Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 20:33

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

« C’était même pas : dans quelles conditions elle est décédée… c’est : mon Dieu la famille va arriver »

Marseille. Deux aides-soignantes virées pour avoir dénoncé pressions et maltraitance !

Publié le 11 janvier 2017

 

 

Deux aides-soignantes d’un établissement pour personnes âgées du groupe KORIAN, à Marseille, ont été licenciées après avoir dénoncé des cas de maltraitance et des pressions subies au travail par le groupe KORIAN situé à Marseille. Déjà licenciées à l’heure du reportage sur France Culture, les deux aides soignantes avaient témoignées de nouveau à la radio de leurs conditions de travail en décrivant les pressions que subissaient les employé-e-s, ainsi que les maltraitances que subissent les résidents. L’inspection du travail va mener une enquête sur les risques psycho-sociaux que représente l’établissement. La CGT Santé et Actions sociale a lancé une pétition demandant leurs réintégrations.

Les situations et citations sont basées sur leurs témoignages sur France Culture.

 

Un manque cruel d’effectif : « Si on veut respecter la personne, on ne peut pas respecter le planning »

 
Les aides-soignants, qui s’occupent intégralement de personnes très âgées souffrant de démence, ne sont qu’au nombre de deux par étage, parfois même seuls, et peuvent avoir en charge jusqu’à 24 résidents. À deux, ils doivent faire prendre leur douche aux résidents, leur faire prendre leur repas et gérer les crises de démence et les décès. Mais, avec le peu de temps qu’ils ont, impossible pour eux de s’occuper convenablement des patients, notamment à cause du temps perdu à s’occuper des patients les plus difficiles, ce qui les amène à bâcler leur travail pour pouvoir s’occuper de tous les résidents.

Malgré leur demande à la direction pour avoir plus de personnel, leur effectif reste inchangé. Les employés se sont plaints que la direction cherche à les culpabiliser pour les mauvais traitements qu’ils infligent aux patients faute de temps et que tout est fait pour les responsabiliser dans des situations parfois insoutenables.
 

 

« Ils ont travaillé toute leur vie pour se payer une retraite… ils payent leur maltraitance et leurs morts »

 
Les résidents payent environ 6000 € par mois et leurs repas pour la journée (petit-déjeuner et goûter inclus) coûtent… 4 €. Et ce prix n’est sûrement pas dû à des salaires mirobolants pour les aides-soignants ! Par exemple, les deux évoquées en début d’article sont chacune payées 1230 € et 1290 € par mois. Une belle usine à fric… subventionnée par l’État.

Une des aides-soignantes s’occupait d’une vieille dame de 87 ans, qui posait peu de problèmes en dehors de crises d’angoisse qui arrivaient notamment si on fermait sa porte. Mais, une nuit, des intérimaires peu formés et ne connaissant pas les patients, s’occupaient de l’étage et ont fermé la porte, ont mis leurs bipeurs (qui prévient l’aide-soignant quand un patient a besoin d’aide) dans leur chariot pour pouvoir dormir pendant leur pause. Les aides-soignantes ont retrouvé la vieille femme le lendemain matin, face contre terre, baignant dans son sang. Elles n’avaient aucune idée de ce qui lui était arrivée, et, sous le choc, ont appelé un infirmier qui s’est occupé de la remettre dans son lit et de nettoyer la chambre. « C’était même pas : dans quelles conditions elle est décédée… c’est : mon Dieu la famille va arriver ». « Il fallait faire toute une mise en scène pour que quand la famille arrive on s’imagine une mort naturelle ». Elles racontent avoir fait part de cet accident à la direction, qui a nié en bloc et remis en cause leurs témoignages. « On ne peut pas le marquer sur l’ordinateur, sur le DRI, parce que sinon on va se faire massacrer par la direction ».
 

 

« Il faut que je dénonce ces monstres »

 
En décembre, deux d’entre elles se sont faites licencier et demandent leur réintégration au sein de l’établissement ! Elles espèrent que l’enquête de l’inspection du travail va permettre à d’autres employés de témoigner des cas de maltraitance et des pressions subies au travail, la direction niant en bloc toutes ces accusations.

Il est indispensable de soutenir les deux aides-soignantes qui ont eu le courage de porter sur la place publique la réalité qui se cache derrière les murs de l’établissement. En effet, le traitement inhumain infligé aux personnes âgées et les pressions physiques et morales infligées au personnel sont la résultante d’une volonté, pour la direction, d’une maximisation du profit. C’est pour cela qu’il s’agit non seulement d’exiger la réintégration des deux aides-soignantes, car leur licenciement est avant tout un avertissement envers tous les employés, mais aussi l’embauche de personnel et des équipements adaptés pour qu’une telle tragédie ne puisse plus avoir lieu.

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 17:55

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

A Dax, le procès du faucheur de chaises devient celui de la BNP

Par Dan Israel
 
 
 
 

Jon Palais était jugé pour avoir « réquisitionné » 14 chaises dans une agence parisienne de BNP-Paribas en 2015, afin de dénoncer l'évasion fiscale à laquelle participe la banque. Des centaines de personnes étaient présentes toute la journée pour le soutenir, et les juges ont semblé très compréhensifs envers son geste.

 

 

 

De notre envoyé spécial à Dax (Landes). - Il y a fort à parier que si BNP-Paribas avait su la tournure que prendraient les événements, elle n’aurait pas porté plainte contre les « faucheurs de chaises ». Le premier procès de l’un des militants, auteurs de « réquisitions citoyennes » de sièges dans les agences bancaires pour dénoncer l’évasion fiscale, s’est déroulé à Dax ce lundi 9 janvier. Il a non seulement été l’occasion d’une démonstration de force de la société civile, avec plusieurs centaines de personnes mobilisées pour soutenir le prévenu, Jon Palais. Mais la justice s’est aussi montrée particulièrement bienveillante avec le militant qui se revendique de la désobéissance civile et de la non-violence, le procureur réclamant sa relaxe pure et simple.

La banque avait peut-être senti le vent tourner quelque temps avant l’audience : bien qu’elle se soit constituée partie civile et réclame un euro symbolique de dommages et intérêts, aucun de ses représentants, ni de ses avocats, n’était présent à Dax.

capture-d-e-cran-2017-01-05-a-15-24-19

Les faits sont simples. Le 19 octobre 2015, vingt-cinq militants vêtus de gilets fluo entrent dans une agence de la BNP, rue de Rivoli à Paris, et emportent quatorze chaises. Ils expliquent leur action aux employés, puis plus tard sur une vidéo internet, où Jon Palais la revendique officiellement. L’homme est un militant hyperactif, au sein des associations basques Bizi ! ou Alternatiba et d’Action non violente-COP21(ANV-COP21), qu’il a fondée. Lui et ses amis répondent en fait à un appel lancé le 29 septembre dans Libération par des dizaines de personnalités et d’associations, Amis de la Terre, Attac ou Bizi, Jean-Luc Mélenchon, Edgar Morin ou Christophe Alévêque.

