Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 11:41

Le Monde - 26 octobre 2011

Twitter bruisse d'indignation mercredi matin, après l'annonce par Le Républicain lorrain d'une procédure de licenciement engagée contre une caissière de supermarché en Moselle, qui avait récupéré une offre promotionnelle au dos d'un ticket de caisse. Le coupon, abandonné par une cliente sur un tapis de caisse, donnait droit à une réduction dans un fast-food. La direction a porté plainte pour vol, selon la caissière.

Mercredi, le groupe Cora, employeur de la caissière, a posté un message sur sa page Facebook, affirmant "comprendre" les réactions indignées des internautes et précisant "nous sommes actuellement en contact avec la direction de l’hypermarché Cora de Mondelange afin de clarifier cette situation." Depuis mercredi matin, des internautes accusaient Cora d'effacer les commentaires déposés sur sa page.

Le ticket ramassé donnait droit à "deux [sandwichs] achetés pour le prix d'un", selon la caissière, Anne-Marie, également représentante du personnel CGT du supermarché. "J'ai pensé à mon fils de 8 ans, a-t-elle dit au micro de France Inter mercredi (interview à 12 h 50). J'ai détaché, mais vraiment au vu de tout le monde, et juste après, à 2 heures, à la fin de mon service, on m'a interpellée, l'adjoint de la sécurité et ma chef de caisse me disant que c'est la propriété de Cora."

L'employée a été convoquée à la gendarmerie d’Uckange et en est ressortie avec un rappel à la loi émanant du procureur de la République de Thionville. Elle est convoquée le 7 novembre par sa direction pour un entretien préalable au licenciement.

Selon Le Républicain lorrain, son avocat, Me Ralph Blindauer, a fait opposition au rappel à la loi.

Photo : AFP PHOTO KENZO TRIBOUILLARD

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 14:46

 

GROUPE LOCAL DE LYON d’OXFAM France

 

MANIFESTATION G20 – LA VIE PAS LA BOURSE !!

 

Le samedi 29 octobre à 14h

 

Marchons ensemble pour mettre la finance dans le bon sens

 

Départ : 14h PLACE BELLECOUR

 

Métro Bellecour

 

Dernière ligne droite avant le G20 qui se déroulera le 3 et 4 novembre 2011 à Cannes, le groupe local lyonnais d’OXFAM France organise une grande manifestation au centre-ville de Lyon pour alerter l’opinion publique et les décideurs sur les enjeux de ce sommet. Nous partirons de Bellecour pour rejoindre Hôtel de ville.

 

Nous participons activement à la coalition Mobilisation G8-G20, qui réunit une trentaine d’organisations citoyennes – associations, syndicats, mouvements sociaux et citoyens. La manifestation internationale de la société civile aura lieu le 1er novembre, à Nice, avec pour mot d’ordre "Les peuples d’abord, pas la finance !".   

 

Aux côtés d’ATTAC et AIDES nous militons pour l’adoption de la Taxe Robin des Bois. C’est une campagne pour l’adoption d’une taxe sur les transactions financières dans le cadre des négociations internationales aux G8-G20. La taxe permettrait de dégager des centaines de milliards d'euros chaque année pour lutter contre la pauvreté et le changement climatique. Elle contribuerait à réduire la spéculation financière et à redistribuer les richesses.

 

OXFAM Franceest une association de solidarité internationale qui lutte depuis 1998 contre les injustices mondiales en menant des campagnes de mobilisation citoyenne et de pression sur les décideurs. OXFAM France est le membre français d’Oxfam International.

 

Contact presse :

 

GROUPE LOCAL DE LYON :

Sarah Mazé-Launay, coordinatrice / 06.77.16.10.27 / oxfamlyon@gmail.com

 

Siège d’OXFAM France :

Magali Rubino, relations médias / 01.56.98.24.45 / mrubino@oxfamfrance.org

 

Liens :

 

http://www.oxfamfrance.org

http://www.taxerobindesbois.org/

Oxfam Groupe local Lyon sur FACEBOOK

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 13:18

Le Nouvel Observateur - Publié le 25-10-11 à 15:12    Modifié à 15:32     par Jérôme Hourdeaux    

Des pirates, se réclamant des Anonymous, ont notamment mis la main sur les comptes de 1.589 utilisateurs du site "Lolita City".

Des jeunes Anonymous, lors d'une manifestation en Allemagne (AFP) Des jeunes Anonymous, lors d'une manifestation en Allemagne (AFP)

Un réseau de sites pédophiles a été la cible, le week-end dernier, d’une attaque informatique menée par un groupe de cyber-militants dans le cadre d’une opération lancée par les Anonymous et baptisée "Opération Darknet".

Dans un communiqué, les Anonymous affirment en effet avoir réussi à faire tomber "Freedom Hosting", présenté comme l’un des principaux hébergeurs de sites pédopornographiques œuvrant sur le réseau "Tor", un réseau totalement anonyme et sécurisé.

Une quarantaine de sites

Au total, ce sont une quarantaine de sites pédophiles qui auraient ainsi dû fermer après l’attaque de ce week-end. "Parmi ceux-ci, expliquent les pirates dans leur communiqué, figure Lolita City, un des principaux sites de pornographie infantile à ce jour et contenant plus de 100 GB de pornographie infantile".

Les Anonymous ont par ailleurs récupéré, et mis en ligne, les détails des comptes de 1.589 utilisateurs de Lolita City montrant leur "préférence" en terme d’âge ou encore le nombre de photos qu’ils ont uploadées sur le site.

Cette attaque a été menée dans le cadre de "l’Opération Darknet", lancée par les Anonymous le 17 octobre dernier et visant les "darknets", des réseaux virtuels permettant, comme "Tor", de se connecter entre un nombre limité d’internautes en toute discrétion. Utilisés pour des raisons de sécurité par des militaires, des grandes entreprises ou des journalistes, ces réseaux sont également l’outil idéal pour des activités criminelles.

Les Anonymous demandent que soient retirés des serveurs de ces réseaux "toute pornographie infantile" et que les hébergeurs "refusent de fournir un service d’hébergement à un site diffusant de la pornographie infantile. Cette demande ne vise pas seulement Freedom Hosting, mais tout le monde sur internet".

Jérôme Hourdeaux - Le Nouvel Observateur

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 12:31

Il faut lire et relire cet exceptionnel réquisitoire, prononcé dans l'après-midi du lundi 24 octobre, par le procureur Benjamin Branchet, au procès de piratage économique instruit depuis une semaine devant le tribunal de Nanterre. 

