Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 19:10

La si belle et si propre cité montpellérienne ne supporte plus de voir les Indignés habiter les cabanes sur les platanes.

 

Cabanes sur les arbres à Montpellier 
Cabanes sur les arbres à Montpellier© Olivier

 

La police s'est présentée ce matin de vendredi 29 juin 2012 aux fins de procéder à l'évacuation des impétrants à qui personne pourtant n'a pu reprocher ni l'hygiène ni le comportement, que chacun, y compris dans la presse, reconnaît être et très social et véritablement convivial. N'importe !... il leur faut débarrasser les lieux de cet exemple de liberté, il leur faut nettoyer la ville pour les festivals, il leur faut rester entre bourgeois bohèmes !...

Mais déloger des gens suspendus à 10 mètres au-dessus du sol !... il faut des échelles de pompiers !...

Les flics sont repartis. L'intimidation va faire son chemin dans les têtes : les localiers se sentent protégés d'une barrière policière, et les activistes se trouvent inquiétés de mesures de surveillance. Voilà notre monde !

Cet après-midi de vendredi, pendant que la bonne société fera planter ses chapiteaux pour les opérations commerciales de la ville aux couleurs d'un été pourtant bien trouble et très amer, les occupants descendront proposer leurs activités libres, vannerie, décoration, expositions-débats... Le choix de nos sociétés, en somme !...

 

Jean-Jacques M’µ

Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 18:57

 

afpPar afp
 
La "Nuit blanche" perturbée par des "Indignés" à Tel-Aviv par afp
Plusieurs centaines de personnes ont perturbé jeudi soir les événements culturels de rue organisés à l'occasion de la "Nuit blanche", à Tel-Aviv, pour protester contre la répression policière lors de récentes manifestations sociales. Durée: 00:53
 
29-06-2012
                                                                         **************************************************

Le Monde - 29.06.2012 à 09h38 • Mis à jour le 29.06.2012 à 09h38

Israël : la "Nuit blanche" perturbée par les "indignés" à Tel-Aviv

 

 

 

Environ 200 personnes ont perturbé, jeudi 28 juin, les événements culturels de rue organisés à l'occasion de la "Nuit blanche", à Tel-Aviv, pour protester contre la répression policière lors de récentes manifestations sociales. Les manifestants se sont rassemblés en début de soirée au centre de la ville et brandissaient des pancartes pour la "justice sociale" et contre le maire de la ville, Ron Huldaï. Nombre d'entre eux portaient des tee-shirts noirs, une allusion à la campagne, lancée sur Facebook, appelant à l'organisation d'une "Nuit noire" en contrepoint à la "Nuit blanche", festival nocturne organisé par la mairie de Tel-Aviv, qui attire chaque année des milliers de participants. Les manifestants ont perturbé par leurs cris les événements - concerts, spectacles, défilés, films en plein air - organisés sous le patronage de la mairie. Le styliste français Jean-Charles de Castelbajac devait se produire dans la soirée avec le groupe Nouvelle Vague pour un spectacle mêlant installations plastiques, création mode et musique électro. Certains participants à la "Nuit noire" portaient des tentes, symboles du mouvement social de l'été 2011, pendant lequel des milliers d'Israéliens ont campé dans les rues, dans les principales villes du pays, pour protester notamment contre la cherté des loyers. (avec AFP.)

 


Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 18:51

 

Midi Libre
29/06/2012, 17 h 01 | Mis à jour le 29/06/2012, 17 h 45
Les indignés avaient installé leur campement dans les platanes de l'Esplanade. MONTPELLIER LE 29 06 2012.LA POLICE, MUNICIPALE ET NATIONALE ,A TENTE D'EXPULSER DES INDIGNES QUI OCCUPENT DES ARBRES DE L'ESPLANADE CHARLES DE GAULLE DEPUIS PLUSIEURS JOURS . 2 PERSONNES ONT ETE ARRETEES .
Les indignés avaient installé leur campement dans les platanes de l'Esplanade.
MONTPELLIER LE 29 06 2012.LA POLICE, MUNICIPALE ET NATIONALE ,A TENTE D'EXPULSER DES INDIGNES QUI OCCUPENT DES ARBRES DE L'ESPLANADE CHARLES DE GAULLE DEPUIS PLUSIEURS JOURS . 2 PERSONNES ONT ETE ARRETEES . (JEAN MICHEL MART)

Une vingtaine d’indignés de l’Esplanade Charles-de-Gaule a été délogée ce matin vers 9 h.

