Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 12:18

 

Enterrement de Mme la Démocratie

 

mercredi 15 juin 2016 à 16h

NUIT DEBOUT NIMES

site: https://www.nuitdeboutnimes.fr
FB: https://www.facebook.com/NimesDebout/

 

 

Le 49.3 est constitutionnel, très bien... mais pouvons nous encore appeler démocratie un système qui prévoie de tels outils pour se maintenir en place ? De même pouvons nous qualifier de « démocrate » une Constitution qui autorise étend et maintient un état d'urgence qui sert surtout à durcir la répression contre la contestation sociale, comme nous en avons la preuve tous les jours ?
Ces derniers mois nous rappellent la toute puissance de l'exécutif français pour maintenir l'ordre établi et libéraliser le monde du travail au seul profit des Marchés financiers. Il n'y a aucun dialogue social quand un gouvernement s'obstine à faire passer une loi aussi impopulaire, contestée, contestable. De fait, ce ne sont ni les syndiqué-es, ni les grévistes qui prennent en « otage » le pays mais bien nos représentant, celles et ceux élus hier par nos voix et qui aujourd'hui veulent nous écraser et nous imposer une précarité généralisée qui détruira à coup sûr tout ce qui peut subsister de l'indispensable lien social.
Ce système est vicieux et vicié. Nous faisons donc aujourd'hui officiellement le deuil d'une illusion. Nous enterrons presque dans la joie cette démocratie parlementaire qui n'a jamais tenu ses promesses. Elle s'est d'ailleurs elle-même dessaisie de son fondement et de sa légitimité, la souveraineté populaire, pour confier le pouvoir de régler toute politique effective à des Traités internationaux, à des institutions financières, à des intérêts privés qui méprisent et ignorent l'intérêt général.
La victoire contre la loi travail représenterait un coup d'arrêt que nous espérons toutes et tous à la loi du profit, des actionnaires et des grands patrons. Mais le fait de pouvoir élire librement des maîtres ne supprime ni les maîtres ni les esclaves…c'est à un autre monde que nous voulons penser.
Ré-inventons nous ! Faisons place au pouvoir de toutes et tous, à une société horizontale égalitaire, anti-sexiste, anti-raciste et écologique.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 12:17

 

Source : http://gard.demosphere.eu/rv/3317

 

mercredi 15 juin 2016 à 11h

 

TAFTA - CETA - TISA Cheval de Troie

 

Mercredi, à partir de 11 h vous pourrez venir voir un cheval de Troie de 8 m de hauteur et rencontrer le collectif anti TAFTA du Gard.

Ces traités transatlantiques conclus et conduits dans l'opacité sont pernicieux et permettent aux multinationales et à la finance internationale à uniformiser les normes par le bas, accaparer toujours plus de richesses, écraser les artisans, commerçants, PME, entreprises agricoles à taille humaine, librairies indépendants...

Venez rencontrer le collectif anti TAFTA du Gard et vous documenter et en apprendre bien plus que vous ne pourriez l'imaginer.

 

 

                                                                  ***************************

 

 

Dans le cadre de la convergence des luttes,  l'enterrement de madame la démocratie de Nuit Debout se tiendra sur place à 16h. Venez nombreux !

 

 

Repost 0
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 12:12

 

 

 

14 JUIN : GRÈVE ET MANIF INTERPROFESSIONNELLE CONTRE LA LOI EL KHOMRI -

 

 

Nous appelons l’ensemble des travailleurs-euses à bloquer l’économie, comme c’est le cas dans de nombreux secteurs (Raffineries, énergie, transports etc...) et nous appelons à une journée de grève interprofessionnelle et de manifestation le Mardi 14 juin !

REJOINDRE LA LUTTE, C’EST PARTICIPER A LA VICTOIRE DU MOUVEMENT SOCIAL !

MANIFESTATION
RDV A 15H00 PLACE DU TAUREAU
(Bd Jean Jaures)

 

 

PDF - 352.4 ko

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 20:33

 

 

Source : http://www.bizimugi.e

 

Premier procès d’un faucheur de chaises ! Nous en ferons le procès de l’évasion fiscale !

 

juin 09 2016

 

Photo Jon Bizi

Jeudi 9 juin 2016 : Jon Palais, militant de Bizi et d’ANV-COP21, sera jugé le 9 janvier 2017 à Dax (40) pour avoir participé à une réquisition citoyenne de chaises dans une agence de la BNP à Paris

 

 

 

Jon Palais, « faucheur de chaises » et militant de Bizi et d’ANV-COP21, était convoqué ce matin à la gendarmerie de Peyrehorade, suite à une plainte déposée par l’agence de la BNP du 10 rue Rivoli à Paris, dans laquelle une action de réquisition citoyenne de chaises avait été menée le 19 octobre 2015. Jon Palais est ressorti de son audition aujourd’hui avec une convocation en justice devant le tribunal correctionnel de Dax pour le lundi 9 janvier 2017, à 13h30, notamment pour « vol en réunion ».

« Une action de réquisition de chaises, ce n’est pas du vol. C’est une action symbolique qui met en lumière le rôle des banques dans le système organisé de l’évasion fiscale. Alors que le préjudice de quelques chaises réquisitionnées est dérisoire pour la BNP, la banque porte plainte, comme si elle ne supportait pas que des citoyens puissent réagir au scandale de l’évasion fiscale, d’une manière pourtant responsable, non-violente, et transparente. Le 9 janvier 2017, c’est un citoyen qu’on convoque au tribunal, mais c’est le procès de l’évasion fiscale qu’il faudra faire », déclare Jon Palais.