Qu'en ces temps tourmentés, et à l'aube d'une campagne présidentielle, un procureur se lève au nom de la société pour rappeler l'urgence qu'il y a à protéger les libertés individuelles et à lutter contre les "officines" de toutes sortes n'est pas anodin.

Voici l'essentiel de son adresse au tribunal:

"Votre devoir est de dire à tous ceux qui gravitent autour de la nébuleuse de l'intelligence économique que l'état de droit ne saurait tolérer l'usage de procédés qui, outre le fait de le blesser, instillent de manière sournoise dans l'esprit collectif qu'en dehors de l'action régulière des pouvoirs publics, il existe des groupes d'individus  formant des officines privées et maîtrisant des procédés d'investigation  que seule la police républicaine est normalement en droit d'utiliser et ce, dans le seul dessein de satisfaire des intérêts privés.

Tout ce qui contribue à faire prospérer ce monde souterrain interlope où règnent le secret, la clandestinité, l'application d'une loi qui n'est pas celle de la République et l'intimidation doit être condamné avec fermeté.

Autrement, le citoyen achèvera une mithridatisation qui mettra en péril le pacte social.

Lorsqu'il prend conscience qu'une société telle qu'EDF aussi réputée dans le monde et dont la France peut s'enorgueillir, tolère sinon encourage le recours à de telles pratiques, comment ce citoyen pourrait-il conserver une totale confiance aux décideurs publics ou privés qui exigent de lui respect et sacrifice financier?

Comment pourrait-il assurer à ses enfants que l'observation de la loi est l'unique rempart contre l'arbitraire et l'abus de pouvoir, si la République se double d'un univers régi par des normes dictées par la seule puissance individuelle et qui se plaît à mettre en échec des règles dont le corps social s'est démocratiquement doté?

Ce type de dossier est emblématique et c'est l'honneur de la justice que vous représentez aujourd'hui de rappeler à tous que l'égalité devant la loi constitue certainement le socle sur lequel repose l'édifice républicain. Le bâtir ne fut pas une mince affaire, l'histoire de notre pays en est le témoin. Le laisser se fissurer nous exposerait tous à voir disparaître avec effroi ce qui fait la grandeur de la France: la protection des droits fondamentaux et la séparation des pouvoirs.

Nul ne doit se sentir autorisé à violer la loi, quels que soient sa fonction, son passé et l'état de ses réseaux d'influence. C'est ce message solennel que vous devez, par votre jugement, adresser aux prévenus.

Le procureur avait auparavant examiné les responsabilités individuelles des six prévenus de cette affaire, dont celle de l'entreprise EDF poursuivie en qualité de personne morale et requis contre eux des peines de six mois à dix-huit mois ferme, assorties d'amende. Il a également requis une amende de 1,5 million d'euros contre EDF.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 12:02

LEMONDE.FR avec AFP | 25.10.11 | 13h14   •  Mis à jour le 25.10.11 | 13h34

 

Me Olivier Morice, en 2009.

Me Olivier Morice, en 2009.AFP/STEPHANE DE SAKUTIN

Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi, a saisi la justice, mardi 25 octobre, pour "menace" à l'encontre de l'ex-ministre de l'intérieur Brice Hortefeux et pour "diffamation" à l'encontre de la ministre de l'apprentissage, Nadine Morano.

L'avocat reproche à Brice Hortefeux des propos tenus dans l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur, en date du 29 septembre. L’ami le plus proche du chef de l’Etat y dénonce notamment "la lâcheté des journalistes qui fracassent tous les amis de Nicolas Sarkozy", estimant que c’est Me Olivier Morice qui devrait être "fracassé".

"Les propos tenus par Brice Hortefeux sont intolérables, indiquait fin septembre au Monde Me Morice. Ils constituent à mon sens une menace et une intimidation envers un avocat dans l’exercice de ses fonctions. J’ai donc demandé à un collectif d’avocats de citer en correctionnelle M. Brice Hortefeux". Ce dernier est cité à comparaître le 22 novembre devant le tribunal de grande instance de Paris, selon la citation directe déposée par l'avocat.

>> Voire notre infographie Comprendre l'affaire Karachi en trois minutes

"SE FAIRE DE LA PUB"

Me Morice a également saisi la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris d'une plainte en diffamation à l'encontre de Nadine Morano.

Lors d'un vif échange, le 22 septembre sur Canal+, alors que deux proches du président, Nicolas Bazire et Thierry Gaubert, venaient d'être mis en examen dans l'affaire Karachi, Mme Morano avait accusé l'avocat de "tenir des propos gravement diffamatoires, sans aucun élément de preuve", à l'encontre de Nicolas Sarkozy et de "se faire de la pub" sur le dos du chef de l'Etat.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 00:27

Le grand débat | LEMONDE | 24.10.11 | 13h15   •  Mis à jour le 24.10.11 | 19h30

par Pierre Larrouturou, membre du conseil politique d'Europe-Ecologie (Le grand débat)

 
 

En quelques semaines, le climat a changé. Début 2010, quand nous expliquions que la crise n'était pas finie et qu'une réplique plus grave encore était en préparation, nous étions à contre-courant du discours dominant : tout était sous contrôle ! Il y a cinq mois encore, nous étions "trop pessimistes" : le G8 de Deauville, fin mai, n'a pas consacré une minute à la crise financière !

Mais aujourd'hui, nul ne conteste la gravité de la situation : le président de l'Autorité des marchés financiers (AMF) affirme que nous risquons "un effondrement de l'ensemble du système économique mondial". Quant à Nicolas Sarkozy, il expliquait récemment devant quelques députés qu'un tsunami menace nos économies : "Non pas une récession, comme en 2008-2009 mais un vrai tsunami."

Il faudrait être aveugle pour ne pas voir les dangers : la dette totale des Etats-Unis atteint 250 % du PIB. Au premier trimestre, alors que la dette publique augmentait de 380 milliards de dollars (274,8 milliards d'euros) en trois mois, le PIB n'a augmenté que de 50 milliards. De plus en plus de dette pour de moins en moins de croissance ! La première économie mondiale est comme une voiture qui a besoin d'un litre d'huile tous les 300 mètres. A tout moment, elle peut casser une bielle et le moteur va exploser.

