Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 22:21

 

Le Monde.fr avec AFP | 20.12.2012 à 20h43 • Mis à jour le 20.12.2012 à 21h24

 
Des manifestants ont dénoncé à Madrid les coupes budgétaires, signe de la détérioration de leurs "droits", après l'adoption d'un budget d'une rigueur historique.

Les députés espagnols ont approuvé jeudi 20 décembre le budget 2013 du pays, marqué par une austérité sans précédent et un tour de vis de 39 milliards d'euros, qui a été accueilli dans la soirée à Madrid par un "cortège funèbre" de la mouvance des indignés, pour dénoncer "le budget de la faim et de la misère".

Dans un climat social très lourd, plombé par un chômage à plus de 25 %, une pauvreté galopante, des manifestations quotidiennes, ce budget vise à redresser les comptes publics du pays, quatrième économie de la zone euro, plongé dans la crise depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008. Une politique de la rigueur à outrance de plus en plus contestée par les économistes, perçue comme un frein à la reprise et dénoncée pour ses retombées sociales à long terme.

Déjà, toutes les organisations humanitaires s'alarment : 12,7 millions de personnes sont en danger de pauvreté dans ce pays de 47 millions d'habitants, selon une récente étude européenne. Un chiffre qui pourrait grimper à 18 millions, presque 40 % de la population, dans dix ans, affirme un rapport de plusieurs ONG, dont Oxfam, "si les politiques d'austérité et les coupes sociales ne sont pas corrigées".
 

"2012 a été l'année la plus difficile qu'il nous ait été donné de vivre", a admis cette semaine le chef du gouvernement de droite, Mariano Rajoy, qui, un an après son arrivée au pouvoir, ne parvient toujours pas à tirer les bénéfices de cette austérité draconienne. "2013 sera une année difficile, mais sera l'année de la stabilisation de notre économie", a-t-il promis.

 

 BAISSE DES PRESTATIONS CHÔMAGE, DES BUDGETS DES MINISTÈRES...

L'année à venir pourtant s'annonce tout aussi sombre, alors que la sortie de la récession dans laquelle est plongée l'Espagne depuis un an se fait attendre : le gouvernement attend un recul du PIB de 0,5 % en 2013, après 1,5 % cette année. Mais l'OCDE prédit déjà une contraction de l'économie beaucoup plus nette, de 1,4 % en 2013.

La reprise est d'autant plus hypothétique que le budget 2013, voté par la droite qui dispose de la majorité absolue au Parlement, dénoncé comme "antisocial" par l'opposition socialiste, multiplie les coupes, dans le but de récupérer 39 milliards d'euros. Parmi les économies à réaliser, les prestations chômage baisseront de 6,3 %, tandis que l'Etat attend des rentrées fiscales supplémentaires, tirées notamment de la hausse de la TVA, pour 15 milliards d'euros.

Les budgets des ministères seront réduits en moyenne de 8,9 %, celui de l'industrie chutant de 21,3 %, celui de l'agriculture de 25,4 %, celui de l'éducation, de la culture et des sports de 17,2 %. Les régions, remises au pas après des années de dérive financière, sont mises à contribution, avec de lourdes répercussions sur les budgets de la santé et de l'éducation, qu'il leur revient de gérer en vertu de leur statut d'autonomie.

Les retraités eux aussi sont frappés : revenant sur une sacro-sainte promesse électorale, le gouvernement a brisé le tabou, décidant que les pensions seraient revalorisées moins que prévu. Ce budget entre dans le cadre d'un plan d'économies dicté à l'Espagne par l'Union européenne, prévoyant 150 milliards d'euros d'économies jusqu'en 2014, afin de réduire un déficit public qui a dérapé jusqu'à 9,4% du PIB en 2011.

 

 "LES PROCHAINES COUPES SE FERONT À LA GUILLOTINE"

Des centaines de personnes ont défilé jeudi soir dans une ambiance tendue à Madrid, lors d'une "marche funèbre" pour dénoncer ce budget d'une rigueur historique. "Je suis indignée par la fraude qu'ils sont en train de commettre dans le secteur de la santé, et que sont en train de faire avec la justice, l'éducation et les salaires, dénonce Ana Hernandez, une fonctionnaire de 53 ans. Pour moi, ce n'est pas une crise, c'est une tromperie pour nous enlever les droits que nous avons gagnés", ajoute-t-elle.

Sifflant les passants pour qu'ils les rejoignent, vêtus de noir et portant des bougies pour certains, les manifestants ont traversé le centre de Madrid en direction du Congrès des députés, devenu ces derniers mois la cible de leur colère. "Les prochaines coupes se feront à la guillotine," criaient-ils. Ou encore "justice", "enterrons ce mauvais budget".

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Espagne
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 22:13

 

 

Le Monde.fr avec AFP | 20.12.2012 à 19h30 • Mis à jour le 20.12.2012 à 22h38


 

Devant la mairie de Notre-Dame-des-Landes.

 

Le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire a condamné jeudi 20 décembre en comparution immédiate un opposant à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes à un an de prison, dont six mois fermes, pour violences à l'encontre des forces de l'ordre.

Interpellé mardi soir dans la commune de Notre-Dame-des-Landes, présenté en comparution immédiate à Saint-Nazaire, ce Parisien né en 1991 a également été condamné à une interdiction de séjour de cinq ans en Loire-Atlantique, mais il n'a pas été écroué à l'issue de l'audience. Il s'agit de la troisième condamnation à de la prison ferme à l'encontre d'un opposant à l'aéroport depuis le déclenchement à la mi-octobre d'une vaste opération d'expulsion des quelque cent cinquante opposants anticapitalistes alors installés sur le site.

Un autre opposant a été condamné mercredi à huit mois de prison, dont deux mois fermes, et un autre à dix mois, dont cinq fermes, le 28 novembre. Ces deux personnes avaient aussitôt été écrouées. Le tribunal correctionnel de Nantes a en revanche prononcé, jeudi également, la relaxe de deux jeunes femmes, interpellées le 22 octobre dans la commune de Vigneux-de-Bretagne (voisine de celle de Notre-Dame-des-Landes). Elles étaient poursuivies pour la dégradation par jets de projectiles d'un véhicule de gendarmerie, mais les preuves n'ont pas été jugées suffisantes par le tribunal.

 

 UN RECOURS DES OPPOSANTS REJETÉ

Le tribunal administratif de Nantes a rejeté plus tôt dans la journée le recours qu'avaient déposé des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) contre les arrêtés de cessibilité, qui ont permis l'expropriation des terrains destinés au projet, a annoncé leur avocat.
 

"Le tribunal administratif de Nantes rejette les demandes présentées par les propriétaires et les associations contre les arrêtés de cessibilité des 13 septembre 2011 et 26 mai 2012, a indiqué Me Erwan Le Moigne. Les requérants se réservent le droit d'envisager un appel contre cette décision, notamment au regard des développements du rapporteur public."

Vingt-sept requêtes ont été déposées, attaquant les arrêtés préfectoraux, tant sur la forme que sur le fond, en tentant de remettre en cause, au final, la déclaration d'utilité publique du projet d'aéroport, qui date de février 2008.

Lors de l'audience, le 6 décembre, le rapporteur public avait réfuté les uns après les autres les arguments de l'avocat des "anti-aéroport" et avait requis le rejet de toutes ces demandes en annulation, sauf pour un seul arrêté, concernant la parcelle d'une propriétaire qui ne s'était pas vu notifier à temps les éléments de l'arrêté la concernant.

 

 PROTÉGÉS DE L'EXPULSION APRÈS UN ACCORD EN MAI

La procédure d'expropriation des parcelles concernant le projet a débuté en janvier 2012. Elle devrait s'achever complètement en 2013 et, d'ores et déjà, la majorité des propriétaires et exploitants (une vingtaine en tout) qui n'avaient pas accepté de vendre à l'amiable ont été expropriés par la justice. Il restent en revanche protégés de l'expulsion par un accord passé au printemps 2012 avec les collectivités locales socialistes à l'issue d'une grève de la faim. L'accord prévoit qu'ils ne pourront être expulsés qu'à l'issue des recours juridiques contre le projet qui avaient été déposés à la date de la grève de la faim.

En revanche, quelque cent cinquante "occupants sans droits ni titres", opposants à l'aéroport anticapitalistes qui habitaient dans la zone, ont fait l'objet d'une vaste opération d'expulsion depuis la mi-octobre, mais ils n'ont pas quitté les lieux.

Une polémique nationale a débuté du fait des images des interventions massives des forces de l'ordre et de l'implication du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ancien député-maire de Nantes, en faveur du projet. L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est destiné à remplacer en 2017 l'actuel aéroport de Nantes Atlantique. Sa concession a été confiée par l'Etat au groupe Vinci.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 22:03

 

Marianne- Jeudi 20 Décembre 2012 à 14:00

 

 

 

FAYOLLE PASCAL/SIPA
FAYOLLE PASCAL/SIPA
Vous vous souvenez de 2010 ? Non, pas l’affaire Bettencourt, la réforme des retraites ? Le héros était le même – Eric Woerth – mais les conséquences autrement plus importantes. Des manifestations monstres, 2 à 3 millions de personnes dans les rues. Un président de la République, Nicolas Sarkozy, qui refuse de céder à la rue, se moque de ces professionnels de la contestation, qui piétine les corps intermédiaires…

Pour apprendre quoi, deux ans plus tard ? Ce que Marianne et d’autres n’ont cessé alors de hurler dans le désert : une réforme des retraites était certes indispensable, mais cette réforme-là n’était pas seulement socialement injuste, elle était aussi financièrement insuffisante ! En fait, elle n’avait de réforme que le nom.

