Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 20:47

 

 

http://lareleveetlapeste.fr/wp-content/uploads/2016/11/image-couv-site-098762-1024x683.jpg

 

Source : http://lareleveetlapeste.fr/coca-cola-pille-leau-de-planete-assoiffe-peuples-boycott-simpose/

 

 

Coca-Cola pille l’eau de notre planète et assoiffe des peuples. Le boycott s’impose !

 

 

 

L’invasion du Coca Cola n’impacte pas seulement sur l’obésité. Alors qu’environ 35 % des adultes américains sont obèses et 69 % en surpoids, on pourrait tout simplement s’arrêter là, ou ralentir notre consommation… mais ce ne sont pas les seules conséquences de la marque de sodas.

A force de vouloir s’implanter sur chaque parcelle de la terre, les firmes américaines oublient (ou plutôt ne veulent pas voir) que leur suprématie a des conséquences. Un appel au boycott a été lancé, au nom de la préservation des nappes phréatiques. Coca Cola utilise 300 milliards de litres d’eau pour sa consommation, tous continents confondus. Mais dans certains pays qui sont déjà en pénurie d’eau potable, cette méthode est une provocation.

Coca Cola Company a voulu se racheter une conscience ou plutôt plusieurs, premièrement en arrosant généreusement les associations de santé publique pour redorer leur image, deuxièmement en voulant faire passer l’environnement pour l’une de ses priorité. En effet, dans une publicité visible depuis quelques mois, la firme prétend traiter les eaux usées et les rendre à nouveau propres à la consommation. Tout en continuant de puiser de l’eau pure dans les nappes phréatiques. Pourquoi ne pas faire l’inverse ? Visiblement l’idée était moins glamour.

La conséquence directe de ce prélèvement d’eau potable est la privation des populations. Toutes les maladies, problèmes d’hygiène et infections trouvent leur source dans la mauvaise qualité de l’eau, notamment en Inde où 1,5 million de litres d’eau sont prélevés chaque jour. Avec un chiffre d’affaires qui s’élève à 41 milliards de dollars par an, l’investissement minimum dans la préservation voire la réparation des enjeux environnementaux, aurait été bien accueillie.

Voici ce que demande la campagne de boycott à Coca Cola :

– Plutôt que d’utiliser l’eau des nappes phréatiques et de rejeter des eaux usées traitées, utilisez de l’eau traitée pour votre production.
– Indemnisez les peuples à la juste valeur de votre impact.
– Ne laissez plus personne sans eau potable dans les régions où vous êtes installés et où vous installerez vos nouvelles unités de production et de distribution.
– Financez des réseaux gratuits d’eau potable en collaboration avec les gouvernements.
N’usez plus de pratiques lobbyistes afin d’obtenir des quotas de prélèvement.

Le boycott est une pratique souvent banalisée, ou plutôt, sous-estimée. C’est une pratique difficile, car combien d’entre nous ont la volonté de ne plus céder, de ne plus consommer ? Combien d’entre nous se soucient des coulisses de la consommation ? Les personnes qui lisent cet article appartiennent à un public averti qui sait déjà ce qu’est être responsable. Le problème, ce sont ceux qui ne savent pas. “Savoir, c’est pouvoir”…cette phrase du philosophe londonien Francis Bacon, résumera donc en trois mots la complexité d’un enjeu collectif.

 

 

 

 

Commandez votre nouveau Livre-Journal en cliquant sur l’image !

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social album Appels et pétitions
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 14:37

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/pierre-alain-mannoni/blog

 

 

Pourquoi j’ai secouru des réfugiés



Pierre-Alain Mannoni est poursuivi en justice pour avoir secouru des réfugiés, il passera en procès à Nice, la date sera définie bientôt. Voici son message :
 

J’ai 45 ans et 2 enfants. Je suis fonctionnaire de l’Education Nationale, Ingénieur d'Etude dans un laboratoire de recherche du CNRS / Université Nice Sophia Antipolis et également enseignant à la Faculté des Sciences. Je n'étais pas jusqu’à présent militant politique ou associatif.

Dans ma famille on est Corse. J’ai passé toutes mes vacances au village dans la maison de mon grand-père, le médecin du canton qui faisait ses visites à cheval. Au village, presque 50 ans après sa mort, les gens en parlent encore car que ce soit en pleine nuit à l’autre bout du canton, que ce soit un bandit blessé ou un paysan qui n’ait pas de quoi payer, il soignait. Dans les récits que me racontait mon père et dans les expériences que j’ai vécu là-bas, j’ai appris et compris qu’on ne laisse pas quelqu’un en danger sur le bord de la route, d’abord parce que c’est la montagne mais aussi parce que c’est une question de dignité. Ou d’honneur comme on dit.

J’ai la chance d’avoir des enfants et en tant que père avec la garde partagée, j’ai pris cette tâche pas évidente très au sérieux. Pas évidente car aujourd’hui le monde va mal que ce soit d’un point de vue social ou environnemental alors au delà d’une “bonne situation”, ce que je souhaite pour mes enfants, c’est qu’ils soient l’espoir d’un monde meilleur.

