Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 18:41

 

 

Source : www.bioaddict.fr

 

 

Mobilisation nationale pour rendre les produits bio accessibles à tous

Publié Aujourd'hui à 17h42

 

 

L'association Bio Consom'acteurs vient de lancer une pétition nationale pour que le gouvernement prennent des mesures afin que les produits biologiques soient accessibles à tous : "Quels que soient nos revenus, nous avons le droit d'avoir accès à une alimentation de qualité respectueuse de notre corps, de la planète et des autres êtres vivants. Une alimentation qui doit donc être issue d'une agriculture bio, locale et équitable".
La bio pour tous : Mobilisation nationale pour rendre les produits bio accessibles à tous

Cette pétition lancée ce mercredi 3 décembre est adressée au Premier Ministre ainsi qu'aux Ministres de l'écologie Ségolène Royal, de la santé Marisol Touraine, et de l'agriculture Stéphane Le Foll.

" Citoyens, citoyennes, consommateurs, consommatrices, nous demandons le lancement d'un programme national permettant de rendre l'alimentation biologique accessible à l'ensemble de la population par :

- L'attribution des subventions de la Politique Agricole Commune (PAC) à l'agriculture biologique plutôt qu'à l'agriculture conventionnelle

- L'obligation faite aux acteurs des filières de production conventionnelle de payer les coûts financiers générés par l'utilisation massive de pesticides et de nitrates, selon le principe de pollueur payeur

- La promotion de la qualité des produits biologiques et leur rôle dans la prévention et le maintien d'une bonne santé

- Le lancement d'un comité de suivi au sein de ce programme permettrait de faire travailler ensemble les acteurs institutionnels, de l'alimentation et de la solidarité.

- Un réel financement favorisant l'introduction de produits biologiques dans les épiceries sociales et solidaires

- L'attribution de subventions spécifiques et suffisantes pour la restauration collective publique

Nous avons, toutes et tous, le droit d'avoir accès à une alimentation de qualité respectueuse de l'environnement.

Nos arguments

Aujourd'hui, nos manières de manger ont un impact négatif sur l'environnement et notre santé.

L'agriculture biologique est meilleure pour la santé : les fruits et légumes issus de l'agriculture conventionnelle contiennent 223 fois plus de résidus de pesticides en moyenne que les aliments issus de l'agriculture biologique (selon l'étude de Générations futures de décembre 2011). Or, on sait que les pesticides ont un rôle dans l'augmentation de certaines maladies chroniques, telles que les cancers (selon l'étude de l'Inserm rendue publique le 13 juin 2013), en particulier chez les agriculteurs.

Par ailleurs, l'agriculture biologique est plus respectueuse des écosystèmes : elle favorise le stockage du carbone, ce qui est nécessaire à la lutte contre les changements climatiques. Elle est un facteur de conservation de la biodiversité, de préservation des cours d'eau et de lutte contre l'érosion des sols, qui tous sont garants de notre alimentation future.

L'agriculture biologique est aussi plus respectueuse du bien-être animal, parce qu'elle ne tolère ni les élevages en batteries, ni le gavage, ni l'épointage du bec des poussins, ni l'usage des antibiotiques en guise de prévention."

Tous les Français sont ainsi invités à rejoindre le mouvement "la bio pour tous" lancé par l'association Bio Consom'acteurs sur le site www.labiopourtous.info/fr

Pourquoi consommer bio et local ?

En consommant des produits écologiques et de l'agriculture biologique, les bio consom'acteurs associent préservation de l'environnement, santé et plaisir de déguster. En consommant des produits bio cultivés localement, ils choisissent la saisonnalité, la fraîcheur, la typicité du terroir, la proximité avec les producteurs et la lutte contre le changement climatique ; ils favorisent un développement équilibré de la bio sur tout le territoire, permettent notre indépendance face aux multinationales de la transformation et de la distribution et assurent l'autonomie alimentaire de nos régions.

En privilégiant les circuits courts de distribution (vente à la ferme, AMAP, marchés de producteurs..) et les magasins spécialisés aux pratiques commerciales fondées sur le respect des parties prenantes, du producteur au consommateur, les bio consom'acteurs favorisent l'émergence de relations commerciales plus solidaires, encourageant des pratiques agricoles et entrepreneuriales respectueuses de l'Homme et de la planète.

Stella Giani

 

Source : www.bioaddict.fr

 

 

                                                                     ********************************************

 

 

Source : www.bioconsomacteurs.org

 

 

 

Nos soutiens

Jacky Blanc (ancien président du directoire de la Nef), Valérie Cupillard (créatrice culinaire), Laurent Espinosa (fondateur du journal Human&Terre), Jean Gadrey (économiste), Béatrice et Jean-Paul Jaud (réalisateurs), Marc Jolivet (réalisateur et humoriste), Henri Joyeux (chirurgien cancérologue), Yves Michel (éditeur), Jean Montagard (chef en cuisine végétarienne et bio), Jean-Louis Mouysset (médecin oncologue), Yann Olivaux (biophysicien), Christian Vélot (généticien moléculaire).

