de la Biennale, le collectif Voina, a été arrêté par la police russe, et n’ayant pas l’autorisation de quitter Saint-Pétersbourg, a dû annuler sa participation. L’action d’un artiste tchèque, Martin Zet, appelant au recyclage, donc à la destruction d’un livre anti-immigration du député social-démocrate Thilo Sarrazin, avait été dénoncée comme une atteinte à la liberté d’expression, rappelant les autodafés nazis. Des opposants à ce projet avaient manifesté en janvier dernier place Bebel à Berlin, à l’endroit même où les nazis avaient brûlé plus de 20 000 livres proscrits par le régime en 1933.

Le ton était ainsi donné pour cette 7e Biennale, au nom évocateur « Forget Fear », « Oubliez la peur », consacrée à l’action politique des artistes, et placée sous le signe de la controverse.
Le commissaire principal de l’exposition, Artur Zmijewski, a confié les clés de la conférence de presse au mouvement des Indignés. En lieu et place des questions-réponses aux organisateurs et commissaires de l’exposition, les journalistes se sont donc fait interpeler par les Indignés. Les Indignés disposent également de la salle principale de la Biennale, où ils « font ce qu’ils veulent », selon mijewski, dans la limite du respect des lois, puisque la Biennale est financée par l’Etat fédéral allemand. Un autre projet intitulé Breaking The News, à la frontière entre art et journalisme, documente les appels à la désobéissance civile à travers le monde, sur une série d’écrans géants.

Autre signe de la primauté de la politique sur l’art dans cette Biennale, le catalogue ne comporte pratiquement que des textes politiques, ainsi que des entretiens avec les artistes, illustrés par de très rares photos. L’artiste Pawel Althamer y déclare ainsi qu’il serait nécessaire d’envoyer des artistes à la place de l’armée dans les zones de conflit. Ceux-ci pourraient permettre de renouer le dialogue grâce à la création artistique et éviter des conflits armés. Les soldats ne devraient être envoyés qu’en cas d’échec, voire de décès des artistes. Pour illustrer ce que pourrait être cette action artistique, il a mis en place un « congrès des dessinateurs », où tout visiteur de la Biennale peut venir s’exprimer à travers le dessin, sans aucune censure. Les murs d’une église désaffectée ont été recouverts de papier blanc, et Pawel Althamer, dont on a récemment pu voir les œuvres au Deutsche Guggenheim, donne l’exemple en dessinant sa carte d’identité au fusain. L’œuvre collective sera donnée au public à la fin de la Biennale.

Le conflit est un thème majeur de cette Biennale, à l’instar du projet de l’artiste Khaled Jarrar, qui, en réponse à l’absence d’un Etat palestinien a décidé de prendre les choses en main en créant un tampon fictif de cet état. Il tamponne les passeports des visiteurs de la Biennale qui le souhaitent. Il a également créé une série de timbres de l’Etat palestinien, en utilisant les programmes des postes qui permettent de réaliser les timbres à la demande. Les timbres ont été issus par les postes allemandes et néerlandaises. « La Poste française a refusé ce projet, sans nous donner de raison valable », déclare Khaled Jarrar. Ces timbres peuvent être achetés à la boutique souvenir de la Biennale.

L’Allemagne est renvoyée à son histoire par l’artiste polonais Lukasz Surowiec, dans le projet Berlin-Birkenau. Celui-ci a essaimé dans tout Berlin et sur le lieu principal de la Berlinale de jeunes pousses de boulots, issus de la région de Birkenau à proximité du camp d’extermination d’Auschwitz. Ces arbres deviendront des « archives vivantes ». A l’initiative de Maciej Mielecki, une reconstitution de la prise de Berlin en 1945 est prévue le 29 avril 2012. Nul doute que les Allemands, dont la confrontation à cette période de l’histoire est constante et toujours délicate, apprécieront. La Pologne doit également faire face à son histoire avec le projet de l’artiste Yael Bartana et du « Mouvement pour la renaissance juive en Pologne », qui proposent le retour de 3 300 000 juifs en Pologne, afin d’y reconstituer une communauté.

La Biennale est financée à hauteur de 2,5 millions d’euros par la Fondation pour la Culture fédérale. Selon Gabriele Horn, directrice de la Biennale, cette somme a permis une prise de risque dans l’élaboration du contenu de l’exposition. Prônant l’action démocratique, les organisateurs sont cohérents avec leur objectifs en ouvrant le vernissage au public et en instituant la gratuité totale de la Biennale, jusqu’au 1e juillet 2012.

Spicer Isabelle

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 15:33

300 000 indignés dans les rues de Montréal | Marches Paris 2012 | Scoop.it

 

Les indignés du Québec vous appuient en ce printemps québécois qui depuis le début du mois a vu deux manifestations consécutives dans les rues de Montréal. La premières a réuni 250 000 étudiants et la deuxième 300 000 indignés qui sont sortis pour manifester leur ras-le bol à l'occasion du jour de la terre.
Nous sommes les 99%. Nous ne pardonnons pas. Nous n'oublions pas. Redoutez-nous!