Le Dimanche 16 octobre en rentrant en voiture de la fête de la brebis à la Brigue avec ma fille de 12 ans, nous avons secourus 4 jeunes du Darfour. Ce village français est dans la vallée de la Roya qui est frontalière de Vintimille en Italie. C’est dans cette vallée que sont régulièrement secourus hommes mais surtout femmes et enfants qui se trouvent sur ces routes de montagnes et qu’on appelle migrants. Ces 4 jeunes étaient complètement perdus et se dirigeaient à pied, certains en bermuda, vers les montagnes enneigées. Avec ma fille on les a ramené à Nice, ils ont mangés et dormi avec nous dans mon appartement de 40m2. Le lendemain comme tous les jours d’école nous nous sommes levés à 6h15. Ils sont venus avec moi déposer ma fille à l’école puis je les ai déposé dans une petite gare peu surveillée par la police et je leur ai payé un billet de train pour la première partie du trajet. Ils devaient retrouver leur famille à Marseille.

C’était ma première action de secours envers ces “migrants”. Pourquoi je l’ai fait ce jour là ? Jusqu’à présent avec mes enfants j’avais déposé des vêtements à la croix rouge à Vintimille, des chaussures, un sac à dos, pour aider mais aussi pour leur montrer qu’il y a des injustices dans le monde et que chacun de nous peut faire quelque chose... Là c’était la deuxième fois que je voyais un groupe sur le bord de la route. La première fois j’avais hésité, je n’avais pas eu le courage, mais cette fois-ci il y avait ma fille et j’ai pu lui montrer l’exemple.

Le lendemain lundi 17 octobre, après une soirée chez des amis dans cette même vallée, sur le retour vers Nice, je décide de m'arrêter dans ce camp pour migrant à St Dalmas de Tende, un bâtiment désaffecté pour colonies de vacances de la SNCF qui a été ouvert en urgence quelques heures auparavant, sans autorisation, par un collectif d’associations dont la Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International et un tas d'associations nationales et locales. L’ouverture de ce lieu à fait l’objet d’un communiqué de ces associations dans les médias. Je sais bien que mon retour vers Nice est une opportunité d’en sortir quelques-un de ce lieu sans eau ni électricité et ou la température en pleine nuit ne doit pas dépasser 10 degrés. Je décide d’en ramener chez moi et de les déposer à la gare le lendemain.

Ce sont 3 filles qu’on vient d’aller chercher à l’étage. Elles sont contentes de ma proposition me dit on car elles sont attendues par une association à Marseille pour être soignées. Quand je les vois mon coeur se déchire. Elles ont peur, elles ont froid, elles sont épuisées, elles ont des pansements aux mains, aux jambes, l’une boite en faisant des grimaces de douleurs et l’autres ne peut pas porter son sac avec sa main blessée. J’apprendrais plus tard que l’une d’elles est la cousine de la jeune fille tuée sur l’autoroute vers Menton quelques semaines avant. Elles ne parlent ni français, ni anglais. Il faut marcher une centaine de mètres pour rejoindre ma voiture et cela prend très longtemps car l’une marche très difficilement. J’en profite pour essayer de savoir de quel pays elles sont. Erythrée. Une fois dans la voiture, je constate qu’elles n’ont jamais utilisé de ceinture de sécurité. Je suis dans l’embarras de m’approcher d’elles qui ont peur pour leur mettre la ceinture. Elles n’ont pas peur de moi mais dans leurs yeux je lis qu’elles savent que rien n’est gagné. Il ne faut pas être un génie pour comprendre qu’au long des 6000 km qu’elles ont fait pour arriver jusqu’ici, elles ont fréquenté la mort et le cortège d’horreurs qu’on n’ose imaginer. Je démarre avec à mon bord ces filles dont je dois prendre soin et que je dois amener à bon port. J’éteins la radio, la situation est suffisamment incroyable.

Nous n’arriverons pas à Nice. Au péage de la Turbie les gendarmes nous arrêtent et nous conduisent à la Police de l’Air et des Frontières. Ils m’ont séparé des Érythréennes. Ce n’est pas clair ce qu’ils ont fait d’elles mais je ne crois pas qu’elles aient été soignées. Elles auraient été renvoyées au sud de l’Italie comme ça se fait souvent. Les policiers m’ont dit qu’au moins l’une d’elle était mineure. Je n’ai pas réussi à les protéger.

Après 36h de garde à vue, j’ai été libéré sous contrôle judiciaire. Ma voiture a été saisie ainsi que mon téléphone et je n’ai pas le droit de quitter Nice sauf pour emmener mes enfants à l’école mais il n’y pas de transport en commun à moins de les réveiller à 5h30 du matin. Mon procès sera  renvoyé à une date ultérieure, à la même date que celui de Cédric Herrou membre d’associations humanitaires qui secourent les personnes en danger dans la vallée de la Roya et qui est également poursuivi pour avoir aidé des étrangers.

Le lendemain de ma libération, alors que, coup du sort, je me retrouvais à essayer de stopper l'hémorragie d'un accidenté de la route qui se vidait de son sang en bas de chez moi, un “jeune migrant” est mort percuté par une voiture sur l’autoroute à Menton, il a été projeté par dessus le parapet du viaduc et a fait une chute de plusieurs dizaines de mètres. Venu du bout du monde, perdu sur l’autoroute et mort à 20 km de chez moi.

Mon geste n’est ni politique, ni militant, il est simplement humain et n’importe quel citoyen lambda aurait pu le faire et que ce soit pour l’honneur de notre patrie, pour notre dignité d’hommes libres, pour nos valeurs, nos croyances, par amour ou par compassion nous ne devons pas laisser des victimes mourir devant nos portes. L’histoire et l’actualité nous montrent suffisamment que la discrimination mène aux plus grandes horreurs et pour que l’histoire ne se répète plus, nous devons valoriser la solidarité et éduquer nos enfants par l’exemple.