L'association Bio Consom'acteurs

Depuis sa création en 2004, l’association Bio Consom’acteurs agit en faveur du développement d’une agriculture biologique locale et équitable et de la consommation des produits qui en sont issus. A cet effet, elle sensibilise et informe les citoyens sur l’importance de leurs choix de consommation. Elle interpelle les élus sur la nécessité de mettre tous les moyens en œuvre pour favoriser cette agriculture.  Elle encourage des échanges garantissant, du producteur au consommateur, des pratiques sociales et économiques respectueuses de l’Homme et de son environnement.

Site internet // Twitter // Facebook


Les bio consom’acteurs

En consommant des produits écologiques et de l’agriculture biologique, les bio consom’acteurs associent préservation de l’environnement, santé et plaisir de déguster. En consommant des produits bio cultivés localement, ils choisissent la saisonnalité, la fraîcheur, la typicité du terroir, la proximité avec les producteurs et la lutte contre le changement climatique ; ils favorisent un développement équilibré de la bio sur tout le territoire, permettent notre indépendance face aux multinationales de la transformation et de la distribution et assurent l’autonomie alimentaire de nos régions.
En privilégiant les circuits courts de distribution (vente à la ferme, AMAP, marchés de producteurs..) et les magasins spécialisés aux pratiques commerciales fondées sur le respect des parties prenantes, du producteur au consommateur, les bio consom’acteurs favorisent l’émergence de relations commerciales plus solidaires, encourageant des pratiques agricoles et entrepreneuriales respectueuses de l’humain et de la planète.

 

La pétition :

 

Pétition adressée au Premier ministre ainsi qu'aux ministres de l’écologie, de la santé, et de l'agriculture.

Citoyens, citoyennes, consommateurs, consommatrices, nous demandons le lancement d’un programme national permettant de rendre l’alimentation biologique accessible à l'ensemble de la population par :

- L'attribution des subventions de la Politique Agricole Commune (PAC) à l'agriculture biologique plutôt qu'à l'agriculture conventionnelle

- L'obligation faite aux acteurs des filières de production conventionnelle de payer les coûts financiers générés par l'utilisation massive de pesticides et de  nitrates, selon le principe de pollueur payeur

- La promotion de la qualité des produits biologiques et leur rôle dans la prévention et le maintien d'une bonne santé

- Le lancement d'un comité de suivi au sein de ce programme permettrait de faire travailler ensemble les acteurs institutionnels, de l'alimentation et de la solidarité.

- Un réel financement favorisant l’introduction de produits biologiques dans les épiceries sociales et solidaires

- L'attribution de subventions spécifiques et suffisantes pour la restauration collective publique

Nous avons, toutes et tous, le droit d’avoir accès à une alimentation de qualité respectueuse de l'environnement.


Nos arguments

Aujourd’hui, nos manières de manger ont un impact négatif sur l'environnement et notre santé.

L’agriculture biologique est meilleure pour la santé : les fruits et légumes issus de l’agriculture conventionnelle contiennent 223 fois plus de résidus de pesticides en moyenne que les aliments issus de l'agriculture biologique*. Or, on sait que les pesticides ont un rôle dans l’augmentation de certaines maladies chroniques, telles que les cancers**, en particulier chez les agriculteurs.

Par ailleurs, l’agriculture biologique est plus respectueuse des écosystèmes : elle favorise le stockage du carbone, ce qui est nécessaire à la lutte contre les changements climatiques. Elle est un facteur de conservation de la biodiversité, de préservation des cours d’eau et de lutte contre l’érosion des sols, qui tous sont garants de notre alimentation future.

L’agriculture biologique est aussi plus respectueuse du bien-être animal, parce qu’elle ne tolère ni les élevages en batteries, ni le gavage, ni l’épointage du bec des poussins, ni l’usage des antibiotiques en guise de prévention.

* selon l’étude de Générations futures de décembre 2011

** selon l’étude de l’Inserm rendue publique le 13 juin 2013

 

 

Pour signer la pétition, cliquer ici

 

 

Source : www.bioconsomacteurs.org

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 16:30

 

Info reçue par mail

 

Attac mène une mobilisation ayant pour objectif d’obtenir des victoires concrètes sur des multinationales prédatrices (campagne "Requins").
Après la victoire des Fralib sur le requin Unilever, nous nous mobilisons avec les Amis de la Terre et Bizi! pour que le requin Société Générale renonce au financement du projet de mine de charbon Alpha Coal et qu’elle s’engage à ne plus financer ce type de projet à l’avenir.