Des centaines de citoyens « Faucheurs de chaises » ont mené 39 actions de réquisition de chaises au cours des derniers mois, dans des agences de plusieurs banques impliquées dans l’évasion fiscale (BNP, HSBC, Crédit Agricole, Société Générale). Ces actions répondaient à un appel lancé dans la perspective de la COP21 par des dizaines de personnalités, intellectuelles, artistes, politiques, syndicales et associatives (1). Les actions de réquisition citoyenne, relayées notamment par ANV-COP21, Attac, les Amis de la Terre, Bizi, et les Jedi for climate, ont particulièrement ciblé les agences de la BNP, la banque française qui a le plus de filiales dans les paradis fiscaux, et connue pour posséder des filiales dans les îles Caïmans… sans aucun salarié sur place !

 

Réquisition de chaises de la BNP le 19 octobre 2015 à Paris

 

« Face au manque de moyens des services publics, au chômage de masse, à la précarité grandissante, à la la crise des réfugiés, aux phénomènes météorologiques extrêmes, et dans un contexte de dérèglement climatique qui va aggraver toutes les crises, nous devons faire preuve de solidarité et d’entraide et nous rassembler pour nous engager dans une transition à la fois écologique et juste socialement. Au lieu de ça, on découvre que des banques organisent un système d’évasion fiscale qui coûte entre 60 et 80 milliards d’euros aux finances publiques françaises chaque année (2), et les paradis fiscaux abritent 20 000 milliards de dollars au niveau mondial (3). L’argent pour cette transition sociale et écologique existe : il est dans les paradis fiscaux ! », déclare Jon Palais.

Suite à la multiplication des actions qui ont réquisitionné un total de 243 chaises, plusieurs convocations avaient déjà eu lieu, à Paris, Strasbourg, Bordeaux, Lyon, Tarbes, Nîmes, Perpignan, Uzès, Marseille, et à 4 reprises à Bayonne. Mais c‘est la première fois qu’une convocation pour réquisition de chaises donne lieu à un procès. Jon Palais est poursuivi pour « vol en réunion » pour l’action de réquisition de chaises du 19 octobre 2015, mais aussi pour refus de prélèvement biologique et refus de relevés signalétiques, auxquels il n’a pas voulu se soumettre lors de son audition à Peyrehorade ce jeudi 9 juin.

« Je répondrai de mes actes devant la justice, mais j‘ai refusé d’être fiché génétiquement pour une action qui a été menée de manière non-violente, à visage découvert et en plein jour, et qui vise à alimenter un débat public sur l’évasion fiscale. Ce sont les banques, les grandes fortunes et les multinationales, qui organisent et pratiquent l’évasion fiscale, qui agissent dans l’opacité et qui ont des choses à cacher. Les faucheurs de chaises, au contraire, mettent en lumière ce problème de l’évasion fiscale », déclare Jon Palais.

Bizi ! appelle à un rassemblement massif à Dax le lundi 9 janvier 2017 pour faire le procès public de l’évasion fiscale.

 


(1) Pour le climat, appel à tous les faucheurs de chaises, Libération, 29 septembre 2015 : http://www.liberation.fr/debats/2015/09/29/pour-le-climat-appel-a-tous-les-faucheurs-de-chaises_1393535

(2) Selon Solidaires Finances Publiques : http://solidairesfinancespubliques.fr/gen/cp/dp/dp2013/120122_Rapport_fraude_evasionfiscale.pdf

(3) Selon Tax Justice Network : http://www.taxjustice.net/

 

 

 

Source : http://www.bizimugi.eu

 

 

Repost 0
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 14:31

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard

 

 

Sept actions pour en finir avec la loi Travail

 

 

 

Ni l’Euro de foot, ni les manipulations polico-médiatiques contre le mouvement social ne doivent nous détourner des impératifs citoyens d’aller jusqu’au bout pour obtenir le retrait de la loi Travail et de soutenir celles et ceux qui luttent courageusement pour tous les autres. Sept propositions d’actions simples et efficaces dans ce billet. Dont le partage d’une vidéo, à diffuser largement.

                                       « Ce qui n’était pas prévu, c’est que les peuples puissent refuser

                                       ce que proposent les gouvernements »

 

                                                             Michel Rocard, cité par Serge Hamili

 

    Après le « bashing » anti-social et anti-syndical du gouvernement, du MEDEF et des médias, une communication de masse s’est emparée de l’Euro de foot pour en faire l’étouffoir du mouvement social : le sport le plus lié au capitalisme financier et à la société du spectacle est cet opium du peuple dont Valls et Hollande espèrent qu’il leur permettra d’imposer, in fine, la loi Travail. Cette immense diversion appelle une réponse proportionnée à la violence des attaques contre la démocratie sociale et nos droits fondamentaux, dont le droit de grève est l’un des plus précieux. Cette réponse doit être plurielle dans ses formes, massive dans sa mise en œuvre, déterminée dans la définition de son but : le retrait sans condition de la loi travail, qui n’est ni amendable, ni négociable. Plus que jamais il faut aller jusqu’au bout.

Parmi la série des 7 propositions qui suivent, les 5 premières sont des actions accessibles à chacune et chacun, qui ne coûteront que peu de temps, et en feront certainement gagner beaucoup. Les deux dernières impliquent un engagement physique, sans lequel aucune lutte sociale ne peut être gagnée.