(NDLR: reçu en commentaire sur le scoop-it http://www.scoop.it/t/marches-lille-paris-2012)

Scooped by MARCHE PARIS 2012

300 000 indignés dans les rues de Montréal

 

Les indignés du Québec étaient nombreux à sortir dans les rues de Montréal pour le jour de la terre, et pour signifier au gouvernement du parti libéral de Jean-James Charest que nous en avons soupé de la corruption et des petites magouilles. Nous refusons de donner notre sous-sol à la Chine, et à l’Inde. Libérez nous des libéraux et vive le printemps érable !

Nous sommes les 99%, nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas, redoutez nous !

Les indignés du Québec ne sont qu’une idée et les idées sont indestructibles. Sachez bien que nous savons, alors casse toi pauvre con !

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 15:26

 

Le 1er mai prochain : Indignez-vous !

Posted: 26 avril 2012 in Information

533931_399205683437827_100000451973703_1389575_419400047_n

 

 

Le 12 Mai, les Indigné-es de Strasbourg prennent la parole !

Posted: 26 avril 2012 in Information

noussommesles99

 

 

Le 19 mai, tous et toutes à Francfort !

Posted: 26 avril 2012 in Information

Le 19 mai, tous et toutes à Francfort !

Partager cet article
Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 13:12

 

 

 

LE MONDE | 25.04.2012 à 14h50 • Mis à jour le 25.04.2012 à 14h52

Par Mélina Gazsi

 
 

Voilà un cahier pour ne pas colorier idiot, et plus encore pour mettre en couleur les combats menés depuis des siècles dans le monde pour la justice et les droits de l'homme. S'y côtoient Spartacus, Ghandi, Toussaint Louverture, Martin Luther King, Rosa Parks, Aung San Suu Kyi, l'abbé Pierre, le dalaï-lama et tant d'autres figures plus ou moins connues et parfois oubliées. Dans ce cahier de coloriage de 64 pages, l'histoire des luttes n'a pas de frontières. A la prise de la Bastille et à la Résistance succèdent les manifestations contre la guerre du Vietnam à Washington, les Jeux olympiques d'été de 1968 à Mexico, la "révolution des oeillets" au Portugal en 1974, la chute du mur de Berlin et le "printemps arabe"... Un livre d'histoire en quelque sorte, que les parents pourront commenter à leur guise !

 

"Indigne toi !" de Corinne Sellier.

Indigne-toi ! Cahier de coloriage de Corinne Sellier. 60 p., 7,99 €. Editions Chiflet & Cie. Hugoetcie.com

Mélina Gazsi

 

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 21:23

 


 

http://www.scoop.it/t/marche-banlieues

www.facebook.com - April 24, 8:26 PM

Faced with the inability of the powers that be to enforce the rights to self determination of Palestinians, other than their persistent focus on profit that results in their continued permanent oppression, a group of people are marching from Nice to Athens together with people from all over the world present at the Rome Agora, are calling for a to walk to Jerusalem for peace.

A broad platform will be created to enable a participatory process for the creation of this project, which will be submitted to the Agora of Athens upon the arrival of the marchers.

Tags: agoraroma, gaza, israel, march, palestine, walk

We 'll organize it in Athens, during the Global Agora of Athens (https://www.facebook.com/agoraathens )

first meeting on the 6 of May

https://www.facebook.com/events/307530862647972/

 

twitter : https://twitter.com/#!/marchtojerusale

facebook : http://www.facebook.com/profile.php?id=100003674779106

facebook Page : http://www.facebook.com/Internationalmarchtojerusalem

Streaming : http://bambuser.com/channel/MarchtoJerusalem


Via MarchToJerusalem
Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 21:19

 

Avatar of Les Indigné-e-s

 

http://www.occupygeneva.ch/

par Les Indigné-e-s

 

Colloque : Guérilla sociale, guérilla ARTISTIQUE!

24/04/2012 in Actualité

Guérilla sociale et guérilla artistique : Débats et tables rondes en prélude au spectacle “J’embrasse le Monde”


Les 25, 26 et 27 avril 2012 à la Fonderie Kugler, se tiendra un colloque

afin de questionner l’engagement citoyen, les luttes sociales et leurs interfaces avec l’action artistique aujourd’hui face à la crise.