En Chine, la bulle immobilière a atteint deux fois la taille du maximum atteint par la bulle aux Etats-Unis avant la crise des subprimes. En 2009, pour éviter la récession, le gouvernement a ordonné aux banques d'accepter toutes les demandes de crédit qui leur parvenaient. En un an, on a injecté dans l'économie 44 % du PIB (30 % par le crédit privé, 14 % par la dette publique). Partout, on a construit... Partout, il y a pléthore d'immeubles vides. En avril, les prix de l'immobilier ont baissé de 5 %. C'est la première baisse en vingt ans. On a vu en Espagne ce que donne l'éclatement d'une telle bulle : le chômage a triplé en trois ans. Que va-t-il se passer en Chine, où il y a déjà 20 % de chômage et où les émeutes sociales sont de plus en plus violentes ?

La prochaine crise risque d'être plus grave que celle de 2008 car les Etats n'ont plus la capacité de venir au secours du système financier s'il subit un choc violent. Quand la banque Lehman Brothers est tombée, la panique n'a duré que quelques jours car le président George Bush et le secrétaire au Trésor Henry Paulson ont dit qu'ils mettaient 700 milliards de dollars sur la table. Le calme est revenu très vite parce que nul n'avait de doute sur leur capacité à payer ces 700 milliards, mais le choc a quand même provoqué une récession mondiale et des dizaines de millions de nouveaux chômeurs à travers la planète... Trois ans plus tard, personne ne sait comment le président Obama pourrait trouver 700 milliards de dollars si c'était nécessaire. Il faut donc éviter à tout prix d'en arriver là.

Nos politiques sont paralysés aujourd'hui car ils veulent "rassurer les marchés financiers", qui ont des demandes contradictoires : face à une croissance qui diminue dans les pays du G7 (0,1 % de croissance seulement au second trimestre, avant les crises de l'été !), faut-il entreprendre de nouveaux plans de relance jusqu'à être écrasés par la dette, ou faut-il voter des plans d'austérité et retomber en récession ?

 

Croissance moyenne des pays du G7 depuis 2010.

Croissance moyenne des pays du G7 depuis 2010.OCDE

Dans un contexte de chômage de masse, quel salarié peut négocier une augmentation de salaire ? Qui peut donner sa démission en espérant trouver assez vite un autre emploi ? La peur du chômage est dans toutes les têtes, et ce qui va aux salaires est tombé à un plus bas historique.

 

Part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises.

Part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises.OCDE

 

Part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises (Allemagne, Suède, Etats-Unis, Japon, Royaume Unis, Danemark, Italie, Espagne, France, Pays-Bas, Autriche, Belgique, Finlande, Grèce et Irlande).

Part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises (Allemagne, Suède, Etats-Unis, Japon, Royaume Unis, Danemark, Italie, Espagne, France, Pays-Bas, Autriche, Belgique, Finlande, Grèce et Irlande).OCDE

La question de la dette des Etats est très importante (entre 80 % et 90 % du PIB en France et en Allemagne), mais au lieu de bloquer les retraites et de couper dans le financement de la santé ou de l'éducation, ne faut-il pas utiliser tous les leviers fiscaux possibles pour récupérer une bonne part de la "dette des marchés", ces 150 % du PIB que les 0,2 % les plus riches doivent aux peuples de nos pays, si on considère que le partage entre salariés et actionnaires était juste et efficace dans les années 1970 ?

Les "indignés" ont raison : "Ceci n'est pas une crise, c'est une arnaque !" Il ne s'agit pas ici de minimiser la responsabilité (ou l'irresponsabilité) des gouvernements et des citoyens, mais seulement d'apporter le diagnostic le plus complet possible de la situation. Car si le diagnostic est faux, il n'y a aucune chance qu'on parvienne à vaincre le mal.

Le 19 octobre à Francfort, la chancelière Angela Merkel affirmait qu'il fallait "attaquer la crise à la racine" au lieu de s'attaquer seulement aux symptômes. Elle a parfaitement raison ! Et les racines de la crise, c'est trente ans de chômage et de précarité. C'est à cause du chômage de masse que la part des salaires a tant diminué. C'est à cause du chômage, des petits boulots et des petits salaires que nos économies ont besoin de toujours plus de dette. Le chômage n'est pas seulement une des conséquences de la crise. Il en est l'une des causes premières.

Pour sortir de notre dépendance à la dette, il faut réguler les marchés et taxer les plus hauts revenus mais il faut surtout s'attaquer au chômage : c'est seulement en donnant au plus grand nombre un vrai emploi et une vraie capacité de négociation sur les salaires qu'on sortira durablement de la crise.

En 1944, avant de convoquer le sommet de Bretton-Woods qui allait reconstruire le système financier, Franklin Roosevelt organisait le sommet de Philadelphie, qui adoptait comme priorité absolue le respect d'un certain nombre de règles sociales : "Il n'y aura pas de paix durable sans justice sociale", affirmaient Franklin Roosevelt et les autres chefs d'Etat avant de définir des règles sur les salaires, le temps de travail et le partage entre salaires et dividendes... Des règles très concrètes, à respecter dans chaque pays comme dans le commerce mondial. Avant que les néolibéraux ne les démantèlent, ces règles ont permis trente ans de prospérité sans dette.

Bonne nouvelle ! Si ce sont des décisions politiques qui nous ont amenés à la crise, d'autres décisions politiques peuvent nous en sortir. La justice sociale n'est pas un luxe auquel il faudrait renoncer à cause de la crise. Au contraire ! Reconstruire la justice sociale est la priorité absolue, le seul moyen de sortir de notre dépendance à la dette. Allons-nous attendre qu'il soit trop tard pour agir ? Quand Franklin Roosevelt arrive au pouvoir, en 1933, il succède à Herbert Hoover, dont le surnom était "Do Nothing" ("ne fait rien"). Le but de Roosevelt n'est pas de "rassurer les marchés financiers" mais de les dompter ! Il lui suffit de trois mois pour mettre en oeuvre quinze réformes majeures.

Les actionnaires sont furieux et s'opposent de toutes leurs forces à la loi qui sépare les banques de dépôt et les banques d'affaires, comme ils s'opposent aux taxes sur les plus hauts revenus, mais le président Roosevelt tient bon. Les catastrophes annoncées par les financiers ne se sont pas produites. Et l'économie américaine a vécu avec ces règles pendant un demi-siècle. "We must act !" répétait Roosevelt. Nous devons agir ! Hélas, depuis 2008, nos dirigeants font preuve d'une inertie aux conséquences dramatiques. Si l'Europe avait créé une taxe Tobin fin 2008, au plus fort de la première crise financière, elle aurait déjà rapporté entre 200 et 600 milliards d'euros, selon les différents scénarios en débat à Bruxelles.