 

1.    DIFFUSER

 

Parce que l’engagement d’intellectuels qui se battent pour la vérité et la liberté est aujourd’hui vital à notre démocratie attaquée de toutes parts, écoutons Serge Halimi. Devant l’intersyndicale du Havre, le 3 juin dernier, le directeur du Monde diplomatique a prononcé un discours important. Il mérite d’être entendu et largement diffusé. En 13 minutes, avec des mots justes et des idées fortes, l’auteur des Nouveaux chiens de garde a exprimé tout ce que nous devons savoir sur la loi Travail et son monde. « Les résistances ne cessent pas », nous dit-il. Merci Serge Halimi ! Pour ne pas oublier ce qui est en jeu avec cette loi inique, pour informer inlassablement le plus grand nombre, regardons, partageons largement et recommandons cette vidéo! 

© Fakirpresse

 

2.    PARTICIPER

 

Parce qu’ils se battent pour tous les citoyens et l’intérêt général, parce qu’ils le font avec courage et détermination, parce qu’ils méritent notre solidarité financière, soutenons les grévistes en participant au pot commun. Modeste ou généreux, votre don les aidera à tenir dans la durée, motivera d’autres salariés à entrer dans la grève et compensera les pertes de salaire qu’ils subiront. Cet appel s’adresse à tous les citoyens, mais en particulier à tous les fonctionnaires opposés à la loi Travail qui ne sont pas en grève et qui savent pourtant qu’ils subiront le mêmes régressions sociales que les salariés du privé.

 

3.    VOTER

 

Parce que nous sommes majoritaires à refuser la loi Travail, parce que nous avons été plus de 1,3 millions à signer la pétition Loi travail : non, merci !, parce que nous devons être encore plus nombreux à exprimer notre refus, participons à la votation citoyenne initiée par CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNEF, UNL et FIDL. Nous ferons ainsi la démonstration, contre ceux qui mentent et manipulent, que nous sommes le nombre et que le gouvernement est illégitime à décider contre le peuple.

 

4.    BOYCOTTER 

 

Parce que les médias mainstream insultent les grévistes, manipulent l’opinion, truquent les sondages, dénaturent les débats, abîment le pluralisme et constituent autant d’armes de destruction massive de l’intelligence citoyenne, initions une campagne de boycott des chaines de télévision, des radios et des journaux qui se comportent comme des relais idéologiques serviles et mensongers du gouvernement ! Ils soutiennent la loi Travail sur ordre des patrons propriétaires de ces médias, lesquels font partie des dix premières fortunes de France. Mode opératoire : zapper les chaines idéologiques, soutenir la presse indépendante, préférer l’audiovisuel public (France Culture, France Inter, France 24, France 3…), ou même éteindre son téléviseur. Oui, éteindre son téléviseur, c’est faire un geste d’écologie sociale et politique et c’est aujourd’hui une mesure de salubrité mentale contre un abrutissement généralisé.

 

5.    CONVAINCRE

 

Parce qu’une chaine citoyenne des luttes est plus forte que la lutte capitaliste des chaines, parce que l’intelligence et la solidarité sont plus contagieuses que la bêtise et l’égoïsme, persuadons 5 personnes autour de nous de mettre en œuvre les actions ici décrites. Convaincre 5 personnes qui en convaincront à leur tour 5 autres. Construire partout des réseaux de solidarité est le levier le plus fort pour gagner la bataille contre la loi Travail, une réforme synonyme de destruction des conquêtes sociales.

 

6.    MANIFESTER

 

Parce que la rue appartient au peuple et que manifester est un droit qui ne souffre aucun état d’urgence et aucune exception, faisons de la manifestation nationale du 14 juin une démonstration de force du mouvement social contre la loi Travail et son monde. A celles et ceux qui sont trompés par la fabrique de la violence dont le premier responsable est le gouvernement, il faut dire de ne pas avoir peur de manifester, car des citoyens qui craignent l’exercice d’une liberté fondamentale empruntent le chemin de la servitude volontaire.

 

7.    SOUTENIR LES ROUGES EN SOUTENANT OU NON LES BLEUS

 

Parce que notre gouvernement, dans un prurit de dérive dictatoriale, a tenté de bannir des stades toute possibilité d’expression politique, parce que les salariés en lutte ne doivent pas être sommés de choisir entre la grève ou le foot, parce que les stades peuvent devenir des agoras de citoyens, saisissons-nous de l’Euro comme d’un amplificateur de mobilisation. Antoine Perraud nourrissait récemment un vœu que nous devrions partager : « Et si des supporters devenus citoyens se saisissaient de l’occasion en or qu’offrent de telles foules rassemblées ? La (géo)politique en sortirait transformée… ». L’insurrection ne viendra peut-être pas du stade, mais que ce lieu devienne un espace de réappropriation de la chose publique est un espoir auquel il faut donner corps. Alors, tractons devant les stades, déployons pancartes, ballons et banderoles en leur sein, sur travée et gradins ! LOI TRAVAIL NON ! LES BLEUS AVEC LES ROUGES ! Commentaires ici ouverts aux slogans et montages les plus inventifs!

 

 

 

 

Parlant de la naissance du politique dans la Grèce antique, une Grèce aujourd’hui détruite par la volonté d’une Commission européenne non élue, Hannah Arendt nous rappelait que « le langage et l'action » étaient considérés dans la démocratie athénienne  « comme choses égales et simultanées ». « Cela signifiait, poursuivait-elle, non seulement que l'action politique, dans la mesure où elle ne participe pas de la violence, s'exerce généralement au moyen du langage, mais de façon plus fondamentale, que les mots justes trouvés au bon moment sont de l'action » (1). Sachons agir avec des mots justes pour défendre une cause juste. Les mots sont l’arme la plus noble des citoyens éclairés et des résistances vraies.

Pascal Maillard

(1) Hannah Arendt, Condition de l'homme moderne, Pocket, p. 63. Je recommande en particulier la lecture des chapitres 3 ("Le travail") et 5 ("L'action") de ce livre important.

