Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 00:09

 

Source : http://www.lesinrocks.com

 

 

Quand la “Nuit debout” se transforme en nuit des barricades à Paris

 

06/04/2016 | 11h23

 

Le 5 avril aux alentours de 18h30 place de la République à Paris (Photo : MD)

 

Certains participants de la “Nuit debout”, de plus en plus massive à Paris, se sont rendus au commissariat du 5e arrondissement dans la nuit du 5 au 6 avril pour réclamer la libération de leurs camarades gardés à vue. Récit d’une nuit mouvementée.

“Il va y avoir de la casse, c’est sûr”. Stéphane, un badaud qui passe par la place de la République ce 5 avril vers 22h, sourit en lâchant cette phrase avant de s’engouffrer dans le métro. Surpris par le rassemblement de plusieurs milliers de personnes qui avait lieu à cette heure tardive dans une ambiance festive en plein centre de Paris, il s’est fait expliquer le concept de “Nuit debout” par un participant.

Depuis le 31 mars, après la manifestation contre la “loi travail”, des citoyens ont décidé de ne pas rentrer chez eux et d’occuper cet espace public pour faire converger les luttes, faire de la politique autrement – à la manière des “Indignés” en Espagne -, et manifester leur ras le bol du monde tel qu’il va. “C’est bien, ça montre qu’ils sont allés trop loin, et qu’il y en a qui ne sont pas prêts à accepter ça”, se fend tout de même le passager clandestin avant de disparaître sous terre. Quelques heures plus tard, au milieu de la nuit, des tensions avec la police ont confirmé sa première intuition.

A 18h30, tout avait pourtant commencé dans la même ambiance bon enfant que les soirées précédentes, à ceci près que la “Nuit debout” avait déjà changé de dimension. A peine la sono branchée, des milliers de personnes assises et debout lui font déjà face pour assister à l’Assemblée générale (AG) sous les derniers rayons de soleil. La journée a été marquée par la manifestation des lycéens et étudiants contre la loi El Khomri, au cours de laquelle 170 interpellations ont eu lieu. Le premier débat porte d’ailleurs sur ce sujet : faut-il décaler l’AG pour aller soutenir les personnes arrêtées et exiger leur libération ?

Débat sur le sujet : faut-il décaler l'AG pour aller soutenir les lycéens arrêtés cette après-midi ?

 

 

“Inscrire à notre agenda prioritaire les revendications des plus faibles d’entres nous”

Pendant toute la durée des débats, les prises de parole s’enchaînent selon un rite démocratique bien huilé : les interventions ne doivent pas excéder 3 minutes, obéissent à une alternance homme-femme, le tour de parole est soigneusement annoté, tandis que l’assistance peut exprimer son assentiment ou son désaccord par des gestes de mains empruntés aux indignés.

Une salve d’interventions est d’abord consacrée à la situation des réfugiés, dont plusieurs prennent la parole. La convergence des luttes est l’un des objectifs affichés de la Nuit debout – le collectif qui en est à l’origine porte d’ailleurs ce nom. “Il faut inscrire à notre agenda prioritaire les revendications des plus faibles d’entres nous”, clame un soutien des migrants tandis qu’un autre rappelle que “la France n’a toujours pas accueilli son quota de réfugiés, contrairement à l’Allemagne”. Une commission “sérénité” a été mise en place pour organiser le soutien aux réfugiés, et assurer une présence à leurs côtés la nuit pour éviter qu’ils ne soient embarqués par la police. Finalement, l’AG vote unanimement pour condamner les violences policières et pour la régularisation de tous les sans-papiers.

 

Vote massif pour condamner les violences policières et pour la régularisation de tous les sans-papiers

 

Des “points info” réguliers entrecoupent les interventions pour informer en direct l’assemblée sur la situation des lycéens interpellés. Des soutiens se sont rendus sur place, aux commissariats concernés, pour exiger leur libération.

“Nous devons devenir des multitudes”

La question de l’occupation permanente de la place de la République émerge dans le débat, alors que l’autorisation officielle pour les prochains jours n’est valable que de 17h à minuit. Faut-il voter l’occupation permanente ? Certains estiment que ce serait “se tirer une balle dans le pied”, car une majorité de personnes peut y être favorable sans pour autant se mobiliser. “On ne peut pas tous venir tout le temps mais on peut tous venir un peu, et à ce que je sache les CRS sont moins nombreux que les Parisiens!”, lance une intervenante. Le matin même, une poignée d’occupants et leurs abris de fortune avaient été évacués par la police et des engins municipaux. Dans une intervention pleine d’emphase par une personne “prenant la parole pour la première fois en AG”, un homme appelle le mouvement à “devenir des multitudes” et à “remplir les places”.

 

"Nous devons devenir des multitudes, remplir les places. La c'est désormais tous les jours!"

 

L’expression n’est sûrement pas étrangère au concept de “multitude” forgé par le philosophe révolutionnaire Toni Negri dans son livre co-écrit avec Michael Hardt, Multitudedans lequel il écrit notamment :

“Le projet de la multitude n’exprime pas seulement le désir d’un monde d’égalité et de liberté, il ne revendique pas seulement une société démocratique globale, ouverte et inclusive : il se donne les moyens de réaliser ce désir.”