 

L’idée est d’« emprunter » 196 chaises avant la COP21 dans les agences des banques les plus implantées dans les paradis fiscaux. Elles serviront de support à un sommet citoyen, où elles représenteront les 196 pays rassemblés lors de la COP21, pour souligner l’urgence climatique et la difficulté de financer les actions en faveur de la transition écologique, alors que des centaines de milliards d’euros sont cachés dans les paradis fiscaux. Le sommet citoyen aura bien lieu, et une quarantaine d’actions dans des agences bancaires fournira les chaises, en plus grand nombre que prévu. 196 sièges ont été symboliquement rendus à la police, le 8 février dernier, jour de l’ouverture du procès de Jérôme Cahuzac à Paris (voir ci-dessous la vidéo de cette action). Les chaises restantes ont été publiquement confiées à de prestigieux parrains soutenant le mouvement, de l’ex-banquier Claude Alphandéry à l’ancien premier ministre Lionel Jospin.

La directrice de l’agence visitée le 19 octobre 2015 a porté plainte au nom de sa banque, et la procédure s’est engagée. Palais a été identifié sur sa vidéo de revendication, et poursuivi. Ces faits valaient-ils procès ? « La justice se centre sur l’histoire des chaises, mais bien sûr ces emprunts n’ont pas le moindre effet sur la santé financière de la banque, soulignait Jon Palais auprès de Mediapart quelques heures avant le procès. Mon action n’a aucun sens si on ne la lie pas avec la dimension politique et citoyenne de cette action civique : notre problème, ce n’est pas qu’il y ait des chaises dans les agences bancaires, mais que les banques jouent un rôle majeur dans l’évasion fiscale. » Autrement dit, « ce n’est pas mon procès qu’il faut faire, mais celui de l’évasion fiscale ». Et Palais et ses amis se sont employés à organiser l’événement, avec une efficacité redoutable.

Pendant toute la journée à Dax, des centaines et des centaines de personnes (2 000 selon les organisateurs, sans doute un peu optimistes) étaient réunies dans les Halles de la ville, prêtées par la mairie en échange de la promesse qu’il n’y aurait aucune dégradation dans la cité. Tous les âges se mélangent sous les chasubles fluo siglées ANV-COP21, les t-shirts verts Bizi ! ou les K-way blancs Greenpeace. À l’intérieur, une grande scène est prête pour un concert d’Alexis HK et côtoie une brasserie artisanale et des stands de nourriture solidaire. Des panneaux portant des petites annonces de covoiturage renseignent sur l’origine des participants : Paris, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Perpignan, Grenoble… Alertés par une mobilisation tous azimuts, de nombreux journalistes étaient sur place, pour France Inter, BFM TV, Quotidien sur TMC, ainsi que Xavier Harel, journaliste auteur d’un excellent documentaire sur l’évasion fiscale qui prépare un nouveau film sur les banques pour France Télévisions.

Aux Halles de Dax, le 9 janvier 2017. © D.

Aux Halles de Dax, le 9 janvier 2017. © D.

Dans la matinée, dans une salle pleine à craquer, une table ronde était organisée sous les auspices d’Attac, des Amis de la terre et de la Plateforme française de lutte contre les paradis fiscaux (CCFD-Terre solidaire, Oxfam, One…). Elle a réuni les candidats à la présidentielle Yannick Jadot (EELV-Les Verts), Philippe Poutou (NPA), des représentantes de Benoît Hamon (PS) et de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), ainsi que Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne) ou la candidate issue de la primaire citoyenne, Charlotte Marchandise. L’eurodéputé José Bové sera de la partie dans l’après-midi. Et sa collègue Eva Joly, ancienne magistrate et avocate, s’est chargée d’assurer la défense de Jon Palais au tribunal, avec sa fille Caroline Joly, elle aussi avocate.

 

Pour planter le décor, le co-président d’Attac Thomas Coutrot rappelle que tous les ans, 60 à 80 milliards manquent à la France en raison de l’évasion fiscale, auxquels il faut ajouter 40 à 60 milliards dus à l’optimisation fiscale des multinationales (dont certaines sont françaises, comme le cas Engie l’a démontré tout récemment). « L’argent pour financer la transition sociale et écologique existe, il faut aller le chercher », résume Coutrot. Des termes qui seront repris sur tous les tons durant toute la journée.

Il reconnaît que des avancées ont été obtenues ces dernières années, dont « il faut se féliciter » : l’échange automatique d’informations fiscales entre gouvernement est désormais une réalité pour une centaine de pays (la Suisse et le Luxembourg l’ont déclenché le 1er janvier), ainsi que l’obligation faite aux banques européennes de détailler toutes leurs filiales dans le monde, avec leur activité, leur bénéfice et les impôts qu’elles payent. Et l’ancien ministre du budget Jérôme Cahuzac a été condamné en première instance pour fraude fiscale. « Les États n’ont fait que réagir sous la pression de l’opinion publique face à des scandales inacceptables, révélés par les médias ou par des lanceurs d’alerte », souligne Coutrot...

 

*Suite de l'article sur mediapart

 

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 17:21

 

 

Source : https://www.objectifgard.com

 

 

FAIT DU JOUR Les “Faucheurs de chaises” au pays des banques

9 janvier 2017 à 7:00

 

 

Lors de ce faux procès, la banque est jugée coupable par le tribunal citoyen Photo Anthony Maurin).

Lors de ce faux procès, la banque est jugée coupable par le tribunal citoyen (Photo Anthony Maurin).

A Nîmes, le boulevard Victor Hugo est celui des banques. Sur la Place Questel ou à moins de 50m à la ronde, on trouve la BNP Paribas, le CIC, la Société Générale ou encore la Banque Populaire. Le collectif des "Faucheurs de chaises" se rassemblait samedi matin pour une action très visuelle.

Tout démarre l'année dernière lors de la campagne de réquisition de chaises pour lutter contre l'évasion fiscale et pour la transition énergétique lors de la COP21. Cette année, avec le concours d'Attac, de Nuit debout et de CCFD, les "Faucheurs de chaises" organisaient une action militante devant la BNP Paribas pour dénoncer l'évasion et l'impunité fiscales.

"Nous souhaitons faire écho au procès qui a lieu lundi (NDLR aujourd'hui) à Dax, c'est le symbole de l'évasion fiscale et la BNP y joue un rôle prépondérant. Nous estimons entre 60 et 80 milliards d'euros d'évasion fiscale chaque année en France" expliquent les membres du collectif citoyen. "Nous sommes ici pour une action symbolique de désobéissance civique non violente devant la BNP qui en 2014 avait plus de 200 filiales dans des paradis fiscaux. Nous voulons rencontrer le directeur de l'agence et dans le cadre de la galette des rois, nous voulons lui remettre la couronne du roi de l'évasion fiscale!" poursuivent, enjoués mais frigorifiés, les "Faucheurs de chaises".