Non sans mal

Les policiers ont été aidés de la grande échelle des pompiers et des policiers municipaux pour parvenir à atteindre les plus haut perchés. Non sans un certain mal.

Trois personnes, parmi les indignés, ont été interpellées et placées en garde-à-vue. Cette décision de la municipalité fait suite à une décision du tribunal administratif de Montpellier jugeant cette occupation du domaine public illicite.

A cause des Estivales ?

Les indignés estiment que la soudaine en vie municipale de les voir déguerpir est liée à l’inauguration des Estivales ce soir, sur cette même Esplanade.

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 19:35

 

jeudi 28 juin 2012


 

Hier le 27 juin, le tribunal administratif de Montpellier a ordonné sur demande de la Mairie de Montpellier le démontage des cabanes installées dans les platanes de l'Esplanade Charles de Gaulle depuis le 12 mai .


La Mairie de Montpellier, dans sa requête a formulé des accusations infondées contre le collectif qui campe dans les cabanes, faisant étant de comportements agressifs et d'insultes, qui n'ont jamais existé,

Nous dénonçons les allégations mensongères de la Mairie, alors que depuis le début de l'occupation des arbres, la police municipale a, à plusieurs reprises, agressé violemment et de façon abusive les campeurs, n'hésitant pas à matraquer un campeur (voir vidéo en lien) ou gazer sans sommation une jeune femme qui rangeait du matériel de cuisine sous l'arbre,

Nous réfutons les argument utilisés par la Mairie de Montpellier, pour justifier leur demande. 
 Depuis 6 semaines que ce camp est en place, aucun accident ou chute d'objet n'a été déploré, et la mairie a elle même reconnu par voie de presse qu'aucun trouble à l'ordre public ne pouvait être reproché aux campeurs (voir midi libre du 19 juin 2012).
De plus, nous ne voyons vraiment pas en quoi la présence des cabanes pourrait gêner le déroulement des Estivales : l'espace occupé se trouve en hauteur et donc n'empiète pas sur celui de la manifestation, et les notions de partage et de convivialité véhiculées par cet évènement font également partie des valeurs du mouvement.

Nous déplorons que l'usage de la force soit autorisé dans le but d'expulser les campeurs. Ce camp représente depuis le 12 mai un geste fort de réappropriation de l'espace public, une manifestation permanente et pacifique contre le système politique et financier actuel et les dommages qu'il cause, Il a pour but d'informer et de présenter des alternatives.
 Il recueille la sympathie de nombreux montpelliérains, venus discuter et s'informer, Nous pensons qu'une expulsion violente d'un camp à 7 mètres au dessus du sol ne se révèlera bien plus dangereuse que la simple occupation pacifique et non violente des cabanes.

Nous appelons à un rassemblement de soutien sous les platanes dès l'expiration du délai de 48 h imparti par le Tribunal.
 Nous demandons à toute personne soucieuse des droits des citoyens et de la démocratie de venir en tant que témoin et observateur.
 Nous sollicitons un plus grand nombre possible de témoignages filmés et photographiés, afin de garantir la sécurité des campeurs. 

Rendez vous le jeudi 28 juin sous les cabanes, dès 14h pour un atelier de désobeissance civile 
puis nous nous préparerons à faire face à l'expulsion annoncée 

Vidéo de l'agression policière d'un indigné :film
Partager cet article
Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 19:27

 

20minutes.fr

  Créé le 28/06/2012 à 11h16 -- Mis à jour le 28/06/2012 à 11h54
Des "YayoFlautas" manifestent devant le consulat d'Allemagne à Barcelone, en Espagne, le 22 juin 2012.

Des "YayoFlautas" manifestent devant le consulat d'Allemagne à Barcelone, en Espagne, le 22 juin 2012. Josep Lago afp.com


ECONOMIE - Ils refusent que leurs petits-enfants vivent moins bien qu'eux...