« Ensemble, empêchons la Société Générale de larguer une bombe climatique ! »

 

Samedi 6 décembre à Nîmes


 

Rendez-vous 10h, square de la Bouquerie (en bas du boulevard Gambetta)

Pour ceux qui peuvent, tenue pour se faire repérer  : pantalon noir et veste rouge, sans insigne de parti politique ni de syndicat.
L'idée est de commencer par l'agence Société Générale du square de la Bouquerie (une des rares ouvertes le samedi en centre ville) et de continuer par celles qui sont fermées mais plus passantes (Maison carrée, Monoprix) tout en tractant en chemin.


Plus nous serons nombreux, mieux nous serons entendus !


Pour ceux qui veulent préparer une pancarte et pour tout renseignements, affiches tracts, contacter :


 


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 14:25

 

Source : zadroybon.wordpress.com

 

 

Appel à mobilisation : la forêt est à tou-te-s.

24 novembre 2014

 

 

affiche final version majeur

 

En à peu près un mois, la jolie forêt des Chambarans s’est transformée en ruine, jonchée d’arbres à terre, entassés, prêts à devenir des étagères en aggloméré. La terre est à nue, blessée par les imposantes machines qui y sont à l’œuvre. On ose à peine se demander ce qui est arrivé à tous les animaux qui habitaient là….

Vu du ciel, c’est encore plus choquant : déjà 30 hectares ont été défrichés. Ces quelques photos prises d’ulm nous renvoient la réalité en pleine face.

Un « chantier vert », qu’ils disaient

La réalité, c’est que depuis l’accord du préfet il y a un mois, ça tronçonne, ça abat, ça broie, ça creuse à tour de bras. Et ce sans aucun respect des engagements de réalisation d’un chantier à faible impact environnemental (« chantier vert », disent-ils), pas de traces de modification graduelle du milieu, et on se demande bien quand le déplacement des espèces promis par Pierre et Vacances a pu être organisé.

La politique du fait accompli

Aujourd’hui, plusieurs recours sont déposés ou sur le point de l’être. Mais la société Pierre et Vacances choisit le passage en force. Espérant sans doute mettre la justice devant le fait accompli, comme cela a été fait ailleurs.

Sur le chantier, ça travaille de jour comme de nuit, la semaine et les weekends, et même les jours fériés. Coûte que coûte, Pierre et Vacances détruit la forêt des Chambarans à toute allure. En un mois, 35% de l’abattage prévu a été réalisé, dans deux mois, tout sera largement à terre.

Le vrai service public

Tout ceci se déroule sous l’œil vigilant et bienveillant des forces de l’ordre, qui, elles non plus, ne lésinent pas sur leur implication : patrouilles quotidiennes, en 4×4 et en motocross, et même surveillance aérienne en hélicoptère. On se demande en quoi surveiller un chantier privé relève du maintien de la paix, ou même tout simplement du service public ?

Le bien commun à protéger, c’est la forêt des Chambarans. C’est elle qu’il faut défendre si l’on se place du côté du service public. Et non pas défendre les intérêts de Pierre et Vacances qui privatise une forêt publique, avec la complicité des collectivités. Plus encore que la forêt, c’est même l’eau potable de toute la région qui est mise en danger par ce projet, et que nous cherchons à protéger.

ZAD partout !

La situation actuelle nécessite une mobilisation générale, permanente, large et déterminée.

Pour nos enfants, les animaux, la nature, la vie et la diversité, pour la démocratie réelle partout et la défense des biens communs, nous appelons à la vigilance et la protestation publique et à la désobéissance civile.

Contre le projet de Center Parcs et tous les projets inutiles imposés.

Rendez vous dimanche 30 novembre, Roybon, midi.

Passe le message à tes voisins.
affiche-web
affiche-tract-A5
affiche-tract-A5-nb
affiche-A4
affiche-A4-nb
affiche-A3

 

  Zone Nord-Ouest 7 Chantier de Center Parcs

 

 

 

Source : zadroybon.wordpress.com

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 17:51

 

Source : www.bastamag.net

 

 

 

 

Campagne de dons

Construisons des médias d’utilité publique

par Agnès Rousseaux 25 novembre 2014

 

 

 

 

 

Nous faisons le choix de faire appel à chacun de vous, lecteurs, selon vos moyens, pour nous soutenir financièrement. Sur Basta !, pas d’abonnement obligatoire, pas de publicité intrusive en quête de votre temps de cerveau disponible. C’est grâce à votre soutien financier volontaire que nous pouvons faire vivre une presse indépendante, une information d’intérêt général, accessible à tous de manière inconditionnelle.

« De chacun selon ses capacités (financières), à chacun selon ses besoins (d’information) ». Tel pourrait être, en détournant un vieux précepte marxiste, notre choix de fonctionnement [1].

