Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 22:00

 

Marianne - Mercredi 20 Février 2013 à 15:07

 

Laurent Neumann - Marianne

 

Un mensonge, fut-il répété dix fois, cent fois, mille fois, ne fait pas pour autant une vérité. Depuis des mois – en réalité, dès le lendemain de l’élection de François Hollande - de purs esprits nous expliquent que le matraquage fiscal infligé aux riches par la gauche se traduit par un exil massif des plus fortunés à l’étranger.

 

BAZIZ CHIBANE/SIPA
BAZIZ CHIBANE/SIPA

Un mensonge, fut-il répété dix fois, cent fois, mille fois, ne fait pas pour autant une vérité. Depuis des mois – en réalité, dès le lendemain de l’élection de François Hollande -  de purs esprits nous expliquent que le matraquage fiscal infligé aux riches par la gauche se traduit par un exil massif des plus fortunés à l’étranger. Dans la série « les pleurnichards vous enfument », rappelons-le, nous avons eu droit successivement au feuilleton Bernard Arnault – le Pdg de LVMH qui voulait abriter sa royale succession sous le ciel bleu de Belgique ; puis à l’épisode des « pigeons » - ou comment nous faire prendre des rapaces du « toujours plus » pour des colombes de la paix fiscale ; et enfin, au psychodrame Gérard Depardieu – qui voulait rejouer « Astérix chez les Belges », qui finit en Quentin de Montargis chez Poutine et à qui on a envie de dire : « Tais-toi » !


Sans parler de ces cohortes d’avocats fiscalistes, de conseillers en patrimoine et autres experts en optimisation fiscale qui défilaient complaisamment sur tous les plateaux de télévision pour faire la pub de leur petit business et nous jurer, la main sur le cœur, que la politique fiscale de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault était confiscatoire et que jamais, ô grand jamais, ils n’avaient vu dans le secret de leurs cabinets autant de candidats – blindés de chez blindés, évidemment – au départ.
 

Or, voilà qu’au détour d’un petit article publié sur le site internet du « Figaro » - ça ne s’invente pas ! – la supercherie est enfin éventée. Titre de l’article dont, n’en doutons pas, le quotidien de Serge Dassault ne fera pas sa Une : « Bercy a recensé 250 déclarations d’exit tax être mars 2011 et décembre 2012 ». La fuite, l’exil, que dis-je, l’exode fiscal dont on nous a rebattu les oreilles pendant des mois, se résume donc au départ de 250 personnes. 
 

Soyons précis : 128 départs de mars à décembre 2011 (donc, presque 13 par mois sur 10 mois) et 122 départs sur toute l’année 2012 (donc, 10 par mois sur 12 mois dont 5 mois sous la présidence de Nicolas Sarkozy). 
 

Soyons précis et… juste : depuis mars 2011, un nouvel impôt oblige les ménages détenant plus de 1,3 million d’euros en actions et qui décident de déménager hors de France à payer une taxe sur les plus-values latentes liées à leurs actions. Certes, cette exit tax ne donne pas une idée exacte de tous ceux qui quittent la France, mais c’est sans doute l’indicateur le plus fiable pour mesurer ceux qui, parmi les plus riches contribuables, choisissent de partir. Et la conclusion est implacable : depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir, il y a plutôt moins de candidat à l’exil fiscal que sous Nicolas Sarkozy – et ce, malgré tous les cadeaux fiscaux que ce dernier avait consenti à nos compatriotes les plus riches. Bref, le grand exode fiscal des riches, c’était bidon !
 

Question : tous ceux qui nous ont prétendu le contraire depuis le mois de mai dernier vont-ils venir sur les plateaux de télévision pour faire amende honorable ? Je vous parie que non et je ne prends guère de risque…

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 19:52

 

 

http://zad.nadir.org

mercredi 20 février 2013, par zadist

 


Aujourd’hui 20 février l’occupation militaire dure depuis 88 jours (pour une opération débutée il y a 127 jours). Un camarade est emprisonné depuis 84 jours


INFO Chat Teigne : l’huissier est passé le 14/02 refiler une assignation à comparaître pour le mardi 26 février !!


INFO Bellveue : Audience en expulsion pour la ferme de Bellevue à Saint-Nazaire

A l’appel du COPAIN (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles Indignées par le projet d’aéroport) et de l’ACIPA : audience en expulsion pour la ferme de Bellevue.

Rassemblement à 9h au tribunal d’Instance de Saint Nazaire.

Covoiturages à 8h :
- Beauséjour à Nantes
- Place de la Poste à Notre Dame des Landes

Point Info Bellevue :

PDF - 133.7 ko

Un camarade est en ce moment en prison, un a été libéré et un troisième a été condamné à 6 mois avec mise à l’épreuve, c’est-à-dire qu’il risque d’être enfermé à un moment ou un autre.

Tout acte de solidarité est le bienvenu. Participer à la lutte contre l’aéroport et son monde en est un. Puis rester en contact avec les personnes incarcérées pour leur montrer notre soutien en est un autre, bien nécessaire pour rendre leur temps d’incarcération plus vivable et pour qu’ils n’oublient pas qu’ils ne sont pas tous seuls face à ce monde répressif. N’hésitez donc pas à leur écrire des LETTRES ou des cartes postales.