PS : L'efficacité de ce billet qui propose des actions concrètes étant subordonnée à sa diffusion, merci de le relayer, si du moins vous en soutenez les propositions.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard

 

 

Repost 0
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 12:24

 

Info reçue par mail

 

 

QUAND LE CRÉDIT FONCIER

DÉTROUSSE LES CONTRIBUABLES DE NÎMES MÉTROPOLE

DE 57,4 MILLIONS D’EUROS

 

Nîmes Métropole a contracté en 2008, auprès du Crédit Foncier de France (Filiale du Groupe

BPCE), un emprunt toxique de 12,5 millions d’euros dont le taux d’intérêt, indexé sur la parité

euro/franc suisse, dépasse aujourd’hui 25 % ! Afin de mettre un terme à cette situation,

 le 29 mars dernier, la Métropole a décidé de rembourser cet emprunt par anticipation et de

signer un protocole avec la banque. Mais en plus des 10 millions d’euros du capital restant dû

de l’emprunt, le Crédit Foncier exige le paiement d’une indemnité colossale de 57,4 millions

d’euros ! En clair, les contribuables vont devoir rembourser près de 7 fois le montant de

l’emprunt ! Un véritable racket !

 

57,4 millions d’euros représentent 4 années de frais de personnel de la collectivité, plus de la

totalité des taxes foncières et d’habitation perçues annuellement, ou encore le coût prévisionnel

du Musée de la Romanité qui doit voir le jour début 2018 à Nîmes !

Or le Crédit Foncier de France n’aurait jamais dû faire souscrire à  Nîmes Métropole un emprunt

dont le taux sans plafond est indexé sur la parité des monnaies, car la loi interdit aux collectivités

d’engager leurs finances dans des opérations de nature spéculative. Ainsi, au lieu d’accepter de

payer des intérêts usuraires et une indemnité léonine à la banque, la Métropole aurait dû refuser

de payer et porter l’affaire devant les tribunaux. Circonstance aggravante, le conseil

communautaire a pris sa décision sans que les élus aient été destinataires de l’information qu’ils

auraient dû recevoir.

 

Face au refus du président de Nîmes Métropole et de sa majorité d’opter pour cette position, le

collectif d’audit citoyen de Nîmes (CAC 30) s’est rapproché de deux élus, François Séguy et

Sylvette Fayet, ainsi que d’un contribuable de la ville, pour engager une action contre les

délibérations litigieuses, qui plus est adoptées en violation du droit à l’information des élus.

Quatre recours, dont deux en référé suspension, ont été engagés devant le tribunal administratif

de Nîmes. Le CAC 30 a également lancé une pétition pour dénoncer cette opération. Même si la

collectivité va bénéficier d’une aide de l’État (c'est-à-dire des contribuables) de 36,6 millions

d’euros, il restera à la charge de la Métropole un reliquat de 20,8 millions d’euros sur les 57,4

millions de pénalité.

 

Aujourd’hui, le CAC 30 et le CAC national à l’initiative de l’action ainsi que les auteurs des

recours appellent la population à soutenir et à renforcer leur combat citoyen pour faire respecter

les intérêts de la Métropole nîmoise, les intérêts de ses habitants, l’intérêt public et le droit.

 

Pour faire toute la lumière sur ce dossier, pièces en mains et preuves à l’appui, et répondre à

leurs questions, le CAC 30 invite les habitants de la Métropole à venir

assister à une Réunion publique le 24 juin 2016 à 19 h 30 Maison des Adolescents du Gard

(MDA 30) 34 ter rue Florian à Nîmes

 

Contact pour le CAC 30 : mél : cac30@auditcitoyen.org

 06 81 50 86 67 ou 06 16 65 19 81

 

Contact pour le CAC national : Patrick Saurin, patricksaurin@wanadoo.fr 06

62 88 05 17

 

 

https://webmail.laposte.net/service/home/~/?auth=co&loc=fr&id=39740&part=2.2

 

 

 

            

 

 

 

 

 

                                      

 

Afficher l'image d'origine

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

du Collectif d’audit citoyen de la dette publique de Nîmes

 

Nîmes, le 10 juin 2016

 

 

Fait inhabituel à Nîmes, dans une démarche impulsée par le Collectif d’audit citoyen de

la dette publique de Nîmes (CAC 30), deux élus et un contribuable local ont déposé

jeudi 26 mai devant le tribunal administratif quatre recours, dont deux en référé,

pour faire annuler deux délibérations de la Métropole nîmoise.

 

Quelles sont les raisons de cette procédure?

 

Le 29 mars dernier, le président du conseil de la Métropole, Yvan Lachaud, a fait voter deux

délibérations dont l’objet était le remboursement anticipé d’un emprunt toxique dont le taux

d’intérêt indexé sur la parité euro/franc suisse dépasse aujourd’hui 25 %.Mais pour réaliser

cette opération, la Métropole a dû accepter de payer à la banque, en plus des 10 millions

d’euros du capital restant dû de l’emprunt, une indemnité de remboursement anticipé de

57,4 millions d’euros. En clair, les contribuables vont devoir rembourser près de 7 fois le

montant de l’emprunt!

 

57,4 millions d’euros représentent 4 années de frais de personnel de la collectivité, plus de la

totalité des taxes foncières et d’habitation perçues annuellement, ouencore le coût prévisionnel

du Musée de la Romanité qui doit voir le jour à Nîmes début 2018 !

