Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 13:32

 

Info reçue par mail

 

 

 

Contactez nous pour participer à la collecte de médicaments et de petit matériel médical.Janie
 
Des Docs et
                                              Débats - Soirée nimoise
                                              sur les dispensaires
                                              solidaires grecs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des Docs et Débats - Soirée nimoise sur les dispensaires solidaires grecs

Les membres de SoliGrecs Nîmes vous informent de l'organisation de la prochaine soirée nîmoise "Des Docs et Débats", consacrée aux Dispensaires Sociaux et Solidaires grecs :

Le mercredi                                      5 octobre 2016 à partir de 19h30

A la grande salle de la Maison du Protestantisme,

3 rue Claude Brousson à Nîmes (entre la Maison Carrée et le square Antonin)

Entrée gratuite.

Une soirée qui va se dérouler en 3 temps, à l'occasion de la Quinzaine de la Solidarité, organisée nationalement du 1er au 15 octobre, précédent le départ de la grande Caravane Solidaire vers la Grèce du 16 octobre                                    2016.

 

Une série de reportages TV

Cette courte projection (20 min environs) retracera l'origine et les motivations liées à la naissance de ces établissements de santé autogérés, créés spontanément par des citoyens, tous bénévoles, au lendemain de la crise financière de 2008 et à l'application des premières résolutions d'austérité imposées par l'Europe. Parmi celles-ci, des réformes drastiques qui concernent la santé ont touché directement les citoyens dont la population la plus vulnérable rencontrait des difficultés d'accès aux soins.

Ces initiatives ont mené de nombreux soignants, médecins, infirmiers et personnes impliquées dans la gestion d'activités sociales, à créer des dispensaires permettant de compenser les suppression / réduction d'accès au service public de santé. La fréquentation de ces dispensaire n'a cessé de croître avec la suppression progressive des aides sociales, dans un des pays connaissant les plus grosses difficultés financières d'Europe. S'ajoute aujourd'hui aux tâches gérées par ces Dispensaires Sociaux et Solidaires, la prise en charge nécessaire de migrants, compte-tenu de l'afflux sans précédent et du blocage des actions européennes pour gérer la question des réfugiés.

Un débat avec les membres du collectif

 

Les membres du collectif, impliqués dans la participation d'actions en soutien aux dispensaires grecs (apport de médicaments et de matériels médicaux...) relaieront le message adressé par les grecs et les besoins qu'ils expriment.

Au delà de récits sur le contexte social, économique et politique grec, ils décriront l'organisation qui est prévue pour la Caravane Solidaire 2016, événement national, fédérant toutes les organisations œuvrant pour le soutien apporté au peuple grec. Ils répondront bien volontiers aux suggestions, sollicitations et interrogations du public.

Buffet solidaire et collecte

L'organisation de l'événement est strictement bénévole. Les dons récoltés depuis cet été permettent dors et déjà de programmer le départ d'un fourgon avec ses 2 chauffeurs. Nous avons l'objectif de permettre le départ d'un second véhicule.

Dans ce but :

• Un buffet froid sera proposé, dont les bénéfices participeront au financement du trajet d'un véhicule supplémentaire,

• Un Point Collecte permettra aux visiteurs d'apporter médicaments et fournitures destinés à faire partie de la Caravane Solidaire,

• Des bons de commande seront à disposition pour obtenir des produits naturels grecs, rapportés en France par les véhicules de la Caravane, dont les bénéfices seront exclusivement consacrés à l'opération.

Ce moment convivial sera l'occasion de bavarder avec les membres de quelques organisations voisines avec lesquelles SoliGrecs Nîmes officie pour ce projet : Collectifs d'Alès, Avignon, Narbonne... et l'association Vivence de St Mamert du Gard.

Si vous souhaitez rencontrer plus spécifiquement les membres qui participeront à la Caravane Solidaire, nous vous proposons de nous contacter directement par email : soligrecsnimes@collectif-citoyen.fr

Téléchargez ici l'affiche relative à la participation de SoliGrecs Nîmes à la Caravane Solidaire 2016 : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr/wp-content/uploads/2016/09/Affiche-Caravane-Solidaire-2016-N%C3%AEmes-A4.pdf

Pour en savoir plus sur l'organisation de la Caravane Solidaire 2016, consulter notre publication : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr/category/les-actions-solidaires/caravane-solidaire-2016/. Revoir les publications de la précédente opération nîmoise Pharmacie Solidaire 2015 : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr/category/les-actions-solidaires/pharmacie-solidaire-nimes-athenes-2015/

Découvrir les produits naturels grecs proposés : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr/2016/09/commerce-solidaire-produits-naturels-grecs/

Voir l'article directement sur le site.

---

Comment agit le Collectif SoliGrecs Nîmes ?

En venant en soutien au peuple grec :

• En apportant un éclairage différent sur la situation de la Grèce, face à la diffusion d'informations formatées et parfois tronquées au travers des MainSream Media ;

• En organisant une aide matérielle directe à des dispensaires de santé gratuits, avec des soignants bénévoles ;

• En interpellant les banquiers et les pouvoirs politiques.

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce Appels et pétitions
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 15:22

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Édito du 27/09/16

Violences policières, répression syndicale : faisons front !

 

Publié le 28 septembre 2016

 

 

 

Dans les coups de matraque, les tirs de flashball, les mises-à-pied et les licenciements, il y a toujours une attaque contre toute la jeunesse, contre toutes les classes populaires, contre tout le monde du travail, quand ce n’est pas un crime, comme dans le cas d’Adama Traoré. Mais quand c’est trop, c’est trop !

 

C’est bien pour cela qu’il nous faut réagir de toute urgence. Dans la semaine qui s’ouvre et tout au long du mois d’octobre, l’agenda de notre classe est rempli à ras-bord de dates pour lesquelles les violences policières et la répression syndicale sont au rendez-vous.

Mardi c’est l’affaire des « chemises arrachées » des camarades d’Air France qui passe en procès à Bobigny. Les 19 et 20, à Amiens, c’est autour des Goodyear qu’il faudra être, pour les soutenir contre un patronat et un gouvernement qui les accusent tout simplement d’avoir défendu l’emploi avec leurs méthodes. Entretemps et après, c’est toute une série de camarades, interpellés ou arrêtés au cours de la mobilisation contre la loi Travail qui vont avoir affaire à la « justice ». Hier, lundi, c’est devant toute la presse réunie qu’un jeune prof, militant du NPA, a dénoncé les violences qu’il a subies alors qu’il tentait simplement de filmer, comme le droit nous le permet, l’interpellation d’une femme noire devant la gare de Saint-Denis dans le 93. Cette affaire commence à faire du bruit, mais elle n’est que l’expression d’une situation plus globale.