 

Résultat, deux ans plus tard, on découvre le pot aux roses, en réalité un secret de Polichinelle : en 2020, c’est-à-dire demain, le régime des retraites sera déficitaire de plus de 20 milliards d’euros. En clair, la réforme Sarkozy-Woerth n’aura servi à rien. Pire : elle n’avait de réforme que le nom ! La preuve : dès aujourd’hui, il manque plus de 7 milliards d’euros. On a relevé l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans, mais l’on n’a rien réglé du tout. C’est sans doute l’un des plus gros mensonges du quinquennat précédent : cette pseudo réforme, censée réduire le déficit global à zéro en 2018, n’était pas financée. Etonnez-vous après cela que la parole politique soit délégitimée, décrédibilisée !

Le Medef demandera à nouveau que l’on travaille plus longtemps : 63, 64, peut-être 65 ans – quand un salarié sur 3 ne trouve pas de boulot après 55 ans. D’autres ne jureront que par l’augmentation des cotisations – quand les Français ont déjà le pouvoir d’achat dans les chaussettes. D’autres imaginent même de baisser les pensions, en tous cas de les augmenter moins vite que l’inflation… Ca promet !

Mais de ce marasme évident émerge cependant une bonne nouvelle : contrairement à l’exercice sarkozyste du pouvoir, tous les partenaires sociaux se retrouvent aujourd’hui autour de la table. Tous ont conscience qu’il faut agir rapidement pour sauver pour de bon le fameux modèle social français. Formulons ce vœux pour 2013 : que de ce dialogue accouche d’une solution capable de réunir l’ensemble des Français autour d’un projet commun qui, lui, ne jettera pas des millions de personnes dans la rue !
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 21:43

 

 Marianne - Jeudi 20 Décembre 2012 à 12:00

 

 

WITT/SIPA
WITT/SIPA
Pour Pierre Moscovici, Marianne a tort. Loin d’être la «capitulation», comme le titre notre hebdomadaire cette semaine, et comme l’estime à la fois Finance Watch et bon nombre de spécialistes des banques, sa loi bancaire qu’il a fait adopter ce mercredi 19 décembre en conseil des ministres est « précurseur en Europe ». L’affaire est de la plus haute importance politique. Cette réforme doit être « l’acte fondateur de mon action », explique-t-il.

Celle qui donnera – enfin – sens et consistance à une politique qui en manque singulièrement. Devant les étudiants attentifs, réunis le 23 novembre dans le grand amphithéâtre de l’école supérieure de commerce, le ministre de l’économie et de finances célèbre « le retour du politique », et présente un contenu d’apparence fort volontariste : «identification et contrôle des risques », séparation des activités, suppression des activités « immorales ». Hélas, quelques jours plus tôt, l’entourage du ministre dévoilait aux journalistes le contenu réel du projet de loi quelques jours plus tard, où prédominait le sentiment de pusillanimité. En fait la loi défend d’abord le modèle de « banque universelle » à la française, ce à quoi tenaient d’abord la corporation bancaire.

Car si le texte prévoit bien de « séparer » toutes les activités à risques et de les cantonner dans une filiale particulière, il réserve cette obligation aux seules « trading pour compte propre », c’est à dire lorsque la banque joue avec son propre argent sur les marchés financiers. C’est peu de chose. Pour la plus active des banques spéculatives, Goldman Sachs, cela ne représente que 10% de son activité. Pour les françaises, hormis BNP Paribas et Société générale, presque rien ! Le projet de loi, un rien jésuite, permet à toutes les activités « utiles à l’économie » de demeurer dans la giron des banque de dépôts. Sauf le trading à haute fréquence ( opérations pilotées par ordinateurs générant des achats et des ventes à la nanoseconde sur els marchés ). Quasiment tous les autres instruments sont autorisés pour peu qu’ils soient utilisées en relations avec un client : spéculation sur les matières premières, tenue de marché, crédit hypothécaires à risques (subprimes), investissement dans des filiales pratiquant la « rehaussement de crédit », etc.

Un banquier d’affaires résume : « en fait, à part l’affaire Kerviel, cette loi n’aurait empêché aucune des gamelles que les banques françaises ont enregistrés pendant la crise : Natixis (groupe BPCE) aurait pu investir dans une filiale dangereuse aux Etats-Unis et perdre 10 milliards d’euros ou Dexia vendre des crédits pourris aux collectivités locales, et perdre encore davantage d’argent. En fait, il n’y avait qu’une solution pratique : cantonner toutes les activités de marchés dans une filiale, puisque dès qu’il y a marché, il y a un risque… ». On peut ajouter que pourvu qu’elle agisse pour un client, une banque pourra spéculer sur les matières premières alimentaires, au risque de créer des envolées de prix et des famines ! Quant à l’interdiction de posséder des filiales dans les paradis fiscaux ou réglementaires, elle est carrément absente du projet de loi. Même le prêt aux hedge funds, spéculateurs entre les spéculateurs est possible, sous certaines conditions…

Le texte fait donc le bonheur des banquiers qui ont fait, de juillet à décembre, le siège du gouvernement en défendant la « banque universelle ». Ils ont trouvé des défenseurs à Bercy où un haut et influent fonctionnaire soutient que « les banques qui ont fait faillite aux Etats-Unis, comme Lehman Brothers, ou au Royaume-uni comme la Northern Rock (ou RBS???) étaient des établissements spécialisées. Lehman Brothers était une pure banque d’affaires, Northern Rock une pure banque de dépôt. Cela n’a pas empêché des catastrophes d’arriver ». Fermez le ban.

D’ailleurs, selon Bercy les « larges consultations » organisées en amont auraient été unanimes : « les banques, leurs clients qu’ils s’agissent des entreprises ou des associations de particuliers ont eu ce message : ne détruisez pas notre banque universelle… »  Cet engouement pour le modèle « tout-en-un » est suspect aux yeux de Pierre-Henri Leroy, président du cabinet Proxinvest : « c’est l’offre coiffeur, explique-t-il. On voit l’avantage pour le coiffeur de fournir  à la fois le shampoing, la coupe, le brushing, la couleur et la manucure. Mais est-ce que c’est aussi l’intérêt du client ». Même Sébastien Busiris, secrétaire général  FO banques, pourtant partisan de la banque universelle au nom de l’emploi de ses adhérents, estime que pour sauver le modèle, il faudrait l’encadrer fortement : « lorsque nous avons été auditionnés, à la fin du mois d’octobre, on avait l’impression que les jeux étaient faits et qu’il s’agissait de vérifier que nous ne nous y opposerions pas. Nous avons demandé que la loi précise ce qu’étaient « les activités utiles à l’économie », et qu’on taxe la spéculation pour la décourager. Mais le projet de loi laisse la question sans réponse. »

En fait ce sera aux autorités de régulation, peuplées de banquiers, anciens, actuels ou futurs, de préciser le concept « d’utilité à l’économie ». Comme le dit Sébastien Busiris: « à la limite, la spéculation peut être présentée comme indispensable ! » Et c’est là que la modestie de la réforme permet aux banquiers de limiter les dégâts. Longtemps la profession a laisser dire que la séparation du « compte propre » n’impacterait que 2% de son chiffres d’affaires (le produit net bancaire). In extremis, Pierre Moscovici  a fait recalculer le chiffre « c’est en fait 10% » s’écrit-il dans l’espoir d’étoffer son dossier. 

Pour Thierry Philiponnat, ex-trader et directeur l’ONG européenne Finance Watch, créée à l’initiative de députés de gauche français, « combiner ces deux activités au sein d'une même banque a pour conséquence de permettre à l'activité de prêt d'argent et de collecte des dépôts de nourrir artificiellement l'activité de négoce d'instruments financiers. » En clair : l’argent des déposants sert toujours à faire des profits par la spéculation. 

Karine Berger, députée socialiste des Hautes-Alpes, et qui sera la rapporteure de la loi à l’Assemblée, en convient : « la réforme ne vise pas à corriger l’action des banques, à en transformer la structure. » Ce n’est pas si mal lorsqu’on regarde la revendication de départ des banquiers: « le message de Frédéric Oudéa, (patron de la Société générale et président jusqu’à l’été de la Fédération bancaire française FFB) était d’instituer une autorité de régulation à postériori ». Une chambre d’enregistrement, en somme. Pour la députée, l’esprit de la loi est donc : « on ne découpe pas les banques, mais on prépare la paire de ciseaux pour pouvoir le faire au cas où ». La véritable innovation de la loi Moscovici résiderait dans son deuxième volet, qui donne des nouveaux instruments à la puissance publique pour gérer une éventuelle crise bancaire.