Avec une telle cagnotte, le Parlement européen aurait réglé la crise grecque en quelques semaines sans demander le moindre effort aux citoyens et sans attendre le feu vert de seize Parlements nationaux. Et ce qui n'était qu'un problème modeste à l'origine (coût estimé à 50 milliards d'euros en 2009 et 110 milliards aujourd'hui) n'aurait jamais pris les proportions que la crise grecque a prises depuis quelques semaines. Le principe d'une taxe Tobin a été adopté par le Parlement européen, droite et gauche confondues, mais il est toujours "en discussion" dans les méandres du Conseil européen, et les lobbies financiers font tout pour ralentir son adoption définitive... Nos dirigeants discutent encore quand les spéculateurs agissent avec toujours plus de rapidité et d'efficacité. Qu'attendons-nous pour créer enfin cette taxe et rassurer le peuple allemand et les autres peuples d'Europe ?

C'est la dernière fois qu'on leur a demandé un effort ! Dorénavant, ce sont ceux qui ont accaparé des sommes considérables depuis trente ans qui seront mis à contribution pour abonder le Fonds européen de stabilité. Il faut dire la vérité : vu l'énormité des déséquilibres accumulés aux quatre coins de la planète, nous n'éviterons pas une nouvelle crise. La seule question qui se pose (mais elle est fondamentale !) est de savoir si cette crise se traduit seulement par quelques grosses turbulences, qui sont l'occasion de renforcer notre cohésion nationale, de construire enfin une Europe politique et d'humaniser la mondialisation, ou si elle est semblable au tsunami dont parle Nicolas Sarkozy. Un tsunami qui provoque l'effondrement de pans entiers de nos sociétés.

Vu l'interdépendance de nos économies et vu la mobilité des capitaux, il est évident que les décisions qui seront prises - ou ne seront pas prises - par le G20 de Cannes, début novembre, sont d'une importance cruciale. Il reste bien des leviers disponibles au niveau national et au niveau européen, mais une action concertée au niveau international aurait une tout autre efficacité.

Le G20 va-t-il enfin déclarer la guerre à la spéculation et à l'injustice sociale ? Ce G20 va-t-il retrouver l'esprit de Philadelphie et être à l'origine d'un sursaut de coopération et de justice sociale, ou restera-t-il dans l'histoire comme un sommet de mensonges et de lâcheté, comme les accords de Munich à l'automne 1938 ? Le G20 va-t-il vouloir encore "rassurer les marchés financiers" ou va-t-il enfin décider de les remettre à leur place ?

En France, toute la gauche a les yeux rivés sur l'élection de 2012. Cette élection est fondamentale, mais si le système économique s'effondre d'ici là, si l'analyse néolibérale s'impose dans le débat public et si les populismes se nourrissent du désespoir, rendant inaudible tout discours rationnel, la gauche aura la tâche encore plus difficile pour sortir de la crise.

L'économie mondiale n'est pas calée sur mai 2012. Vu la vitesse à laquelle la situation peut se dégrader, la présidentielle française est encore loin. Le devoir de la gauche est donc de dire toute la vérité et de peser avec force dans chaque débat, sur chaque décision. Tel est le sens de l'appel que nous venons de lancer (www.poureviterleffondrement.fr). Dès le G20 de Cannes et dans les prochains mois, les citoyens peuvent montrer qu'ils ne relâcheront pas la pression sur leurs dirigeants. Il n'est plus l'heure de parler mais d'agir. Pour que le G20 se donne les moyens de reconstruire la justice sociale, pour éviter l'effondrement de nos sociétés, soyons le plus nombreux possible à le signer et à le diffuser autour de nous.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 11:22
| Par Carine Fouteau

 

Le service de la main-d'œuvre étrangère (MOE) de Paris est en train de craquer. En sous-effectif chronique, les fonctionnaires chargés d'instruire les demandes d'autorisation de travail des salariés étrangers sont en première ligne pour mettre en œuvre la circulaire du 31 mai 2011 visant à réduire l'immigration professionnelle.

Les arrivées légales doivent baisser de 20.000 par an, ne cesse de marteler le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, qui a cosigné ce texte avec le ministre du Travail, Xavier Bertrand. Comment faire? Mettre les agents sous pression, appliquer des quotas sans le dire et modifier les pratiques administratives en étant toujours plus pointilleux et zélés à l'encontre des employeurs et des travailleurs.

Comme stimulé par la désapprobation des représentants des grandes écoles et des universités ainsi que des patrons du CAC 40, l'instigateur de cette politique s'est récemment félicité, lors d'un déplacement à Senlis, dans l'Oise, de la baisse de 30% des titres de travail au cours des huit premiers mois de l'année. Sur près de 190.000 arrivées en 2010, l'immigration professionnelle a concerné 31.500 personnes à l'échelon national.

 

Devant le «service de la main d'oeuvre étrangère» de Paris... à Aubervilliers. ©CF  
Devant le «service de la main d'oeuvre étrangère» de Paris... à Aubervilliers. ©CF

En raison de leur devoir de réserve, rares sont les agents qui s'expriment. A fortiori dans un service peu valorisé comme celui de la MOE, à la désignation inchangée depuis un siècle, perpétuation incongrue de la période coloniale mais révélatrice de la vision utilitariste des étrangers développée par l'État.

Sous couvert d'anonymat, et vu la dégradation des conditions de travail, l'un d'entre eux a accepté de témoigner. «Cette circulaire a modifié beaucoup de choses. C'est une rupture dans la politique de l'immigration. On nous demande de travailler différemment en ayant une lecture plus stricte qu'avant de la législation pour avoir du résultat. Avant, on était à 80% voire plus de taux d'acceptation des dossiers. Les refus, c'était à la marge. Maintenant, on a un quota de 50%. Les ordres viennent directement du préfet et du ministère de l'Intérieur. 50% de refus, c'est terrible, car la majorité des gens qui viennent ont leur place en France. Il y a beaucoup d'étudiants qui veulent changer de statut, passer du statut d'étudiant à celui de salarié. Ces personnes ont souvent bac+5 ou bac+6, elles vivent ici depuis huit ou dix ans, certaines sont fiancées. Les grands groupes sont intéressés par leur double culture ou leur côté polyglotte et leur proposent des contrats. Et maintenant, on leur dit non, vous ne pouvez pas rester. Ils ne comprennent pas.»