Si jusqu’à hier, dans les quartiers, « notre » police assassinait, lors des contrôles et des gardes-à-vues, bénéficiant quasi systématiquement de non-lieux, aujourd’hui, avec l’état d’urgence et le tournant autoritaire du gouvernement, sur fond d’islamophobie et de racisme d’État, nous pouvons toutes et tous être victimes de l’arbitraire policier.

 

C’est bien pour cette raison, et parce que nous ne pouvons laisser passer aucune attaque contre nos droits démocratiques et contre notre camp social, quand il se défend, qu’il s’agit de faire front. La police a sa propre justice, qui la blanchit. Le patronat a ses propres instances, qui couvrent les licenciements et poursuit les militants et les syndicalistes qui s’y opposent. Il nous faut notre propre front de lutte pour dire « Assez ! ».

C’est une question politique centrale qui doit s’inscrire dans notre agenda politique, pour défendre l’ensemble des camarades et entourer nos frères et sœurs de classe victimes des violences policières. Face au discrédit gouvernemental, à la violence de sa police et à la détermination des patrons, il serait plus que légitime que les organisations syndicales et politiques du monde du travail et de la jeunesse, à commencer par la CGT, la FSU, Sud de même que les syndicats et les organisations étudiantes, le PCF, le parti de gauche et l’extrême gauche, constituent le front le plus large possible pour exiger que justice soit faite pour tous les cas de violence policière et pour la levée immédiate de toutes les poursuites qui pèsent contre les militants, la population des banlieues et les syndicalistes.

Ne rien faire équivaudrait à laisser le champ libre à la droite, qui aiguise son programme antisocial pour 2017. Ne rien faire serait donner plus de grains à moudre au FN, qui continue à distiller son poison réactionnaire, xénophobe et antisocial. Pour cela, il nous faut avant tout faire front contre le gouvernement qui fait leur jeu, et qui emprunte régulièrement une partie de leur programme.

L’ensemble des dates qui s’offrent à nous doivent être investies par nos organisations : le 6 octobre, lors du meeting parisien à Tolbiac contre les violences policières, le racisme et l’islamophobie, les 19 et 20 octobre à Amiens contre la répression syndicale. Plus que jamais, il est de notre responsabilité qu’aucun camarade ne soit isolé. Plus que jamais, c’est ainsi que nous pourrons réellement préparer la riposte à venir.

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 16:18

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Licenciement politique

La dernière provocation d’El Khomri. Exigeons la réintégration de tous les licenciés d’Air France !

Publié le 10 août 2016

 

 

 

 

Vincent Duse

Vincent Martinez, militant CGT, a été licencié par le gouvernement via la ministre du Travail Myriam El Khomri qui a validé le licenciement de notre camarade le 8 Août. Vincent et quatre autres camarades licenciés sont accusés d’avoir usé de violence lors du CCE – Comité Centrale d’Entreprise – en octobre 2015 dans ce qui est devenu « l’affaire des chemises arrachées ». Les 16 salariés d’Air France accusés dans le cadre de cette affaire vont passer en justice les 27 et 28 septembre prochains au tribunal de Bobigny. Alors que la même ministre vient de faire définitivement promulguer sa loi « Travaille ! », la justice de classe est plus que jamais à la manœuvre pour tenter de casser la combativité de la classe ouvrière par la répression et les licenciements et ainsi faire passer les attaques anti-ouvrières.

 

Valider le licenciement de Vincent Martinez, c’est une attaque contre tout le monde du travail !

S’attaquer aux militants combatifs par le biais de la loi ou par des procédures judiciaires est devenu
une pratique habituelle dans de nombreuses entreprises. La décision prise aujourd’hui par le gouvernement confirme que ce type de licenciements, qui sont des licenciements politiques, va encore s’accentuer dans la période à venir.

Quant aux derniers levier que pouvaient utiliser les travailleurs pour se défendre, comme l’inspection du travail qui en général connaît très bien les dossiers, ils sont mis à mal par le manque de moyen qui éloigne ses salariés du terrain et par le gouvernement qui balaie de plus en plus leurs décisions d’un revers de main.

Comme l’a dit la direction de la CGT à l’annonce de la validation du licenciement, cette décision du gouvernement est bien « revancharde » contre la colère ouvrière qui s’est exprimée à Air France. Le gouvernement cherche à prendre sa revanche, mais aussi à nous envoyer un message, après des mois de mobilisation contre la loi Travail : « Cessez de relever la tête ! »

 

2900 vies brisées seraient moins importantes qu’une chemise arrachée au PDG d’Air France ?

Revenons brièvement sur les événements du 5 octobre 2015 et les images que les médias de la classe dominante ont montré en boucle : un pauvre PDG qui a perdu sa chemise en train de fuir une horde de travailleurs qui voulaient sauver leurs emplois. Et c’est cela que la bourgeoisie veut mettre en avant, sans jamais, à aucun moment, parler des vies brisés ou des familles entières qui se retrouvent sur le carreau pour que l’entreprise Air France puisse continuer à faire des profits sans opposition !

La compassion de la « justice » et de ses médias s’arrête décidément où commencent ces profits. Où sera donc passée cette compassion lorsque des milliers de familles vont devoir se battre au quotidien pour survivre, pour faire vivre leurs enfants, pour avoir un toit sur leur tête ? Où est-elle lorsque ce n’est pas une chemise, mais un refuge qu’on arrache aux migrants dans la capitale ? Où est-elle lorsque ce sont ses forces de l’ordre qui arrachent la vie à Adama Traoré ?

 

La violence de classe, nous la subissons au quotidien. Notre unité fera la différence, pas leur justice !

Nous ne pouvons que compter sur nos forces, que ce soit les Air France et les Goodyear qui sont condamnés à des peines de prison ferme ou les nombreux autres militants et travailleurs qui se font licencier à tour de bras. Face à cette nouvelle provocation, répondons par la lutte et l’unification de tous les travailleurs, tissons des liens avec la jeunesse et avec tous ceux et celles qui subissent ce système, pour faire échec à tous les coup bas des capitalistes !