« A chacun selon ses besoins », car nous offrons un accès libre à tous nos articles, pour qu’ils puissent être lus et partagés par le plus grand nombre. Pour que chacun puisse les découvrir, en toute liberté, au détour d’un clic sur un réseau social, en ouvrant un mail, en surfant sur les autoroutes du web.

« De chacun selon ses capacités », car nous faisons le choix de faire appel à chacun de vous, lecteurs, selon vos moyens, pour nous soutenir financièrement. Sur Basta !, pas d’abonnement obligatoire, pas de publicité intrusive en quête de votre temps de cerveau disponible. C’est grâce à votre soutien financier volontaire que nous pouvons faire vivre une presse indépendante, une information d’intérêt général, accessible à tous de manière inconditionnelle.

Soutenir Basta !, ce n’est pas seulement faire un don parce que vous appréciez nos articles. C’est aussi croire qu’il ne peut y avoir de vitalité démocratique, de débat politique, de changement réel sans des médias qui font vraiment leur travail : un journalisme d’utilité publique. Vous êtes 500 000 à nous lire chaque mois. Un millier d’entre vous nous soutiennent chaque année. Par votre soutien, vous offrez à d’autres lecteurs, d’autres citoyens, des enquêtes, des reportages, des articles, qui déclencheront peut-être des prises de conscience, des envies, des révoltes, des questionnements.

Nous sommes les médias de demain !

Chaque jour, comme d’autres, nous essayons de faire vivre un journalisme de résistance, engagés dans notre époque, attentifs aux courants profonds et aux mutations qui bouleversent notre monde. « Journalisme de résistance » parce que nous nous sentons à contre-courant, loin des titres racoleurs, des Unes aguicheuses, des articles qui brossent dans le sens du poil. Mais faire vivre des médias différents, indépendants, critiques, cela ne veut pas dire construire des médias dans les marges. Nous voulons occuper l’espace, reprendre du terrain dans la bataille qui se joue. Nous sommes les médias de demain, ceux dont notre société a aujourd’hui cruellement besoin. Un journalisme d’éducation populaire, qui revient à ses fondamentaux : enquêter, décrypter, raconter, en offrant à chacun des outils pour sa propre émancipation intellectuelle.

Décrypter. Loin des analyses toutes faites qui tournent en rond, loin de la désespérante langue de bois, nous voulons bousculer les certitudes, extraire le sens, donner la parole à ceux qui cherchent à mieux comprendre nos sociétés. Dans un langage débarrassé des formules prêtes-à-l’emploi, nous voulons montrer que d’autres regards, d’autres analyses sont possibles. Remettre les choses à l’endroit et à leur juste place, c’est aussi lutter contre toutes les simplifications, les raccourcis, les confusions. C’est combattre ces « inversions de causalités », dont le Front national, comme d’autres, est un grand spécialiste, qui stigmatise obstinément un bouc-émissaire, de l’immigré au fonctionnaire, pour mieux détourner les regards [2]. « Donnez-moi un point d’appui, et je soulèverai le monde », disait Archimède, trois siècles avant notre ère. Dans un monde mouvant, nous voulons que chacun de nos articles puisse être un solide point d’appui.

Résister. Qu’est-ce qui anime ceux qui font sécession ? Ceux qui décident de prendre le large, de parcourir des chemins inexplorés, d’entrer en dissidence ? C’est ce que nous voulons découvrir, en vous embarquant dans les nouveaux espaces de résistance, dans les entreprises où s’expérimentent d’autres façons de travailler, sur les Zones à défendre (ZAD), de Notre-Dame-des-Landes au Testet, dans les luttes sociales et les mobilisations.

Inventer. La société se régénère par ce qui surgit dans ses marges, et qui déverse dans le monde un flot continu de convictions, d’expérimentations, de mises en relations, créant peu à peu les conditions de changements de perceptions, de comportements, des changements des êtres profonds. Un nouveau rapport au monde se construit, pluriel, mouvant. Nous voulons « capter » les contours de ces manières de vivre émergentes, leur donner de l’écho, les questionner, les faire connaître. Nous voulons vous emmener là où consommer, produire, échanger, voyager, se nourrir, se conjugue différemment.

C’est à ces voyages en dissidence, en résistance, dans des zones expérimentales, à ces lectures qui bousculent, qui décapent, qui interrogent, que nous vous invitons depuis cinq ans. Nous ne voulons pas construire un refuge pour les déçus de la presse traditionnelle, un lieu où l’on viendrait se conforter dans ses propres choix en petit comité et en vase clos. Nous voulons que nos articles circulent, vivent, soient partagés, pour créer autant de brèches dans le ronronnement médiatique, dans les discours économiques, dans les certitudes et évidences politiques.