 

Même si la collectivité va bénéficier d’une aide de l’État (c’est-à-dire des contribuables) de

36,6 millionsd’euros, il restera à la charge de la Métropole un reliquat de 20,8 millions d’euros

sur les 57,4 millions. Pourtant, malgré le caractère hors norme de l’opération et l’énormité des

sommes en jeu, le conseil communautaire a pris sa décision sans disposer des éléments

indispensables pour se prononcer, qu’il s’agisse de la convention entre la Métropole et l’État,

du protocole passé avec le Crédit Foncier de France (filiale du Groupe BPCE) ou du mode de

calcul de l’indemnité. Toutes les demandes d’éclaircissement sont restées lettre morte.

Cet état de fait est d’autant plus scandaleux que la collectivité n’aurait jamais dû accepter les

conditions d’un tel protocole, au contraire,il était de son devoir d’attaquer la banque en justice,

en suivant l’exemple de nombreuses collectivités. En effet, la réglementation est formelle en cette

matière puisque selon une circulaire du 25 juin 2010, reprenant une circulaire de septembre

1992, «les collectivités territoriales ne peuvent légalement agir que pour des motifs d’intérêt

général présentant un caractère local. L’engagement des finances des collectivités locales

dans des opérations de nature spéculative ne relève ni des compétences qui leur sont

reconnues par la loi, ni de l’intérêt général précité»

 

Ainsi, le Crédit Foncier de France n’aurait jamais dû faire souscrire à Nîmes Métropole le contrat

spéculatif indexé sur l’euro et le franc suisse. Quant à la collectivité, au lieu d’accepter de payer

des intérêts usuraires et une indemnité léonine, elle aurait dû refuser de payer et exiger devant

les tribunaux l’annulation de la clause de taux d’intérêt du contrat pour y substituer le taux légal

(ce taux est de 1,01 % pour le 1esemestre 2016). Ce sont ces raisons qui ont amené le CAC 30

et le CAC national à se rapprocher de deux élus, François Séguy et Sylvette Fayet, ainsi que

d’un contribuable de la ville, pour engager un recours contre les délibérations litigieuses, qui

plus est adoptées en violation du droit à l’information des élus.

 

Aujourd’hui, le CAC 30 et le CAC national(audit-citoyen.org), à l’initiative de l’action, ainsi que les

auteurs des recours, appellent la population à soutenir et à renforcer leur combat citoyen pour

fairerespecter les intérêts de la Métropole nîmoise, les intérêts de ses habitants, l’intérêt public

et le droit. Ils invitent les habitants de la Métropole à signer la pétition sur papier ou en ligne

avec le lien

:

http://www.mesopinions.com/petition/justice/refuse-credit-foncier-france-detrousse-contribuables/20335

 

Le CAC 30 invite les habitants de la Métropole à venir nombreuses et nombreux assister à la

réunion publique organisée

 

le 24 juin 2016 à 19 h 30 à la Maison des Adolescents du Gard (MDA 30), 34 ter rue Florian à Nîmes

.

Lors de cette réunion, le dossier sera présenté dans le détail. Les citoyennes et les citoyens

pourront poser leurs questions, échanger avec les initiateurs de ces recours et voir avec eux

comment s’associer à cette action.

 

Contact pour le CAC 30: mél: cac30@audit-citoyen.org - 06 81 50 86 67 ou 06 16 65 19 81

Contact pour le CAC national: Patrick Saurin, patricksaurin@wanadoo.fr - 06 62 88 05 17

 

 

 

 

Repost 0
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 14:10
 
 

 

Source : http://www.sainthilairedurable.net

 

30 May 2016

 

 

 

Samedi 11 juin 2016, retrouvons-nous sur la ZAD golfique pour défendre nos terres agricoles !

 

 

 

 

A l’occasion de la journée nationale contre les grands projets commerciaux inutiles,

 

Samedi 11 juin, retrouvons-nous sur la ZAD golfique  pour protéger nos terres agricoles !

 

- Dès 10h, RDV au parking du temple (centre village - suivre fléchage) pour une visite commentée de la ZAD.

 

- A midi, pique-nique tiré du sac sur le terrain face au “champ de courges” (Petite restauration et boissons sur place)

 

- A partir de 14 h, deux tables rondes se succèderont :

 

I - Comment enrayer la disparition des terres agricoles?

 

- L'accès au foncier pour les nouveaux agriculteurs avec un membre de la Confédération paysanne
 

- Les outils pour la protection des terres agricoles, avec une chercheuse de l’INRA de Montpellier (UMR Innovation), docteure en géographie, spécialisée dans l’étude du foncier agricole périurbain                                                                                       

   II - Usages et enjeux des espaces naturels et agricoles de St Hilaire.

 

          - des Espaces naturels accessibles à tous, les enjeux et contraintes de la biodiversité présente sur la ZAD, avec une naturaliste.

      

          - Une agriculture paysanne sans intrants, avec un agriculteur St Hilairois et un membre de la Condédération Paysanne

      

         - Sur la biodiversité: Analyse critique des mécanismes de compensation lorsqu'un projet prévoit la destruction d'espaces protégées, avec un membre de l'association Nacicca.

 

A l’issue de cette table ronde, les échanges permettront d’envisager les moyens à mettre en œuvre pour protéger cette zone et son devenir dans le cadre de l”après-ZAD”

 

 

Source : http://www.sainthilairedurable.net

 

 

Repost 0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 15:27

 

 

 

Loi Sapin 2 : pour lutter contre l'évasion fiscale, la transparence fiscale partout et maintenant

Vendredi, 3 Juin, 2016
Humanite.fr

 

 

Photo Pedro Armestre/AFP
 

ATTAC, le CCFD-Terre Solidaire, la CFDT, la CGT, le Collectif Roosevelt, ONE, Oxfam, Peuples solidaires-ActionAid, Solidaires Finances Publiques, Survie et le Syndicat de la magistrature, appellent les député-e-s à faire preuve d'une réelle volonté politique dans la lutte contre l'évasion fiscale.