François Ruffin appelle à “sortir de l’entre-soi”

Quelques minutes plus tard, François Ruffin, rédacteur en chef de Fakir et réalisateur du film Merci patron! – qui a participé au déclenchement du mouvement -, intervient avec Françoise Davisse, réalisatrice de Comme des lions, un documentaire sur la lutte des ouvriers en grève de PSA-Aulnay. François Ruffin, comme certains de ses prédécesseurs qui ont suggéré l’idée de décentraliser la Nuit debout en banlieue dans les prochains jours, insiste sur la nécessité d’ouvrir le mouvement à toutes les classes sociales et aux personnes non engagées politiquement : “L’enjeu pour moi c’est que le mouvement sorte de l’entre-soi, que ce soit comme un cœur qui innerve toute la ville”.

 

F. Ruffin: "L'enjeu pour moi c'est que sorte de l'entre-soi. Que ce soit cô un <3 qui innerve la ville"

 

De fait, au cours de la soirée, des centaines de personnes se sont rendues au commissariat du Ve arrondissement de Paris, où étaient détenus 11 lycéens. Plus tôt, des lycéens ont rapporté devant l’AG avoir obtenu la libération de certains d’entre eux en bloquant la circulation devant le commissariat. Des consignes juridiques leur sont données en cas d’arrestation, comme par anticipation des débordements qui pourraient avoir lieu.

 

Des dizaines de personnes partent au commissariat aux cris de "On va libérer nos camarades!"

 

Des barricades en plein Quartier latin

Des craintes justifiées. Tard dans la soirée, des barricades ont été érigées sur le Boulevard Saint-Germain devant le commissariat du Ve arrondissement, en plein Quartier latin.

 

La nuit des barricades? Eh bah vous l'aurez! @nuitdebout @RevPermanente @RMCinfo

 

Les CRS sont intervenus pour les évacuer, donnant lieu à des courses-poursuites dans les rues. Une vingtaine de manifestants a été encerclée par les policiers, donnant lieu à une scène pour le moins cocasse, comme le relate Arnaud Contreras sur Twitter :

 

Encerclés, ils décident de faire une AG

 

Entre 3h et 4h du matin, les manifestants ont finalement décidé de revenir place de la République, à l’issue d’une négociation avec la police.

 

Les manifestants encerclés Bd St-Germain ont regagné, en manif, la place de la République, escortés par la police

 

Le Quartier latin n’avait plus été hérissé de barricades depuis…Mai 68 ?

 

le 06 avril 2016 à 11h23
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 17:06

 

Source : http://reporterre.net

 

 

La Nuit debout devient un succès populaire

6 avril 2016 / Barnabé Binctin et Marc Sautelet (Reporterre)
 


 

Les jours passent, et la place de la République ne désemplit pas. Pour ce « mardi 36 mars » — soit le 6e jour après la date fondatrice du mouvement, le 31 mars — ils étaient même encore plus nombreux à se réunir, à partir de 18 h. Récit de l’AG — qui a adopté l’idée de faire de la langue des signes une langue officielle —, alors que la Confédération paysanne va rejoindre le mouvement.

 

- Paris, reportage

Clément et Thomas, qui se présentent comme la « génération CPE », sont venus par « curiosité intellectuelle » : « Cela fait 5 jours qu’on en entend parler, alors on est venu voir par nous-mêmes », expliquent-ils.

Même son de cloche du côté d’Hugo, étudiant : « En classe, tout le monde ne parle que de ça ! » La curiosité, c’est aussi ce qui a motive Éric à se rendre sur place, directement à la sortie du travail, en costume : « Je n’ai pas bien compris d’où partait ce mouvement, mais c’est intéressant », explique ce conseiller en développement durable. Pour lui, la place de la République devient un lieu de contestation, après les événements d’Alternatiba en septembre et les manifestations de la COP 21 auxquels il a participé.

Laura, elle aussi habituée des mobilisations sociales, dit découvrir une nouvelle ambiance à travers cette Nuit debout : « Cela fait plaisir de voir tout ce monde ensemble, dans le calme et la bonne humeur. » Pour Tom, « d’habitude, la lutte, je m’en sens proche sur internet, c’est facile d’être d’accord avec les publications sur les réseaux sociaux. C’est beaucoup plus rare et fort en vrai ».

 

 

Pierre, de son côté, est presque déjà un habitué, après y avoir passé une partie de son week-end. Doctorant, il insiste sur le talent de communication des initiateurs du mouvement : « Ils ont réussi à donner une image très ouverte, où chacun se sent à l’aise. ». Dimanche soir, il est de ceux qui ont commencé à suivre l’Assemblée générale (AG) sur l’application Périscope. Avant d’enfourcher son vélo pour rejoindre la place : « Des AG d’étudiants, j’en ai fait et refait. Mais celles-ci sont marrantes, elles parviennent à transcender les organisations classiques. »

Car au même moment, à partir de 18 h, l’assemblée « citoyenne et populaire » a commencé avec une foule dont les rangs se sont gonflés au fur et à mesure que la nuit tombait, jusqu’à atteindre plus d’un millier de personnes, assises sur la place.

Pourtant, ce moment d’échange crucial, au cœur de la démocratie participative, aurait pu ne pas avoir lieu. En cause, l’information qui circule sur l’interpellation des 130 lycéens en marge du cortège parisien, plus tôt dans l’après-midi, et dont certains seraient toujours enfermés au commissariat.

On discute, on vote pour savoir s’il faut aller sur place et appeler à leur libération. La décision est finalement laissée libre à chacun et l’AG démarre normalement. Même si la question du soutien aux lycéens reviendra tout au long de la soirée, montrant la tension constante entre la nécessité du débat démocratique, de proposer un système à mettre en place et l’urgence de l’action.