«En filigrane, poursuit ce fonctionnaire, le texte dit que les étrangers doivent retourner dans leur pays d'origine. Pour passer de 80 à 50% de refus, la méthode est simple. On est plus tatillons sur l'opposabilité de la situation de l'emploi. C'est-à-dire qu'on vérifie minutieusement si l'employeur qui veut recruter un étranger a diffusé au préalable une offre d'emploi, à Pôle emploi ou ailleurs, et combien de temps celle-ci a été proposée sans trouver preneur. À regarder de près, on trouve toujours quelque chose à redire.»

«Nous refusons d'être des outils de fermeture du marché du travail»

De la bienveillance à la suspicion systématique: l'incohérence de la politique publique apparaît au grand jour avec l'abandon de l'immigration «choisie», supposée favoriser l'immigration professionnelle, au profit d'une approche restrictive. Pour les agents, ce changement de cap voulu par Nicolas Sarkozy est d'autant plus difficile à accepter qu'ils n'en peuvent plus d'appliquer des directives contradictoires dont ils ont le sentiment qu'elles servent des intérêts politiques éloignés de leur mission de service public.

Ex-employée de ce service, Emeline Briantais, du syndicat Sud-travail, a repéré une autre pratique dévoyant selon elle l'esprit du code du travail: «Un dossier peut être refusé si l'employeur ne respecte pas la réglementation. Avant, nous nous contentions de relever les grosses infractions, par exemple l'emploi illégal. Désormais, tout est possible. L'absence d'accord d'entreprise sur les seniors peut être relevée et se retourner contre l'étranger.» «Ce qui est inacceptable avec cette circulaire, c'est que le salarié devient redevable des conditions de travail que lui impose son employeur», insiste Julien Boeldieu, à la CGT du ministère du Travail (lire le communiqué des organisations syndicales). 

Pour les agents, l'injonction gouvernementale induit un surplus de travail, dans la mesure où les décisions de refus, devant être justifiées, prennent plus de temps à rédiger. En découle un procédé pernicieux: «L'administration a deux mois pour donner sa réponse, rappelle le fonctionnaire en poste. Si on laisse traîner, cela s'appelle un refus tacite. On évite, mais comme on est débordés, on est de plus en plus amenés à le faire.»

Le service ne s'en cache pas. À la porte d'entrée est placardée une affichette à l'intention des étudiants les prévenant que «cette semaine, nous traitons les dossiers que nous a envoyés la préfecture le 17/06/2011. Toute demande reçue après cette date n'a pas encore été instruite». Le délai d'examen est passé depuis le 17 août, mais pas un mot d'excuse ni d'explication ne conclut cette note d'information.

 

Note d'information affichée à la porte d'entrée.  
Note d'information affichée à la porte d'entrée.

«Dans certains départements, les services demandent à l'inspection du travail de contrôler spécifiquement telle ou telle entreprise, soit pour vérifier de visu le respect de la réglementation, soit pour s'assurer de la “réalité de l'emploi” proposé, ce qui est une notion absente du code du travail», indique Julien Boeldieu, qui met en garde contre une «instrumentalisation des services de l'État en faveur d'une politique xénophobe». «Nous refusons d'être des outils de fermeture du marché du travail», ajoute-t-il, évoquant une «situation explosive». «Les agents sont pris au piège de la politique gouvernementale», enchaîne Emeline Briantais. Selon elle, les instructions circulent à l'oral, à l'occasion de réunions départementales mensuelles au cours desquelles les chefs de service se font sermonner s'ils ne remplissent pas les objectifs fixés.

«La personne chargée des étudiants est désabusée. Elle ne croit plus en rien»

Les bouleversements dans leur fonctionnement, les agents parisiens les vivent d'autant plus mal qu'ils coïncident avec le déménagement, dans la précipitation, de leurs locaux du boulevard de la Villette, dans le Xe arrondissement, à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis.

Plus précisément, c'est sur le site du Millénaire, à quelques mètres du nouveau centre commercial, dans des locaux loués par la société immobilière Icade, qu'ils ont été délocalisés fin juillet. C'est là aussi que les «usagers» doivent se rendre, même s'ils sont domiciliés dans la capitale.

Dès 8h30 le matin, une file s'étire à la porte du service au 21, rue Madeleine-Vionnet. Rien à voir avec les nuits passées par des centaines de personnes devant des préfectures comme Bobigny ou Antony pour renouveler un titre de séjour, mais une cinquantaine d'étrangers se massent à l'extérieur à 9h30, heure de l'ouverture, ce mercredi, en plein froid et courant d'air.

En l'absence de référencement sur Internet et de signalétique sur place, on se demande comment les personnes ont trouvé leur chemin. «Le bouche à oreille», lance quelqu'un. «Une fois qu'on a repéré le bâtiment avec toutes les enseignes des magasins du centre commercial, on sait que c'est là.»

 

Dans le hall d'accueil du service.  
Dans le hall d'accueil du service.

Les plages horaires d'accueil ne cessent de changer. Des caméras de vidéosurveillance surplombent l'entrée. Une vingtaine de sièges sont arrimés au sol à l'intérieur. Aucune confidentialité. La liste des griefs s'allonge: «Le premier problème, indique le fonctionnaire, c'est le trajet, le Millénaire c'est loin et mal desservi. L'archivage, qui est notre base de travail, est complètement désorganisé. Il y a des courriers égarés, des dossiers qu'on ne retrouve pas. L'accueil est inadapté. On n'est identifiés nulle part. Les personnes ne sont pas appelées par leur nom, mais par un numéro. Nous les recevons dans une entrée du personnel, c'est une sorte de hall qui n'est pas prévu pour l'attente. Vers 10 heures, en période de rush, il n'y a pas assez de places assises. Les gens doivent rester debout.»

Pour autant, les éclats de voix sont peu fréquents. «On a un public choisi. Ils ont une attente forte, ils sont assez malléables. Ce qu'ils veulent, c'est que leur décision soit favorable, c'est tout.»