Ce lundi 6 juin, les débats s'ouvrent à l'Assemblée nationale autour du projet de loi "Sapin 2" sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique. Cette loi porte des avancées sur la protection des lanceurs d'alerte, l'encadrement des lobbies mais aussi la lutte contre l'évasion fiscale. A ce sujet, un amendement sur le reporting public a été adopté par les député-e-s en Commission des lois le 26 mai dernier, mais son périmètre d'application limité aux pays de l'UE et à une liste non définie de paradis fiscaux le rend inefficace pour lutter contre l'évasion fiscale [1].
 
ATTAC, le CCFD-Terre Solidaire, la CFDT, la CGT, le Collectif Roosevelt, ONE, Oxfam, Peuples solidaires-ActionAid, Solidaires Finances Publiques, Survie, Syndicat de la magistrature et les autres organisations membres de la plateforme Paradis fiscaux et judiciaires se mobilisent donc cette semaine et jusqu'à la fin de l'examen du projet de loi Sapin 2 pour que les député-e-s corrigent le tir en plénière : pas de transparence sans reporting TOUS pays.
 
Pour les organisations: « Les député-e-s ont l'occasion de traduire dans la loi leur ambition pour lutter contre l'évasion fiscale en votant pour un reporting public complet, couvrant l'ensemble des pays dans lesquels les multinationales sont présentes. Seule une photographie complète des activités et impôts payés par les multinationales dans tous les territoires où elles sont implantées permettra de repérer d'éventuels transferts de bénéfices et de savoir si elles paient bien leur juste part d'impôts. Les député-e-s ne peuvent répondre à la multiplication des scandales d'évasion fiscale par un simulacre de transparence. Seul un tel reporting obligera les multinationales à rendre publiques des informations sur leurs chiffres d'affaires, leurs effectifs, leurs profits et les impôts, partout où elles sont présentes, dans l'UE mais aussi dans les pays en développement et les paradis fiscaux. »
 
Le reporting actuellement proposé dans le texte de loi n'est pas un reporting pays par pays puisqu'il n'inclut pas l'ensemble des pays où les multinationales ont des activités, leur laissant l'opportunité de cacher leurs bénéfices dans certains territoires comme la Suisse ou le Delaware (Etats-Unis), qui pour des raisons politiques n'ont aucune chance de se retrouver sur une liste de paradis fiscaux. En l'état, cette mesure ne permet en aucun cas de lutter contre l'évasion fiscale des multinationales prive chaque année la France, mais aussi les pays les plus pauvres, de centaines de milliards d'euros.
 
Par ailleurs ces informations sont déjà disponibles pour les banques françaises depuis la loi bancaire adoptée en juin 2013 [2]. Il s'agit là d'exiger la même chose des multinationales.
 
ATTAC, le CCFD-Terre Solidaire, la CFDT, la CGT, le Collectif Roosevelt, ONE, Oxfam, Peuples solidaires-ActionAid, Solidaires Finances Publiques, Survie et le Syndicat de la magistrature, appellent les député-e-s à faire preuve d'une réelle volonté politique dans la lutte contre l'évasion fiscale et à voter en plénière pour un reporting public complet, couvrant l'ensemble des pays dans lesquels les multinationales sont présentes. Alors qu'en décembre dernier, une proposition similaire avait été écartée par le Gouvernement malgré deux votes positifs des député-e-s [3], les organisations appellent également le Gouvernement à passer des paroles aux actes dans la lutte contre l'évasion fiscale.
 
Les organisations lancent une mobilisation massive sur les réseaux sociaux demandant aux internautes d'interpeller leurs député-e-s afin que ces derniers votent pour un reporting public tous pays et démontrent ainsi leur engagement pour la justice fiscale :
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 14:19

Info reçue par mail

 

 

Info expresse : Manuel Valls et Michel Sapin actuellement à Athènes
 
VALLS FÉLICITÉ PAR TSIPRAS
PENDANT QUE SAPIN COORDONNE LE PILLAGE !

 
Depuis hier soir, Athènes est sous très haute surveillance. Une tentative d'enyaourtage(1) du premier ministre français a malheureusement échoué près du parlement, suite à la fermeture du centre-ville, notamment de la station de métro de la place Syntagma à partir de 18h. Les déploiements policiers sont immenses et les gardes du corps sur les dents.
https://www.youtube.com/watch?v=O8-Ssyy1p60
 
C'est avec un statut similaire à un chef d'Etat que Valls, visage fier et allure de colon, a passé en revue la garde nationale grecque devant le monument du soldat inconnu, avant de finir la soirée dans l'opulence, sur la terrasse du musée de l'Acropole, à quelques centaines de mètres seulement d'un campement de sans-abris (dont plusieurs enfants) expulsés de leur domicile suite à la réforme du code civil. Le repas gastronomique a été servi en compagnie du ministre de l'économie français Michel Sapin, coordinateur du pillage du bien commun en Grèce au bénéfice de grandes firmes françaises : EDF, Vinci(2), Thalès, Veolia, Suez ou encore la SNCF qui s'apprête à racheter pour une bouchée de pain la société grecque de chemin de fer, TRAINOSE, ce qui aura pour effet de doubler des prix qui étaient jusqu'ici parmi les plus bas en Europe, et qui convoite également des infrastructures ferroviaires. Harlem Désir, secrétaire d'État aux affaires européennes figurait également parmi les convives, ainsi que Giorgos Stathakis, le très controversé ministre grec de l'économie, héritier d'une grande famille d'armateurs, connu pour avoir oublié de déclarer au fisc 38 biens immobiliers (oui, vous avez bien lu : 38 !) et plus de 1,8 millions d'euros égarés sur un compte discret. Ce scandale dure depuis le mois de décembre en Grèce et les manifestants y font souvent allusion, parmi d'autres cas de corruption et de népotisme qui s'ajoutent au bilan désastreux de la capitulation du 13 juillet 2015.
 