Peu à peu le parvis de la BNP devient hermétique à la manière d'une scène de crime pour l'instauration d'une saynète théâtrale. On voit quelques pancartes grinçantes, les logo et slogan de la banque sont allègrement détournés avec des requins en lieu et place des étoiles et "Une banque d'un monde qui triche" était préféré à "d'un monde qui change" . On voit aussi une grande machine à laver, symbole de l'argent blanchi, un palmier rappelant les paradis fiscaux, une mère Noël distribuant des billets de 60 milliards d'euros, des galettes des rois et des banderoles mais surtout tout un tas de chiffres éloquents...

Photo Anthony Maurin).

Devant la BNP Paribas, le collectif se met en action (Photo Anthony Maurin)

"Il ne faut pas qu'on juge les faucheurs de chaises ou les lanceurs d'alerte! Nous voulons simplement montrer ce qu'on pourrait faire avec tout cet argent! Avec 60 milliards d'euros, on pourrait réaliser de belles choses pour l'emploi, le social ou encore l'écologie et la transition énergétique. 60 milliards, c'est aussi le déficit du budget de l'Etat français chaque année ou encore l'équivalent de la collecte de l'impôt sur le revenu! Ce chiffre, revient à dire que chaque Français, même ceux qui ne paient pas d'impôt, paie en réalité et à cause de l'évasion fiscale 131 euros par mois pour combler ces pertes!" continuent les "Faucheurs de chaises".

Mais c'est bel et bien le procès de l'évasion fiscale qui se joue aujourd'hui dans le sud-ouest, à Dax. "C'est un grand moment pour nous et notre lutte. Il y aura des personnalités et beaucoup de monde pour soutenir notre collègue lanceur d'alerte John Palais". Anticipant le procès, une saynète était organisée sur le parvis de la banque nîmoise. Un faux juge perché sur une chaise prend la parole et évoque la tenue d'un tribunal populaire pour juger les banques. Il liste les chefs d'accusations mais n'en retiendra finalement qu'un seul examiné en cette fraîcheur matinale. Un faux allocataire du RSA prend à son tour la parole et explique son humble vie avant d'entendre celle, moins humble, d'un exportateur (toujours faux) de pâté de requin installé aux îles caïmans et qui explique la facilité avec laquelle il parvient à s'évader et à faire voyager son argent...

Le juge liste les chefs daccusations Photo Anthony Maurin).

Le faux juge liste les chefs d'accusations (Photo Anthony Maurin).

Panneaux explicatifs et très visuels agrémentés de quelques chiffres relativement ahurissants... Sur le boulevard vidé de nombreux automobilistes et exsangue de piétons et d'animations, quelques coups de klaxons bien amicaux retentissent et viennent réchauffer le coeur des manifestants. "C'est une justice à deux vitesses... Si on arrivait à augmenter de 10000 personnes les effectifs du Ministère des Finances, on arriverait à récupérer une grosse partie de ces 60 à 80 milliards d'euros. Il en va de même avec les magistrats spécialisés, ils étaient 27 en 2007 mais en 2012, ils n'étaient plus que 8!". De là à dire que la crise financière et ses troubles économiques sont passés par là...

Certainement effrayée par tout ce joli ramdam, l'équipe de direction de la banque refusait même l'entrée à ses clients. Bloquées à la porte du sas, une femme et sa mère handicapée ne comprenaient pas et tentaient de s'expliquer, "Nous avons rendez-vous, ma mère ne peut pas rester debout..." Aucune réponse de l'intérieur, les clientes abandonnent leur rencard économique et reviendront un autre jour!

 

 

Source : https://www.objectifgard.com

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 15:31

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

À J-2 du procès de l’évasion fiscale à Dax : quatre nouvelles actions ciblent BNP-Paribas

 

samedi 7 janvier 2017, par Attac France

 

 

 

Après avoir mis en prison les fraudeurs fiscaux et leurs complices à Paris hier, 4 nouvelles actions ont été menées ce matin à Amiens, Fontenay sous Bois, Nîmes et Orléans.

 

 

À Fontenay sous Bois, les militant·e·s d’Attac 94, rejoints par des élèves et parents d’élèves, se sont rassemblés devant l’agence BNP Paribas et ont mis en scène une salle de classe pour dénoncer les suppressions de classes dans le Val-de-Marne. Ils ont expliqué que ce sont les paradis fiscaux qu’il faut supprimer, pas les classes d’école !

À Orléans, les militant·e·s d’Attac 45, soutenus par le MAN d’Orléans, ont manifesté contre l’impunité fiscale en offrant le vin chaud aux passant·e·s. Ils ont apporté leur soutien au Faucheur de chaises Jon Palais et aux lanceurs d’alerte du « LuxLeaks » (Antoine Deltour, Raphaël Halet et Édouard Perrin).

À Amiens, les Faucheurs de chaises se sont réunis devant la BNP Paribas, rue des Trois-Cailloux, fermée pour l’occasion. À l’aide de divers jeux et animations, ils ont présenté leurs vœux, à leur manière, aux dirigeants de la banque.

A Nîmes, 30 militant·e·s d’Attac Nîmes, du CCFD, de Nuit debout et Nîmes en transition ont confectionné une couronne des rois avec de faux billets de 60 milliards d’euros devant l’agence BNP, fermée pour l’occasion.

Ces actions se déroulent à deux jours du procès de l’évasion fiscale qui se tiendra à Dax lundi 9 janvier, en soutien au Faucheur de chaises Jon Palais, jugé pour vol en réunion.

À cette occasion, des centaines de personnes feront le procès de l’évasion fiscale. De nombreuses personnalités associatives, syndicales et politiques sont attendues. Attac France sera représentée par Annick Coupé (secrétaire générale d’Attac France), Thomas Coutrot et Geneviève Azam (ex porte-paroles d’Attac France).

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Affiche proces du 9 janvier

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 15:23

 

 

Source : https://france.attac.org

Source : https://www.youtube.com/watch?v=yPdNRpmEKOs&feature=youtu.be

 

 

Eva Joly à la défense ! Soutien aux Faucheurs De Chaises

mercredi 4 janvier 2017, par Action non-violente COP21
 
 
 

 

Action Non-Violente COP21

Ajoutée le 30 déc. 2016

Grand procès de l'évasion fiscale : Eva Joly, avocate et députée européenne défendra Jon Palais​ le 9 janvier 2017 à Dax.

Soutenez la mobilisation : https://faucheursdechaises.eu/
Venir au procès : https://faucheursdechaises.eu/venir-a...

 

 

Source : https://france.attac.org

Source : https://www.youtube.com/watch?v=yPdNRpmEKOs&feature=youtu.be

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Economie et social
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 15:13

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Soutien à Dominique Henry, militante de la confédération paysanne qui risque la prison

Affaire des « mille vaches » : l’acharnement judiciaire se poursuit

 

Publié le 6 janvier 2017

 

 

 

Dominique Henry est une ancienne institutrice et agricultrice en retraite dans le Haut Doubs, militante de la Confédération Paysanne. A l’occasion de la mobilisation initiée en 2013 contre le projet de la « ferme » des 1000 vaches, elle a été condamnée, comme neuf de ses camarades à de la prison avec sursis en 2014. Mais elle n’en n’a visiblement pas terminé avec la justice : elle est convoquée le 12 janvier prochain au tribunal correctionnel de Montbéliard, pour refus de prélèvement ADN, ce qui constitue un délit depuis que cette procédure a été étendue largement. Elle risque la prison.