 

 

 

Programme du colloque


Mercredi 25 avril
17h00 ouverture des portes (soirée placée sous le regard de Ramzi Ghorch, peintre)
17h30-19h Conférence gesticulée Juliette Ryser : « Détournement de fond »
19h-19h45 Conférence de Philippe Corcuff : « Repenser mélancoliquement la critique sociale émancipatrice,

à l’écart des séductions de la nostalgie, des pièges du manichéisme et des illusions de l’immédiateté »
19h45-20h30 pause gastronomique
20h30-22h10 Film « A la vie à la mort » de Robert Guédiguian
22h10 Table ronde : « Les gens de peu sont aussi des héros » avec Philippe Corcuff, Christophe Otzenberger,

Bernard Sasia et Manuela Salvi
22h45 Sophie Solo Chansons militantes


Jeudi 26 avril
17h30 ouverture des portes
18h00 Exposé Sterenn Lebayle « Abstention, insoumission civique, création politique»
19h-19h45 conférence de Micky Zimmerman : « Retour sur investissement, croissance sur la misère »
19h45-20h30 pause gastronomique
20h30-22h Film « Fragments sur la misère » de Christophe Otzenberger
22h Table Ronde : « Luttes sociales et dignité » avec Christophe Otzenberger, Bernard Sasia, Philippe Corcuff, Christophe Gallaz, Micky Zimmermann et
Manuela Salvi
22h45 Christophe Gallaz, Souphiene Amiar , Loulou, José Ponce, Malou, lectures textes théâtre engagé et slam


Vendredi 27 avril
18h30 ouverture des portes
19h-19h45 conférence de Mathieu Menguini : « De l’art et de l’agora. Politique de la création,citoyenneté de la réception »
19h45-20h30 pause gastronomique
20h30- 22h00 Film « Rosetta» de Jean-Pierre et Luc Dardenne
22h-22h45 Table ronde : « Témoignages de pratiques » avec Matthieu Menghini, Anne Bisang, Martine Paschoud et Cécile Dalla Torre
22h45 concert performance Greta Gratos

Information complémentaires :

Technique: Michel Zurcher Décors: Florence Magni Remerciements: Librairie Le Rameau d’Or Saveur Bretagne Traiteur Crêpier (www.saveurbretagne.com) Uvavins

Soutien

Département de la Culture et des Sports de la Ville de Genève Fondation Göhner Stiftung

FPLCE – Fondation pour la promotion de lieux pour la culture émergente

 

 

                                                                               ***********************************
Occupygeneva

par Les Indigné-e-s

1er Mai aux Bastions!

24/04/2012 in Actualité

 

 

Bonjour à tous,

Voici les prochaines dates importantes pour le mouvement Occupy Geneve:

Le 1er Mai nous seront présent aux parc des Bastions à l’occasion de la fête du travail! Venez discuter avec nous autour d’une bière. De la documentation sera mis à votre disposition et nous serons là pour répondre à vos questions.

le 15 Mai marquera le retour des Assemblées générales de quartier. Celle-ci aura lieu à la maison des association et portera sur le thème « y’a t-il une éthique dans les caisses de fond de pension? »

Nous pouvons déjà vous annoncer les intervenants suivants:

Roby Tshopp (www.Actares.ch- actionariat pour une économie durable)
Caroline Shum (www.nest-info.ch- caisse de pension éthique et durable)
Un représentant de www.apres.ch (Chambre d’économie sociale et solidaire)
En attente de confirmation confirmation:
Mr. David Hiler (Conseiller d’état en charge des finances du canton de Genève)

Nous posterons l’affiche de l’événement et toutes les informations supplémentaire dans le courant de la semaine prochaine.

Pour finir nous vous rappelons nos réunions de la semaine:

Assemblées générale:

Mardi 20h00 au squat du 10 bis (quartier des grottes)

Jeudi 20h00 Maison des associations (dans le local d’Attac et des Amis du Monde diplomatique)

Samedi 14h00 Parc des Bastions (devant le mur des réformateurs)

Réunions du groupe de travail « Économie, Inégalités sociales, Paradis fiscaux »:

Maison des associations (dans le local d’Attac et des Amis du Monde diplomatique)

Les jeudis pairs de chaque mois de 18h à 20h

(illustration: Clémentine Gilliéron)

 

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 14:11
http://www.youtube.com/watch?v=K_k89yHwq0E

 

Publiée le 20 avril 2012 par telelibre

Partout en France et dans ses colonies...
#occuponslacampagne : http://www.facebook.com/Occuponslacampagne

 

 

 


Partager cet article
Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 13:56

http://www.photographyserved.com/gallery/Occupy-Paris-Les-Indigns/2719449

  • Occupy La Defense & Paris
    Portraits of "indignés", indignados, indignants
  • It’s been a few weeks that the Indignant talk, discuss and build new ideas in the business District of Paris (La Défense).
    They are part of the 99 per cent.
    The ones who have no money, no power, but the willingness to live better.
    Their tenacity and their unity are their strenghts.
    Here will you find, at random, some of the faces of these indignant ; these anonymous people who make the protest movement emerge from obscurity, through unity and mobilization.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22