Parce qu'ils refusent que leurs petits-enfants vivent moins bien qu'eux et paient "pour sauver une oligarchie", parce qu'ils sont devenus les piliers d'une société espagnole étranglée par le chômage, des retraités "indignés" ont repris les armes du combat social.

Reconnaissables à leur gilet de sécurité fluorescent jaune et à leurs sifflets, les "YayoFlautas", inspirés du mot "iaio", papy en catalan, multiplient les actions contre les coupes budgétaires et le monde de la finance.

Bankia, la banque espagnole récemment nationalisée, dont le sauvetage public de 23,5 milliards d'euros a précipité le pays dans une crise historique, est l'une de leurs cibles de choix.

Occupations de succursales de Bankia, de la Deutsche Bank, plus récemment du consulat d'Allemagne à Barcelone: ils ne restent jamais longtemps, juste le temps d'arriver en fanfare, de rencontrer les responsables ou de lire leurs manifestes pour dénoncer "l'argent pour sauver une oligarchie, et non pour les citoyens".

Leur message est gravé sur leurs gilets: "Non aux privatisations. Non à la corruption et à la spéculation".

"Nous sommes directement issus des indignés", explique Felipe Aranguren, l'un des porte-drapeaux du mouvement né en mai 2011 en Espagne, qui dénonce une classe dirigeante incapable de sortir le pays de l'ornière.

"On était 14 au départ. On se connaissait d'anciennes luttes contre (le dictateur Francisco) Franco et ensuite pour la démocratie", raconte ce retraité de 61 ans, issu de la gauche radicale.

Nés à Barcelone, les "YayoFlautas" ont fait des émules dans d'autres villes dont Madrid, Séville, Cordoue, Valence ou Palma de Majorque.

"L'idée de base, c'est que nous avons perçu que nos enfants et nos petits-enfants avaient comme perspective une vie pire que la nôtre. Et qu'il fallait reprendre la lutte pour défendre nos droits", explique Celestino Sanchez, 63 ans, un autre fondateur du groupe.

Car "je connais beaucoup d'amis qui doivent aider leurs petits-enfants. Ils perdent leur travail et reviennent chez leurs parents, mais les parents sont aussi au chômage. Alors les grands-parents partagent leur maigre pension", témoigne Victoria Lillo, une "YayoFlauta" de 54 ans.

Des retraités aident leurs petits-enfants

Un retraité sur trois a aidé financièrement l'un des membres de sa famille avec sa retraite ces dernières années, et un sur quatre a dû récupérer un enfant à la maison, selon une étude récente de la Croix Rouge de Catalogne.

Les personnes âgées sont devenues "un pilier indispensable pour pallier les séquelles de la crise", 20% d'entre elles apportant une aide financière à l'un de ses enfants, 10% une aide alimentaire et 6,5% ayant accueilli un enfant à la maison, selon cette étude.

"Pourquoi YayoFlautas? L'idée est venue des insultes de la présidente de droite de la région de Madrid Esperanza Aguirre", qui a traité les indignés de "perroflautas", surnom péjoratif désignant de jeunes marginaux vivant dans la rue avec leur chien et jouant de la flûte, raconte Celestino Sanchez.

"Elle nous a tellement énervés qu'on voulait se moquer d'elle. Et aussi, on voulait faire quelque chose pour la jeune génération", dans un pays où un jeune de moins de 25 ans sur deux est au chômage, ajoute-t-il.

Le scandale Bankia qui a éclaté fin mai a décuplé la colère et les troupes.

"Ici, personne ne prend jamais ses responsabilités. Il faut qu'ils paient pour leurs erreurs", s'enflamme Pilar Goytre, une retraitée de Madrid de 65 ans, venue soutenir le 14 juin le dépôt de plainte contre plusieurs dirigeants de Bankia, dont l'ex-président de la banque, Rodrigo Rato.

"On ne peut pas tolérer que Bankia jette dehors des familles. Si elle est nationalisée, elle est à nous et ses logements aussi", s'insurge à ses côtés Victoria Lillo.

Or "nous savons d'expérience qu'il faut agir car personne ne va bouger pour nous", poursuit Pilar. Elle est persuadée "qu'à la fin de l'été, ils vont couper les retraites aussi".