Sael Bison

Retour sur les faits


Le 28 mai 2014, une cinquantaine de militants de la Confédération paysanne de toute la France sont allés sur le site de la future ferme-usine des 1000 vaches pour démonter symboliquement quelques pièces de la salle de traite. L’objectif de cette action de jour à visage découvert : ramener les pièces sur Paris pour les rendre à Stéphane Le Foll (Ministre de l’agriculture) et Ségolène Royal (Ministre de l’écologie et du développement durable) alors qu’ils inauguraient le « printemps bio » au parc de la Villette. Dominique Henry participe à cette action qu’elle présente elle-même ainsi : « Démonter, dévisser, déboulonner, ne rien casser bien sûr. » Pour ce simple fait, elle est interpellée puis gardée à vue pendant plus de 2 jours, avec 3 autres militants, car elle a refusé le prélèvement d’ADN exigé par la police. En septembre 2014, elle est donc jugée par le tribunal d’Amiens avec neuf de ses camarades, condamnés en première instance pour des faits allant du « refus de prélèvement ADN » à la « dégradation en réunion ». Elle écopera d’une peine de prison avec sursis. La condamnation est confirmée en appel mais sa peine se verra qualifiée de « symbolique », en raison de la reconnaissance de son statut de lanceuse d’alerte.

Mais Dominique n’est pas au bout de ses peines : le 24 décembre 2015, la gendarmerie du Russey la convoque. Un nouveau prélèvement d’ADN lui est réclamé. Elle le refuse une deuxième fois. Pour cette raison, elle comparaîtra le 12 janvier prochain devant le tribunal de Montbéliard. Elle risque jusqu’à 1 an de prison et 15 000 euros d’amende.

La « ferme » des mille vaches : de l’industrialisation massive de l’élevage bovin à la défense des intérêts du grand patronat

 

Cette action s’inscrit dans le contexte plus large de lutte contre l’industrialisation de l’élevage, jusqu’à alors limitée aux volailles. La « ferme » des mille vaches incarne l’une des premières tentatives de développer l’élevage bovin à grande échelle à l’image des énormes complexes industriels qui existent déjà aux Etats Unis. Conséquence : alors que les plus grosses exploitations de la région disposent d’une cinquantaine de vaches laitières, M.Ramery, entrepreneur en BTP patron de 3500 salariés et 365ème fortune de France, stocke aujourd’hui plus de 700 animaux et compte encore augmenter son effectif. Pourtant, le tribunal administratif lui avait imposé un quota de 500 vaches et limité l’étendue du permis de construire. Aucune de ces exigences n’a été respectée par l’industriel sans qu’évidemment il ne soit inquiété par la justice.

Et pour cause, son projet relève d’un dispositif bien rodé : « Le projet de M.Ramery, subventionné par la PAC, prévoit de produire de l’électricité à partir d’un immense méthaniseur alimenté par le lisier, le fumier, des résidus de céréales et autres végétaux. Le méthane libéré par la fermentation alimente un générateur électrique d’une puissance équivalente à 25 éoliennes. Le courant sera racheté par EDF. Encouragé par les primes, le méthane agricole est un nouvel agro-business. Le lait n’est qu’un sous-produit du lisier, du lait « low cost », vendu à moins 20% du prix du marché » explique Dominique Henry. Il s’agit là bien évidemment d’une concurrence intenable pour les petits paysans, synonyme d’une détérioration radicale de leurs conditions de vie, comme de celles des ouvriers à la chaine de cette future ferme-usine.

Ainsi, depuis l’annonce du projet en 2013, les habitants de la région se sont massivement mobilisés, organisés notamment autour de l’association NOVISSEN (NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement) et d’autres collectifs écologistes.

Répression des actions syndicales et criminalisation des militants


Dans ce contexte, l’extension du prélèvement ADN, procédure initialement prévue à l’encontre des « délinquants sexuels » est loin d’être anodine.

Dominique Henry, interviewée par France 3, raconte : « En 98, au départ, ce fichier est créé pour les délinquants sexuels puis étendu par Nicolas Sarkozy en 2003 pour toutes les personnes gardées à vue et reconnues coupables. Ce qui est mon cas. Mais sont exclues celles qui sont coupables d’abus de confiance ou de biens sociaux, de favoritisme, de corruption ou trafic d’influence, bref on le comprend, tous les délinquants en col blanc... »

Si vous êtes dans ce fichier, c’est pour 40 ans. Pendant 40 ans, vous êtes un suspect permanent. Dans mon ADN, il y a des caractéristiques personnelles, sur le groupe ethnique ou encore des informations sur ma santé ou des maladies génétiques. Je pense à mes enfants, mes petits-enfants. On est tous concerné. Je fais le parallèle avec la seconde Guerre Mondiale : dans l’histoire, on a vu des fichiers utilisés à mauvais escient. »

Le procès de Dominique doit se comprendre à l’aune du processus de répression aigue des militants politiques et syndicaux : qu’il s’agisse des Goodyear, des militants de la loi Travail des frères Traoré ou encore de Cédric Herrou, les condamnations pleuvent et nombreuses sont les victimes d’une justice de classe qui libère dans le même temps Christine Lagarde et blanchit les policiers qui tuent impunément.

De Montbéliard à Amiens : les 11 et 12 janvier, tous ensemble contre la répression et la justice de classe !

 

En effet, le procès de Dominique Henry se déroulera le lendemain du rendu du jugement faisant suite à l’audience du 19 octobre 2016 à Amiens pour les 8 Goodyear. Le 19 octobre, une mobilisation d’ampleur en soutien aux Goodyear a permis de faire tomber la réquisition du parquet à de la prison ferme. Face à ce tournant autoritaire et liberticide, il est nécessaire de lutter ensemble pour la défense de nos libertés politiques et syndicales et mettre un coup d’arrêt à la criminalisation de l’action militante.

Alors, d’Amiens à Montbéliard, en passant par Nice et Bobigny, soyons nombreux pour exiger la relaxe de tous les inculpés et l’arrêt immédiat des poursuites contre nos camarades militants et militantes.

 

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 17:32

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Attac met les fraudeurs fiscaux et leurs complices derrière les barreaux

vendredi 6 janvier 2017, par Attac France
 
 

 

40 militant·e·s d’Attac ont représenté symboliquement l’incarcération des fraudeurs fiscaux et de leurs complices au cours d’une action d’occupation de l’Agence BNP Paribas Opéra. Cette action s’inscrit dans une vague de mobilisation du collectif des « Faucheurs de chaises », lancée le 2 novembre 2016 et qui a déjà suscité plus de 60 actions dans des agences BNP Paribas dans toute la France. Elle aura pour point d’orgue la tenue du procès de l’évasion fiscale le 9 janvier 2017 à Dax, en parallèle du premier procès d’un « Faucheur de chaises », Jon Palais.