« On pourra enfin débarquer le management incapable d’une banque à problèmes avant la cessation de paiement, contrairement à aujourd’hui », se réjouit un haut fonctionnaire de Bercy. Un fonds de résolution devra être constitué, qui permettra de ne plus faire appel à l’argent des contribuables en cas de pépin. « C’est la fin de la socilaisation des pertes », s’exclame le ministre. Mais une autre conclusion s’impose : les banques pourront donc continuer à faire leurs affaires comme auparavant, mais gare à la faute ! Ce volet de la loi heurte d’ailleurs davantage les banques mutualistes (Crédit agricole et Crédit mutuel),  très jalouses de leur indépendance vis-à-vis de l’Etat, que les banques privées. 

Pourquoi avoir capitulé si facilement ? Bien sur il y a la « proximité ». Des deux côtés de la négociation, on trouve des inspecteurs des finances; ceux de la direction du Trésor, comme Ramon Fernandez, qui a entièrement instruit le dossier pour le compte de Pierre Moscovici; Et les ex-de Bercy, comme Michel Pébereau, président d’honneur de BNP-Paribas, ou François Villeroy de Gallau, numéro 3 de la même banque, et ancien directeur de cabinet de Dominique Strauss-Kahn et par là très au fait des réseaux socialistes. La consultation préalable a eu lieu dès le mois de juillet au sein, du Conseil de régulation financière et du risque systémique (Corefris) dont L’Expansion a dévoilé les principaux participants: « Outre le ministre des finances et des autorités de régulation et de supervision (gouverneur de la Banque de France, président de l'Autorité des marchés financiers notamment), s’y trouvent trois membres “indépendants” : Jean-François Lepetit, administrateur de BNP Paribas (et ancien directeur de la banque), et Jacques de Larosière, conseiller pendant plus de dix ans du président de BNP, un certain Michel Pébereau (ex-pdg de BNP Paribas. »

Par ailleurs, Notre banquier d’affaires observe qu’en « chargeant continuellement les banques de taxes, le gouvernement s’est affaibli devant elles quand il a fallu discuter réformes de structurelles. Les banquiers ont eu beau jeu de dire au ministre : vous voulez de l’argent ? Et bien laissez-nous en faire ! ».

Reste à franchir le niveau européen. Michel Barnier, commissaire au marché intérieur et aux services prépare lui aussi une directive (loi européenne) de séparation des activités bancaires. Il devait s’inspirer d’un rapport préparé par le groupe présidé par le finlandais Erkki Liikanen, dont les conclusions sont bien plus sévères que le projet Moscovici. Il recommande notamment de cantonner dans une filiale spécifique toutes les activités à risque (trading pour compte propre, tenue de marché, crédit aux hedge funds, véhicules d'investissement hors bilan, investissement dans le private equity…)

Michel Barnier qui s’en était entretenu avec François Hollande cet été avoue ne pas être au courant des détails. « Je n’ai pas eu connaissance du texte du projet de loi Moscovici. Mais l’important est qu’il soit compatible avec la future directive », explique-t-il devant l’association des journalistes économiques et financiers. A Bercy on ne cache pas le sentiment d’avoir bien manœuvré : « La France sera le premier pays en Europe à légiférer. Cela nous permettra de peser d’un poids particulier sur les contenus au niveau de l’Union. » Sous-entendu : les banques françaises seront bien défendues… 

Comme s‘il savait son texte est bien imparfait, Pierre Moscovici s’est dit ouvert à de nombreux amendements de la part des parlementaires : « sur les stocks options, sur la composition de l’autorité de contrôle prudentielle, sur les paradis fiscaux », et même «  sur la liste des activités déclarées ».
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 20:08

 

http://zad.nadir.org

 

jeudi 20 décembre 2012, par zadist

 

Communiqué - [zad-nddl] Recul de la Préfecture sur la châtaigne

Depuis la semaine dernière, la Châtaigne, espace réoccupé avec 40 000 personnes le 17 novembre sur la zad, était menacé d’expulsion suite à une ordonnance sur requête.

Suite à notre annonce de la mise en oeuvre d’un procédure de rétractation, la Préfecture a fait savoir qu’elle n’entendait pas faire usage de l’ordonnance sur requête autorisant l’expulsion de la Châtaigne. Cela signifie qu’une nouvelle procédure, nominative et contradictoire cette fois, sera nécessaire pour obtenir l’expulsion du lieu. Après l’attaque policière de la châtaigne et le vol de nos outils et matériaux le 23 novembre, ainsi que les divers passages en force sur le plan juridique, il apparait que la Préfecture recule.

Il est cocasse de repenser au communiqué officiel de la Préfecture affirmant mercredi dernier que les habitants de la Chataîgne n’avaient "plus aucun droit". Prise à son propre jeu, elle doit bien admettre aujourd’hui qu’il lui sera nécessaire de relancer une procédure pour obtenir le droit d’expulser. Si nous ne nous cachons pas, pour notre part, derrière un "droit" qui se range le plus souvent du coté des puissants, nous ne les lâcherons pas sur ce terrain là, pas plus que sur les autres... Au demeurant, nous n’entendons pas nous reposer sur des procédures hasardeuses : les opposants, paysans, habitants et associations restent prêt sur place à défendre la châtaigne et à réagir si nécessaire dans les villes et bourgs partout ailleurs.

Malgré la multiplication des arrêts préfectoraux interdisant le transport de matériaux, outils, carburants sur la ZAD, malgré les checkpoints, le harcèlement, les contrôles et arrestations à répétition, l’usage illimité des grenades assourdissantes, nous n’avons cessé d’approvisionner les cabanes et de construire. Samedi midi encore, après qu’un pique-nique sur la route ait été gazé, une grande crèche en kit transportée sur des tracteurs a réussi à passer entre les rangs policiers sous la pression. Si ce n’est la volonté de maintenir un point de tension permanent, et de continuer à blesser les opposants, la présence des troupes préfectorales ne leur est plus d’aucune utilité. Il est grand temps qu’elles se retirent de la ZAD.

Alors que la "commission gouvernementale de dialogue" propose un premier rendez-vous à Nantes cette semaine, nous rappelons que les différentes composantes de la lutte sur le terrain sont unies dans le refus d’un dialogue fantôche sur l’aménagement du projet d’aéroport. On ne nous fera pas ce coup là, d’autant que les expulsions des fermes, champs et habitats menacent encore et que Vinci annonce la poursuite des travaux de mise en oeuvre. Nous sommes déterminés à résister jusqu’au retrait du projet.

Si la pression s’éloigne momentanément sur la Châtaigne, la vigilance demeure de mise sur tous les autres habitats occupés, entre autre la maison de la Sécherie (route des fosses noires) qui pourrait être expulsée dès le 27 décembre et qui appelle à se mobiliser.

Les 15 et 16 décembre dernier, un mois après la manifestation de réoccupation, plus de 300 personnes représentant 150 comités de soutien locaux se sont retrouvées à Notre dame des landes pour coordonner les actions et mobilisations des semaines et mois à venir, réaffirmer leur opposition sans concession à ce projet et au monde qui le produit et renforcer les liens avec d’autres luttes locales (THT, Ligne à Grande Vitesse, gaz de schiste, bétonnage des terres agricoles...)

Nos pensées imédiates vont à nos deux camarades en prison depuis leur arrestation sur une barricade et à un checkpoint policier, à notre camarade encore à l’hopital après s’être pris une grenade dans le pied dimanche soir, ainsi qu’à tous les autres blessés ou inculpés depuis le début de l’opération César

Ils ne nous décourageront pas. On résiste, on construit, on cultive, on occupe, on réoccuppe !

Des occupant-e-s de la ZAD.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 20:05

 

http://zad.nadir.org

jeudi 20 décembre 2012, par zadist

 

Les auteurs de cet article ne sont pas tout-e-s francophones à l’origine. Merci de votre compréhension et tolérance !

Changement d’arrangement du Fil d’Info. Les Infos sont plus bas dans l’article Il y a encore une forte chance que la Site ne marche pas parfaitement. Si cette article ne se renouvelle pas au bout d’une demi heure, allez voir là : lazad.noblogs.org

- 17h45 : on n’a pas trop donné de nouvelles dans la journée, c’est que tout le monde est occupé dans tous les coins : ça construit, ça réfléchit aux prochains appels, festivals, chantiers,... , ça accueille et discute avec tous les gens qui passent par ici plein d’espoirs et d’énergies, ça se remet des émotions judiciaires, ... bref, une journée ordinaire sur la ZAD...

- 16h30

RAPPEL On peut écrire à Cyril au centre pénitentiaire quartier maison d’arrêt Cyril n°d’écrou 57360 rue de la Mainguais 44300 nantes

20/12/12012 On nous a prévenu que des lettres avec prénom et numéro d’écrou lui étaient parvenues. Cependant si vous ne voulez prendre aucun risque vous pouvez transmettre vos courriers et/ou lettres au comité de soutien qui transmettra

Comité de soutien des inculpées, 44220 Coueron.

on peut aussi envoyer des sous pour le comité à cette même adresse avec pour ordre Comité de soutien des inculpées.