- Pour écrire à Cyril, enfermé depuis le 28 novembre, vous pouvez lui adresser vos courriers directement : Centre Pénitentiaire Quartier Maison d’Arrêt Cyril n° d’écrou 57360 rue de la Mainguais 44300 Nantes

Appel à témoins pour la défense de Cyril

Des nouvelles d’un camarade qui est passé par la Zad : Lutin est en prison à Rennes depuis 2 mois. Il ne reçoit pas de courrier et sa maman a eu récemment le droit d’aller le voir. Il venait souvent sur la Zad, et demande que les copains et copines lui écrivent

Voici son adresse Lutin ecrou 3610 MA1 CELLULE 03 Centre pénitencier des hommes Rennes Vezin CS 14605 rue du petit pré 35746 Vezin le coquet cedex


Infos utiles pour venir ici

Point d’info de 10h à 20h sur le campement "Hors Contrôle" établi le long de la D81 entre le lieu dit Les Domaines (la Vache-Rit) et la Rolandière. Si vous nous rejoignez sur la zone, voyez ici. Il est aussi possible de venir directement sur la zone, par ex par la D281, et d’y croiser du monde !

- Accueil "hors contrôle" : 06 32 98 78 36
- Contact presse de la Zad : 06 38 17 36 19
- Équipe légale  : 06 75 30 95 45 : à contacter uniquement si vous êtes témoins d’arrestation, si vous êtes arrêté-e-s, et après votre libération IMPORTANT : s’il vous plait lisez le texte "en cas d’interpellation" Et surtout, refusez les comparutions immédiates !
- Équipe médicale : contact able par mail : equipemediczad at riseup.net pour toute communication non-urgente. La street médic est joignable par téléphone uniquement lors de journées d’interventions militaires/policières sur la zone ou autres "moments chauds" au 07 60 26 42 14.
- Liste du matos à ramener (mise à jour le 02/01) : disponible ici

Si jamais le Site ne fonctionne pas, on continuera la-bas : http://lazad.noblogs.org/

RADIO KLAXON :

On a un streaming qui marche (même si la qualité serait mieux avec une radio qui aurait une vraie antenne) :

( Klaxon n’est pas sur les sondes dans ce moment ! )

EXPOSITION itinérante de la ZAD

Un Territoire se défend avec tout-e-s ses habitant-e-s, Notre mémoire commune nous nous l’approprions, nous la faisons vivre. C’est notre résistance que l’on vous invite à partager ici et ailleurs - a travers cette exposition itinérante !

Pour une organisation simple, voici un Planning qui vous permette de réserver l’exposition ( une seule personne référent pour simplifier la communication ). Pour tout les gestions concernant l’expo, mail a zad@riseup.net avec le sujet "EXPO" svp !


Action du jour

féliciter la société qui est derrière le blog de l’aéroport, http://leblogdelaeroportdugrandouest.eu, nouvel outil de propagande : http://www.image-strategie.com/ contact @ image-strategie.com


Infos du jour

- hier, un huissier est passé pour donner une convocation au tribunal pour un squat de Haut Fay : lire ici le texte écrit par le collectif de là-bas : Notre-Dame-des-Landes : 6000 euros de loyer par mois pour une maison squattée, les saucialistes font exploser le prix du locatif.

- 12h : nouvelles du procés de Bellevue  : une centaine ( à vue de nez) de personnes, une paire d’âne et plusieurs tracteurs étaient rassemblées devant le tribunal ce matin : le rendu du procès est fixé pour le 28 février, en attendant, la mobilisation reste de rigueur à Bellevue ! Le rdv de demain pour discuter de l’organisation de Bellevue est reporté au vendredi 1er mars à 12h, plus d’infos bientôt.

- reçu : D’apres un des economistes intervenants dans cette emission d’yves CALVY, Nicolas BOUZOU,reconnu dans le" grand marais"du monde politico-economique francais :" concernant les choix economiques (en investissements) a faire, c’est comme les cholesterols,il y a le bon et le mauvais ! ...et , entr’autres exemples,le projet d’aeroport de notre dame des landes ,dit-il, fait partie du mauvais cholesterol " !!! Qui disaient que nos economistes-propagandistes avaient perdu tous sens critiques ?!!

- reçu : Veuillez trouver ci-joint une lettre ouverte adressée au Président de la République par la Coordination vigilance LGV de Gironde. C’est une réponse argumentée à la déclaration sur les projets de LGV que Monsieur Hollande a fait lors de son déplacement à Bordeaux, le jeudi 10 janvier 2013 :« ... ça passera parce que ça doit passer. C’est l’avenir. » Cette déclaration, en totale contradiction avec les conclusions des études indépendantes, des assises du ferroviaire, de la direction de la SNCF et de la cour des comptes, a révolté les populations concernées. Malgré son caractère manifestement provocateur, nous ne pouvions la laisser sans réponse.

PDF - 93.1 ko

- Le Chefresne : les anti-THT expulsés par les gendarmes

Bon courage aux ami-e-s la-bas, baissez pas les bras !!