Pierre-Alain Mannoni 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/pierre-alain-mannoni/blog

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Appels et pétitions
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 22:42

 

 

Info reçue par mail

 

 

 

Message du personnel du Conseil départemental du Gard



Avis à toutes les personnes prêtes à faire pression pour empêcher 25
mises au chômage supplémentaires sur la zone d'Alès et environ: près de
100 agents contractuels au total sur le département seront non
renouvelés au 31 décembre, ce qui s'ajoute à près de 200 départs à la
retraite par an qui ne sont plus remplacés.

La grande saignée [dans le service public] a commencé ici et maintenant;
après avoir liquidé les associations, c'est au tour des agents
départementaux de passer à la moulinette. Le conseil départemental vote
ce jeudi 10 novembre le début d'un plan de réduction massive du
personnel ainsi qu'une réorganisation des services visant à enterrer le
service public territorial (services des routes, des collèges, du
service social...).

Sous couvert de réduction budgétaire, le capitalisme achève son œuvre de
démantèlement des services publics.

Ce jeudi, les agents du Conseil départemental seront en grève et vous
demandent de vous joindre à leur combat pour préserver les missions de
services public et le bien commun.

Rassemblement à Alès dès 8h15 devant le centre médico-social Alésia (24
boulevard Gambetta) pour une manifestation visible de notre colère et de
notre refus de la liquidation du service public pour tous.

Sur Nîmes est organisé rassemblement devant la Préfecture à 9h, au
moment de l'ouverture du vote du budget départemental.

Merci de votre  présence à nos côtés.

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 14:08

 

Source : https://gard.demosphere.eu/rv/3574

 

 

lundi 24 octobre 2016 à 18h

 

RASSEMBLEMENT en soutien aux exilés de Calais

 

ALÈS - RASSEMBLEMENT en soutien aux exilés de Calais
LE PREMIER JOUR DES EXPULSIONS
Devant la Sous-préfecture à 18h

_________________________________________

 

BASTA LES EXPULSIONS ! BASTA LA RÉPRESSION !

Alors que le démantèlement de la jungle de Calais va commencer d'ici quelques jours, une logistique hors du commun est mise en place afin d'expulser et de répartir aux quatre coins de la France les habitants présents sur les lieux. Réquisition de bus, bouclage du périmètre, octroi de laisser-passer, mobilisation d'un millier de policiers... Si les dirigeants qualifient cette opération d'humanitaire, nous lui voyons plus de points communs avec une invasion militaire de ce qui est devenu une véritable ville.

 

Depuis la fermeture de la frontière avec l'Angleterre, les exilés se sont regroupés dans le seul endroit où il leur était encore possible d'aller. Les précédentes expulsions, telle celle de Sangatte en 2002 ou les occupations de bâtiments vides dans le centre de Calais, ont poussé la construction du bidonville au plus loin.

 

Si le campement compte tout ce qui peut paraître de plus sordide (conditions d'hygiène déplorables, manque de nourriture, promiscuité, violence...), il représente aussi un des rares espaces où les exilés peuvent échanger, s'informer et s'organiser de manière autonome. Ce sont ces tentatives d'organisations collectives que l'Etat Français veut détruire à Calais, tout comme sur l'ensemble du territoire, comme on le voit avec les expulsions de squats et de campements dans la plupart des grandes villes ou à la frontière franco-italienne.

 

La répression et la dégradation des conditions de vie voulues et orchestrées par l'Etat Français dans le camp ont entraîné des niveaux de violences rarement dépassés. Elles sont équivalentes à celles d'une réelle guerre, pourtant menée à l'encontre de ceux qui poursuivent le simple but de rejoindre l'Angleterre. On l'a vu ces dernières semaines, lors des perquisitions des restaurants et shops de la ville, lors des attaques quotidiennes de la police usant de lacrymogènes (une moyenne de 100 tirs par jour depuis un an), de grenades de dés-encerclement ou de tirs de flashballs à bout portant qui n'épargnent nullement familles et enfants, lors des quotas à atteindre de 80 arrestations par jour, mais aussi en privilégiant l'investissement sécuritaire au détriment d'une réelle politique d'accueil.

 

Et que l'on ne nous parle pas de « solution » apportée avec la mise en place des Centre d'accueil et d'orientation (CAO). Ceux-ci légitiment le démantèlement en y apportant un semblant d'humanitarisme, mais sont critiquables sur de nombreux points. En premier lieu, ils ne correspondent pas aux choix des exilés qui ne veulent pas visiter la campagne française mais tenter une nouvelle vie en Angleterre. Ils auront pour effet de disperser et d'isoler les personnes, les rendant ainsi plus fragiles, et permettront ainsi de faciliter le tri et les déportations, sans vraiment donner la possibilité à quiconque de réaliser son projet.

 

Dans la région Paca par exemple, 1000 personnes sont attendues dont 50 % d'entre elles seront reconduites dans d'autres pays de l'Union Européenne selon les accords de Dublin. Selon les statistiques, 85 % des demandes d'asiles sont refusées. En fin de compte, seules 75 personnes seront accueillies. Ces chiffres démontrent les mensonges de la xénophobie ambiante provoquée par les discours officiels qui essaient de faire croire à un envahissement de réfugiés en Europe. Et pour les personnes qui se verront refuser l'asile, ce sera le renvoi dans leur pays, notamment certains en guerre comme le Soudan, l'Afghanistan et prochainement l'Irak dès que certaines formalités entre Etats seront signées.