Pour cela, nous avons besoin de vous. Votre soutien est essentiel.

Merci pour vos dons.

Agnès Rousseaux

 

 

Notes

[1L’expression « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins » est apparue sous différentes variantes au 19ème siècle, chez des auteurs comme Saint-Simon, Étienne Cabet (dans les principes de sa cité idéale d’Icarie, en 1840) ou Louis Blanc, au temps du socialisme utopique ou dans la pensée anarchiste. Elle a été popularisée par Karl Marx, puis par des syndicats signataires de la Charte d’Amiens au début du 20ème siècle et des partis politiques.

[2Voir Bernard Stiegler, ici.

 

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

 

 

Source : www.bastamag.net

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 15:40

 

Source : blogs.mediapart.fr/blog/alternatiba

 

 

Le Tour Alternatiba a besoin de vous!

Du 5 juin au 26 septembre 2015, un vélo 4 places parcourra 5 000 kilomètres pour le climat entre Bayonne et Paris. Symbole d'Alternatiba, ce drôle de vélo traversera 180 territoires de 6 pays Européens, pour porter encore plus fort le message d'Alternatiba : non seulement les alternatives au dérèglement climatique existent, mais en plus, elles construisent un monde meilleur !

 

Vélo 4 places Bordeaux devant bateau

Ce tour mobilisera des milliers de collectifs locaux et des dizaines de milliers de citoyens, à quelques mois de l'important sommet mondial sur le climat qui se déroulera à Paris en décembre 2015 (COP21). Or, la solution ne peut pas venir que d'en haut, mais doit aussi être enclenchée depuis nos territoires : c'est le sens de ce Tour Alternatiba. Et pour en faire un grand événement populaire, nous avons besoin de vous dès maintenant !

Nous avons besoin de 100, 500, 1000 volontaires, répartis tout au long du parcours (et même au-delà !), pour nous aider à préparer chaque étape de cette grande aventure collective. Vous pouvez faire du vélo autour de chez vous pour nous aider à repérer les meilleures routes ou les lieux d'affichage les plus visibles ? Vous êtes plutôt du genre bricoleur, ou bien à l'aise sur un ordinateur pour relayer sur les réseaux sociaux ? Vous n'avez pas beaucoup de temps, mais vous pouvez héberger des cyclistes à leur passage près de chez vous ? Il y a mille et une manières pour que chacun donne un coup de pouce afin que ce Tour Alternatiba prenne le meilleur départ ! Même ceux qui n'habitent pas près d'une étape du Tour Alternatiba pourront aider.

Comme le disait Stéphane Hessel en parrainant le mouvement Alternatiba, nous pouvons relever le défi climatique en construisant un monde meilleur. Alors n'attendons plus pour développer les milliers d'alternatives qui sont déjà à notre portée.
Vous aussi, participez à cette grande aventure humaine en rejoignant les volontaires du Tour Alternatiba sur www.alternatiba.eu/volontaire !

Tour Alternatiba - 5000 kilomètres pour le climat !
Nos enfants nous remercieront

 

volontaires tour Alternatiba

 

 

Source : blogs.mediapart.fr/blog/alternatiba

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 20:20

 

 

 

 
Mercredi 12/11 à 18h Maison Carrée Retrouvons nous pour un dernier hommage à Rémi Fraisse en réponse à cet appel : "Demain aura lieu l enterrement de Rémi. Le soir à 20h, un rassemblement national est prévu dans toutes les villes de France : prévoir bougies ect. Fais tourner !"
 

 

 

Mercredi 12/11 à 18h Maison Carrée
Retrouvons nous pour un dernier hommage à Rémi Fraisse
en réponse à cet appel :
"Demain aura lieu l enterrement de Rémi.

Le soir à 20h, un rassemblement national est prévu dans toutes les villes de France :

prévoir bougies ect.

Faites tourner !"

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 14:28

 


Collectif des Faucheurs volontaires Gard/Lozère

 

 

Du TAFTA, du CETA et des 1000 vaches :

on n'en veut pas !

Les multinationales ont asservi nos sociétés, jusqu'à nos économies rurales ;

elles seraient en passe d'y inscrire leur loi. On ne peut pas laisser faire ça !

Les traités entre puissances internationales sont en train de se négocier discrètement dans les couloirs de Bruxelles ou Washington. Les tentaculaires forces financières et économiques qui régissent ce monde sont en passe d'imposer leurs lois, de subordonner nos frêles démocraties à l'empire de leurs profits. Nos représentants politiques s'y laisseraient prendre, séduits par de nouveaux marchés qui sauveraient la croissance économique .Et bien sûr, l'agriculture est là au cœur des négociations, avec les pires menaces pour toutes ces filières ancrées dans nos terroirs, pour nos produits de qualité qui portent le sceau paysan de la montagne, du bocage ou du vignoble.