- Notre-Dame-des-Landes. A plan com’, plan com’ et demi

- quelques informations sur le blog lancé par le syndicat mixte aéroportuaire : http://leblogdelaeroportdugrandouest.eu : le domaine est enregistré par Image & Stratégie "acteur de référence de la communication et de l’influence des entreprises, des institutions et des collectivités" ...tout un programme, quoi ... Lobbying pour NDDL (4) : un blog mal inspiré

- reçu : Voilà en quoi les arbustes, et les zones boisées même peu denses, sont utiles aux biotope naturel, et au plantations agricoles. Peut-être une source d’inspiration pour densifier le tapis végétal présent sur la ZAD, et rendre encore plus incohérent, si il en fallait, ce projet de désert de béton et de tarmac nommé AGO.

http://www.agroforesterie.fr/video-...

- Rien d’irréversible ? ( Article par rapport des fouilles archéologiques )

- Propagande policière : Ouest France récidive le 17 février

- reçu : Suite à une plainte du ministère de l’intérieur contre Amal B.,pour son site de "police assassine" . Amal soeur de Amine, tué par la police en avril 2012 est convoqué au commissariat du 75013 le mercredi 26 février 2013 à 14h30. Commissariat du 75013 122 rue du château des rentiers 75013 Paris métro olympiade ligne 14 Un appel informel est lancé pour la soutenir par une présence devant le commissariat

et des autres rassemblements aujourd’hui :

à 9h30, devant le Pôle Emploi Centre : Rassemblements devant, dans et contre Pôle Emploi le 20 février suite au suicide de Djamal Chaar

- reçu : Le site "Territ’eau", créé et alimenté par des chercheurs d’une UMR (Unité mixte de recherche CNRS/Université de Rennes1) qui travaillent sur l’eau et les zones humides. Ils pont créé ce site pour rendre ces informations publiques et gratuites. On y trouve outils techniques et pédagogiques sur l’eau, ainsi que de nombreuses données qualitatives et quantitatives, relatives à la Bretagne (que l’on peut exporter, tout comme les couches cartographiques, et publier à condition de citer la source). Il y a notamment des information sur le rôle écologique des zones humides et sur les critères de définition de ces milieux (dont, il faut le savoir, certains peuvent être modifiés selon les politiques environnementale et agricole, en fonction des intérêts en jeu). En bref, plein de données en libre accès (par volonté des chercheur.se.s), pour ceux qui souhaitent aller plus loin sur ce thème. C’est bourré d’info, mais assez pédagogique tout de même. Morceaux choisis :
- Carte interactive des zones humides potentielles en Bretagne (calculées selon des modèles théoriques)

- Définitions concernant les zones humides

- Rôle écologique des zones humides

- Provocations et harcèlement de la part des forces du désordre sur la ZAD

- Article de ouest France 20/02/13 :

"Le dossier est maintenant européen" (eurodéputée EELV)

- en Corse, Biotope a encore frappé !

- Köpi (Berlin) – Pas à vendre !

- Réactions à la campagne du Coseil Général du moment

- Notre-Dame-des-Landes : Campagne de pub pro-aéroport, le Conseil Général encore et toujours à la ramasse

- dans les journaux :

Notre-Dame-des-Landes. A plan com’, plan com’ et demi

EELV dénonce la campagne de pub en faveur de l’aéroport une pub pour l’aéroport fait polémique

EELV dénonce un "matraquage publicitaire" pro-aéroport

- A l’heure actuelle, il y a du monde a St. Nazaire en face de tribunal pour le procès de Bellevue...

- ATOMIQUE – En Australie, un Aborigène déjoue les projets de mines d’uranium d’Areva

- il est 9h17 et encore une belle journée s’annonce. Il fait bien froid mais un grand soleil quand même, que est ce que ca se voir directe sur les visages de gens, (presque) tout le monde est tôt le matin déjà sourient. Le printemps s’annonce, ca y est ! Pas des infos sur les barrages, fouilles ou autres activités de la flicaille sur la zone, mais on aimerai bien savoir....

- APPEL aux esprits créatives :

On en a marre de barrages aux Ardillières et Fosses noires sur la D81. Pas une nouvelle, mais il faut le dire. Des fouilles, des contrôles et a chaque fois des réflexions a la con et la question plus débile qu’on peut poser : "Vous allez ou ?" et "Vous venez de ou ?" Bof, c’est vrai cette gestions sont plus que inutile car on peut répondre que est ce qu’on veut, finalement ils sont quand même obligés nous laisser passer. Par contre, l’effet de cette gestion est très désagréable, ça touche a nos vis privés et on aime pas la contrôle, du tout du tout du tout. Alors on se dit qu’on arrête s’énerver et risquer a chaque fois d’être embraquer pour avoir dit quelque choses qui les dérange, comme "j’y vais la bas" en pointent le doit dans la direction. "Non, mais vous allez ou ?" "Mais la bas !!", "OK, vous voulez jouer, sortez de véhicule et ouvrez le coffre, fouille" Alors on se dit qu’on va peut-être pas empêcher de se faire fouiller et contrôler, mais ou moins on se marre pas mal en attendant ! Et c’est la on a besoin les têtes créatives :

On cherche des réponses les plus débiles qui existent !!

Pour exemple...

"Vous allez ou ?"

"Au concert de Michael Jackson Monsieur !" ( avec une mine hyper sérieuse et très polit )

"...ehm...mais...il est mort madame !"

" serieux ?" ( en canon, bien appris avant ! )

"..?...." - il s’interpelle si on se fout de sa gueule - "...bah oui madame il est mort !" en se tournant vers un pote flic "ey Didier, Michael Jackson est bien mort, non ? Depuis quand déjà ?"