Cette assemblée, qui rassemblait de nombreux nouveaux venus, permettait de faire un état de lieux du travail des commissions et d’étendre la convergence des luttes, avec par exemple la présence de migrants et de réfugiés.

 

 

À l’ordre du jour, donc : un point sur les derniers jours, la question des réfugiés à Paris, un récapitulatif sur les commissions de travail pour finir par un temps de parole, libre mais encadré vu le nombre de personnes (2 à 3 minutes maximum pour chacune).

La parole est d’abord donnée aux personnes qui sont là depuis le jeudi 31 mars, pour témoigner du mouvement. Certains parlent de l’importance de repartir vers des luttes existantes pour ne pas créer un énième mouvement. Ainsi, Malika, 55 ans, rappelle que « ce qui nous a réuni, c’est la loi El Khomri et qu’il faut garder ça en tête ».

La présence de réfugiés vient briser la relative homogénéité sociale des intervenants. Mohammed vient du Soudan et dormait porte de La Chapelle avec d’autres réfugiés, où ils sont chassés tous les jours par la police. Son récit symbolise la convergence des luttes souhaitée par nombreux, afin d’éviter l’entre soi. Pour Moussam, ce point est stratégique : « Il faut inscrire à l’agenda les revendications des plus faibles d’entre nous : les migrants, les femmes, les noirs et les arabes. »

D’ailleurs, Nuit debout apporte un sentiment de sécurité aux migrants qui y passent la nuit. Icham explique qu’à « 5h du matin, il ne reste plus personne sur la place, à part les réfugiés. C’est là que j’ai compris pourquoi on était sur cette place. Parce qu’ils se sentent protégés, donc il faut continuer l’occupation de la place. »

 

 

Or, officiellement, l’autorisation de l’occupation de la place s’arrête à minuit. Certains appellent dès lors à une occupation 24h/24 du lieu. « Si on veut protéger les plus faibles, c’est en restant sur cette place. Les CRS sont moins nombreux que les Parisiens jusqu’à preuve du contraire », lance une jeune femme. En 2011, les Indignados n’avaient pas non plus le droit de rester mais c’est leur nombre qui leur a donné raison, enchaîne une dame. Pas de vote finalement sur cette question de l’occupation de la place de la République, mais un appel à apporter sa tente et à donner un coup de main à la commission logistique, que la fatigue guette.

 

Faire de la langue des signes une langue officielle !

Actions, communication, assemblée et modération, logistique, animation et enfin coordination : les commissions sont donc au nombre de six. Chaque « référent » vient expliquer le travail déjà effectué par chacune : diffusion d’un communiqué de presse international, organisation de l’accueil... Les interventions sont ponctuées de temps de parole qui débouchent parfois sur des propositions concrètes. Celles-ci sont ensuite débattues puis votées par l’assemblée, quitte à parfois enfoncer des portes ouvertes : qui est pour la régularisation des sans-papiers et des migrants ? Qui est contre les violences policières ? Mais aussi avec des surprises, comme quand Philippe, très ému, s’exprime en langue des signes devant la foule à l’aide d’un interprète. Il vient rappeler que la langue des signes n’est pas reconnue et demande son ajout comme langue officielle dans le cadre d’une VIe République. Une foule de mains s’agitent en l’air pour soutenir cette proposition. La convergence des luttes passe aussi par d’autres modes d’expressions....

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : http://reporterre.net

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 16:32

 

Source : https://vimeo.com/40577072

 

 

Toujours d'actualité...

 

Le plan de bataille des financiers

Mis en ligne par lesmutins.org

mercredi 18 avril 2012

 

 

 

Un sujet de François Ruffin, réalisé par Olivier Azam - Les Mutins de Pangée avec Fakir et la-bas.org / Avril 2012 -. Pour donner suite voir lesmutins.org

 

 

Source : https://vimeo.com/40577072

Partager cet article
Repost0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 16:25

 

Source : http://affreuxsalebeteetmechant.20minutes-blogs.fr

 

 

07/04/2016

La meilleure façon de marcher, c'est encore la Nôtre!

 

YvaPtetPleuvoir.jpg

 

Monsieur le ministre,

A l'instar de mes camarades de la CGT Goodyear, qui répondaient très récemment à une autre de vos invitations, je ne résiste pas à l'envie de vous adresser ce petit message, au sujet de cette soudaine "envie" de marcher, que vous proposez de partager:

Je me permets de vous faire part, au passage, de mon agréable étonnement sur ce dernier point: j'avais cru comprendre que le partage n'était pas votre objectif principal, loin de là, lorsque vous aviez commencé à arpenter les plus tortueux sentiers politiques...

J'attire votre attention, par ailleurs, sur l'un de mes doutes principaux:

Je crains, pour ne pas parler de franche certitude, que cet encouragement à vous "emboîter le pas" ne soit encore l'expression de votre habitude à nous balader (qui est, elle, sinon une priorité, au moins l'une de vos stratégies principales, manifestement).

Comme mes camarades Goodyear, donc, je pose trois conditions, qui pourraient, éventuellement, ébranler ladite certitude et me pousser à reconsidérer votre invitation:

 

  • Le retrait des poursuites contres les 8 de Goodyear;
  • Le retrait de la loi travail;
  • Le soutien du gouvernement à l'Action que les Camarades Goodyear lanceront le 6 avril 2016, les Salariés d'Amiens Nord contre les sociétés Goodyear et Titan aux États Unis, afin qu'elles soient sanctionnées pour avoir saboté la reprise du site par notre SCOP, laquelle aurait pu relancer la production de pneus agraire et créer, pour commencer, 200 emplois.
 