Construisons une campagne d’ampleur sur tout le territoire, contre la répression et les licenciements, en septembre pour les Air France, en octobre pour les Goodyear et pour la réintégration de tous les licenciés !

Lien vers la pétition pour la réintégration de Vincent Martinez : cliquez ici

 

 

Source : http://www.revolutionpermanente.fr

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Appels et pétitions
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 21:09

 

 

Source : https://act.wemove.eu/campaigns/isds-fr?utm_source=member&utm_medium=facebook&utm_campaign=VQBKmWLNft

 

 

 

 

 

Empêchez les multinationales de nous bâillonner

 

To Cecilia Malmström et Secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur Mr Matthias Fekel

 

 

Pétition:

Dites non aux multinationales qui veulent pouvoir poursuivre les États en justice dans des tribunaux spéciaux, que ceux-ci s'appellent ISDS ou ICS. N'incluez pas cette disposition dans les accords TAFTA ou AECG avec les États-Unis, le Canada ou aucun autre État européen. Ni maintenant, ni jamais.

 

Pour signer la pétition, cliquer ici

 

C'est important

Nos pays pourraient bientôt avoir peur de défendre nos droits au travail, notre vie privée ou même notre santé si les multinationales ont désormais le droit de les assigner devant des tribunaux privés lorsqu’ils adoptent des lois qui réduisent leurs profits. Pourtant, c’est très précisément ce que l’UE et les États-Unis veulent inclure dans le projet d’accord commercial nommé TAFTA.

Ces traités sont scandaleux de A à Z. Ils ont été négociés dans le plus grand secret. Le CETA, l’accord entre l’UE et le Canada, est sur le point d’être approuvé sous notre nez, sans l’approbation des parlements nationaux.

La commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström a parfaitement conscience que nous n’aimons pas l’idée d’étendre le pouvoir des multinationales. Elle a donc apporté des changements cosmétiques à ces tribunaux et prétend qu’ils sont maintenant plus respectueux des droits des citoyens. Mais c’est faux [1]. (Pour en savoir plus, voir cette fiche d’informations).

30 milliards d’euros payés par le contribuable européen ont déjà été versés dans les poches des grandes entreprises sur décision de ces cours spéciales. Si la Commission n’écoute pas les inquiétudes des citoyens, cela pourrait encore empirer. Même l’Union internationale des Magistrats et l’expert de l’ONU pour la promotion d'un ordre international ont fait part de leurs inquiétudes. Cette proposition pourrait même être illégale au regard du droit européen.

Pourquoi les entreprises pourraient-elles avoir accès à des tribunaux dédiés où elles pourraient extorquer des sommes jamais vues à nos démocraties ? Nous, les citoyens, nous nous rendons dans des tribunaux publics pour résoudre nos griefs. Les entreprises doivent faire de même. Et aujourd’hui, nous avons l’occasion de nous faire entendre ! Agissez ! Nous n’avons plus que quelques jours.

 

Références :

ISDS/ICS factsheet.

 

 

Source : https://act.wemove.eu/campaigns/isds-fr?utm_source=member&utm_medium=facebook&utm_campaign=VQBKmWLNft

 

 

Repost 0
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 15:57

 

Source : https://www.solidaires.org/BURE-expulsion-des-occupants-de-la-Foret-de-Mandres-en-Barrois-le-7-juillet-a-7

 

 

BURE : expulsion des occupants de la Forêt de Mandres en Barrois le 7 juillet à 7 heures

 

 

COMMUNIQUE 6 juillet 2016

 

CIGÉO/BURE : PROJET D’EXPULSION EN FORÊT DE MANDRES-EN-BARROIS ? TOUTES ET TOUS UNI-ES ET SOLIDAIRES !

 

Alors que le bois communal de Mandres-en-Barrois est investi depuis le 19 juin 2016 par différentes composantes du mouvement luttant contre le démarrage des travaux de la poubelle nucléaire Cigéo, des menaces d'expulsion se précisent. Une ordonnance d'expulsion a été signifiée le 28 juin aux occupant-e-s du bois. Une contestation de cette ordonnance a été déposée devant le Tribunal de grande instance de Bar-le-Duc. Des rumeurs insistantes circulent, évoquant une évacuation imminente toutefois.
Face à ces menaces, nous réaffirmons notre pleine et entière solidarité et refusons, par avance, les tentatives de division en cours et à venir.
Cigéo est le pire de tous les grands projets inutiles et dangereux, une absurdité technocratique qui porte en elle les germes d’une catastrophe majeure : plus de 99% de la radioactivité produite par les centrales nucléaires françaises et stockée, sans aucune garantie, au même endroit pendant des milliers d’années. Des bassins de vie entiers, étendus sur plusieurs régions, sont menacés.
Les méthodes antidémocratiques des pouvoirs publics et de l’Andra pour faire passer ce projet en force relèvent de méthodes de corruption indignes et du jamais vu : arrosage financier préalable des populations, des associations, des entreprises et des collectivités locales avant qu’elles aient donné leur avis, intimidation larvée des agriculteurs et des propriétaires pour qu’ils cèdent leurs terrains, petits cadeaux, fausse concertation du public ou d’acteurs institutionnels pour faire croire que la démocratie s’exerce, le président du CA de l’Andra nommé rapporteur à l'Assemblée Nationale de la proposition de loi pour accélérer son propre projet, etc..

C’est face à ce rouleau compresseur sans scrupules, face à ces casseurs de vie et de liens communs, que nous nous dressons dans la forêt de Mandres-en-Barrois, actuel terrain d’annexion illégale de l’Andra. Nous, simples individus révolté-e-s ou membres des associations de lutte contre Cigéo à Bure, affirmons sans réserve que, quelques soient nos pratiques et nos sensibilités, nous sommes toutes et tous solidaires, aujourd’hui, demain et après demain.

Au sein de nos groupes respectifs, nos pratiques de résistance sont différentes et complémentaires : de l’action juridique ou de la pétition à la résistance concrète. Quelles que soient les méthodes utilisées par les uns et les autres, elles sont et seront toujours mille fois plus légitimes que celles des promoteurs du projet, qui cassent et ruinent sans scrupule nos territoires, dans le mépris le plus total de l’avis des populations.
C’est pourquoi, quoiqu’il advienne lors de l’expulsion injuste qui s’annonce, nous resterons soudé-e-s et solidaires dans ce combat commun et nous nous nous engageons à ne pas nous désolidariser publiquement.