"Bah tant pis pour nous, on a acheter les tickets pour rien alors" en faisant semblent d’être déçu...

"Bah, vous êtes pas sérieuse la, non madame ?"

"Évidement, mais vous pourriez me renseigner si je peut me faire rembourser par un mort ?"

Donc, on cherche des idées pour mieux s’amuser sur le peau d’eux qui nous occupent et qui nous font chier, et qui nous oblige de passer sur des champs privées de paysans, et qui nous fouillent et contrôlent le longer de journée et la nuit.

envoi tes idées avec le sujet "jackson" a zad chez riseup point net !


RDVs sur la ZAD

- 19h à la chat-teigne : Assemblée de préparation pour la manif de mise en culture d’avril

- A partir de 20H sous le chapiteau cuisine "hors contrôle" (bis) : Concert de krekekekoaxkoax ( "punk pour mômes", "disco-punk" ), après concert pourquoi pas un peut de la zik style on mets que est ce qu’on a envie...

RDVs ailleurs

St. Nazaire : Audience en expulsion pour la ferme de Bellevue à Saint-Nazaire

A l’appel du COPAIN (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles Indignées par le projet d’aéroport) et de l’ACIPA : audience en expulsion pour la ferme de Bellevue.

Rassemblement à 9h au tribunal d’Instance de Saint Nazaire.

Covoiturages à 8h :
- Beauséjour à Nantes
- Place de la Poste à Notre Dame des Landes

- Rennes à l’université de Rennes, mercredi 20 fév, à 18h45 dans l’amphi B 6 : projection de "Notre Dame des Luttes" suivie de discussions

- Ancenis Soirée débat NDDL 20:30 Salle du Bois Jauni - Ancenis

Présentation du diaporama d’informatiuon suivie d’un débat ; organisation : Nature Ancenis

- Brest "Comprendre la place des territoires dans un conflit d’aménagement : le cas du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes" Le mercredi 20 février, à 18 heures, faculté Segalen - Brest Centre, amphi Guilcher : « Comprendre la place des territoires dans un conflit d’aménagement : le cas du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes  ». Avec Loïc Avry, géographe, chercheur associé, Université de Rennes 2 et Jacques Lescoat, association des géographes de Bretagne. Sur l’initiative des Amis du Monde Diplomatique de Brest : http://www.amis.monde-diplomatique....

-  Saint Julien de Concelles (44) : projection/débat

à 20h30 Salle Saunier à SAINT JULIEN DE CONCELLES Soirée projection/débat Organisée par le Comité Loire-Divatte Contre le Projet d’Aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Entrée libre) FILM « Notre-Dame-des-Landes, au cœur de la lutte » suivi d’un débat Organisée par le Comité Loire-Divatte Contre le Projet d’Aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Entrée libre) FILM « Notre-Dame-des-Landes, au cœur de la lutte » suivi d’un débat

Documents joints

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Notre Dame des Landes
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 15:57

 

Rue89 - « Haute cuisine » 20/02/2013 à 11h19
Sophie Caillat | Journaliste Rue89

 

 

Picard surgelés « fait » ses plats, les « élabore », mais ne les fabrique pas. La nuance vous avait peut-être échappé.

L’alerte a été donnée lorsqu’on a appris que Picard était mouillé dans l’affaire de viande de cheval Findus. Eh oui, tous deux se fournissent auprès du même Comigel, lequel a acheté à Spanghero du cheval étiqueté bœuf, puis l’a cuisiné dans ses lasagnes et son chili con carne (n’allez pas traduire « carne » par viande, car il s’agit plutôt de « minerai de viande »).

L’affaire devait être close une semaine plus tard, lorsque Comigel, la PME lorraine sous-traitante du géant des surgelés, a reconnu une « erreur » :

« Cela n’aurait jamais dû se produire, Spanghero ne faisant pas partie des fournisseurs validés par Picard dans le cahier des charges signé entre Picard et Comigel. »

Tout va bien donc pour Picard, qui, en 20 ans de collaboration avec Comigel, n’avait jamais eu à faire face à ce type d’écart, indiquent les deux partenaires.

« Recettes élaborées en interne »

Cette affaire a le mérite de rappeler ce que le consommateur endormi aurait tendance à oublier, sous l’effet assoupissant des jolies photos du catalogue Picard (1200 produits dont 200 nouveaux chaque année) : à l’instar de toutes les marques de distributeurs, les « MDD » également embarquées dans cette affaire, Picard conçoit et distribue les produits, mais en sous-traite la fabrication. Son métier est d’élaborer les recettes et d’avoir des magasins.

Entre temps, le consommateur adepte de la marque au flocon, si douée pour faire passer ses plats préparés pour de la « haute cuisine », comme on dit haute couture, a découvert le visage du patron de cette entreprise florissante.

La vidéo digne de l’ère soviétique montre, centré sur fond blanc, un monsieur d’un certain âge dénommé Philippe Pauze et ayant la qualité de « président ». L’air navré, le patron vante les « recettes exclusives élaborées en interne par les équipes de recherche et développement »

 

 

Intervention de Philippe Pauze

Et le gastronome attentif a pu s’arrêter sur le terme « élaboré » : les plats incriminés sont les deux seuls « élaborés » par le fournisseur mis en cause.