Et j'en ajoute une (oui, la Politique est exigeante, je vous le concède), à laquelle je tiens particulièrement:

Cette "marche" que vous proposez devra débuter par un pas de côté.

Un GRAND.

Sur votre GAUCHE.

Cela vous aidera, n'en doutez point, à répondre positivement aux sollicitations de mes camarades GOODYEAR. Vous verrez.

Dans le cas contraire, bien évidemment, votre proposition de "promenade" n'aura aucune valeur à mes yeux. Pas plus que le reste, pour être clair.

Si tel n'était pas le cas, quoi qu'il en soit, je crains que votre invitation ne se transforme en nécessité, pour vous, non plus de marcher, mais de courir.

Parce qu'il n'a pu vous échapper, monsieur le ministre, qu'un nombre certains de citoyens marchent déjà, dans les rues.

Et qu'ils en ont plus qu'assez qu'on les balade, eux aussi.

 

 

Source : http://affreuxsalebeteetmechant.20minutes-blogs.fr

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 15:52

 

Source : http://www.franceculture.fr/emissions/le-portrait-du-jour/aurelien-un-militant-de-la-premiere-heure-du-mouvement-nuit-debout

 

 

Aurélien, un militant de la première heure du mouvement "Nuit debout"

 

 

Aurélien fait partie de ce petit groupe qui fait le pari d'une autre forme de contestation sociale. Le pari de cette convergence des luttes qui depuis a séduit des centaines de personnes qui rêve de changer les règles du jeu politique et sociétal. Portrait de ce militant de 26 ans par Armêl Balogog.

Différents pôles de la "Nuit debout" à Paris

Différents pôles de la "Nuit debout" à Paris Crédits : Mathilde Lemaire - Radio France

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 15:30

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Attac bloque une agence de la Société générale

Le Monde.fr avec AFP |


 

 

 

 

 

En images

 

Une cinquantaine de militants de l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (ATTAC) ont bloqué, jeudi 7 avril au matin, les accès à une agence de la banque privée Société générale à Paris pour protester contre son implication dans le scandale provoqué par les « Panama papers » et l’évasion fiscale en France.

 

Le Monde.fr avec AFP
 

 

Source : http://www.lemonde.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 13:23

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Les flics sont dans la rue, Cazeneuve fronce les sourcils
Les policiers vont défiler à Paris ce 7 avril dans l'après-midi pour dénoncer, entre autres, le manque de moyens alloués en cette période d'état d'urgence.
 
 

 

Octobre 2015, Bernard Cazeneuve rencontre les policiers de la BAC et les gendarmes du PSIG / Illustration - SIPA
 

Les flics sont dans la rue. Ils défilent ce jeudi 7 avril à Paris sous la bannière de la deuxième organisation syndicale, Unité Police, affiliée à FO. Ni les conseillers de Bernard Cazeneuve à l’Intérieur, ni ceux de Manuel Valls à Matignon n’ont pu empêcher ce mouvement de grogne à quelques jours de la signature d’un vaste plan de soutien aux forces de l’ordre voulu par le président de la République lui-même.

 

Tout était pourtant bien parti, le 22 octobre dernier, François Hollande annonçant pour le printemps suivant de grandes avancées pour la police et la gendarmerie. Entre-temps, les attentats du 13 novembre ont violemment modifié le cours des négociations, occupant à plein temps toute l’énergie de la Place Beauvau. Le ministre de l’Intérieur a paré au plus pressé, organiser les forces pour qu’elles soient en mesure d’intervenir au plus vite en cas de nouvel attentat. Des armes ont été distribuées, des gilets pare-balles aussi, tandis que les plus hautes autorités se relayaient pour féliciter, policiers et gendarmes, en première ligne face au terrorisme et plus populaires que jamais.

"Un mélange de ras-le-bol et de résignation"

C’est cette popularité, et surtout cette disponibilité - toujours sur le pont, des congés ratiboisés par l’état d’urgence - que la base policière cherche aujourd’hui à traduire en monnaie sonnante et trébuchante. L’enveloppe annoncée par le gouvernement est déjà conséquente, mais les responsables d’Unité Police en veulent plus. « Les conditions de travail se sont considérablement dégradées sous Nicolas Sarkozy, avec une réduction des moyens et des effectifs, plaide Nicolas Comte, numéro 2 de l’organisation syndicale. Cela se cumule avec les contingences liées au terrorisme. Les collègues voient les responsables politiques se faire photographier avec les flics, mais ils ne voient pas venir la compensation ».

Une chaîne judiciaire qui patine faute de moyens, comme le confirme sur tous les tons le nouveau Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, des policiers épuisés par un plan Vigipirate qui n’en finit plus... tout cela diffuse dans les rangs comme une impression de régression. « Un mélange de ras-le-bol et de résignation », dit Nicolas Comte, qui devrait pousser François Hollande à sortir rapidement du bois. Pourquoi pas déguisé en Père Noël pour policiers méritants… 


Source : http://www.marianne.net

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 13:05

 

Source : http://www.rue89lyon.fr

 

 

  • 20:20
  • 6 avril 2016
  • par Laurent Burlet
5 choses à savoir sur « Nuit Debout Lyon »
 
 

Le mouvement « Nuit Debout » se répand dans les grandes villes de France : Paris mais aussi Nantes, Strasbourg ou encore Toulouse. A Lyon, plusieurs centaines de personnes essaient également d’occuper une place publique.
Elles se sont réunies le 31 mars à la Croix-Rousse puis ce mardi 5 avril à la Guillotière. Prochain objectif : l’occupation de la place Guichard (3ème arrondissement) après la manifestation du samedi 9 avril contre la loi travail.