Une forme de lassitude s'exprime: «On travaille de manière isolée. Il y a quand même une souffrance. On se sent démunis, surtout que nous devons accomplir des tâches de plus en plus subalternes à cause du sous-effectif lié au non-remplacement des départs à la retraite. On était une vingtaine il y a quelques années, nous ne sommes plus que 11 ou 12 avec des agents vieillissants. À quoi ça sert de faire une décision de refus, si personne n'est là pour la saisir et l'envoyer? La personne chargée des étudiants est désabusée. Elle ne croit plus en rien. Il faut reconnaître qu'avec les grande écoles et les patrons qui se rebiffent, ça devient compliqué. Pour se rassurer, ce qu'on se dit, c'est qu'il n'y en a plus pour très longtemps. On fait le gros dos. Dans quelques mois, il y a l'élection présidentielle.»

«On a une mission à remplir en tant qu'agents de l'État, on a des instructions, même si elles sont farfelues, on doit les appliquer, c'est comme ça», ajoute cette personne. Ceux qui se considèrent en contradiction avec leurs convictions finissent toujours par quitter le service.

«Cette circulaire nous fait un tort considérable»

À l'entrée du bâtiment, une femme en tailleur-bijoux fait les cent pas. Pour le cabinet de «conseil en mobilité internationale» France Global Relocation, elle est venue s'enquérir de la situation d'un jeune Coréen styliste qu'une société française souhaite embaucher. Son jugement sur la circulaire Guéant est sans appel: «C'est catastrophique. Ce texte nous fait un tort considérable. Nos clients sont de grosses entreprises qui recrutent des cadres ou des étudiants étrangers pour leurs compétences et leur ouverture d'esprit. Là, on est complètement déstabilisés. Ils délivrent refus sur refus. Ils font traîner les dossiers. C'est intenable, car nous, à la différence de l'administration, nous avons une obligation de résultat.»

 

Le site du Millénaire, octobre 2011. Le site du Millénaire, octobre 2011.

Nazim Ould Ali, étudiant en musicologie de nationalité algérienne, commence aussi à s'impatienter. Travaillant à temps partiel dans une bibliothèque, il fait des allers-retours ubuesques entre la préfecture et le Millénaire: «Mon titre de séjour arrivait à échéance le 4 octobre, mais je n'ai été convoqué à la préfecture que le 17. Pour l'intervalle, il a fallu que je vienne ici prolonger de quinze jours ma carte de travail. Le 17, à la préfecture, ils m'ont remis un récépissé en attente de la vraie carte de séjour. Il faut donc que je prolonge de nouveau ma carte de travail. Quand j'aurai mon titre de séjour définitif, il faudra évidemment que je revienne, une dernière fois j'espère. Vous suivez?» «Je songe à aller m'installer ailleurs, en Grande-Bretagne ou au Canada», ajoute-t-il.

 

Pour obtenir le retrait de la circulaire, un collectif du 31 mai s'est constitué autour d'étrangers éconduits. La Conférence des grandes écoles (CGE) a déposé au ministère de l'Intérieur des dossiers ayant fait l'objet de refus. Quelques ministres, tels Laurent Wauquiez, à l'Enseignement supérieur et la Recherche, et Valérie Pécresse, au Budget, ont fait entendre une voix discordante. Lors d'une très récente réunion du service de la MOE, les agents ont été informés qu'ils allaient devoir «reprendre» certains dossiers... Pas sûr que cela suffise. Des centaines d'étudiants, découragés, risquent de se détourner durablement de la France.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 11:24

Journalistes : pas besoin d'un nouveau Code de déontologie !

 

jo-chinecensure-journalisme-deontologie-pekin-L-1.png



La décision d’engager un débat sur un nouveau code de déontologie des journalistes, prise lors des Etats généraux de la presse, à l'initiative du président Sarkozy, s’inscrivait dans la logique de ce rassemblement, tout entier tourné vers la satisfaction des revendications des patrons de presse, amis pour beaucoup du pouvoir en place. Ainsi était calculé sous le frauduleux prétexte de « modernisation », de plans massifs de départs dans les entreprises. Ces départs désormais font l'actualité Prisma Presse, la Tribune, France-Soir, le Parisien, RFI France24... laissant sur le carreau nombreux confrères qui pour beaucoup ne savent pas si ils pourront continuer à vivre dignement du journalisme d'ici la retraite...


Ces Etats généraux avaient donc un seul objectif clair: amener les syndicats de salariés, sur la base d’un « diagnostic partagé » avec les employeurs et l’Etat sur l’état de la presse et des médias, à légitimer une série « d’évolutions » dont nous avons ensuite pu prendre toute la mesure. En effet, ces Etats généraux ont marqué le point de départ d’une série d’offensives contre les droits et l’emploi des salariés de la presse, et des journalistes en particulier.

C’est dans ce cadre qu’ont été engagées notamment les négociations sur le statut des pigistes, qui sous prétexte de « clarifier » les conditions d’application de leurs droits, ont abouti au scandaleux accord minoritaire, remettant en cause de fait la loi Cressard
de 1974 et la convention collective des journalistes, accord minoritaire dont le syndicat général des journalistes FO, rejoint par le SNJ CGT,  demande l’abrogation pure et simple.

Excipant des « difficultés économiques » rencontrées par la presse et de la désaffection du public à l’égard des médias, il fut aussi décidé de confier à un « comité de sages » la rédaction d"un nouveau code de déontologie, pour « clarifier » là aussi. « Les difficultés économiques de la presse pourraient conduire à penser que la déontologie est une question secondaire. 

 
Notre conviction est au contraire que cette question est essentielle et que la façon d’y répondre peut contribuer à ce que la presse retrouve une certaine prospérité économique. Une clarification déontologique est de l’intérêt des médias », a ainsi déclaré M. Bruno Frappat lors de la réunion du 7 décembre à l’IPJ.
 

De l’intérêt des médias ?

Peut-être, mais certainement pas de l’intérêt des journalistes, au vu du texte présenté par la "commission des sages", qui non seulement ne traite des principes professionnels qu’en terme de devoirs du journaliste vis-à-vis des lecteurs, auditeurs ou spectateurs, ce qui est normal, mais aussi vis-à-vis de sa hiérarchie "dans le cadre d’une politique éditoriale définie".


Ce n’est sans doute pas un hasard si toutes les contributions des organisations d’employeurs, dans le débat engagé sur le nouveau code de déontologie, insistent pour soutenir ce point qui va dans le sens d’un encadrement renforcé de l’information.