 

Aujourd’hui, depuis 10 h ce matin, 40 militant·e·s d’Attac occupent l’agence BNP Paribas d’Opéra à Paris. Sous les yeux des employé·e·s et des client·e·s, ils se sont installés dans la banque pour dénoncer les responsables de l’évasion fiscale que sont les fraudeurs fiscaux et les multinationales, mais aussi ceux qui leur apportent leur soutien technique ou politique. En mettant symboliquement en prison des figures connues de l’évasion fiscale, ils ont souligné la nécessité d’agir concrètement et plus sévèrement contre ces responsables, afin de faire cesser l’impunité fiscale dont ils bénéficient.

Quatre figures de l’évasion fiscale avaient été choisies. Tout d’abord, les banques, intermédiaires privilégiés de l’évasion fiscale, étaient représentées par une parodie de banquier de la BNP Paribas. Cette dernière se démarque comme une championne de l’évasion fiscale, avec quelques 200 filiales dans les paradis fiscaux. Les multinationales, quant à elles, étaient personnalisées par Ronald McDonald, au titre de son milliard d’euros soustraient aux États européens grâce à son optimisation fiscale agressive. Venait ensuite Patrick Balkany, député des Hauts de Seine, exemple d’un particulier échappant à l’impôt en France en masquant son patrimoine derrière des montages financiers complexes. Et pour finir, au poste de politique complaisant envers l’évasion fiscale, on trouvait Jean-Claude Juncker, le président de la Commission Européenne. Alors qu’il était déjà éclaboussé par l’affaire des « LuxLeaks », ces accords fiscaux secrets passés entre le Luxembourg et de nombreuses multinationales, des documents confidentiels ont récemment révélé son rôle actif pour empêcher de faire avancer la législation européenne contre l’évasion fiscale.

JPEG - 304.8 ko

Ce système organisé d’évasion fiscale a pour conséquence que 60 à 80 milliards d’euros échappent chaque année au budget de la France et qu’il s’agit de 1 000 milliards à l’échelle européenne. Mais Attac entend démontrer que des solutions crédibles existent. « Les fraudeurs fiscaux et leurs complices bénéficient d’un traitement de faveur et ne sont quasiment jamais condamnés. Nous pouvons lutter concrètement contre cette impunité fiscale : en renforçant les effectifs et les moyens de l’administration fiscale, de la police fiscale et du parquet financier qui traquent la délinquance financière, mais aussi en condamnant plus systématiquement les fraudeurs et leurs complices, les banques et les cabinets d’affaire. Si des dizaines de milliards d’euros échappent encore au fisc annuellement, c’est uniquement le résultat de décisions politiques. » rappelle Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac France.

Les associations mobilisées contre l’évasion fiscale feront entendre ces revendications lors du premier procès d’un Faucheur de chaises, Jon Palais, poursuivi par BNP Paribas pour avoir participé à une action de réquisition citoyenne de chaises dans l’une de ses agences. En 2015, le collectif des Faucheurs de chaises, composé d’Action Non-Violente COP 21, des Amis de la Terre, d’Attac, de Bizi ! avait réquisitionné symboliquement 196 chaises dans des banques participant au système organisé de l’évasion fiscale. Ces 196 chaises avaient servi à l’organisation d’un sommet citoyen le 6 décembre à Montreuil pendant la COP 21, puis avaient été rendues à la justice le 8 février 2016 à l’occasion de l’ouverture du procès de Jérôme Cahuzac. Le collectif appelle maintenant à la participation massive le 9 janvier 2017 à Dax au procès de l’évasion fiscale organisé en parallèle du procès de Jon Palais. Cet événement d’envergure nationale réunira des personnalités telles que Eva et Caroline Joly, qui seront les avocates de Jon Palais, Antoine Peillon, Edgar Morin, Patrick Viveret, des personnalités associatives, syndicales et politiques.

 

Et le tout en chanson...lien ici

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 13:56

 

Info reçue par mail

 

Des guerres et des conflits sanglants qui se poursuivent en Irak, en Syrie, et ailleurs ; des attentats monstrueux et meurtriers en Belgique, France, Turquie, etc. ; une absence quasi totale de volonté politique pour entamer la transition écologique ; une Union européenne qui continue de punir la Grèce parce qu’elle veut appliquer quelques mesures sociales, tandis qu’elle renonce à réguler les marchés financiers et la spéculation ; des mulitnationales qui licencient massivement et brisent la vie de milliers de familles alors qu’elles font de juteux profits ; les idées et les partis d’extrême droite qui continuent de se propager un peu partout ; des centaines de millions de personnes qui continuent de mourir de faim alors qu’on pourrait sans problème nourrir correctement 12 milliards d’individus ; le harcèlement de rue envers les femmes qui continue, encore et encore ; des scandales planétaires qui restent impunis, comme celui des Panama leaks ou dieselgate ; … L’année 2016 a été une fois de plus chargée en évènements négatifs, révoltants, inacceptables ! A quand la justice sociale, la paix, la coopération et le partage des richesses ?

Si nier ces énormes injustices est impossible, se résigner à les accepter est impensable. La célèbre expression de Margaret Thatcher « TINA » (There Is No Alternative) est tout sauf vraie. En contrepied de cette triste réalité, de nombreuses initiatives porteuses d’espoirs, locales et globales, ont fleuri un peu partout sur la planète. Des individus se sont dressés avec succès contre l’injustice, des mobilisations sociales ont fait reculer des projets néfastes pour l’humanité, et des gouvernements ou des autorités publiques ont pris leur courage à deux mains et mis en œuvre des politiques en faveur des populations. Bien sûr, ces petites et grandes victoires restent partielles et insuffisantes. Prises individuellement, certaines peuvent même paraître dérisoires. Mais mises ensemble, elles montrent à quel point la volonté de changement est vivace et qu’il existe de multiples forces de propositions alternatives au système actuel, basé sur l’égoïsme, le profit et l’exploitation des peuples et de la nature.

C’est avec beaucoup de plaisir et de fierté que nous avons recensé, publié et diffusé plus de 150 Victoires en 2016. Nous vous proposons ci-dessous un petit Best of des bonnes nouvelles qui nous ont particulièrement touchées cette année. Nous espérons qu’elles vous aideront à lutter contre le fatalisme ambiant et constitueront des sources d’inspiration pour vos actions individuelles et collectives.

En vous souhaitant toute la réussite possible pour vos projets en 2017.

Solidairement.