1. Occuper une place publique

Ce lundi, un appel avait été lancé pour à l’occupation de la place Mazagran à la Guillotière (Lyon 7ème) à partir de mardi 18h, après la cinquième manif contre la loi travail.

L’idée de « Nuit debout Lyon » est d’occuper un espace public à l’image du rassemblement continu qui se tient place de la République, à Paris. Une première tentative avait eu lieu le 31 mars à Lyon qui s’était transformée en manif sauvage sur les Pentes de la Croix-Rousse.

Mais à Lyon, ce mardi 5 avril, il a fallu compter avec les forces de l’ordre. Contrairement à la place de la République parisienne où les CRS ont pour consigne de rester à bonne distance des occupants, un imposant dispositif policier interdisait l’accès de la place Mazagran.

 

Place Mazagran à la Guillotière, des gendarmes mobiles ont été déployés pour interdire l'occupation "Nuit Debout Lyon". ©LB/Rue89Lyon

 

Place Mazagran à la Guillotière, des gendarmes mobiles ont été déployés pour interdire l’occupation « Nuit Debout Lyon ». ©LB/Rue89Lyon

300 personnes se sont alors rabattues sur un autre lieu : les quais du Rhône, sous le pont de la Guillotière. Jusqu’à 2 heures du matin, les temps d’assemblées générales et de commission ont alterné pour finir par la projection de « Merci Patron ! ».

A une « grande majorité », l’occupation de la place Guichard a été décidée pour le samedi 9 avril, après la sixième manifestation contre la loi travail. Une demande d’autorisation doit être déposée auprès de la préfecture du Rhône. Comme cela avait été fait pour la place Mazagran. Mais « hors délai », reconnaissait un coordinateur du mouvement.

A l’image du mouvement parisien, l’objectif est toujours d’occuper en continu une place publique.
Comme d’autres participants, Cyril, un intermittent de 30 ans, l’un des coordinateurs du mouvement lyonnais, cite les références espagnoles et américaines.

« Les Indignés et Occupy Wall Street courent dans toutes les têtes ».

Ces deux mouvements étaient notamment fondés sur l’occupation de places publiques par une assemblée permanente.

A Lyon, quelques dizaines d’indignés avaient occupés la place des Terreaux en novembre 2011.

 

L'assemblée générale "Nuit Debout Lyon" sous le pont de la Guillotière. ©LB/Rue89Lyon

L’assemblée générale « Nuit Debout Lyon » sous le pont de la Guillotière. ©LB/Rue89Lyon


2. Reprendre la parole

L’occupation d’une place n’est pas une fin en soi. Tous les participants de ce mouvement, des curieux aux coordinateurs, mettent en avant « l’assemblée citoyenne » permise par ce type d’occupation.

« Les manifs, c’est bien, mais elles sont accaparées par les syndicats. On veut faire entendre d’autres choses », lance une étudiante.

Mais à ce stade, difficile de dire ce que porte « Nuit Debout Lyon ». Pour Cyril, cela permet surtout de créer un « mot d’ordre unitaire ».

Sylvain, un autre coordinateur de 32 ans, qui travaille pour une ONG, affirme que le mouvement a « plein de revendications » :

« Bien sûr, on va parler de chômage, d’homophobie, de racisme ou de la loi travail. Mais on ne veut pas imposer des choses. C’est à l’assemblée de choisir les sujets de débat ».

Irène, une étudiant de 25 ans en Master de Sciences sociales, trouve le moment « magique » :

« On reprend la parole. On aborde des questions dont on ne parle plus depuis longtemps. Qu’est-ce qu’on peut faire pour se réapproprier nos vies ? Pour changer cette société esclave de la loi du marché ? »


3. Une organisation horizontale, « sans leader »

Les coordinateurs ne veulent pas être pris en photo. Ce n’est pas de la coquetterie mais la crainte de retombées dans ce qu’ils dénoncent : la personnalisation à outrance de la politique.

Au contraire, c’est l’assemblée générale souveraine qui se veut le cœur du mouvement « Nuit Debout ».

Mardi soir, à une courte majorité, l’occupation d’« un lieu culturel de premier plan » a, par exemple, été rejetée. Il a été décidé de préparer la future occupation sur la place Guichard.

Lors des débats, ce sont les techniques popularisées par les mouvements altermondialistes qui sont utilisées : on agite les mains quand on est d’accord ; on croise les bras quand on est en désaccord.

Mais de nombreuses décisions pratico-pratiques sont discutées et prises à l’échelle de commissions : « débat », « action », « bouffe », « logistique », « festif », « coordination » et « accueil et sérénité » (autrement dit sécurité et rapport avec la police).

Cette organisation en commissions commence à se roder. Pour la tentative d’occupation de la place Mazagran, le mouvement disposait par exemple d’une sono, d’un barnum et de soupe pour 300 personnes.

Pour la prochaine tentative, il manque des tables, des bâches, des palettes et un groupe électrogène.