 

Nous soutenons les personnes qui revendiquent leur droit de circuler librement et de s'installer dans le lieu de leur choix. Face aux menaces d'expulsions, d'isolement et de ségrégation que les personnes déplacées risquent de subir, et face aux provocations racistes que quelques sordides habitants ont déjà manifesté ici et là, la plupart d'entre elles auront besoin de soutien. Nous vous invitons à participer à une culture d'hospitalité et d'accueil pour que les arrivants puissent participer à la vie locale, à développer des solidarités avec elles, à créer des espaces de rencontres et d'échanges, mais aussi à s'organiser afin d'empêcher les déportations à venir. Des initiatives sont déjà existantes, d'autres restent à créer.

 

RASSEMBLEMENT EN SOUTIEN AUX EXILÉS DE CALAIS
LE PREMIER JOUR DES EXPULSIONS
Devant la Sous-préfecture
A ALÈS à 18h

 

Source : https://cevennessansfrontieres.noblogs.org/po
Source : message reçu le 22 octobre 22h

 

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

 

l'affiche d'appel au rassemblement

Par Anonyme, le 23/10/2016 à 10:15

 

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 16:37

 

 

Info reçue par mail

 

 

 

Bonjour,

 

Dans une perspective de développement d’un réseau de proximité intégré à la création de circuit-courts, nous encourageons le partenariat avec des collectivités locales, Comités d’Entreprise, Organisations syndicales, Associations, etc. Nous travaillons aujourd’hui directement avec de nombreuses organisations qui constituent un relais immédiat avec les consommateurs.

 

Ce réseau est pour nous primordial et incontournable pour la pérennisation de notre activité, et la préservation de nos valeurs.

 

Comme vous le savez, nous essayons difficilement de nous faire une place parmi les grands acteurs économiques du marché des thés et infusions dans un contexte de farouche concurrence.

C’est pour cela que nous avons besoin de votre soutien, et de votre solidarité agissante.

 

Vous trouverez, ci-joints, notre dernier bon de commande à jour avec l’ensemble de nos produits, dont la nouvelle gamme BIO SCOPTI, ainsi qu’une fiche client à compléter pour que votre organisation devienne cliente de SCOPTI.

 

SCOP TI propose également pour les fêtes de fin d’année, un assortiment de ses produits pouvant faire l’objet de cadeaux (Sac coton Bio 1336/ SCOP TI, boîte métallique collector, thés et infusions au choix).

Vous ferez ainsi le choix d’un cadeau responsable et solidaire! 

 

En vous remerciant pour votre confiance et votre soutien.

 

Pour tous les coopérateurs de SCOP TI

Très amicalement,

 

Olivier LEBERQUIER
Directeur Général Délégué
olivier.leberquier@scop-ti.com

+33(0) 4 42 32 53 61

+33(0) 6 88 16 77 36

 

 

 

https://fr-fr.facebook.com/1336-814485468647727/

 

http://www.scop-ti.com/

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 16:05

 

 

Info reçue par mail

 

 

 ATTAC LOCAL

 

 

La Wallonie est soumise à une intense pression pour l'amener à plier. Pression de la Commission qui la menace de lui couper les fonds du FEDER (Fonds européen de développement économique et régional) ! Pression des "donneurs d'ordre" : le lobby patronal Business Europe (https://fr.wikipedia.org/wiki/BusinessEurope ), un des lobbysles plus influents à Bruxelles, a envoyé une lettre de menace à tous les parlementaires wallons !

A cette heure aucune hypothèse ne peut être exclue et les prochains jours sont cruciaux.
 
Notre soutien à la Wallonie est urgent et indispensable.
 
Nous pouvons agir sur le gouvernement :
1) en reprenant et en faisant reprendre la lettre ouverte à Matthias Fekl : https://www.collectifstoptafta.org/actu/article/monsieur-le-ministre-comme-la-wallonie-dites-non-au-ceta

2) en envoyant et en faisant envoyer aux élus, notamment les parlementaires, le discours de Paul Magnette au Parlement wallon ainsi que son interwiew à la RTBF, respectivement accessibles à : https://www.youtube.com/watch?v=B5GhqxWeqzQ et à

Exemple d'introduction :
"Monsieur/Madame le/la Député(e) / Monsieur le/la Sénateur/Sénatrice, Comme vous le savez CETA fait l'objet d'un intense débat en Wallonie dont le Parlement s'est réellement saisi de cette question depuis plus d'un an. Permettez moi d'attirer votre attention sur le remarquable discours de responsabilité politique qu'a prononcé le 17 octobre Monsieur Paul Magnette Ministre-Président du gouvernement de Wallonie accessible à https://www.youtube.com/watch?v=B5GhqxWeqzQ
Ce discours se prolonge dans le non moins remarquable interwiew à la RTBF le 19 octobre accessible à http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_non-au-ceta-la-commission-n-a-pas-compris-l-importance-des-convictions-wallonnes?id=9433987"
 
Nous pouvons manifester notre soutien à la Wallonie et à ses responsables en intervenant massivement sur les réseaux sociaux. Utiliser les hashtag #StopCeta
 
Vous pouvez aussi faire des mails à :
(conseil : éviter de "faire de l'idéologie" mais manifester simplement son respect et son admiration, dire que la Wallonie est l'honneur de l'Europe, etc.)
 

 

 

 

 

Repost 0
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 12:13

 

 

 

 

GOODYEAR : RASSEMBLEMENT LE 20 OCTOBRE

Les 19 et 20 octobre aura lieu à Amiens le procès en appel des 8 camarades de Goodyear.