© 2012 AFP
Partager cet article
Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 12:33



Depuis le 12 mai, des camps se sont établis sur l'esplanade Charles de Gaulle, à Montpellier.

Ces camps ont pour objectif d'informer les citoyens sur le système politique et financier actuel, et sa nocivité. Ils représentent une manifestation permanente contre les abus dont nous sommes victimes, et souhaitent proposer
des alternatives.



Un camp s'est établi dans un platane, les personnes qui l'ont crée et le font vivre y déploient leur ingéniosité et leur créativité . Ce camp suscite la sympathie des Montpelliérains depuis son installation.

Pourtant depuis 5 semaines ils subissent une violente répression policière : coups, gazage aux lacrymogènes, vol et confiscation de matériel :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=BzHb8rOwKAY


Un cran a encore été franchi dans la répression avec le gazage sans sommation d'une campeuse mercredi 20 juin au soir.

La Mairie de Montpellier, par voie de presse, a annoncé qu'elle entamait des poursuites judiciaires pour expulser le camp de l'arbre. Ceci en vue de l'ouverture des Estivales le vendredi 29.  Le motif invoqué pour expulser les campeurs est la "mise en danger d'eux même" , tout en précisant "qu'on ne peut pas les accuser de troubler l'ordre public" (Midi Libre du 19 juin 2012).

Si on ne peut pas accuser les campeurs de troubler l'ordre public, nous voyons mal en quoi leur présence pourrait perturber les dégustations lors des Estivales.
De plus nous pensons qu'un assaut des forces de l'ordre pour les déloger mettra ces personnes en bien plus grand danger que le simple fait d'habiter dans une cabane.

L'expulsion est imminente, nous avons donc besoin de votre soutien au pied des arbres de l'esplanade, dès aujourd'hui (27 juin) !

Plus d'infos :
Site internet : http://acampadamontpellier.blogspot.fr/
Groupe facebook : http://www.facebook.com/groups/132142313529184/
Site national : http://indigne-e-s.net/

www.desobeir.net

Partager cet article
Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 15:48
http://occupyfrance.org/26-06-2012/une-rencontre-europeenne-sur-la-dette-les-droits-et-la-democratie/infos/1108
Publié le 26 juin 2012

99 PRÉDIT RESET EUROPE (*Traduction de ce texte en Italien et en Espagnol visible sur le site d'occupyfrance)


UNE RENCONTRE EUROPÉENNE SUR LA DETTE, LES DROITS ET LA DÉMOCRATIE.