« C’est fait par qui ? »

Naïvement, vous aviez cru que Picard fabriquait ce qu’il vous vendait, et non qu’il se bornait à concevoir des recettes et faire respecter un cahier des charges ? Vous aviez peut-être trop regardé la publicité, qui disait : « C’est fait par qui ? Par Picard, et Picard, j’en suis sûre ».

Mais accrochez-vous si vous voulez savoir qui « fait » vraiment les produits Picard et quels produits il met dans le plat préparé. Où est la liste des quelque 200 sous-traitants ? Impossible de mettre la main dessus.

A la rubrique « Entre nous » du site Picard, la transparence est de mise. Des questions fictives sont posées par des clients fictifs. Et à la question sur le risque de « confusion » sur l’origine des produits, il est simplement répondu :

« La mention “élaboré en France” figurant sur nos emballages signifie impérativement que le produit a été fabriqué dans un atelier de production situé en France ; en revanche, les ingrédients ne sont pas forcément tous d’origine française. Lorsque le produit et l’ensemble de ses ingrédients sont français, nous précisons “production française”. »

« Quand vous achetez une voiture... »

La marque, désignée en 2010 et 2011 gagnante du palmarès des enseignes de distribution les plus attractives par le cabinet OC&C, au nom notamment de la confiance que les Français lui accordent, tremble-t-elle ?

Apparemment pas. Au service de presse, on nous explique que « ça fait quinze ans qu’on essaie d’expliquer qu’on n’a aucune usine, c’est de notoriété publique, on ne s’en est jamais cachés ». Pour seule explicitation de ce processus, on nous propose ce schéma :


De la création à la mise en vente (Picard)

Où il faut comprendre que l’essentiel, à savoir la fabrication, échappe à Picard. Admettant que « ce n’est peut-être pas écrit », l’attaché de presse ose cette comparaison :

« Quand vous achetez une voiture, la liste des pièces et de leur provenance n’est pas mentionnée non plus. »

Ce qui me fait penser que décidément, quand Fabrice Nicolino dit qu’on « produit de la viande comme on fabrique des bagnoles », ça s’applique bien à toute la bouffe industrialisée, même la plus « haut de gamme », et pas seulement à la bidoche.

MERCI RIVERAINS ! Tilô, Pierrestrato
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 15:54

 

Rue89 - Arrêt sur images 20/02/2013 à 09h45
Arretsurimages.net"
Daniel Schneidermann | Fondateur d'@rrêt sur images

 

 

Ce mercredi matin encore, elle laisse tout le monde sans voix. On lit et on relit la lettre adressée à Montebourg par le PDG de Titan, Maurice Taylor Junior, pour lui expliquer son refus de reprendre Goodyear. La voici :

« J’ai visité cette usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures. Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures. Je l’ai dit en face aux syndicalistes français. Ils m’ont répondu que c’était comme ça en France [...].

Monsieur, votre lettre fait état du fait que vous voulez que Titan démarre une discussion. Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? Titan a l’argent et le savoir-faire pour produire des pneus. Qu’a le syndicat fou ? Il a le gouvernement français. Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien, payer moins d’un euro l’heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin. Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers. Titan n’est pas intéressé par l’usine d’Amiens-Nord. »

A noter que le scoop a été décroché par la même journaliste des Echos, Leïla de Comarmond, qui suit le dossier Goodyear depuis longtemps, et n’avait jadis pas de mots assez durs contre la CGT, coupable de bloquer pour des raisons purement politiques la reprise de Goodyear par Titan.

Candidat à la primaire républicaine de 1996

« Quand ce monsieur a visité l’usine, on était déjà en activité ralentie », expliquait ce mercredi matin sur France Inter le leader CGT de Goodyear, Mickaël Wamen, répondant vraisemblablement à une question sur les fameuses « trois heures par jour ». Et d’ajouter, quasi triomphant, qu’il espérait que l’on comprenne mieux maintenant, pourquoi la CGT avait bloqué le plan Titan. Bref, la vraie histoire de la négociation Titan-Goodyear reste à écrire, avis aux amateurs.

Pour son sens aigu des relations humaines, Maurice Taylor s’est auto-surnommé « The Grizz » (le grizzly). Hors du monde du business, son principal titre de gloire est de s’être présenté à la primaire républicaine de 1996, compétition où il a décroché 1% des voix. Pour le reste, si ses résultats économiques sont certainement remarquables, c’est un blogueur paresseux (dernier post en 2010).

Beaucoup d’autres Maurice Taylor Jr

Etrange sensation, de voir la réalité rejoindre et dépasser brutalement sa caricature. Comment, en lisant la lettre de Taylor à Montebourg, ne pas penser pêle-mêle à la World Company des « Guignols », et à son commandant Sylvestre, ou à un nouveau canular des Yes Men ? Mais non. Il y a bien, dans le vrai monde, un vrai Maurice Taylor Jr. Et il y en a beaucoup d’autres.

La crudité de ce discours, de cette pensée, est habituellement ensevelie sous le savoir-faire lénifiant des marchands de pommade, pardon, des communicants, et grâce à la complicité des blanchisseurs médiatiques officiels.

Que l’on pense à la manière dont Carlos Ghosn, par exemple, a réussi à faire passer pour un geste audacieux les quelques billets de Monopoly jetés aux salariés de Renault (on en verra encore un exemple ici). The Grizz se moque d’être aimé ou haï. Il dévoile la mondialisation comme elle est. Il est, pour ce faire, mille fois plus efficace que tous les films de Michael Moore. Thank you, the Grizz.