- Une personne fait une revue de presse régulière sur ce qui se passe ici. Vous pouvez la trouver ici. Le lien sera dans la rubrique Ressources du site.

http://presse-nddl.e-monsite.com/,

d’autres lectures qu’on nous a envoyé :

- un guide de l’armement des forces de l’ordre, pour pouvoir faire la différence entre une lacrymo et une grenade assourdissante

- un article de Vinci dans le moniteur ( revue du BTP), histoire de voir leur propagande (leur mauvaise foie disent certain-e-s) à l’oeuvre :le transfert de l’aéroport Nantes Atlantique générera une vraie plus value écologique

- le compte-rendu d’une séance d’assemblée nationale :Il s’agit de l’adoption de deux amendements à l’article 15 de la loi de finances pour 2013, relatifs à la limitation de la déduction des charges financières des grandes entreprises, dont le principal a été soumis par le ministre du Budget (le louche Cahuzac). C’est du sur-mesure pour Vinci, Bouygues, Suez, and Co

- http://alternatives-economiques.fr/...

- 14h25 Il n’y a pas eu de comparutions immédiates aujourd’hui.

- 14h10 Un rdv pour ce soir : Reze Soirée Repaire des AMG de l’émission de Là bas si j’y suis sur Notre Dame des Landes, ce jeudi 20 décembre au Canon à Pat à partir de 20h30. Pensez à aller voir les autres rdv en bas de cet article

- 14h un chouette article paru dans CQFD sur la lutte ici :

http://www.cqfd-journal.org/Une-lut...

- 13h40 Ca fait quelques heures que les flics sont aux Ardillères et font ouvrir les coffres sans pour autant demander systématiquement les papiers. Faites attention à vous ! N’hésitez pas à leur réclamer les arrếtés justifiant leur intervention. Pour l’instant ils refoulent le matériel de construction

Petite image du métro parisien :

- 12h12 : pas mal ! Banderolle de 200m2 sur le musée du Louvre (Paris) ce matin : http://presse.greenpeace.fr/energie...

- 11h17 : un point juridique :

Jeudi (aujourd’hui)
- à 14h au tribunal de St Nazaire et celui de Nantes : probablement des comparutions immédiates ; venez assister aux procès.
- à 18h place Bouffay : Rassemblement contre l’enfermement

BILAN DES ARRESTATIONS DES 2 DERNIERS JOURS

Dans la nuit de lundi, 10 personnes ont été arrêtées sur la ZAD. 6 d’entre elles, on en a plus de nouvelles (elles pourraient être relâchées ou maintenues en détention provisoire) ; si vous en avez, appelez la “legal team” au 0675.30.95.45 4 personnes sont passées hier devant le juge à la fin de leur garde-à-vue prolongée, pour une “comparution immédiate” ; l’une d’entre elles a refusé la compa, les 3 autres ne l’ont pas refusé (ce qui revient à l’accepter) : La personne ayant refusé d’être jugée en comparution immédiate a une convocation au tribunal pour janvier. D’ici à son procès, elle est sous “contrôle judiciaire” (elle devra pointer toute les semaines dans la gendarmerie plus proche à son domicile déclaré) + elle a une interdiction de séjour en Loire Atlantique. Une personne s’est pris du ferme avec “mandat de dépôt”, càd il a été emprisonné directement après son procès. Il est condamné à 2 mois de prison ferme + 6 mois de prison avec sursis + à sa sortie, obligation de travailler, interdiction de séjour sur les 6 communes de la ZAD et un an de mise à l’épreuve. Les deux autres personnes ont été condamnées à 3 mois avec sursis + interdiction de séjour dans les 6 commmunes de la ZAD.

Donc encore quelqu’un en prison, des condamnations et un nouveau procès en janvier pour “attroupement après sommations”, “violences sur agent”,... basées sur uniquement des déclarations mensongères des gendarmes !

Dans la journée de mardi, 3 personnes qui s’aprétaient à faire une action d’information sur le marché de noël à Nantes se sont fait interpellées et embarquées en garde-à-vue. Toutes les 3 sont sorties, sans suite judiciaire.

Dans la nuit de mardi, 3 personnes (au moins) ont été arrêtées sur la ZAD : L’un d’entre elles a été relâché hier (avec ou sans suites ?) Un autre a eu sa garde-à-vue prolongée de 24h, avec de fortes chances donc de passer en “comparution immédiate” aujourd’hui à St Nazaire. La dernière personne, aucune nouvelle.

Du coup c’est très probable que cet aprèm certaines de ces personnes détenues en garde-à-vue soient présentées devant le juge pour une compa, à la fois au tribunal de Nantes, comme celui de St Nazaire. Un nouvel emprisonnement est à craindre !

Alors on vous encourage à aller aux tribunaux de ces deux villes pour assister aux audiences (au cas où il y en aurait), pour qu’au moins les personnes jugées ne se sentent pas toutes seules. A St Nazaire comme à Nantes, c’est à partir de 14h que passent les gens en comparution immédiate.

A Nantes sont aussi convoquées cet aprèm deux camarades qui s’étaient faites arrêtées fin octobre (lors des premières arrestations sur la ZAD depuis les expulsions) et qui avaient refusé leur comparution immédiate. Venez donc les soutenir.

- 10h28 : un message de notre copain blessé :
Salut,
J’ai été blessé au pied et au tibia Dimanche soir, pour l’instant rien n’est "tranché" sur une éventuelle amputation, on aura un peu plus d’info à vous donner demain. Mais je voulais quand même remercier tout les gens qui m’ont exprimé leur solidarité sur le site, sur la zad ou ailleurs. Je pense que la magie noire, les sortilèges et le vodou vont beaucoup m’aider ! Malheur SUR eux et à bientôt

- 09h37 : les flics sont toujours au carrefour Fosses Noires Chemin de Suez et s’enfoncent dans leur occupation militaire, meme si tout cela n a toujours aucun sens.
on vous rappelle que ce soir il y a un rassemblement contre l’enfermement à 18h Place Bouffay. on rapelle aussi que demain, c’est la fin du monde alors c’est le moment d en profiter pour faire tout ce que vous avez toujours rever de faire mais que vous n’avez jamais osé faire.
et que vous pouvez aussi toujours repondre à l’appel de l’Etat à faire du lobbying pro aeroport, on vous en voudra pas. Voir ici pour le mode d’emploi et un lecteur nous ajoute : On peut aussi demander un 2ème dossier et le faire envoyer à l’adresse de la préfecture ou sous préfecture la plus proche !!! donc, autre administration encombrée !!!

voila, nous on dit ça, on dit rien on dit surtout aux flics qu’ils n’ont rien à faire ici et que notre patience a des limites.

- 08h33 : Et nous sommes de retour sur le fil info, le rendez vous préféré des zadistes qui ne sont pas à la Zad, special dédicace à toi à l’hopital, tout le monde t’envoie des gros calins, des coucous aussi aux gens de toute la zone qui nous soutiennent et à ceux qui sont en prison, (eh oui, une personne de plus arrétée il y a 2 jours est partie directement en maison d’arret) sachez que nous sommes de tout coeur avec vous meme si nous ne pouvons pas communiquer pour le moment.

et à tous les flics de la zone, espèce de raclure de l’univers :

BARREZ-VOUS !!

2h Parce que les journées précédentes ont été marquées par de trop nombreuses arrestations on voudrait vous rappeler qu’il est essentiel de se munir du numéro de la Légal Team avant de partir en action, et si vous êtes pris, de refuser à tout prix la comparution immédiate.

Une manif aura lieu aujourd’hui : Rassemblement contre l’enfermement, à Nantes, 18H, place du Bouffay

Une réflexion l’anti répression à lire sur le blog du collectif de Rouen

1h30 Et pas encore couchéEs... On voudrait vous rappeler que vous n’avez plus que jusqu’à demain 21 décembre pour le grand jeu concours "toi aussi tu peux pourrir l’appel d’offre ultra couteux de l’Etat pour faire de la pub pro aéroport". Voir ici pour le mode d’emploi

C’est aussi aujourd’hui que la commission de dialogue arrive sur Nantes. Tiens, elle a oublié de nous contacter ?! On vous renvoit à des textes reçus, Commission du dialogue ou compromission du dialogue ? et à notre liste de revendications, publiée pourtant dès réception de la proposition de dialogue.

On rappelle aussi la position, très claire, de l’ACIPA :

L’ACIPA a reçu une invitation à rencontrer la commission du dialogue le vendredi 21 décembre prochain.

L’ACIPA considère que les conditions ne sont pas réunies pour qu’une première rencontre ait lieu.

Ces conditions sont et restent :

1- Retrait des forces de police de la zone afin de restaurer la liberté de circulation des biens et des personnes 2- Arrêt des destructions et expulsions 3- Confirmation écrite qu’il sera effectivement possible d’aborder sans restriction les sujets de fond du dossier lors d’un rendez-vous

L’ACIPA reste ouverte à une rencontre dès les premiers jours de 2013, dès lors que des réponses positives auront été apportées à ces demandes.


Si jamais le Site ne fonctionne pas, on continuera la-bas : http://lazad.noblogs.org/ Contact mail pour le FestiZad : festizad at riseup.net

Point d’info permanent sur le campement "Hors Contrôle" établi le long de la D81 entre le lieu dit Les Domaines (la Vache-Rit) et la Rolandière. Si vous nous rejoignez sur la zone, voyez ici.