Qu’est-ce c’est ? 
Une rencontre des réseaux et des mouvements de toute l’Europe pour parler de la Dette, de la Démocratie, et des Droits à l’échelle Européenne, qui aura lieu à Madrid du 27 au 30 septembre 2012
Pour qui ?
Les politiques d’austérité sont générées à une échelle européenne. Dans un échiquier qui dépasse de beaucoup les frontières nationales, la finance joue un rôle au service des intérêts politiques de 1 % de la population.
Mais: qu’est-ce qui compose cet espace pour les autres 99 % ? Qu’est-ce qui a fait que des millions de personnes se sont senties profondément affectées par ce qui s’est passé en Égypte, à Tunis, au Portugal, sur la place Syntagma en Grèce, au Mexique, à Wall Street et dans beaucoup d’autres lieux dans le monde ? Comment fonctionne cette structure politique d’un nouveau un type après l’éclatement du printemps arabe, l’Islande, la Grèce, après le 15 mai en Espagne ? Plus important encore : comment continuons-nous ?
Pourquoi ?
Nous voulons mettre en relation les connaissances apprises sur les places et les réseaux dans le contexte du 15M, avec les connaissances des réseaux européens. Est l’intérêt de produire un espace d’échange, de coopération et d’organisation à une échelle Européenne.
L’objectif est sortir de la rencontre avec un calendrier de travail commun, d’évènements communs autour des trois thèmes (la Dette, la Démocratie, les Droits) et des outils communs de travail.
D’où cela sort-il ?
La proposition est née dans les journées européennes « Blockupy » qui ont eu lieu dans la ville de Frankfurt du 17 au 20 mai.
Quand cela aura-t-il lieu ?
Du 27 septembre au 30 septembre à Madrid.
En quoi cela va-t-il consister ?
La rencontre aura trois types d’espaces distincts de travail.
DES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES : Il y en aura deux, une de bienvenue et l’autre de fermeture avec les conclusions de la rencontre et les compromis actés.
DES ATELIERS : Ce seront des espaces de travail pratique et d’échanges de savoirs. En principe il y aura trois ateliers pour chacun des thèmes (Dette, Droits, Démocratie) bien que, en fonction de la quantité d’ateliers proposés, ils pourront s’agrandir.
DES GROUPES de TRAVAIL / PROPOSITION Chacun des thèmes aura une réunion spécifique durant tout un matin ou durant toute une après-midi dans laquelle il sera décidé les dates communes pour ce thème, les objectfds et les outils communs de travail, etc..
DES TABLES RONDES : Il y en aura deux pour chaque thème et ce seront des espaces plus classiques sous forme de bavardage avec des représentants des différents noeuds de réseaux européens.
Comment peux-je participer ?
À travers du web 99agora.net on trouvera les textes, les actes, les convocations et aussi un formulaire en ligne pour proposer des ateliers.
Si tu veux proposer quelque chose voici quelques précisions :
A. – La rencontre est Européenne, on essaie de proposer des choses qui ont un sens à cette échelle
B. – Les ateliers sont encadrés à l’intérieur de chacun des trois thèmes, la Dette, les Droits, la Démocratie. Ce sont des thèmes amples et nous voulons les compléter, mais il est important de s’ajuster à ces thèmes.
C. – La rencontre a un caractère fondamentalement pratique, d’échange de façons de faire, de méthodologies de travail, d’outils, etc.. Il est plus facile que les ateliers qui se crééent le fassent si ils se concentrent sur ce type de choses.
Les propositions d’ateliers seront possible durant tout le mois de juillet et à partir de là un processus de synthèse sera fait, en unissant les ateliers similaires, en proposant des mécanismes de coopération entre des propositions, etc.. avec l’intention que la participation soit la la plus ouverte possible, à partir du temps limité que nous avons pour organiser la rencontre.
Comment cela s’organise ?
Nous faisons des réunions hebdomadaires ouvertes, les gens qui participent à ces réunions se coordonnent à travers la listemadrid99agora@99agora.net. De plus, les réseaux issus de Blockupy participent à travers la liste de Blockupy et des réunions périodiques à travers le bouche à oreille.
Les convocations des réunions sont publiées dans 99agora.net et on demande de diffuser par le plus grand nombre de réseaux possibles.
Nous avons engendré trois groupes de travail :
- les contenus
- la communication
- la logistique
Un peu plus d’info :
Les convocations aux premières réunions :
Le web de Blockupy Frankfurt
Partager cet article
Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 15:37

 

 

27.06.2012 | Courrier international

 

Il y a presque un an, le 14 juillet 2011, la “révolte des tentes” paralysait Tel-Aviv, la métropole économique et politique d’Israël. D’une ampleur sans précédent, cette vague de mécontentement avait vu des centaines de milliers de protestataires non pas défiler sur les boulevards, mais y camper. Pressé par l’opinion, le gouvernement avait chargé une commission présidée par l’économiste Manuel Trajtenberg de proposer des pistes pour résoudre la crise du logement qui frappe les classes moyennes. Le 22 juin, la figure de proue de la “révolte des tentes”, Daphni Leef, qui tentait de relancer le mouvement, a été arrêtée sans ménagement par la police, suscitant la colère de milliers de nouveaux manifestants, rapporte le quotidien israélien Ha’Aretz. La question est désormais de savoir si la tournure violente des nouvelles manifestations relancera le mécontentement social ou si, au contraire, elle dissuadera les manifestants pacifiques de 2011 de redescendre dans la rue.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 16:48
  • Le Monde.fr | 26.06.12 | 16h05  •  Mis à jour le 26.06.12 | 16h58

  • *
 

A Séville, trente-six familles sans logement occupent illégalement, depuis la mi-mai 2012, un immeuble terminé en 2008 mais resté vide. Un phénomène qui se répand dans une Espagne frappée par la crise et l'austérité. Photographe pour l'agence Reuters, Marcelo del Pozo a partagé pendant huit jours le quotidien de ces Espagnols ordinaires à une époque extraordinaire.