Hier soir également, sous les applaudissements nourris d'une assistance triée sur le volet, Tsipras n'a pas manqué de féliciter Valls et de témoigner son « estime » à l'un des hommes politiques pourtant les plus détestés de l'hexagone, qu'il a même qualifié d' « ami ».
 
Ce vendredi matin, il a été également impossible de gêner la visite de Manuel Valls à l'Institut français d'Athènes, complètement encerclé de barrages filtrants. Depuis 10h30, Michel Sapin est en rendez-vous avec son homologue grec et quelques amis costumés pour la séquence « bonnes affaires », alors que depuis 11h, Manuel Valls est reçu au Palais Maximou, résidence du premier ministre, pour finaliser une feuille de route basée sur un « partenariat stratégique ».
 
Quel sera le contenu réel de cet accord ?
 
Valls et Tsipras vont évoquer un partenariat économique pour « sortir le pays de la crise » et rappeler le « soutien indéfectible de la France depuis l'entrée de la Grèce dans l'union européenne », en 1981. Mais en réalité, cet accord concerne les conséquences de la « seconde capitulation » du 24 mai 2016 (3), c'est-à-dire l'extension de la grande braderie qui prévoit désormais jusqu'à 597 îles mises en vente et 538 sites archéologiques. Le gouvernement français veut faire profiter ses amis grands patrons de cette juteuse affaire. C'est l'heure des soldes et tout le monde accourt en Grèce, à commencer par les responsables politiques russes et chinois, en début de semaine(4), accompagnés par des dizaines d'hommes d'affaires. Les domaines clés de la coopération gréco-française seront « le développement rural, la réforme de l'administration publique, l'innovation, le tourisme et, bien sûr, l'investissement », motif principal du séjour.
 
L'autre annonce qui va tenter de masquer la réalité mortifère, c'est la promesse du gouvernement français d'accueillir 400 ou 500 réfugiés par mois, en provenance de Grèce. Mais la face sombre de ce sujet, c'est que plus de 200 policiers et gendarmes français participent actuellement à la gestion calamiteuse de la question des réfugiés et migrants dans les îles grecques. Ces jours-ci, les mutineries se multiplient dans les camps inhumains de Lesbos et de Samos. Mercredi soir, le camp de réfugiés de Moria à Lesbos s'est encore rebellé, puis, hier soir, celui de Samos, entre 20h et minuit, suivi d'une répression terrible des gardiens et de la quasi-totalité des forces de police de l'île qui ont aussitôt convergé sur les lieux. Il y a au moins 30 blessés donc plusieurs adolescents. Certains sont dans un état grave et ont du être transportés vers un hôpital mieux équipé, celui de Samos étant complètement dégradé par les politiques d'austérité depuis quelques années.
 
Les mass-médias grecs, relayés par les agences de presse internationales, osent noyer le poisson en évoquant une obscure rixe entre des migrants, ce qui est totalement faux selon les témoignages directs recueillis depuis. C'est encore une mutinerie pure et simple contre des conditions de détentions violentes, arbitraires et inhumaines. Rien d'autre. D'ailleurs, au moins deux bungalows ont été incendiés et plusieurs prisonniers ont réussi à s'échapper.
 
Pour seule réponse, Tsipras et Valls annoncent la prochaine conversion de l'agence de surveillance Frontex en « armada de garde-côtes européens », directement coordonnée depuis Bruxelles. Valls a également évoqué le renforcement imminent de la présence policière française dans les îles grecques, avec 300 CRS et gendarmes supplémentaires d'ici peu.
 
« Tout va bien, Madame la marquise », semblent-ils entonner en trinquant : l'Euro de foot va commencer, ainsi que la saison touristique estivale ! Mais ils oublient d'évoquer les millions d'insoumis qui bloquent de plus en plus la Grèce(5), la France, l'Espagne, le Portugal et la Belgique, en attendant plus. Jusqu'à quand feindront-ils d'être sourds ? Et jusqu'où faudra-t-il aller dans nos luttes ?
 
Yannis Youlountas
 
 
1) équivalent en Grèce des « entartages » en France ou en Belgique (souvent préparés par Noël Godin et ses compagnons pâtissiers).

2) Xavier Huillard, le PDG de Vinci, avait même accompagné François Hollande en Grèce lors de son voyage des 22 et 23 octobre 2015.
3) durant l'Eurogroupe du 24 mai 2016.
http://www.economie.gouv.fr/accord-dette-grece-eurogroupe-des-24-mai-2016
(4) Tsipras a reçu Poutine à Athènes, puis s'est rendu à Pékin.
(5) Par exemple, il y a un mois :
http://blogyy.net/2016/05/08/le-blocage-de-la-grece-vu-de-linterieur/