Localement, un rassemblement est organisé à Nîmes le 20 octobre de 12h à 14h devant le tribunal, à l’appel de l’intersyndicale nîmoise : CGT Nîmes, CNT 30, Solidaires 30, Nuit Debout.

Voici les communiqués de l’intersyndicale et de la CNT :

PDF - 376.5 ko
COMMUNIQUE GOODYEAR INTERSYNDICALE
PDF - 288.3 ko
COMMUNIQUE GOODYEAR CNT
 
 
http://www.cnt-f.org/30
 
 
                                                                                                      

                                                                        *************************

 

 

Source : https://www.agluttesales.net/?p=352

 

Rassemblement de soutien aux inculpés de Goodyear

 

RASSEMBLEMENTS – Soyons nombreux à:

— ALÈS – mercredi 19 octobre à 18h
devant le tribunal (Boulevard Louis Blanc)

— NÎMES – jeudi 20 octobre à 12h
devant la Cour d’Appel (Boulevard de la Libération)

____________________________________________________
Les 19 et 20 octobre, la cours d’appel d’Amiens ré-examinera le dossier des huit ex-salariés de l’usine Goodyear d’Amiens Nord condamnés en janvier dernier à 9 mois fermes et 15 mois de sursis suite à la séquestration de leurs directeurs en 2009.

Alors qu’au quotidien, dans les entreprises, dans les bahuts comme dans la rue, les patrons, les flics et la justice répriment.
Alors que fin septembre, le parquet de Bobigny requérait 2 à 4 mois de sursis pour cinq ex-salariés d’Air France suite à l’affaire des chemises arrachées.
Alors qu’on ne finit pas de décompter le nombre de blessés, d’inculpés et de licenciés suite au mouvement social contre la loi travail.
La justice se montre-là, sans aucune ambiguïté, pour ce qu’elle est : une justice au service d’une seule classe, la classe dominante.

Contre la justice de classe!
Solidarité avec tous les inculpés de la guerre sociale !

Tous et toutes à Alès et Nîmes les 19 et 20 octobre !

balancedelinjustice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                        *******************************

 

Info reçue par mail

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 13:07

 

Info reçue par mail

 

 

Pour info: Mikaël ex-nîmois avait présenté ses photos du 1er Forum Social Mondial à Tunis à l'université d'été d'ATTAC France à Nîmes en 2013, puis lors de notre festival de ciné-débats Mars ATTAC en 2014.
Une pétition est à signer. Des messages peuvent lui être adressés également.
 
 

 

-------- Message transféré --------

Bonjour à tou.te.s !


Pour ceux qui ne me connaissent pas, je m'appelle Mikaël Doulson, je suis journaliste salarié dans un média associatif.

J'ai été interpellé samedi 1er octobre à 17h15 par la Police française à Calais, lors d'un rassemblement de soutien aux migrants qui vivent dans un camp surnommé "la Jungle", qui sera démantelé dans les jours qui viennent.


J'ai été accusé de "participation à une manifestation illégale, avec dissimulation du visage".

Ceci alors que j'étais simplement venu à Calais pour animer des ateliers de percussions avec les migrants, et écrire un article sur le rassemblement, dont j'ignorais qu'il n'avait pas été autorisé. De plus, si j'ai en effet couvert ma bouche et mon nez avec mon écharpe, c'était pour me protéger des effets délétères des gaz lacrymogènes utilisés massivement par la police ce jour-là, comme en atteste la vidéo ci-dessous.
La vidéo de mon arrestation montre bien mon attitude entièrement pacifiste, non-violente, et mon intention festive, n'ayant pas vocation à troubler l'ordre public ni à menacer des biens ou des personnes : https://www.youtube.com/watch?v=BZKT_e0jDIg (à 14 min).
 


Par ailleurs, cette vidéo et bien d'autres montrent l'usage disproportionné de la force  (matraques, grenades de désencerclement, gaz lacrymogènes, flash-ball) contre une population déjà fortement discriminée, vulnérable et laissée-pour-compte :


De nombreux cas de violences policières ont été recensés par l'association Calais Migrant Solidarity :


J'ai passé plus de 40 heures de Garde-à-vue dans une cellule de moins de 4 mètres carré dans des conditions épouvantables, humiliantes et indignes de la condition humaine : insalubrité extrême (sang et excréments maculant les murs et le sol), privation de sommeil (lumière allumée 24h/24h), interdiction de boire de l'eau pendant plusieurs heures, autant de pratiques relevant de la torture psychologique, visant à briser la résistance psychologique des prévenus avant leur passage en comparution immédiate. J'ai également été injurié (lorsque j'ai demandé poliment à boire, on m'a répondu "Non, et c'est moi qui décide connard !"), ce qui constitue par ailleurs une entorse au Code de déontologie de la police nationale.

Je dois rappeler ici que la France est régulièrement condamnée par la Cour Européenne des Droits de l'Homme et d'autres instances de juridiction internationale pour les mauvais traitements à l'égard des prisonniers et des personnes en garde-à-vue, et pour les conditions de détention qui sont contraires au droit international  (notamment à l'article 3 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme).

Au terme de la Garde-à-vue, je suis passé en comparution immédiate, comme si j'étais un dangereux criminel. J'ai demandé un report du procès pour avoir le temps de préparer ma défense avec mon avocate, et j'ai heureusement été remis en liberté jusqu'au jour du procès. 

Ainsi, mon procès aura lieu le Lundi 7 novembre 2016 à 14h, au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Adresse exacte : Place de la Résistance (la bien nommée !) - 62200 Boulogne-sur-Mer.