 

 

Pour cette soirée du 5 avril, une soupe pour 300 personnes et une salade de fruit avaient été préparées. Le tout à prix libre. ©LB/Rue89Lyon

Pour cette soirée du 5 avril, une soupe pour 300 personnes et une salade de fruit avaient été préparées. Le tout à prix libre. ©LB/Rue89Lyon

 

4. Une majorité de jeunes non-organisés mais pas de lycéens

Mardi soir, sous le pont de la Guillotière, la grande majorité des participants avaient entre vingt ans et une trentaine d’années.
Étudiants, chômeurs, travailleurs précaires en nombre mais pas de lycéens.
Aucune des personnes rencontrées appartenaient à une organisation politique ou syndicale.

Cyril, l’un des coordinateurs, modère ce constat :

« Beaucoup de gens ne sont pas organisés mais il y a des quelques personnes du Front de gauche, de la CGT spectacle, de Sud ou des anarchistes ».

Chacun vient à titre individuel. Au vu la défiance qui règne à l’égard des politiques voire des syndicalistes, il serait plutôt mal venu de sortir drapeaux et autocollants d’une organisation.

« Les confédérations syndicales n’attendent qu’une choses, c’est l’essoufflement du mouvement », affirme une étudiante.

Fabien, un chômeur de 30 ans, a participé à la commission « débat » :

« On a discuté sur la manière de remettre de la démocratie. Comment pouvons-nous nous réapproprier la politique alors que les élus ne respectent pas leur mandat ? »

 

5. « Convergence des luttes » et « Merci patron ! »

A entendre les participants de la « Nuit Debout », la loi travail est « une étincelle », ou encore « la goutte d’eau » qui aurait amené les personnes à se réunir spontanément en suivant le modèle parisien.

Le mouvement est plutôt la conséquence d’un travail de plusieurs semaines de « convergence des luttes », autrement un rapprochement des différentes revendications.
« Nuit Debout Lyon » s’appuie notamment sur certains outils Internet (notamment le forum) et le compte Facebook de « l’Assemblée de Lyon ». Ce qui permet une meilleure organisation surtout pour la logistique.

Cette « Assemblée de Lyon » est issue la mobilisation contre l’état d’urgence. Un collectif s’était alors formé à qui l’on doit notamment la manifestation du 6 février. Lorsque le projet de loi travail a été rendu publique, « l’Assemblée de Lyon » a alors grandement élargi sa plateforme revendicative en ajoutant aux revendications anti-sécuritaires le retrait de la loi travail.

Le mot d’ordre national « On vaut mieux que ça », plus fédérateur et représentatif de cette « convergence des luttes », a été adopté.

Cyril, lui-même issu du Collectif unitaire 69 des intermittents et précaires, ajoute une autre origines au mouvement : le film « Merci Patron ! » de François Ruffin :

« Le film et le journal Fakir dont il est issu ont porté cette idée de convergences des luttes. Ça nous a inspirés ».

Ce sont ces mêmes personnes de « l’Assemblée de Lyon »/« On vaut mieux que ça » qui ont lancé un appel pour « Nuit Debout Lyon » le 31 mars à la Croix-Rousse puis pour une nouvelle AG le 3 avril, dans le 8e arrondissement, avec pour seule mot d’ordre « Nuit Debout Lyon ».

Ce jour-là, près d’une centaine de personnes sont venues et ont décidé de mener une occupation de la place Mazagran. On connaît la suite. Le mouvement « Nuit Debout Lyon » était lancé.

 

 

 

Source : http://www.rue89lyon.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 21:46

 

Source : http://www.rue89strasbourg.com/

 

 

En direct – Suivez la #NuitDebout strasbourgeoise en vidéo

 

Des centaines de Strasbourgeois se sont donnés rendez-vous place de la République pour imiter les Parisiens qui occupent la place du même nom chaque nuit depuis le 31 mars. Ces regroupements visent à débattre d’un changement de société. Suivez en direct vidéo la manifestation.
 
 

À l’issue de la manifestation contre la réforme du code du travail du jeudi 31 mars, plusieurs milliers de personnes sont restées place de la République toute la nuit. Depuis, des centaines, voire des milliers de personnes reviennent chaque soir, avant d’être évacués au petit matin par la police.

L’initiative, que l’on compare souvent à celle des « Indignés » espagnols, vise dans un premier temps à se « réapproprier la parole et l’espace public.« . L’initiative fait des émules dans d’autres villes de France (voir la carte). C’est au tour de Strasbourg d’avoir sa première « Nuit debout ».

Quelles revendications avons-nous ? »

L’ordre du jour de cette première #NuitDebout est conséquent :

– Quelles revendications (concrètes ou théoriques) avons-nous ? Le sentiment de mécontentement peut-il aller au-delà de la simple loi travail ?
– Organisation de #NuitDebout à Strasbourg : Quelles règles de base pour s’organiser (méthodes horizontales de travail, …) et pour ne pas discréditer le mouvement (pas de drapeaux partisans, ni alcool ; pacifisme vis-à-vis des forces de l’ordre)
– Comment peut-on envisager une réelle démocratie participative/citoyenne à Strasbourg, dans ses quartiers et à l’échelle nationale ?
– Liens entre habitant.e.s de différents quartiers de Strasbourg (notamment le lien banlieue / centre ville), et parler de préjugés.
– Comment peut-on faire pression sur nos élus locaux.aux ? Certains seront présents, il faudra les solliciter.
– Projection du film « Demain ! »
– Inviter des groupes de musique locaux .
– Le revenu minimum plutôt qu’une loi du travail mal foutue. Demander le salaire à vie ?