 
"Nous pensons pour notre part à Force ouvrière qu’un journaliste est avant tout un citoyen libre, dont la responsabilité s’inscrit dans l’exigence démocratique et républicaine de diffuser à ses concitoyens une information avérée, libre, indépendante, complète, pluraliste. La déontologie du journaliste, c’est son indépendance d’esprit et celle-ci ne saurait être encadrée ni soumise aux exigences fussent-elles rédactionnelles des éditeurs ou de leurs actionnaires.
Surtout quand nous constatons chaque jour dans nos entreprises de presse la soumission grandissante aux exigences de la concurrence et de la rentabilité immédiate", déclare Fabienne Chiche du syndicat général des journalistes FO.

 " La crise de la presse est la résultante de la course à l’audience et aux recettes publicitaires, la réduction des coûts et des effectifs au bénéfice des seuls objectifs financiers. Les stratégies de concentration entre les mains de quelques grands groupes qui dictent les choix éditoriaux au détriment du pluralisme, de la diversité des points de vue et de la qualité de l'information diffusée à nos concitoyens est une atteinte grave à notre démocratie", affirme Fabienne Chiche.


S’il y a bien un problème de désaffection des Français pour les médias, "elle est plus à rechercher, à mon sens, dans la baisse de la qualité de l’information liée à cette politique que dans on ne sait quelle « clarification » de nos principes déontologiques.
D’autant que cette politique a aussi pour corollaire la multiplication des attaques contre les conditions matérielles de l’exercice du métier des journalistes", souligne la syndicaliste.

Or, l’indépendance et la liberté du journaliste c’est d’abord et avant tout son indépendance matérielle.

Pour Fabienne Chiche "permettre aux journalistes de travailler dans des conditions décentes, sans être soumis au stress permanent de l’urgence, liée à l’insuffisance des effectifs, ou de la polyvalence de plus en plus imposée au détriment des qualifications.
  Les journalistes doivent avoir un vrai contrat de travail avec un vrai salaire, au lieu de les plonger chaque jour davantage dans les affres de la précarité, de multiplier les CDD à répétition, de vouloir priver les pigistes de tout droit avec l’accord de 2008 et de remettre en cause la notion même de salariat avec la multiplication dans les rédactions des stagiaires, faux CLP et aujourd’hui des auto-entrepreneurs. Où est la liberté quand on ne sait jamais de quoi demain sera fait, quand on ne peut même pas vivre de son travail ?
C’est permettre aux journalistes de se voir garantir des salaires conventionnels, évoluant de manière à préserver le pouvoir d’achat, au lieu de poursuivre une politique systématique de paupérisation de notre profession.
C’est garantir aux journalistes que leurs droits, tous leurs droits, précisés dans leur Convention collective, le Code du Travail, le Code la propriété intellectuelle seront respectés. C’est leur garantir que leur Convention collective sera maintenue et intégralement appliquée, dans toutes les formes de presse, et qu’on ne tentera pas de lui substituer des accords d’entreprise. C’est leur garantir que leur statut ne sera pas remis en cause. C’est leur garantir par la loi un véritable droit à la protection des sources et donc abroger l’actuel texte qui ne le leur accorde en rien."

M. Marc Feuillée, représentant du SPM, a affirmé lors d'une réunion au "comité des sages", résumant le point de vue de ses confrères éditeurs, qu’il y a « une vraie contradiction entre le droit du travail, le droit de la presse et un code de déontologie ». Pour le syndicat général des journalistes FO l'indépendance du journaliste et droit du travail sont au contraire intimement liés et qu’il ne saurait y avoir l’une sans respect de l’autre.
"Voilà pourquoi au SGJ FO nous sommes opposés à un code qui, une fois adopté de manière « consensuelle », pourrait être opposé à notre Convention collective qu’on nous proposera de « clarifier », comme à tout conseil ou ordre de la presse comme
le propose Jean-François Mancel, député UMP de l’Oise.

Le SGJ-FO estime que les grands textes fixant nos principes professionnels la Charte de 1938 et la Charte de Munich disent tout et qu’ils doivent s’appliquer à tous. A cette fin, le SGJ-FO est favorable à l’annexion, sous forme d’avenant, de la Charte de Munich à la Convention collective des journalistes"

Bruno Frappat, journaliste, ancien président du directoire du groupe Bayard Presse. Bruno Frappat a été chargée de piloter un groupe de dix sages (Marie-Laure Augry, Maître Basile Ader, Alain Boulonne, Jérôme Bouvier, Jean-Pierre Caffin, Olivier Da Lage, Jean-Marie Dupont, Pascal Guénée, Catherine Vincent et Lorenzo Virgili) qui a proposé aux partenaires sociaux code de déontologie visant à actualiser la charte de Munich dans le sillage des Etats généraux de la Presse, à l'initiative du président Sarkozy.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 11:13

 

© DR

Voilà qui est fait. Vassili Aleksanian, avec trois ans de retard, a fini par exaucer le vœu des autorités russes, si délicatement formulé. Le 3 octobre dernier, il est mort, même pas quarante ans. Au cimetière Valkhansky, à peine plus de cent personnes pour l'enterrement de cet avocat qui a payé si cher sa loyauté.

Pourtant, en 2008, il avait fallu un important mouvement de soutien en Russie même ( ainsi qu'en Arménie, d'où Aleksanian est originaire), une mobilisation internationale soutenue, et trois admonestations de la Cour européenne pour obtenir son hospitalisation, puis sa libération. Poutine, puis le tandem Medevedev-Poutine ( avant le probable tandem Poutine-Medvedev) ont  l'oreille dure, côté droits de l'homme.

Atteint du sida, d'un cancer du foie, de tuberculose, Vassili Aleksanian espérait tenir, le plus longtemps possible.  Nous l'espérions pour lui. La maladie, l'affaire Ioukos, la prison, le harcèlement des autorités et... la Grande-Bretagne ne lui auront pas permis de vivre davantage.

L'histoire  de ce jeune juriste doué, engagé par Khodorkovski est d'abord celle d'un immense courage ( voir billet antérieur). Au moment où Ioukos est décapité par les arrestations, il aurait pu s'éloigner, laisser tomber,  comme on le lui conseillait .Il n'était pas dans la ligne de mire, tandis que Poutine s'apprêtait à dépecer et faire racheter en sous-main la firme. Percevant immédiatement les enjeux, loi bafouée, procédure truquée, vengeance à la fois économique et surtout politique contre Khodorkovski, il a choisi de rester et s'est retrouvé bombardé, par défaut en somme, « vice-président » de Ioikos ( les candidats au poste ne se bousculaient pas).

Arrêté à son tour, envoyé en prison où, en plus du Sida, on diagnostique son cancer, et alors que les médecins préconisent une chimiothérapie immédiate, on le laisse sans soin. Et même pire.