Dans ce cadre, je vous invite à venir nombreux et nombreuses à l'audience publique, pour me soutenir et par là-même soutenir la cause des migrants et des sans-papiers.
Car ce procès n'est pas seulement mon procès, mais aussi celui de toutes celles et ceux qui se battent pour défendre les libertés fondamentales : liberté d'expression, liberté de circulation, liberté de manifestation et de se rassembler, bref, liberté d'espérer, de s'organiser et d'essayer de construire ensemble un monde meilleur.


Le 7 novembre à partir de 12h, un repas partagé autogéré sera organisé sur la place devant le Tribunal, afin de faire connaissance avant le procès. L'idée est simple : chacun.e amène quelque chose à manger ou à boire, et on partage !

Si vous voulez m'aider, merci de prendre 30 secondes pour signer cette pétition de soutien et la diffuser largement sur Twitter et FB : https://www.change.org/p/8395154

Merci de faire circuler ce mail dans vos réseaux militants, auprès de vos amis, des membres de votre famille, des médias (alternatifs ou non), etc. afin de me soutenir, et demander au Procureur et au Tribunal de Grande Instance de Boulogne-sur-Mer l'abandon des charges qui pèsent sur moi.

Vous pouvez aussi m'aider à payer une partie des frais de mon procès (frais d'avocat, frais administratifs, amende éventuelle...), en me faisant un virement sur mon compte bancaire : IBAN : FR76 1350 6100 0090 7173 6800 164 et BIC : AGRIFRPP835Titulaire du compte : Mr MIKAEL DOULSON. Merci d'avance !

Si vous voulez, vous pouvez aussi m'écrire à l'adresse suivante : soutienamikael@riseup.net.


Continuons de nous battre au quotidien, et n'oublions pas le bon mot de Guy Bedos : "La liberté ne s'use que si l'on ne s'en sert pas".

Merci infiniment, la lutte continue,

A mon tour de vous dire : "A demain dans la rue, et à la vie debout !"

Je vous aime

Mikaël


----------------


Soutien à Mikaël :
Procès le Lundi 7 novembre 2016 à 14h au Tribunal de Grande Instance de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Adresse : Place de la Résistance, 62200 Boulogne-sur-Mer.
Dès 12h : repas partagé devant le Tribunal pour faire connaissance.
Venez nombreux.euses !

 


 
 
Repost 0
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 14:16

 

Info reçue par mail

 

 

On se bat toujours
  ...de l’appel « On bloque tout »,
 vers un réseau intersyndical de lutte.
 

Nous sommes des syndicalistes affilié.e.s à   différentes organisations (CGT, Solidaires, CNTSO,CNT, FSU, FO, LAB, Confédération  paysanne…).
Ensemble, nous nous sommes  retrouvé.e.s dans l’appel « On bloque tout ! ».
.
Depuis mars dernier, nous en avons porté les  propositions dans des meetings, dans nos  structures,
auprès de nos camarades, de  nos collègues. Nous avons ainsi  contribué à la mobilisation large,
et déterminée pour le retrait de  la loi « travail », et à   populariser l’objectif du  blocage de l’économie.
.
Nous  nous battons toujours pour  l’abrogation de cette loi.
Pour autant nous avons toutes  et tous, et ce quel que soit notre  organisation syndicale,
eu des  difficultés pour ancrer la grève dans  nos secteurs professionnels,
pour  l’étendre, à passer aux nécessaires  reconduction et généralisation de la grève.
.
Nous continuons de penser que c’est un  instrument décisif pour construire
un rapport de  force en mesure de repousser les attaques de  l’État et du patronat.
 
.Nous continuons de penser  que les structures syndicales doivent continuer de  réfléchir
aux obstacles à l’action et à  l’engagement des salarié.e.s ainsi qu’aux  pratiques syndicales
qui les perpétuent.
.
L’appel « On bloque tout ! » s’est voulu porteur  de l’exigence de reprendre l’offensive,
après des  années passées à défendre des acquis sans cesse  attaqués
par les gouvernements successifs.
.
Le  constat est fait que notre lutte est restée pour  l’instant trop défensive,
pas assez imaginative. Et  nous continuons de penser que,
pour donner  l’envie d’en découdre, il faut aussi se battre  « pour » des alternatives progressistes.
.
C’est  pourquoi l’appel « On bloque tout ! » a proposé  de porter la revendication
des 32 heures de travail  hebdomadaires,   sans flexibilité ni perte de salaire  :
Perspective audacieuse qui contrevient à l’air du  temps autant
qu’elle porte des espérances   concrètes d’amélioration immédiate de luttes
pour  les conditions de travail, les salaires et contre la  précarité et le chômage.
.
C’est aussi un exemple  de revendication unifiante
car commune à  plusieurs organisations syndicales,
et concernant  aussi bien les salarié(e)s du secteur privé et dusecteur public,
les chômeurs et les chômeuses...
.
Aujourd’hui, nous proposons de dépasser la  forme appel d’« On bloque tout ! ».
C’est le bilan  qui a été tiré en juillet dernier après quatre mois de lutte.
Des déclinaisons concrètes de l’appel  sont réclamées,
c’est pourquoi on pourrait  imaginer de "faire émerger" un réseau pérenne de syndicalistes de lutte,
appuyé sur de  réels collectifs locaux,
dont la forme  comme le nom resterait à trouver, 
mais qui viserait à dépasser la  forme « appel » pour être  capable d’initiatives concrètes  et de terrain.
.
Un réseau,  des collectifs de syndicalistes
de lutte pourrait (…) organiser  des rencontres, régionales et  nationales, des formations, des  campagnes mêmes.
.
Nous invitons donc, largement, toutes  et tous les syndicalistes qui pensent  qu’un tel réseau
ou collectif serait utile à   le construire, dès maintenant, avec nous.
Un tel outil ne se substituerait pas à nos  organisations respectives :
nous sommes  respectueuses et respectueux du fédéralisme de  nos organisations,
des rythmes et des temps  démocratiques de nos structures.
.
Simplement,  nous pensons que mener des débats, des  actions, ouvertes et plurielles,
contribuerait à  redonner du souffle au syndicalisme de lutte  dans toute sa diversité.
Cette unité  intersyndicale gagnerait à s’incarner dès la   base :
Voilà ce que nous proposons de faire  exister.
.
Pour cela, nous organisons le  
samedi 15 octobre, 14h,
à la Bourse du travail de Paris,  
salle Eugène Varlin,
 