Si des incidents se produisent, ils seront de la seule responsabilité des pouvoirs publics, qui s'entêtent à mettre en œuvre ce projet insensé malgré 30 ans d'opposition locale et nationale. Cette forêt est un bien commun qui appartient à toutes et à tous. Nous ne la laisserons pas détruire par les promoteurs d'une politique énergétique irresponsable, au service unique des pouvoirs économiques et d'intérêts financiers qui nous dépassent.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Pour continuer de manifester notre solidarité sans faille,
nous appelons les organisations à signer la lettre de soutien à l'occupation du bois de Mandres
En cas d'expulsion,
nous reviendrons encore plus déterminé-e-s et appelons à bloquer les travaux dès le lendemain à 6 h et à une énorme manifestation de réoccupation le samedi suivant !
Nous appelons le 16/17 juillet,
quelques jours après la possible voire probable validation de la fausse "phase-pilote" de CIGEO à l'Assemblée Nationale, à un grand rassemblement « Barricade contre la poubelle atomique Cigéo/Bure et le nucléaire » dans la forêt libérée de Mandres ! Infos à venir très vite !
PREMIERS SIGNATAIRES
qui seront mis à jour :
Des habitant-e-s et habitué-e-s de Bure et ses environs
ASODEDRA (association pour la sensibilisation de l'opinion sur les dangers de l'enfouissement des déchets radioactifs)
BURESTOP 55 (collectif meusien contre l'enfouissement des déchets radioactifs)
BURE ZONE LIBRE
EODRA (association des élus opposés à l'enfouissement des déchets radioactifs)
Les HABITANTS VIGILANTS de Gondrecourt-le-Château
MNE (Meuse Nature Environnement)
SORTONS DU NUCLEAIRE Moselle
Anti-Atom-Netz TRIER



Article publié le 7 juillet 2016

 

Source : https://www.solidaires.org/BURE-expulsion-des-occupants-de-la-Foret-de-Mandres-en-Barrois-le-7-juillet-a-7

 

 

                                                                        ***************************

 

 

Source : http://burestop.free.fr/spip/spip.php?article726

 

 

APPEL A SOUTIEN / FIL INFO

CIGEO/BURE : ALERTE menace d’expulsion des occupant-es de la forêt

mardi 28 juin 2016

REVUE DE PRESSE

FRANCE TV INFO 2/07/2016
Dans la Meuse, une forêt occupée contre la « poubelle nucléaire » de Bure

EST REPUBLICAIN 28/06/2016
Les occupants du bois de l’Andra sous la menace d’une expulsion

Magazine GOODPLANET INFO
Déchets radioactifs : ordonnance d’expulsion des opposants au projet Cigéo à Bure (Meuse)

FRANCE BLEU 29/06/2016
Projet Cigéo à Bure : les anti-nucléaire menacés d’expulsion

LE MONDE 28/06/2016
Meuse : des opposants au projet de stockage de déchets nucléaires occupant un bois menacés d’expulsion

REPORTERRE 29/06/2016
Près de Bure, les opposants au nucléaire occupent la forêt que veut détruire l’Andra

BASTA ! mag 30/06/2016
A Bure, habitants et paysans refusent que leur territoire devienne une « grande poubelle nucléaire »

COMMUNIQUE

Les occupants du Bois Lejuc à Mandres, à quelques kms de BURE sont sous la menace d’une expulsion imminente : ce matin, les forces de police, vigiles... en nombre, sont venus remettre l’ordonnance d’expulsion immédiate et demander si les occupants voulaient s’en aller.

Depuis, ils sont repartis mais peuvent revenir à tout moment.
Abandonner cette zone à l’ANDRA n’est pas envisageable car trop stratégique (future zone des puits d’accès et d’évacuation de l’hydrogène radioactif) pour son projet de méga-poubelle nucléaire Cigéo.

L’expulsion ne sera pas possible si notre soutien est massif et sans faille.
Opposons-leur une riposte nationale : appel à venir sur place à soutenir massivement, même de loin ; signature de communiqués de soutien, alerte des médias et riposte à l’examen ces jours à venir de la proposition de loi Longuet / Cigéo à l’Assemblée nationale.

Dans l’immédiat, pour tous ceux qui le peuvent, vous êtes attendus sur place le plus vite possible et éventuellement pour y rester dormir.
Il faudra du relais ce soir et les jours d’après.
Toutes les présences seront des freins à l’expulsion. Chaque jour qui passe est une victoire contre Cigéo.
Avec vous tous, on va tenir bon !

Des occupant-es de la forêt, des habitant-es et des associations opposées à Cigéo/BURE
FIL INFOS/contact > sauvonslaforet@riseup.net - http://vmc.camp/

Associations et organisations : signez l’appel à soutien > Merci !

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions Ils réagissent
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 14:50

 

 

 

 

 

 

Source : http://garetgvaucoeurdenimes.collectif-citoyen.fr/

 

 

POUR LE MAINTIEN DE LA DESSERTE TGV A NIMES FEUCHERES.

 

Gardons notre gare TGV au Cœur de Nîmes

 

« Après le premier comité de pilotage concernant la gare de Manduel, qui s’est tenu en préfecture de Nîmes la semaine dernière, le Parti Communiste et EELV ont une nouvelle fois apportés leur contradiction.

Deux voies seraient supprimées, permettant une économie suffisante pour financer une navette entre la gare de Nîmes et celle de Manduel, d’un coût d’environ 15 millions d’euros. Un nouveau changement qui, selon les opposants, prouve une nouvelle fois l’inutilité de cette construction. »

 

 

 

 

Pétition pour la conservation de la gare TGV au cœur de Nîmes

Pétition pour la conservation de la gare TGV au cœur de Nîmes

PétitionNos anciens ont compris cette évidence de placer les gares ferroviaires près des centres villes. Pour les Nîmois le choix s’est porté au bas de la belle avenue Feuchères. La gare est multimodale par nature : elle est desservie par les TER, INTERCITES, TGV depuis plus de 30 ans. Les aménagements successifs ont renforcé cette centralité avec le Triangle de la gare, la gare routière, 21 lignes du réseau Tango s’y croisent, bientôt le Tram’Bus T2. L’accès piétonnier et 2 roues est aisé.

Emprunter les TGV au cœur de l’AGGLO est apprécié de tous, étrangers et gardois. C’est un avantage qui a été refusé aux villes moyennes de province à qui on a demandé de financer des gares extérieures incommodes, les trop fameuses gares « betteraves ».