MERCI RIVERAINS ! Tilô

 

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 15:47

 

 

Le Monde.fr | 20.02.2013 à 12h17


 

 
Si cette volonté de mettre au jour les pratiques plus ou moins opaques des banques a le soutien de la Comisssion européenne, le lobby bancaire des Etats membres fait de la résistance.

L'éventualité fait déjà trembler les banques. Dans le cadre des accords de Bâle III sur la régulation bancaire, les établissements financiers pourraient être obligés de publier leurs résultats (impôts et bénéfices inclus) non plus de façon globale, mais pays par pays, écrit mercredi 20 février le Financial Times (FT). Cette mesure en faveur d'une transparence accrue s'ajoute à la pression du parlement européen pour que les bonus accordés aux banquiers soient plafonnés.

Par exemple, la britannique Barclays serait contrainte de publier ses résultats en fonction de chaque juridiction nationale, du Royaume-Uni au Zimbabwe, explique le FT. Cette nouvelle obligation serait alors le meilleur moyen d'attirer l'attention de l'opinion publique sur les astuces comptables et fiscales employées par chaque banque pour tirer au mieux parti de l'environnement réglementaire local. Et nul doute qu'elles se passeraient bien de ce type de publicité à l'heure où scandales financiers, comptables, délits d'initiés et règlements à l'amiable à coups d'amende record occupent encore les manchettes des journaux.

Sans surprise, si les instances européenne soutiennent le projet, les Etats membres en dénoncent la complexité et affichent leur préférence pour un règlement a minima : une directive comptable séparée qui ne s'aplliquerait même pas aux banques, mais aux grands groupes miniers et opérant dans le secteur de l'énergie.  

Lire : Les Etats occidentaux sont prêts à s'attaquer à l'optimisation fiscale (lien abonnés)

L'entrée en vigueur de l'ensemble des nouvelles règles contenues dans l'accord de Bâle III, prévue en janvier, a déjà pris du retard. Les résistances de part et d'autre, Etats ou lobbys bancaires, entament l'optimisme de l'Union européenne sur la possibilité d'un accord voté par le Parlement d'ici à la semaine prochaine.

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 15:40

 

Le Monde.fr | 20.02.2013 à 13h39 • Mis à jour le 20.02.2013 à 15h34

 

 

 

 

 

Invitée par les étudiants de la prestigieuse université britannique de Cambridge, Marine Le Pen, présidente du Front national, a été accueillie par une centaine de manifestants antifascistes. Dans un discours en français de 35 minutes, la présidente du FN devait présenter aux 300 jeunes membres de la Cambridge Union Society, une association des étudiants de Cambridge, ses considérations politiques sur la France, l'Europe et le monde.

20-02-2013
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 15:32

 

 

Le Monde.fr | 20.02.2013 à 12h10 Par Louis Bulidon, actionnaire individuel

 


 

Le conseil d'administration de la structure cotée du groupe Crédit agricole, autrement dit CASA, est entre les mains des dirigeants des caisses régionales qui y siègent à tour de rôle. Avec 55 % du capital, celles-ci et leur tutelle détiennent 12 postes d'administrateurs sur un total de 18 élus. En dépit de son poids de 45 % dans le capital, l'actionnariat public n'est représenté que par 6 administrateurs extérieurs avec Xavier Fontanet, président d'Essilor, comme la personnalité emblématique pendant dix ans. Il n'est pas anodin de relever que ce dirigeant a quitté le navire fin 2011.

Ainsi, les actionnaires extérieurs ont été pris en otages par les caisses régionales qui ont largement démontré leur incurie dans la gestion de la croissance externe de CASA. Comment une banque mutualiste qui revendique des valeurs pour ses sociétaires a-t-elle pu pareillement sacrifier les intérêts de ses actionnaires sur l'autel des ambitions de ses dirigeants, en premier lieu le récipiendaire de tant d'honneurs, René Caron, président du conseil d'administration jusqu'en 2011 ?

Que penser encore de la performance de Georges Pauget aux commandes opérationnelles lors de l'acquisition en 2006 de la banque grecque Emporiki ! Où est la force d'engagement du groupe Crédit agricole au service de ses actionnaires quand ceux-ci ont subi une décote de 50 % sur leurs premiers achats de titres en 2001 ?

Si "le bon sens a de l'avenir" comme le formule le message promotionnel de la banque verte, l'annonce par ses dirigeants, à la veille de la clôture des résultats 2012, concernant les dépréciations des écarts d'acquisition, portées à 21,7 milliards d'euros, démontre bien que leurs prédécesseurs en ont beaucoup manqué depuis 2001, en investissant sans discernement dans des activités surpayées et peu rentables.

Ceci expliquant cela, CASA affiche une perte historique de 6,47 milliards d'euros pour 2012. Face à une telle dégradation de la situation financière, les actionnaires peuvent se poser trois questions : Sommes-nous à l'abri d'une défaillance comme celle qui a ruiné les actionnaires de Dexia ? Les caisses régionales détentrices d'un pouvoir absolu ne vont-elles pas retirer CASA de la cote en offrant un prix bradé aux minoritaires ? Si le choix des caisses régionales est le maintien de CASA en Bourse, quels sacrifices leurs "notables" sont prêts à consentir afin de prendre à leur compte une partie du fardeau des pertes en renonçant, par exemple, pendant plusieurs années à leur quote-part des futurs dividendes ? 