une   première rencontre constitutive  de cet outil commun.
Nous vous y attendons, nombreuses et   nombreux, toujours en lutte !
.
                                                         Le Collectif d’animation de l’appel « On bloque tout ! »
                                                www.onbloquetout.org
.                                                    facebook : on bloque tout
 

 

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Appels et pétitions
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 19:49

 

Source : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr

 

 

SoliGrecsNîmes

Collectif citoyen, solidaire de la résistance du peuple grec contre l'austérité économique qui lui est infligée.

 

 

Caravane Solidaire 2016 : c’est parti pour la grande collecte dans le sud !

Pharmacie-Solidaire-201511-00
 
 

 

Plusieurs associations et collectifs se réunissent pour organiser l’envoi de médicaments, de matériels médicaux et de fournitures en Grèce cet automne.

La Caravane Solidaire, dont l’initiative a démarré depuis février 2016, avec le rassemblement d’organisations de toute la France, passe la vitesse supérieure, avant de prendre la route le 15 octobre vers la Grèce. L’opération sera cadencée de la manière suivante :

  • Organisation de la grande collecte
  • Commerce solidaire pour des produits grecs naturels
  • Quinzaine de la solidarité
  • Soirée du retour avec distribution des produits grecs commandés

Pour le sud de la France, les organisations suivantes se sont regroupées pour unir leurs moyens :

  • Alès : Collectif Cévenol de Solidarité avec le Peuple Grec
  • Avignon : Collectif Vauclusien de Soutien au Peuple Grec et contre l’Austérité
  • Narbonne : Collectif « Comment aider ceux qui aident »
  • Saint Mamert du Gard : Association Vivence
  • et enfin, le Collectif « SoliGrecs Nîmes« 

La grande collecte

Elle est destinée à recueillir médicaments, matériel médical, vêtements et fournitures diverses. Cette liste des besoin nous a été transmise par les bénévoles grecs sollicités pour l’opération.

C’est pour qui ?

La collecte réalisée en France sera distribuée aux organisations et aux Dispensaires Sociaux et Solidaires grecs, autogérés par des membres et des soignants exclusivement bénévoles.

Pharmacie-Solidaire-201511-17 Pharmacie-Solidaire-201511-22 Main-Tendue-de-Narbonne-07 Main-Tendue-de-Narbonne-08 City-Plaza-Nourriture-Espagnols

C’est pour quoi ?

DispensaireLe peuple grec est soumis à un régime d’austérité imposé par l’Europe depuis la crise de 2008 : taux de chômage très élevé, précarité sans précédent, droits sociaux gravement diminués, augmentation des suicides, de la mortalité infantile, réduction d’accès aux soins à cause de leurs coûts…

À ce contexte, s’ajoute le secours des grecs aux réfugiés. Ce sont des initiatives populaires qui ont permis la création des Dispensaires Sociaux et Solidaires.

Qui organise ?

Nous sommes des membres bénévoles d’associations et de collectifs qui ont décidé de regrouper leurs moyens pour permettre la réalisation d’une Caravane Solidaire avec plusieurs véhicules, depuis toute la France, vers la Grèce.

Main-Tendue-de-Narbonne-01 Fourgon-Cévenol-201607 Fourgon-Coutances-01 Pharmacie-Solidaire-201511-06

Quoi donner ?

  • Médicaments : impérativement avec date limite après janvier 2017
  • Lait pour bébé : 1er et 2ème âge
  • Matériel médical : béquilles, déambulateur, fauteuil roulant, lit médicalisé…
  • Vêtements : simples et sobres pour enfants et adultes (jeans, t-shirts, sweets…)
  • Produits d’entretien et d’hygiène : brosses à dents, dentifrices, savons et shampoings, serviettes de toilettes, serviettes hygiéniques, rasoirs, peigne, éponge, brosse, balais…
  • Affaires scolaires : cahiers, crayons, stylos, tableaux, paperboard…

Où donner et qui contacter ?

Des points de collecte sont organisés dans différents établissements. Plusieurs membres bénévoles se sont proposés pour être des correspondant(e)s locaux.

Recherchez celui qui est le proche de chez vous, sur la carte interactive pour connaitre ses coordonnées et rentrer en contact.

Vous souhaitez être dépositaire ou correspondant local ? Contactez-nous vite en cliquant ici !

 

Achat de produits grecs naturels : commerce solidaire

Profitez du retour des véhicules pour obtenir les produits naturels locaux !