La ligne ferroviaire à grande vitesse se prolonge à partir de Manduel avec le Contournement de Nîmes et de Montpellier, section « mixte » destinée aux trains de fret et aux TGV ; une « Première » en France. C’est un investissement que nous approuvons.  Il favorise le désengorgement de la ligne classique proche de la saturation.

Le chantier en cours ne comporte pas la construction de gares.

A partir du 1er janvier 2018 les trains de fret emprunteront le Contournement ce qui soulagera grandement la ligne historique Nîmes-Montpellier. Il en sera de même pour les gares de Nîmes Centre et Montpellier St Roch dont la capacité sera assurée pour plusieurs décennies.

Dès lors, la construction de gares extérieures tant à Manduel qu’à Montpellier la Mogère est largement prématurée. Ces gares seraient inutiles et superflues pour longtemps, seulement génératrices de besoins de transport parasites assurés essentiellement par la voiture individuelle.

Pour toutes ces raisons : financières, énergétiques, écologiques, ne laisspns pas faire cette folie !

Il faut s’opposer à la construction d’une gare à Manduel dont le projet est actuellement à zéro : pas de plan, pas d’enquête publique, pas de marché, pas de contrat.

 

Pour le maintien de la desserte TGV à Nîmes-Feuchères : signez ici.

 

 

 

 

http://garetgvaucoeurdenimes.collectif-citoyen.fr/wp-content/uploads/2016/07/Midi-Libre-20160709.jpg

 

 

 

 

 

 

 

POUR LE MAINTIEN DE LA DESSERTE TGV A NIMES FEUCHERES.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 14:35

 

Info reçue par mail

 

 

 

suite de la mobilisation pour les missions locales:

Rassemblement Lundi 18 Juillet devant le conseil départemental (derrière la préfecture).

 


De : CNT 30 <cnt.30@cnt-f.org>
 
 

 

Cher-es Camarades,

Nous venons de l'apprendre : Comme il s'y était engagé, le Département a
donc convoqué pour le lundi 18 Juillet à 14h les Directions & Présidences
des Missions Locales mais aussi leurs financeurs principaux.  Drôle de
posture pour un Département qui annonçait il y a peu son désengagement
total.... Gageons donc que la montagne n'accouchera pas d'une souris, que
ce n'est pas qu'un écran de fumée, et que seuls les moyens de licencier
les salarié-es en 2016 ne soit à l'ordre du jour.......

Nous vous proposons donc un petit rassemblement symbolique de vigilance ce même lundi 18 Juillet à 13h30 devant le siège du Département - rue
Guillemette. Des salarié-es concerné-es ou solidaires seront présent-es.
Merci de nous signaler votre venue pour marquer votre présence & vigilance
syndicale (avec drapeaux & autocollants si possible).

Pour rappel des dernières échéances et initiatives....

A l'appel de l'intersyndicale gardoise, 120 personnes (dont 70 salarié-es
des Missions Locales) se sont rassemblées le vendredi 24 Juin 2016 au
matin devant le siège du Département à Nîmes à l'heure où se tenait le
Conseil Départemental du Gard en séance plénière.

Après différentes interventions publiques, les manifestant-es ont investi
nombreux et nombreuses l'amphithéâtre où se tenait l'assemblée
départementale.

- Une prise de parole s'est faite devant l'assemblée (voir texte ci-dessous);
- Une remise de la pétition directement au Président du Département (Mr
BOUAD Denis - PS) ;
- La remise symbolique du panneau "Accompagnement social" décroché de la façade de la Mission Locale de Nîmes pour l'occasion (voir photo de la
tribune au Conseil Départemental).

Après une audience avec l'intersyndicale le mardi 21 Juin 2016, Mr BOUAD a renouvelé sa déclaration en affirmant vouloir recevoir les Directeurs, les
Présidents, et les financeurs (?) des Missions Locales du Gard pour
trouver une solution avant le 15/7. Ce sera finalement le 18/7.

Plusieurs articles de presse ont fait état de la situation (Midi Libre, La
Gazette, France Bleue GL, Objectif Gard, TV sud, le Réveil du Midi).
Quelques articles en ligne :
https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/les-missions-locales-du-gard-privees-de-subventions-1463631276

 
 
Le département du Gard ne financera quasiment plus les missions locales. Après avoir baissé ses subventions il y a deux ans, le Conseil départemental a décidé ...



http://www.tvsud.fr/?keys=mission+locale

https://www.objectifgard.com/2016/06/24/gard-les-missions-locales-sinvitent-au-conseil-departemental/

Mr BOUAD y déclare ne pas vouloir laisser mourrir "la" Mission Locale,
comme si l'enjeu n'était que financier, budgétaire....

Mr DUPRE, Président du Conseil National de Missions Locales (CNML) a
adressé le 21 Juin 2016 un courrier au Président du Département du Gard
pour lui rappeler que le "Suppression totale de ces crédits auraient de
lourdes conséquences sur le fonctionnement des Missions Locales du Gard et
risquerait d'aboutir à la suppression des personnels sociaux (assistantes
sociales et psychologues). Cela nuirait fortement à l'accompagnement des
jeunes en situation de grande précarité, notamment dans les zones rurales
où se posent de nombreux problèmes de mobilité". Et plus loin de demander
de "bien vouloir rééxaminer votre décision de suppression des crédits
alloués aux Missions Locales du Gard".

Merci pour votre soutien attentif et votre mobilisation !

Recevez nos salutations syndicalistes révolutionnaires,
La CNT 30.



                                                   
====================

Monsieur le Président,


Mesdames et Messieurs les conseillers départementaux du Gard,
Rassemblés ce jour, nous entendons dénoncé le désengagement intégral du
Département du Gard des 5 Missions Locales Jeunes du Gard et ses
conséquences désastreuses pour nos services et la jeunesse du territoire
en demande d’insertion sociale et professionnelle.
Les suppressions de crédits aux Missions Locales s’élèvent à présent à
plus de 400 000€ en 5 ans, c’est considérable !

Entre 2011 et 2014, c’est déjà plus de 200 000€ de suppression des crédits
Insertion liées à l’accompagnement socio-professionnelle des bénéficiaires
du RSA de moins de 25 ans. En 2016, c’est l’annonce de 180 000€ pour le
financement fléché des postes d'Assistants sociaux et de psychologues,
soit pour 10 postes au total dont 9 temps partiel.
Or, sur un déficit annoncé de 25 000 000€ en 2016 de la collectivité
départementale, l'apport de subvention aux Missions Locales ne
représentait que 0,7% (180 000€). Ce qui, pour contribution à l’insertion
des jeunes, était déjà très bas.