Louis Bulidon, actionnaire individuel

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 15:23

 

Le Monde - bigbrowser.blog

 

 

L'agriculteur Vernon Hugh Bowman, devant la Cour suprême des Etats-Unis, le 19 février à Washington.

C'est un fermier aux cheveux blancs de 75 ans. Il cultive du soja, du maïs et du blé dans l'Indiana, dans le Midwest américain, sur près de 120 hectares. Il dit qu'il "n'est même pas assez gros pour recevoir le nom d'agriculteur", relate le New York Times. Depuis 2007, il est poursuivi par Monsanto pour avoir cultivé des graines issues de la technologie de la firme, sans les lui avoir achetées directement. Mardi 19 février, son affaire est passée devant la Cour suprême, à Washington. Les juges ont laissé entendre qu'ils penchaient pour les arguments de Monsanto, qui réclame plus de 84 000 dollars au fermier. Lui a déjà déboursé 31 000 dollars de frais de justice, sans compter le temps qu'il a passé à faire des recherches sur l'ordinateur de la bibliothèque, faute d'en posséder un.

Tout commence en 1999, quand Vernon Hugh Bowman achète des semences de soja de seconde génération (issue d'une récolte, et non achetées directement à Monsanto) dans un silo à grains, pour faire des économies. Il les utilise pour une culture intermédiaire, avant de conserver les graines issues de cette récolte. Pour l'agriculteur, il ne viole donc pas la clause qui le lie à Monsanto, et lui interdit de conserver et replanter les graines issues d'une récolte qui est elle-même directement issue des semences achetées à la firme. Ce contrat l'oblige à mettre la main à la poche pour acheter de nouvelles graines chaque année – ce qu'il continue à faire pour sa récolte principale.

Les semences en question contiennent un gène de Roundup Ready, qui rend les plants résistants au Roundup, un herbicide qui, aspergé sur les champs, peut donc tuer à loisir toutes les autres plantes en épargnant le soja. D'après le New York Times, ces semences pèsent désormais pour 90 % des cultures de soja aux Etats-Unis. Pas étonnant, donc, qu'elles se retrouvent dans le silo à grain où M. Bowman achète ses graines. Sauf que Monsanto, qui "a la réputation de protéger vigoureusement sa propriété intellectuelle", comme l'écrit le New York Times, s'est aperçu que le fermier avait une production supérieure à celle que les semences achetées pouvaient générer. Il faut dire que la firme envoie des inspecteurs vérifier leurs produits dans les champs, et a obtenu de fermiers américains plus de 23 millions de dollars de dommages et intérêts en 2012, dans 142 procès pour violation de brevet.

>> Lire l'éclairage : "La guérilla judiciaire des géants des semences contre les fermiers américains"

Dans ce procès, le gouvernement américain est venu défendre Monsanto. La firme peut aussi s'assurer du soutien d'universités, de laboratoires, de l'Association américaine du soja, ou encore de BSA-The Software Alliance, qui représente des sociétés comme Apple et Microsoft, craignant, elles, pour le piratage de leurs logiciels, d'après le New York Times. C'est dire si les forces sont équilibrées. Et si les enjeux du procès dépassent largement le cas particulier de Vernon Hugh Bowman.

Au point que Monsanto a créé un site, L'Innovation en jeu, sur sa bataille contre le fermier de l'Indiana. L'enjeu, donc, étant de "savoir si les brevets sur les semences, ou sur toute chose qui peut se répliquer, s'étendent au-delà de la première génération du produit", explique le quotidien américain. C'est donc la loi sur le brevet dans toute sa complexité qui déterminera l'issue de ce procès, avec des applications dans les domaines des biotechnologies, mais aussi de la médecine, de l'informatique, des sciences de l'environnement, etc..

Pour Monsanto, une victoire de M. Bowman "dévasterait l'innovation en biotechnologies". "Il est peu probable que les investisseurs réalisent de tels investissements s'ils ne peuvent empêcher les acquéreurs d'organismes vivants contenant leurs inventions de les utiliser pour en produire des copies illimitées", argumente la firme. Qui reproche donc à M. Bowman d'en avoir produit "des copies", en ayant fait pousser les graines achetées dans le silo. Sauf qu'en matière de plantes, on peut difficilement parler de "copie", car derrière ce terme repose tout simplement le principe de la reproduction du vivant.

Les critiques des biotechnologies pensent de leur côté qu'une victoire de M. Bowman affaiblirait la mainmise de Monsanto et des autres firmes agrochimiques sur les agriculteurs. Mainmise qui a eu pour conséquence la hausse des prix des semences et la disparition des variétés à haut rendement non créées génétiquement, rapporte le NYT. L'avocat de M. Bowman assure aussi que son client est dans "une situation désespérée", quand la défaite de Monsanto ne déstabiliserait pas outre-mesure ses affaires mondiales.