Crédits : REUTERS/Marcelo del Pozo

 

  

Irma Blanco et Elena Contreras, toutes deux trentenaires au chômage, ont pris leur tour de garde dans le hall. Ce sont essentiellement des gens modestes qui occupent l'immeuble, souvent chômeurs, parfois salariés ou retraités, incapables de payer leurs loyers ou leurs crédits. Les 36 familles qui squattent les 32 logements ont instauré des tours de garde 24 heures sur 24. Elles craignent moins la police et les huissiers que d'autres personnes sans logis à la recherche d'un toit.

Crédits : REUTERS/Marcelo del Pozo

 

Antonia Rodriguez, 44 ans, sans emploi, est l'une des âmes du mouvement d'occupation. L'arrivée dans l'immeuble, entre le 16 mai et le 21 mai 2012, s'est fait par familles entières. Ainsi, la mère d'Antonia, Ana Lopez, s'est installée avec son mari ses deux enfants et ses trois petits-enfants.

Une vie semi-communautaire s'est organisée dans le petit immeuble. Les occupants nettoient, à tour de rôle, les parties communes, comme ici Agasanta Quero (à droite) et MariCarmen Angulo. Les familles se partagent en tout et pour tout une cuisine en état de marche, qui était installée dans l'appartement témoin, la seule disposant d'une cuisinière et d'un réfrigérateur.

 

  

L'immeuble de quatre étages est situé non loin du centre de Séville, la capitale d'Andalousie. Il est la propriété du promoteur immobilier espagnol Maexpa, qui n'a jamais réussi à vendre un seul des 32 appartements. Les lots ont été proposés sur le marché en plein déclenchement de la crise, au moment où la bulle immobilière espagnole explosait.

Crédits : REUTERS/Marcelo del Pozo
  

Antonio Buenavida salue Ana Lopez et Manuela Cortes, deux des retraitées sexagénaires de l'immeuble. Antonio est un militant, membre de l'organisation 15-M, créée dans la foulée du mouvement des "indignados" du printemps 2011. C'est ce mouvement, adepte des actions locales et concrètes au service des victimes de la crise, qui a organisé l'occupation à la mi-mai 2012.

Crédits : REUTERS/Marcelo del Pozo
Prise d'une crise d'anxiété, Ana Lopez, 67 ans, est réconfortée par ses voisines sur le canapé de l'appartement témoin qu'elle occupe avec son mari de 70 ans. "Ces familles sont en état de stress permanent, explique l'auteur du reportage, le photographe Marcelo del Pozo, à cause de la situation illégale d'occupation, la précarité..."
  

Manuela Cortes, 65 ans, dans le salon de "son" appartement. Le photographe Marcelo del Pozo a pu aller et venir librement dans l'immeuble durant une bonne semaine. "J'ai découvert un groupe de personnes dont le courage force l'admiration, confie-t-il. Ils ont choisi de se battre pour que leur famille ait un toit."

Crédits : REUTERS/Marcelo del Pozo

 

Les occupants illégaux prennent le frais, à la tombée du soir, au pied de l'immeuble. Les squatteurs ont gagné la sympathie de la population du voisinage. La police n'est pas intervenue, sauf pour empêcher d'autres personnes de prendre d'assaut l'immeuble, lorsque les appartements ont été tous occupés. Le propriétaire n'a d'ailleurs pas porté plainte, pas plus que la banque Ibercaja, qui avait financé le projet.

Crédits : REUTERS/Marcelo del Pozo

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 15:45

 

http://www.dailymotion.com/video/xrr1xa_israel-affrontements-entre-indignes-no-comment_news

 


Des violences ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche à Tel Aviv entre les forces de l'ordre et des manifestants, mobilisés contre l'arrestation d'une des leurs. La police annonce avoir interpelé 85 personnes. A l'instar des "indigés" espagnoles, ces militants réclament davantage de réformes socio-économiques de la part du gouvernement.
No Comment | euronews: watch the international news without commentary | http://www.euronews.net/nocomment/
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22