Alors que la moyenne nationale contributive des Départements aux Missions
Locales est égale 5% environ, le Département ne financera donc plus demain
que moins de 0,5%, autant dire plus rien.
Le fait que le Département affirme privilégier ses missions dites «
obligatoires » (RSA, protection de l'enfance, routes, etc....) ne le
dédouane pas pour autant de son obligation en matière d'action sociale et
d'insertion des 16-25 ans.

Parce que "non bénéficiaire du RSA", les jeunes majeurs seraient-ils
victimes d'une double peine et d'un désintérêt de leur Département? Faute
d'un accompagnement global performant, ne seront-ils pas les premiers à
solliciter le RSA à 25 ans?

Une large partie de la jeunesse du Gard connait une situation extrêmement
difficile et concentrent tous les indicateurs d’alertes sociaux : 1ère
catégorie de chômage, 1ère catégorie de SDF, de suicide, de précarité, de
radicalisation, de prostitution, de recours aux addictions, de
"délinquance" de survie, etc.

Par l’ensemble des établissements d’insertion ou d’action sociale,
services du Département compris, les jeunes sont déjà ré-adressées
massivement vers les Missions Locales pour leurs compétences en matière
d'écoute et d'accompagnement global pour l’insertion socioprofessionnelle.

Les Missions Locales jouent un rôle majeur de repère pour les jeunes et de
cohésion sociale pour la société d’aujourd’hui.

Contrairement à vos affirmations nouvelles, les Centres Médico sociaux du
Département ou les Centres Médico psychologiques des Centre hospitalier
n’offriront jamais la capacité, la qualité accueil, et la réactivité utile
des Missions Locales. Il est d’ailleurs admis que les jeunes en
difficultés des quartiers dits "prioritaires" ne souhaitent pas consulter
les services sociaux de leurs propres parents... Services sociaux qui
n’intègrent d’ailleurs suffisamment de compétences réunies pour satisfaire
à leurs préoccupations en matière d’emploi et de formation.
Alors qu’ils sont pris en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance puis dans
le cadre des Aides aux Jeunes Majeurs (AJM), parfois depuis la naissance,
chaque année entre 100 et 200 jeunes majeurs sont invité.es par vos
services, avant la fin de leur 20 ans, à trouver une solution d’autonomie
dans le "droit commun". Tout le monde s’accordera à dire « qu’être
réellement autonome à 20 ans » est un leurre dans la société actuelle. Nos
propres enfants ne le sont pas eux-mêmes….

Sur les différents territoires, les Maisons d’enfants et les services du
Département ne le savent que trop bien, seules les Missions Locales
proposent entre 18 et 25 ans un accompagnement global à ces jeunes souvent
sans solution durable à l’emploi, peu qualifiés, sans revenus, sans
solvabilité logement, et bien sûr sans soutien familial fiable.
Quel avenir et quels interlocuteurs demain pour ces jeunes en errance
entre fins de prises en charge ASE et absence de revenu minimum garanti
avant 25 ans?

Depuis toujours, les assistants sociaux et psychologues des Missions
Locales jouent ce rôle de soutien aux accompagnements de ces jeunes auprès
de leurs collègues conseillers d'insertion professionnels.
Ainsi, par son désengagement, le Département du Gard remet
fondamentalement en cause le socle associatif et la raison d'être des
associations Missions Locales dont les équipes pluridisciplinaires
permettent sur guichet unique à chaque jeune de trouver une place dans
notre société.

Les Missions Locales désinvesties de leurs capacités d'interventions
psychosociales ne s'apparenteront qu'à l'équivalent d'un "Pôle Emploi
Jeunes". La suppression de l’intervention des assistants sociaux et
psychologues entraînera inévitablement un désinvestissement de l'axe
psychosocial par les conseillers d’insertions, l'arrêt brutal de
l'approche globale, et une remise en cause directe de l'ADN des Missions
Locales Jeunes.

Même les équipes de la Garantie Jeunes présentes ici, soutenues par des
crédits Etat – Europe à vocation Emploi, soulignent la nécessité d’être
épaulées par des professionnels qualifiés d’intervention psychosociale
dans leurs missions d’accompagnement à l’emploi des jeunes les plus en
difficulté.

Enfin, et pour parer à ce jeu de ping pong devenu si coutumier ici bas, il
apparaît par ailleurs qu’aucune collectivité ne viendra directement
compenser les crédits d’action sociale aux Missions Locales. Action
sociale qui reste dans la configuration actuelle de la territorialisation
pleine compétence du Département.

Le délaissement des jeunes, et notamment des jeunes issus de l’ASE dont
vous avez la charge morale au delà des circuits de l’enfance, n'entraînera
que montée de la délinquance, de l'emprisonnement, de la psychiatrisation,
de la radicalisation, et le développement de toute autre recherche de
solutions propres à la dimension d’une survie extra-légale.

Nous demandons donc instamment à votre assemblée départementale de
réétudier l’annonce de ces suppressions de crédits au profit de la
continuité du travail pluridisciplinaire en Mission locale et une prise en
compte globale et efficace des besoins des jeunes que nous accompagnons.

 

 

 

 

Repost 0
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 20:38

 

Source : http://www.objectifgard.com

 

NÎMES Manifestation antifasciste en hommage à Clément Méric, ce samedi matin !

 

 

 

manif-antiracisme

Le 5 juin 2013 Clément Méric, syndicaliste étudiant et militant antifasciste, était tué par des militants d’extrême droite.

Comme tous les ans depuis le 5 juin 2013, Solidaires Gard organise avec différentes organisations une manifestation antifasciste en hommage à Clément Méric.

Cette manifestation aura lieu ce samedi 2 juillet 2016 à 10h30 Place d’Assas à Nîmes.

Les organisations appelant à cette manifestation sont : Solidaires, CNT, CGA, NPA, CGT Nîmes, Nuit debout, AL, Scalp, FSU.

 

 

Source : http://www.objectifgard.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions Ils réagissent
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 13:08

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/juliette-keating

 

 

Gloire à Areva, bienfaitrice de l'humanité !