 

En direct vidéo sur Periscope

Il est possible de suivre la #NuitDebout de Strasbourg, en direct et en vidéo, via Periscope en cliquant sur le lien ci dessous :

 
 
Et pendant ce temps, sur Twitter

Claire-Charlotte Retweeted

Vers 23h30, encore 200 personnes environ pour l'assemblée générale de à Strasbourg. Rebelote demain.

 

Christoph de BARRY Retweeted

Pendant ce temps là à Strasbourg 6 familles n'auront pas d'hébergement et devront errer dans la ville @NuitDStrasbourg

  1.  
  2. Ckiki Retweeted

    Pendant ce temps là à Strasbourg 6 familles n'auront pas d'hébergement et devront errer dans la ville @NuitDStrasbourg

     

    Ulyss Retweeted

  3. AG bilan de la 1ère nuit, fonctionnement des groupes

 

Sur Rue89 : #NuitDebout sur Periscope, c’est grâce à lui : rencontre avec Rémy Buisine

Sur Le Monde.fr : La « Nuit debout » continue de rassembler place de la République à Paris

Sur Reporterre : La Nuit debout : de plus en plus de monde pour inventer la démocratie

Sur LePoint.fr : Nuit debout, les Indignés et les autres...

 

 

Source : http://www.rue89strasbourg.com/

 

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 21:43

 

Source : http://nuitdebouttoulouse.fr/

 

 

Compte-Rendu Rassemblement NuitDebout Toulouse – #37mars
Rassemblement Nuit Debout place Capitole 06/04

 

 

photo_2016-04-06_19-20-47

1ere partie : débat autour de la raison de Nuit Debout, principalement contre loi Travail ~ 1h

photo_2016-04-06_23-21-07

 

 

Tendance à oublier et mettre de côté les SDF

Importance de fédérer tous les groupes à se mobiliser (salariés, précaires, etc.)

Loi travail est la goutte d’eau qui va permettre de rassembler tout le monde et défaire le gouvernement « de gauche »

La loi travail pénalise doublement les femmes : les premières à être touchées par le chomâge, désavantages par rapport aux hommes à la retraite et au temps partiel

Les actions peuvent aussi interpeler par le rire

Dernier mouvement lancé par les syndicats et terminé « sur leurs ordres », il faut se mobiliser sans eux

Loi de modification UNEDIC en parallèle de la loi travail

Continuité de NuitDebout avec JournéeDebout

Appel du blocage de tout Toulouse le 12 avril

Où sont déposés les comptes rendus des AG

Documentaire Nouveaux chiens de garde qui mettent en avant la corruption des médias généralistes

Les citoyens doivent devenir actifs pour s’informer, débat contradictoire important, ensemble d’actions multiples qui feront la différence

Mise en avant du bien commun (exemples : coopératives, wikipedia…)

« Imaginaire colonisé » : nous utilisons des concepts antérieures sans connaître leur signification, atelier de déconstruction mentale

CC BY-SA G00ndry

Action : Venue de Pierre Gattaz

Mise en place d’ateliers constituants

La loi travail va permettre un turn over plus important car licenciements plus faciles

Propriété des biens à ceux qui les utilisent

Rester alerte de ce qui se fait à l’internationale : UE a voté une vingtaine d’OGMs de Monsanto, toujours présence de TAFTA

Criminalisation de l’action syndicale : exemple de Goodyear.

S’intégrer à la manifestation policière pour exprimer notre soutien

NDDL : problème national alors que référendum local

Envoyer une lettre type aux députés contre la loi travail

atelier sur le TAFTA

Existence de Cooperative solidarité habitat démontre les alternatives pour se loger

Repression policiere : apparition des voltigeurs dans la manif de Toulouse, regroupement de BAC dissous en 1986

Mouvement des parents d’étudiants à Toulouse contre l’arrêt de la gratuité de la cantine

Non au soutien à la manif policière, car ils utilisent la violence contre la population

Manif à paris, bus en partance de toulouse, pas de généralisation sur les policiers, pas tous violents

 

2e partie : ateliers ~ 1h

CC BY Jeeynet

atelier constituant

atelier espace de rencontre

atelier soupe populaire

atelier déconstruction mentale

atelier numérique, logiciels libres

atelier banderole, affiche

atelier artistique

atelier musique, fanfare, scène ouverte

atelier projection

atelier sécurité propreté

CC BY Jeeynet

atelier genre

atelier TAFTA

atelier communication des médias

3e partie : restitution des ateliers

CC BY-SA G00ndry

 

Rapport de l’atelier sur le genre :

Importance d’un temps de parole partagé mixe

Question sur la forme de l’AG (en cercle, éparpillé) pour que la prise de parole et l’écoule soient plus faciles

Les écrits et sur les visuels pourraient utiliser une grammaire dé-genrée

Rapport sur l’atelier sécurité propreté :

Boite à outils pour des recommandations

Service d’ordre constant pour le nettoyage

Lien avec Toulouse propreté

Poste de premiers soins : possibles contacts avec pompiers, ambulances…

CC BY-SA G00ndry

Mise en place de toilettes pour tenir toute la nuit

Mise en place d’une carte des toilettes gratuites de Toulouse

Rapport sur l’atelier communication :

Cadre de relation presse : un destinataire, l’opinion publique, ne peut être atteint que par les médias. Les médias principaux déforment les images et les communiqués