Les trucs utiles à prendre en venant ici :

- équipe legale : 06 75 30 95 45 : à contacter uniquement si vous êtes témoins d’arrestation, si vous êtes arrêté-e-s, et après votre libération On peut envoyer des courriers aux personnes incarcérées et/ou au collectif anti rep ainsi que des sous à l’adresse suivante, le chèque libellé à cet ordre :

Comité de soutien des inculpées, 44220 Coueron.

- équipe médicale : 07 60 26 42 14 !! ATTENTION changé le 4/12
- Accueil "hors contrôle" : 06 32 98 78 36
- liste du matos à ramener (mise à jour le 25/11)

Lieux expulsables : Il reste de nombreuses cabanes au sol et dans les arbres expulsables entre le Phare Ouest et la Gare de Vigneux.

A propos de la situation de la Chataigne : communiqué suite aux derniers éléments, point sur la situation avant le procès et appel à occupations en cas de destruction.

Il y 3 nouveaux arrêtés préfectoraux pour Vigneux de Bretagne et Notre dame des Landes : Interdiction pour le transport de carburant ; interdiction pour le transport des explosifs, produits inflammables, feu d’artifices et l’interdiction de véhicules qui contenant des materiaux de construction (routes concernées : "RD81 entre les Ardilières et la commune de Vigneux (carrefour de la Saulce), voie communale 1 (NDDL) des Perrières aux Ardilières, voie communale 11 (NDDL) du Chêne des Perrières à la Boistière, voie communale 5 (Vigneux) de la Boistière à Vigneux".) Il ont été repoussé pour une semaine


On pense fort a celleux qui sont en train de marcher ! Pour plus d’infos sur le marche de Nice à NDDL, ici ou sur leur site


Les rendez-vous du jour

Jeudi 20 décembre

Rassemblement contre l’enfermement, à Nantes,18H, place du Bouffay

Metz projection-débat au café Jehanne d’Arc à 20h.

Paris Représentation de théâtre donné en soutien à la ZAD À La Java, 105 rue du Faubourg du Temple Paris X / M° Répu ou Goncourt

En début de représentation des infos seront données sur la situation à la ZAD et les recettes seront versées pour la lutte.

Venez et faites venir ! Si vous vous sentez régulièrement à l’étroit dans les théâtres, si vous cherchez de nouveaux horizons expressifs et poétiques, vous serez sur le bon chemin avec ces deux solos qui avancent main dans la main au fil d’une écriture joyeuse, baignés d’ironie et d’inquiétude.

Les deux textes présentés dans cette double-performance évoquent les rapports étranges de l’homme à la terre et aux animaux qui l’habitent comme lui, pour lui, mieux que lui… Pour rien.

La spontanéité et la liberté créatrice de ce projet est d’autant plus jubilatoire, qu’elle est de plus en plus invalidée par le circui-cuit culturel.

Tarif : 10/5 euros Réservation 01 42 02 20 52

Dinan projection du film "Notre Dame des Landes stop à l’aéroport" programmée le jeudi 20 décembre à 20h30 au cinéma "vers le large" de Dinan

Blois La prochaine réunion publique aura lieu le JEUDI 20 DECEMBRE à 19h, à l’annexe de la BOURSE du Travail de BLOIS en face de la maison des syndicats, avenue de l’Europe (même lieu que le 6). Pour l’annoncer, un tract va être préparé et sera diffusé au marché de BLOIS le SAMEDI 15/12 de 10h30 à 12h . Préparation du concert pour la mi-janvier . VIGILANCE : RV DEVANT LA PREF. À 13H. LE LENDEMAIN D’UNE ÉVENTUELLE INTERVENTION POLICIÈRE SUR LA ZAD. Le collectif de soutien aux opposants à l’aéroport et son monde 41

- Augan réunion du comité de soutienà 20h30

- Rezé soirée d’info au Canon à Pat à partir de 20h30 51 Rue Alsace Lorraine. Pour un fois, nous allons suivre l’actualité d’autant plus motivé qu’elle se situe à quelques kilomètre de chez nous. Le projet d’aéroport de Nantes dans les cartons depuis 30 ans à déjà fait coulé beaucoup d’encre et nous allons encore trouver à en dire beaucoup. Quels sont les enjeux derrières la réalisation de l’aéroport de Nantes ? Ce grand projet est-il représentatif de ceux qui se montent en Europe où est-ce un village gaulois ? Plusieurs personnes du Collectif de Défense de NdL seront là pour nous informer de la situation actuelle, mais avant nous ferons un petit historique de projet rocambolesque. En espérant vous voir nombreux, ce jeudi 20 décembre

- Nîmes happening devant le Conseil Général du GARD lors de la réunion publique de l’assemblée départementale "Plan Climat" Auditorium du Conseil Général, 3 rue Guillemette à Nîmes Collectif de soutien Nîmois à Notre Dame Des Landes A l’auditorium du conseil général, a lieu une réunion publique sur "le plan climat du conseil général". Nous ferons un rassemblement pour Notre Dame des landes, dénonçant la logique qui amène nos élus à de telles absurdités. Nous ne rentrerons pas dans la salle mais ferons un happening devant l’auditorium : venez nombreux avec vos panneaux etc. et les avions en papier fabriqués la veille. (utile : consulter le "plan-climat" du conseil général du gard pour voir de quoi il en retourne).

- ACCUEIL des MARCHEURS venus de Nice pour NOTRE DAME des LANDES 15h Stand d’info NDDL chants musique et Ateliers confection d’Avions place aux herbes, Nimes 18h accueil des marcheurs du collectif 06 (Nice) à la Gare en musique venir nombreux 19h repas échanges partages avec les marcheurs

Dijon la prochaine réunion du comité local aura lieu le jeudi 20/12 à 18h au local d’EELV (rue Saumaise, à Dijon)

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 23:01

 

http://www.youtube.com/watch?v=nw5Vfqsxw_s&feature=youtu.be

 

 

JoK T

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 22:46

 

http://zad.nadir.org

mercredi 19 décembre 2012, par zadist

 

 

Les auteurs de cet article ne sont pas tout-e-s francophones à l’origine. Merci de votre compréhension et tolérance !

Changement d’arrangement du Fil d’Info. Les Infos sont plus bas dans l’article Il y a encore une forte chance que la Site ne marche pas parfaitement. Si cette article ne se renouvelle pas au bout d’une demi heure, allez voir là : lazad.noblogs.org

Fil d’infos

- 22h48 :

Des infos lues sur ouest france :

Un homme de 42 ans a été condamné, ce mercredi soir, à Nantes, à huit mois de prison dont deux fermes. Il a été écroué dès la fin de l’audience du tribunal correctionnel. Récidiviste, il a été reconnu coupable de violences sur des gendarmes (des jets de projectiles), d’outrage et de rébellion.

Ce militant anti-aéroport avait été interpellé à Vigneux-de-Bretagne lors d’échauffourées survenues vers minuit, mardi. Deux autres militants, de jeunes Allemands de 24 ans, ont été placés en garde à vue ce soir-là. Inconnus de la justice, ils ont été condamnés à trois mois de prison avec sursis.

Tous ont interdiction de fréquenter les six communes concernées par le projet d’aéroport.

et

Un jeune homme de vingt ans, sans domicile fixe et avec des antécédents judiciaires, s’est vu signifier la prolongation de sa garde à vue pour 24h, mercredi soir par la procureure adjointe de Saint-Nazaire, Natacha Rateau. Le temps de procéder à des vérifications supplémentaires sur les photos issues des vidéos tournées par les gendarmes mobiles pendant un affrontement intervenu mardi à Notre-Dame-des-Landes. Si le parquet confirme grace à ces images qu’il est bien l’auteur de jets de projectiles contre les forces de l’ordre, il pourrait comparaître dès ce jeudi en procèdure de comparution immédiate devant le tribunal de Saint-Nazaire.

Un autre jeune homme de 21 ans, étudiant originaire de Nîmes, interpellé pendant le même affrontement a été remis en liberté. Si il est apparu qu’il a bien participé à l’attroupement, il n’est pas été établi qu’il a lancé des projectiles. Il était semble-t-il sur le site pour un reportage photo.

- 20h50

on nous informe que 7 fourgons de GM, un camion de matos et une fourgonnette sont stationnés à L’hôtel "IBIS Budget" rue Gustace Eiffel à Sainte Luce sur Loire (périphérie est de Nantes).