L’équipe de Bonnes nouvelles : Philippe, Vanessa, Hélène, Brieuc, Jeanne-Marie, Caroline, Fanny & Olivier

PS 1 : Vous voulez nous soutenir ? Vous pouvez nous faire un petit don ICI. Cela nous aidera beaucoup.
PS 2 : vous pouvez également rejoindre notre équipe bénévole, en nous contactant via le site. Ce n’est pas le travail qui manque ;-)
PS 3 : bien sûr, continuez de partager nos articles, de liker notre page facebook (https://www.facebook.com/il.faut.tuer.tina/ ) , et de faire connaître cette dynamique autour de vous

 

  1. Etats-Unis : victoire des Sioux face au projet d’oléoduc qui menace leurs terres Lire

  2. Suite à la mobilisation des Polonaises, le gouvernement renonce à interdire totalement l’avortement Lire

  3. Les accaparements des terres sont désormais considérés par la CPI comme des crimes contre l’humanité Lire

  4. La Slovénie inscrit le droit à une eau potable non privatisée dans sa Constitution Lire

  5. Le Burkina Faso abandonne le coton transgénique Lire

  6. Genève bannit les OGM de son agriculture Lire

  7. Ivry tend la main aux réfugiés Lire

  8. Barcelone impose aux banques et aux grandes entreprises de respecter les droits fondamentaux Lire

  9. Manifeste d'Oviedo : un front contre la dette illégitime se met en place en Espagne Lire

  10. Ce petit village de Dordogne qui privilégie la qualité de vie Lire

  11. Panama Papers: sous pression, le Premier ministre islandais a démissionné! Lire

  12. Portugal: le Parlement rétablit les 35 heures pour les fonctionnaires Lire

  13. Plainte en diffamation : Bolloré perd son procès contre Bastamag Lire

  14. Contre le terrorisme, l'Italie offre à chaque jeune 500 euros de culture Lire

  15. Une campagne syndicale débouche sur l’interdiction des contrats zéro heure en Nouvelle-Zélande Lire

  16. Inde: des millions de grévistes contre les privatisations et pour une sécurité sociale universelle Lire

  17. Italie: voler pour manger n'est pas un délit Lire

  18. La Cour de cassation juge illicite le licenciement des lanceurs d'alerte Lire

  19. Louisiane : reconnaissance des premiers réfugiés climatiques américains Lire

  20. Australie : un peuple aborigène récupère ses terres après 37 ans de lutte Lire

  21. La Gambie décrète l'interdiction du mariage des enfants Lire

  22. Suède : poing levé, une femme défie 300 néonazis et devient une icône Lire

  23. Grève contre les loyers abusifs: première victoire Lire

  24. Conjuguer accueil des migrants, écologie et émancipation sociale : l’étonnant exemple de Grande-Synthe Lire

  25. La première femme aborigène fait son entrée au parlement australien Lire

Le courage politique, ça existe !

Rude coup pour l’agrobusiness au Venezuela : les députés chavistes votent la loi des Semences Lire
Espagne : les députés Podemos renoncent à une partie de leurs indemnités parlementaires Lire
En Espagne, neuf interpellations pour l’emploi de migrants « esclaves » dans des serres Lire
L'Italie prend des mesures drastiques contre la pollution Lire
Espagne : Madrid change 30 noms de rues rappelant Franco Lire
Portugal: le Parlement rétablit les 35 heures pour les fonctionnaires Lire
Grenoble lance un droit d’interpellation « qui donne du pouvoir d’agir » Lire
Genève bannit les OGM de son agriculture Lire
L'éolien bat un nouveau record au Danemark Lire
Hambourg bannit les capsules de café et l’eau en bouteille Lire
Le Canada a tenu sa promesse: il a accueilli 25.000 réfugiés syriens Lire
Les Pays-Bas votent l’interdiction de vendre des armes à l’Arabie Saoudite Lire
Montréal va abolir les sacs plastiques et ensuite les bouteilles d’eau Lire
Barcelone impose aux banques et aux grandes entreprises de respecter les droits fondamentaux Lire
La Wallonie bloque le TTIP canadien! Lire
La Région bruxelloise interdit le pesticide Roundup Lire
Une chef de district au Malawi annule 850 mariages précoces et renvoie les jeunes filles à l'école Lire
Le Parlement wallon refuse le CETA Lire
Le Parlement hollandais vote une résolution contre l'accord de libre échange avec le Canada (CETA) Lire
Législatives en Espagne: Izquierda Unida et Podemos marcheront ensemble Lire
Le mariage homosexuel est désormais légal en Colombie Lire
Le Portugal a consommé uniquement de l'énergie verte pendant quatre jours Lire
Paris : la future « autoroute » à vélos prend vie à Bastille Lire
Autriche : l'écologiste Van der Bellen remporte la présidentielle avec 50,3 % des voix Lire
Le Canada abaisse l'âge de la retraite de 67 à 65 ans Lire
En Espagne, une élue musulmane célèbre un mariage gay Lire
Les députés luxembourgeois mettent un coup d’arrêt au CETA, le « petit cousin » du Tafta Lire
Opposée à la politique migratoire de l’UE, MSF refuse l’argent européen Lire
L’Australie vote la fin des tests de cosmétiques sur des animaux Lire
La Norvège devient le premier pays au monde pour la «déforestation zéro» Lire
La Bolivie dit non aux milliers de poules offertes par Bill Gates Lire
La Tanzanie se retire des Accords de partenariat économique (APE) avec l’UE Lire
Rennes : 210.000 habitants vers l'autosuffisance alimentaire! Lire
Contre le terrorisme, l'Italie offre à chaque jeune 500 euros de... culture Lire
Malte et l'Italie reviennent sur l'autorisation du glyphosate sur leur territoire Lire
La plus grande ferme éolienne du monde en projet en Grande-Bretagne Lire
Colombie : les FARC décrètent un cessez-le-feu définitif historique Lire
Ce petit village de Dordogne qui privilégie la qualité de vie Lire
Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles confirme son veto au CETA Lire
Ivry tend la main aux réfugiés Lire
Manifeste d'Oviedo : un front contre la dette illégitime se met en place en Espagne Lire
Le parlement wallon ouvre la voie à l’interdiction du glyphosate Lire
Le gouvernement wallon décide de soutenir et promouvoir les coopératives Lire
Le Chili produit tant d'énergie solaire qu'il la distribue gratuitement Lire
Barcelone va lancer une monnaie locale Lire
Première à Bruxelles: des logements seront mis en location sans l'aval du propriétaire Lire
La Slovénie inscrit le droit à une eau potable non privatisée dans sa Constitution Lire

 