 
 
 
Areva, on l'encense ou elle se venge. Quand il s'agit d'évoquer la multinationale du nucléaire français, il faut choisir son vocabulaire et plutôt dans le glossaire des louanges, si on ne veut pas être traîné au tribunal. Areva intente un procès en diffamation à Jean-Jacques MU, ancien blogueur du Club Mediapart, pour avoir relayé un article critique de la Coordination Anti-nucléaire du Sud-Est.
 © Fournier (pour la Gueule Ouverte) © Fournier (pour la Gueule Ouverte)

 

Areva, on l'encense ou elle se venge. Quand il s'agit d'évoquer le géant du nucléaire français, il faut choisir son vocabulaire et plutôt dans le glossaire des louanges, si on ne veut pas se voir traîner au tribunal. Déjà en 1974, le canard écologiste antinucléaire La Gueule Ouverte, qui ne mâchait pas ses mots, avertissait ses lecteurs : « les multinationales, fascisme sans frontières. » Heil Areva ! Aujourd'hui la liberté d'informer sur les horreurs et les magouilles du nucléaire ne s'exerce qu'aux risques et périls du citoyen qui se croyait, encore un peu, en démocratie.

Et puisqu'il nous faut savoir que nul n'est assez petit pour l'oser défier, Areva sort le marteau-pilon pour écraser la mouche du coche : JJMU, retraité blogueur, n'appartenant à aucun groupe ni aucun parti. Jean-Jacques MU est poursuivi en correctionnelle par Areva pour diffamation. Le délit ? Avoir relayé un article de la CAN-84 (Coordination Anti-nucléaire Sud-Est) sur son blog hébergé par Mediapart.

 

Jean-Jacques MU © Sophie Leleu/ABC'éditions Jean-Jacques MU © Sophie Leleu/ABC'éditions
 

Le 27 juillet 2014, Areva repère l'article relayé par Jean-Jacques Mu sur les référentiels Mediapart. Les avocats relèvent des termes qui peuvent être traduits pour diffamation devant les tribunaux : ils interpellent Mediapart qui retire immédiatement l'article incriminé. L'affaire aurait pu en rester là. Mais, quelques jours après (le 31 juillet 2014), Areva constate que Jean-Jacques MU a publié un nouveau billet, en retirant les mots qui fâchent, mais qui donne le lien vers le même article de la CAN Sud-Est. Au cours du mois d'août 2014, les avocats de la multinationale ne chôment pas : ils paient un huissier qui trace les codes IP de l'administrateur de la Coordination Anti-nucléaire ainsi que ceux du blogueur. La CAN est un collectif, il n'y a pas d'auteur unique de l'article : qu'importe, Areva porte plainte contre X et... contre Jean-Jacques MU, en s'appuyant sur la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, laquelle stipule que si l'on ne peut condamner l'auteur des termes jugés diffamatoires, on condamnera l'éditeur de ces mots, ses supports, ses diffuseurs, ses colporteurs et donc, au vingt-et-unième siècle, ses blogueurs-relayeurs.

 

Jean-Jacques MU risque une condamnation pour avoir diffusé sur son blog un article de la Coordination Anti-nucléaire du Sud-Est, qu'il jugeait important de porter à la connaissance du public.

De quoi s'agissait-il ? Du conseil municipal d'Avignon et de la signature d'un contrat entre la ville et la Fondation Areva. Comme toutes les multinationales bienfaitrices de l'humanité, Areva possède une fondation qui subventionne, entre autres, des projets éducatifs. Mieux vaut fourrer très tôt dans la tête des « enfants de ZEP » la propagande les conditionnant à aduler les ogres du profit qui les exploiteront toute leur vie en détruisant la planète : ça coûte pas cher et ça rapporte gros. Et comme l’Éducation nationale a les poches de plus en plus vides, l'argent, même radioactif, n'a plus d'odeur. L'article de la CAN84 reproche vertement à certains élus EELV de n'avoir pas voté contre la signature de ce contrat avec la Fondation Areva : ils n'ont pas voté du tout, en sortant de la pièce au moment opportun.

Areva n'était donc qu'un point secondaire de l'article relayé par Jean-Jacques MU, qui visait le conseil municipal d'Avignon. Pourtant, la multinationale attaque la CAN84 et le blogueur, pour une poignée de formules qu'elle estime diffamatoire parce qu'elles sont critiques. Laisser parler à son sujet de « géant de la mort nucléaire », c'est mauvais pour l'image de la marque, et tant pis si, depuis les sales mines d'uranium jusqu'à son exploitation dans les centrales, la tambouille nucléaire n'a rien de propret ni de favorable à l'avenir radieux que nous promettent les publicités. Braves gens, n'évoquez jamais « les crimes d'Areva », quand il vous revient en mémoire que le nucléaire, ce fleuron de l'industrie française, fait planer sur des populations entières des risques permanents. Oubliez Fukushima, oubliez Tchernobyl, oubliez les cancers de la thyroïde qui frappent massivement les populations d'enfants contaminés lors des catastrophes nucléaires qui ont détruit leurs villes, ne prononcez pas les mots « contaminer et tuer des enfants », ils pourraient être mal perçus par la susceptible Areva qui n'hésitera pas à vous coller un procès.

Il est bien évident que le relais, in-extenso pendant seulement 24 heures, d'un article de la CAN84 sur le blog de Jean-Jacques MU, n'a pas porté atteinte aux affaires notoirement florissantes de la multinationale du nucléaire. Areva, qui réussit l'exploit de se mettre en danger économique tout en brassant des milliards, supporte très mal les critiques des simples citoyens et montre une exigence bien plus grande sur les mots contenus dans un article relayé par un blog que sur la sécurité des travailleurs dans ses mines d'uranium au Niger.

Puisque ce sont les libertés d'information et d'expression que menace Areva à travers ce procès en diffamation qui se tiendra au TGI de Paris le 30 août 2016, il nous revient de soutenir Jean-Jacques MU, en faisant largement connaître cette affaire, en étant présent devant le tribunal le jour du procès, en participant à la cagnotte qui lui donnera les moyens qu'il n'a pas, pour préparer sa défense.

A l'heure où les multinationales font condamner les lanceurs d'alerte et traquent les citoyens ordinaires qui osent les critiquer, répondons : non, nous ne nous tairons pas !

Lire l'article de Corinne N sur son édition

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/juliette-keating

 

 

 

                                                                             ******************************

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/edition

 

 

Quand Areva s'attaque à un «pôt de terre»... Aidons notre ami JJMU !