© DR

 

 

© AFP

Entre ces deux photos, à peine cinq ans, dont deux en prison. On lui a mis le marché en main. Qu'il témoigne à charge contre Khodorkovski et Platon Lebedev ( les deux dirigeants de Ioukos) et on le soignera. A l'étranger, même !  Vassili Aleksanian sait qu'un témoignage ne changerait pas grand-chose, les condamnations sont acquises d'avance. Il refuse deux années durant.

Lorsqu'il comparaît devant un tribunal,  recroquevillé de froid, toussant, parlant difficilement, amaigri, il ne cède rien. Rappelle à des juges mutiques que l'Histoire se souvient des serviteurs zélés de la répression. Evoque le passé encore proche pour éclairer le présent, en appelle à un changement de régime. Une certaine idée de la Russie..

Hospitalisé, enfin, on l'enchaîne au lit ( il peut à peine se déplacer, et il faudra que ses avocates multiplient les déclarations pour que les entraves soient supprimées). Libéré sous caution, il n'est pas quitte pour autant.

 En juin 2010,  son dossier est clos par la justice ( entretemps, il est apparu que sa prétendue « complicité » était basée sur un faux surgi fort à propos ), on exige qu'il comparaisse en personne. Les médecins qui le suivent lui interdisent pourtant toute apparition publique en raison des risques immunitaires.

 

Le reste,  les harcèlements, l'accumulation d'empêchements qui sont autant d'agressions contre un malade , vous pouvez le lire ici, et cela se passe de commentaire. La journaliste Zoia Svetova a recueilli, au fil du temps, les paroles de Vassili Aleksanian, que celui-ci refusait de publier de son vivant, afin de ne pas nuire à ceux qui sont encore en prison.  Ses propos sont aujourd'hui traduits sur le site de l'Observatrice.

On y apprend ainsi qu'en octobre, alors que son médecin traitant lui demandait de se rendre à Londres pour arrêter un nouveau protocole de traitement, la Grande-Bretagne lui a refusé un visa d'entrée, au motif qu'il pourrait ne pas vouloir rentrer en Russie... Ma foi, c'était possible : au-delà d'un certain seuil, on voyage peu.

On a connu la Grande Bretagne  plus ferme en refusant d'extrader Ahmed Zakaïev, ministre du gouvernement tchétchène en exil,  plus offensive en exigeant qu'on lui envoie les auteurs présumés de l'assassinat de Litvinenko à Londres. Et on regrettera que Vassili Aleksanian, qui ne transigeait pas avec les parodies de justice, soit mort juste après avoir s'être vu refuser, par un pays occidental, ce minimum :  pouvoir se soigner.

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 20:51
Libération - Aujourd'hui à 17h30

Enseignants, parents et lycéens venus de plusieurs régions d’Espagne ont défilé samedi à Madrid pour leur première manifestation nationale.


Des milliers d'enseignants et lycéens, lors d'une première grande manifestation, en septembre. (© AFP Dominique Faget)

Aux cris de «non aux coupes» budgétaires dans l’éducation, des dizaines de milliers d’enseignants, parents et lycéens venus de plusieurs régions d’Espagne ont défilé samedi à Madrid pour leur première manifestation nationale, à l’appel des principaux syndicats du pays. Aux rythmes des tambours couverts par le son des sifflets, entre 70 000 et 100 000 personnes selon les organisateurs, ont défilé à la mi-journée dans une ambiance festive.

Beaucoup portaient des t-shirts verts «Ecole publique de tous pour tous» et agitaient des ballons de la même couleur, devenue l’emblème de la mobilisation croissante contre les coupes budgétaires dans l’éducation. Face à l’affluence sur la place proche de la gare d’Atocha, un deuxième cortège s’est constitué pour se rendre à la Puerta del Sol, paralysant la circulation dans le centre-ville.

«A VENDRE - EDUCATION PUBLIQUE», dénonçaient des panneaux oranges et noirs similaires à ceux accrochés sur les bâtiments pour signaler un appartement à vendre, résumant la colère des manifestants qui fustigent les coupes dans l’éducation publique au profit des écoles sous contrat ou privées.

Contre la privatisation des services publics

Les dirigeants politiques «font payer à l’enseignement une crise qu’elle n’a pas créée», ont regretté les syndicats dans «un manifeste pour la défense de l’éducation publique» lu à la fin de la manifestation. «L’école d’Esperanza est particulière. Si tu n’a pas d’argent, tu ne peux pas y entrer», chantait une fanfare de professeurs, en référence à la dirigeante du parti populaire (PP, droite) de la puissante région de Madrid, Esperanza Aguirre.

«Ce qu’ils veulent c’est privatiser l’éducation et tous les services publics», dénonce Manuel Pascual, l’un des membres de la fanfare, venu d’Extrémadure. Comme lui, nombreux enseignants et parents sont ceux qui craignent que cette politique de coupes dans l’éducation, suivie dans plusieurs régions administrées par la droite, ne s’étende à tout le pays après les élections législatives du 20 novembre pour lesquelles le PP est donné largement vainqueur.

«On va vers un modèle où l’éducation publique sera marginale et seuls ceux qui ont de l’argent pourront y avoir accès», regrette Berta Fernandez en montrant son écriteau «Abuela» (grand-mère) dans le dos. Outre Madrid, où des dizaines de milliers de professeurs et familles ont déjà défilé ces dernières semaines, des manifestants étaient venus dans 200 bus selon les organisateurs, d’autres régions comme la Castille-La Manche, l’Extrémadure, de Galice ou encore d’Andalousie.

Direction, le chômage

«Je suis intérimaire depuis 12 ans et pour l’instant je suis renouvelé, mais j’ai de plus en plus de collègues qui n’ont plus de travail et se retrouvent au chômage», témoigne José Antonio Molero, professeur d’anglais intérimaire de 40 ans venu d’Extrémadure.

Le pire «c’est qu’il y a des professeurs qui doivent donner des cours dans des matières qui ne sont pas les leurs», s’alarme Francisco Angel Hernandez Alvarado, un enseignant de sciences physiques de 36 ans venu de Tolède (La Castille-La Manche).

L’éducation et la santé font les frais depuis cet été de la politique d’austérité menée par plusieurs régions espagnoles, lourdement endettées et dont plusieurs affichent un déficit public bien plus important que l’objectif de 1,3% du PIB fixé par le gouvernement central pour la fin décembre.

(Source: AFP)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22