C’est la lutte sociale qui paie

Victoire pour les communautés du Sarawak après la suspension d’un projet de barrage Lire
Le Canada sanctuarise la vaste forêt du Grand Ours, sur la côte pacifique Lire
Le Burkina Faso abandonne le coton transgénique Lire
France : le gouvernement retire son amendement visant à supprimer le principe du pollueur-payeur Lire
La nouvelle vie, sans patron ni dividende, des anciens Fralib Lire
Une campagne syndicale débouche sur l’interdiction des contrats zéro heure en Nouvelle-Zélande Lire
Panama Papers: sous pression, le Premier ministre islandais a démissionné! Lire
Pour la première fois en 100 ans, le nombre de tigres augmente Lire
La Belgique dit adieu au charbon Lire
TAFTA: la négociation sur le point de capoter Lire
Libre-échange: le Parlement de la FWB vote à son tour une résolution anti-CETA Lire
Blocage d'une mine et centrale à Charbon en Allemagne. Lire
L'agriculture biologique a la cote en Wallonie Lire
La Belgique et d'autres pays européens ont perdu: le GLYPHOSATE est ajourné Lire
10 000 Amérindiens ont lancé une vaste opération d’occupation de terres Lire
BNP Paribas va fermer ses filiales aux îles Caïmans Lire
Sierra Leone : Six défenseurs du droit à la terre libérés grâce à la solidarité citoyenne Lire
Barrage de Sivens : le tribunal administratif annule l'arrêté d'utilité publique Lire
Gironde: la ferme des 12.000 cochons ne verra pas le jour Lire
France : La victoire au bout de 214 jours de grève Lire
Inde: des millions de grévistes contre les privatisations et pour une sécurité sociale universelle Lire
Le méga-barrage sur le fleuve Tapajós abandonné Lire
Bangladesh - Les victimes de l’incendie de l'usine Tazreen ont enfin été indemnisées. Lire
Allemagne : plus de 300.000 personnes défilent contre le TAFTA Lire
Un premier pas vers la libération des échanges de semences Lire
Suite à la mobilisation des Polonaises, le gouvernement renonce à interdire totalement l’avortement Lire
Ceta: la Wallonie met son veto à la signature de l’accord par la Belgique Lire
Victoire populaire : la Belgique confirme son refus de signer le CETA Lire
Tunisie : Victoire des salarié-e-s de l’hôpital de Sfax Lire
Victoire de la mobilisation : Engie va fermer sa centrale à charbon Hazelwood Lire
Acquittement pour les deux inculpées du procès microcrédit à Ouarzazate Lire
Etats-Unis : victoire des Sioux face au projet d’oléoduc qui menace leurs terres Lire
Turquie: retrait du projet de loi sur les agressions sexuelles sur mineurs Lire
Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes Lire

Le droit comme instrument de lutte

Victoire juridique majeure aux Pays-Bas pour les victimes nigérianes de Shell Lire
La corrida est radiée du patrimoine culturel de France! Lire
ALASKA. Les ours polaires remportent une victoire face aux lobbies pétroliers Lire
Sursis !!! La Commission Européenne reporte le vote sur l’autorisation du glyphosate Lire
En Algérie, les hommes qui battent leur femme risquent désormais jusqu’à 20 ans de prison Lire
Plainte en diffamation : Bolloré perd son procès contre Bastamag Lire
Radovan Karadzic coupable de génocide, condamné à 40 ans de prison Lire
Italie: voler pour manger n'est pas un délit Lire
Tabac: Philip Morris débouté par la Cour suprême américaine Lire
Au procès de Jean-Pierre Bemba, le viol reconnu crime de guerre et contre l'humanité Lire
En Argentine, quinze ex-militaires condamnés pour l’opération Condor Lire
Libye: Sarkozy perd face à Mediapart Lire
La justice suédoise interdit un slogan trompeur de Coca-Cola Lire
Rapport de l’UNRWA: Le siège de Gaza est illégal et viole le droit humanitaire Lire
Deux tribunaux liégeois condamnent l'Onem a rétablir les droits de 2 exclus du chômage Lire
Victoire judiciaire de l’Uruguay sur le cigarettier Philip Morris Lire
La Cour d'appel fédérale renverse l'approbation de l'oléoduc Northern Gateway Lire
L'Europe interdit enfin le chalutage profond Lire
Les transactions pénales, c'est fini: on ne pourra plus payer pour éviter un procès quand un juge est saisi Lire
Leo Messi condamné à 21 mois de prison pour fraude fiscale Lire
La Cour de cassation juge illicite le licenciement des lanceurs d'alerte Lire
La Cour pénale internationale se penche enfin sur les crimes environnementaux Lire
Etats-Unis : décision historique de la Cour suprême sur le droit à l’avortement Lire
Les accaparements des terres sont désormais considérés par la CPI comme des crimes contre l’humanité Lire
Une énorme fraude fiscale mise à jour en Belgique Lire
La Société Wallonne du Logement sauve plusieurs dizaines de millions d'euros Lire
Décision majeure de la justice européenne en faveur des antipesticides Lire
La Cour de cassation confirme la condamnation de l'Etat pour des contrôles au faciès Lire
EN AUSTRALIE, UNE VILLE VEUT INTERDIRE LE PORNO POUR DES RAISONS HUMANISTES Lire
LE CETA RECALÉ PAR LA COMMISSION DES DROITS DE L’HOMME (CNCDH) Lire
L'ONU condamne la colonisation israélienne Lire

 

Reconnaître ses erreurs

Boutin condamnée pour avoir qualifié l'homosexualité d'«abomination» Lire
L'Italie met en place des couloirs humanitaires pour les réfugiés Lire
Le Zimbabwe interdit le mariage des mineures Lire
L’ONU dénonce la colonisation israélienne, appelle à un gel des constructions Lire
La Mongolie vote l'abolition de la peine de mort Lire
Le Canada va abroger la loi sur la déchéance de citoyenneté Lire
Canada: les Métis et les Indiens enfin reconnus comme peuples autochtones Lire
Panama Papers: un ministre espagnol impliqué démissionne Lire
L’Italie adopte définitivement l’union civile Lire
un pas de plus vers la victoire Lire
Le néolibéralisme est mort, selon le FMI! Lire
Les députés allemands adoptent une résolution reconnaissant le génocide arménien Lire
Louisiane : reconnaissance des premiers réfugiés climatiques américains Lire
La fin du massacre des poussins mâles Lire
Le Canada légalise l’aide médicale à mourir Lire
Australie : un peuple aborigène récupère ses terres après 37 ans de lutte Lire
La Gambie décrète l'interdiction du mariage des enfants Lire
La règle sur le décumul wallon restera inchangée Lire
Le plus grand sanctuaire marin au monde va être créé en Antarctique Lire
L’accord mondial sur les services (TISA) suspendu Lire

 