>> Lire la chronologie : "Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires"


Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 22:47

 

 

En poussant la Grèce à acquérir des frégates françaises pour explorer des gisements d’énergie fossile en mer Égée, François Hollande fait d’une pierre deux coups : il confirme que l’austérité est sélective et torpille un peu plus la crédibilité de son discours sur la transition énergétique 
Lors de son voyage en Grèce ce mardi 19 février, les appels de François Hollande à la «solidarité » envers la Grèce et ses critiques de l'austérité n’ont pas fait illusion : le Conseil européen vient d'amputer de 30% les aides structurelles à la Grèce dans le prochain budget européen et la France soutient fermement le mémorandum imposé au peuple grec par la Troïka (BCE, Commission, FMI).
Non, si François Hollande était présent en Grèce, c’était pour faire des affaires. « La Grèce a décidé un programme de privatisation. Les entreprises françaises seront présentes ».  
Car en Grèce tout est à vendre: les services publics et tous les biens communs à disposition - eau, énergie, œuvres culturelles, îles, fonds marins … Mais pendant ce temps le budget militaire continue à enfler avec l’augmentation des contributions à l’OTAN (+ 50% en 2012) et des dépenses courantes (+ 18% en 2012), pour atteindre un record mondial après les USA, 3% du PIB. C’est une des raisons pour lesquelles nous demandons, en Grèce et ailleurs, un audit des dettes.
François Hollande a aussi relancé la vente de deux frégates françaises pour rechercher du pétrole et du gaz dans la mer Égée. Loin des plages françaises pour lesquelles le gouvernement précédent avait dû reculer suite à une forte mobilisation. 
Alors que la conférence énergétique et le débat public annoncés s’enfoncent chaque jour un peu plus dans l'insignifiance, cette visite en Grèce confirme le cynisme qui imprègne les orientations du gouvernement français aussi dans ce domaine.
L’austérité pour la Grèce (et la France), l’expérimentation des gaz de schistes pour l'Algérie, le pétrole pour la mer Égée, la sécurisation militaire de l’uranium pour l'Afrique, les ventes d’EPR et d’avions Rafale pour l'Inde : le changement, c’est pour quand ? La grève générale ce mercredi en Grèce, et les mouvements sociaux qui montent en Europe et se retrouveront à Athènes pour un Altersommet les 8 et 9 juin, sauront remettre les pendules à l'heure.
                                                                                                                                                                                                                                                                   Attac France,
Paris, le 19 février 2013
Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 20:16

 

 

Agoravox - par bloggerfou (son site) lundi 18 février 2013

 

Elles sont toutes coupables ! Toutes les banques sans exception sont responsables du choc de la crise qui touche les ménages français et les seniors surendettées...

Absence de vérification lors d'une demande de prêt, découverts autorisés bien plus élevés que la norme de 35% d'endettement qui devrait être calculée sur tous les critères des revenus et des dépenses.

Crédits immédiats consentis grâce à une carte bancaire sans vérification.
Omission de déclaration ou d'information du client lors de la conclusion d'un contrat de prêt. Jusqu'à ce que leur client/ GOGO ne puisse plus rembourser ses dettes courantes.

On va même jusqu'à lui proposer d'étaler encore un peu plus ses dettes sur plusieurs mois, à un taux d'intérêt important, dans le cadre de son compte bancaire... Et c'est encore un peu plus le TROU du découvert qui se creuse !

Et tout cela se passe de manière quasi automatique, sans faire de vagues, uniquement grâce au système bancaire et à ses procédures simplistes mise en oeuvre par des dirigeants complices du système...

Quel que soit le nom que porte le produit bancaire, les faits sont là... 
C'est bien souvent encore 1000 ou 2000 euros supplémentaires qui sont consentis à un consommateur toujours plus endetté.

Tout est fait par les banquiers, qui touchent de somptueuses commissions ou de belles primes salariales pour mettre en situation de demande immédiate leurs clients, qui ne peuvent plus payer et sont prêts à accepter n'importe quelle proposition.



C'est le slogan de Don Corleone : "on va lui faire une offre qu'il ne  peut pas refuser" !

Il faut surtout que le client n'aille pas déposer un DOSSIER DE SURENDETTEMENT auprès de la Banque de France, car alors là tout s'arrête, la spirale du surendettement est stoppée avec la déclaration éventuelle de faillite personnelle.

Arme ultime des banquiers pour plonger durablement un client qui ne comprend rien dans le marasme et le conserver en captivité et dépendance financière.

Les banques ont réactivé le prêt hypothécaire sur dettes, consentis à ceux qui n'ont que peu de revenus, sont surendettés et sont propriétaires quasi définitivement de leur logement. IL FAUT QUE LE CLIENT RESTE CAPTIF AVEC UN NOUVEAU PRET !

Il faut savoir que cet argent que l'on vous prêtera à des taux variant entre 2, 5 % pour les plus bas en prêt immobilier, et frisant les 15 % pour les taux les plus élevés dans le cadre d'un crédit de désendettement : cet argent les banques l'ont "acheté" à souvent moins de 1% de taux d'intérêt.

Oh bien sûr, statistiquement on vous bernera en vous disant que pour 2012 le dépôt de dossiers de surendettement n'a été que de 220836 dossiers, soit une baisse de 5% par rapport à 2011... Mais la crise est toujours là et les banquiers ne savent plus quoi inventer pour faire de l'argent sur notre dos.

Il faut très vite réformer la "Loi Lagarde" en tentant d'éviter les chausses-trappes que ne manqueront pas de mettre en place les spécialistes du lobbying bancaire afin de nous faire prendre toujours un peu plus des vessies pour des lanternes.

Peut-être va-t-on pouvoir "enfin" gouverner vraiment à gauche... TEMPORAIREMENT !

 

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22