- 18h40

les arrêtés préfectoraux qui sont dispos sur le site courent jusqu’au 17 décembre. Les arrêtés ont depuis été prolongés jusqu’au 24 : arrêté pour les matériaux de construction arrêté pour les explosifs, produits inflammables et feux d’artifice arrêté pour le transport de carburant

- 18h30

Un retour sur le weekend de rencontre à lire ici :

http://bourgogne.eelv.fr/2012/temoi...

où comment la ZAD a permis une jolie remise en question à une élue EELV : "Les jeunes, ils ne viennent pas beaucoup dans nos partis, ils sont où, ils s’en foutent ? Non, ils sont ici et préparent pour lui un monde meilleur. Il est impossible qu’ils ne gagnent pas contre l’aéroport et son monde. Tout faire pour les y aider. Au milieu de ces bois, nous sommes loin des assemblées d’élus, des ministères, des conseils fédéraux. Nos combats internes me paraissent bien inutiles, je suis au milieu d’une terre d’Utopie, un vrai lieu où s’ancre l’avenir. Il n’y a rien de plus précieux. J’ai envie de remercier celles et ceux qui sont là"

- 18h

Tout est calme sur la ZAD, la vie continue à s’organiser. On vous prépare des compte rendu des rencontres inter comités de ce weekend afin de partager l’énorme énergie qu’on en a retiré. On voudrait aussi partager une analyse de Mathieu Rigouste, auteur engagé de La domination policière, une violence industrielle qui montre que "La violence policière est rationnellement produite et régulée par l’Etat"

http://www.lesinrocks.com/2012/12/1...

- 17h

Le directeur du projet AGO chez Vinci continue à baver dans la presse et annonce les premiers transferts d’espèce protégées pour février.

http://www.saint-nazaire.maville.co...

et il parle évidemment de nous : "Je souligne la violence qui émane de l’opposition radicale pour laquelle l’opposition à l’aéroport n’est qu’un prétexte à contester la société. Il est inacceptable de s’attaquer aux biens, aux outils, aux salariés. Nous sommes obligés de prendre des mesures de sécurité pour nos salariés et ceux des entreprises partenaires"

INFOS SUR CE QUI MANQUE PAR ICI : Le groupe communication / auto-média recherche un-e dépanneur-euse de photocopieuse Des copin-es cherchent "un plateau style plateau à foin avec essieu d’au moins 6 mètres pour faire une roulotte"

- 15h04 : Aux Ardillères, les flics contrôlent les voitures, jettent un coup d’oeil dans les coffres sans vraiment fouiller... Et toujours 6 camions de bleus au carrefour du moulin de Rohanne, qui bloquent les gens à pied, mais nous on passe dans les champs !

- 14h57 : On nous apprend que des 3 personnes arrêtées hier à Nantes, les 2 premières ont été renâchées à 23h hier soir et la troisième à été relâchée ce matin à 4h.

- 13h 50 : un 4×4 noir bmwx3 ou 5 à pris des photos de l’acceuil... Faites gaffe à elle !

- 13h38 : Au carrefour du Moulin de Rohanne, les flics se sont avancés sur la route à 300 m au nord au niveau de la Genestière. Ils contrôlent apparement tout le monde. Ils feraient chier parce qu’ile ont trop été emmerdés ces derniers jours...

Lettre d’un cégétiste à l’UD 44

Sacre Jean-Marc : EXCLUSIF - Les drôles de fiches de la mairie de Nantes

- 11h19 : pas trop des Infos a vous donner.

reçu : L’action Vinci a recule de 28.82% sur les 5 dernieres annees, et ne remonte pas en ce moment (en fait, ca bidouille du zero virgule, a monter, puis descendre, puis remonter, reredescendre ...). En fait, on dirait que, cote traders, vinci ne soit pas un produit intetessant. Avenir trop flou ? (A noter pour les camarades anti-nuc que les actions areva et edf se cassent la gueule de facon encore plus magistrale !! Voir boursier.com par ex.)

- 10h45 Fin de l’occupation du chantier Vinci à Rennes mais la journée de travail aura été foutue. Bravo les copin-es, que se multiplient les actions directes contre Vinci, ses filiales et sous traitants !

Notre-Dame-des-Landes : l’Etat coincé par ses concessions à Vinci

Drôle ? Jean-Marc Ayrault a signé une pétition pour sauver les zones humides Plutôt ridicule...Demission Jean-Marc !

reçu : les machines sur les remorques (porte chars) sont peut-être celle des archéologues qui refuserais de travailler pour des raisons "sécuritaire" il doivent intervenir, quand je ne sais pas, mais les force du désordre ne veulent ou ne peuvent sécuriser les mini pelle et les porte chars en même temps

APPEL : Ca sera superbe si on aura des piles AAA et du beurre ! :) ET un coupain paysan cherche a rentrer ce soir à Rennes...contact zad at riseup.net

- 9h56 : Sur le campement hors contrôle, demontage de chapiteau. Faut des bras....

- 9h : Il fait jour ! On aimerai savoir ou il sont passés les machines sur des remorques proche de l’Isolette vus hier soir.....

Merci Klaxon !

La vie s’écoule, la vie s’enfuit Les jours défilent au pas de l’ennui Parti des rouges, parti des gris Nos révolutions sont trahies

Le travail tue, le travail paie Le temps s’achète au supermarché Le temps payé ne revient plus La jeunesse meurt de temps perdu

Les yeux faits pour l’amour d’aimer Sont le reflet d’un monde d’objets. Sans rêve et sans réalité Aux images nous sommes condamnés

Les fusillés, les affamés Viennent vers nous du fond du passé Rien n’a changé mais tout commence Et va mûrir dans la violence

Brûlez, repaires de curés, Nids de marchands, de policiers Au vent qui sème la tempête Se récoltent les jours de fête

Les fusils sur nous dirigés Contre les chefs vont se retourner Plus de dirigeants, plus d’État Pour profiter de nos combats

"le coût de la mobilisation policière est connu : à raison de 500.000 € par semaine depuis deux mois, ce sont entre 3 et 4 millions d’€ qui ont été engloutis dans la ZAD depuis le début de l’opération Cesar le 16 octobre 2012" - Paye ton Ayraultport, Ayrault

Lecture : Notre Dame des Landes : comment répondre à l’appel d’offres de communication

INFO : Action à Rennes en solidarité avec la ZAD contre l’aéroport de Notre-Dame des Landes. Depuis 6h30 ce mercredi matin, 19 décembre 2012, des opposants à l’aéroport de Notre-Dame des Landes, et au monde qui va avec, occupent le chantier VINCI de l’extension du centre commercial ALMA à Rennes. Des personnes occupent une des grues. Le chantier ne pourra pas démarrer ce matin !

- 7h55  : pas des nouvelles par rapport de barrages par exemple aux Ardillières. On aimerai bien savoir ! Par contre, sur sans besoin d’y aller, il y a plein des GMs sur le carrefour Fossses noires /chemin de suez / l’Isolette. Ils ont mis des brutes, ce genre de mecs qui sont devenu GM pour dominer, encore mieux avec leur baton. Humiliations, provocations et aggressions pendant des contrôles signalés bien plus souvent que par habitude. Faites attention a vous les ami-e-s qui passent vers la-bas. Le Préfet joue un jeu pervers et il met en danger tout le monde sur place. Démission !

Je m’excuse par avance pour une matinée peut-être plus enrageé que d’autres. La haine monte incroyablement fort en pensant aux arretéEs, blesséEs, humiliéEs de la zad et d’ailleurs. Ce gouvernement est contrariant Malheur à vous

Le changement, c’est pour maintenant, n’est ce pas Francois ( ta gueule ) : 6 opposants dans l’après-midi, à Lille-Grand Palais, pour s’opposer à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à l’occasion de la venue du Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT, présent aujourd’hui

- 7h01 : Bonjour, Dzieri dobry, Bom dia....SHhhhhhSShhh...LaZad dors encore. On pense fort au camarade a l’hôpital et les autres en taule...Courage !!!


Si jamais le Site ne fonctionne pas, on continuera la-bas : http://lazad.noblogs.org/ Contact mail pour le FestiZad : festizad at riseup.net

Point d’info permanent sur le campement "Hors Contrôle" établi le long de la D81 entre le lieu dit Les Domaines (la Vache-Rit) et la Rolandière. Si vous nous rejoignez sur la zone, voyez ici.

Les trucs utiles à prendre en venant ici :

- équipe legale : 06 75 30 95 45 : à contacter uniquement si vous êtes témoins d’arrestation, si vous êtes arrêté-e-s, et après votre libération
- équipe médicale : 07 60 26 42 14 !! ATTENTION changé le 4/12
- Accueil "hors contrôle" : 06 32 98 78 36
- liste du matos à ramener (mise à jour le 25/11)

Lieux expulsables : Il reste de nombreuses cabanes au sol et dans les arbres expulsables entre le Phare Ouest et la Gare de Vigneux.

A propos de la situation de la Chataigne : communiqué suite aux derniers éléments, point sur la situation avant le procès et appel à occupations en cas de destruction.

Il y 3 nouveaux arrêtés préfectoraux pour Vigneux de Bretagne et Notre dame des Landes : Interdiction pour le transport de carburant ; interdiction pour le transport des explosifs, produits inflammables, feu d’artifices et l’interdiction de véhicules qui contenant des materiaux de construction (routes concernées : "RD81 entre les Ardilières et la commune de Vigneux (carrefour de la Saulce), voie communale 1 (NDDL) des Perrières aux Ardilières, voie communale 11 (NDDL) du Chêne des Perrières à la Boistière, voie communale 5 (Vigneux) de la Boistière à Vigneux".)