Seuls contre tous

David Bowie : les bénéfices de « Blackstar » reversés pour la recherche contre le cancer Lire
Poitou-Charentes : les grandes exploitations passent au bio Lire
Procès Cahuzac : des centaines de citoyen⋅e⋅s remettent 196 chaises à la justice Lire
Un scientifique attaqué pour avoir prouvé les dangers des OGM gagne son procès en diffamation devant un tribunal français Lire
Danemark : Ouverture du premier supermarché de restes alimentaires Lire
Le patron de LinkedIn renonce à son bonus de 14 millions de dollars pour le distribuer à ses employés Lire
Qui est ce maire qui ouvre un camp pour les migrants à Grande-Synthe? Lire
Fuite record de documents offshore: douze chefs d’Etat en difficulté, 732 Belges exposés Lire
Virée pour s’être plainte du sort des intermittents de TPMP, elle gagne son procès Lire
A Madagascar, un système bio quadruple le rendement des rizières Lire
Suède : poing levé, une femme défie 300 néonazis et devient une icône Lire
Grève contre les loyers abusifs: première victoire Lire
Le petit-fils de Miró met 28 tableaux de son grand-père aux enchères au profit des réfugiés Lire
Une rescapée d'Oradour-sur-Glane refuse d'être décorée par Manuel Valls Lire
Conjuguer accueil des migrants, écologie et émancipation sociale : l’étonnant exemple de Grande-Synthe Lire
La première femme aborigène fait son entrée au parlement australien Lire
Libération de Wafaa Charaf Lire
Après avoir sauvé 18 personnes, une réfugiée syrienne participe aux JO Lire
Au Cameroun, on fabrique des pavés «écolos» à partir de déchets plastiques Lire
Un lanceur d’alerte refuse une récompense de huit millions de dollars Lire
Bahamas Leaks: 175.000 sociétés offshores démasquées Lire
«TTIP Game Over, round 2»: 800 affiches remplacent les pubs dans les stations de métro et de tram Lire
Coopératives, recyclage, solidarités, lutte contre les inégalités : ces jeunes qui créent un monde meilleur Lire
Dick Annegarn ouvre l'unique "Verbothèque" au monde au pied des Pyrénées Lire
A toi, Jacqueline ! Lire

 

Repost 0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 22:24

 

 

BESOIN DE MONDE : action « faisons le siège des banques » ce samedi 7 janvier, RDV à 10h, place Questel à Nîmes !

Contexte :
Alors que les faucheurs de chaises ou des lanceurs d’alerte se retrouvent devant des tribunaux, l’impunité judiciaire dont jouissent les délinquants fiscaux et leurs complices est une injustice que nous ne pouvons pas accepter. C’est pour cette raison que les faucheurs de chaises ont repris leurs actions en « faisant le siège » de BNP Paribas.
Ces actions auront comme point d’orgue un rassemblement massif à Dax le lundi 9 janvier 2017 appelé par Action Non-Violente COP 21, les Amis de la Terre, Attac, et Bizi ! pour faire le procès de l’évasion fiscale avec un mot d’ordre : « Ce ne sont pas les faucheurs de chaises qu’il faut juger, c’est l’évasion fiscale en bande organisée ! »

Rendez-vous pour l’action de ce samedi :
Dans le prolongement des actions qui ont eu lieu les vendredi 9 et samedi 10 décembre 2016, à l’encontre de la BNP Paribas pour dénoncer le système de l’évasion fiscale et appeler au financement de la transition écologique et sociale, ATTAC Nîmes vous invite à participer à une action symbolique et pacifique ce samedi 7 janvier 2017 au matin.

NOUS AVONS BESOIN DE MONDE !
Rendez-vous ce samedi à 10h, place Questel (proche Maison Carrée) pour cette action de 10h30 à 12h environ.
NB : important d’être au RDV à 10h pour les préparatifs de l’action !

Voir aussi le communiqué commun au sujet de cette journée de mobilisation (avec plein d’images des actions déjà menées !) : « Multiplication des actions des Faucheurs de chaises : des dizaines d’agences BNP Paribas fermées partout en France » :

 

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Multiplication des actions des Faucheurs de chaises : des dizaines d’agences BNP Paribas fermées partout en France

 

Vendredi 9 et samedi 10 décembre, une vague d’actions touche la BNP Paribas pour dénoncer le système de l’évasion fiscale et appeler au financement de la transition écologique et sociale. Répondant à l’appel lancé par le collectif des Faucheurs de Chaises [1], des centaines de militants ont mené des actions non-violentes visant la BNP Paribas.

Vendredi, une radio pirate a émis depuis une agence bancaire de Paris 20e jusqu’à l’expulsion des 25 militants, tandis qu’à Marseille 80 militants faisaient fermer l’agence de la Joliette. Fête de l’évasion fiscale à Montpellier, maternité à Saint-Denis, lecture de l’Appel à organiser le Procès de l’évasion fiscale à Limoges, machine à laver les billets à Perpignan, palmiers à Bayonne, veau d’or à Roanne, mobilisation à Tarbes, Toulon... : les militants ont rivalisé d’ingéniosité.

Depuis le début de la matinée du samedi, les actions ont repris partout en France. A Billères, une scène de paradis fiscal a été installée dans une agence, à Bayonne les militants ont fermé deux agences pour cause d’évasion fiscale, une cocktail-party s’est tenue à Lyon, des familles avec des enfants en bas-âge ont installé une crèche à Paris 20e, une grande braderie de la fiscalité s’est tenue à Paris 13e et des actions se sont tenues à Toulouse, Lille, Besançon, Angers, Annecy, Dijon, Nantes, Lyon, Montreuil, Agen, Pau, Grenoble, Caen, Tours, Saint Jean De Luz, Rouen et même l’île de La Réunion... Dans de nombreuses villes, la BNP Paribas avait fermé ses portes préventivement, ou a été contrainte de le faire avec l’arrivée des militants. Les actions vont se poursuivre tout au long de la journée.

La barre des 60 actions organisées depuis la reprise de la mobilisation le 2 novembre [2] a été atteinte samed soir. Ce chiffre symbolique rappelle qu’au moins 60 milliards d’euros échappent au budget public chaque année en France à cause de l’évasion fiscale. Le succès de ces actions non-violentes de désobéissance civile, menées à visage découvert, témoigne de la volonté des citoyennes et citoyens d’appeler les pouvoirs publics à mettre en oeuvre les mesures permettant de lutter contre l’évasion fiscale et d’engager le financement de la transition écologique et sociale.

Les Faucheurs de Chaises appellent à présent à maintenir la mobilisation en vue du procès de Jon Palais, qui sera jugé pour “vol en réunion” le 9 janvier à Dax suite à une plainte de la BNP. A cette occasion, plus de 20 organisations associatives et syndicales appellent à organiser le Procès de l’évasion fiscale, événement festif et revendicatif réunissant de nombreuses personnalités [3]. Le matin, des candidats aux présidentielles participeront à une table-ronde sur l’évasion et l’impunité fiscales.

Pour aller plus loin

 

 

Source : https://france.attac.org

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions Ils réagissent
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 17:19

 

 

Source : https://www.dailymotion.com/video/x57bpe0_tel-le-gibbon-de-toutes-les-campagnes-le-billet-de-nicole-ferroni_fun#tab_embed

 

 

Tel le gibbon, de toutes les campagnes - Le billet de Nicole Ferroni

 

 

Date de publication : 04/01/2017

Durée : 05:42

 
 
Nicole est très étonnée : elle a connu Benoit Apparu comme soutien d'Alain Juppé. Et maintenant que c'est François Fillon qui est en tête, c'est lui qu'il soutient.

Comme un gibbon, il lâche une branche pour en attraper une autre ! Mais en matière d'opportunisme, il n'est pas le seul.
Le billet d'humeur de Nicole Ferroni dans le 7/9, l’invité était Benoist Apparu (8h55 - 4 Janvier 2017)
https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-de-nicole-ferroni/le-billet-de-nicole-ferroni-04-janvier-2017
Retrouvez tous les billets de Nicole Ferroni sur https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Photos - Vidéos - Sons
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22