Nos fermes ne sont pas des usines !

La Confédération paysanne a, par trois fois, pris la responsabilité de stopper le chantier de l'usine des 1000 vaches, symbole de l'industrialisation de l'agriculture qui pilonne notre métier de toutes parts. Le 28 Octobre, le procès de 9 militants de la Confédération paysanne aura lieu à Amiens, dans la Somme. Les paysans inculpés sont traduits en justice pour avoir enlevé 3 boulons !Nous avons choisi l'action plutôt que la résignation devant notre disparition programmée et, le 28, en assumant une défense collective, nous ferons ensemble le procès de l'industrialisation de l'agriculture. On voit à nouveau la criminalisation des actions syndicales alors que nous affirmons notre opposition à ce système productiviste et financiarisé, où les produits agricoles ne sont que des valeurs économiques.

Nous voulons des paysans nombreux , une nourriture de qualité, un environnement préservé.

L'industrialisation de l'agriculture signifiera à terme la fin des paysans, alors qu'à la place d'une usine de 1000 vaches, 20 fermes pourraient être créées et faire vivre 42 paysans et leurs familles.20 fermes valent mieux qu'une grosse usine!

Nous tenons à notre métier, nous croyons à son avenir.

Les juges doivent entendre les clameurs des paysans et des citadins qui refusent l'industrialisation de ce métier d'hommes et de femmes libres,

la disparition d'emplois correctement rémunérés, et qui se battent pour le respect des libertés syndicales.

Mardi 28 Octobre à 11h

procès de l'industrialisation de l'agriculture

devant le Palais de Justice ( près des Arènes)

à Nîmes



Collectif des Faucheurs volontaires Gard/Lozère

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 15:23

 

Source : blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart

 

 

Nous, citoyens contre la corruption

Déjà plus de 6 000 signataires ! Signez ici l'appel contre la corruption, ce fléau « qui met l'Etat de droit en péril et installe une insupportable fatigue démocratique », lancé dimanche 19 octobre à Paris par  les journalistes Fabrice Arfi, Benoît Collombat, Antoine Peillon et Edwy Plenel, rejoints par des magistrats, juristes, avocats, policiers, criminologues, sociologues, économistes, anthropologues et philosophes et Roberto Scarpinato, procureur auprès du parquet de Palerme (Italie).



 

Nous, citoyens, journalistes, magistrats, juristes, avocats, policiers, criminologues, sociologues, économistes, anthropologues et philosophes constatons une généralisation de la corruption qui met l’Etat de droit en péril et installe une insupportable fatigue démocratique. Cette menace sur notre République se nourrit certes de la banalité des conflits d’intérêts et des petits arrangements avec la morale civique, mais aussi de la faiblesse croissante des moyens de lutte contre ce dangereux fléau pour la démocratie.

Alors que le chaos politique n’est plus une hypothèse invraisemblable dans la France d’aujourd’hui, les signataires de cette alerte, forts de leurs expériences diverses, appellent les citoyens de notre pays à une mobilisation civique pour faire sauter les verrous institutionnels, culturels, politiques et judiciaires qui empêchent l’efficacité et autorisent le pire. Il est urgent de s’opposer réellement à la corruption.

Des solutions existent : indépendance du parquet, criminalisation de la corruption, suppression de la Cour de justice de la République, recrutement massif de magistrats, de policiers, de douaniers et d’agents du fisc, suppression du “verrou de Bercy” dans la lutte contre la fraude fiscale, réforme du système de déclassification du “secret défense”, réforme de l'article 40 du Code de procédure pénale pour une meilleure protection des lanceurs d’alerte dans la fonction publique, confiscation préventive des biens mal acquis et leur attribution au bien commun (associations, musées ou municipalités), vote d’une nouvelle loi bancaire instituant une séparation véritable entre les dépôts des épargnants et les fonds spéculatifs.

Les signataires de cette alerte citoyenne s’engagent à développer, avec toutes celles et tous ceux qui les rejoindront, leurs expertise et dénonciation communes de la corruption. Ils continueront de porter publiquement la double exigence de vérité sur les affaires et de vertu régénératrice de la République.

Les signataires invitent tous les citoyens à signer cet appel, sur Mediapart.

Premiers signataires

Eric Alt, magistrat; Fabrice Arfi, journaliste; Raymond Avrillier, formateur; William Bourdon, avocat; Benoît Collombat, journaliste; Chantal Cutajar, juriste universitaire; Gilbert Flam, magistrat; Cynthia Fleury, philosophe; Antoine Garapon, magistrat; Paul Jorion, économiste; François Morin, économiste; Pierre Lascoumes, sociologue ; Antoine Peillon, journaliste; Jean-Paul Philippe, policier; Monique Pinçon-Charlot, sociologue; Michel Pinçon, sociologue; Edwy Plenel, directeur de Mediapart; Roberto Scarpinato, procureur auprès du parquet de Palerme.