On pense fort a celleux qui sont en train de marcher ! Pour plus d’infos sur le marche de Nice à NDDL, ici ou sur leur site


Les rendez-vous du jour

Mercredi 19 décembre

- Comité Blinois

la prochaine réunion du comité, ouverte à tous, se tiendra mercredi 19 décembre à 19h00. Même point de rendez-vous que la semaine passée, salle de la Pinsonette à Saint Omer de Blain.

contact : comitenddl@yahoo.fr

- Chambéry, réunion du comité à la Maison des Associations de Chambéry à 18h30. Pour avoir les infos directement, faites-vous inscrire sur la liste de diffusion par simple courriel à comite73nddl@yahoo.fr

- Nîmes :Réunion publique sur Notre Dame des Landes pour le passage de la marche des tritons à 18h 30 à nimes au local de la CNT 6 rue d’arnal La CNT du Gard et la Confédération Paysanne accueilleront le collectif 06 pour une réunion publique autour de Notre dame des landes > Le collectif 06 est composé de personnes qui ont débuté une marche depuis Nice pour rejoindre NDDL à Nantes. > Leurs buts : S’arrêter dans chaque ville pour organiser des réunions publiques, informer et alerter l’ensemble de la population sur les conséquences désastreuses du projet de la construction de cet aéroport. > A travers cette marche et en soutenant le collectif 06, montrons que nous sommes unis et organisés, que nous voulons ni de cet aéroport, ni de tous les autres grands projets inutiles imposés. Et qu’il est grand temps que les grands trusts cessent de s’approprier les terres qui appartiennent à la collectivité et aux travailleurs. Une projection de deux films aura lieu (sous réserve). Cette réunion sera suivie d’un pot et d’une soupe de l’amitié. (Prix libre et en soutien aux marcheurs).

- Bruxelles

Assemblée du comité à 19h à l’Horloge du Sud (rue du Trone 141, 1050 Bruxelles)

-  Carhaix, manif va se bouger pour vous soutenir : une manifestation contre le projet d’aéroport est en marche pour le mercredi 19 décembre. ça commenceras à 16h devant le lycée Paul Sérusier !

- Carcassonne : réunion du collectif

Réunion du Collectif Audois opposition aéroport Notre Dame des Landes 19 Décembre - 18 h- au 12, avenue Arthur Mullot - Carcassonne

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 22:41

 

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 19.12.2012 à 07h56 • Mis à jour le 19.12.2012 à 17h45

 
 
UBS a précisé qu'elle s'attendait à une perte au quatrième trimestre en raison des provisions pour litiges.

La banque suisse UBS a annoncé, mercredi 19 décembre, qu'elle allait payer une amende de 1,4 milliard de francs suisses (1,1 milliard d'euros) dans le scandale du Libor après un accord avec les autorités américaines, britanniques et suisses. La banque a précisé qu'elle s'attendait à une perte au quatrième trimestre en raison des provisions pour litiges.

Dans le cadre de cet accord, UBS a accepté de se reconnaître coupable en réponse à une accusation de fraude par voie électronique pour sa filiale japonaise, a-t-elle indiqué dans un communiqué. UBS a précisé qu'elle s'attend à une perte au quatrième trimestre en raison des provisions pour litiges.

Ce montant global de 1,4 milliard de francs suisses inclut des amendes à hauteur de 160 millions qui seront versées aux autorités britanniques et de 1,2 milliard de dollars au département de la justice américaine. La banque reversera également 59 millions de francs suisses à la Finma, l'autorité de surveillance des marchés suisse, qui a ordonné la confiscation de bénéfices indûment réalisés.
 

Le ministre américain de la justice, Eric Holder, a annoncé mercredi qu'une filiale de la banque suisse UBS au Japon a plaidé coupable de fraude dans le cadre d'une information judiciaire ouverte aux Etats-Unis et accepté de payer 1,5 milliard de dollars. Le ministre a également annoncé l'inculpation de deux anciens courtiers d'UBS.

 

 TRENTAINE DE BANQUIERS CONCERNÉS

"Trois douzaines de banquiers et de cadres haut placés seront impliqués dans la collusion présumée de fixation des taux d'intérêt sur le Libor lorsque UBS parviendra à un accord avec les régulateurs globaux plus tard dans la semaine", précisait, mardi, le Financial Times, se référant à des sources proches du dossier.

Mercredi, l'Autorité britannique des marchés financiers a publié des messages instantanés et des conversations accablants pour la banque. "Un haut 6M [taux Libor à six mois] Superman [...]. Sois un héros aujourd'hui", demande un trader d'UBS, dans un message instantané daté du 14 juillet 2009, à l'employé d'une société de courtage travaillant comme intermédiaire pour UBS. "Je vais essayer mon pote [...], comme toujours", répond ce courtier au trader d'UBS qui lui a fait en juillet 2009 39 requêtes du même genre.

Dans une conversation téléphonique, cette fois en septembre 2008, le même trader d'UBS explique à un autre intermédiaire d'une société de courtage : "Si tu maintiens le 6m [le Libor en yen à six mois] inchangé aujourd'hui... Je vais faire un putain d'énorme deal avec toi aujourd'hui". "Genre un deal à 50 000 dollars... J'ai besoin que tu le maintiennes le plus bas possible... si tu fais ça... je te paie, tu sais, 50 000 dollars, 100 000 dollars... ce que tu veux... Je suis un homme de parole", affirme-t-il.

 

"SUPERMAN" ET "LES TROIS MOUSQUETAIRES"

Ce trader et un de ses collègues effectuaient des opérations fictives leur permettant de dégager des sommes afin de corrompre au moins trois intermédiaires de deux sociétés de courtage pour les "récompenser de leurs efforts en vue de manipuler les soumissions [de taux] des banques du panel" qui fixe le Libor chaque jour, selon la FSA.

Outre "Superman", les traders et leurs intermédiaires s'appellent les "Trois Mousquetaires" ou "Capitaine chaos" dans ces messages, des termes prouvant leur "mépris" pour les règles, dénonce la FSA. Selon elle, au moins 2 000 demandes de manipulations ont été répertoriées dans ce qu'elle décrit comme un système généralisé de manipulation du taux Libor, mis en place par UBS. Au moins 45 collaborateurs de la banque suisse étaient impliqués ou conscients des pratiques visant à influencer les taux.

UBS avait été le premier établissement à dénoncer un mécanisme d'entente sur le Libor, taux qui définit les conditions dans lesquelles les banques se prêtent de l'argent entre elles mais qui sert également de référence à de nombreux produits financiers. En juin, Barclays, la seule banque effectivement sanctionnée à ce jour dans ce dossier, a versé aux autorités américaines et britanniques une amende de 453 millions de dollars pour manipulation du taux d'intérêt interbancaire offert à Londres.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 22:36

 

Lire aussi

Il y a des signes qui ne trompent pas. Alors que la réforme bancaire est présentée en conseil des ministres mercredi 19 décembre, le monde des banques affiche une sérénité étonnante. À l’inverse des discussions sur la banalisation du livret A par exemple, qui avaient donné lieu à de multiples débats et empoignades publiques, le projet de réforme bancaire est entouré d’un épais silence. Pas de campagne de presse, de tribunes ou autres pour exposer le point de vue des banques, pour défendre « la banque universelle à la française », ou dénoncer les projets « insensés du gouvernement ». Le monde bancaire n’en parle pas, étant plus préoccupé à retarder voire enterrer la réglementation dite Bâle III, qui vise à imposer des ratios de fonds propres et de liquidité renforcés pour les banques.

Pourtant, cette réforme bancaire est censée être une des lois emblématiques du gouvernement. Lors de sa campagne présidentielle, François

 


 

Hollande en avait fait un de ses marqueurs, désignant le 22 janvier, au Bourget, « le monde de la finance comme son véritable adversaire ». Il avait alors promis de tirer toutes les leçons de la crise financière et d’imposer une véritable séparation entre les banques de dépôts et les banques d’investissement. La réforme sera présentée avant la fin de l’année 2012, avait-il promis.

Le calendrier est respecté. Mais pour le reste ? « Cette réforme sera un vrai marqueur. Il y aura un avant et un après », a assuré le ministre des finances, Pierre Moscovici, en la présentant devant la communauté bancaire, lors d’une journée organisée par l’Autorité des marchés financiers et la Banque de France. « Ce sera la première traduction en Europe du rapport Liikanen (le rapport établi par la commission européenne sur le contrôle des banques) », avait-il assuré (lire notre article « La réforme bancaire est taillée en pièces par le lobby bancaire »).

Depuis, de nombreuses versions du projet de loi ont circulé dans les milieux bancaires. Ce que prépare le gouvernement ne donne guère le sentiment de les affoler. Car il n’y aura ni Glass Steagall Act, ni loi Vickers, ni loi Volcker, ni rapport Liikanen. En un mot, tous les projets discutés dans la plupart des pays occidentaux pour mieux contrôler les banques, pour séparer les banques de dépôts et les banques d’investissement, pour mieux circonvenir les risques imposés aux pays, ont été écartés. La banque universelle « à la française », modèle irréprochable victime de la crise plutôt que coupable, comme le disent ses défenseurs, restera intouchée.