Garder la main mise sur ce que le mouvement veut dire

Mise en place de porte-parole qui tournerait à chaque action

Mise en place d’un coin presse pour faire le relai avec la presse lors des évènements

Mise en place d’un « confessionnal » pour s’exprimer sur quoi transmettre aux médias

Avoir un atelier d’éducation populaire sur le lien entre industries et médias

Créer un contenu identifié au mouvement accessible en ligne

Stratégie presse : comment communiquer avec la presse, accord collectif sur quoi communiquer à la presse

comment faciliter la communication entre les différents milieux sociaux, différentes générations…

Préparer le côté droit pour la diffusion d’oeuvres sur la voie publique

Traducteur espagnol proposé pendant la restitution des ateliers

Rapport sur l’atelier action

Action de péage gratuit (pas prioritaire)

Manif de patrons lors de la venue de Gattaz près de Toulouse

Caisse de solidarité pour les auberges de migrants pour déposer des affaires

Manifestation à Arnaud Bernard samedi 09/04. Lâchée de banderoles. Après la manif, se réunir sur la place Capitole pour discuter avec un repas populaire (aidé par la confédération paysanne, disco soupe, récupérations pains auprès des boulangeries)

Rapport sur l’atelier de déconstruction mentale :

Chacun a inscrit un mot en relation avec le mot société

Chaque mot a été déconstruit et essayé d’etre repensé, qu’est-ce que ça évoquait une mauvaise ou bonne chose

« Vivre ensemble », « communs », « capitalisme », « institution », « règles », « cadre », « normes », « démocratie », « système », « hommes et femmes »

atelier constituant

Si c’est le peuple qui écrivait la constitution, cela réglerait les problemes. Listin de thèmes et votes, thème choisi : les revenus. Dispersions en petits groupes de 7/8 personnes : un médiateur et un secrétaire par groupe, restitution de chaque discussion avec toutes les personnes réunies :

Consensus sur un revenu de base, salaire maximum, financement du revenu de base dans les revenus du capital. Revenu de base permet le lien social.

Regles pour faire des ateliers constituants : savoir écouter, respecter la parole de l’autre, bien définir si le thème ne relève pas de la loi mais de la Constitution. Periscope de l’atelier : lesairso

Comment modifier la constitution a court terme, avant 2017 ?  Révocabilité des élus sur un référendum populaire. Pédagogie sur le vote blanc, définir comme un vote exprimé. Permettre à tous de proposer ses idées : représentant qui recueillerait les idées et les diffuserait.

Stopper la professionnalisation de la politique permettrait de stopper l’action des lobbys

Les entreprises publiques ne doivent pas faire l’objet de privatisation. Ne pas faire de l’argent sur le patrimoine.

Rapport sur l’atelier logiciel libre, numérique et liberté

Présentation des logiciels libres : permet de libérer l’utilisateur

Logiciels libres dans les administrations, éviter les logiciels propriétaires

Diffusion au plus grand nombre donc exposition et risque de surveillance par les Etats

Mouvement deglooglisons.fr pour éviter d’utiliser des logiciels et des sites qui captent la vie privée pour leur profit

Auto hébergement

Chiffrement des mails et des SMS

Danger des smart cities et des captations des données publiques (exemple du compteur EDF Linky)

Rapport sur l’atelier artistique

Présentation de banderoles faites avec du craft, panneau immobilier peint

Rapport sur l’atelier espace de rencontre

Discussion sur le pourquoi de la venue à Nuit Debout, pour raconter son histoire

Discussion en petits groupes avec des inconnus, permet de mettre en relation des personnes venues seules, évite d’être intimidé à prendre la parole devant beaucoup de mondes

Rapport sur l’atelier de l’UNEDIC

Négociations sur les accords UNEDIC actuellement. Explications sur la perte de droits pour les chômeurs sur les différents régimes. Volonté du MEDEF de casser le régime intermittent. Proposition de l’alignement du régime intermittent a celui de tous les travailleurs.

4e partie : prise de parole libre

Liste des besoins pour les jours qui viennent : thermos, couverts et assiettes en durs, bassines pour la vaisselle (éviter de jeter), déco, nourriture, lieux de stock, diable, personnes disponibles pour préparer la place à partir de 16h, plaques électriques, multiprises

CC By JeeyNet

Récolte de 400€

Plus de décisions pour des actions concrètes

Créer un espace de graphes, d’un mur pour l’expression libre

Listing des lieux de consommation alternatives

Ne pas oublier qu’il n’y a pas que des travailleurs et précaires, il y a aussi des gens dans la rue

AG des intermittents pour des plus grandes banderoles et plus de visibilité : aedtousoule@riseup.net

Création d’une plateforme pour le partage des connaissances : conférences, mouvements…

Appel à bloquer le Mirail, peu de personnes pour le faire. Organisation d’un groupe sur le Capitole pour partir vers le Mirail.

Il faut s’impliquer dans les différentes commissions pour continuer le mouvement et ne pas arrêter la dynamique. Diffusion d’un appel à la manifestation.

Ne pas se laisser diviser.

Prise de décision sur

Reconduction le lendemain à 16h pour les ateliers

Reconduciton le lendemain à 18h pour l’AG

Manifestation le samedi

Lacher de banderoles

Organisation de diffusions de films par Utopia le Vendredi 08/04

 

 

Source : http://nuitdebouttoulouse.fr/

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22