Avec Michel Broué, mathématicien; Alain Caillé, sociologue; Christian Chavagneux, journaliste; Thierry Colombié, économiste; Charles Duchaine, magistrat; Hervé Falciani, lanceur d’alerte d’HSBC; Guy Flury, ancien commissaire aux comptes; Nicolas Forissier, lanceur d'alerte, ex-auditeur interne d'UBS; Stéphanie Gibaud, lanceuse d’alerte d'UBS; Christian Laval, sociologue; Yann Le Bihen, avocat; Raphaël Liogier, sociologue; Dominique Méda, sociologue; Claude Neuschwander, ancien chef d'entreprise (Lip); Charles Prats, magistrat; Alex du Prel, journaliste; Hervé Preuilh, policier; Denis Robert, écrivain; Christian Salmon, écrivain et chercheur; Bernard Stiegler, philosophe; Michel Terestchenko, philosophe; Flore Vasseur, écrivain; Patrick Viveret, philosophe, magistrat honoraire, Jean Ziegler, sociologue.

Signez l'appel

 

Je signe la pétition lien ici

 

Merci de votre soutien !


 

Source : blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart

 


 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 15:04

 

 

 

Une catastrophe écologique, économique et sociale en marche.


En 2015, commenceront les abattages massifs de la forêt cévenole dans le cadre du projet E.On.


E.On est une multinationale de l’énergie qui va brûler des masses énormes de bois « biomasse » (bois, déchets de bois traités ou non) pour le transformer en électricité dans sa centrale de Gardanne (Bouche du-Rhône).

Les forêts du sud-est de France concernées : des Cévennes aux Hautes-Alpes, du pays de Forcalquier aux Baronnies provençales et au Pays d’Aix.

Pour alimenter les fours de cette centrale, entre 800.000 et I million de tonnes de bois par an seront nécessaires dont seulement 30% seront transformés en énergie. Et c'est toute l'économie régionale liée à la filière bois qui va disparaître. Aucun projet de plantation après coupe n'apparaît officiellement.

C'est donc le pin maritime, premier colonisateur des espaces ouverts en Cévennes, qui envahira avec les conséquences que l'on sait (acidification des sols, risques d'incendies multipliés) mais il est à craindre que les sols soient devenus stériles par le passage dévastateur des engins de déboisement.

Entrée en service de la centrale courant 2015.


E.On : UNE ARME DE DESTRUCTION MASSIVE


850 000 tonnes de bois vont ainsi partir chaque année en fumée dans les massifs du Sud de France.


Une menace pour la planète (projets de ce type à l’échelle mondiale) et aussi pour notre région : la disparition des massifs forestiers entraînera des conséquences sur le réchauffement climatique, sur la biodiversité, le    tourisme, l’économie.

Les capacités des forêts régionales ne sont toutefois pas suffisantes pour absorber une telle demande et il faudra importer du bois du Canada ou des pays de l'Est européen comme l'Ukraine et la Biélorussie.

Et quelles seront les conséquences des épisodes cévenols si les sols sont mis à nu par des coupes rases? Plus rien ne retiendra les flots et les glissements de terrain seront catastrophiques. Les vallées situées au pied des montagnes lessivées seront ravagées par les inondations.

On laisserait faire un tel massacre ?


Dimanche 5 octobre, un grand rassemblement a eu lieu à Gardanne.

Des citoyens , des député-e-s, Mme Rivasi Députée Européenne, des élu-e-s des communes de tous les départements concernés sont venus dire leur opposition à ce projet dément qui est une atteinte à notre humanité. Tous ont été unanimes pour dire que sans mobilisation citoyenne, le pire est

à craindre.

Il y a urgence à intervenir. Il faut que chacun sache ce qui se passe, pour qu’on ne puisse pas dire en contemplant l’ampleur du désastre : « on ne savait pas ! » Nous ne pouvons pas nous laisser déposséder de notre patrimoine parce que des grands groupes financiers tout-puissants en ont décidé ainsi, d’autant plus qu’ils sont financés grassement par des subventions publiques. Pour E.On 1,4 milliard d’euros pour le contribuable en 20 ans !

 

Nous devons réagir au plus vite. Cette alerte doit être relayée par le plus grand nombre d’entre vous, dans tous vos réseaux, vos familles, vos amis, mais aussi en vous mobilisant physiquement dans vos villes, vos villages, en dénonçant cette aberration écologique auprès de votre maire, de votre député, votre sénateur. Il en va de la survie de nos forêts, de nos régions.

Allons-nous assister sans rien faire à la désertification programmée de nos régions ?

Souvenons-nous du désastre autour du mont Aigoual !