« La réforme bancaire touchera à peine 2 % de notre activité », s’est félicité en petit comité Alain Papiasse, responsable de la banque de finances et d’investissement de BNP Paribas. Grand connaisseur du monde bancaire, Christian Nijdam, un des responsables de la société d’analyse indépendante Alphavalue a fait le calcul. « Rapporter à l’ensemble de la banque, cela signifie que la réforme va toucher à peine 0,5 % du produit net bancaire (PNB chiffre d’affaires) global de BNP Paribas. Si le rapport Liikanen avait été appliqué, cela aurait affecté 13 % de son PNB global », explique-t-il.  Autant dire que la réforme bancaire, à ce stade, risque d’être de l’épaisseur du trait.

 

« Nous leur imposerons la réforme structurelle dont ils ne veulent pas »

Nommée rapporteur du projet de loi devant l’Assemblée nationale, la députée PS Karine Berger essaie de désamorcer cette bombe chiffrée. « Quand le ministère des finances a vu les chiffres sur l’impact de la réforme chez BNP Paribas, il a demandé à la banque de les lui confirmer. Celle-ci lui a affirmé qu’elle n’était pas encore capable de faire un chiffrage pour l’instant », affirme-t-elle. « Les banquiers ont tort de se montrer confiants. La loi va instaurer une vraie séparation entre les banques de dépôt et les banques d’investissement. La bataille va se jouer au Parlement. Je fais les paris.  Nous leur imposerons la réforme structurelle dont ils ne veulent pas. »

Nombre d’observateurs aimeraient sans doute la croire. Pourtant, ils doutent que la représentation nationale puisse faire évoluer les choses : l’affaire a été bouclée, dans le plus grand secret et sans débat, au sommet du pouvoir par les responsables bancaires. « Dès le lendemain de l’élection présidentielle, les banquiers ont pris les choses en main et ont commencé un lobbying d’enfer auprès de l’Élysée et Matignon. À Bercy, Ramon Fernandez – puissant directeur du Trésor – veillait pour que rien de préjudiciable ne soit entrepris contre les banques. Dès la rentrée, les banquiers étaient rassurés », assure un conseiller gouvernemental.

 

 
© Reuters
Dans une très longue enquête, L’Expansion décrit l’intense lobbying des banquiers pour désamorcer la bombe de la réforme bancaire. Rien n’a été laissé au hasard. Ainsi, la « large consultation », mise en avant par Pierre Moscovici, a été menée par le biais du Conseil de régulation financière et du risque systémique (Corefris). L’Expansion rappelle opportunément les noms de ceux qui y siègent :

« Outre le ministre des finances et des autorités de régulation et de supervision (gouverneur de la Banque de France, président de l'Autorité des marchés financiers notamment), s’y trouvent trois membres “indépendants” : Jean-François Lepetit, administrateur de BNP Paribas (et ancien directeur de la banque), et Jacques de Larosière, conseiller pendant plus de dix ans du président de BNP, un certain Michel Pébereau (ex-pdg de BNP Paribas. » C’est ce qui s’appelle un comité élargi. Comment s’étonner que la réforme bancaire ait été vidée de sa substance, comme le reproche l’organisation Finance Watch.

L’affichage, pourtant, se veut sévère. « Le trading haute fréquence, la spéculation sur les matières agricoles, les prêts aux hedge funds  seront interdits aux banques », avait annoncé dès novembre le ministre des finances. « Même sur ces points, l’examen du projet de loi se montre beaucoup moins dur qu’il n’y paraît », souligne Christian Nijdam. Le diable, une fois de plus, se cache dans les détails.

Ainsi, l’interdiction du trading à haute fréquence se réfère aux opérations taxables. Dans le cadre de la loi sur la transaction financière, le code général des impôts les a définies à partir du critère de 0,50 seconde. Depuis, tous les ordinateurs ont été réglés sur 0,51 seconde. De même, les prêts aux hedge funds sont interdits que s’ils sont non garantis. « Connaissez-vous un seul banquier qui accorde un prêt sans garantie ? » demande l’expert financier.

« À ce stade, la liste est limitée. Mais rien n’empêche de compléter. Il suffit d’ajouter un amendement dans le projet de loi », dit  Karine Berger, qui dans son blog assure que la France va avoir la « paire de ciseaux » nécessaire pour séparer les activités bancaires.

Est-ce si sûr ? Se ralliant totalement à l’argumentaire des banquiers, Pierre Moscovici a décidé que les banques conserveraient  « tout ce qui est utile à l’économie ». Les banquiers ont vite fait la liste. Tout est utile ! Les dérivés ? Indispensable pour offrir des produits de couverture aux clients. Le capital investissement ? Comment en exclure les banques au moment où le gouvernement milite précisément pour aider les PME. Les activités de négociations de dettes pour compte propre ? Veut-on vraiment voir la négociation des dettes souveraines aux mains des seuls JPMorgan et Goldman Sachs ? Les activités de tenue de marché ? Impossible de ne pas aider les clients sur les marchés financiers. En oubliant de préciser que cette activité est une des plus profitables et aussi une des plus risquées pour les banques.

 

Géants bancaires

« Le glissement sémantique “d’activité de crédit” à “activités utiles”, notion très subjective, permet des interprétations qui vont à l’encontre des objectifs initiaux », critique l’organisation Finance Watch dans une lettre publique, en pressant le gouvernement de revenir à une définition qui corresponde à la réalité économique et technique des banques. C’est-à-dire la banque de dépôts et la banque d’investissements.

« On confond séparer et supprimer. Dans notre esprit, il ne s’agit pas de supprimer les activités de marché, mais de les cantonner. Car elles n’ont pas à bénéficier de la garantie des États », poursuit Aline Farès, membre de Finance Watch. « Le contrôle des banques doit passer par des structures simples », ajoute-t-elle.

Le projet de loi ne prévoit rien de tout cela. Tout au contraire, il demeure complexe, opaque, illisible. Les divers accidents bancaires – de la fraude par Jérôme Kerviel, aux 80 milliards d’euros de produits toxiques détenus par Natixis en passant par l’explosion de Dexia – prouvent que les banquiers eux-mêmes ne parviennent ni à connaître ni à maîtriser leurs positions en interne. Croire qu’un renforcement des autorités de contrôle permettra de mieux appréhender les risques relève, de l’avis des experts critiques, de l’illusion.

Dans une longue étude sur les banques publiée en juin (consultable ici), le cabinet indépendant Alphavalue avait mesuré, en reprenant les seuls critères admis par les marchés financiers, comme la création de valeur, les mérites comparés de la banque universelle et des banques séparées. Son analyse était sans appel : en s’en tenant au seul point de vue financier, la séparation des banques de dépôts et des banques d’investissement était de loin la meilleure garantie pour les actionnaires. « Maintenir l’opacité n’est que pour le seul bénéfice des managers des banques et des traders », assène aujourd’hui Christian Nijdam.

Mais s’il n’y avait que cela... « Est-ce qu’au moins le projet nous protège, nous contribuables, d’avoir demain à combler des pertes de marché de BNP Paribas ou de Société générale : non bien sûr, Pierre Moscovici affirme même encore plus clairement que c'est toutes leurs activités que la collectivité doit protéger », s’indigne Jérôme Cazes, ancien directeur  général de la Coface et ancien membre du comité exécutif de Natixis, dans une tribune dans Les Échos.

Ce risque est souligné par nombre d’experts. En refusant d’organiser une stricte séparation des offres, le gouvernement offre une garantie étatique sur l’ensemble des activités des banques françaises. L’aléa moral, si souvent dénoncé pendant la crise financière, n’est en rien brisé. En dernier recours, l’État, c’est-à-dire les contribuables, devront répondre de tout.

Les banquiers français répètent à loisir qu’ils ont traversé sans encombre la crise financière. Pourtant, l’État a dû leur accorder 380 milliards de garanties dans la panique qui a suivi la faillite de Lehman Brothers en 2008. La FED, au même moment, leur a apporté des centaines de milliards de dollars de liquidités pour éviter qu'ils ne s'effondrent. Plus récemment, les banques françaises ont été, après les banques espagnoles et italiennes, celles qui ont le plus sollicité les prêts à long terme (LTRO) distribués par la Banque centrale européenne fin 2011 et début 2012. Elles ont alors emprunté 180 milliards d’euros, à un moment où le marché interbancaire était à nouveau totalement asséché.

Les risques existent donc. Et ils sont immenses, compte tenu de la taille de nos banques. « Les trois plus grandes banques françaises ont un total de bilan cumulé égal à 2,5 fois le PIB du pays », rappelle Finance Watch. À elle seule, BNP Paribas totalise plus de 2 000 milliards d’euros d’actifs. C’est la banque la plus grosse du monde. La France a-t-elle les moyens de soutenir un tel géant ?  (Lire notre article « BNP Paribas est-il trop grand ?  »)

En refusant d’organiser une séparation claire, le gouvernement accepte de se porter garant de tout, et met l’ensemble du bilan de la France en risque. La crise financière a démontré que cela n'était plus une hypothèse théorique. L'Espagne et l'Irlande sont là pour le prouver. Ne pas vouloir circonscrire les engagements pris et accepter de faire vivre un pays sous une telle menace financière relève, à ce stade, de la faute politique.


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22