Lessives et savons naturels, fabriqués par l’usine autogérée VIO.ME et produits issus de la culture bio en Crête… Cliquez ici pour compléter votre bon de commande en ligne.

Ne perdez pas de temps, la date limite des commande est fixée au 10/10/2016.

Quinzaine de la solidarité

De multiples événements sont organisés nationalement du 1er au 15 octobre 2016.

Tous les événements sont présentés dans l’agenda. Cliquez ici pour y accéder aux événements recensés.

Avant le départ : points collectes et appels au dons

Projections de films, diffusion de documentaires, rassemblements festifs… sont autant d’initiatives locales qui concourent à l’organisation de la Caravane Solidaire. Chacune de ces soirées tiendra un Point Collecte pour que ceux qui le souhaitent puisse apporter les articles qu’ils souhaitent donner. Avec une entrée gratuite, certaines d’entre-elles seront animées de débats, buffets…

Bien entendu, chacun pourra faire des dons en numéraire.

Pour les dons supérieurs à 50€, il pourra être établi un reçu fiscal vous permettant de bénéficier d’une déduction fiscale de 66%. C’est dommage de ne pas en profiter !

La quinzaine de la solidarité sera clôturé, par le départ de la Caravane vers la Grèce, depuis Lyon, à l’occasion d’un grand événement organisé à Vénissieux (69).

Au retour : récits et distribution des produits grecs commandés

Plusieurs organisations ont d’ores et déjà émis le souhait d’organiser une soirée en présence des participants à la Caravane, après leur retour.

Outre leurs récits, ce sera l’occasion de pouvoir récupérer les articles grecs commandés aux bénévoles.


Vous souhaitez communiquer sur l’organisation de la Caravane Solidaire ? Rendez-vous ici pour accéder aux kits de communication préparés.

 

                                                                             ******************************

 

Invitation des journalistes au départ de la Caravane Solidaire vers la Grèce

img_20161003_172102
 
 

 

Nous vous proposons de venir rencontrer les membres de SoliGrecs à la veille de leur départ vers la Grèce,

A l’occasion du tri de médicaments et fournitures,

Dans les locaux d’Amphi30 (Action Médico Pharma Human Intern Gard : 10 Rue Arnavielle, 30900 Nîmes, cliquez ici pour voir la carte),

Ce vendredi 14 octobre à 14h00.

img_20161005_002314_273Ils vous décriront à cette occasion ce qui est prévu une fois en Grèce, la retranscription en partenariat avec Médiapart, ainsi que la programmation de soirées avec témoignages sur le séjour, déjà planifiées pour Nîmes et Avignon.

Compte-tenu du succès rencontré à l’occasion de la collecte auprès des citoyens, un autre convoi est dors-et-déjà programmé pour février 2017 !


Les besoins sont considérables mais nos petits gestes comptent énormément pour ceux qui, en Grèce, agissent au quotidien.

Le 15 octobre prochain, la Caravane de solidarité avec le peuple grec, venue de toute la France, se regroupera à Lyon, après avoir collecté du matériel médical, des médicaments, des vêtements et des fournitures scolaires à destination des dispensaires médico-sociaux autogérés d’Athènes, de Thessalonique et des camps de réfugiés.

Il s’agit là d’une mobilisation citoyenne sans précédent destinée à attirer l’attention sur la situation de la Grèce, que les politiques européennes successives, dictées par les mesures d’austérité imposées par la Troïka (avec le FMI et la BCE) ont rendu exsangue :

Diminution drastique des salaires et des retraites, montée en flèche du chômage (près d’un quart de la population est touchée), de la pauvreté et de la précarité sociale.

Plus d’un tiers de la population n’a plus d’assurance maladie et se voit donc privée d’accès aux soins !

De plus de nombreux services hospitaliers ont dû fermer, faute de moyens et beaucoup de médecins ont été chercher à l’étranger des postes plus lucratifs…

Pour pallier à cette situation dramatique, la mobilisation solidaire de citoyens bénévoles, de médecins, de soignants et de travailleurs sociaux a permis l’émergence de dispensaires médicaux (53 en Attique), fonctionnant pour la plupart de manière autogérée. Destinés initialement aux soins pour les plus démunis, ils doivent maintenant prendre en charge également les migrants et réfugiés que l’Europe confine dans le pays et qui reçoivent néanmoins en Grèce, un accueil digne et humain ( plus de 170 000 personnes ainsi accueillies sur le continent et les îles).

Pour le sud de la France, 2 fourgons et 7 gardois participeront à la caravane nationale et rejoindrons tout d’abord Lyon – Venissieux ce samedi 15 octobre pour un grand meeting de convergence nationale. Il clôturera la quinzaine de solidarité avec la Grèce dont le point d’orgue fut par exemple à Nîmes la réunion du 5 octobre a la maison du protestantisme à Narbonne la projection de « La Tourmente Grecque 2 » suivie d’un débat, à la MJC, ce jeudi 13 octobre. Ils prendront la route vers Ancône (Italie) où se rassemblera l’ensemble de la caravane, avant d’être accueillie par des événements de solidarité le 20 octobre à Thessalonique et le 23 octobre à Athènes, notamment au dispensaire d’Ellenikon.

Ils apporteront ainsi les dons, matériels et médicaments, collectés par le Collectif SoliGrecs Nîmes, le Collectif alésien mais aussi par l’association Vivence de St Mamert du Gard auprès de la population gardoise ainsi que par les collectifs de solidarité d’Avignon, de Narbonne et des militants marseillais sensibles à la cause grecque.

 

 

 

Source : http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Grèce Appels et pétitions
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22