 

 

Un rassemblement aura lieu à Florac

jeudi 16 octobre à 10 h


Déroulement de la journée :


Rassemblement à 10 heures devant le centre culturel La Genette Verte

10h30 -11h30 : manifestation dans les rues de Florac

11h30 : rencontre souhaitée d'une délégation avec des représentants du parc National des Cévennes. 11h30 Conférence de Presse devant le siège du Parc National des Cévennes à Florac

 

12h-14h pique-nique tiré du sac

 

L'après-midi sera consacrée à des ateliers-débats qui se dérouleront à partir de 14 heures à la salle des Fêtes de Florac :


Les usages locaux des ressources du territoire : quels engagements publics ?

Débat auquel sont invités tout particulièrement les élus du territoire.

Alternative forestière pour la forêt cévenole

Les dangers d’E.On pour la biodiversité et la santé publique

Les perspectives de lutte

 

Vous pouvez confirmer votre présence ou avoir plus de renseignements en

adressant un mail à : sosforet-piemont@riseup.net ou en téléphonant (et laissant un message) à Marie-Hélène Dupy : 04.66.47.13.42


Signataires: ATTAC Lozère, Collectif gaz de schiste sud Lozère, Nature & Progrès Lozère, La Conf’ Lozère, Association Abraham Mazel, Association Fruits Oublies, Association Les Vergers de Lozère, Collectif stop TAFTA Vallées Cévenoles, Convergence citoyenne pour une transition énergétique, Collectif Bogues, SOS forêts du sud, SOS forêt Cévennes, SOS foret piémont cévenol, Radio Bartas

 

rendez vous covoiturage sur le site  http://www.convergenceenergetique.org/

Ne laissons pas à nos enfants une planète stérile détruite par de grandes multinationales uniquement guidées par l’appât du gain.

 

Pour en savoir plus sur le projet E.On


http://www.reporterre.net/spip.php?article6391

http://www.reporterre.net/spip.php?article4598

 

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 11:36

 

 

à diffuser largement autour de vous
Collectif Stop tafta 30, Nîmes anti-schiste, Collectif Halte aux nucléaires Nîmes

 

 

 

Immagine in linea 1 

 



TOUS À NIMES samedi 11 octobre 2014,
devant la maison carrée, RDV à 15h pour une grande et sympathique action visuelle à 15h30
Venez nombreux, en famille …...avec vos parapluies et gilets jaunes
Le 11 octobre 2014, que se passe-t-il ?
C'est la 3ème journée internationale contre l'exploration et l'exploitation des gaz et pétroles de schiste
A l'heure où les scientifiques lancent des cris d'alarme sur le changement climatique,
Alors qu'un très récent sondage BVA (2-10-14) confirme que 62% des français disent "non au gaz de schiste", énergie aux conséquences catastrophiques pour l'environnement et la santé humaine, et grandement émettrice de gaz à effet de serre,
La France continue d'attribuer de nouveaux permis aux sociétés pétrolières et gazières pour explorer notre sous-sol.
Le 11 octobre, mobilisons-nous pour stopper cette industrie mortifère ! www.nongazdeschiste.fr
C'est la 1ère journée d'action européenne contre les accords de libre-échange TAFTA, CETA, TISA et contre les multinationales
Ces sigles désignent des accords de libre-échange et d’investissement négociés dans le plus grand secret. S’ils sont adoptés, ils consacreront la domination des multinationales sur nos sociétés, au détriment des citoyen.ne.s et de la démocratie.
Visant une hypothétique relance de la croissance, ces accords s’attaquent aux normes sociales, financières, sanitaires, culturelles et environnementales. Si elles s’estiment lésées, les multinationales pourront poursuivre les Etats devant des tribunaux privés d’arbitrage, hors de tout contrôle démocratique.
Ces accords menacent de mettre en péril ce qui rend nos sociétés encore vivables.
Le 11 octobre, mobilisons-nous pour faire échouer ces négociations ! www.collectifstoptafta.org
C'est une mobilisation nationale contre le premier salon international de la filière nucléaire au Bourget, le "World Nuclear Exhibition",
Un salon indécent visant à exporter la technologie nucléaire française au quatre coins du globe, et où « plus de 430 exposants s’attendent à rencontrer 7000 visiteurs, en provenance du monde entier » peut-on lire sur le communiqué de presse de l’AIFEN (association des industriels français exportateurs de nucléaire), organisateur du salon.
Alors que nous serons en plein débat parlementaire sur la loi de transition énergétique, et à un an de la conférence climatique COP 21, qui se déroulera elle aussi au Bourget, nous nous devons de réagir afin que le nucléaire ne se positionne pas comme alternative au changement climatique, et pour dire NON aux fausses solutions.
Le 11 octobre, mobilisons-nous pour dire stop au nucléaire !

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22