 
 
 
La multinationale AREVA intente un procès en diffamation à JJMU pour avoir relayé un article d’anti-nucléaires qui dénonçait fin juillet 2014 ses pratiques d’auto-promotion au sein d’établissements scolaires de la ville d’Avignon...

La multinationale AREVA m’intente un procès en diffamation pour avoir relayé un article antinucléaire qui dénonçait fin juillet 2014 des pratiques d’autopromotion au sein d’établissements scolaires de la ville d’Avignon. Face au droit, j’ai la loi pour moi, ma bonne foi, la liberté d’expression, mes propos mesurés, la vérification de sources authentiques et fiables (CRIIRAD, Observatoire du nucléaire, Sortir du nucléaire...). Je me sens capable de me présenter au tribunal sans avocat, j’ai seulement besoin de sérénité à partir de conseils judicieux qui m’éviteraient des contre-sens et de grossières erreurs qui pourraient m’être fatales. Les frais de conseils juridiques, de consultations de dossiers, d'envois des pièces et de reprographie, de circulation... dépassent la retraite que je touche. Votre relai renforcera mon énergie et la confiance dont j'ai à me remplir avant la convocation au TGI de Paris le mardi 30 août 2016, à 13h 30. Votre soutien, vos réseaux et vos dons, si modestes soient-ils, me seront précieux.

D'avance merci.

Jean-Jacques M’µ" (blog Mediapart de JJMU)

(pdf, 1.7 MB)

Pour lui venir en aide, lui apporter des conseils... cliquer ici !

Nous pourrions être nombreux à être attaqués par Areva pour la même raison...

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/edition

 

Repost 0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 15:03

 

La protestation contre la loi Travail a pris une nouvelle dimension avec la multiplication des actions, mobilisations et grèves. Elles doivent se propager dans de nombreux secteurs d’activités pour obtenir le retrait de cette loi, véritable régression sociale qui veut supprimer de nombreux droits ! Aujourd'hui, plus de deux Francais sur trois se déclarent opposés à cette loi. 
 
Depuis le mois de mai, dans de nombreux secteurs et entreprises, les salarié.es ont lancé des grèves reconductibles (raffineries, éboueurs, SNCF, routiers, aviation civile, RATP, dockers, ADP…) sans oublier les étudiants, lycéens qui continuent de se mobiliser malgré les examens.  Leurs revendications ne sont pas spécifiques à un secteur d’activité : il s’agit d’une grève reconductible qui vise à obtenir notamment le retrait de la loi Travail.  
 
Pour soutenir les salarié.es grévistes jusqu’au retrait de la loi, nous lançons un appel à la solidarité financière qui sera redistribuée à des travailleurs en lutte en France. Tout salarié, qu'il soit syndiqué ou non, peut bénéficier de cette caisse de grève. De même toute organisation syndicale peut solliciter une solidarité financière dès lors qu'elle s'engage à signer la charte d'utilisation (élaborée avec les donateurs) et qu'elle partage l'objectif du retrait de la loi travail. Enfin, une totale transparence est assurée auprès des donateurs qui sont par ailleurs informés et associés à la gestion de cette initiative.
 
L’ensemble des sommes récoltées sera reversé à partir du 30 mai aux salarié.e.s en grève reconductible selon les modalités déterminées par leurs représentants.
 
Ils se battent pour nos droits et pour l'avenir de nos enfants. Soyons solidaires et apportons notre solidarité financière. Nous avons besoin de votre soutien ! Merci de votre aide.
 

 

MONTANT DE LA CAISSE DE GRÈVE AU 21 JUIN 2016 : 
471 439 EUROS

 

 Faire un don en ligne :

https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

 

Faire un don par chèque ou en liquide :

Remplir et renvoyer le bulletin ci-dessous

  

  


 

Les donateurs

Voir onglet "participants" sur LePotCommun.fr

 

 

Affiche

 

 

 

 

 

Source : http://infocomcgt.fr

 

 

 

                                                                               *************************

 

 

 

 

Source : https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

 

 

7 714 participants

384 141.47 € récoltés

 

 

Solidarité financière avec les salariés en grève

~ Organisé par : Info'Com-CGT ~

 

La protestation contre la loi Travail a pris une nouvelle dimension avec la multiplication des actions, mobilisations et grèves. Elles doivent se propager dans de nombreux secteurs d’activités pour obtenir le retrait de cette loi, véritable régression sociale qui veut supprimer de nombreux droits ! Aujourd'hui, plus de deux Francais sur trois se déclarent opposés à cette loi. 
 
Depuis le mois de mai, dans de nombreux secteurs et entreprises, les salarié.es ont lancé des grèves reconductibles (raffineries, éboueurs, SNCF, routiers, aviation civile, RATP, dockers, ADP…) sans oublier les étudiants, lycéens qui continuent de se mobiliser malgré les examens.  Leurs revendications ne sont pas spécifiques à un secteur d’activité : il s’agit d’une grève reconductible qui vise à obtenir notamment le retrait de la loi Travail.  
 
Pour soutenir les salarié.es grévistes jusqu’au retrait de la loi, nous lançons un appel à la solidarité financière qui sera redistribuée à des travailleurs en lutte en France. Tout salarié, qu'il soit syndiqué ou non, peut bénéficier de cette caisse de grève. De même toute organisation syndicale peut solliciter une solidarité financière dès lors qu'elle s'engage à signer la charte d'utilisation (élaborée avec les donateurs) et qu'elle partage l'objectif du retrait de la loi travail. Enfin, une totale transparence est assurée auprès des donateurs qui sont par ailleurs informés et associés à la gestion de cette initiative.
 
L’ensemble des sommes récoltées sera reversé à partir du 30 mai aux salarié.e.s en grève reconductible selon les modalités déterminées par leurs représentants.
 
La collecte se poursuit au moins jusqu'au retrait de la loi Travail.
 
AIDONS-LES À TENIR ET SOYONS SOLIDAIRES :
• En faisant un don en ligne sur ce site sécurisé
• ou en renvoyant votre chèque (à l’ordre d’Info’Com-CGT), accompagné du bulletin à remplir ici : http://goo.gl/MvB5sg
 
EN SAVOIR PLUS
• Tout savoir sur cette initiative : http://goo.gl/FO4hxW
 
 Nous avons besoin de votre soutien ! Merci de votre aide.
 
 
-------------
Initiative des syndicats Info'Com-CGT , CGT Air France, CGT Goodyear, Syndicat des Imprimeries Parisiennes CGT…
 
 
 
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Appels et pétitions
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22