 
- - - - - - -

APPEL POUR UN FOURGON SOLIDAIRE ET UN TROISIÈME FILM
Merci à toutes celles et ceux qui viennent de répondre, depuis deux jours, à l'appel à soutien de notre collectif de films (cf. mail précédent), et merci à celles et ceux qui songent à le faire durant les prochains jours.
a) rappel du lien créé par notre collectif sur le Pot commun pour nous aider :
https://www.lepotcommun.fr/pot/w6o8gwir
(vous pouvez accompagner d'un message votre contribution)
b) si vous ne souhaitez pas ou ne pouvez pas utiliser le Pot commun, vous pouvez aussi envoyer un chèque à :
ANEPOS - "Fourgon solidaire" - BP 10 - 81540 Sorèze (ordre : ANEPOS)
ou un virement à :
IBAN d'ANEPOS : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730
BIC : PSSTFRPPTOU
en mentionnant "Fourgon solidaire" dans le libellé.
c) détails sur le projet :
http://blogyy.net/2016/05/30/en-route-pour-un-troisieme-film-mais/
d) contact : anepos@no-log.org

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce Economie et social Appels et pétitions
commenter cet article
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 16:09

 

Source : http://www.bastamag.net

 

ça bouge ! Solidarités

Nuit Debout : l’appel d’habitants des quartiers populaires

par

 

 

 

Plusieurs associations de banlieue appellent à une convergence avec le mouvement Nuit Debout les 4 et 5 juin. Des rencontres sont notamment prévues avec des associations de victimes des violences policières, des salariés en lutte aux Lilas, des habitants de la cité Gagarine en Seine-Saint-Denis qui s’opposent à la démolition de leur école et de leur quartier… « Nous, habitants des quartiers populaires, sommes debout et en lutte depuis longtemps, écrivent les initiateurs de cet appel. Aujourd’hui, nous appelons à marcher, tous ensemble, à déboucher sur des actions concrètes et emporter des victoires ».

Nous, habitants des quartiers populaires, animateurs et animatrices de Nuit Debout, lançons cet appel pour faire converger les luttes.

Un vent de contestation souffle aujourd’hui sur la France ! Un vent porteur d’idées nouvelles, solidaires et fraternelles. Un fol espoir, un doux parfum aux senteurs révolutionnaires.

La convergence des luttes s’opère chaque jour un peu plus sous nos yeux, et Nuit Debout en est un des plus beaux symboles. Un mouvement aux mille visages, inédit et déstabilisant pour les tenants de ce système inégalitaire, déshumanisé et déshumanisant.

Nous habitants des quartiers populaires, en avons assez du bla bla ! Pour nous aussi, dans nos villes et nos quartiers, la lutte se mène chaque jour, concrètement sur le terrain, quand il s’agit de porter solidarité à des familles expulsées de leur logement ou menacées, pour résister à la spéculation immobilière, aux violences policières, au racisme, au sexisme, à la pauvreté, à toutes les formes de discrimination.

Au nom de nos valeurs communes, nous nous mobilisons pour soutenir la lutte des ouvrier-e-s contre la casse de leur outil de travail et des acquis sociaux, des paysan-ne-s faisant face à des projets industriels illégitimes, des précaires de plus en plus précaires, des sans papiers, des réfugiés, des mal logés, des femmes… Mais aussi, nous sommes aux côtés des infirmier-e-s, des enseignant-e-s, des postier-e-s, des cheminot-e-s, des routier-e-s et plus largement de ceux et celles qui voient chaque jour les libertés fondamentales, les droits, la protection sociale ou les services publics attaqués et mis en cause.

Notre idée reste toujours la même : soutenons-nous les uns les autres, mobilisons-nous les uns pour les autres, veillons les uns sur les autres, contre cette oppression écrasante que nous imposent les plus riches, les banques, les spéculateurs, les faiseurs de guerre, de répression, d’inégalités sociales, d’injustices, pour mieux nous asservir…

Nous, habitants des quartiers populaires, sommes debout et en lutte depuis longtemps. Nous ne sommes pas en reste, nous ne sommes pas en marge. Aujourd’hui, nous appelons à marcher, tous ensemble, à déboucher sur des actions concrètes et emporter des victoires…

 

APPEL A MARCHE ACTIONS NUIT DEBOUT QUARTIERS POPULAIRES 4 & 5 JUIN 2016 from CINEMETEQUE on Vimeo.

Avec Nuit Debout, nous appelons à une marche d’actions et de convergences des luttes les 4 et 5 juin, vers le quartier Gagarine à Romainville (93) :

- Départ Samedi 4 juin RdV à 17h République - Paris : Pour nous rendre aux amandiers dans le 20e et soutenir notamment le comité vérité et justice pour Lamine Dieng, puis aux Lilas pour la lutte des salariés de la blanchisserie...
- Action Dimanche 5 juin, 10h Porte des Lilas : Pour aller rencontrer dans le quartier des Fougères les travailleur-se-s du nettoyage dans les HLM en lutte durant 4 mois soutenus par les locataires de Paris Habitat.
- 14h, Mairie des Lilas avec HK & LES SALTIMBANKS : Pour rejoindre les habitants de la cité Gagarine, à Romainville, en lutte contre les expulsions, la démolition de leur école et de leur quartier…

Luttons, debout, tous ensemble, on lâche rien !

 

Premiers signataires : HK et les Saltimbanks, DAL, com Banlieue Debout/Quartiers populaires Debout, Cineluttes, Collectif Justice et vérité pour Ali Ziri, Collectif Urgence notre police assassine, Comité DAL SPOUTNIK Gagarine, ALCIR-Paris20e, AFVS, Comité de soutien des grévistes du nettoyage, CNT SO du nettoyage, Droits devant !, Emancipation tendance intersyndicale, UJFP, Revue Vacarme…

Photo de une : © Meyer Flou

Télécharger le tract

Contact : page facebook de l’événement / contact.marche.cind(a)riseup.net

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22